Textbase

Return to list of source texts

French materials from Foedera

Edited by T. Rymer & R. Sanderson
Vols 1-4 London 1816-1869
Genre: Legal, Administrative and Diplomatic
AND Bibliography: Foedera1

This is a partial digitised version of an original work in the public domain. See General Conditions of the Anglo-Norman On-Line Hub for rights information concerning this electronic version

Page 1_339

Volume 1

A.D.1256

As nobles bers & sages, e ses treschers seignours e amis, monsire Roger le Bigod count de Norfok e mareschal de Engleterre, monsire Phelippe Basset justice de Engleterre, sire Johan Maunsel, e Roberd Waleraund, Perres de Mounfort, saluz, e totes honours.

Sachiez ke, le Jeodi prechein apres le fest seint Mathie l'apostle, Wrepoch ab Edenauet seneschall Lewelin, Mereduc ab Res Res Vachan, & Mereduc ab Owein, oveke tot le orgoyl de Gales, Sauns le cors Lewelin e son frere, e oveke mout graunt hast descendirent a la terre nostre seigneurs, le Rei, e la mons' Edward de Went' ki est en ma garde, arder & destrure.

E nous, oveke nostre gent, e l'aide de noz amys de terre Weismes, dount se me l'on mont defendimes le givez del ewe de Osk, les doens sours jekes au Samadi entour oure de midy, e adonkes vyndrent monsire Johan de Grey, sire Roger de Mortymer, monsire Renaud le fyz, Perres, e monsire Onfree de Boun ;

E io le menai a un give de souz le vile de Bergeveny, on nous passames pur assembler a ces galeis, ki au ecent ia ars une partie de la terre de Bergeveny de sous Bloreis ; e kaunt il nous oirent aprocher de soens, il descoverirent leur chevaus, e son fuirent countre la Montaigne de Bloreeis en lyu, ki n'est mis covenable a gent a cheval a passer.

E pus ke nous veioin bien ke nous ne porom mie ateindre jekes a oens, nous tornames anul la vileze a lour ardours, e lour herbergeours, ki i furent graunt foysoun, si ke il perdirent (DIEU marci) a la jorneie, ke morz, ke pris, plus ke CCC.

E onkore le Lundi siwant, kaunt ces lettres furent fetes, en i aueit il graunt partie, e a pie, e a cheval, fuy es monstiers du pais, e es mores par tout ke hom quyst hors tote jour. E sachez beeans seignours ke e dunkes, e autre feiz bien jekes a cinque feiz avom nous assemble, iloekes e tenu, tot a nostre cost, jekes a iii. mile, ou iiii. mile aukune feiz, de gent de pie, e jekes a lxxx. chevaus coverz, por la terre la Rei, e la monsire Edward garder, e defendre.

Page 1_340

Por quei jo vous pre e requer, chers seignors, de si come veus estes du consul nostre seignour le Rei, ke vous mettez consul vers le Rei, e la Reine, e mons' Edward, ou vers un de oens, ke ces misez me fusent rendues, e ke hom mette consul coment la terre seit desoremes defendue;

Kar sachiez certeinement, se hom ne i met conseil, il covient ke jo lese mon chistel, garny, e men aille, e lerran la terre en bone pees, e feust tote meie e celes terres, come jo ai, jo naverei mie poer a meintenir la grant mise ke jo jay.

E sachez, ke s'eil descendent autre, sicome jo sai bienke il frount, pariens amont grant poer pur venger, e ne ......... feut arest ilokes, ils distrurrount tote la terre nostre seignour le Rei jekes a Severne e Wae a coe de eut, il bien e ne demandent autre chose fors kecil ensens la terre de Went.

Valez en DIEU.

Dominis comiti Norff', Ph' Basset, J. Maunsell, & R. Waleraund.

Sachiez ke, puske ces lettres furent fetes, nous vyndrent noveles ke nostre gent, de la Montaigne, ki furent lasus por garder lour preis, e la gent de Seighynch, en escistrent bien CC. galeis de pie, e ii. a chival en la Marche, des doens terres ki sen veneient, come tot esbyz de la desconfiture.

Page 1_381

A.D.1259

Henri par la grace DEU, Rei de Engleterre, seignur de Irlande, duc de Normandie, de Aqui'en & cunte de Anjou, a tuz ses feaus clers & lais, del cunte de Eurewik', saluz. Sachez ke noz hummes qui sunt de nostre cunseil, par commun assent, pur lamendement & le relevement del estat de nostre regne, unt grante pur sei & pur lur eirs, kil a lur sugez & a lur hommes tendrunt a tuz jurz tuttes les bones leis, & les bones custumes, les queles nuz avons a noz grantez pur nus & pur noz eirs; & de ce unt lur escrit fet, le quel nus avons veu en icest furme.

"Le cunseil le Rei & les duze esluz par le commun D'engleterre, saluent tutte gent. Pur ce ke nostre seignur le Rei veut & desire, ke hastive dreiture seit tenue & faite a tuz communaument par tut sun reaume; & veut ensement, ke les torz kunt este fet par ses baillifs & par autres en za seent amendez; nus voloms, grantons & otrions, de la nostre part, ke les torz ke nus & noz baillifs avom fet a noz suzgez u a noz veisins, seent amendez par le Rei & par sa justise, u par ceus kil i aturnera, sanz delai & sanz cuntredit de nus u de noz; ce kil troverunt par pleintes, en tel manere, ke ce ke covent estre pleide par brief solonc lei de terre, par bref seit pleide sicum il deit, sicum franc tenement & ce kapent a franc tenement, & en leu ou il deit. Ne nus nel destourberons par manaces, ne par poer, nen autre manere nuli kil ne puisse franchement pleindre sei de nus & de noz, & suire sa querele; ne maugre ne li saverons, ne mal ne li querrons, pur ses pleintes ne pur ses suites.

"Dautre part nus volons & avons grante pur nus & pur noz eirs, ke les pointz des charters de franchises, ke le Rei ad granté endreit sei & ses baillifs, & ceus qui tenent en chef de lui, ke nus tendrons endreit nus, & endreit de noz tenanz & de noz veisins, ausi ben en noz demeines cum en noz franchises. Derechief ce ke le cunseil le Rei ad establi & establira, entre ci & la tuz seinz prochein avenir, endreit del Rei & ses sugez, quant a suite de curz, & amerciementz, & gardes socages, & ses fermes & autre manere de franchises, & dordeinemenz ke sunt a relevement del estat del regne, nus garderons endreit nus & de noz suzgez, pur nus & pur noz eirs. Dautre part, tel serment cum le Rei fet fere a ses viscuntes & a ses autres baillifs, nus frons fere a noz baillifs, ausi ben de noz demeines cum de nos franchises, par devant les quatre chevalers esleuz en chescun cunte, u autres ki serrunt a ce fere par le cunseil ordene, en noz pleneres curz. Issi ke nos franchisez ne franche custumes ne seent blesmies, ne ne puisse turner a deseritement de nus u de noz eirs; & ce a chescun remuement de baillifs; cest asaver, kil leaument servirent al Rei en ce kafert alui & ses franchises, & a nuz & ce kafert a noz franchises & a noz demeines; & kil feront dreiture communaument a tutte gent, solonc le poer de lur office; & ce ne lerrunt pur pour, ne pur amur, ne pur haine, ne pur coveitise; & ke de nul ne de nule rien ne prendront, par eus ne par autre, ne par nule manere dart u dengin, par achesun de luy baillie, par unt dreit soit delae, u tort fet; fors sulement beivres & maugers, ke lem ad acustume deporter as tables, ausi cum a un jur al plus.

"Et ceus qui gardent franchises jurrunt, kil serjanz nauront fors tant cum il covendra bosoignablement pur garder lur baillie, & kil teus serjantz prendrunt pur ki fez il volent respundre; & ceus, tant cum il sunt en baillie, de nul humme, clerc ne lai, franc ne vilein, de meisun de religion, ne de vilee, ne demanderont ne prendront aignel, ne garbe, ne ble, ne toison, ne dener, ne ke le vaille, ne scothales ne festales ne frunt. Et seent certeins tote manere de baillifs, ke sil sunt ateint de nule manere dautre prise, ke desus est nome, par acheisun de sa baille, kil serrunt reinz; & ausi ben le donur cum le pernur, si le donur le ceilt par quoi il seit ateint par autre ke par li. Et le seignur aura la merci u la raunzun, sil fet le trespas amender en sa curt. Nus promettons ensement sur noz sermenz, ke nul de nus, pur don ne pur rente, ne prendra en mein davouer nul humme ke nostre humme ne seit par reisun, cuntre ses seignurages, ne cuntre ses veisins, ne cuntre null autre. Et tuttes ces choses desus dite volons nus, otrions & ordeinons, ke seent fermement tenues, & de nus & de tutte la gent de ce reaume. Et cest escrit fu fet & ordeine par les desus diz, le jur sein pere, el meis de Fevrer, lan nostre seignur milime ducentime cinquante & utime. Et en testmoine de ceste chose nus avons mis noz seauz a cest escrit."

Et pur ce ce ke nus volons ke cest ordeinement seit fermement tenu desore en avant, avons mande a tuz noz viscuntes keus le facent tenir communaument en lur baillies sicum il est purveu. Et en testmoin de ce avons fet mettre nostre seel a ceste lettres overtes.

Testmoine meimeimes a Westmoster, le vint & utime jur de Marz, lan de nostre regne quarante & tierz.

Consimilis littera in gallico dirigitur singulis comitatibus Angliæ. Et mandatum est singulis vicecomitibus Angliæ quod predictas litteras pro communi comodo regni confectas in plenis comitatibus suis, & in singulis hundr' eorumdem comitatuum & alibi per ballivam suam publicè legi & tenorem earumdem de omnibus firmiter faciant observari.

T. R. apud Westm', xxviii. die Marc'.

Page 1_383

A.D.1259

Henricus, DEI gratiâ, Rex Angliæ, dominus Hiberniæ, & dux Aquitanniæ, notum facimus universis, tam præsentibus quam futuris, quod nos, divinâ favente gratiâ, cum illustri Rege Franciæ, consanguineo nostro karissimo, pacem firmavimus secundum formam, quæ fuit hinc inde tractata; quam, sicut in Gallico scripta est, inferiùs annotari fecimus in hæc verba:

I. C’est la forme de la pais devisee entre les Rois de France & de Angleterre.

Li Roi de France donra al Roi de Angleterre tote la droiture, qe li Rois de France a, & tient en ces trois eveschez, & es citez, c'est a dire de Limoges, de Caturs, & de Pierregort, en fiez, & en demaines; sauf l'omage de ses freres, se il aecune chose i tienent, d'ont il soient si home; & sauve les choses, que li Rois de France ne peut metre hors de sa maine par lettres de lui, ou de ses ancesseurs; les queles choses li Rois de France doit purchacier a bon'e foi vers cels qui ces choses tienent, que li Rois de Angleterre les ait dedens la Touzsaintz en un an, ou faire lui eschange avenable, al esgard de preudes homes, qui soient nomez d'une part & d'autre, le plus convenable, al profit de deus parties.

II. Et oncore li devantdit Rois de France donra al Roi de Angleterre la value de la tere de Agenois en deners chescun an, selonc ce qe ele sera prisee a droit value de tere par preudes homes, nomez d'une part & d'autre, & sera la paie fait al Temple, a Paris, chescun an, a la quinzeine de l'Ascension la moite, e a la quinzeine de la Touz Sainz l'autre.

Et, s'il avenoit qe le tere eschaist de la countesse Johanne de Poitiers au Roi de France, ou a ses heires, il seroit tenuz, ou ses heires de rendre la au Roi de Angleterre, ou a ses heires:

Et rendue la tere, il seroit quites de la ferme: &, s'ele venoit a autres qu'au Roi de France, & a ses heirs, il donroit au Roi de Angleterre le fie de Agenois, avec la ferme devantdite: &, s'ele venoit en demaine al Roi de Angleterre, li Rois de France ne seroit pas tenuz a rendre cele ferme:

Et, se il estoit es garde par le court le Roi de France, qe, por la tere de Agenois avoir, deust li Rois de Angleterre metre, ou rendre aucuns deniers, par raison de gagiere, li Rois de France rendroit ces deniers, ou li Rois de Angleterre tendroit, & auroit la ferme tant qu'il eust en ce qu'il auroit mis pur cele gagiere.

III. Derechief, il sera enquis en bone foi, & de plaine, a la request le Roi de Angleterre, par prodes homes, a ce esleuz d'une part & d'autre, se la tere, que li Cuens de Poitiers tient en Caorsin de par sa fame, fu del Roi de Angletere donee, ou baillee avec la tere Agenois par mariage, ou par gagiere, out tot, ou partie a sa suer, qui furmere le conte Raym' de Tholos' derreinement mort:

Et, s'il estoit trove qu'il eust ainsi este, & cele tere eschaoit al Roi de France, ou a ses heires, del deces la contesse de Poitiers, il la donroit al Roi de Angleterre, ou a ses heires:

Et, se ele eschaoit a autre, & il iert trove par cele enqueste, tote vois, qe ele eust este ainsi donee ou baillee, come il dit dessus, apres le deces le contesse de Poitiers, il donroit la fie au Roi de Angleterre, ou as ses heires, saufe l'omage de ses freres, se il aucune chose i tenoient, tant com il vivroient.

IV. Derechef, apres le deces del contesse de Poiters, li Roi de France, ou ses heires Rois de France, donra al Roi de Angletere, ou a ses heires, la tere que li cuens de Poiters tient ores en Xancton outre la ryuere de Charente en fiez, & en demaines qui soient outre la Charente, se ele eschaoit al Roi de France, ou a ses heires:

Et s'ele ne li eschaoit, il purchacera en bone maniere, par eschange, ou autrement que li Roi de Angleterre & ses heirs l'aient; ou li fera avenable eschange, a l'esgard de prodes homes, qui seront nomez d'une part & d'autre:

Et de ce, que li Rois de France donra al Roi de Angleterre, ou a ses heires, en fiez, ou en demaines, li Rois de Angleterre, & si heirs feront homage lige au Roi de France, & a ses heires Rois de France: & ausi de Bordiaus, & de Baion, & de Gascoigne, & tote la tere, que il tient, de ca la mer de Angleterre, en fiez, & en demaines; & des isles, s'aucune en ia que li Rois de Angleterre tiegne, qui soient de roiaume de France, & tendra de lui com pers de France & dux de Aquitaigne:

Et de totes ces choses devant dites fera li Rois de Angleterre servises avenables, iusque a tant que il fuist trove quels servises les choses deuroient; & lors il seroit tenuz de faire les tiels, com il seroient trove de l'omage de la conte de Bigorre, de Armeignac, & de Faianzac, soit ce que droit en sera.

V. Derechef li Roi de France donra al Roi de Angleterre ce, qe cinc cenz chevalers deuroient coster reisnablement a tenir deuz anz a l'esgard de prodes homes, qui seront nome d'une part & d'autre; & ces deniers sera tenuz li Rois de France a paier a Paris al Temple, a sis paiez pars deus anz, cest a saver,


A la quinzein de la Chandelor, qui vient procheinement, la primere paie, c'estadire la sisieme partie:
Et a la quinzein de l'Ascension ensuant l'autre paie:
Et a la quinzeine de la Touz Seinz l'autre:
Et ausi des autres paies en l'an ensuant;

Et de ce donra li Rois de France ses lettres pendanz, & le Temple, ou l'ospital, ou ambedeus ensemble en plege:

Et li Rois d'Angleterre ne doit ces deniers despendre forsque el service DEU, ou de l'Eglise, ou al profit del roiaume de Angleterre, & ce par la veue des prodes homes de la tere, esleuz par le Roi de Angleterre, & par les hauz homes de la tere.

VI. Et par ceste pais fesant quitera li Rois de Angletere & si diu fil al Roi de France, & a ses successours, & a ses heires, & a ses freres, si le Rois de Angleterre, ou si ancessiors aucune droiture ont, ou orent onqes en choses qe li Rois de France tiegne ou tenist onqes, ou si ancesseors, ou si frere, c'estassavoir en la duchee, & en tote la tere de Normandie, en la conte & en tote la tere de Anju, de Toraine, & del Mayne, & en la conte & en tote la tere de Poitiers, ou aillours en aucune part del roiaume de France, & es isles s'aucune en tienent li Rois de France, ou si frere, ou autre de us, & toz arrerages.

VII. Et ausi quiteront li Roi de Angleterre, & si dui fil, a touz ceus, qui depar le Roi de France, ou de par ses ancesseors, ou de ses freres tienent aucune chose par don, par eschange, ou par vente, ou par achate, ou par ascensement, ou en autre semblable maniere, en la duche & en tote la tere de Normandie, & en la conte & en tote la tere de Anjou, & de Turaine, & del Maine, & en la conte & en tote la tere de Poitiers, ou aillours, en aucune part el roiaume de France, ou es isles desusdites; sauve al Roi de Angleterre, & a ses heires, lur droiture es teres, d'ont il doit fere au Roi de France homage lige par ceste pais, sicome il est desus devise; & sauf ce qe le Rois de Angleterre puisse demaunder sa droiture, se il la quide avoir en Agenois, & avoir la se la court del Roi de France le juge, e ausi de Catorsin.

VIII. Et donra li Rois de Angleterre au Roi de France les lettres, que on dit que il a del Roi Richard son frere, de quitance de totes ces choses par eschange que il en ont, se il puet ces letres trover ou avoir; &, sil ne les puet rover, ne avoir, il donroit ses lettres pendanz al Roi de France, & de barons, & des prelaz, & des prodes homes, qui i furent de tesmoniage de la quitance que li Rois Richard en fist.

IX. Et aura uncore el sairement, & es letres pendanz le Roi de Angleterre, que, puis cele quitance, nule droiture il ne li dona en nule des ces choses: & ceste mesme quitance al Roi de France, & as autres devandiz fera li Roi de Angletere faire a sa suer le countesse de Leicestre pur soi, & pur ses heires, & des enfanz, mesmes de cels que l'en requerra.

X. Et le Roi de France clamera ausi quite al Roi de Angleterre, se il, ou si ancessor li fierent onqes tort de tenir son fie, sanz li faire homage, & sanz li faire son servise, & toz arrerages.

XI. Et pardonront & quiteront la uns a l'autre toz maltaleux de conteux, & de guerres, & touz damages, & totes mises, qui il ont fait, ou faites de ca, ou de la en guerres, & en autre maneres.

XII. Et, pur ce ke ceste pais firmement & establement, sanz nule enfraignance, soit tenue a toz jours, li Roi de Angletere, & si dui fil, & sa soer le countesse de Leicestre, & si enfant, juront ces choses a tenir tant come a chescun apertendra; & a ce tenir obligerent eus, & lur hieres, par lur letres pendanz, & de ce donra seurte li Roi de Angleterre des chevalers des terres devantdites, mesmes qui li Rois de France li donra, & des viles solonc ce ke li Roi de France leu requera.

XIII. Et la forme de la seurte des homes & des villes pur le Roy de Angleterre sera tele; il jurront que il ne donront ne conseil, ne force, ne aide, par quoi li Rois de Angleterre, ne si heir venissent en contre le pais; & s'el avenoit (que DEU ne voille) que il venissent encontre, & il ne l'vousissent amender puis ke li Roi de France, ou ses heirs les en auroit fait requerre, cil, qui la suerte avoient faite, dedenz les trois mois qi li Roi de France les en auroit fait requere, seroient tenus destre aidant al Roi de France & a ses heirs, contre le Roi de Anglettere & ses heirs, jusques a tant que ceste chose fust amende suffisaument a l'esgard de la curt le Roi de France.

XIV. Et sera renovelee ceste seurte de diz anz, en diz anz, a la request del Roi de France, ou de ses heirs ......... France; & ausi, de ceste pais tenir, li Roi de France obligera soi, & ses heirs par ses lettres pendanz; & jurra il, & ses filz ainznez, ou si dui fil ainznez, la pais a tenir en bone foi, tant com a chascun apertendra.

Hanc siquidem pacem & compositionem, inter nos & Regem Franciæ, prædictam firmatam, & omnia prædicta & singula, prout superius continetur, promittimus bonâ fide pro nobis, & hæredibus nostris & successoribus, prædicto Regi Franciæ, & ejus hæredibus ac successoribus, nos fideliter & firmiter servaturos, nec contraventuros per nos, vel per alium aliquatenus in futurum; & quod nichil fecimus, nec in posterum faciemus, per quod præmissa, vel aliqua præmissorum in toto, vel in parte, minus habeat firmitatis.

Quittantes penitus & expressè, pro nobis, & hæredibus nostris, & successoribus nostris, & memorato Regi Franciæ, & ejus hæredibus, ac successoribus suis, necnon antecessoribus, & fratribus ejusdem, & eorum hæredibus, ac successoribus, si nos, vel antecessores nostri, aliquod jus habemus, vel habebamus unquam in rebus, quas Rex Franciæ tenet, vel unquam tenuit, vel antecessores sui, vel fratres sui; scilicet, in ducatu, & totâ terrâ Normanniæ:

In comitatu, & totâ terrâ Andegaviæ Turon' & Cinom':

Et in comitatu, & totâ terrâ Pictaviæ; vel alibi in aliquâ parte regni Franciæ, & in insulis, si aliquid teneat Rex Franciæ, vel fratres sui, vel aliquis de eis, & omnia arreragia.

Et similiter quittamus nos, & duo filii nostri, omnibus illis qui, ex parte Regis Franciæ, vel ex parte antecessorum suorum, vel fratrum suorum, tenent aliquid per donum, per escambium, vel per venditionem, vel per emptionem, vel per ascensamentum, vel alio simili modo, in ducatu & in totâ terrâ Normanniæ; & in comitatu, & in totâ terrâ Andegaviæ, Turoniæ & Cynomanniæ; in comitatu & totâ terrâ Pictaviæ; vel alibi, in aliquæ

Page 1_384

parte regni Franciæ, vel in insulis supradictis: salvo nobis & hæredibus nostris jure in terris, unde debemus facere Regi Franciæ homagium ligium per pacem istam, sicut superius est provisum; & salvo nobis hoc quod possimus exigere jus nostrum, si quid credamus habere in Agenois, & habere illud jus, si curia Regis Franciæ hoc judicet, & similiter de Caturc'.

Quittamus etiam penitus & expressè memoratum Regem Franciæ, & fratres, & antecessores suos, de omnibus arreragiis & proventibus perceptis, & qui percipi potuerunt in omnibus supradictis; & de omni rancore & contentione, hinc inde habitis; & de omnibus sumptibus, misis & dampnis, occasione guerrarum, vel quocumque modo alio irrogatis.

Hanc autem quittationem & pacem inter nos & ipsum Regem firmatam, secundum quod superius continetur, quantum ad omnes & singulos articulos, coram nobis jurare fecimus in animam nostram Humfridum de Bohun comitem Essex' & Herefordiæ, & Willielmum de Fortibus comitem Albemarliæ, ad hoc specialiter deputatos à nobis, nos inviolabiliter observaturos, & quod per nos, vel per alium nullatenus contraveniemus in futurum.

Dictas autem quittationes & pacem, de mandato nostri speciali, juraverunt Edwardus primogenitus, & Edmundus, filii nostri, se inviolabiliter servaturos, & in nullo per se, vel alium contraventuros; & quittationes fecerunt de omnibus supradictis voluntate spontaneâ, & nostrâ auctoritate interveniente pariter & assensu:

Quod, ut perpetuæ firmitatis robur optineant, sigillum nostrum præsenti paginæ fecimus apponi.

Datum apud Westmonasterium, ab incarnatione Domini millesimo ducentesimo quinquagesimo nono, vicesimo die Maii.

Page 1_389

A.D.1259

I. Loois, par la grace de DEU, Rois de France, nos faisons a savoir a tous cels qui sont, e qui seront, que nos, par la volente de DEU, ovec nostre chier cusin, le noble Henri Roi de Angleterre, avons pais faite, e affermee e ceste manere, c'est à savoir;

Que nos donons au devandit Roi de Angleterre, e à ses heirs, e à ses successors, toute la droiture, que nos aviens, e teniens en ces trois evesches, e es' cites, c'est a dire, de Limoges, de Cadors, e de Perragort, en fiez, e en demaines: sauf l'omage de noz freres, s'il aucune chose i tienent, d'ont il soient nostre home; e sauves les choses que nos ne poons mettre hors de nostre maine par lettres de nos, ou de nos ancessors; les queles choses nos devons porchacier, a bone foi, vers cels qui ces choses tienent, que li devantdit Rois d'Engleterre les ait dedens la Touz-Sainz, en un an; ou faire lui avenable eschange, a l'esgart de prodes homes, qui soient nome d'une part & d'autre le plus convenable au profit de deus parties.

II. Et encore, donons au devantdit Roi d'Engleterre la value de la terre d'Agenois en deniers, chascun an, selonc ce qu'ele sera prisee a droite value de terre par prodes homes nomes d'une parte e d'autre; e sera la paie fait au Temple a Paris, chascun an, a la quinzaine de l'Ascension la moite, e a la quinzaine de la Touz-Sainz l'autre: &, s'il evenoit que cele terre eschaist de la contesse Johanne de Poitiers a noz, ou a noz heires, nos ou nostre heir, seriens tenu de rendre la au Roy d'Angleterre ou a ses heires: &, rendue la terre, serions quite de la ferme; e, s'elle venoit a autre, que a nos, ou a noz heires, nos donriens au Roi d'Engleterre le fie l'Agenois, aveque la ferme devantdite; e, s'ele venoit en demaine au Roi d'Engleterre, nos ne seriens pas tenue a rendre cele ferme; e, si l'estoit esgarde par nostre cort de France que, por la terre d'Agenois avoir, deust li Rois d'Engleterre metre, ou rendre aucuns deniers, par raison de gagerie, nos rendriens ces deniers, ou li Roi d'Engleterre tendroit & auroit la ferme tant quil eust en ce, qu'il auroit mis parcele gagiere.

III. Derechief il sera enquis, a bone foi e de plane, a la requeste le Roi d'Engleterre, par prodes homes a ce eslus d'une part & d'autres, se la terre, que li cuens de Poitiers tient en Caorsin, de par sa fame, fu de l'Roi d'Angleterre donee, ou baillee, aveques la terre d'Agenois, par mariage, ou par gagiere, ou toute, ou partie, a la suere, qui fu mere le conte Rem' de Tholos darreinement mort; e, s'il estoit trove que il eust ensi este, e cele terre eschroit a nos, ou a nos heires, de l'deces la contesse de Poitiers, nos la donriens au Roi d'Angleterre, ou a ses heires; e, s'ele eschauit a autre, e il iert trove, par cele enqueste, tote voies que ele eust este einsi donee, ou baillee, com il est desus dit, apres le deces la contesse de Poitiers, nos donnons la fie au Roi d'Engleterre, e a ses heires; sauf l'omage de noz freres, s'il aucune chose i tenoient, tant come il viuroient.

IV. Derechief, apres le deces la contesse de Poitiers, nos, ou nostre heir Roi de France, donrons au Roi d'Angleterre, ou a ses heires, la terre, que le cuens de Poitiers tient ores en Xancton outre la riviere de Charente, en fiez e en demaines, qui soient outre la Charente, se ele eschaoit a nos, ou a nos heirs; e, s'ele ne nos eschaoit, nos purchaceriens en bone manere, par eschange, ou autrement, que li Roi d'Angleterre, e si heir l'auront; ou nos li ferons avenable eschange, a l'esgart de prodes homes, qui serront nomme d'une part & d'autre; e de ce, que nos au Roi d'Angleterre, e a ses heir avonz done en fiez e en demaines, li Rois d'Angleterre, e si heir feront homage lige a nos, e a nos heirs Rois de France; e ausi de Bordiaus, e de Baone, e de Gascoigne, e de tote la terre que il tient deca la mer d'Angleterre en fiez, e en demaines, e des isles (s'aucune en ja) que li Rois d'Angleterre tieigne, qui soient de l'roialme de France; e tendra de nos come pers de France; & dux de Acquitaigne; e, de totes ces choses devantdites, nos fera li Rois d'Angleterre services avenables, jusques a tant qu'il fust trove quels services les choses deuroient; e lors il serroit tenus de faire les tiels, come il serroient trove de l'homage de la conte de Bigorre, de Armeignac, e de Fesensac, soit ce que droiz en sera; e nos clamons quite au Roi d'Angleterre, se il, ou si ancessor nos firent onquos tort, de tenir nostre fie sanz nos faire homage, e sanz nos rendre nostre servise, e toz arrerages.

V. Derechief, nos donrons au Roi d'Angleterre ce, que cinqcenz chivaliers deuroient couster raisnablement a tenir deus ans, a l'esgart de prodes homes, qui seront nome d'une part e d'autre; e ces deniers sommes nos tenu a paier a Paris au Temple, a sis paiez par deus ans, c'est a savoir, a la quinzame de la Chandelor, qui vient prochainement, la primere paie, c'est a dire la sisieme partie: e la quinzame de l'Assension ensuiant l'autre paie: e a la quinzame de la Touz Sainz l'autre; e einsi des autres paies en l'an ensuiant; e de ces nos donrons au Roi d'Engleterre le Temple, ou l'ospital, ou ambedeus ensemble, en plege; e li Rois d'Angleterre ne doit ces deniers despendre, forsque el servise DEU, ou de l'eglise, ou au profit del roialme d'Angleterre, e ce par la veue des prodes homes de la terre, esleus par le Roi d'Angleterre e par les haus homes de la terre.

VI. Et, par ceste pais faisant, a quite, e quite de tot en tot, li Rois d'Engleterre, & si dui fils, a nos, e a nos heirs, e a nos freres, e a lor successours, por soi, e por ses heires, e por ses successours, se ils Roys d'Angleterre, ou ses ancessors aucune droiture ont, ou orent onqes en chose que nos teigniens, ou teignissens onques, ou nostre ancessor, ou nostre frere, c'est a savoir en la duchie, e en tote la terre de Normandie; en la conte e en tote la terre d'Anjou, de Toraine, & de l'Maine; e en la conte e en tote la terre de Poitiers; ou aillors en aucune partie de l'roiaume de France, ou des Isles (se aucunes ou tenoms nos, ou nostre frere, ou autres de par nos, ou de par els) e toz arrerages.

VII. E ausi a quite, e quitie li devantdiz Roys d'Engleterre e si dui fil, a toz cels, qui de par nos, ou de par noz ancessors, ou de noz freres tienent aucune chose par don, ou par eschange, ou par vente, ou par achat, ou par ascensement, ou en autre semblable manere, en la duchie, e en tote la terre de Normandie; en la conte e en tote la terre d'Anjou, de Toraine, e de l'Maine; e en la conte e tote la terre de Poitiers; ou aillors en aucune partie de l'roiaume de France, ou es Isles dessusdites; sauf au Roi d'Angleterre, e a ses heirs, lor droiture es terres, d'ont il nos doit faire homage lige par ceste pais, si come il est desus devise; e sauf ce que li Rois d'Angleterre puisse demander sa droiture, s'il la cuide avoir en Agenos, e avoir la, se la cort le Roi de France le juge, e ausi de Caorsin.

VIII. E avons pardone, e quite l'uns a l'autre; e pardons e quitons toz maltaleuz de conteuz, e de guerres; e toz arrerages, e totes eissues qui ont este eves, qui porrent estre eves en totes les choses devantdites, e toz damages, e totes mises qui ont este faite ou faites de ca ou de la en guerres, ou en autres maneres.

IX. E, por ce que ceste pais firmement, & establement, sans nule enfraignance, soit tenue a toz jours, li Rois d'Angleterre a fait jurer, en s'ame, par ses procurours especials a ce establiz, e si dui fil ont jure ces choses a tenir, tant com a chascun apertendra; e, a ce tenir, ont oblige els, e lor heirs, par lor lettres pendanz; e de ce donra seurte li Rois d'Angleterre des chevaliers des terres devantdites (meisme que nos li avons donees) e des villes, selonc ce que nos l'en requirrons.

X. E la forme de la seurte, des homes e des villes, por le Roy d'Angleterre, si sera tele; ilz jurront qu'il ne donront ne conseil, ne force, ne aide, par quoi li Roi d'Angleterre, ne si heir venissent encontre la pais; e si avenoit (que Dex n'en veille) qu'il venissent encontre, e il ne le voulissent emender puis que nos, ou nostre heir Roi de France, les en auriens fait requirre, c'il, qui la seurte auroient fait, dedenz le trois mois, que nos, ou nostre heir les en auriens fait requirre, ferroient tenue d'estre aidant a noz, e a noz heirs, contre le Roi d'Engleterre, e ses heirs, jusques a tant que ceste chose fust amendes soufisaument, a l'esgart de la court le Roi de France: & sera renovelee ceste seurte, de dis ans a dis ans, a nostre request, ou de noz heirs Rois de France.

XI. E nos ceste pais, e ceste composicon, entre nos, e le devantdit Roi d'Angleterre affermee, e totes les devantdites choses, e chascune, si com eles sont desus contenues, promettons, en bone foi, por nos, & por nos successors, au devantdit Roi d'Angleterre, e a ses heirs, e a ses successours loiaument e firmement a garder; e que nos encontre ne vendron par nos, ne par autre en nulle manere; e que riens n'avons fait, neve ferons par quoi les devantdites choses, totes, ou aucune, en tot ou en partie, aient moins de firmete.

XII. E, por ce que ceste pais firmement e establement, sans nulle enfraignant, soit tenue a tous jours, obligons nos, e nos heirs; e avons fait jurer, en nostre ame, par noz procureurs especiaus, en nostre presence ceste pais, si com ele est desus devisee e escrite, a tenir en bone foi, tant come a noz apartendra: e que nos, ne vendrons encontre, ne par nos, ne par autre.

XIII. En tesmoignance de totes ces choses nos avons fait au Roi d'Angleterre ces lettres pendanz, seellees de nostre seel: & ceste pais, e totes les choses, qui sunt desus contenues, par nostre commandement especial, ont jure Loois, e Pheli, nostre fil, en nostre presence, a garder, e a tenir firmement, e que il encontre ne vendront par els, ne par autre.

Le fu done a Paris, l'an de l'Incarnation nostre Seigneur MCCLIX. el mois de Octoure.

Ex quodam transcripto archiepiscopi Burdegal' inter alia, hanc conventionem habemus Latinè redditam, hisce verbis,

Prima Pax.

I. Ludovicus, Dei gratiâ, Rex Francorum, notum facimus omnibus præsentibus & futuris, quod nos, voluntate Dei, cum carissimo consobrino, & nobili Rege Henrico de Anglia, pacem facimus, & firmamus per istum modum, videlicet.

Quod nos donamus antedicto Regi Angliæ, & hæredibus, & successoribus suis, omnem droyturam, quam nos habemus, & tenemus in tribus episcopatibus, & civitatibus, viz. in Lemosinsi, Caturcensi, & in Petragoricensi, in feodo & in domaniâ; excepto homagio fratrum nostrorum, si ipsi aliquid ibi habeant, unde ipsi essent homines nostri; & exceptis rebus quas nos non possumus ponere extra manum nostram per litteras nostras, vel prædecessorum nostrorum; quas res nos debemus procurare, bonâ fide, penes illos qui prædictas res teneant, quod prædictus Rex Angliæ eas habeat à festo Omnium Sanctorum, usque ad unum annum, vel facere sibi conveniens scambium, ad regardum proborum virorum, qui nominabuntur ab utrâque parte magis convenientes, ad commodum dictarum duarum partium.

II. Adhuc, donamus antedicto Regi Angliæ valorem terræ Agenesii, quolibet anno, secundum quod æstimabitur ad justum valorem terræ per bonos homines hinc & inde; & erit solutio facta apud Templum Parisius, quolibet anno, in quindenâ Ascensionis Domini medietas, & in quindenâ Omnium Sanctorum alia; &, si eveniat quod illa terra excaderet de comitissâ Joanna de Pictavis nobis, & hæredibus nostris, nos vel hæredes nostri, essemus obligati de reddendo eam Regi Angliæ, vel hæredibus suis; &, redditâ terrâ, essemus quipti de dictâ firmâ; & si eveniat alii, quam nobis, vel hæredibus nostris, nos dabimus Regi Angliæ feodum de Agenesio, unà cum firmâ antedictâ; & si ipsa eveniet in domanio Regi Angliæ, nos non essemus obligati ad reddendum aliam in domanio; &, si esset cognitum per nostram curiam Franciæ quod, pro terrâ Agenesii habendâ, deberet Rex Angliæ ponere, vel reddere aliquos denarios, Rex Angliæ haberet & teneret firmam; tantum donec ipse haberet hoc quod posuisset pro illâ gatgeriâ.

III. Item erit inquisitum, in bonâ fide & de plano, ad requestum Regis Angliæ, per probos homines, ad hoc electos de unâ parte & de aliâ, si terra, quam comes de Pictavis tenebat in Caturcenc' ex parte uxoris suæ, fuit per Regem Angliæ donata, vel tradita, cum terrâ Agenesii, pro maritagio, vel pro gageriâ, vel tota, vel pars, sorori suæ, quæ fuit mater comitis Raimondi de Tholosa ultimò mortui; & si esset repertum quod tota fuisset, & illa terra perveniret ad nos, vel ad hæredes nostros, de decessu comitissæ Pictaviæ, nos eam daremus Regi Angliæ, & hæredibus suis; &, si ipsa excadet alii, & esset inventum, per illam requestam omni vice quod fuisset ita donata, vel tradita, sicut est dictum superius, post decessum comitissæ Pictaviæ, nos daremus feodum Regi Angliæ & hæredibus suis; salvo homagio fratrum nostrorum, si ipsi aliquid ibi tenebant, tantum quantum ipsi viverent.

IV. Item, post decessum comitissæ Pictaviæ, nos, & hæredes nostri Reges Franciæ, donamus Regi Angliæ & hæredibus suis terram, quam comes Pictavensis tenet modò in Xantonen' ultra riperiam de Charanta, in feodo & in domaniâ, quæ sunt ultra Charantam, si ipse excaderet nobis vel hæredibus nostris; &, si non excaderent, nos procuraremus bono modo, per excambium, vel aliter, quod Rex Angliæ, & hæredes sui ipsa habebunt; vel nos sibi faciemus conveniens scambium, ad regardum proborum virorum, qui erunt nominati hinc & inde; & de hoc, quod nos Regi Angliæ, & hæredibus suis donavimus in feodum & domaniam, Rex Angliæ, & hæredes sui facient homagium ligeum nobis & hæredibus nostris Regibus Franciæ; & ita de Burdegala, de Bayona, & Vasconia, &, de totâ terrâ, quam ipse tenet citra mare Angliæ, in feodo & domaniâ; & de insulis (si aliqua est) quas Rex Angliæ teneat, quæ sint de regno Franciæ; & tenebit de nobis sicut par Franciæ, & dux Aquitaniæ; & de omnibus istis rebus superius dictis, nobis faciet Rex Angliæ servitiâ convenientia, usquequo esset repertum quæ servitia dictæ res debent; & tunc ipse erit obligatus facere, sicut est repertum de homagio comitatûs Vigorræ, & Armaignaco, & de Fesensaco, illud quod jus erit; & nos clamamus quiptum Regem Angliæ, si ipse, vel antecessores sui unquam fecerunt nobis tortum, detinendo feodum nostrum & non faciendo nobis homagium, & non respondendo nobis de servitio nostro, & arreragiis.

V. Item, nos dabimus Regi Angliæ illud, quod quingenti milites debebunt constare rationabiliter ad tenendum duos annos, ad egardum proborum hominum, qui erunt nominati hinc & inde; & illos denarios sumus nos obligati ad solvendum Parisius, ad sex solutiones per duos annos, videlicet, in quindenâ Candelossæ, proximò veniente, primam solutionem, hoc est dictam sextam partem: & in quindenâ Ascensionis Domini sequente, aliam solutionem: & in quindenâ Omnium Sanctorum aliam; & ita de hiis solutionibus in anno sequenti; & de hoc nos dabimus Regi Angliæ Templum, vel hospitalem, vel ambo simul, in fidejussionem; & Rex Angliæ non debet illos expendere, nisi ad servitium Dei, vel ecclesiæ, vel ad proficuum regni Angliæ, & hoc de advisamento proborum hominum, qui fuerint electi per Regem, & per altos homines terræ.

VI. Et, faciendo istam pacem, quiptavit, & quiptat, de toto in totum, Rex Angliæ, & sui duo filii, nobis, & nostris hæredibus & successoribus, nostris fratribus, & hæredibus suis, pro se, hæredibus, & successoribus suis, si ipse Rex Angliæ, vel sui antecessores aliquam droituram habent, vel habuerunt unquam in rebus quas nos tenebimus, vel tenuissemus unquam, vel antecessores nostri, vel fratres nostri, videlicet in ducatu & comitatu terrâ Normandiæ; & in comitatu & totâ terrâ d'Anjou, & de Tureyne, & du Meyne; & in comitatu

Page 1_390

& in totâ terrâ Pictaviæ; vel alibi in aliquâ parte regni Franciæ, vel in insulis (si aliquas tenemus nos, vel fratres nostri, vel alii nomine eorum) & omnia arreragia.

VII. Et similiter quiptavit, ac quiptat prædictus Rex Angliæ, & sui duo filii, omnibus illis qui nomine nostro, vel antecessorum nostrorum, vel fratrum nostrorum tenebant aliquam rem pro dono, vel pro escambio, vel provenditione, vel pro emptione, vel per assensum, vel modo alio similiter, & in ducatu & in comitatu terræ de Normandia; & in comitatu & in totâ terrâ d'Anjou, & de Touraine, & de Mayne; & in comitatu & in totâ terrâ de Pictavia; vel in aliquâ parte regni Franciæ; vel insulis superius dictis; exceptâ Regi Angliæ, & hæredibus suis, eorum droyturâ, unde ipsi debent nobis facere homagia legia per istam pacem, sicut est superius ordinatum; & excepto hoc quod Rex Angliæ possit petere droyturam suam, si ipse credat habere in Agenesio, & habebit eam, si curia Regis Franciæ adjudicat sibi, & ita de Caorsin.

VIII. Et remisimus, & quiptamus unus alteri; & perdonamus & quiptamus omnes malas voluntates contentiosas, & de guerris; & omnia arreragia, & omnes exitus quæ fuerunt recepti & habiti, vel qui potuerunt percipi in omnibus rebus antedictis; & omnia dampna, & omnes expensas, quæ fuerunt factæ hinc & inde in guerris, & aliis modis.

IX. Et, ad hoc quod ipsa pax firmiter & stabiliter, sine aliquâ infractioue, teneatur perpetuò, Rex Angliæ fecit jurari, in animâ suâ, per procuratores suos speciales ad hoc constitutos, & duo filii juraverunt istas res tenere, tantum ad quemlibet pertineat; &, ad hoc, dabit securitatem Rex Angliæ de militibus, de terris antedictis (quas nos dedimus eidem) & de villis, secundum hoc quod nos requiremus eum.

X. Et forma securitatis hominum & villarum, per Regem Angliæ, erit talis; ipsi jurabunt quod ipsi non dabunt consilium, nec fortitudinem, nec adjutorium, propter quod Rex Angliæ, vel hæredes sui venirent contra pacem; &, si eveniret (tamen Deus nolit) quod ipsi venirent contra, & ipsi nollent emendare postquam nos, vel hæredes nostri Reges Franciæ, requisivimus eos, vel fecissemus eos requiri, illi qui securitatem fecissent, infra tres menses quod nos, vel hæredes nostri fecissemus ipsos requiri, essent obligati ad adjuvandum nos, & hæredes nostros, contra Regem Angliæ, & hæredes suos, usquequo ista res fuissent emendata sufficienter, ad esgardum curiæ Regis Franciæ; & erit renovata securitas ista, de decem annis in decem annos, ad requestam nostram, vel hæredum nostrorum Regum Franciæ.

XI. Et nos istam pacem, & istam compositionem, inter nos, & antedictum Regem Angliæ affirmatam, & omnes antedictas res, & quaslibet, sicut sunt superius contentæ, promittimus, in bonâ fide, pro nobis, & hæredibus, & pro nostris successoribus, antedicto Regi Angliæ, & hæredibus suis, & successoribus suis fideliter & firmiter custodire; & quod nos in contrarium non veniemus per nos, nec per alium ullo modo; & quod nichil fecimus, nec faciemus per quod antedictæ res, vel aliquæ, in toto vel in parte, habeant minus firmitatis.

XII. Et propter hoc quod ista pax firmiter & stabiliter, sine ullâ infractione, teneatur perpetuò, nos ad hoc obligamus nos, & hæredes nostros; & facimus jurari, in animâ nostrâ, per procuratores nostros speciales, in præsentiâ nostrâ, pacem istam, sicud est superius ordinata & scripta, ad tenendum bonâ fide, quantum ad nos pertinebit; & quod nos non faciemus in contrarium, nec per nos, nec per nostros, nec per alios.

XIII. Et, in testimonium præmissorum, nos fecimus Regi Angliæ istas litteras patentes, sigillatas sigillo nostro; & istam pacem, & omnes res, quæ sunt superius contentæ, per nostrum præceptum speciale, juraverunt Ludovicus & Philippus, filii nostri, in præsentiâ nostrâ, ad custodiendum & tenendum firmiter, & ipsi in contrarium non venient per se, vel per alium.

Hæc fuerunt facta Parisius, anno Incarnationis Domini MCCLIX. mense Octobris.

Sigillo, ceræ viridi impresso, exhibente Regem solio sedentem, dextrâ lilium, sinistrâ sceptrum tenentem, filis de serico, cidonii coloris, impendenti.

In circumferentiâ hæc verba, Ludovicus DEI gratiâ Rex Francorum. In contra-sigillo, unicum lilium.

Page 1_391

A.D.1259

A tous ceux qui ces presentes lettres verront ou orront. Nous,
Boniface archevesque de Cantrobir, primat de toute l'Angleterre,
Walt' Evesque de Wyrcestre,
Simon de Montfort, comte de Leycestre,
Richard de Clarc', comte de Glocestre & Hertford,
Roger le Bigot, comte de Norfolk & mareschal d'Angleterre,
Humifroy de Bohun, comte de Rochefort & de Essex,
Guillaume de Fort, comte de Albemarl',
Jean Duplessis, comte de Warwik',
Hugues le Bigot, justice d'Angleterre,
Pierre de Savoye,
Roger de Mortemer,
Jean Manseil, tresorier de Emerbil',
Phil' de Ballech',
Richard de Grecy,
James de Audelée, &
Pierre de Montfort,
Conseillurs de nostre sire le Roy d'Angleterre, salut en nostre Sauveur.

Nous faisons ascavoir que nous avons veuë & entendue la forme de la paix qui est faicte & jurée entre le noble Roy de France Leois, & le noble Roy Henry nostre seigneur en ces paroles,

"Henri par la grace de Dieu, Roy d'Angleterre, &c. &c."

Et nous cette paix & composition, si comme elle est contenue par dessus, voulons, & octroyons, & loons, & conseillons, & en la presence du devant dict nostre seigneur le Roy, & par son commandement especial, nous, archevesques & evesques, avons promis en paroles de proicers, & nous, comtes & barons, avons jurés sur sainctes evangiles, que nous les choses & chacune par soy, qui sont en cette paix contenues, tant comme a nous appartient, fermement & establement tendrons & garderons; & a bonne foy travaillerons & pourchaserons que nostre seigneur le Roy d'Angleterre, & si hoirs, en touttes les choses, & chacune par soy qui sont contenues en cette paix, loyaument accompliront, & garderont fermement.

Et cet serment avons nous faict en la presence des messaiges de noble Roy de France, envoyéz de & de par luy. Et en tesmoign de cette chose nous avons mis nos sceaux en ces presentes lettres.

Ce fut données a Londres le Lundi prochain avant la fest de sainct Luc l'evangeliste l'an de l'Incarnation nostre Seigneur M.CC.LIX. au mois d'Octouvre.

Page 1_392

A.D.1259

A tous ceux quy ces lettres verront, Simon de Montfort cuens de Leycestre, & Alienor comtesse de Leycesre sa femme, salut.

Nous faisons assçavoir a tous, que nous avons veuë & entenduë la forme de la Paix qui est faicte & jurée entre nostre seigneur, le noble Roy Louis de France, & le noble Roy Henry d'Angleterre, nostre seigneur.

Et nos Alienor cele pais, & toutes les choses, & chascunes par soy, qui sont contenues en icelle paix, par l'auctorité & l'assentement des devant dict comte Simon nostre mary, & en sa presence, voulons, octroyons & loons, par nostre gré, & sans nul contreignement, & promettons a tenir & a garder fermement & establement pour nous, & pour nos heritiers, & qu'encontre ne viendrons par nos ni par autre; & avons quitté & quittons pour nous, pour nous, pour nos heritiers & pour nos successeurs, de tout en tout au Roy de France, & a ses ancessors, & a ses heritiers, & a ses freres, & a leurs heritiers, & a leurs successeurs, se nous, ou notre ancessor aucune droicture aviens, ou eusmes, oncques en choses que li Roys de France tienne, ou tinst oncques, ou si ancessor, ou si frere: c'est assçavoir en la duché & en toute la terre d'Anjou, de Touraine, & del Maine, & en la comtée & en toute la terre de Poictiers, ou ailleurs, en aucune partie del royaume de France, ou ez isles, s'aucunes en tiennent li Roys de France, ou si freres, ou autres de par eux, & tous arrerages.

Comme aussy avons nous quitté & quittons a tous ceux qui de par le Roy de France, ou de par ses ancessors, de ses freres tiennent aucune chose par don, ou par eschange, ou par vente, ou par achapt, ou par ascensement, ou en autre semblable maniere en la duché, & en toute la terre de Normandie, en la comtée, & en toute la terre d'Anjou, de Touraine, & del Maine, en la comté, & en toute la terre de Poictiers, ou ailleurs, en aucune partie del Royaume de France, ou ez isles dessus dictes, selon la maniere & la teneure qui est contenue en la paix dessus dict; avons juré & jurons de nostre bonne volonté, de l'auctorité, de l'assentement nostre mary le comte dessus nommé, & en sa presence sur sainctes evangiles, en la presence del Roy de France devant dict, que nous toutes ces choses garderons, & tendrons fermement, ne encontre ne vendrons par nos ni par autres, sauves a nos, & a nos heritiers toutes nos demandes & nos droictures, en toutes choses encontre toutes personnes qui ne sont exceptées par la devant dicte paix.

Et nos Simon de Montfort, cuens de Leycestre dessus nomméz, recognoissons & tesmoignons que la devant dicte comtesse nostre femme a faict la quittance, & le sairement, & les autres choses devant dictes par nostre assentement, & par nostre volonté & auctorité, & en nostre presence; & nos mesmes avons juré que la paix dessus dict avons & aurons ferme & stable, & que encontre ne vendrons par nos, ne par autre.

Et en tesmoignages de ces choses, & que ce soit ferme & stable nos, cuens & comtesse desus dicts, avons mis nos sceaux a ces presentes lettres.

Ce fut faict a Paris en la presence des deux Roys dessus nommées, & de moult autres l'an de l'Incarnation nostre Seigneur JESUS CHRIST M.CCLIX. le Jeudy empres la feste St. André l'apostre.

Page 1_394

A.D.1260

A son tres haut & tres cher seignor Henri, par le grace de DEU, Roe d'Engleterre, seignor de l'Yrland, & duc d' Aquitene, ........ & Blanche duchesse de Bretangne salit & reverence cum a son seignor, e soe apparellie afferre sa volente en totes choses.

Nos prions, Sire, a vostre haute qui vos pleise a nos amander vostre estat, le queu nostre Sire face tot jors bon.

E vos feisons a savoer, Sire, que madame .... eor d'en mettes bon conseil a besonges Jehan vostre fil ; qui s'en va a vos en Engleterre, quar il s'en atent d'ou tot a vos.

E vos prions ...... de, que vos me mandes e comandes tot jors vostre volente, e qui arroet tres grant joie de ferre vostre volente en totes choses, e nostre Sire vos gart.

Page 1_402

A.D.1260

Henri par la grace DEU, Roys de Angleterre, &c. a tuz ceus, qui cestes lettres verront, saluz en nostre seigneur.

Sachez toz que nus receumes, le jur saint Edward, le an de nostre corounement xliv. a nostre fest, ke nus tenimes alors a Westminstre, Henri le fiz le Roi d'Alemaigne nostre neveu, l'atorne Simon de Montfort conte de Leicestre, a servir pur li a l'avantdite feste, si com il apent au servise de la senescaucie.

E, en tesmoigne de ceste chose, nus avons fet a de susdit Simon icestes nos lettres overtes par le conseyl de nos hauz homes de nostre conseyl. E ceste chose fu fete l'an e le jur avantdiz.

Ista littera lecta fuit, & approbata coram domino Rege in garderobâ suâ, præsentibus Edwardo filio Regis, Henrico filio Regis Alemanniæ, comite Gloverniæ, comite Oxoniæ, Henrico le Bygod justiciario, Johanne Maunsell, & Ricardo Walerand, & aliis, & per præceptum ipsorum sigillata.

Page 1_411

A.D.1261

Le Rey a toz iceus qui cestes lettres verront ou orront, saluz. Sachez que cum il ait en aucuns contenz e demandez entre nus e aucuns de nos contes, e de nos barons, & autres de nostre realme par acheison dunes covenantes fetes entre nos e eaus, pur mettre nos en lur conseil del estat, de nostre reaume reformer e adrescer, l'an de nostre regne quarante secund a Westmester, e d'uns ordeinemens, purveaunces, e establisemens fez a Oxinford, e puis aillors en nostre reaume. E ces contenz e demandes seient apeisez par commun acord de nus e de eaus, e il ne seit pas reison que apres pes fete seient en rancone ne en demande; nos pur nus e pur nos heirs e pur toz les nos pardonoms tuz mal al euz, e relessons touz trespas, e clamons quite tote covenantes avantdites, e demandes, e amendez, que nos avions, ou aver, ou demander poions envers ceaus, qui en fet ou en dit, en conseil ou en aide, firent nule manere des choses contre nus, ou contre nos dreiz, ou contre nostre volente, ou contre les nos par acheison des contenz de susdiz.

E pur ceo voloms e otreoms, que nul de eaus ne seit greve, ne acheison,

Page 1_412

ne querele en nule manere par nus, ne par nos heirs, ne par nul des noz a nul jour, par acheison dez choses de susdites forpris si nul i fust de ceaus qui sunt desuz nomez, qui ne volist mettre sun seel a les escrit de la mise de denz quince jors puis ke il serra requis de par nus. E ceo de denz la tiphayne procheine avenir.


Ceo est asaver. Le conte le Marescal.
Le conte de Leyc'.
Le conte de Warenn'.
Roger de Mortyni'.
Hug' le Despenser.
Willame Bardolf.
Joan de Burg.
Henri de Hasting'.
Joan le fiz Joan.
Robert de Vespont.
Williame de Muntchenesy.
Johan le fiz Aleyn.
Nicole de Segrave.
Geffrey de Lucy.

E en testmoine de ceo, nos avons mis nostre seel a cest escrit, fet a Londres a la tur le setime jur de December, l'an de nostre regne quarante sime.

Page 1_413

A.D.1261

Henri par la grace de DEU Rei Dengleterre, seigneur Dirland, e duc Daquitayne, a justices, vescontes, e a toz autres bailliz, e ses feaus qui cestes lettres verront ou orront, saluz. Sachez que come il i eit en aucuns contenz e demandes entre nos & aucuns des nos contes, barons, e autres de nostre reaume, par acheson d'unes covenantes fetes entre nus e eauz, l'an de nostre regne quarante secund, e nos eions ces contenz e demandes apeisez par mises fetes par commun acord de nus e de eaus, solonc les formes contenues as escriz des avantdites misez, fetes e afermées entre nos e eaus dunt terme est assigne a la Pentecost procheyn avenir: nos volons e commandons que de donz cel terme de Pentecost eaus, ne nul de eaus, ne nul autre par eaus, ne seient querelez, n'achesonez, ne en nule manere grevez par nos, ne par nos heirs, ne par nul dez nos par acheison des contenz de susdiz.

E purceo nos vos maundons, en la fei ke vos nus devez, & fermement vos commandons, que vos ne denz le terme avantdit, ne apres, desque a tant que vos eiez autre comandement de nos, ne querelez, ne n'acheisonez, ne en nule manere ne grevez, ne suffrez nul de eaus, ne nul autre pur eaus, par acheison des contenz de susdiz, kar sachez que si vos le feisez, nos nos prendrons grevement ver vos; mes ceste chose avantdite facez fermement tenir, e nostre pes par totes vos ballies crier, e fermement garder.

E en tesmoigne de ceo nos avons mis nostre seel a cest ascrit.

Ce fu fet a Londres, le setime jor de Dec', lan de nostre reigne quarante sime.

Consimiles littere diriguntur per singulos comitatus Anglie.

Page 1_419

A.D.1262

A . . . . . . treshaut seignor, e a son treschere piere, si li plest, Henr', par la grace de DEU, Roe d'Engleterre, seignor de Yrland, e duc d'Acquitaigne, Beatrice, sa devote file, feme a mon sor, Jehan de Bretaigne, salut, e amor cum a son cher seignor, a soe aparelle a fere sa volente en totes choses.

Je vos faz a savoer, sire, que m'ante, la dame de Croon, m'est venu voer, e ma prie que je ves priaise, que vos li bendesies une dete, que vos li deues;

E sachez, sire, qu'ele en a ben mestir por une sene fille a marrie; por que je vos pri, sire, que vos, si vos plese, li bendes icele dete, e vos pri, sire, que vos enfacerz tant por nos de ceste chose, qu'ele s'aparcoeve que mes prieres li aet valu. E nostre Sire vos gart.

Page 1_430

A.D.1263

A toz ceus, ke cestes lettres verront è orront, Rog' de Leyburn, Joh' de Vaus, Ralf' Basset, Ham' Lestraunge, e Johan' Giffard, salut'.

Sache vostre universite ke, cum vi eust conteut entre mon syre Edward, fit aisne de Roi d'Engletere, e nos, nous de ces conteut amender, e abesser, e de seurte faire, e de estre lui amy a totes ses bosoynes, encontre tote gent, qe nos tele seurte, come le cunte de Warenn' e mon syre Hen' Fizt le Roi d'Alemayne deviseront e dirront, ferons e tendroms fermemant e estable, a tote nostre vie; sauue le commun serement, k'est al honour de deu, e a la fay le Roi e a profit du reaume.

E avoms jure sor saynt ewangeles de tenyr totes ces choses, ke sunt desus dites fermes e estables.

En tesemoine de ques choses nos avons mis nos seaus a cest escrite, ke fu fet a Lamhiee Le Samadi procheyn apres la assumpcion nostre Dame, lan de la grace nostre Seynour, mil, e deus cent, e seissaunte, e trais.

Page 1_443

A.D.1264

Purveu est par comun assentement du Roi & des prelaz, des contes & des barons de la tere, ke les trespas ke fait sont contre seinte eglise en Engleterre, par acheson du trublement & de la guere ke ad este en reaume de Engleterre, soient amende en ceste forme.

Soient esluz des contes & des grauntz gentz de la tere, par la volente e lassentement des prelaz, trois evesques, ki des amendes resnables ke sont a foire pur les avantditz forfez, ke ont este fait contre seinte eglise, aient plein poeer de establir e de purver, kanque bone sera & renable chose.

Ceus que escomenge seront trovez, soient assous en forme de droit par ceus qui poer averont.

Le poer des prelaz soit afermee en ceste manere: promis soit en bone fai des contes e de la justice, & des autres lais qui sont du conseil le Roi, e autres graunz barons du reaume, ke totes les choses ke les prelaz, ke eleus seront, purverunt renablement en nun des amendes garderont par

Page 1_444

soi, e metteront peine e bone fei de fere garder des autres, e de co endoignent lor lettres overtes.

Derechef tres prelaz, puis kil seront esluz, soit done plein poeer du Roi e de la communaute des contes e des barons, e de graunz hommes de la tere, a purver les choses ke bosoignables sont e profitables a plein reformement del estat de seint eglise, a honur DEU, a la foi nostre seinur le Roi, e au profit du reaume. E ceo soit promis en bone foi par le Roi, & par les contes, & les avantdiz barons, e par les autres graunz hommes de la tere, si en facent lor lettres overtes; cest asaver des choses ke unt este faites pus la Pasche dereine out un an, ce est asaver le an nostre seignor le Roi.

Si nul soit trove ke ne voile ester al ordenement e la purveaunce des avantdiz prelaz en les choses avont dites, e solom les formes avant dites, soit destreint par sentence de seinte eglise. E si mester est soient destreint par la laie force. E qe ceste chose se puisse meux faire, eit la justice cent ou plus chevalers, ou serjaunz soudeers eluz a destreindre les meffesours, quant il serra requis par les avantdiz prelaz. E iceus soudeers de bens communs de seinte eglise, soient sustenuz taunt come il sont en cele besoine.

E cest ordenement durge souans a un an, ou a deus, dekes les choses soient ben en pes, e les purveaunces dez prelaz & la pes de la tere bien meintenue.

Purveu est ke les bens des benefices de seinte eglise des aliens, e des autres ke ont est contre la tere, soient coilli e sauvement garde par les mains des prelaz, descques atant ke soit purveu par comun conseil ke leu devera faire.

E a fermete en testmoinaunce de co le Rois & les hauz hommes de la terre ont mis lur seus a cest escrit.

Page 1_451

A.D.1265

Come munseur Edward einez fiuz nostre seignor le Rois de Angletere, e munseur Henr' fiuz le Rois de Alemaine, par la volente nostre seignor le Roi se la leur se fasent mis ostages desqe la pes de Engleterre feust bien afermee e asseuree; accorde est pur la pes de la ter e meintenir, e pur la deliveraunce desavantditz munseur Edward e de munseur Henr' entre nostr' seignor le Roi, e eus, e les barons de la tere qe le ordenement qe fu purveu a Londr' par commun acord des prelaz e des hauz homes de la tere, qe la furent en mois de Jun, l'an nostre seignor le Rois xlvtime, soit fermement garde e meintenu en la forme qe il estoit purveu, qe est icele.

Forma regiminis domini Regis & Regni.

Ad reformacionem status regni eligantur seu nominentur tres discreti viri & fideles de regno, qui habeant potestatem & auctoritatem à domino Rege eligendi, seu nominandi vice domini Regis, consiliarios novem; de quibus novem, tres ad minus alternatim, seu vicissim semper in curiâ sint presentes, & dominus Rex de consilio eorundem novem, ordinet & disponat de custodiâ castrorum, & aliis omnibus regni negociis. Preficiat etiam dominus Rex per consilium eorundem novem, justiciarium, cancellarium, thesaurarium, & alios officiales, majores & minores, in hiis que spectant ad regimen curie & regni. Jurabunt autem primi electores seu nominatores, quod secundum conscientiam suam eligent seu nominabunt consiliarios, quos credent honori DEI & ecclesie, Regi & regno, utiles & fideles.

Consiliarii quoque, & omnes officiales majores & minores, in suâ creacione jurabunt, quod officia sua pro posse suo, ad honorem DEI & ecclesie, & ad utilitatem Regis & regni, absque munere, preter esculenta & poculenta que communiter in mensis presentari solent, fideliter exequentur. Et si predicti consiliarii, vel aliqui eorum in administracione sibi commissâ, malè versati vel versatus fuerit vel fuerint, vel sint ex aliâ causâ mutandi vel mutandus: tunc dominus Rex per consilium predictorum trium nominatorum seu electorum, quos vel quem ammovendos viderit, amoveat; & loco eorum, vel ejus qui amotus fuerit, per eosdem alios, vel alium fidelem & idoneum subroget & substituat. Si autem officiales, majores vel minores, in officiis suis malè versentur, dominus Rex per consilium predictorum novem ipsos amoveat, & alios seu alium sine dilacione, per consilium predictorum loco illorum, vel ejus substituat.

Et si primi tres electores seu nominatores, in electione vel nominacione consiliariorum aut alicujus consiliarii, aut fortè consiliarii in creacione officialium, vel aliis negociis domini Regis & regni gerendis seu disponendis, discordes fuerint, quod à duabus partibus concorditer factum vel ordinatum fuerit, firmiter observetur: dummodo de illis duabus partibus unus sit prelatus ecclesie, in negotiis ecclesiam contingentibus. Et si contingat duas partes dictorum novem in aliquo negocio non esse concordes, de discordiâ illâ stabitur ordinacioni primorum trium electorum, seu nominatorum, aut majoris partis eorumdem. Et si videatur communitati prelatorum & baronum concorditer expedire, quod aliqui vel aliquis, loco aliquorum vel alicujus primorum trium nominatorum seu electorum subrogentur, vel subrogetur, aut substituatur, dominus Rex per consilium communitatis, prelatorum & baronum, alium vel alios substituat.

Omnia autem predicta dominus Rex faciet per consilium predictorum novem, in formâ suprascriptâ, vel ipsi, vice & auctoritate domini Regis: presente ordinacione duraturâ donec misa apud Lewes facta, & postea a partibus sigillata, concorditer fuerit adimpleta, vel alia forma provisa, quam partes concorditer duxerint approbandam.

In cujus rei testimonium, d'ni R. Linc' & Hug' Elien' ep'i, R. com' Norff' & marescallus Angl', E. de Veer com' Oxon', Hunfr' de Bohun, Will's de Monte Canis' & major Lond', signa sua huic scripto apposuerunt.

Dat' in parliamento Lond', mense Junii, anno D'ni M°CCLX q'rto.

E qe cest ordenement soit mieuz garde, nostre seignor le Roi doit comaunder e enjoindre, e munseur Edward assentir e requere as hanz homes e au comun de la tere par lur lettres overtes, qe demorront en chescun conte, qe cest ordenement fermement tengent.

Estre ceo acorde est qe nostre seignor le Roi, ne munsir Edward, le conte de Leyc' ne le counte de Glouc' ne leur aliez, ne les gens de Londres, ou des Cink Porz, ne nul qe eit este de lur partie, en queuqe liu, ou de queuqe liu qe il soient, ne achesoneront, ne greveront par acheson des choses qe eient este fetes en tens de troblee, eu de la guere qe ad estee ne a eus domage ne feront, ne procuront, ne soferont a fere par leur balifs. E si nostre seignor le Roi, ou munsir Edward vole venir en contre la pes, e le ordenement avantdit, ou les contes de Leyc' ou de Glouc', ou nul de lur partie grever par acheson des choses avantdites, qe les hauz homes e le comun de la tere soient contre eus, pur eus grever a tot leur poeer; ne ne lur soient obeisant de rein, en facent tot ausi com il ne leur fusent de rein tenuz des qe ces choses soient amendees, e adrescees, e maintenues solum la forme del ordenement, & de la pes avantditz; sauve ceo, qe qant les choses serront amendees e adrescees, si com il est de suz dit, qe touz lur soient obeisaunt e tenu com devant.

E nostre seignor le Roi e munsir Edward unt jure sur les seintes evangelis, e les hauz homes e le comun de la tere jurront par comaundement nostre seignor le Roi, e par lassentement, e la requeste munsir Edward, e par leur lettres overtes, qe nostre seignor le Roi, e munsir Edward, e tuz les hauz homes de qi leu les vodra aver endorront ices choses a fere e a tenir, si com il est avantdit. E si issint estoit qe acun alast en contre cest serement, ou aidast al Roi, ou a munsir Edward, ou a autre contre ces choses desus escritees, e de ceo soit ateint par agard du conseil nostre seignor le Roi, e des hauz homes de la tere, soit pris ou banni du reaume de Engleterre, e desheritez lui e ses heirs a remanaunt, e de lur teres soit fet solom les lois e les usages de la tere, ausi com des teres a ceus qe sont ateint de felonie. E ceste chose est fermement establi par le Roi, e munsir Edward, e par le commun de la tere, e de ceo eit ein lettres overtes de tuz ceus qe unt este suspecenus en contr' ceste besoine, qe il ecreient qe issint soit fet, si il venent encontr' en nul point.

Estre ceo les granz chartres des communes franchises e des forests, qe ont plusore foiz este ottreies e escomenge tuz iceus qe encontre vendroient, e les articles qe estoient despeca porveues par acord nostre seignor le Roi, e des hauz homes de la tere, les queus nostre seignor le Roi ne ad geres qant il estoit a Wirecestr' envoia par toz les contees de souz sun seel soient fermement tenuz, e ceo unt jurre nostre seignor le Roi, e munsir Edward, e tuz les justices, viscontes, e bailifs de la tere, e les bailifs nostre seignor le Roi, e de munsir Edward, e tuz autres a qi qe il soient, feront meimes le serement. Issi qe nul ne lur soit tenu a obeer devant ceo qe il eint fest cest serement. E si nul veine encontre, soit grevement puni par agard de la curt le Roi, sauve les privileges a clers si com il apent.

E pur ceo que nostre seignor le Roi devant la bataille de Lewes avoit defie plosiers de ses bone gent de sa tere, e mis hors de sa foie, e eus par leur bone volentee le vollent reconustre derichef com seignor, acorde est qe tuz iceus qe estoient de son homage, e estoient diffiez, lui facent homage de novel, solom le usage de la tere: sauve ceo, e espresement excepte, qe sil veut venir contre les choses de susdites, qe len ne lui soit de rein tenu par cest homage, desqe les choses soient amendes e adrescees, si com il est de susdit. E ceus qe a feute lui furent tenuz, e furent defiez devant lavantdite bataille, si lui referont feaute de novel en meimes la manere qe il est dit des homages. Derechef munsir Edward avera sa mesnee e ses consailers de genz de la tere qe ne soient mie suspecenus, e ceo par acord dil avantditz consail nostre seignor le Roi, e si il autrement le face qe il en corge la peine desus dite, qe tuz ceus de la tere soient contre lui pur lui grever a tot leur poeer, si com il est dist des articles desuzditz. E si nul demorast en son service saunz lur acord, soit grevement puny par la gard de meimes, ceu consail nostre seignor le Roi.

Derechef qe nostre seignor le Roi, ne munsir Edward neatreent mie genz aliens en la tere, si ce ne soit par acord du consail le Roi, e des autres prodes homes de la tere.

Derechef qe munsir Edward pur la pes de la tere meeux afermer, demurge en Engletere, e nomement la ou le bref le Roi curt en Engletere saunz issir desqe la Pasqe qe vent en trois aunz, si ceo ne soit par acord des prelatz, e des hauz homes de la tere, e de lavantdit conseil nostre seignor le Roi.

E si mis aliens vengent desorenavant en la tere, saunz acord del avantdit consail, nostre seignor le Roi, e des autres prodes homes de la tere qe il lur soit apertement nuisaunt, e si issint ne le face, ou si il ist fors de Engletere, e nomement de la ou le bref le Roi curt en Engletere, saunz le acord du consail, e des prodes homes desusditz, qe totes ses teres, seignories, dignitez, e honeurs qe il ad, ou aver porra par nun de heritage, ou en autre maniere soient en corues, e qe il e ses heirs soient desheriteez desavantdites choses a tuz jurs. Issi qe en celes teres, ne en autres choses desusdites, ne puisse chalenger nule manere de droit, del ore qe il vendra apartement contre sa promesse avantdite.

Derechef pur ceste chose meuz garder, les chasteus nostre seignor le Roi e de munsir Edward, qe sunt en meins de gent sospecenus, en queque lui qe ices chasteus soient, soient baillez par acord de la avantdit consail nostre seignor le Roi, a autres qe bien e leaument les gardent a leus nostre seignor le Roi, e de munsir Edward, e a sauvate de la tere.

Estre ceo nostre seignor le Roi e munsir Edward feront ces choses avantdites asseurer si com len purra meuz deviser par Irelaund, par Gascoine, par le Roi de Escoce, e par totes les teres sugeites au Roi de Angletere.

Estre ceo nostre seignor le Roi e munsir Edward unt promis e jure, qe il aideront a porsuire les apens qe sont fet par les prelaz, contes, e barons, e le comun de la tere, de certeins grefs qe feet lur sont, e a defendre la tere e la pes de la tere contre toz iceus qe mire ou mal, ou damage queire la vodront, e agrever a tut leur poer tuz iceus qe encontre la pes de la tere se tendront.

Estre ceo munsire Edward en promptera de nostre seignor le Roi cink de les chasteus, des queus les prodes homes de la tere se tendront a paez, les queus ibaudra en ostage purlui desqa cink anz ke il tendra les choses desus ditees. Issi qe le Roi ne munsir Edward, ni entreront dedenz ceu tens, e ceo jurront par comaundement le Roi les gardeins qe isseront mis: e soit purveu renable sustenaunce des deners le Roi as gardeins de ces chasteus, parquoi il pusent estre sauvement garde desqau terme avantdit. E sil avenist qe eus les lessassent encoure, si enface lem ceo qe semblera a fere par la agard del avantdit conseil nostre seignor le Roi, e des prelaz e des hauz homes de la tere, e au definement du terme avantdit; si la pes soit bien garde, ices cink chateuz soient baillez par lavantdit conseil nostre seignor le Roi a bone gent, qe bien a leaument les gardent aleus nostre seignor le Roi, e de ses heirs, e a sauvete de la tere.

Page 1_452

Estre ce nostre seignor le Roi e munsir Edward, e les hauz homes e le comun de la tere, se sont mis en la jurisdiction des prelaz, e oterie, qe il escomengent tuz iceus qe contre les choses de suzdites, ou la pes de la tere vendront, ou mettront poine de venir. E unt renuncie nostre seignor le Roi e munsir Edward e tus communaument, a totes maneres de privileges porchaciez, ou apurchacer. E qe du serment avantdit, absolucion ne purchaceront, ne procuront, ne purchace par autre, ne receveront, ne useront mesqe le apostoile lenvoiast par sa auctorite demaine.

Estre ceo acorde est qe sauve totes les choses desus escrites, tuz les autres ordenemenz e articles qe furont purveu devant cest ore par le Roi, e son consail, e les hauz homes de la tere, les queus sont al honeur de DEU e de seinte eglise, e la foi le Roi, e au pru de reaume, soient fermement tenuz. E totes les avantdites choses leaument a fere e a tenir, unt jure nostre seignor le Roi, e munsir Edward son fiuz sus les seintes evangel.

Estre ce munsir Edward vaudra al conte de Leycestr' en fie le chastel de Cestre, e la vile, e le contee ove totes les apartenaunces, e le Nefchastel sur Leine ove les apartenaunces, e le chastel du Pek ove les apartenances, si com il les tint e tenir deust, sanz nul retenement, pur autres teres qe le conte lui vaudra en fie a la value des teres qil tient dautre part; e des autres teres qe le conte tient en Engleterre en divers luis, lui fra la value au plus pres du conte de Cestre qil poet. E a baille munseur Edward al avantdit conte le chastel de Bristeud ove la vile, e les apartenances, a tenir en sa meinentenance desqe ces choses soient fetes. Issi qil respoine des renables isseues, sauve ceo q'il mettra renablement en la garde a en la sostenaunce du chastel. E ceste chose se doit fere de denz un an. E si les choses soient fetes entre munsir Edward e le conte de denz ceu tens, le conte rendra a munsir le chastel e la vile ove les apartenances, e a donk vaudra munsir Edward le Chastel en ostage, par acord du conseil le Roi e des bone gent de la tere, deska a cink aunz, en meimes la forme com il est dit des autres cink casteus q'il emprompte du Roi: sauve chescuni droit, e nomement le chaleng le conte de Gloucestr' en droit du chastel de Bresteud e la ville oves les appartenances, issi que par le reson del hostage ne soit le conte le Gloucestr' aloine ne destorbe de sa droiture qant il en vodra parler.

En teumoine de ces choses nostre seignor le Roi, e munsir Edward sun fiuz, munsir Henri fiuz le Roi de Alemaine, e a leur requeste en groinor teumoni les honorables peres, par la grace DIEU Henri de Londr', Waut' de Wirecestr', Joan de Wincestr', Rob' de Durem', Hug' de Ely, Gaut' de Saresbir', Rog' de Coventr', e de Lichefeud, Estevene de Cicestr', Waut' de Ba, Guilliam de Landaf evesques: frere Rog' de Veer prior del Hospital de Jerusalem en Engletere, frere Ambelard mestre de la chevialerie di Temple en Engletere, le maire e le comun de Londres unt mis lur seaus a cest escrit, qe fu fet ottreie e acorde en la forme desusdite a Westmont' au parlement de Londres, le utime jur de mois de Marc' lan del incarnacion n're Seignor M.CClx quart, cest asaver le Mecredi la veile seint Gregor lan del incarnacion desuisdit.

Page 1_453

A.D.1265

Henri par le grace DEU, Roys de Engleterre, seignor de Irelaunde, & duc de Aquitain, a toz ceus que cest escrit verront ou orront, saluz.

Sachez qe com Edward nostre fiz, & Henr' le fuiz le Rois de Alemaigne nostre neveu, apres le bataile de Lewes pur la pes de la tere maintenir, par nostre voleente & la leur, se fusent mis ostages a demorer en la garde munsir Henri de Montfort nostre neveu, desque la pes avauntdite feust bien afermee & aseuree, e celui meimes Henri de Montfort par commun acort e assentement dez prelaz, & des hauz homes de nostre terre, les avaunt diz Edward & Henri rendi & delivera a nos, nos vos fesoms asaver, qe nos le ostages avaunt diz, en la fourme avauntdite, avoms receus, & le avaunt dit Henri de Montfort de la garde avaunt dite aquitums.

En temoyne de co a ceste escrit avoms mis noz sceaus.

Done a Londr' e disme jur de Marce, le an del Incarnation nostre Seignor mil deus cens cincaunt & quatre.

Page 1_464

A.D.1265

A son treshaut & treschier seignour Henri, par la grace de DEU, Roi d’Engleterre, seignour de Yrland, e duc d’Aquitene, Blance duchesse de Bretaigne saluz e reverence, e soi apparellie a ferre sa volence, cum a son chier seignour.

Sire, je vous pri, si vous plest, que vous me villude vostre estate, le queul nostre sire par sa grace face touzours bon; quar sachiez mon chier seignour que j’ei ment tresgrant joie, toutes les foiz que je puiz oir & savoir bones noveles de vous.

Sachiez, sire, que ma dame Beatrix, vostre chier file, e la nostre, est encor deherte de sa feivre, meis el en est mou, amende, la DEU merci; e nous dient les fisechiens que sa feivre ne li puet par longein durrer.

Je vous pri, mon cher seignour, que s’il avoit riens en noz parties que vous le me mande, comandez cum a la vostre; quar sachiez, sire, que je arroie mout tresgrant joie de ferre vostre volunte a mon poer.

E sachiez, sire, que Artus est mout bon suffisant, e mout beil, la DEU merci, e nostre sire vous gart.

Page 1_470

A.D.1266

A noble prince seignur, & a sun cosin tres cher, sire Lowys, par la grace DEU, Roy de Fraunce, Henri, par mame la grace, Roi d’Engleterre, seigneur de Irelonde, & duc d’Acquitayne, saluz, & vereyz amystez.

Sachez, cher Sire, ke nuz enveums nos feaus & leaus, Guilliame Boquer, & Johain de la Linde, chivalers, a vostre presence,

As queus nos donoms plein poer de prendre treuve entre nus, e le Roi de Navarre; c’est à saver de la Pasche prochein avenir en trois anns, si cum vus nus mandastes par vos messages en lettre de creaunce, & nus vus respondunes par nos lettres overtes;

E, a cele treuve a fermer, e lur donoms poer a jurer en nostre alme sur lez poinz ke apendent a fermer l’avantdite trewe.

E sor co averons ferme & estable co, que lez avantdiz Guillame & Johan, en la avantdite bosoigne, feront en nostre nun.

En tesmoine de co avoms mis nostre seel à cest escrit.

Done a Kenilwurth, le dime jor de Novembre.

A.D.1266

A noble prince seignur, & a sun cosin tres chere, sire Lowys, par la grace DEU, Roi de France, Henri par mame la grace, Roi d’Engleterre, seigneur de Irlaunde, & duc d’Aquitaine saluz & verreyz amistez.

Sachez, cher sire, que nus enveuns nos feaus & leaus, Wiliam Bonquer, & Johan de la Linde, a vostre presence;

As queus nus avums done plein poer de prendre truve entre nus, & le Roi de Navarre, e a cele treuve a fermer, c’est a savoir de la Pasche prochein avenir en trois annz;

E nus averoms ferme, e estable co quil frunt en ces choses, e sur co avums done poer a meymes ces de jurer nostre alme, ke nus tendrums quant ke il feront en les choses avantdites.

E en tesmoigne de co avoms mis nostre seel en cest escrit.

Done a Kenilwurth, le disme jor de Novembre.

Page 1_471

A.D.1266

A tuz ceus, qui ceste lettre verront ou orront, Henri par la grace DEU, Roi d’Engleterre, seigneur de Irelaunde & duc d’Acquitayne, saluz en DEU.

Sachez ke nus fesoms & ordenoms nos feaus & nos leaus, Guillame Bonquer, & Johan de la Linde, chevalers, nos messages & procurors, a prendre, & a fermer la treuve entre nus, & le Roi de Navarre.

E lur donom poer a jurer, en nostre alme, sur lez poynz, quæ apendent a fermer la avantdite trèuve.

E en sor co averoms ferme & estable co que les avantditz Guillame & Johan, en la avantdite bosoigne, frount en nostre nun.

En tesmoigne de ceste chose nus lur avoms fet ceste nostre lettre patente.

Done a Kenilwurth, le disme jor de Novembre.

Page 1_475

A.D.1268

Henri, par la grace de DIEU, Roy de Engleterre, seigniur de Irelaundie, e duk de Aquitanie, a tous ceus qe ceste leteres verrunt e erront, saluz.

Sachez qe, come monsire Pirres de Savoye nostre chier uncle, eust done e assigne par cirografe, fete en nostre curt, a nostre chire compaigne Alianore reigne d’Engleterre le honour del’Egle, ove totes les aportenaunces, apres les jours meme celi Pirres, nos volums e grauntoms que celle avantdit Alianore nostre compayngne, eit e tingue l’avauntdit honour, ove totes les aportenaunces, tote sa vie issi qe de ces seit surte fete par nos justices, qe memes cel honour, ove totes les aportenaunces recuvere entirement, apres la mort l’avantdit Alianore a noz e a noz heyrs Roys d’Angleterre.

E come memes cely Pirres eit devise le honor de Richemund, sicome il out poer, par nostre chartre a memes cele Alienore e nos, eyoms afferre de meme cel honour a bailler a Johan de Britaine nostre chier fiz, si come nos si sumes tenus par nos letres nous, en eschaunge de cel avauntdit honour de Richemund, li avouns done vit cent mars par an, a prendre e recevere, a tote sa vie des fermes desuz escrites; ceo est assaver,


De la ferme de Marleberge cinquante libres.
De la ferme de Anneis de Ravedon’ set libr’ e diz souz.
De la ferme de Winterburne xii. libr’ x. den’.
De la ferme de Hedingdon xviii. li.
De la ferme de Haneberge xxvii. li.
De la ferme de Blokesham xxxii. li.
De nos molins de Oxneford xxxv. li.
De nostre prei de Oxneford xiii. li. vi. s. viii. d.
De la vile de Langeleye vii. li.
De Cokham, e de Braye, e de Kenington cinquante marc’.
De la ferme de Wycumbe xviii. li.
De la ferme de Kingeston, oue les estentes xxix. li. xvi. souz, & vii. den.
De la ferme de Boseham xliii. li. iii. s. vi. d.
De la ferme de Hadeleye xiii. l. vi. s. viii. d.
De la ferme de Colecestre, xvi. li. vi. s.
De la ferme de Andovere quater vint’ ii. li. vi. s. viii. d.
De la ferme de Bassingestoks quater vint’ li.
E les xii. cent’ marc’ que le Roy de Fraunce paie chescun an pur la terre de Aginoys, les queus nos recevoums de Johan de Britayne pur la conte de Richemund, que nous ly rendoums; issi nequident que il eit tauntost seisime de viii. cent’ marc’ a prendre e a recevere, si come il est avauntdit.
E les xii. cent’ marc’ demurgent en la mayn Edward, nostre fiz eynez, taunt come nous eums veu la manere, coment levauntdit honor de Ricemound seit done a lavauntdit Alianore, par le devis, quele chose ele nous doit monster entre ci e ke Paskes, ou quele oure qe ele vodra avaunt,
E la manere del devis veu, dè son droyt entendu, e sor ceo surte fete, ke la chose revinge a nous e a nos heirs Roys d’Engleterre apres ses jours, nous ly deliveroms les xii. cent’ mar’ avauntdiz.

Et si issi seit qe ele ne put mostrer, qe ele eit droyt par le devis avauntdit, en la vauntdit honour de Richemound entre ci e Paskes ou quele oure qe ele vaudra avaunt.

E la manere del devis veu de son droit, e entendu, e sor ceo surte fete, que la chose revinge a nous, e a nos heirs Roys d’Engleterre apres ses jours, nous ly deliveroms les xvi. cent mars avauntdis.

Et si issi feit qe ele ne put mostrer qe ele eit droit par le devis avaundit en lavaundit honour de Richemound, entre ci e Paskes; nous, apres Paskes reprendoms les avaundiz viii. centum marc’ en nos mayns.

Et si issi seit qe ele pust munster qe la chose ly seit divisee, par quei ele eit la seisin de xii. cent’ mars, e la terre de Aginoys, nos escheites en la vie de memes celes Alianore, nous volums qe ele eit e tinge cele terre de Aginoys a tote sa vie, en meme la manere qe ele tinent les viii. cent’ marc’ e les xii. cent’ marc’. C’est a saver qe apres ses jours revigne a nous, & a nos heyrs Roys d’Engleterre; mes qe nous ly avoms graunte, e volums pur nous, e pur nos heirs, qe le eit apres ses jours des issue de meme cele terres x. mille marc’ a par fere seon testament.

E qe ceus den’ serent levez de meme cele terre, ou des viii. cent’ marc’ & de xii. centum marc’ si la terre de Aginoys seit eschu, par les meyns de ces escheiturs, qi saient de Engleterre, ou de nostre seignorie de lavauntdite terre de Aginis, ou de Gascoyne, nos hommes; issi qe les chasteus & les forteles saient renduz tauntost, apres sa mort, a nous, ou a nos heirs Roys d’Engleterre, e qe les homage les feautes de la gent seient ausi fez tauntost a nous, ou a nos heirs Roys d’Engleterre.

Mes qe totes les issues demorgent en les mayns les avant dit esscheiturs, si come nos avoms avaunt dit, issi qe quele houre qe ele murge, ou tost, ou tart, qe la terre ne puisse demorer charge apres sa mort, qe de x. mille marc’.

E quele houre, qe ceste terre de Aginoys seit eschue, nous la seroms estendre, e cele de Richemund ausi.

E, si nous troums qe l’onur de Richemund vaille plus qe la terre de Aginoys, nous li lerrums de memes l’assignment des viii. cent’ marc’ taunt ke ele avera seon plein.

E si la terre de Aginois vaille plus ke l’onur de Richemund, ele de memes cele terra rendra a nos, e a nos heirs per an autre taunt come le suriplus amontera.

Page 1_476

En temoigne de ceste choses avauntdites avoms nos mis nostre seel a cest escrit.

Et sit atendre qe nos cest avauntdit graunt avoms fet, par le comun acord de nostre consail, des queus les uns ount mis lur seaus a c’est escrit; c’est assaver,


Edward nostre fiz einez.
Mestre God’ Giffard, eslit de Wircestre, nostre chaunceller.
Henry le fiz le Roy de Alemaine, nostre neuz.
William de Valence nostre frere.
Ph’ Basset.
Roger de Mortimer.
Mestre Johan’ de Chushulle erchidiakin de Londres.
Roberd Walerand.
Roberd Agilon, &
Johan de la Linde.

Done à Wodestoke, le quinzime jour de Joil, l’an de nostre regne cinquaunte secund.

A.D.1268

Henri, par la grace DEU, Roy d’Engleterre, signur de Irlande & duc de Acquitaine, a Edward sun fiz eynez saluz.

Sachez ke nus avoms rendu a nostre cher, e nostre feel Johan’ le duc de Bretaigne, fiz Perrez jadis duc de Bretaigne, la cunte de Richemund, ove totes les apurtenaunces par soun homage, e par soun service, la quel cunte, ove les queles apurtenaunces, les auncestres meimes celui duc autrefitz tindrent,

A aver e a tenir a meimes celui duc, e a ses heirs, de nus, e de nos heyrs, cume lur dreit, e lur heritage, ensi, e en meimes la manere, e od meimes les franchises, ke les auncestres al dit duc le tindrent, quant ele vint primerement a noz meyns, fesaunt a nus, e noz heires les services, ke ses aunces tresmeimes cel duc en soleint, & en deveient fere a nus, e a nos auncestres.

E quituns meimes cel duc, e ses auncestres de tuz forfeitz par defaute de servise, & de tuz arretages, e de tutes autres choses, ke de meimes cel duc, ou de ses auncestres, par acheson de lui, peusouns demaunder deske a jur ke cestres lettres furent fetes.

E nus, e noz heires sumuz tenuz a garaunter a l’avantdit duc, e a ses heyres, l’avantdite cunte, ove les appurtenances, encontre tote gent, ke ren ne pussent demander par nostre fet, pus cel tens ke l’avantdit cunte vint en nostre meine par la seisine la avauntdit Perres jadis duc de Bretaigne.

E, pur co ke Aleyn de Acerat, chevaler, & procuratour le avauntdit duc, ke plein poer aveit par les lettres patentes de meimes cel duc, en nostre presence, ad rendu a nostre chier Johan de Bretaigne, fiz einez le avantdit duc, la avantdite cunte, ove tote ses appurtenances, dunt nus avoms sun homage receu, nus mandoms ke al avandit Johan la avauntdite counte, ove ses apurtenaunsez rendez a tenir de nuz, e de noz heyres en la forme suisdite.

Et tesmoine de queu chose nus en veuns nos lettres patentes, done a Wodestoke le sezime jur de July le an, &c.

E maundez est a chevalers e a fraunctenaunz delavauntdite cunte ke en totes choses soient entendaunz a lavantdit Johan, & ses heires, cume a lur seignur, si com avant est dit.

A.D.1268

A totes ceaus ke ces lettres verront ou orront Johan de Bretaygne, fuiz esnè au noble sier Johan duk de Bretaign, salut en nostre Seignur.

Sachez ke com mes sires Henry noble Roy Dangleterre eyt ja rendue mercy la contee de Richemund od les apurtenaunces a sire Aleyn de Acherat, procurur & attorne mun seignur mon pere avauntedit, assigne par sa lettre patente a recevoir la contee avauntdite, e a fere ent kaunt kil feroit seil estoit presente al oes mun seygnur mun pere avauntdit, e li avauntdit procurur par le poer kil out de mun seygnur mun pere avauntdit, la contee avauntdite en nun de mon pere me eyt done, e je en eye fete homage a mun seygnur le Roi Dangleterre avauntdit; jo ay rendue quiteclame pur moy & pur mes heyres a mun seygnur le Roi avauntdit e a ses heires, tut le droit & tut le claym ke jo ey, ou auer pooy en la contee de Ageneys od les apurtenaunces, e kaunt ke jo poaye demaunder de deners, ou dautre chose, par le resun de mesme la contee ke mes sires le Roi Dangleterre pur la contee de Richemund avauntdite assigna a mun seignur mon pere, e il a moy par la gre le noble Roi de Fraunce.

A avoir e a tenir en la furme du covenaunt, fit entre mon seignur le Roi Dangleterre & mun seignur mun pere, si come les parties du cyrograffe ke fu fet entre eaus pleinement les tesmoynent: e surceo jo acquit de ce jor & en avant le Roi de Angletere e ses heires des ut cent marcz qil avoit graunte a moi e a mes heirs jesque le estente de Richemund fust fete seloun la verre value de nuz la contee.

Et jo premet en bone foy, ke jo escriverai al Roi de Fraunce, e par moi e par mes amis procurarai a tut mun leau poer ke il me relesse l’omage que jo lui fis de la cuntee de Agenois avauntdite, e kil eyt estable ceo ke jo en ay crendreit fet de vers mun seygnur le Roi Dangleterre.

Estre co jo premet en bon fei e me oblige fermement, ke la partie du cirograffe avauntdite ki est devers mun seygnur mun pere, frai livrer e rendre a mun seygnur le Roi Dangleterre entre ci e la procheinne feste saint Edward. (E si yl aveneit par aucun cas qe ge ne puisse rendre la partie de celuy cyrograffe, ge rendroye a mon segnor le Roi, les lettres mon segnor mon pere e les mees. Es queles il seroit contenu que mon pere e ge quitons a toz jouz por nous e por noz eyrs tote le droyture que nous poyons avoir e deivons en la conte de Agenois, e es deneers qe le Roi de Fraunce me soleit rendre. E en cas de fallee a cele feste devauntdite a rendre la partie du cyrograffe ou les lettres mon seynor mon pere e les mees de quitance, mon seygnor le Roi porroit prendre en la maen e sesir la contee de Richemont e tenir duques a tant que ge ly eusse rendu la partie avant dite deu cirograffe, ou les lettres mon pere e les mees de quytance; ou les letres a celuy de nous deus qi plus virireit.)

En tesmoyne de ceste chose a ceste chose a ceste escrit ay mis mun seil.

Done a Wodestok le seszime jor de Jul lan du regne le Roi Henri avantdit cinquante secund.

Page 1_481

A.D.1269

A touz les ceaus a qi ces lettres vendront, Edward, fuis eisne a noble Roy Dengleterre, saluz en DIEU.

Sachent tuit qe entre nostre chier cousin Looys, par la grace de DIEU, noble Roy de France, e nous sont fetes de comun acort sur nostre voaie du pelerinage d’outre mer iceles covenaunces;

Li dit Roy de France doit prester a nous sexante & dis mile liures de Tornois, contes en ceste summe vint & cink mile liures de Tornois, les queus mon signieur Gestun, visconte de Byern, nostre cousin, devoit avoir de celui Roy de France por lui, & por son passage, e por ces gens, ques il deuoit mener ou pelerinage d’outre mer avoqs celui Roy: le quel Gaston nous retenoms lui, e ses genz, en nostre compaignie.

E de ces sexante & dis mile liures deit estre baille por chevaus, por nefs, por viandes, e por nostre passage, qi ce mestier nous en sera: e sera paie par les genz le Roy, ou par ceus qi il mettra a ceus, de qui ces choses serront prises, ou achatees por nous par la veue de nos gens qi nous aurons a ce attorne: e ce il a remanant, il nous sera deliure la ou le Roys sera outre mer apres ce qe nous serons venus a lui.

E les devandit deniers nous sumes tenus a rendre au devantdit Roy, c’estassavoir chescun an diz mile liures, a deus termes desous escriz, jesques a taunt qe il soit entirement paie de tote les sexante e dis mile liures.

E comencera la premere paie, c’estassavoir de cink mile liures, a mois marz en l’an del’ Incarnation nostre Seignieur mile, deus cenz, e sexante, e treze:

E l’autre paie, des autres cinqz mile liures, a la nativite saint Johan Baptist prochenement suivant; e ensi de an en an a mesmes ces termes jesques a taunt qe il soit parpaie.

E seront pae ces deniers chescun an a Paris au Temple, dedenz la quinzeme apres les termes avantnomez, du paage de Bordeaus, par la main de nostre connestable, ou par celi qi tendra son leu, ou de leur mandement.

E volons qe de celui paage a chescun terme ne soit riens mys en autre usage, jesques a taunt qe lui Roys erit enterment la paie de chescun terme.

Le quel paage nous li assenoms en la manere devantdite, e obligeons, par la volente nostre seigneur le Roy, nostre pere, por la summe des deniers devantdiz.

E volens qe il en soit paiez, chescun an delors, si come il est desus dit santz faillir.

E de cest assignemente e obligement nous li devoms fere avoir les lettres nostre cher seigneur & pere le Roy D’engleterre, ouoqes noz presentes lettres.

E, s’il avenoit, avant qe les deniers devauntditz feussent paies, qe nous tenisons plus de terre qe nous ne tenons en tens d’ore en reaume de France, nous volons qe ele soit ausint obligee por la paie desus dite;

E, quoqes tut ce, nous li obligeons, por la paie devantdite, ce defaute j’avoit, noz biens muebles, les queus porront estre trovez en son reaume, apres nous avons promis a celui Roy qe nous serrons, a pluis tart, dedeinz l’Assumpcion de nostre dame prochein avenir au port d’Equemorte apareillie de passer; si nous n’ aions tiele assoigne par quei li Roy mesmes nous tiegne por escusez.

E, si einsi estoit, qe nous ne venissons a lui por l’essoigne desusdite, d’ont DEUS nous defende, nous volons e ottrions qe des choses, des queus nostre gent auront achatees des deniers devantditz, qe li Roys, devantdit en preigne, e en retiegne ce qe li plerra par le pris qe eles auront este achateez; e le remanant soit vendu par noz gens franchement, sanz encombrement de nulli, e les deniers, qi en istronts, soient renduz au Roy, ou a son commandement en aquit du prest devantdit: e ce qe demourroit a parfere don paiement de la summe devantdite, serroit pris sour le assenement devantdit, solone la reson des termes devantditz.

E promettonz, encore, qe nous travaillerons en bone foi de passer, e de venir, a plus tost que nous porrons, la ou li Roys serra.

E autresint avoms nous promis en bone foi, que nus grefs, ne damages, ne ferons par nous, ne par le noz, en la terre le Roy devandit, ne en la terre de ces freres, que il ont en son reaume, ou de hors, en alant en nostre pelerinage, e en demorant, ne en retornant.

E, tant come nous serons en nostre pelerinage ouoqes le Roy de France, nous li obeierons en bone foi, ausi come un des barons de son reaum, por fere le servisse nostre seigneur.

E totes ces choses devantdites nous li avoms jurez sur saintes Evangeles a garder fermement, tenir leaument, & a parfere en bone foi entierement; e espesciaument por ceste article, c’estassavoir por venir an port avantdit, e por passer la ou li Roys serra, si come est devantdit, de nous baillier a paus un de noz fuiz, en oustage, dedeinz la prochein Chandelur, au Roy, ou a son commandement; li queus nostre fuiz serra tut quietes, e deliures de cest custage, si tost come nous vendrons la ou li Roys serra: e li Roys le fera quites deliurer a nous, ou a nostre comandement.

E, s’il avenoit qe nous moreussons avant qe nous venissons au Roy, ou autre esoigne, par quei li Roys nous tenist por eschusez, nous avenist, d’ont DEUS nous defende, si come est desus escrit, li en faut serra tut quite deliure a nous, ou a sa mere, ou a nostre mandement, ou au Roy D’engleterre nostre pere, ou la Reine nostre mere, ou a leur mandement, s’il avenoit einsi qe la mere a l’enfant moreust avant: e a ceste deliurance fere de l’enfant sont tenuz li Roy, e ses heirs.

En tesmoigne des choses devantdites nous avons fet mettre nostre seel a ces presentes lettres;

E nous Henri fuiz eisne le Roy D’alemaign’, Gaston viconte de Byhern, Thomas de Clare frere au counte de Gloue’, Roger de Leburn, Robert’ Walerand chevaliers, avons jure sur saintes Evangeles, a la request du devantdit mon seignieur Edward, qe nous en bone foi travaillerons, e metterons loiaument consail, e paine, que li devantdit nostre sire Edward gart e accomplisse les convenances devantdites.

E a nous ajouste a ces presentes lettres nos seaus, oveqes le seal mon seignieur Edward. En tesmoign de totes les choses devantdites.

Done fu cest escrit, e fet a Paris, le Mardi prochein apres la feste Saint Berthelemi l’apostre, an de l’Incarnation nostre Seignieur mil deus cenz, sessante, neuyme.

A.D.1269

Henri, par la grace DIEU, Roy d’Engleterre, seignieur d’Irlande, è dux d’Aquitaine, a tous ceaus qi cist escrit orront, ou vorront, salus.

Sachez qe, come entre nostre chier seigniur Looys, par mesme la grace, noble Roys de France, e nostre cher fuiz eisne Edward soient fetes, de comun accord, sour le voiage de outre mer, certeines covenances, si come il apiert par les lettres dou avandtdit Edward,

E il seit contenu en iceles covenantes qe li devantdit Roys doit aprester a celui Edward soixante e dis mil’ livres de Tornois, a rendre a termes, qi sont contenuz en icele lettre du paage de Burdeau, par la main de son conestable, ou par celui qi tendra son leu, ou de lour commandement,

E, por celui paiement fere as termes, qi sont contenuz en la lettre, le devandit Edward lui eit assene & oblige le devantdit paage en la manere, qe est contenue en la devantdite lettre, par nostre volente, si come il disoit,

Nous reconissons qe ce ad este fet par nostre volente, e de nouvel assenoms & obligeons le devantdit paage, por la sume de deniers devantdite rendre as termes devantditz,

E promettons qe nous ne vendrons a l’encountre par nous, ne par autre.

E, por ce qe du devantdit assenement li devantditz Edward avoit promys a celui Roy fere avoir nos lettres, ovoqs les senes, nous avons fetes ces lettres, e bailles en tesmoigne, e en confermement de ces choses, seelees de nostre seel.

Done a Wyncestr’ le Mardi prochein devant la feste Seint Michel, l’an de grace mil, deus cenz, soisante nofime.

Page 1_484

A.D.1270

Edward, fiz esne a l’ noble Rey de Engletere, a tuz, ke ceste lettre orrunt ou verrunt, saluz.

Siche ke, par le otri e le assentement de l’avant dit Rey nostre pere, avum ordine e establi de la garde de nos enfans, e de nos chasteaus, e de nos terres, e de nos seignuries en Engletere, en Gales, en Irlonde, en Gayscoyne, e des isles de Gernesie e de Geresie, oue tute les apurtenances, ensement oue les issues des terres, e de choses avaunt dites, en la forme desut escrite, ceo est assaver;

Le noble Rey Ricard de Romeyns, nostre uncle, eyt la garde de nos enfant jeskes a nostre revenir, a l’plesyr de DEU, de la Terre Seynte, a la seurte de nos, e de nos enfanz avant diz; issike, si par aventure avegne, ke DEU face de nos son comandement, avant nostre retorner en Engleterre, mesmes la garde remeyne a l’vant dit Rey nostre uncle, jeskes al leal age de meyme les enfanz, ensement oue le government, e le adrescement de nos terres avant dites.

E, a la garde de mesmes les terres, desut le Roy nostre uncle avantdit, avum assigne le honorable pere Waut’ eveske de Everwyk, è nos chers amis syre Philip Basset, syre Rog’ de Mortimer, e sire Robert Walrond,

Ke a la governement, e a la garde de nos terres, e de nos dreyt avantdit teignent nostre lui ensemblement ou le Rey avantdit; e a ous seyent entendant e juret tuz nos baylifs, e nos chasteleyns, si com a nus meymes, as choses e a bosoygnes, ke ils ordinerunt e furrunt par le conseyl de nostre uncle, kant il porra entendre.

Et, si il, par aventre, avenist ky le avantdit Rey nostre uncle, ou tuz les quatre ne pussunt entendre, ferm seyt e estable ceo ke treys, ou deus de iceus, ky present serrunt, en front kant bosoyne sourdera.

Ensement avum ordine des issue des nos terres avantdites, ky nos dectes en seyent payes as povere gent, e as autres en ceste terre, e en autre par tut la ou ne devom.

E, si, par aventre, avegne, ky DEU defende, ky gerre sorde en la terre, adonky y seyent les issues avantdite mises en la garde, e en la seurte de nos enfans, e de nos chasteaus, e de nos terres avantdites, si com mestier serra, e apres, en eyde ne nos amis, tant cum il porrunt estendre;

E, si il pleyse a DEU ky pes seyt en la terre, per quey ne seyt mestier a issi mettre les issues avantdites, donk volum ky il seyent garde en sauue garde, mis al us de nos enfans, si aventre de nos en vegne jeskes a lage de nos enfant avantdit, a fere ent dunkes lur preu, si endementers ne seyent bosoynnablement mis a eus, a alirr dreyt defendre.

Ensement avum ordine ky, si per aventre mesavegne de nuls de quatre avant dit, ky dunke sryt purveu per le avantdit Rey, e leys treys autres, un autre un seon lui ky covenable seyt: e ensement de chasteleyns, e de baylifs, si par nule oventre seyent remuables, ou autre aventre de eus avegne; e ceo seyt entendu ausi ben de chasteus, e des contes, ky le Rey nostre pere nos ad bayle, e de forestes, ensement e de autres baylaies, les queus nos tenoms a terme par sun bayl, cum de nos chasteus, e de nos baylaies demeyne:

Estre ceo avum ordine, ky si de nostre pere Rey de Engletere, ky DEU defende, mesavenist, ky le devant dit Roy nostre uncle eyt la garde de nos enfans avant dit, e tengne nostre lui en Engletere, e aylurs, par l’ayde les avantdit quatre, e de nos amis, e keus ky dunke serrunt en la terre de Engleterre, jeskes a nostre revenir de outre mere, ou jeskes al plener age de nos enfans, si DEU ne voyll ky nus revegnoms.

E, si il avent ky DEU fet sun comandement del Rey de Alemaigne avantdit nostre uncle, devant nostre revenir de outre mer, ou devant le plener age de nos enfant, nus volum ky seon fit Henri, si il seyt el reaume en pusance de sun cors, ky il eyt meyme le poer ke sun pere avoyt.

E, si de lui aveigne, ky DEU nun, nus voloms ky les quatres avant dit elisent un covenable a soverayn de eus, ou de outre, tel com il verrunt ky plus seyt convenable a nus, e a nos enfant, e all reaume de Engleterre; le quel eyt mesmes le poer, ky le Roy en eyt, ou son fit.

E pur ceo ky nul certeyn tens ne est establi de l’age de nos enfant, voloms ky le age seyt entendu du vint anz, issi ky, jesky a dunky, ne eyt poer de chose s’loyngner de la corone, ne de dons fere, d’unt force seyt, fors per le conseyl des avant gardeyns, ou de ceus ky il averunt a eus a compaigne, a ceo sept entendu de don resonable de chose mobles, jeskes a tant ky eus seyent de plener age de vint anz.

E, estre ceo, nus avum retenu a nos plener poer, des autres a jundre a ceus cink, kant il nus plerra, en nostre testament, ou avant.

E, si il a veneyst, ky DEU feyst son commandement de nostre seignur le Rey nostre pere, ou de nus, avant ceo ky nus returnums de outre mer, nus voloms ka totes les issues de la terre de Engletere, e de nos autre terres avantdites, seyent mis en sauue gar a le us de nos enfant sauue nos dectes, e le mises ke il ic covendra mectre par estover, par le conseyl, e le ordeynement des avanantdit cink.

E, a cestes choses avant dites fere ferms e estables, avoms nos nostre seal misa ceste lettre, fete en forme de cyrograf, d’unt nus avoms la une partie bayll a nastre cher uncle le Rey avantdit, e la autre partie as avantdit quatre ensemblement, oue la lettre overt nostre cher pere le Rey de Engletere, par la quel nus aviums poer a cestes choses avantdites fere, e a complir;

A ces testmoygnes,


Nichol Evesky de Wyncest’.
Godefry Evesky de Wyrecestre.
Roger Evesky de Cestr’.
Waul’ Evesky de Excestre.
Syre Will’ de Valence.
Rog’ de Someri.
Syre Rob’ de Aguylon, e autres.

Done a Wyncestr’, le secund jur de Aust, le an de regne nostre pere avantdit cinquante quatre.

Page 1_486

A.D.1270

Nos Charles, par le grace de DIEU, Rois de Sicile, du duche de Puille, & du princee du Capes, de Anioie, de Provence & de Forcalquier conte, senator de la sainte Cite, par la sainte Eglise de Romme de le empire Romain en Touscane vicaire generaus, faisons a savoir a tout ceus, qi ces lettres verront; qe come nos trechiers cosins mesire Edward, aines fuiz de tresnoble Roi de Angleterre, a nostre requeste, voist entrer ce roiaume de Sicil, en la oumpaignie nostre treschier & saiguce Phelippe par la grace de DIEU, tresnoble Roy de France, e des autres barons creises, pur pendre consail du fet & de la bosoigne de la croiz.

Nous donnons & ottirons au devantdit Edward, & a toutez ses genz, & a lor maisne, plaine seurte, & sauf guiage, & liat conduit venaient, alaunt, demorant, & retornant par toute nostre realme, & par totes nos autres terres dedens nostre realme, & dehors en lur cas, & en lur choses.

Page 1_487

E promettons en bon foi que, dehors nostre roialme, & nos autres terres, ne dedans par nos, ne par nul de nos, ne sera a li, na a nul des suens porchace mal ne damage, que nos pussiens desturber.

Derechief nos promettons que, toutes les hores que li devandiz Edward voudra li & sa gent ensemble, ou il sanz sa gent, ou sez genz sanz li, ou aucuns de ses genz, par li quicunque al soit, aler hors de nostre roialme, ou de noz autres terres, quel part que il voillent aler, nos le ferrons selvement conduire, tant come nostre pooir dure, ausi com nos feciom le conte de Poictiers nostre chier frere, & sa gent, ou les meillors amis que nos aion:

Et donrons nos lettres de seur conduit a li, & au siens, a lur requeste, toutes les foiz queil vodront; ceste lettre durea jusques a fa fest de saint Johan baptiste.

Ceo fu done a herberges pres de Cartage, en l’an de l’incarnacion nostre Seigneur mill duscenz, sexante dis, le xviii. jor de Novembre, de la quartorziesme indicion, el vi. an de nostre regne.

A.D.1270

Charles, par la grace de DIEU, Rois de Sezile, du duche de Puille, & de princee de Capes, de la Seinte Cite senaz, de Anjoie, de Prouvence, & de Forcalquier conte, du Romein empire par la seinte Eglise de Rome en Toscanne vicaires generaus, toz capitaines, vicaire, justices, secrez, vailliv, & autres officians, par le regne de Secile, & par nos autres terres establiz, nos faisoms nostre grace e nostre bone volente.

Digne chose est & consentent a reson, que nostre cosin & nostre ami, & especiaument aler qi entendent au service nostre Seigneur, qi il reportent & aient grace favourable de nostre hautece.

Cum donques hauz & nobles hom Edward, einynez fuiz don haut Roi d’Engleterre, nostre chier cosins, & germains de noz infanz, ou sa chivalrie, & sa gent, avec le Roi de France, & les autres granz barons de France sentende a yemer en nostre royaume de Sizile;

Et nos a celui, lequel nous amons d’entier quer, voillions faire grace especial, par le tenur de cez presentes lettres li otrions plein pooir, qi il de sa chivalerie, & de sa gent, qui or endroit demeurent avesque liu, ou demorrant desoreenavaunt, qe se il font aucun mesfait, qe il en puisse cognoistre, & qe il en dit la pleine justice.

Ce fu done es Herberges pres de Cartage, l’an de l’Incarnacion nostre Seigneur MCCLXX, le xviii. jor de Novembre, en la xiv. Ind’, le vi. an de nostre regne.

Page 1_488

A.D.1271

Henri, par la grace DEU, Rey d’Engleterre, seignur de Irlaund, e duc d’Acquitaine, a ercevesqes, evesqes, abbes, priurs, cuntes, barons, chevalers, frauncs homes, e tuz ses autres feals, a ki cestres lettres vendrunt, saluz.

Nus voluns ke vous touz le sachez ke, cum nus n’adgeres de si greve maladie esteiouns suspris, ke de nostre vie, ne de nostre garesun ne fu nul espeyr, nous, ki gardiouns ke eyde de homme, ne nul teriene chose, foz sul DEU nus pout mester aver mesmes nostre espeyr, e tote nostre fiaunce en la merci, e en la maneye nostre creatur.

E la signe de la seynt croys, ke nous n’adgeres a nostre cher fiuz Edward nostre eisnez avions baille, a parfere por nous le veage en la Terre Seynt, par nostre propre volente, e en pure devociun avouns repris, a porter, par la grace DEU, en la Terre Seynt, ou nostre Salveur doygna pur nostre salu mort suffrir,

E co avouns fermement voue, e meintenaunt apres nostre vou fet de jour en jour, se amenda nostre estat, issi ke la Mers nostre Seigneur, outre tote humeyne quidaunce, par marveillus miracle a recoveraunce, & a saunte nus ad restore;

E pur co ke nous nostre vou avantdit, si tost come nus pouns nostre passage araer e ordener, veouns acumplir par la grace DEU e furnir: e veouns ben ke nostre pelrinage ne peusse en bone manere ne a nostre saunete en prendre si nus, devaunt nostre passage, a nos creacurs, a ki nous devouns, fessuns lur assez, e ensement ke nus eussouns graunt sume de avoir en tresor, encountre nostre passage solempenement & honurement a fere;

Nous, par nostre propre esmovement, e de nostre fraunche volente, aviuns graunte a nostre cher frer le noble Rey de Alemayne, nostre honurable pere Wauter arceveske de Everwykz primat Dangleterre, e as autres de nostre conseil jurez, e en bon fei promettuns ke tuttes les issues de nostre terre, e de nos cuntez, e de eires de justices, e de nostre juerie, e nos eschaetes, e wardes, e mariages, e releve, e tuttes les autres issues, ke par nulle vote nus purrunt eschair, retendroms en nos meins a nostre oes propre, a nostre sustenance, e de nostre royne, e de nos mesnees, e a nus de nos dettes alleger issi fet, a sauer,

Ke des avauntdites issues, eschaetes, e wardes, e mariages, e releus, a nul autre ne durruns, graunteruns, ou lerrouns; for sulliaunt ke si wardes ou mariages deivent estre vendu, si seient vendu alur plenere value, e co par nostre conseil, le avoir de ceo surdaunt a nos propres usages, ou a nos dettes acquiter, solunc la purveaunce de meimes le cunseil, sei a turne solun ceo kil verrunt ke seit a fere.

E, par ensoun, si voluns e ottreuns ke nostre conseil avantdit eit poer de ordeiner, e adresser l’estat de nostre hostell, solum ceo kil verrunt ke meuz sert a fere a nostre prou, e a nostre honour,

E, si par aventure null eyde nus seit graunte de nos feals a nostre passage avauntdit, ou de la clergie par lour curteisie demeine, ou par la graunt le apostoyle ou de blaunc moynes, ou de gent de autre religion, volons ke tot seit a nostre oes garde, en meymes la furme ke desus est dite; e mesmes la chose grantoms en dreit de la dette, ke Lewelyn prince de Wales nus deit.

E tus ceus choses avouns graunte issi ne pur quaunt k’a nos chevalers, serjaunz, vailez & garcouns, ki nous unt servi, ke ren ou poyount, ou de nus por lur travail par mesmes nostre conseil si purveu ke lur asez lur seit fet, si tost come l’en verra luis & tens solom lur desertes, e solum le tens e la manere de lour servise; e sauz a nos sis vins livers, ou deners, a donez dedentre tens avaunant nome, par parceles, a nostre volente.

Estre ceo nus voluns e ottreouns, ke si nule lettre de nostre curt seit purchas encuntre iceo nostre graunte e nostre ottrey, coment ke le seit purchacee, ou par procurement envers nous, ou en nule autre manere icele lettre de nule force ne seit, ne de nule value, ne nuls de nos feals ne seit tenuz ocbeir ou l’execution fere de cele lettre.

E, en tesmoyne de tuttes ces choses, icestes lettres avouns set fere overtes, a durer par un an enter: issi ke en la fin de l’an, en nostre plesir, e en nostre volente seit, a renoveier un autel escrit, si nus veouns ke co nus seit bon, ou ke de ceu tens en avant iceo nostre graunt e ottrey cesse du tot, si nus voluns issi ke, utre ceu terme, ne seiouns tenuz a ren ke contenu est en cest escrit.

Done par nostre meyn a Westmuster, le sezzime jour de Averil, l’an de nostre regne cinquante quinte.

Page 1_495

A.D.1272

En nun du Pere, du Fiuz, e du Seynt Espirit, Amen. Nus Edward, einsne filz au noble Rey d’Engletere, fesoms nostre testament, en nostre bon sen, e en nostre bone memorie, le Samedy procheyn apres la Pentecouste, en le an de nostre Seygnur mil deu cent setaunt secund, yn ceste manere:

En primes, nus divisoms a DEU, e a nostre dame seinte Marie, e a tuz seyns nostre alme: & nostre cors enseuelir, ou nos esseketurs, ceo est asaver, sire Johan de Bretayne, sire William de Valence, sire Rog’ de Clifford, sire Payn de Chautres, sire Roberd Tiletot, sire Otes de Grauntson, Robert Burnell, & Antoyne Bek, o aukons de eus aurunt devise: as queus nus donoms & grauntoms plener poer, ke il pusint ordiner por nostre alme, de tuz nos beyns, moebles e noun moebles, cum en rendre nos dettes, e redrecher les torz, ke nus avoms fet par nus ou par nos baliz, & rendre a nostre gent lur servise, sulom ceo ke il verrunt ke bon seyt.

E, por ceo ke nus savoms ben, ke noz moebles ne purrunt pas suffire a ceo, vulums e otroms ke noz avauntdiz exseketurs eyent plener poer, le quel nus les grauntoms si avaunt ke nus pouns, de ordiner, establir de tutes nos teres d’Engletere, de Irelaunde, de Gascoine, e de tutes nos autres teres, ke il en pusent ourir en memes la manere ke nus feymes quant eles furent en nostre meyn saunz vendre ou doner, e en lur meyns tenir ensemblement o la garde de nos enfaunz, jusque au plener age de eus, pur nostre testament acomplir, & nos aumones fere en Engletere, & aillurs sulum ceo ke nos esseketurs verrunt ke seyt a fere; as queus fere, nus ordinoms ceynt mille mars.

Et, apres nostre devis fet, & nos aumons acomplies, volums ke les issues des avauntdites teres, turgent au profit de noz enfaunz, e demurgent en les meyns dez avauntdiz exeketurs, juskes al age de noz enfaunz avaunt nomes.

Et, si aventure avenge ke nostre Seygnur Rey, nostre pere, murge dedenz le age de nos enfauns, ke DEU defende, nos voloms ke le reaume d’Engletere, & tutes les autres teres ke porrunt eschair a nos enfaunz, demorgent en les meyns de nos esseketurs avaunt nomes, ensemblement ovesque nostre cher piere le ercevesk de Everwyk, e sire Rog’ e evesk autres prodes homes du reaume, ke il akondrunt si mestier seyt, juskes al plener age de nos enfaunz sus nomez; e ke les issues des avaunt dites teres, seyent cuilliz, e gardez, per les meyns de nos exseketurs avauntdiz, e liverez a nos enfaunz, quant il serrunt de plener age, a lur profist.

E sur ceo, nus voloms e ordinoms ke deus ou plus de noz esseketurs, eyent poer de oiir nos acuntes, e de receyvere de tuz nos baliz, ou ke il seyent, devaunt nostre departir d’Engletere.

E puis, se il ne poent muster ke il eyent leal acunte rendue, & si nul de noz balif seyt mort, ke ses heyrs seyent tenuz a rendre la cunte pur luy.

Endreyt de dowarie de nostre chere femme Alianore, volums ke ele eyt pleynement ceo ke fust nome quant nus les pusams, e si de ceo ne se tent pas a pae, nus voloms ke ele eyt ceo, ke dreyt e ley la dorra, selom les usages e le leys d’Engletere.

E voloms ausi ke la, ou tuz noz esseketurs ne porrunt estre pur fere le execution de nostre testament avauntdit, ke quatre ou plus en num des autrys, eyent poer pur eus, e pur les autrys, pur acomplir les choses susdites;

E pur ceo, priums a nostre seynt pere lapostle, ke il voyle ceste chose tenir, & fere tenir, e confermer; e ke il voyle prier nostre cher pere, kil voyle tenir estable, e fere tenir, par tut son reaume, e tot son poer, quel part ke il seyt, les choses avaunt nomes.

En testimoniaunce de laqueu chose, a ceo testament avoms fet mettre nostre sel, & avoms prie sire Johan erceveske de Sur, & vicarie de la seinte eglise de Jurusalem, & les honurables pers, frere Hue Revel mestre dil hospital, & frere Thomas Berard mestre du Temple, ke a cest escrit meisent ausi lur seus, lesqueus si le vut fet ensemblement o nos esseketurs avaunt nomes en tesmoyaunce des choses sus dites.

Donez a Acre, le Samedy avaunt nome, le disutime jur de Juen, lan du regne le Rey nostre pere, cinkaunt e sinc.

Page 1_504

A.D.1273

A touz ceaus, qi cest lettre verront ou orront, William de Tornon, seigneur de Tornon sur le Rone, saluz en nostre Seigneur.

Sache vostre universite, que come le noble prince seigneur Edward, par la grace de DIEU Roy d’Engleterre, jadis alast en perelinage vers la Terre Seinte, e ascuns de sa gent, ou ses choses, analessent le Rone, vers Eguemort, e vinderent par mon chastel de Tornon, se fis aucunes de ses choses, par moy, ou par les miens, atacher, prendre, e arestier noun deuement, en prejudice, de s’onour, e damage de l’avauntdit Roy; ce est asavoir un rasel de fust, que fu achate por ses nefs a son oes; por la quele chose, come le avantdit noble Roy repeirast de son veage, de outre mer, par le pais de Vienis: ou je, entendi par mes amis que il se tint mau pae de moy por le avauntdit trespas, que fet lui avoye, e se, come celui conseye bien, que ce avoi fet encountre son gre, vint a lui a seint George chastel de conte de Sauvoye en Vienis, e mis mon cors & mes biens, haut e bas, a sa volente, a fere son pleisir, sanz destresce, e sanz force que nul home m’en feist, fos par mon gre & par ma bone volente.

E il, agardant sa hautesse e sa debonerte plus que mon trespass, a la requeste la noble dame Alice, contesse de Burgoyne é de Sauveye, e del ercevesque Guy de Vienne, me receut en sa grace, e me relessa le trespas en la manere desouz escrite, ce est a savoir,

Que je devint son home, & homage lui fis, de mes, meins, de tut, qant que je ai, e tient en le maundement, e en le destreit du chastel Vayzeraunt, de l’ervesque de Vienne, jesqes a cinquante livres de terre par an de Vieneis: la quele terre je tient de nul home, avant le jour de cest homage fet, a tenir de lui, e de ses heirs, a touz jours mes:

E lui ai jure a foi porter, de vie, e de membre, e de terrien honour, encountre tote gent, sauve la fei le noble Roy de France mon seigneur, e de mes autres seignourages, as queus je avoi avant fet homage.

Derechef je quit, è enfraunchi por moi, e por mes heirs, de ci en avant, a remenant, touz les pelerins Engleys, alanz e venaunz par mon poer, ou que seit; e voille que il soient frans e delivres de totes maneres de paiage.

E, a ceste chose tenir & garder sanz mal engin, ou sanz venir encontre, aj je, de mon bon gre, de ma main fiance en la main le avantdit ercevesque.

E se il avenist, que n’avenge, que je, ou mes heirs venissons encontre nule des choses devauntdites, je voil, e grant, por moy e por mes heirs, que a chescun trespas, que nous feroms encountre nul des avauntdiz poinz, que soit ataint devant celui que le Roy, ou ses heirs vondront assigner en le pays de Vienis, que nous paierons, en noun de peine, en eide de la Terre Seinte, cent livres de Vienis, en semblement od les damag que les pleintifs pelrins auront receu par nous, ou par les nos.

E, a cestes choses leaument, e fermement garder e tenir, je oblige moy, e mes heirs, e mes biens, mobles e non mobles, touz ou qil soient trouez, e en qi seignurie; & susmet moy, e mes heirs a la jurediction le ercevesque de Vienne avantdit, e le evesque Guy de Valence, qui ore sont, e de lour successeurs, que par tens serront, qu’il nous puissent destreindre par tote manere de destresce de seint eglis, e par eid seculer, se mestier est, a tenir totes les covenances avauntnomez.

E, si les avauntditz ercevesque, & evesque, a ceste chose fere soient negligenz, je me susmet, por moy, e por mes heirs, a poer nostre seigneur le apostolie, qui donques serra; qe il par tote manere de destresce, qe il nous porra destreindre a tenir les covenances desusdites, e la peine a paer, tant de feiz, come ele ert encorue, en le eide de la Terre Seinte, si come avant est dit, ensemblement o les damages des pleignanze perins avaunt notez.

E, a totes ceste choses en bone foy tenir, ai jure sur seins, en la presence des tesmoignes desouz escriz.

E, a plus grant fermete des avantdites choses, le ercevesque, e le evesque avauntdiz, a ma requeste, ount mis lour seaus a ces escriz endentez, en semblement o le mien: les queus escriz sunt treis de une tenour, dont le Roy ad un, le ercevesque l’autre, e le evesque l’e tierce.

Ceste chose fu fete au chastel Seint George avantdit lendemain de la feste de seint Johan le Bapt’, l’an de l’Incarnacium nostre Seigneur MCCLXXIII.

En la presence le noble baron mon sire Phelip counte de Sauvoye e de Burgoyne.


Mon sire Johan de Vescy.
Mon sire Roger de Clyfford.
Sire Simon de Genevile.
Sire Otes de Grantson.
Mon sire Imbert de Mont Luel.
Thom’ de Marchis de Saluz.
Ame de Sauveye,

e plusors autres.

Page 1_512

A.D.1274

A tresnobles home, & ses treschers cousins mun seignur Raoul de Cleremonte counestable de Fraunce e seyngnur de Neel, e mun segnur Amalri de Montfort, Jehana de Montfort conte d’Esquillache & de Moterescaiens, saluz & graunt amur, & soi du tout appereille a leur playsir.

Jo vus face asaver qe noble home, mon cher cosin, monseignur Guy de Montfort, sicome jo vus ay autre foiz signifie par mes lettres closes, me maunda, e fist a saver, qe il avoit fait sun pact & son covenant, à estres deliverys de prisun pour vynt myle unces d’our.

Et qe je par mes lettres soupliasse a nostre seygnur le Roy de Fraunce & vous, & ses autres amys priasse & requeisse, d’avoir la quantite devauntdite pour liu deliverer.

Et, meismement, qe jo feisse requerre la part Guelfe de Toscan’ & ses amis par de ca sur ceste bosoygne; si que tantost je en escris en soupliaunt a nostre seygnur le Roy de Fraunce, e le fiz a saver a vous, e a aucuns de ses autres amys pardela, par mes lettres clouses, & par Guillem de Vuull, qui venoyt tot dreyt du cunte Guy, de Sezile, & fiz de requerre la part Guelfe.

Et, pur ceo qe vous soyez certayns de l’ayde qe luy Toscan unt promis a fere, a la deliveraunce de Mun seygnur Guy, je vus face asaver qe


La part guelfe de Florence le ay promis mil florins:
La part guelf de Senne deus mil florins:
La part guelfe de Orbevite tres mil’ floryns:
Le comun de Muntepulchan troys cens florins:
Le comun de Port Quatre ceyns florins:
Le comun de Pistore deus ceyns florens.

Page 1_513

Nulle autre tere de Toscane ne luy seyt eyde; l’en purra avoir d’un de ses vassaus de sa terre, qe il a ou regne, mil florins.

Si amy, par deca sont si poure & si a dessous, ke ni ad nul qe eyde li puisse fere, qe covenable luy fust a feyre, ne honorable a mun seygnur Guy.

E, pur ceo qe vos me maundastes qe ses choses, qe jo vus avoye signifies par mes lettres closes, qe jo le signifiasse par mes lettres overtes, & ay fit fere ces presentes lettres saelees de mun sel pendaunt.

E sachez que, puys ke ces lettres furent eussi faytez & ordeneez, & Guillum de Vuull, se devoyt partir por aler a vous, il vindrent a nus, a Napples, messages solempnes de Sezile, de par mun seygnur Guy, e cautelesse, e cautions, e fermetez saalez du sael de don Jame, & sont orendreyt luy covenaunt, qe il serra deliverys pur diz mils unces d’our, & non autrement:

Des queles couvient paier presentment quatre mils unces, & dez siz mils l’on aura terme diz moys; &, qe faut a ceo, jo me dout qe il i eyt peril de sa persone.

Pur ceo vus pri taunt, cum jo puys, qe vus sur ceo mettez tout le meilluir, e le plus hastif conseil, qe vuz porrez.

Et sachez qe li message devauntdit, qe sunt venu por ceo, sunt venu & demaunde depar don Jame, e de part mun seygnur Guy ensemble.

Done a Naples, le vintime jur de May, de la secund Indicion.

A.D.1274

A touz ceaus, qui ceste lettre verrunt ou orrunt, Edward, par la grace de DEU, Roy de Engleterre, seigneur de Hirland, e duc de Aquitan, saluz.

Sachent tuit ke come la noble dame Margarete, contesse de Flaundr’ e de Henaud’ eust feit arester, è prendre, è vendre de biens des marchauns nostre pere, e de noez de Engleterre, e de Hirland, e de la marche de Gales, en sa terre de Flaundres, e sur mer, jesques a granz summes, e les deners pris e retenuz par achesun, si come la avauntdite contasse e les seus deynt, des arrerages des feez de sis cenz mars de rente, que ele disoit qe nostre pere ly devoyt, e de nostre pere les tempt en feez, e en ostoyt en sa fey, e en son homage.

Et pur ceste prise que la dite contesse fesoyt, e avoyt fet, nostre cher pere, e nus usons feit arester, e prendre en Engleterre, e sur mer des biens as marchauns de la terre la dite contesse:

Et pur ceo marchauns ne poaint surement aler, oue lur marchaundises, de l’une terre al’ autre;

A la requeste de musire Guy conte de Flaundres, fuiz la avantdite contesse, otreames de estre a Mustroill sur la Mer, a certein jor, a treter de pees sur les avauntdites choses.

E come nus fussons, a l’avauntdit jor, qe nous otreames a Mustroill, le avauntdit Guy conte de Flaundres s’en uint a nos, e nus fist dire cestes paroles que s’ensuent apres, pardevaunt graunt plente des grainis genz, e de sages genz; e les dist monsire Baudiwyn de Anenes en cest forme;

Sire, le conte de Flaundres, qui cy est sen uent a vous pur luy, e pur ma dame sa mere, la contesse de Flaundr’ e si vous dis, ke verite est, ke ma dame sa mere ad fet arester, dunt il ly poisse, jesques as graunt summes des biens, as marchauns de Engleterre, & de Hirland, e de la marche de Gales, par la reson que desus en ceste lettere est misse:

E vostre pere, e vus, par achesun de ceo, avez foit arester, e retenir a sez des biens, des marchauns de Flaundres, en Engleterre.

E tuit puist dire la avauntdit conte e la avauntdite contesse, par bones resuns, si come il lur semble, ke bien e a dreit en sent este fetes tutes les choses devantdites, par la dite contesse, e par sa gent; pur le honur de vus, e pur reverence, e pur retenir vostre bon amur e vostre pees, le devaundit conte, pur sey, a pur sa mere, vus promet a rendre, ou a fere rendre, tuz les biens que unt este retenux, en Flaundres, ou sur mer, par lurz genz, ou par autres, qui fussent recettes en lur terre par lur consentement, ou par lur seu, ou tens quil e fussent recettez, ou demoraunz des biens as marchaunz de Englettere, e de Hirlaund, e de la marche de Gales.

E, pur ceo ke le dist conte n’ad pas les deners ci present, il vus promet de fere les devauntdites restitutions, e les payes, en la forme, en la manere, que vous le deviserez; e vus prie, sire, le vous le receyvez en vostre bon ame, e en vostre bone pees.

E, de cestes choses pleynement fere, e accomplier, par ky e l’avauntdite contesse sa mere, il oblige sey, e tuz ses biens a vus, sire Roy de Engleterre.

E nus, avauntdit Edward Roy de Engleterre, pur ceo ke l’avauntdit conte de Flaundres si humblement se ad offert de rendre les choses dessusdites, e en la forme desusdite; e, pur ceo ke nous savons bien qu’il n’estent mie present, quant les avantdites prises & injures furunt fetes, ainceis esteit en la voie nostre seignur, de utre mer; e entendons certaynement qui ly despleyt des prises, ke furunt fetes, e des iniures; e bien e mustre semblaunt as offres, qu’il nus feyt si humblement;

Page 1_514

E ausuit combeyn la contesse, e son comaundement, ou genz, recettez en sa terre per son consentement, ou son seu, taunt comes il furent demuranz ou recettez, unt pris, arestez ou retenuz des biens as marchauns de Engleterre, e de Hirlaunde, e de la marche de Gales.

E, de nostre grace, volons ke cele summe, que troue serra que om avera pris e retenu en Engleterre, des biens as marchauns de Flaundres, par le comendement nostre pere, ou le nostre, veigne en paiement de la summe des biens des noz marchaunz devantdis, que furunt retenuz en Flaundres.

E le avauntdite conte nus aquitera e les noz, vers les devauntdis marchans de Flandres, de qui les biens furent pris en Engleterre, par le comandement nostre pere, ou le nostre, en tel manere, ke, sy la summe des biens, des marchanz de Flandres, retenuz in Engleterre, ou sur mer, par nostre pere, ou par ses genz, ou par nus, ou par nostre gent, ne suffit a parpaer la summe de biens de noz marchauns desusdis, retenuz en Flaundres, ou sur mer, si come desus est dit, le dist conte nus dune bone seurte de nus rendre le remenaunt de la dite summe, dedenz la quinzeyne de Paske prochein avenir.

E, si il aveyt plus des biens des marchauns de Flaundres, par nostre pere, ou par les seus, on par nous, ou pur les noez retenuz en Engleterre, ou sur mer, ken la summe des benz, de noz marchans desusdis, retenuz en Flaundres, ou sur mer, sicome il est dessus dit, nuz volons, de nostre grace, ke celuy plus lur seit rendu.

E nus, en ceste forme, volons que tuz marchaunz, e autres genz de terres au conte, ou a la contesse avaundis, puissent aler saufs e seurs, en lurs parsones, e en lur biens, par un nostre terre.

E nus, Guy deavauntdit conte de Flaundres, avons ferme e estable ceste ordenaunce desusdite; e promettoms a l’avauntdit Roy, sur obligation de tuz noz biens, al’en complier, de tuit en tuit, pur nus e pur les noz, e pur nostre mere avauntdite;

E volons e otreuns ke luz marchauns, e autres gens des terres l’avauntdit Rey, puissent aler saufs & seurs, en lures persones, e en lur biens, par un tute nostre terre, e nostre mere desusdite.

E, en testmonage de tutes cestes choses, nous, avauntdis Edward Rey de Engleterre, e Guy conte de Flaundres, avons feyt mettre nous seaus à cest escrit; sauve al avauntdit Rey de Engleterre, e au conte de Flaundres, e a la contesse, e a tuz autres, lurs dreiz en totes autres chose.

Ceo fu feit, e ordene, e accorde, si come il cy contenu, a Mustroill sur la mer, le Samady procheyn apres la feste de la Magdaleyne, en l’an de l’Incarnation nostre Seygnour, mill’ ducent’ setaunt’ e quart.

A.D.1274

A touz ceaus, qui ceste lettre verrunt ou orrunt, Guy conte de Flaundr’ e marchis de Anemur, saluz.

Cum nostre mere, la contesse de Flaundres, e nus, pur aucuns contekes, esmuz entre les terres de Engleterre & de Flandr’ enveissons a Orliens mes messages, oue Guillame nostre fiuz, au treshaut prince, mon seignur Edward noble Roy de Engleterre, a requez qu’il nous donast trewe jesque a un certein jor, denz le quel nous puissons a ly venir, e treter de pees des avantdiz contekes:

E le Roys avauntdit, pur sa grant fraunchise, nous grantast jor & trewe, de cestes choses, a Mustroill, du jor de seynt Johan le Baptiste, en un mois, le an de l’incarnation nostre Seyngur MCCLXXIV.

Au quel jour, e au quel lou la Roys vint de sa fraunchise: e nus la meismes y venimes pur ma dame, nostre mere, e pur nus, oue sire Baudewyn de Anenes nostre frere, e autres prodes hommes de nostre consell; reconissanz pur ma dame nostre mere, & pur nus plein poer aver des contekes desuisdiz adresser, amender, e apeser de quant que a la terre, e as subjez de Flaundres en apendeyt:

E fuist en l’avantdit parlement mustre par le conseil le Roy de Engleterre, ke, dedenz la trewe desusdite, dussent aucuns des noz gent de Flaundres estre venez sur mer, come pescheurs, as armes, e a poer, e aver assailly sur mer de genz pescheurs de Engleterre, qui sus mer esteyent par la seuraunce de la trewe avauntdite; e de celes gens pescheurs aver tuez jusques a mil, e deu cenz, si come acune genz dient; dunt nus sumes durement greves, si issint est.

Volums e grauntummes, e par cest escrit reconissons, pur ma dame, nostre mere, e pur nus, ke, si noz genz avauntdiz seynt trove cupables del occision de cele genz, dedenz la trewe avauntdite, puis ke la novele lur poust estre venue de meisme cele trewe, ke a la volunte le Roys de Engleterre de ceus ferons dreyte justice, come de genz ateinz de trewe enfreinte:

E, a ceste chose tenir, e a fere, avons fetes nos lettres overtes.

Donees a Mustroill, le dimeigne procheyn apres la feste seint Jake le apostre e le an desusdit.

Page 1_536

A.D.1276

Semble al canseil, qe les covenaunces del mariage de Alem’ preparles entre les deus Reis, sont si alees, qe nul deus ne se pust retrere.

Dont il semble qe bon est, qe le Rei en voie ses mesages avisees al Rei de Alem’ per custume del pais, & prever les terres assignees, a la damaisele per mil marches de tere: & les autres choses per dis mil mars qe il est tenuz assigner: a cele meme per altres mil marchees de terre: e veer les teres q’il ad done, & dorra a Hartman sun fiuz: & aver & aprendre la seurte de cetes choses: e de preer le Rei qe les choses, q’il dorra al enfaunt, & sum estat, face asseurer al honur del Rei, e al prou, e a la seurte del’ enfaunt.

Page 1_544

A.D.1277

Fet a remembrer ke a Byrthened, le jur Seint Pere, de la Gule Aust, l’an de grace mil deuz cenz setaunte & setyme, vyndrent a la presence le noble Roys de Engleterre, par le Reys Descoce, eveskes de Seint Andreu & de Dumblane, Robert de Bruys conte de Karrik, e Richard de Stratun chevalers, celes paroles portaunz depar lur seignur le Roys de Scoce, e disaun;

Sire, endreit de la lettre ke vus enveastes a nostre seignur, tochaunte la pleynte, ke le eveske de Dureume avoyt fet de la marche, en la quele lettre fut contenuz, ke nostre seignur le Roys ne deverait sa marche estendre utre les auncienes marches usez e acustumez;

Ben vus maund nostre seignur, par nus, ke n’un n’a il fet, ne velee a fere, forsques ses auncestres unt usez e acustumez en tens de vos auncestres, e en tens des eveskes de Dureume tuz jurs, de long tens ke nule memoyre ne est; e il eu tens de vostre pere, e de vostre tens, e des eveskes de Dureume ke unt este; ceo est asavoir deskes al Flodmerk, devers le Su.

E, sire, se vus entendez ke les choses ne seyent ensy, come nostre seignur vus maund par nus, mut plest a nostre seignur, por la reverence de vus, se vus plest, ke les choses fussent amiablement enurrez par prodes homes leaus & aunciens, de l’une part e del’autre, solem les leys, e les usages, e les custumes de la marche:

E se vus prie nostre seignur, come cher frere e ame, ke vus ne creez a nuly, ke voyle en quieter pa volente ses fraunchises, possessiuns, e ses seisines, e ses lunges tenaunces; les queus il, e ses auncestres, unt use en ten de vos auncestres, e en vostre, e en tens des eveskes de Dureume, de si lung tens ke nule memoyre n’est.

Page 1_549

A.D.1278

A treshaut & trespeussaunt seignor, mon seignor E. par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, Johan’ par cele mesmes grace, duk de Lother’ & Braibant’ saluz, e liu de tot aparille a sa volunte & a ses comaundz.

Sire, je envoy a votre hautesce mes messages solempnes, homme religieus le abbe de seint Bernard en Braibant, noble home Henris seignor de Bautersen chevalier, mon seignor Johan mon secrei chapelain, frere Henris mon aumon’ & Frank’ de Lovaing chevaler de mon hostel’ portours de ces lettres;

Si pri, sire, vestre hautesce que vous les creez en droit du mariage de vestre fille, & de mon fiz, & de totes autres choses, autaunt com vous feriez moi mesmes; qe ceo, q’il feront, je tieng a ferm & a estable.

E si ensi estoit que, par defaute de maladie, ou de aucun autre necessite, aucun des messages devauntdiz ne peussent venir la ou vous serrez, je voil qe til qe y vendront, qui ces presentes lettres aporteront, eient autaunt de poer de sommeir les bosoignes, come ils essoirent toutz ensemble.

E, por ceo qe ceo soit ferme chose & estable, vous envoy je mes lettres overtes, sealees de mon seal, faites & donees en l’an del’ incarnation nostre seignor MCCLXXVIII. le jour de la Tipheyne.

Page 1_550

A.D.1278

Johan, par la grace de DIEU, duk de Lother’ & de Braibant’ a tous ceaus, qui ces præsentes lettres verront & orront, saluz, e conoistre verite.

Nous fesons savoir a touz, qe teaus sont les covenaunces du mariage entre treshaut seignor mon seignor Edw’ par la grace DIEU, Roi d’Engleterre, d’une part, & nous d’autre; que Johan nostre eisne fiz deit prendre à femme madame Margarete fille le Roi devauntdit, tauntost cum ils averont age d’esposer:

E s’il avenoit que de Johan nostre fiz defausist, einz q’ils feussent esposez, qe ja en a veigne, nostre eisne fiz a pres deveroit prendre a femme madame Margarete avauntdite:

E s’il estoit ensi que de madame Margarete devauntdite defausist, ainx qe le feust esposee, la eisnee fille le Roi, apres madame Margarete, seroit femme nostre eisne fiz.

E touz jours nostre eisne fiz, qui serroit heir, averoit les eisnees filles le Roi, qe vendront apres madame Margarete:

E por ceo devoit doner le Rois devauntdit a nostre fiz, en mariage oveske sa fille, cinquante mille liures de Tourn’ a paer 20 mil’ livres de Tourn’ a Paris, dedens le moys qe le covenaunces serront affermees; e a la seint Johan apres suivaunt 10 mil’ livres de Tourn’ a paer a Brouselle; e au Noel apres ensuivaunt 10 mil’ livres de Tourn’ a Brouselle; e tauntost com li enfauntz serront esposez, les autres 10 mil’ livres de Touron’ a Brouselle.

E ne ce puet li mariage defaire, taunt com illieyt fiz apres Johan, & filles apres madame Margarete, de leal espouse;

E nous & nostre fiz deuoms dower madame Margarete, ou l’autre eisnee que apres vendront, de trois mile livres de terre a Tourn’ taunt com nous viveroms; e apres nostre deces, de mile livrees de terre a Tourn’ oveske les trois mile livrees de terre desusdites, ceo sont quatre mile livrees de terre a Tourn’.

E ceo dowaire lui deuom nous, assigner dedens nostre terre de Brabant, en lieu covenable & suffisaunt, par deus preud hommes de nostre terre, & par deus preud hommes qi a ceo serront establiz depar le Roi, dedens le moys que nous en serroms requis de par le Roi.

E si ensi estoit que de Johan nostre fiz, ou des autres eisnez defausist, ainz ceo q’il feussent esposez; ou de madame Margarete, ou des eisnees apres suivauntz defausist, par quei li mariages ne peust estre, ensi com deseus est devise; nous, ou nostre heir, serrons tenuz, & promettoms a rendre les quaraunte mile livres de Tournois, qi nous averioms en dedens les quatre annz, apres suivauntz que li mariages ne porreit estre, chescun an 10 mil’ livres de Tourn’ a paier a la Chaundelure a Loundr’ taunt que les quaraunte mil livres de Tour’ feussent tot paiez.

E s’il estoit ensi qu’il feussent esposez, & li uns de eaus morust, si q’il n’eussent heir de lor cors, encore des cinquante mile livres, qe nous averioms eu, nous summes tenuz a rendre vint & cink mile livres de Tour’ dedens les quatre annz suivauntz, chescun an la quarte partie des 25 mile livres de Tourn’ a Chaundelure a Loundr’; e des autres 25 mile livres de Tour’ somes nous quites & deliures.

E s’il avenoit qu’il eussent en heir de lor cors, nous somes quites & deliures de la somme de cinquante mile livres de Tour’ deseusdite.

E, endroit du dowaire assigner, & du mariage faire, nous promettoms, en bone foi, por nous, & por nos heirs, que nous le feroms estable par nos lettres, & par le usage de nostre terre, ensi com nostre homme, ci apres nome, Godefroys, nos freres Henris de Lovaign’ sires de Harstall, Gauchiers Bertans sires de Maelides, Gerars sires de Marbays & du Bruet, Ernous de Lovaign’ sires de Breda, Ernous sires de Dyest, & Henr’ sires Bautersen chevaler, & autres de nos hommes, ordeneront & veront, que nous le peussems faire plus seurement.

E feroms q’il mettront lor seaus as lettres, qe sur ceo serrount faites en tesmoignage de verite.

E totes cestes choses ensi, com eles sont ci deseus devisees & escrites, nous promettoms leaument, & en bone foi, & par serment, meins mises sur seintz, que nous jurames a tenir & accomplir entierrement, & en obligoms a ceo nous, & nos heirs.

E, por ceo que ceo soit ferme chose & estable, en avoms nous done au devauntdit Roi & a ses heirs ces presentes lettres overtes, sealees de nostre seal.

Don’ a Loundr’ en l’an del’Incarnation nostre seignor MCCLXXVIII.

A.D.1278

A touz ceaus, qi ces presentes littres verront & orront, feres Henr’ abbes du lieu Seint Bernard en Braibant, de l’ordre de Cisteaus, Henr’ sires de Bautersen, Johan chapelain le duk de Braibant, frere Henr’ commanderes de la Baillye de la chevalerie du Temple en Braibant, Frank’ de Lovaign’ chevalers del hostel le duk, saluz & conoistre verite.

Nous fesoms savoir a touz, qe, com paroles & covenances de mariage eussent estei entre treshaut & trepeussaunt seignor, mon seignor Edw’ par le grace DIEU, Roi d’Engleterre d’une part, e nostre chier seignor Johan, par cele mesme grace, duk de Lother’ & de Braibant d’autre, nos chiers sires li duk nous envoia au devauntdite Roi, par ces lettres overtes nous dona plein poer de aler avaunt du mariage, e de affermer les convenaunces ausi avaunt, com sil i feut mesmes presens.

E nous de par lui en somes ale avaunt, & les covenaunces avoms affermees, tot ensi com ses lettres dient, qe seur ceo sont faites, qi ensi parlent mot & moet.

Johan, par la grace DIEU, duk, &c.

ut patet in proxima litera præcedente, de verbo ad verbum usque in finem.

E nous frere Henr’ abbes, Henr’ sires de Bautersen, Johan chapelain le duk, frere Henr’ comaunderes de la baillye de Braibant, & Frank’ de Lovaign’ chevalers desuz nomez, en convent leaument en bone foi, & promettoms par nostre serment, qe nous feroms nostre leal poer ke les covenaunces du mariage soient renues fermement, ensi com il est contenu es lettres le duk, qui seur ceo sont faites;

Et feroms que li duk fra son serement de ces choses a tenir & q’il fra ses hommes, ci deseuz nomez & autres, si assenteront: & q’il en dorront lor lettres overtes por plus graunt seurte, quaunt li duk en serra requis de par le Roi,

E qe li duk assignera le doweire, ensi com deseuz est devise; e dorra seurte de ses bones villes, dedens les viii. jours apres mi Quaresme:

E promettoms que nous feroms, qe li duk dona bone seurte a ceaus, qe vendront de par le Roi, de 20000 livres de Tour, que li duk les rendra arire, a le requeste le Roi, ou de ses messages, s’il ne fait la seurte des bones villes, & assigne le doweire dedens le terme desusdit, ensi com devise est.

E, por ceo que ceo soit ferm & estable, en avoms nous done nos præsentes lettres, seales de nos seaus.

E je Frankes de Lovaign’ poi ceo qe je ne ai mie mon seal, ai en covent a mettre a ceste lettre, quant je en serrai requis.

Ceo feut fait a Loundr’ en l’Incarnation, &c. ut supra, le lund’ devaunt la conversion seint Pool.

A.D.1278

Johan par la grace de DIEU, duk Lother’ & de Braibant, e de Leynburgh, a touz ceaus, qi ces presentes lettres verront & orront, saluz & conoistre verite.

Com nous en soms envoiez nos messages solempnes, frere Henri, par la patience DIEU, abbes du lieu Seint Bernard en Braibant, Henri seignor de Bautersen chevalier, nostre feal Johan’ nostre chapelain, frere Henri de l’ordre de la chevalerie du Temple comaunder de la baillye de Braibant, & Franc’ de Lovaign’ chivaler de nostre Hostel, par nos lettres overtes, a treshaut & trespeussaunt seignor mon seignor E. par le grace DIEU, Roi d’Engleterre, & lor eussoms done plein poer de aler avaunt, de affermer totes les covenaunces du mariage, de Johan nostre eisne fiz, & de madame Margarete fille le Roi devauntdit, ou des autres enfauntz apres siwauntz.

Nos messages, deseus nomez, sont alez avaunt, & ount afferme de par nous les covenaunces faites entre nous, & le Roi deseusdit.

E tenoms a ferm & a estable tot ceo q’il en ount fait si avaunt, com les lettres parlent qi sur ceo sont faites;

E obligoms nous & nos heirs a faire, & a tenir, saunz aler encontre.

En tesmoignage de nos presentes lettres, sealees de nostre seal, faites & donees a Compeign’, en l’an de l’Incarnation nostre Seignor MCCLXXVIII. le mardi devaunt la purification nostre Dame.

Page 1_551

A.D.1278

A touz ceaus, qi ces presentes lettres verront & orront, Godefroys fiz au duk de Braibant, Henri de Lovaign’ sires de Harstall, Gauchiers Bertans sires de Maelines, Gerars sires de Marbays & du Bruet, Ernous de Lovaign’, sires de Breda, Gauchiers Bertans eisne fiz le seignor de Maelines, Ernous sires de Dyest, Henri sires de Bautersen, & Ernous sires de Waleham chevaler, saluz & conoistre verite.

Sachent touz qe, par nostre consail & nos assentz, nos chier sires Johan, par la grace DIEU, duk de Lother’ & de Braibant, ad fait covenaunces, de mariage a treshaut & trespeussaunt seignor monseignor Edw’ par la grace DIEU, Roi d’Engleterre, ensi com il est contenu es lettres qi sur ceo sont faites.

E nous, por ceo qe c’est de nostre consaill & de nos assentz, promettoms leaument, & a bone foi, & par serement fait, meins mises sur seintz Ewangeles, que nous encontre le mariage & les covenaunces ne irroms, ne les destorberoms, ne feroms destorber par nous, ne par autri, que li mariages ne soit fait, & les couenaunces soient tenues ensi cum il est ordine & escrit.

E promettoms leaument que nous mettroms consail, & feroms a nostre poer que li mariages soient fermes & estables, & les covenaunces soient tenues ensi com il est ordine & escrit es lettres qe sur ceo sont faites.

E obligoms nous & nos heirs a tenir totes ces choses & ces covenaunz, deseus escrites, fermement & entierement.

E por ceo que ceo soit ferme chose & estable, en avoms nous donees nos presentes lettres, sealees de nos seaus, e renunceoms a totes choses, que au dit Roi porreint grever, & nous aider encontre ces choses.

Ceo feut fait à Compeign’, &c. ut proximo supra.

A.D.1278

Johan, par la grace DIEU, &c. (ut supra.) Com covenaunces de mariage & affermaunces soient faites entre treshaunt seignor mon seignor Edw’ par la grace DIEU, Roi d’Engleterre, d’une part, & nous d’autre part, de Johan nostre eisne fiz heritier, & de madame Margarate fille le Roi devauntdit, ou des autres enfauntz eisnez apres siwauntz, ensi com il est contenu es lettres qe sur ceo sont faites.

Nous, en la presence du nobles hommes, Henri de Lacy counte de Nichole, Johan de Vescy, & Otte de Grauntsons chivalers, & mestre Robert de Beauvoir clerk, messages le Roi deuantdit, & aucuns nos feals, avoms jurez, meins mises sur seintz Ewangeles, que nous tendroms & empleroms entierement les covenaunces, tot ensi com eles sont escrites es lettres des covenaunces, qi seur ceo sont faites, e leaument reconissoms teu serement avoir fait, e que, por nule chose, contre ceo ne vendroms.

E tesmoignage de nos lettres, sealees de nostre seal.

Ceo feut fait a Compiegne le Dimenche apres la Pur’ en l’an, &c. ut supra, en moys de Feverer.

A.D.1278

Johan, par la grace DIEU, duk de Lother’ & de Brabant, a touz ceaus qi ces presentes choses desoutz escrites verront & orront, saluz, & conoistre verite.

Sachiez nous avoir assigne, en le counte de Jedoigne, en nostre terre de Braiban, les viles de Jedoigne chef del counte ou le chastel, e Dormale oue le chastel, oue les vilees desoutz escrites, & lor homages, boys, molins, rentes, relefs, eschetes, justiceries, forfez, fraunchises, oue totes aportenaunces, & oue unze cent livres a Torneys, a lever chescun an en nostre foreste del’ Soigne, sicome desoutz est escrit;

A avoir, & a tenir, en dowair, a madame Margarete & as autres filles a treshaut seignor monseignor Edw’ par la grace DIEU, Roi d’Engleterre, eisnees apres cele madame Margarete, si ele, avaunt que ele soit esposee a nostre heir, desaille, d’ount Dieu defend, si com contenu est es covevenaunces de ceo faites.

E reconissoms por nous, & por nos heirs, en la leaute & la bone foi, de mesme celes covenaunces estre tenu, saunz countredit, & chescun delay, a faire liverer, & faire bailler a la compaigne nostre heir, si com ditest, ou a ceaus, qi de par lui a cestes choses receivre vendront, les viles desouz nomees, & les chasteaus, oue totes lor aportenaunces, ansi plenenement com nous ore les senoms, si tost com a seon age avendra de dowaire receivre, & aver solom les usages de nostre terre.

E totes cestes choses avoms fait estendre, a lor verreye value, par serementz, faitz sur seintes Ewangeles, de nos hommes ici nomez: Wauter Golard, Ernous de Wynengeym chivalers, Henemand parochiens rentiers de nostre terre, & Fraunkes de Wanges nostre seneschall de Brabant, en la presence Henri de Lovaign sires de Harstall, Gerars sires de Marbays & du Bruet, Richard, par la grace DIEU, abbe de Westmonster, & Thomas de Sandwiz chiualer, messages le Roi desus nome; & a ceste chose par lui assignez.

D’autre part nous reconissoms, en les avauntdites leaute & foy, por nous, & por nos heirs, estre tenuz de faire assigner & liverer, en terres & rentes covenables, a la estente & la value de mile livres de Tour’ chescun an, a mesmes la compaigne nostre heir, si tost com ele lui serra esposee, en acomplissement de son dowair, de quatre mile livres de Tour’ de an en an.

E que totes cestes choses soient fermes & estables, por nous & por nos heirs, avoms fait mettre nostre seal a cest assignement de dowair, oue les seaus nos hommes desus nomez, qui ceste estente firent;


Jedoigne.—En la ville de Jedoigne de rente, a la seint Johan, 106s. 8d. de 500 chapons de rente, 161. 13s. 4d. pris du chapon 8 tour. De Tolun’ 12l. E a Jedoigne Jandrim, Jache la Mauueyse de 6 vignt & 15 boueres de terre par an; 108 mouys de forment & 100 muys 7 sexters de seggle. E ix muys de forment de adquis 217l. 14s. pris del muys de ble, le un par mi le autre, 20s. E de une herbe qe hom apele Mayr, qe lem met en cervoise, 60s. de 7 boueres de pree, qe hom apele le pre le duk 12l. de 6 boueres de viners, 10l. de prez gisauntz a broquid & a peseles de les Jedoigne, 16l. 16s. 8d. de la terre qe lem apele le conte 16s. de rentes, de 11 chapons 7s. 4d. de 26 boueres en mesmes la terre qe hom apele le conte, baillez a gayner heritablement chescun an por 24 muys de ble, 24l. e de un molin al’ estang desoutz le chastel’ 35 muys de ble jernage, 35l. E d’autres rentes la mesmes 16s. du molin de Minge de le Jedoigne 16 muys de blez 16l. E du molin de Lansekyn 13 muys de bles 13l. E de la hale des bles, & les pensions que hom deit au molin de l’estang por molins, a rentes 6 muys & 8 sexters de ble, 6l. 16s.
Some de Jedoigne le Chastel, & Jedoigne Jandrim, & Jache la Mauveyse 300. 4 vignt 10l. 6s. de Tour.


Melyn.—En la ville de Melyn, de 57 boueres de terre en Essars, 18 muys & 3 sexters de toutz bles, de queus 10 sexters & demy & un muy de seggle de nugrein 44l. 6s. E la mesme de 46 boueres de terre en cotures 44 muys, 3 sexters & demi de forment, & deus muys de seggle, 46l. 7s. E de 4 vignt’ 10 boueres de boys, 6 vignt’l. E de 21 boueres de terre 16 muys de seggle 16l. E 26l. & 8s. de rente, a paer la moyte a la feste seint Remy, & l’autre moite a la Pasche: E de 20 muys de Aveyne, 8l. E de 34s. de rente au Noel. E de 8 chapons au Noel, 106s. 8d. E de 64 gelines 21s. 4 den. E de rente a la feste seint Remy, 7l. 12s. 4d. E de rente a la feste seint Johan, 6l. 18s. 4d. E por louer de meson la ou lem brace cervoyse 40s. E des pres a rentez heritablement, par an 6l. 4s. E de un molyn 14 muys 14l. E de cestes choses deit hom oster 6l. 13s. 4d. qe hom deit de fee par an.
Some de Melyn 299l. 4s. 8d. les 6l. 13s. 4d. seurdites soustretes.


Molembays.—E a Molembays de rente 106s. 8d. la moyte a la seint Remy, & l’autre moyte a la seint Johan. E de deus muys de Aveyne 16s. e de preez arentez heritablement 15l. 16s. par an. Somme 21l. 4 sontz.


Jedoigne Superior.—E de Jedoigne la Soveraigne de rente 6l. 10s. E de 100 chapons 16s. 8d. Sontz somme 9l. 16s. 8d.


Dyncourt.—E a Dyncourt de rente a la seint Remy 10l. 13s. 4d. E de 6 muys de Aveyne, 48s. E de Tolun 4s. 8d. Sontz somme 13l. 6s.


Torembays.—E a Torembays le Regvines de rente a la seint Remy 4l.Somme 4l.

Gestgeropont.—E a Gesgeropont, de rente 7l. 9s. 4d. a la seint Remy. E de 4 muys de Aveyne 32s. E de 30 gelines 10s. E de preez arentez 6l. 13s. 4d.
Somme 16l. 4s. 9d.

Petrebays.—E a Petrebays, de 6 muys de Aveyne 48s.
Somme 48s.

Latuit.—E a Latuit, de 1 Muy de Aveyne, 8s. E de prez arentez 26s. 8d.
Somme 34s. 8d.

Gotengyn.—E a Gotengyn de demi muy de forment 10s. De 2 muys de Aveyne 16s. De chastelerye 11s. 4d. De prez arentez 26s. 8d.
Somme 64s.

Gestseint Remy.—E a Gestseint Remy, de rente 56s. E de un muy & demy de Aveyne 12s. E de 6 gelines 2s. E de prez arentez 33s. 4d. E d’un molin 5 muys de blez 100s.
Somme 10l. 3s. 4d.

Jesmevile & Gestseint Marie.—E a Jesmevile & a Gestseinte Marie, de rente 4l. 9s. 4d. E de deus muys & demi de Aveyne 20s. E de 10 gelines 3s. 4d.
Somme 112s. 8d.

Johangest.—E a Johangest, de rente 9l. 6s. 8d. De 6 muys de Aveyne 48s. E de 20 gelines 6s. 8d.
Somme 12l. 16d.

Petremal & Herbays.—E a Petremal & Herbays, de rente 4l. E de 2 muys de Aveyne 16s. E de 8 gelines 2s. 8d. E de prez arentez 7l. 6s. 8d.
Somme 12l. 5s. 4d.

Helentynes.—E a Helentynes, de rente 112s. de 3 muys de Aveyne, 24s. E de 8 gelines 2s. 8d. E de prez arentez 6l. 18s.
Somme 13l. 17s. 4d.

Marilles.—E a Marilles, de rente 6l. 13s. 4d. E de 5 muys de Aveyne 40s. E de 19 gelines 6s. 4d. de prez arentez 46s. 8d.
Somme 12l. 6s. 4d.

Pelleynes.—E a Pelleynes, de un molyn 5 muys de blez 100s. de preez arentez 7l. 6s. 8d.
Somme 12l. 6s. 8d.

Mareys.—E a Mareys, de un molin 57 muys de blez 57l. De rente 10l. 7s. 4d. De 9 muys de Aveyne 72s. De 45 gelines 15s. de prez arentez 13s. 4d.
Somme 72l. 7s. 8d.

Orp.—E a Orp, de un molin 18 muys de blez 18l. De rente 15l. 13s. 4d. De 11 muys de Aveyne 4l. 8s. de 75 gelin 25s.
Somme 39l. 6s. 4d.

Jaundryn.—E a Jaundryn, de rente 8l. 17s. 4d. De un viner arente 40s. De prez arentez 6l. 13s. 4d. De 5 muys de Aveyne 40s. E de 6 muys de blez 6l. E de 6 muys de Aveyne 48s. De 160 chapons en ceste ville & a Jache la Maveyse 106s. 8d.
Somme 33l. 5s. 4d.

Jache la Mauuesse.—E a Jache la Mauueyse de 2 molins 75 muys de blez, 75l. De rente 33s. 3d. de cortils 12s. de prez arentez 46s. 8d. De boschet 53s. 4d.
Somme 80l. 45s. 4d.

Nodeweyns.—E a Nodeweyns de rente 24l. De 20 muys de Aveyne 8l. De 75 gelines 25s. arentez 5s. 4d.
Somme 33l. 10s. 4d.

Libretinges.—E a Libretinges de rente 53s. 4d. De pres arentez 44s.
Somme 4l. 17s. 4d.

Afyet.—E a Ayfet, & de la vile de Dunlebert, de rente 40l. Somme 40l.
De perquis.—E de perquis de vestures, de ventres, de entrees, de terres, 9l. 6s. 8d.
Somme 9l. 6s. 8d.

De forfez.—E de forfez justiceries de assises, homages & relefs, 533l. 6s. 4d.
Somme 533l. 6s. 4d.

Dormale.—E a dormale de rente 20l. 13s. 4d. de prez arentez 22l. 13s. 4d. E de 623 chapons 20l. 15s. 4d. De 12 muys de Aveyne Loven’ 4l. 16s. De Tolun 23l. De 10 muys de forment, a la mesure de Tylemont, 8l. 4s. 8d. De forfaiz de homag’ de assizes, de vestures, de la baillye de Dormal 26l. 13s. 4d.
Somme de Dormal oue le aporten’ 127l. 16s.

Viners.—E de Viners, qe lem apele la Tourbere de Lywes 133l. 6s. 4d.
Somme 133l. 6s. 4d.

Tylemont.—E de tolun de Tylemont 56l.
Somme 56l.

Foresta de Soigne.—Derechief de la foreste qe home apele le Boyes del Soygne 1100l. par an. C’est a saver en celes sesoms del’ an quaunt li duk fait faire ses ventes en mesmes cel boys. E sil avenoit q’e le duk, o ses heirs ne eussent mester de vente faire en tel boys, ou ne vousisset, sicom dit est; qe ma dame, la fille le noble Roy desus dit, esposee au fiz & heir mon seigneur le duck, par ses seneschaus, qi averont son dowar & ses terres desus dictes a garder, facet la vente de an en an en mesmes tel boys par la ou il verront qe plus soit a prou de de ma dame desus dicte, taunt qe a la some de 1100l. par la vue de aucun de la gent le duk. E fait asauer qe les 100l. des 1100 sount graunteez en atrees de rentes, de molins, desus nomez, en la seignorie de Jedoigne R.

Somme Total.—Somme de totes les choses desus escrites estendes & assignees, sicom dit est 3104l. 9s. 4d. à Tour.

E de la quele somme 104l. 9s. 4 deners sount baillez & assignes par les estendors en atrees des estentes, des molins, de Jedoigne, & des autres.

De incremento dotis. —E fait asavoir que li duk est tenu de assigner & bailler 1000l. de terre a Torneys, si com desus en cest escrit est touche, en acomplissement de quatre mile livrees de terre annueles de dowayre.

Page 1_553

A.D.1278

A treshaut prince e seignor, Philipe, par la grace de DEU, Rey de France, Edward, par cele mesme grace, Rei de Engleterre, seignor de Irelaunde, duc de Guyene, saluz, e se aparaille a sun plesir.

Come autrefiez, par nos lettres, e par nos messages, vus eoms fet asaver qe de nostre entente ne fu; qe vus, par la nostre volente, la quele nus avoms translate en la vostre, en dreit de sire Gaston de Biern, qe se esteit mis en la nostre volente, pusset, ne ne dusset dire rien encontre nus; mes solement atemprer la peine, q’il dust porter des graunz trespas, qil nus avoit fet e dit en vostre court, la quele nus pussoms aver done par nus meimes;

E ceo poez vous bien entendre, s’a vos plet, par les lettres, qe nus vus enveames, par vos messages, del pardun del rancour de nostre queor, fet al avantdit Gaston a vostre request; en les queles est contenue, qe nus ne entendioms pas qe, par tel pardon, ren discheisit des amendes, qe nus devioms prendre par vostre dit;

E eoms entendu, por nostre seneschal de Gascoigne, qe vuz avez dist sur le fet de autres persones, qe sunt nos homes, as qeus nus de avoms failli de dreit; ne nus ne entendoms qe par la volente nostre, la quele nus translatames en la vostre, qe ren pusset dire en dreit des autres persones.

E pur ceo vus prioms, com cher seignur e cosin, qe vus vaillet regarder nostre honur e le vostre en ceo fet, e cesser des enquestes, e des aprises, qe vus auez fetz; e comaunde a fere e repeler ceo, qe vus auez dist, si ceo tenez pur dit, la quele chose nus ne entendom pas, ne unques ne entendums; e si vus plest, ostez vostre mem si el i est des teres, e de la jurisdiction de nos homes, qe ne sunt par devaunt vus par apel.

A DEU, sire, qe vus gard toz jors.

Done a Douree le vintime jor de Feverer, l’an de nostre regne, sime.

A.D.1278

A rey de Fraunce, le Rey de Engleterre, saluz. Come autrefiez, par nos lettres, e par nos messages, vus eoms fet asaver, qe de nostre entente ne fust qe vos, par la nostre volente, la quele nus avoms translate en la vostre, en dreit de sire Gaston de Byern, qe se esteit mis en la nostre volente, pusses, ne ne deves dire rien encontre nus; mes solement a atemprer la peine q’il dust porter des graunz trespas, q’il nus aveit fet e dist en vostre curt, la quele nus pussoms aver done par nus meimes.

E ceo poez vus bien entendre, si vos plest, par les lettres qe nus vus enveames par vos messages del pardon del rancour de nostre queor, fet al avantdit Gaston a vostre request; en les queles est contenu qe nus ne entendoms pas, qe par teu pardon, rien discheisit des amendes, qe nus devioms prendre par vostre dist; ne nus ne entendoms, qe par la volunte nostre, la quele nus translatames en la vostre, qe rien pusset dire en dreit de sire Gaston, for qe des trespas sire Gaston avauntditz, des queus est a vostre volente de dire plus ou meins; ne unqes nostre entent, ne fu, ne serra, qe nus nus meisoms en arbitre, per a per, a sire Gaston.

E pur ceo vus prioms, com cher seignor e cosin, qe vos voillez regarder vostre honur e le nostre en ceo fet, sicome vos messages, qe vus nus avez souent enveez, nos unt teu jor promis de par vos, a sauuer nostre honur, qe vostre dist ne se estende plus avaunt qe en la forme avauntdite.

Don’ si com avaunt.

A.D.1278

Margarete, par la grace DIEU, ducesse de Lother & de Braibant, a touz ceaus, qi ces præsentes lettres verront & orront, saluz & conoistre verite.

Nous vous fesoms asavoir, que celes covenaunces de mariage nostre treschier & ameis, mes sires li duk de Lother & de Braibant, ad fait vers treshaut seignor monseignor Edw’ par la grace DIEU, Roi d’Engleterre, seignor d’Irlaunde & duk de Aquitayne, de nos enfauntz, ensi qe il est contenu es lettres qi sur ceo sont faites, qe c’est fait par nos assentz, & par nostre volunte, en totes choses; e leaument aideroms qe les serront tenues entirement, ensi qe il est devise es lettres sur ceo donees.

E, por ceo que ceo soit ferme chose & estable, avoms nous fait mettre nostre seal a ces lettres, qi furent donees l’an del Incarnation nostre seignor JEHU CHRIST MCCLXXVIII. el moys de Mars.

A.D.1278

A touz ceaus, qi ces præsentes lettres verront & orront, les meyres, & les eskevyns, & les communes de Lovaign, Brusselle, Aumiers, Thyelemont, & Lywes en Brabant, saluz & conoistre verite.

Nous vous fesoms asavoir que, come covenaunces soient faites entre le treshaut seignor Edw’ par la grace DIEU, Roi d’Engleterre, seignor d’Irlaund, & duk de Aguyen, e nostre seignor Johan, par mesmes la grace, duk de Lother’ & de Brabant, qe Johan son fiz eisnez prendra a femme madame Margarete la fille au noble Roi devauntdit, tauntost com il averont eage de esposer.

E si de eaus defaille li’ mariage, dount DIEU defend, qil se face entre les autres enfauntz apres siwauntz heirs nostre seignor le duk, & les filles eisnees au noble Roi avauntnome, apres madame Margarete, si com plenerement est contenu es covenaunces de ceo faites & escrites:

Por la quele chose le noble Rois avauntdit donne a Johan, fiz & heir nostre seignor le duk, ove la avauntdite madame Margarete, quaraunte mile livres de Tour’ en mariage; li quel mariage, si chose aveigne que faire ne se peusse, qe DIEU ne voille, neus les mayres, & les eskevyns, & les communes desusdites, par cestes nos presentes lettres, voloms & grauntoms estre responauntz, & apaer, si nostre seignor le Duk en ceo

Page 1_554

defaille, au noble Roi desusdit, & a ses heirs, les desus nomez quaraunte mile livres Tourn’ dedens les quatre aunz siwantz, apres ceo que li mariages desusdit ne porra estre, chescun an’ dix mile livres de Tour’ a la Chaundelur’ a Loundr taunt que les quaraunte mile livres soient parpaes.

E ‘sil aveigne qe les enfauntz soient esposez, & li un de eaus moerge saunz heir de lor cors, ausi voloms & grauntoms estre tenus a rendre & a paer 25 mile livres de Tour’ des cinquaunte mile livres, queuns nostre seignor le duk avera receu, dedens les quatre auns apres siwauntz, chescun an la quatre partie a la Chaundelur’ a Loundr’.

E a ceo paement faire, si nostre seignor le duk defailot, nous nous fesoms & devenoms plegges & principales dettors, chescune comune & ausi chescune singulere parsone de nos communes, por le tot.

E obligoms nous, & nos heirs, & nos executors par toutz, nos biens trovez en les poers les noble Roi de Fraunce, d’Engleterre, d’Escoce, & ausi es countes de Chaumpaygne, & de Flaundres, & aillors, en terre, & en meer; e que au maundement le noble Roi desusdit, & de ses heirs soient nos biens desusditz, en qi meins qil soient trouez, venduz & leuz les deners, & tote la somme desusnomee, si nous defailloms en la paye au terme, & au lieu si com dit est.

E renuncioms, por nous, & por nos heirs, & por toux ceaus, qui poer averont de nos biens, a totes maneres de aides de seinte eglise, & de court laye, & a touz privileges qi a nous peussent aider, & la paye desusdite delaer, ou destorber.

E, en tesmoignage de ceste verite, nous, les mayres, les eskuyns, & les communes desusnomez avoms mis les communis seaus de nos viles, por nouz touz, & por chescune singulere persone de nostre commune, a cestes lettres.

Don’ en Braibant en moys de Mars l’an de l’Incarnation nostre Seignor MCCLXXVIII.

Page 1_555

A.D.1278

A tous ceus, ke cest lettres veront ou orront, Baudewyn de Auenes, Guyllam de Flaundres, Gerard de Rodis, Huge le chasteleyn de Gaunt, Johan de Castele, Oliver de Aristhone, e Michel de Auchy chivalers, salut en nostre Seygnur.

Come piece ad, a Monstroil, fust fete une pees, e unes obligacions entre le noble prince sire Edward le Rey de Engletere, pur luy & pur ses marchauns de une part, & le noble ber Guy cunte de Flaundres, & pur la cuntasse de Flaundres sa mere, de autre part, de fere rendre & restorer as marchaunz le Rey de Engleterre avauntdit lur bens, ke il perdurent par le arest, ke la avaundite cuntasse fist fere sur eus en Flaundres;

Et sur ceo, pur greinure seurte fere, au Rey avaundit, le avaundit cunte, e nus pur luy, seyoms oblige par nostre escrit, a tenir corporal prisun a Monstruyl sur la mer, al maundement le Rey avaundite, pur acomplissement de la pees, & des obligacions avauntdites, si eles ne seient tenues par le avauntdit cunte, e par nus.

Nus pur la grace, ke le avauntdit Rey ad fet a memes le cunte e a nus, de ceo ke il ad graunte a luy, è a nus, è procure respit de le prisoun avauntdite de kes a la feste de Pasche procheyn avenir, grauntoms e promettoms leaument ke se les marchaunz à le avauntdit cunte ne rendent pleynement au Rey avauntdit, è as ses marchaunz avandiz, dedeinz le terme avauntdit, toute la pecuine, ke arere est as marchaunz le avauntdit Rey, de la summe totale, ke donne lur feu pur le arestement avauntdit,

Nous, le jour de la quinzeme de la Pasche avauntdit, entreroms la prisone de Monstreuyl sur la mer, è ilekes demurrums, selume les obligacions avaunt, fetes entre le avauntdit Rey e le avauntdit conte e nus;

Issint ke nus, de cel tens en avaunt, ne ferons prier le avauntdit Rey de plus suns respit de le avauntdit prisun, ne de le avauntdit pae;

E sur ceo nus grauntoms, e voloms ke touz les poynz, e les articles des autres escriz obligaciouns, fetes entre le avauntdit Rey, e memes le cunte e nus de la chose avauntdite, estoisent en lur premere force.

E ke ceste nouele suffraunce, fete al avantdit cunte, e a nus, par la grace le Rey avauntdit, ne turne a damage, ne prejudice au Rey avauntdit, ne a ses merchaunz avauntdiz.

En tesmoinaunce de la que chose, a cest escrit avons mis nos seaus.

Donee a Alost, le an del Incarnation, mil’ C. C. lx e dis e wyt’, le jour de la Ascencion nostre Seygnur JEHU CRIST.

A.D.1278

A touz ceus, ke ceste lettre veront u oront, Guy conte de Flandres, saluz en nostre Seignor.

Com piece a, Monstroel, fust faite une pais, & unes obligacions entre mon seignur Edowart Roy d’Engleterre pour lui & pour ses marchainz d’une part, & nous, pour nous & pour la contesse de Flandres, nostre mere, d’autre part, de faire rendre & restorer as marchans le Roys d’Engleterre avant dis, lour bens, ke iss perdirent par le arest, ke le avaunt dite contesse nostre mere fist faire sour eus en Flandres;

Et sour ce, pour greigneur seurte faire au Roy avant dit, ke nous, & nos pleges, ce est asavoir mes sires Bauduins de Auesnes, Guillames de Flandres, Geraird de Rodes, Hues castelains de Gant, Johans de Ghistele, Oliuers de Aisthone, & Michel Dauchi, chivalers, seons oblige par nostre escrit, a tenir corporel prison a Monstroel sour le mer, al maundement le Roy avantdit, pour accomplissement de la pais, & des obligations avantdites, se eles ne soient tenues par nous & par eus:

Nous, pour la grace, ke lavantdit Roy a fait a nous, & as chivalers avantdiz, de ce ke il a greante & procure a nous & a eus respit de la prison avantdite, e dusque ala feste de la Pasque proschain e avenir, grantons & promettons loiaument ke, se nos marchaunz ne rendent plainement al avantdit Roy, e a ses marcheans avantdis dedens le terme avantdit, toute la pecune, ke ariere est as marcheans lavantdit Roy, de la soume totale, ke donne leur fu pour l’arestement avantdit,

Nous, & les chivalers avantdis lejour de la quinzaine de la pasque avantdit, sanz nul conterdit, enterums en le prison de Monstroel sour la mer; & ileuc demouruns selonc les convenanches avant, faites entre le avantdit Roy & nous;

Issint ke nous, de cel tens en avant, ne prierons, ne ne ferons prier le avantdit Roy de plus lour respit de lavantdite prison, ne de lavantdite paie;

Et, sour ce, nous greantons & volons, ke tous les poins & les articles des autres escris & obligacions, faites enter l’avantdit Roy & nous, de la chose avantdite, estoisent en leur primere forche;

Et ke certe nouele seuffranche, faite a nous & as chivalers avantdis, par la grace le Roy avantdit, ne tourne a damage, n’en prejudice al avantdit Roy, ne a ses marcheans avantditz.

En tesmoig’ de ceste chose, a ceste lettre auons mis nostre seel.

Donne a Alost l’an del Incarnation mil’ C. C. sissante e dis & wyt.

Le jour del Ascension nostre seignur JEHU CRIST.Sigillo avulso.

Page 1_561

A.D.1278

A treshaut homme, & tresnoble, & son treschier filz Eduart, par la grace de DIEU, Roy d’Engleterre, &c. Jehane, par la meisme chele grace, Roine de Castele & de Lyon, contesse de Ponter, &c. saluz, & bone amour.

Biaus fiez, comme je vous eusse autre foiz proie, par mes lettres de la bosoigne le archevesque de Roen, d’endroit l’omage q’uil vous doit fare, ke vous son homage vaussissies rechevour par procureur, duskes a chou qe vous passeries la mer, pour chou q’uil est greves de la voie de Rome, la ou il a molt en a faire;

Et me sires vous en prie par ses lettres, je vous pri en tant come je puis, ke vous le proiere mon seigneur, & le nostre vuellies faire, se vous faire le poes en nule maniere, s’eu faites tant qe il se puist apercheuoir que mes prieres li aient en aucune chose pourfice, & q’uil nous en puist merchier.

DIEUX soit avec vous.

A.D.1278

A treshaut & tresnoble prine, son treschier & tresame cousin E’ par la grace de DIEU, Roy de Angleterre, Johanne, contesse d’Alencon & de Chartres, salut & veraie amour, & lue aparailliee a sa volente, & a son pleisir.

Sire, come honeurable pere en JESU CRIST, Guill’ par la grace de DIEU, arcevesque de Roen, nostre especiel ami vous doie feire homage, & il redoute mout la nier, & meesmement pur ce qu’il est mout grevez & travaillez du tous voyage, que il a fet par lonc tens, & a Rome & a ailleurs; pur quoy il ne puet mie aler a vous en propre persone, sanz grant peril de son cors;

Et seur se j’entens que madame la Reine vous prie per ses lettres, qe vous li vueillez feire tel grace, que vous le devantdit homage vueilliez receivoir per son procureeur especiel, en tel maniere, qe si tost com li diz arcevesque, nostre ame, saura que vous soies es partes de France, ou es parties de Gascoigne, ou que ce soit, il soie prez & apareilliez de vous feire homage en propre persone si come il deura:

Si vous pri, sire, tant com je puis, que vous la priere ma dame vueilliez accomplir & mettre a enure en ceste besoigne; & tant en feites, s’il vousplest, pur l’amour de lui & de moi, que nous vous en puissiens mercier & savoir grace, & que il aperceive que noz preres li aient valu envers vous.

Nostre Sire vous gart.

Donne a Estampes le Vendredi apres le saint Pere entrant Aoust.

Ad eundem effectum ad Regem prædictum mittuntur litteræ à Margareta Reginæ Franciæ.

Dat apud Stampas die Jovis post inventionem beati Stephani.

Page 1_563

A.D.1278

A haut home, è noble, moun seignur, le Roy d’Engleterre, io Giles de Nueville, voz obrs, saluz è loial amour, è aparailez a tote vos volente faire.

Sire, come il soyt ensy, qe hom m’a dit, qe Gastonns de Biars a parle, en le court le Roy de Fraunche, countre vous, e porte sen wage;

Sire, si vous pry & requier qe, s’il seyt ensy, qe vous respoignez encountre sen wage, qe vous me donnes le bataile, e se le ferray a l’aye de DIEU, al honeur de vous, e de moy.

Sire, & s’il estoyt ensi que vous autres chivaliers le vous demaundast, sire, e ne soffrez qe nuls autres nel eyt qe io: si vous seyez ausoys conseilez a mon seignur de Valery, ou as autres prud omes du royaume de Franche, si ieo suy soffisauntz de feire.

E sachez, sire, qe si vous me donez le batayle le, qe ieo le fray saunz simonye, pour le grant amour qe iay a vous.

Sanz plus, sire, e ne tenez mye a vileynye si jeo vous ay envoye ma lettre; car jeo fusse alez a vous, si ne fust pour en were qe ly sires de Nueville meniez a en no pays;

E m’en faces rescavoyr, par vo lettre, vo volente.

Cestes lettres furent bailes, a Nuevill, le jour de Tuz Sayntz.

Page 1_566

A.D.1279

A tres haut prince, son tres chier, & tres ame cousin, mon seigneur Edovart, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, duc d’Aquitenne & seigneur d’Yrland, Charles ainne fiuz le Roi de Jerusal’ & de Sezile, prince de Salerne, & seigneur de l’oneur du Mont Seint Ange, saluz, & volente apareiliez de faire son plaisir.

Sire, je enten que missires Gui de Montfort a mout grant desir d’estre reconciliez a vous, & de avoir vostre grace, & d’estre a vostre service: & m’a fait mout prier que je vous priasse de li; car, pour avoir vostre pais, il offre a faire ce que vous plairoit.

Et ja soit ceque je aie aucune pitie de li, & pour ce que de vostre lignage est, toute voies vous mestes si pres, & cousins & amis que je ne voudroie, fors ce qe vous en plairoit & vostre honeur seroit;

Mes se vostre honeur i est, & vostre volente, je vous pri que vous volliez avoir merci de lui, & rendere li vostre grace.

Et, se vous voulez q’ il face rien, si le mandez, & je le dire ceus, qui de ce me requierent de part lui.

Si vous pri sire, que sur ce vous me senefiez vostre volente par le portetur de ces presentes lettres.

Nostres Sires vous gart.

Escrit a Paris, le lundi apres la chaiere Seint Pere.

Page 1_569

A.D.1279

Edward, &c. A sa chere cosyne & fidele Constance, jadis femme, de noble remembrance, Henri de Alemaine, nostre cosyne, saluz.

Nos vous fesums a savoyre ke nus avons en parolys a vostre pere du mariage, de vos & de Edmun Genenue, neuuz le esveke de Lengris, & nostre cosyn;

Et, pur ce ke nus vodrum ke cele chose se preyt, vos priums ke vous voylleyt acorder; kar nus entenduns ke ce est vestre prou & vestre honur.

Et ja seyt isce ke vos seez lye a noz por serement, ke vos ne vos peusez marier saunz nostre cunge, en dreyt de se mariage nos donum le conge: & vos relessum le serement, ke vos nos aveyt fet, ke vos ne voz mariez saunz nostre cungie, en tele manere, ke sy se mariage de nostre cosyn & de vos ne se face, ke vos seez lye & obligeez par le vauntdyt serement, en meime la manere ke devaunt.

Donoyt a Mustroill.

Page 1_571

A.D.1279

Ph’ par le grace de DIEU, Roys de France, nous fessons a savoir a tous seus, qi sont, e qi avenir sont, que come nostre cher cousin, e nostre feau Edward, par la grace de DIU, Roy d’Engleterre, sires d’Irlande & duc d’Aquitaine, nous requeist & demaundast qe nous, selonc la fourme de la pais, qui jadis fû fete entre nostre pere & le son de noble remembrance, c’est assavoir Loys jadis Roys de France, & Henri jadis Roys d’Engleterre, li rendissons e deliuressoms la terre d’Agenois (la quele nous estoit venue apres le deces nostre oncle Alfons, jadis conte de Poitiurs, & de la contesse Johane sa femme) e que nous a l’esgart de prodes homs qui fusent nome de une part e de autre, li fessoms eschange convesnable de totes iceles choses de trois cites, e de trois evesche c’estassavoir de Lymoges, de Caors, e de Pieiregort, forsque les choses priviligiez, les queles choses nous ne poons mettre hors de nostre main par lettres de nostre pere, ou de ces ancesseurs, come nostres peres ne peust pas avoir pourchasse solonc la forme de la dite pes, enves ceus qui ces choses tienent, que il les eust eues dedenz le terme establi en la pes.

II. E nous requeist encore li devantdit Roys d’Engleterre que nous feissoms enquerre en bone foi, e de plain par prodes homes esluz d’une part e d’autre, e si la terre, que li diz cuens de Poitiers tint en Coarsin de par sa femme, fu du Roy d’Engleterre donnee ou baillee, avec la terre d’Agenois, en tot, ou en partie, par mariage, ou par gagiere a sa seur que fu mere le conte Reymon de Thol’ deseremerement mort; e, ce il estoit trovee que ensi feust, nous icele terre, la quele nous vint apres la deces du contee de la contesse de Poitiers devandiz, e la quele nous tenoms, en fie en demain, la donissoms solonc la teneur de la pes devantdite.

III. En l’en proposat encores por nous que, avant totes choses, le dit Roy d’Engleterre estoit tenus a fere nous doner la seurte des chivalers, e des viles des terres, que nostres peres dona au sien en la dite pes; de la quele seurte la forme devoit este tiele; cestassavoir, que li homme, e les viles des dites terres jueroient que il ne dourreient conseil, ne force, ne aide, par qoi li Roys d’Engleterre, ne son heir venissent contre la dite pes: e que, si il avenoit que il, ou son heir venissent encontre, e ne le vousissent amender puis que li Roys de Fraunce les en auroit fet requere, c’il, que la seurte auroient fete, dedenz les tres mois, que le Roy de France les en auroit fet requerre, serroient tenuz de estre aidans au Roy de France, e a ces heirs, contre le Roy d’Engleterre, e encontre ses heirs, jesques a taunt que ce fust amende soufisaument al esgart de la court le Roy de France: e devoit estre renouvelee ceste seurte de dis anz en diz anz, a la requeste de nostre pere, ou de son heir Roy de France: la quele seurte ne avoit pas este accompli ne renouvelee de la part de Roy d’Engleterre, tot en eust il este bien requis de par nous, e tot feust pieca passez li termes que ce deust estre fet.

IV. A la quele chose li Roys d’Engleterre responnoit, qe par lui n’estoit demore que ce n’eust este accompli; mes par les homes, e par les viles de iceles terres, qi le serement ne voloient fere par plusours resons, e par plousours dissenses, quil mettoient avant.

V. A la par fin, apres mult de traites, & mout de voies parlees sour totes les devantdites choses, fu entre nous e le devantdit Roy d’Engleterre nostre cousin fete pardurable pes & concord; par le quele nous li rendoms, selonc la forme de la dite pes, fete jadis entre nostre pere e le soen, la terre d’Agenois, la quele nous eschai de la contesse Jehanne devantdite, a lui, et ces heirs e tenir pardurablement de nous, e de nos heirs, Roys de France, par cel mesme homage lige, par le quel il tient de nous, come duc d’Aquitanie, e pers de France, toute la terre que il a de par son pere ou reaume de France, e nos demorans quitte de la ferme, que nous paions avant por ce le terre.

VI. E par ceste pes quitons, a touz jourz, por nous, e por nos heirs, e por nos successours, les seremens de la seurte des chevalers, e des homes, e des viles des terres que nostre per dona au sien par la pes, fete jadis entre eaus, si come il est dit pardevant; ce est asavoir, touz iceus seremenz que nous poens demaunder par cele pes fete entre nos pers; e ce aucuns de ces seremenz sont por nous receus, nous les quitons por nous, e por noz heirs, e por noz successors, e en asolons ceus que les firent, se aucun en soit fet.

VII. E li devantdit Roi d’Engleterre, nostre cousins, nous a quite por soi, e por ses heirs, e por ses successors, pardurablement tous les eschanges que il’ nous demandoit, ou pooit demander por ceus des trois citez, e des trois eveschez devandiz, que sunt privilegie par lettres de nostre pere, ou de ces ancessors, que il ne puissent estre mis hors de la main le Roy de France; e demeurent a lui, e a ces heirs, iceus privilegiez des trois citez, e des trois eveschiez devantditz, que se sont tornes jesques aujordui, ou ont obei a lui, ou a son pere, soit de leur volente, soit a la requeste nostre pere, ou soit a la nostre.

VIII. E par ceste concordance sumes tenuz, e promettoms que nous feroms enquere, en la maniere desuisdite, se la terre, que li cuens de Poictiers tint en Caorsin de par sa femme, fu donee, ou baillee, en tot, ou en partie, du Roy d’Engleterre, par mariage ou par gagiere, a sa suer, que fu mere au conte de Tholuse, si come il est dit devant; e ce que trouue sera que en fu ensi baille ou donnee, nous li serons tenu a doner selonc la teneur de la dite pes, fete entre noz peres.

IX. E ceste pes, e ceste Acordance, si come ele est contenue en ces

Page 1_572

presentes lettres, e touz les articles, que sont contenu en la dite pes, que fu jadis fete entre noz peres (fors qe ceus que sont changiez par ceste presente accordance) li devanditz Roy d’Engleterre, noz cosins, a promis a tenir, a garder, e acomplir fermement.

X. E totes ces choses il fist jurer en s’alme as saint Evangiles, en nostre presence, e en la sue, par Jehan de Vesce son chevaler; a quel, il dona pooir e commandement especial a ce jurer en son nom, e en s’alme: e quaunt a ces choses einsi tenir e acomplir, il a oblige soi, e ces heirs, a nous, e nos heirs, e a noz successors.

XI. E nous, en confermant e en provant le serement, que nous feismes jadis ou ceus, que la devantdite pes fu fete entre nostre pere & le sien, de cele pes tenir e garder, promettrons par eelui mesme serement a tenir, e a garder, e acomplir fermement e establement totes les choses, que en ceste pes sont contenues, e touz les articles que sont contenuz en la pes que fu fete entre noz peres, exceptes ceus que par ceste presente pes sont changiez: e, a ces choses einsi tenir, e garder, e acomplir, nous obligeons nous, e noz heirs au dit Roy d’Engleterre nostre cousin, e a ses heirs, e a ses successors.

XII. E, en tesmoinage de totes ces choses, nous avons done au dit Roy d’Engleterre, nostre cousin, ces presentes lettres, seeles de nostre seel: a fuit fet a Amiens le vintetroisieme jour de Mai, en l’an nostre Seigneur mill’ deuscenz septante & nuef.

Eadem confirmatio Latinè reddita.

Philippus, Dei gratid, Rex Franciæ, notum facimus universis, præsentibus & futuris, quod cum noster carissimus consobrinus, & fidelis noster Edvardus, Dei gratid, Rex Angliæ, dominus Hiberniæ, & dux Aquitaniæ, nos requisivit & rogavit, quod nos, secundum formam pacis, quæ olim facta fuerat inter patrem nostrum, & suum eximiæ memoriæ, videlicet, Ludovicum olim Regem Franciæ, & Henricum quondam Regem Angliæ, ei redderemus & liberaremus terram de Agenesio (que pervenerat ad nos post decessum avunculi nostri Alfonsi, olim comitis Pictaviæ, & comitissæ Johannæ uxoris suæ) & quod nos ad esgardum proborum hominum, qui fuissent nominati hinc & indè, ei faceremus escambium conveniens de omnibus illis rebus, de tribus civitatibus, & de tribus episcopatibus, videlicet, de Lemonio, Caturcinio, & de Petragoricinio, exceptis rebus privilegiatis, quas nos non possumus ponere extra manum nostram, per literas patris vel antecessorum nostrorum, cum noster pater non potuit procurare, secundum formam dictæ pacis, apud illos, qui istas res tenuerunt, quod ille eas habuisset infra terminum constitutum in pace.

II. Et nos requisivit adhuc prædictus Rex Angliæ, quod nos faceremus inquiri, bond fide, & de plano, per probos homines electos hinc & indè, si terra, quam dictus comes Pictaviæ tenuit in Caturcinio, ex parte uxoris suæ, fuit à dicto Rege Angliæ donata vel tradita, unà cum terrd Agenesii, in toto, vel in parte, pro maritagio vel gageriá, sorori suæ, quæ fuit mater comitis Raymundi ultimò mortui; & si fuisset repertum quod ita fuisset, illam terram, quæ ad nos pervenit post decessum comitis & comitissæ Pictaviæ antedictorum, & quam nos tenebamus in feodo vel domaniis, ipsam donaremus ei secundum tenorem pacis antedictæ.

III. Et propositum fuisset adhuc ex parte nostrâ, quod ante omnia, præfatus Rex Angliæ erat obligatus ad faciendum nobis dari securitatem militum & villaram de terris, quas pater noster donaverat ei in dictâ pace; de quâ securitate forma debet esse talis, videlicet, quod homines & villæ dictarum terrarum jurabunt, quod ipsi non dabunt consilium, nec fortitudinem, nec adjutorium, propter quod Rex Angliæ vel hæredes sui venient contra pacem; & si eveniret quod ipse vel hæredes sui venirent contra, & nollent emendare postquam Rex Franciæ eos fecisset requiri, illi, qui securitatem fecissent, infra tres menses, quod Rex Franciæ eos fecisset requiri, essent obligati ad juvandum Regem Franciæ & hæredes suos, contra Regem Angliæ & hæredes suos, usque ista res fuisset emendata sufficienter ad esgardum curiæ Regis Franciæ: & debet esse renovari ista securitas de decem annis in decem annos, ad requestam nostri patris, vel haredis sui Regis Franciæ; quæ securitas nunquam fuit facta aut renovata ex parte Regis Angliæ, quamvis sæpius fuit requisitus nostro nomine, & quamvis terminus, quo fieri oportuit, est nunc præteritus.

IV. Quibus omnibus Rex Angliæ respondit, quod per se non steterit, quod totum hoc non fuisset completum; sed per homines, & per villas illarum terrarum, qui sacramentum nolebant facere, per plures rationes & varias excusationes, quas ipsi prætendebant.

V. Etiam finaliter, post multos tractatus, & plures vias, proloquutas super omnibus rebus prædictis, fuit facta, inter nos, & antedictum Regem Angliæ, perpetua pax & concordia; per quam nos ipsi reddidimus, secundum formam pacis, factæ olim inter patrem nostrum & suum, terram Agenesii, quæ pervenit ad nos ratione comitissæ Johannæ antedictæ, sibi & hæredibus suis, ad tenendum perpetuò à nobis & hæredibus nostris Regibus Franciæ, per illud idem homagium ligium, per quod ipse tenet à nobis, sicut dux Aquitaniæ, & par Franciæ, totam terram, quam habet ex parte patris sui in regno Franciæ, & nos remaneamus immunes de firmâ, quam nos solvebamus antea pro illâ terrâ.

VI. Et pro istâ pace quittamus perpetuò pro nobis & hæredibus nostris, & nostris successoribus, illa sacramenta securitatis illorum militum, hominum, & villarum de terris, quas noster pater donavit suo per pacem factam olim inter se, sicut dictum est superius; videlicet, omnia illa sacramenta quæ nos possimus petere per pacem factam inter patres nostros; & si aliqua, de illis sacramentis sint per nos recepta, nos illa quittamus pro nobis & hæredibus & successoribus nostris, & absolvimus illos, qui illa sacramenta fecerunt, si aliqua fuerunt facta.

VII. Et antedictus Rex Angliæ, noster consobrinus nos quittat, pro se, hæredibus & successoribus suis, perpetuò omnia scambia, quæ ille petit ab eo, vel petere poterat pro illis, de tribus civitatibus, & tribus episcopatibus antedictis, qui sunt privilegiati per literas nostri patris, vel antecessorum suorum, quos ipsi non possint poni extra manum Regis Franciæ; & remanent ei & hæredibus suis illi privilegiati, de tribus civitatibus, & episcopatibus antedictis, qui se retornaiverint usque ad hodiernum diem, & hobediverint ei vel patri suo, sive de voluntate eorum, vel ad requestam nostri patris, vel ad requestam nostram.

VIII. Et pro istâ concordantiâ sumus obligati, & promittimus, quod nos faciemus inquiri, per modum superius dictum, si terra, quam comes Pictaviæ tenuit in Caturcinio, ex parte uxoris suæ, fuerit donata, vel tradita, vel in toto, vel in parte, per Regem Angliæ, pro maritagio, vel pro gageriâ, sorori suæ, quæ fuit mater comitis Raymundi de Tholose, sicut est antedictum; & illam, quæ reperta est, vel erit, quod ita fuisset donata vel tradita, nos erimus ei obligati ad dandum, secundum tenorem pacis prædictæ, factæ inter patres nostros.

IX. Et ista pax, & ista concordantia, sicud continetur in hiis litteris præsentibus, $amp; omnnes articuli, quæ continentur in dictâ pacece, quæ fuit facta olim inter patres nostros (exceptis illis quæ sunt caambiari per istam præsentem accorrdationem) prædictus Rex Anglæiæ, noster consobrinus promisit ad tenendum & custodiendum, & ad complendum firmiter.

X. Et omnia ista ipse fecit jurari, in animâ suâ, ad sancta Dei Evangelia, in nostri præsentiâ, & suâ per Johannem de Vescy militem suum, cui ipse dedit potestatem & præceptum speciale ad hoc jurandum nomine suo, & in animâ suâ; & quantum ad hæc ita tenenda & complenda, ipse obligavit se & hæredes suos nobis, hæredibus nostris, & nostris successoribus.

XI. Et nos, confirmando & approbando sacramentum, quod nos fecimus olim illis, tempore quo dicta pax fuit facta inter nostrum patrem & suum, de tenendo pacem illam, & custodiendo, promittimus per illud dictum sacramentum ad tenendum, & custodiendum, & complendum firmiter & stabiliter omnia, quæ in pace istâ continentur, & omnes istos articulos, qui continentur in pace, quæ fuit facta inter patres nostros, exceptis illis qui, per hanc præsentem pacem, sunt mutati: & ad ista tenenda, & complenda, & custodienda nos obligamus nos & hæredes nostros dicto Regi Angliæ, consobrino nostro, & hæredibus, & successoribus suis.

XII. Et, in testimonio præmissorum, nos dedimus dicto Regi Angliæ, consobrino nostro, has præsentes litteras sigillatas sigillo nostro: & fuit actum apud Amientz, vicesimo tertio die mensis Maii, anno Domini millesimo ducentesimo septuagesimo nono.

Page 1_573

A.D.1279

Alianor, par la grace DIEU, Reine d’Engleterre, au Roi d’Engleterre, nostre cher fiz, saluz & nostre beneyzon.

Sachez, bieau fiz, que nous avioms piecea en pense d’escrivre au Rei d’Alemane, & requerre le por nostre bosogne de Provence, la quele vos savez;

Mes nous l’avoms porlogne jusque a ore, por ce ke il estoit molt enbosognez, & estoit loinz en Alemagne:

Mes ore le voloms envoer noz letres, & prier le de la bosogne;

Par quoi nos vos prioms que vos nous grauntez voz letres a li, & le voilloz prier que il nous face droiture & grace en la bosogne de Provence.

Saluz.

Page 1_583

A.D.1280

Au treshaut & tresnoble Prince, & son chier senhor Edwart, par la grace DEU, Roy d’Anglaterra, Mourices sires de Creon’ ses chevalers, reverence & honor, & soi apparelie a sa volunte & a son servise.

Sire, je voz fatz a savoyr que le vendredi, apres la fest Seint Johan baptiste, pruschanament passee, li Roys de France fist assemler devant soy ses evesques & ses barons, & en lor presence, moy present, fist lire a letra, que li Roys de Castele avoit envoyè au prince de Salerne vostre cosin,

Es queus lettres estoit contenu que li ditz Roys de Castele salvoit le dit prince, e li fasoit a savoir que com aucun de sa cort fussent entre luy d’une part, e le Roy de France d’autre: de la quel chose li envoit, & li pesoit que il li prioit qu’il vousist travailher & tretier de pees & d’acort sur eestz contentz;

E quil voloit myeus, que por ce que li dit princes estoit cosins & amis du dit Roy de France, que cele chose fust tretie par li, que par lapostoile, ni par le Roy d’Englaterra, ni par nulle autre:

E que il voloit que par ses messages, que il envoit, fust pris jors, e esleutz lieus, a parler e traytier sur cele chose;

E, si aucuns debatz estoit sur ce entre sa gent e le consell au dit Roy de France, que li ditz princes peust acorder & determiner ce debat;

Et qu’il li donoit pooir de prendre triues, vile por vile, chastel por chastel, vassall por vassall;

E quil li envoiast certeins messages por prendre de li firmete de garder les triues, teles compleroit au Roy de France:

E quil estoit prestz de fermer en tele manere, qu’il li manderoit; en tele maneye, que tele firmete, come il feroit sur ce, que autre tele li Roys de France li feist apres:

E apres sur ce par les ditas parties, & par le dit prince fu acorde, que a la quinzeine de la seint Michel li Roys de France fust en Gascunhe au Mont de Marssan; e li Roys de Castelle a Baiona, por avoir treitement sur cele besonche.

E sachetz sire, que je ey entendu que les gens au dit Roy de Castelle, sur ceste besonche, ont dit a aucuns du consel aucuns paroles contra vos, les queles je ei entendu:

E li Roys de France la ma dit que il n’en croit riens contre vos; meis qu’il entent que tot ce est por la pes, e par l’amor que vos feistes avec li, sans le dit Roy de Castele, e sans sa volunte.

Dat’ Parisius die Mercurii post festum apostolorum Petri & Pauli.

Benè & diù valeatis.

A.D.1280

Au treshaut & tresnoble Prince, a lor chier senhor, le Roi d’Englaterre, Morices sires de Creon, e Grefroi de Greinvile, sun chevalier, honor e reverence.

Chiers sire, mostrames votz lettres au Roi de France, a Paris, lendemein de la feste seint Johan Baptiste, e feismes vostre message sur le feit de li, e du Roi de Castele, selonc ce qe vos noz avietz enchargie.

E sur ce li Rois, & consehl, e nos, respondi, q’ il n’avoit miè consehl de parler sur cele chose a ses evesques, ni a ses barons, cum sur chose qui n’estoit pas certeine:

E nos fist dire, apres que il nos mercioit mout e mout bon gre, vos savoit de ce, que vos en si bone volomte, e en si bone foi vos travalhietz de ceste besonche, e que il ne vos voloit rien celer;

Aintz voloit que vos seussietz de ceste chose son secret que il n’entendoit, miè que nos peussietz avoir tel pooir du Roi de Castele, cum vos cuidietz;

Car li Rois de Castele avoit done se pooir au prince de Salerna vostre cosin, qui vint a Paris le jor de la dite feste seint Johan;

Du quel pooir li Rois de France dist qu’il estoit certeins par les lettres du dit Roi de Castele, que il avoit veu, e avoit oi par les messages; e que li pooirs estoit si larges, e si pleiners cum il convenoit.

Nos nos aparceumes bien que plusors du consehl du Roi de France estoient liè de la desnaturece, que li Rois de Castele vos mostroit, qui mieutz voloit si grant chose tretier par un jone home, qui de rien ne li estoit tenutz, que par vos;

E en oismes plusors parols, e aucun de votre amis, cum li evesques de Lengres, qui le nos dist, e autre en estoient anui, por ce q’il ne lor sembloit mie que li Rois de Castele vos feist honor, por ce que vos avietz meu la parole avant, e encore la suietz.

E sachietz, Sire, que li dit message e procureor du Roy de Castele, qui estoient ale au prince en Provence, vindrent a Paris ovec le prince, e si cum nos cuidom, selonc ce que nos peumes aprendre, il s’estoient parti du Roi de Castele environ la Pasque florie procheinement passee;

E sont li nome des procureors tel, Pelagius archidiaconus Austoricen’, Mellius de Arculis miles, & portarius cameræ Regis Castellæ, & magister Petrus de Regio, ejusdem domini Regis prothonotarius:

E, apres cestes choses oies & seues, nos attendismes a vos escrire, jusques a tant que nos seussioms aucune chose de lor tretie:

E est veritetz que jor est pris par le prince, e par les dites parties, a la quinzeine de la fest seint Michel, que li Rois de France doit estre en Gasconhe, au mont de Marssan, e li Rois de Castelle a Baione.

Nos avioms bailie notz escritz au Roi de France sus la besonche des trois eveschietz, e des choses D’agenois, qui vos falhent; e attendioms sa response.

Dat’ tertia die mensis Julii.

Page 1_584

A.D.1280

A Prince de Salerne, saluz. Sire, nus avoms receu vos lettres, en les queles vus nus priastes du fet Guy de Montfort, dont souentefiez nus aviez prie ke nus en, feissums tant, ke vus e tuit ces autres amis nus en s’eussez gre;

A la quele chose, sire, nus vus responum, ke nus n’auion mie conseil de enveer ore en celes parties, pur treter ove le dit Guy, sur la seurte ke il nust dust fere; kar ceo ne sereit pas nostre honeur:

Nekedent, pur la volente ke nus veum ke vus avez a la bosoigne, il nus plest bien ke l’avandit Guy ou ses amis la seurte e les condicions, ke il nus vodereit fere, mestre a nostre feel & leel Otes de Gruntson (ki est en celes parties pur la bosoigne nostre frere) einsi ke le dist Otes nus en pusse aviser, e nus en pussom aver plus certein conseil ove ceus ki la chose toche, e, sant ki consail, nus ne vodriom enprendre si grant bosoigne fere.

E sachet bien ke nus avoms tous jous volunte de fere chose ke vus plese.

A ceo, sire, ke vus nus priastes par les avantdites lettres e par Johan de Malregard vostre chevaler, a ki vus priastes ke nus creussom sur les choses ke il nus direit depar vus, ke nus comandisom ke le Rey de Chastelle fust honorablement receu en nostre cite Baione;

Sachez, sire, ke nus le tenom si pur nostre ami, ke nus devom voler, e volom ke il seit receuz, e honorez en touz les leus ou nus avom poer, e nomeement en cest cas, kant il vient pur si grant bien, com sera a tote la Cristiente, si Diu plest, la pees de li e de nostre trescher seigneur e cosin le Rey de Fraunce; e avom enuint a nostre seneschal de Gascoyne, en la presence de vostre chevaler, qu’il le face fere selum la volunte nostre seigneur le Rey de Fraunce.

D’endreit de ceo, ke vus nus priastes, ke nus a mestre Peres de Cotini, vostre tresorer, vosissom doner le benefice ke nus aviom done a mestre Nichole Bocel;

Sachez, sire, ke a li n’aviom nus onkore rien done; mes nus li aviom promis, e esteom en bone volente de li doner ausi tost com leus echeist; e ausi from nus volenters avandist mestre Peres pur l’amur de vus.

Page 1_585

A.D.1280

Ph’ par la grace DIEU, Rois de France, a tresnoble prince, E. par cele mesme grace, Roi d’Engleterre, seigneur d’Irland & duc d’Acquitaigne, saluz & acroisement de vraie amour.

Treschere cousin, nous vous prions affecteusment, que vous, par ces noz messagez, que nous envions a vous, nous senefiez la certainetee de vestre estat, le quel nostres Sires Diez face & maintiegne bon & joiex tout tens:

Quar nous sommes mult desirrant de sauvoir souvent, comment il vous plest, & mult sommes lie quant nous en oons bones noveles;

Et dou nostre estat (le quel nous creons que vous vez volentiers bon) sache vestre amite, que nous sommes sain & haitie de cors, la merci DIEU.

Donne a Paris, le Vendredi apres la nativite saint John Bapt’.

Page 1_586

A.D.1280

A tres noble prince, son tres chier ame cousin, E. par la grace de DIEU, tres haut Roy d’Engleterre, Charles ainnes fiuz le Roi de Jerusal’ & de Sezile, princes de Salerne, & de l’oneur du Mont de Saint Ange en’ sires, saluz, & soi appareille a toutes ses bonnes volentes.

Sire, comme nous aions parle a vous dou fet de monseignur Guy de Montfort, & vestre bone merci;

Vous nous aiez respondu, que vous enferiez tant por l’amour de nous, que nous nous endeurions bien tenir a paiez.

Et sentimes, par vos paroles, que vostre volente estoit, que il priest l’une de ces deus voies, cest a savoir;

Que il alast outre mer juques a vostre volente, & vostre rapel:

Ou qu’il demourast outre les monz, sanz venir en France, se n estoit par vostre volente & vostre rapel:

Et de ce vous dounast bons pleges.

Sachiez, sire, que de ses deus voies nous avons en lettres de response de li; & nous manda que elles li samblent trop gries, & meesmement cele d’outre mer:

Car il ne converroit nul si ezi ami, qui si acordast sporce, que trop leur samble grief; car il ne poriroit avoir sa chevance ensi lointiengne terre.

Toutes voies, pour l’amour de vous & pour vostre grace a querre, il voudroit demourer outre les monz a touz jours, se vostre debonerete ne la rapeloit, & de ce douteil encore, pour que il n’est pas certain de trouver pleges a vostre volente.

Et vous souploie pour DIEU, & pour pitie, que vous li veilliez fere grace de leur terre.

Et, sire, come vous nous en aiez si debonerement respondu, nous vous prions, tant comme nous poons, comme nostre chier cousin & ami, que vous en ces choses li voulliez fere tant de grace, pour l’amour de DIEU, & pour pitie, & pour l’amour de nous, que DIEUS vous en sache gre; & nous vous en puissions mercier; & que il sente que noz prieres li aient valu.

Nous soumes sain & hetie (DIEU merci) la quel chose nous desirrons a oir de vostri roial majeste,

Et vous prions que vous nous mandiez vostre estat toutes foiz, que il vous plera, & vostre volente, la quelle nous soumes appareille de fere.

Done a Es’ Juesdi le xx. jour de Septembre.

A.D.1280

A sa treschere dame e taunte, ma dame M. par la grace de DIEU, Reyne de Fraunce, Edward, par la memes grace, Roy de Engleterre, saluz & bon amur.

Ma dame, de co ke vus nus avez maunde en dreit de vostre bosoigne, d’unt vus avez fet homage al Roy de Alemaigne, e d’unt le Roy de Sicile vus devent vostre droit, ke cele bosoigne ne se prent mie par voie de pees, sicome nus desirames, e en la quel bosoigne vus nus avez requis ke nus vus eydoms; sachiez, dame, ke nus vus sumes tenuz a eyder, & voluntiers le feroms.

E en droit de co ke vus nus avez maundee, kee nus vus faceom a savoir quel ayde nus vus feroms; vos fesoms a savoir, ma dame, ke nus vus aiderons de nostre gent en tien manere, ke vus vus tendrez apaie par reson.

E vus, si vus plest, nus fetes a savoir le lieu & le jour ke vus ferez vostre somounse, ke nus i puissons enveer nostre gent; kar nus avons graunt desir de fere quan ke nus poons pur vus, com pur nostre chiere taunt.

A DIEU dame, ke vus garde.

Donees a Sooton, le vintime jour de Septembre, le an de nostre regne utisme.

Page 1_589

A.D.1281

Philip, par la grace DIEU, Roi de France, a noble prince, son treschere & ame cousin, & son feau, Edward, par cele mesme grace, noble Roy d’Engleterre, seigneur d’Irland, duc d’Aquitaigne, saluz & diutine amor.

Pour ce que nous avons tout tens grant desirier de savoir coment il vous est, & d’oir bones noveles de vous; nous envions a vous le porteeur de ces presentes lettres, por estre en certein par lui.

Et vous prions que vous, par cestui message, nous voilliez senefier par voz lettres la certaintee de vestre estat; le quel nostres Sires face bon & joiex toz jors.

Et d’on nostre estat, le quel nous savons que vous desirez que soit bons, nous vous fasons a savoir que nous estions, par la merci DIEU, sain & haitie de cors, quant ces lettres furent fetes.

Donne a Montargi le Samedie, apres les Huitieves de la purificacion de nostre Dame.

Page 1_590

A.D.1281

Sachez, sire, co, ke vus nus mandastes per mestre G. vostre clerk, nus l’auens bien entendu; e, pur ce, ke nus desiroms mult tenir & accrestre l’amiste, ke est, & deit estre entre vus & nus, nus vus enuerons par ceus noz certeins messages, plus pleinement respoundre as choses ke vus nus avez maunde, e pur treter ove vus de memes les bosoignes ateivament.

Si vos priom, sire, ke vus voillez trere vers les parties de Baione au plus pres ke vuz purrez, ensi ke nos mesages avantdiz, qui celle par serunt entour la fest de seint Johan, vus y puissent prestement trover.

A.D.1281

En l’an de l’Incarnation nostre Seigneur MCCLXXXI. le jor de mi quaresme, fu accorde & traitie, par ordenance de pais, entre mon seigneur de Fienles lest seneschal de Pontif, Dant Renand, maistre Bandinii de Wissant, & Johan de Sancy baillifs d’Abevile, pur tres noble prince mon seigneur le Roy d’Angleterre, e ma dame la Royne sa compaigne d’une part, e le maier, e les eskevins d’Abevile d’autre; en droit des desbaz, qe estoient mutz entre les parties devantdites, pur la raison du ban fet de mon seigneur Huon de Fainnechon adonc baillif d’Abeville.

Primes ke nostre sire, li Rois d’Engleterre, par le assentement du maieur, e des eskevins, e du comun d’Abevile, puet rendre, e remettre, e renuoier en Abevile mon seigneur Huon de Faninechon, s’il plest al devantdit nostre seigneur le Roy;

E doiuent li devandiz maires, e li eskeuin fere savoir a leur comun, & comaunder bien e suffisaument ke li Rois a remis, ou rendu a mon seigneur Huon la vile d’Abevile, e qe li tiegne bone pais desore enavant.

Et si acuns fust, qe meffesit a mon seigneur Huon, ou feroit justice de maufeteur, ou des maufeteurs autre si graunt, come se om meffesoit a un jure.

E doivent li devantdiz maires e li eskevin reconoistre, par lour lettre, q’il, desore enavant, sour le cors du seigneur de Pont, qui est ore, ne qui le serra el tens avenir, sour sa femme, sur leur enfanz, sour le seneschal de Pont’ le baill’ d’Abeville, le baill’ de Rue, le baill’ de Cressy, le baill’ de Walaen’, e le baill’ d’Araines, qui q’il soient, ne qui q’il serront el tens avenir, ne aient, ne ne pussent avoir conissance ne justice, en nul cas sur leur cors, pur chose q’il meffacent a autrui, ne autres a eus; e, si en akun tens li devantdit meires e li eskevin avoient en conisance ou justice sur les persones devantdites, ou sur aukunes de eles, si i doiuent il renoncher;

E se doiuent li devantdiz maires e li eskeuin a ceo assentir, par leur lettre, qe li cuens de Pont’ qui onques le soit, ou qi le serra el tens avenir, puist fere chastel, si li plest, e fermete en son manoir d’Abevile, e es terres, les qeles il purra acquere entur le manoir, tel, e si graunt come il li plera sans les murs de la vile perchez, e sans les fossez abatre;

Sauf a maier, e as eskevin, e au commun d’Abeville, les privileges de la dite vile, en touz les autres articles, qi ne sunt contenu en cest escrit; li q’il demurent, e doiuent demorer en la force lau il ont este, dusque a ore.

E doiuent avoir li maires, e li eskevin, a li communs de Abevile, la lettre mon seigneur le Roy, e ma dame sa compaigne sour la sauvete, e le establete de leur privileges, de touz articles, qi ne sont en cest escrit contenu.

Les choses avantdites sunt traitees, ordinees, e purparlees en la seante, e en la volentee mon seigneur le Roy, e madame la Royne sa compaigne.

E en remembrance du traitie, de cest acort, nus maires, e li eskevin d’Abevile devantdiz, avoms mis nostre seel a cest present escrit cirograffe, e endente, e baille au devantdit mon seigneur William seigneur de Fienles.

Fait & done en l’an, e el jor devantdiz.

Page 1_592

A.D.1281

A touz chiaus, ke ches lettres verrunt ou orrunt, li maires, li eskevin, & toute la communites d’ Abevile saluz.

Nous faisons a savoir a touz ke come debas fust entre noble home, mun. seigneur Thomas de Sandwiz chivaler, adonc seneschall de Pontif, pur tresnoble prince, nostre treschier seigneur, Edward, par la grace de DEU, Roy de Engleterre, seigneur de Irlande, duc d’Acquitaine, conte de Pont’ & de Monsteroll, & nostre chiere dame, Alianore, par chele mesme grace, Reyne de Engleterre, dame, duchesse & contesse des lieus devauntditz, sa compaigne & en leur non d’une part; & nus, maire, eskevin, e tote la communites d’autre, pur la coison du ban fait de mon seigneur Huon de Faimiechon, adonc baillif d’Abeuile, & eust dure li debas par aucune pieche de tans, en le par fin, par conseil de preud oumes, par la volente de nostre chier seigneur le Roy d’Engleterre, & de nostre treschier dame la Reyne, sa compaigne, faire & a emplir, a ceo nos sumes assenti & volons, & a ceo nos consentons, ke nostre chiers sire le Roys puist rendre le vile d’Abevile a mun seigneur Huon de Faimiechon, ou puist remettre, ou renuoier le dit mun seigneur Huon en le vile d’Abevile, si il li plest.

Et deuons faire savoir soffisaument a nostre commun, ke nostre sire li Roys a remis, ou renuoyes en le vile d’Abevile, ou rendue la vile d’Abevile a dit mun seigneur Huon e ke hom li teigne bone pais desoreenvant e devons faire savoir qe si akun ou akuns fust ou fussent qi mesfesit a mon seigneur Huon’ ou feroit justice du maufeitur, ou des mafaiteurs, autre si grant ke se an meffesoit a un jure.

Et reconnissons, par la teneur de cheste lettre, ke desoreenavaunt sur le cors du seigneur du Pontif qui ore est, ne qui le serra el tans avenir sour se feme, sour leur enfans, sur leur seneschal de Pont’ li baille en d’Abevile le baille de Rue, le baille de Cressi, le baille de Walen’ e le baille d’Araines, qui que il soient, ou qui le serrunt el tens avenir, ne aions, ne puissons avoir conissance ne justice, en nul tens, de nul cas, sour leur cors pur chose ke il meffachent a autruy, ne outres a eus.

E, si en aucun tens avenies en justice, ou conissaunce sour les persones devantdites, ou sour aucunes de eles, si i renonchous nous par le teneur de ceste lettre.

E si volons, & a ceo bonement nous assentons, ki li cuens de Pontif, qui ore est ou qui le serra en le tans avenir, puist faire chastel, si il lui plest, & firmete en son manoir d’Abevila, & es teres, queles il porra entour acquire, tel & si grant come il lui plerra.

Et porra les murs de la vile parchier, ou faire parchier, & faire porte ou posterne, lequel ke miens lui plarra pur faire issue & issir de son manoir, enuers le dos par mi les murs de le vile, e les fosses;

Sauf a nous les privileges, e les franchises, otries e donees a nous des contes de Pont’ en touz autres articles, qui ne sunt contenu en ceste lettre.

Et, pour ce ke toutes les choses devantdites soient fermes e estables, nos avons seelees ces lettres du seel de nostre communite d’Abeville.

Faites en l’an de grace, MCCLXXXI. le sist jour de Jung entraunt.

Page 1_594

A.D.1281

Au noble prince, e soen treschere seignur e cosin, Phelippe, par la grace DEU, Rey de Fraunce, E. par meymes la grace, Rey de Engleterre, seigneur de Hirlaunde e duk de Aquitaygne, saluz e du reverence.

Sire, endreit de la bosoygne, de entre vos e le Rey de Castelle, je vos pri ke vos voyles sofrir ke ie me entremette, si com mes messages vos requerent.

E si il plest a vostre seignorie esloygner la trewe, ke est entre vos, Jo ay ben le poer de fere le, ausi pur le Rey de Espaygne; e de ceo sire creez mes avauntdiz messages, porturs de ceste lettre.

Donee a Westmoster’, le tiers jur de Juyl, le an de nostre regne novime.

A.D.1281

Sire, li Roys de Engleterre, mon seigneur, vos pria n’adgeres, par son message, pur aver conduct de aler en sa tere de Gascoyne.

Sire, son entendment estoit adonc principalment, e est uncore, ke il se peust trauayler d’en discord apeser, ke est entre vos e le Roys de Castele, ou par trewe, ou par pes.

Mes, sire, pur ceo ke il ne estoit mie certeins del apruchement le Roys de Castele as parties de Gascoyne, pur ceo, sire, il ne vos voleit maunder par le message, par ky il enveya quere son condut, riens de ceste chose.

Mes, pur ceo ke il ad entendu, de novel, ke le Roys de Castele vee aprucher as parties de Gascoyne, si il y veit, il vos maunde, sire, ke, si il vos plest; volentires se travayelera ou de pes, ou de trewe entre vos.

Kar ja seyt ceo ke graunz genz e sages se soyent entremis, le graunt desir, ke il ad de purchacer ceste chose, le fet emprendre cest travayil, si vostre volente y est, pur le graunt profit de la cristiente, e pur ceo ke il est tenuz a vos, e au Reys de Castele, si com vos sauez, e especialment a vos.

E de ceo, sire, vous prie ke vos ly maundez vostre volente.

E sachez, sire, ke ly Roys ne vee, mye a ceste foyz, de passer la mer, si ne volez ke il s’en entremette de ceste bosoyne.

Sy le Roys de Fraunce respont, ke ly plest ke li Roys de Engleterre s’en entremetre de ceste bosoyne; respoignent e requerent ly message, ke il plese au Roys de Fraunce, ke la trewe soit alongee; kar li termes de la truwe, ke est ore, est trop brefs pur parler de si graunt bosoygne, com ceste est.

Page 1_599

A.D.1281

A la Reyne de Fraunce, Edward Rey, &c. Dame, bien avons entendu, & bien savons ke grant poer avez mis de mettre bon amur par entre vostre seigneur ke fust, & nostre seignur le Roy jadis nostre pere: & par entre nostre seignur le Roy vostre fiuz, qui ore est, e nus, e grant entent auez mis pur cel amur; de quoi nus vus mercions tant com nus poons & sauons.

Et de ceo, dame, ke vus desirez, ke aliaunce fust parentre vostre fiuz & nus, pur plus affermer bon amur par entre nus: grant gre nus en savons, e respons de co ne vus poons maunder, pur co ke nostre conseil ne fu pas pres de nus, quant voz lettres nus vindrent.

E pur co, dame, ke vus voillez ke sire Johan de Greilly demurge uncore od vus, issi, qu’il puisse venir a nus a cink semeines de la Seint Michel; sachez, chere dame, ke il nus plest mut, e nus lui auons maunde, par nostre lettre, ke il face vostre volunte, e qu’il vienge a nus al’ jur avant nomee.

Donee a Wincestre, le disme jur de Octobre, le an de nostre regne ix.

A.D.1281

Ed. al eidem Reginæ. Nous recumes vos lettres, les queles nous vous enviastes, par peres de Frez votre clerk, le mardi prochain venant la sent Andreu;

En les queles nous vous priastes, que cum vos autres amis vous eussent promis leur eyde a demander vostre dreit de Provence, & vous entendissez fere votre somounse, a Lyon la premiere semeyne de May, ke nous vous feissons a savoir quel eyde nous vous entendissons a fere:

A la queu chose, ma dame, nous vous responons ke nous au terme, ke nous vous avez maunde, entendons envoier a Lyons gens a armes pur vous servir; ne quident, ma dame, nous vous prions ke vous serez trouvez tus jurs en mesure, se il avient ke om le vous offra: & de ceste chose mesme prions nous le Roy de Sezille, & le prince notre cosin, par la prochenete de sanc, qui est entre vous & le prince.

Donnee at Westm’, xxvi. jur de Novembre, l’an de nostre regne x.

Page 1_600

A.D.1281

Saluz. Treschere cosin, nus recumes vos lettres le vendredi devant la seint Andr’ en les queles vus nus priastes ke nus vus feissons a savoir nostre estat: & par les queles vus nus feistes saver, ke vus, DIEU merci, estoiez seins & heitiez, de qui nus fumes mult leez, & dunt nus vus mercioms quan ke nus poons.

Derechef, nus feistes a savoir ke, ma Dame de Fraunce, nostre taunte & la vostre, avoit tenu parlement, a Mascons, od les barons de Burgoine, & avoit requis ayde de ses amys a purchacer soun dreit, de les countez de Provinc’ & de Folcalquar’ sus vostre pere le Roy, & sus vus:

Et sus co ke vus lui aviez offert, ke bien voliez, ke celui, a qui le conisaunce de ces choses apurtenent, en conust par droit entre lui, & vostre pere, & vus;

E ke vus mettriez vostre peine, vers vostre pere, ke a la volente mesmes cele dame enfust fete;

E ele lessee la veye de pees & de dreit, s’esteit prise a la voce de guerre & d’armes, sanz fere nul respons a co ke vus lui aviez offert;

E ke ele nus avoyt prye d’ayde, & nus lui avioms abandone nostre terre de Gascoigne, dunt vus estiez mult merveille.

E cum nus fuissums l’ome del mounde, apres vostre pere, en qui vus aviez plus de fiaunce, & qui plus tost requiriez a vostre besoigne, a qui vus trouerium plus abaundonne a vostre besoigne & ausi ferrez vus nus sicome maintefoiz vus aviom promis; vus nus requiriez ke nus cel conseil meissom, en ceste besoigne, ke co, ke puet estre determine par droit & sanz peril, ne fust mie mis en force d’armes.

A la queu chose nus vus responons, ke tut soit co voirke nus ferum pur vus autant come nus purrum pur nul autre home, a qui ne fusum plus tenu;

Le Mardi, devaunt co ke nus recumes voz lettres, nus vindrent les lettres lavantdiz nostre taunte; par les queles ele nus requist nostre ayde en la besoigne desusdite; dunt nus fumes en grant eswer ke nus en puissons fere sanz meffere nus ou vers lui ou vers vus, a qui nus sumes tant tenu, come nus poons estre a nul home qui ore vive.

E, a la fin, regardee l’amour, ke lavauntdite nostre taunt a eu tuz jurs a nus: e regardeez les ennuis, ke ele avoit pur nus: & l’ayde, ke ele nus fist tant com nus fumes en persecutions e ennuis; e regardee ke le besoigne tuche ausi bien nostre dame & mere, a qui nus sumes, puis ke nostre pere morz, plus tenuz ke a nulle creature qui vive, nus ne luy poumes escoundre sa piere, ainz ne luy grauntasmes d’ayder la, pur co ke nus ne fuissons tenu a desnatureus; tut fust co contre nostre gre, & encontre nostre cuer, pur l’amur, que est entre nus & vus.

Pur quoi nus vus prions ke vus ne preignez a mal ceste chose; car nus prenom DIEU a tesmoign ke, si la chose ne tuchast mes ke a nus, nus n’en feissons rien fors vostre voluntee; car, pur un honure ke DIEU vus a done en cest secle, nus voudrons ke vus eussez dis.

Enekedant nus avons prie nostre taunte avauntdite, ke la preigne mesure, si hom la litient; e ausi a vostre pere, q’uil tende & face mesure; & enquere prium a vus:

E, estre co, priom a l’apostoille, q’uil se voille entremettre ke ceste chose passe par autre voy, ke par cele ke est comencie; e, si hom peust trover autre voye renable, nus i mettom volentiers le conseil ke nus porrum.

A.D.1281

Saluz. Nous recumes voz lettres le Vendredi prochein devant le Noel; par les queles nus avons entendu ke l’apostoille, par ses messages, vus a prie ke vus vousez trywe graunter entre vus & le Roy de Castelle; en la quele duraunte, il se voudra entre mettre de pees & de quiete pur amedus les parties; de la queu chose nous sumes mult lieez, ke nus entendons ke, par lui, la chose vendra a grant bien.

Endroit de co, sire, ke vus nus avez maunde, ke il ne covient mie ke nous ore aparmennes travaillons pur les resouns desusdites; nus nus fuissons volentiers entremis, & vostre onur garde, a nostre poer.

Sire, nus vus mercions mult de co, ke vus estes desirous de sauer bones noveles de nostre estat; & vus fesons a sauer ke nous sumes en bon estat, la DIEU merci, quant ceste lettre fu fete; & vus priuns ke vus voillez sovente foiz vostre estat maunder, le quel nostre sire face tuz jurs bon.

Dat’ apud Swell’, die Sabbati in vigiliâ sancti Thomæ apostoli, anno regni nostri decimo.

A.D.1281

Au noble prince, &c. Roy de Fraunce, Ph’, &c. Ed’, &c. Sire, io ay entendu par le seignur de Croun, mon cosin, qe voz messages, qi n’agueres envoiastes a moi, vus ount reporte nostre respons, autrement ke io ne l’entendi, e ne mie si pleinement, come io lur avoy respondu; par quoi vus esteiez ennuy, e de quei io fu mult a melese.

Par quoi io vus envoy l’avantdit mon cosin, & Auntoine Bek, pur dire vus tute la verite de lur paroles, & de mon respons; e vus pri, chere sire, ke vus les creez de cest chose.

E certes, sire, si plus tost le eusse, s’en plus tost nus eusse envoye mes messages, pur dire vus la verite.

Page 1_602

A.D.1282

A son treschier & treshaut sengnhor, & mon sengnhor Edward, par la grace DEU, Roi d’Anglaterre, senhor d’Irlande, e duc de Guiane, Johan de Greili son chevaler en totes choses laute e leesce.

Sire, verite est que piesa, selonc ce que je truis par arcamentz de la cort de France, qe le Roi de France e son conselh se tindit a mau paie a la date des chartres de vostre terre de Vasconhe, por ce que l’ont metoit en la date des dites chartes regnante Edwardo Rege Angliæ.

E ei troue que, por ceste cause avant que je fusse ore derierement vostre seneschaus, e apres, aucunes procurations ont este cassees, en la cort de France.

Et apres d’un an, que li Roi de France manda au seneschau de Tholose par ses letre, que il me comandast que je, en tote vostre terre, feisse metre en la date des chartes regnante Philippo Rege Franciæ, e non pas regnante Edwardo Rege Angliæ.

Et que le Rois cassoit, & pronuncioit por nules totes les chartres, qui contre ce seroient fetes & que il defendist que ce ne se feist diluec en avant.

E, sire, a ce je ne vous hobeir sanz vostre leve, e cest defendement fu assetz sein; & por ce que li Rois de France (sans que l’obeir, usoit des dates des chartres, en vostre terre, a pres son defendement, ausi come devant) fu mout esmeutz, e manda a son seneschal de Tholose que il feist encore la dite defense;

E que certeins notairs d’Agenois, qui avient feit aucunes chartres contre le dit defendement, les queles chartres il Rois de France e son conselh avoient veues, li ditz seneschaus se feist balheir o avener a Paris a certein jor a fere sa volomte.

Les queus notairs vindrent à Paris a cest parlement, e, selonc semblant d’aucuns, il eussent este en grant perihl, se je neusse pris sur moi la desobeissence, en disant que je n’avoie feit nulh defendement.

E sur ce sire je parlei au Roi, e a l’abe Seint Denis, e a aucuns autres, si bien cum je poi, en priant quil i meissent le plus teinable attemprement qu’il porroient.

E lor mostre mout de chartes du comte Raymon de Tholose, e du comte Aufos comte de Tholose e de Poities, qui furent en la date, des queles estoit contenu regnante Randulpho comite Thol’, regnante Alphonso comite Thol’.

E por ce que je a parssui aucune chose de lor volomte, je les fis aviser par autrui, qu’il se poist souffrir que lom escrit cest mot regnante, e que lom deist actum fuit Edwardo Rege Angliæ duce Aquitaniæ, e en ceste maniere fust samblantz qu’il ni eust pas si grant changement.

E, a la fin, apres grant conselh, e grant debat eu sur ce, l’abe Seint Denis, e aucun autre me respondirent, que il estoit acorde que la date des chartes fust tele, actum fuit regnante Philippo Rege Franciæ, Edwardo Rege Angliæ, tenente ducatum Aquitaniæ.

E que grant peine s’estoient acorde aucun du conselh qe l’om i feist mencion de nul por forque du Roi de France.

E ce me fu respondu, par le dit abe, un poi avant que je recevise vostre letre, en la quele vos me commandietz simpplement, que je feisse garder e tenir la date usee.

E por ce, sire, que je ve vostre letre, je vos faez ce a savoir que vos si hastivement, com vos porretz, en aucune maniere sur ce, me mandetz vostre volomte; quar, sire, aussi tost cum je sere retornetz, je pais, si l’om feit contre le dit ordenement, la cort dira que ce est contre lor comandement, e contre lor restz.

Page 1_603

E, sire, sachietz que por ceste doute I’om ne fist charte en Agenois, de la feste Seint Nicholas dernier, jusques aujordui, ni fera jusque a tant quil aient sur ce aucun defendement, o comandement de moi; la quele chose est a grant domage de tote la terre.

E sur ce fatz vos plus a savoir que par votz lettres, qe vos avetz envoie, que li balhif s’a content a mestre Adam de Norffolk, e a soi delivrer li Balhent, ce que l’om trovera que il doient; por ce que les issues de la terre ne pueent pas fornir totes les charges qui ore i sont, lom ne porra paier la dete de la vicomtesse de Limogys, ni la dete du Roi de France; cestasavoir, cinc mile livres de Tornois chascun an, au chascun d’eus, selonc ce que il fu autre faitz ordene e jure par moi, e par le dit mestre Adam adonc conestable de Bordeaus.

E por ce je entent certeinement que la costume de Bordeaus, e les autre rentes, e issues de vostre terre de la dite duchie, seront prises a la mien du Roi de France, e ce sera a grant charge de vos, gages, de serientz, e d’autres choses; e sur ce aussi mandetz moi vostre volomte.

E sur totes ces choses maimement por le premier cas ranvoietz moi, s’il vos pleit, cest message, ovec vostre volomte, au plus hastivement que vos porrez.

E sachietz, sire, que la cort me dist que a ceste foitz jen feisse aler les ditz notaires.

E plus, sire sachietz que li evesques d’Agen’ fu entretz le premier lundi de cest caresme.

Donne a Seint Germein en Laie, le juedi avant la feste Seint Pierre chaere.

Page 1_607

A.D.1282

Saluz. Sire, vus nus avez requis de ayde, de vostre bosoigne de Espayne: e si nus requeistes, ke nus vus feissons a savoir, quel ayde nus vus frions; e nus vus mandaumes ke, pur nostre guere de Gales, ke de novel nus fu sur se, nus ne vus poyins, adunk, fere a savoir quel ayde nus vus porions fere; mes ke nus le vus frions a savoir dedens les iii. semeines de ceste seint Michel.

D’unt nus vus fesons a savoir, sire, ke, ia soit co ke noz bosoignes de Gales e de Irlaunde, ke est de guerre, e a este de pece, a nus seient graunz e charganz, sicome monsire Morice de Croun, nostre cosin, & Johan de Greilly, nostre feal, vus purrunt dire de buche: nepurquant, sire, nus vus fesons a savoir ke nus vendrons a vus en nostre propre persone, & vus frons, se Diu plest, teu service ke vus nus deurez savoir gre, si nus ne eoms essoyne de nostre cors, ou de autre bosoygne novele, par quoy vus meimes nus eiez pur escusee; mes, pur bosoignes, ke nus ore eons, tut nus seient eles chargeauntes, nus ne serrons pas ke nus ne veignons a vus personaument au terme, ke vus nus avez requis.

E pur co, sire, ke nus sumes tenuz au Roy de Espaygne, si com vus meimes sauez, & si com les avantdiz chivalers vus purront dire de buche, e nomeement pur la bien de la Christiente, nous prions vostre seignurie ke voillez suffrir, si vus plest, ke nus nus entremettons de pes, entre vus & lui, par nus, & par noz messages.

Sire, de aucunes de nos bosoignes, ke nus avons encharchees as avantdiz sire Maurice, & sire Johan, a mostrer a vus, si vus plest, les en voillez oir & crere.

Page 1_611

A.D.1282

Au treshaut prince, & sun seingneur trescher, sire Edward, par la grace DEU, Rey de Engleterre, seingneur de Irelaunde, & duc de Acquitaingne, le sen’ si lui plest, en tutes choses Alisaundre Cumyn, counte de Buchan, & conestable de Escoce, taunt cum il peut, de loal service, reverence & honurs.

Sache vostre treshaut seingnurie que, avant que vos lettres nus vindrent, par queles vus nus voliez commaunder que nus venissums ove vus en vostre eyd encountre le Waleys, au commaundment de nostre seingneur de Escoce aviums enpris le chemyn envers les Illes loingteynes ver le Norz, pur grant busoingnes que tucherent lui & son reowme; dount mult nus peise, que nus ne pussums destertre ceol chimyn, a nostre honur, pur vestre comaundement acomplir, al honur de vestre seingnurie, que DEU gard & multeplie en biens.

E, pur ceo que nus ne pouns venir a nostre desir & a vostre comaundment, vus priuns que vus volez receivre Roger nostre fiuz en nostre leu, le quel nus vus enviuns ove nostre service, que nus vus sumes tenuz pur noz terres de Engleterre, que vos plesirs & comaundemens ferra a tun sun poer, ensemblement od nus & tus les nos, quant nus i purruns entendre pur la busoingne avandite; vostre volente en tutes choses nus veiolez comaunder tutes hures, cum a vostre lige & leaus taunt cum nus duruns.

Saluz.

A.D.1282

Alianore, par la grace de DIEU, Roine d’Engleterre, a nostre cher filz, le Roy, saluz & nostre benoyzon. Nos avons mestiere de vostre prier au Roy de France, que il nous soit aidant a porchacer nostre droiture en la partie, qui apartient a noz en la terre de Provence:

Nos avoms fet fere une lettre de par vos, la quele nous voz envoions, & voz prioms, que vos la voillez oir, si ele vos plest, & facez la seler; & si non, voillez commander que ele soit emendee a vostre plesir, & per vos soit tost envoiee a vostre Autele ma dame de France.

Et vos, prioms onkere que voz voillez mander, par vostre lettre, a mestre Bonet vostre clerc, que il voille mostrer, & avancer ceste besoigne en la court de France, a meuz que il porra.

A DIEU voz commendons.

Donees a Wautham, viii. jor de Juyll.

Page 1_617

A.D.1282

Alianor, par la grace de DIEU, Roine d’Engleterre, au Roy nostre filz, saluz & nostre bonoizon.

Por ce que Jehan de Bretagne, nostre filz, est en estrange pais, & a nos, com a mere, & a vous, com a seignur, ait ses besoignes recommundez; & de tant plus ke nostre sire Jehan de Maurre, son seneshall’ en Engleterre, doit hastivement aler la doure poir oir certains noveles de son seignur;

Voz prioms, & requeroms que voz voillez granter, que mon sire Nichol de Stapleton peusse entendre a ses besoignes en cest pays, & voillez maunder a li par vestre lettre que il i entende; kar il ne le f’rait pas saunz vestre commandement especial; & por ce vous en prioms, que il porra bien, oveque les voz, feire les sones.

Et, si vos plest, dones li poiar, par vestre lettre, de estre atorne, & de fere atorne, ou toz plaiz, en la manere que vos le grantastes a sire Dreu de fere;

Et aiez excuse sire Johan de Maurre de ce que il ne prent conge de vous a son partir; kar il ne le poait faire por la haste que il fut.

A DIEU vous commandoms.

Donees a Letergetsele, le viii. jor d’Octobr’.

Page 1_618

A.D.1282

Le haut prince & noble, son treschier & ame seigneur Eduard, Rois d’Engleterre, Florens conte de Holand, saluz, & li apparellies en tous lieus a li servir.

Treschier sire, come il est ensi que DIE, par sa grace, ma aidiet a ce, que je sui venues a dusus de mes enemis morteus les Frisons, ne vole je, en nulle manere, lasier que je ne le vous feisse savoir, com a mon seigner, & a celi de que je me fie tant, que bien quide savoir, que plus lies en seront, se DIX me donoit achiever si grant partie de mon desir, com ceste est.

Sire, pour che est que je vous fas savoir, que jai heu as gens devantdis quatre batalles, & de trestoutes nous a nostre sires aidiet a ce, que nous les veinquemes, & avons conquiz touz leurs plus fort pas, & ravoms par force le cors mon seigneur mon pere, la quele chose je desiroie sur tutes riens.

Sire, se vous vodroie proier que vous, des ces biens, que DIX nous a fet, avec nous vuellies nostre seigneur merchor, qui toutz jours vuelle estre garde de vous; & vous voles chose que je puisse faire, comandes moi.

Page 1_619

A.D.1282

A trechir seynur Edward, DEU grace, Rey d’Engleterre, seynur d’Irlande, duc d’Aquitain, frere Jan, par la suffraunce DEU, ercevesque de Canterbir, primat de tut Engleterre, saluz en graunt reverence.

Sire, sachez ke ceus, ke furent a la mort Lewelin, truverent au plus prive lu de sun cors meime chose ke nus avoms veues; entre les autres choses illi ont une lettre de Guisee par faus nuns de traysun.

E pur co ke vus seyez garni, nus enveyum le transcrit de la lettre a le evesk de Ba; e la lettre meymes tient Eadmund de Mortemor, o le prive seel Lewellin a ses choses vus purrex aver a vostre pleysir; e co nus maundum par vus garnir, e nun pas pur ce ke nul en seyst greve, e vus priums ke nul ne sente mort; ne mahayn pur nostre maundement, e ke sce ke nus vus moundums seyt fete;

Ovekes co, sire, sachez ke dame Mahaud Lungespeye nus pria par lettres, ke nus vosissums asoudre Lewelin, ke il peust estre enseveli en lu dedie; e nus li maundames ke nus ne frums riens si len ne poet prover ke il mustra seigne de verraye repentaunce avaunt sa mort;

E si me dist Edmund de Mortemer ke il aveyt entendu par ses valles, ke furent a la mort, ke il avet demaunde le prestre devaunt sa mort;

Mes sauntz dreyte certaynete nous nens frums riens:

Ovec co, sachez ke le jur meymes ke il fu ocis, un muygne blaunc li chaunta messe, e misire Roger de Mortemer ad le vestemens.

Ovec co, sire, nus vus requerrums ke piete vus prenge de clers, ke vus ne suffrez pas ke len les ocie, ne ke len lur face mau de cors.

E sachez, sire, DIEUS vus defende de mal, si vus ne le desturbez a vostre poer; vus cheez en sentence, kar suffrir ce ke len peut desturber vaut consentement.

E pur ce, sire, vus priums ke il vus pleyse ke li clers qui sunt en Snaudone, sen puissent issir e quereler mieuz oue lur bions en Fraunce, ou ayllurs; kar par co ke nus creums ke Snaudone serra vostre, se il avient ke en cunqueraunt, ou apres len face mal as clers DIEUS le rettera avus, e vostre bon renun en serra blesmi, e nus en serrums tenuz pur lasches.

E de ces choses, sire, se il vust plest maundet nus vostre pleysir; kar nus i mettrum le conseyl ke nus purrums, ou par aler la, ou par autre voye.

E sachez, sire, ke si vus ne fetes nostre priere, vus nus mettrez en tristur, dunt vus instrum ja en ceste vie mortele.

Sire, DIEUS gard vus, e kaunt a vus apent.

Ceste lettre fu escrite a Pembrugg, le Jeodi apres la Seynte Lucie.

Page 1_626

A.D.1283

A tres excellent & tres puissant prince Challes, par la grace de DEU, Roy de Jerusalem, e de Sezille, du duchee de Puille, du prince de Capes, princes de la Mouree; senatour de Rome; Danjou, de Prouvence, de Fontaquier, de Tonnoire Quens, Edward, par icele mesme grace, Roy de Engleterre, &c. salutz e veraie amour, ove aparaillie volente a touz se bons pleisirs fere.

Nous receumes, cher cousin, vos lettres le xxii. jor de Marz, en la abbeie de Aberconwey, par voz messages; en les queles estoit contenu, qe vus, e le Roy de Aragon, avez emprise bataille, chascun oue cent chevalers.

E, por establir liu è terme, ordenastes douze chevalers, chascun sis de sa part;

Les queus douze, par voz assens, establirent que vous susetz a Bordiaus le premier jour de Jung, a vous presenter devant nus, pur la avantdite bataille fere:

E nous priastes que en totes maneres fusoms a jour, ensi que pur nostre absence la bataille en fust delai; qe le delaie vous serreit mont griefz, pus qe vous serreitz venuz de si loing, e ausi graunt travail, si nous ne fusoms au terme desuzdit:

E encore, estoit contenu en les avantdites lettres, qe les choses sont ensi liees entre vous, qe par lettres, qe par seremenz, q’il vous covent estre devant nus ou liu e ou terme desudit.

Sor la queu chose nous vous fesoms a savoir, cher cousin, qe, quant vos messages nous vindrent, nous esteioms en nostre guerre de Gales, sicome il vous purrunt dire; la qeu gerre nous entendoms procheinement mettre a fin, par l’eide de DIEU.

E, pur ceo qe la bosoigne nous touche mout a queor, qe vous nous avez mande, nous vous entendoms de envoier, en brief tens, noz messages; par les qeus nous vous froms a savoir clerement tote nostre volente sor la avantdite bosoigne.

Donees com avant, e sunt cestes lettres patentes.

A.D.1283

Al prince Challes, Rey de Jerusalem, e de Sezile, &c. Edward, par mesme cele grace, Roy de Engleterre, &c. saluz e verraie amour, oue apparaille volente a touz ses bons pleisirs.

Nous receumes, trescher cousyn, voz lettres le xxii. jour de Marz, en la abbeie de Abberconwey, par voz messages, en les queles estoit contenuz, ke vous e le Roy de Arragon’ auez emprise bataile, chescun ou cent chivalers;

E, pur establir liu e terme, ordinastes xii. chivalers, chescun sis de sa part;

Les qeus xii. par vos assens, establirent qe vous fusset a Burdeus le premier jor de Jung, a vous presenter devant nus, pur la avantdite bataile fere:

E nous priastes qe en totes maneres fussoms al jor, ensi qe pur nostre absence la bataille ne fust delaie; ke le delai vous serroit mout grefs, pus que vous serrietz venuz de si loing, e ausi graunt travail, si nous ne fusoms al terme desuzdit:

E encore esteit contenu en les avantdites lettres, qe les choses sunt ensuit liez entre vous, qe par lettres, qe par serementz, qe il vous covent estre devant nous ou liu, e ou terme avanditz.

Sor la queu chose nous vous fesoms a sauer, cher cousyn, qe nous avoms regardee, e pensee come cele chose, qe mout nous touche au quer, e que mout nus semble gref e pesant;

E auoms ausi regardez le graunt amour e le cosinage qe est entre vous e nous;

Page 1_627

E la procheinte de sanc qe est entre nous e nostre cher cousin vostre fiz; ensemblement ove graunt amour qe nous avoms a lui;

E avoms encore regardee e poise le graunt peril, e le graunt damage, qe avendreit a la Crestiente, si ceste chose se feist.

Nous totes e cestes choses regardees, e bien estroit examinees, ne purrioms trouer en nule manere, en nostre queor, qe si graunte cruaute se feist devant nous, ne en nostre poer, ne en autre liu, ou nus le pusoms destourber.

E, chier cosin, mout nous serroyt greve chose estraunge, qe en teu manere vous receusoms en nostre terre, qe si graunt honour nous feistes, e si bel nous receustes en la vostre, quant nous revenismes de outre mer.

E vous prioms, trescher cousin, qe vous nous teignez pour escuse, si nus ne fesoms en ceste chose vostre requeste;

Kar sachez de verite, qe pur gainer teus deus reaumes, come celui de Cezile e de Aragon, nous n’en serrioms gardeins du champ, ou la suzdite bataile se feist; mes mettrioms peine e travail en totes les maneres qe nous saverioms, qe pes e acord fust mis entre vous, come celui qe mout le vodroit e mout le desire.

Donnees de Aberconwey en Snaudon, le xxv. jor de Marcz, lan de nostre regne xi.

A.D.1283

Edward, par la grace de DEU, &c. a son trescher cousin, Charles prince de Salerne, e seignur du Mont d’Angele, e saluz, e bone amur.

Pur ceo qe nous entendoms, qe vous estes desirons a savoir bones noveles de nous, nous vous fesoms a savoir qe nous sumes sein, e haitie, la DEU merci;

E esmerveilleus mout de ceo qe vous nous maundastes rien par les messages le Rey vostre piere; e entendons qe vous saues bien ceo qu’il nous manda, e sachez qe nous ne avoms pas otrie sa requeste, de estre gardein du champ de la bataile, qe enprise est entre lui, e le Roy de Aragon’ mes le avoms refuse tut outre;

E si vous encoroucetz de ceo, le nous pardonez; mes peine e travail volentiers mettrioms, qe bone pes fust entre eaus.

Donees a Aberconwey en Snaudon, le xxv. jour de Marz.

A.D.1283

Edward, par la grace de Deu, Rey d’Engleterre, &c. a sun trescher cosin Pierres, fiz le noble Roy de France, conte de Alencon e de Bloys, saluz e bon amour.

Nous receumes vos lettres, e vous mercioms de ceo qe vous estes desirons a savoir bones noveles de nus; d’unt nous vous fesoms a savoir, chier cosin, qe nous sumes sein e haitie, la DEU merci: prest e fere chose, qe venir vous puist a bien, e a honur vostre estat, qe DEU touz jors face bon; e si rein voilletz vers nous, sovent nus maundes. Saluz e a DEU.

Don’ a Aberconwey en Snaudon, le xxvi. jour de Marz, le an de nostre regne xi.

Page 1_628

A.D.1283

A mesme le Roy saluz, apreste volente a ses bons plesirs. Sachez, trescher cousin, qe sor celes bosoignes, sor les ques vous nous envoiastes vos lettres e voz messages, envoims a vous nos certeins messages, e nos feaus, e noz leaus Geffrei de Grenuile, e Antoyne Bek, presentors de ceste lettre;

E vous prioms qe eaus deus, e un de eaus ensement voillez crere en ceo, qil vous diront, de la nostre part, sor les bosoignes avant nomees.

Don’ a Aberconwey en Snaudon, le quint jor de Avril.

A.D.1283

Purparle est e acorde entre nostre seygnur le Rey, e Gilbert de Clare cunte de Gloucestre e de Herford’ qe quaunt le avauntdit cunte avera mustre au Roy, e a sun conseyl, q’il voudra a ceo apeler, la departie fete leuement, solum la furme de seynte Eglise, entre ly e Aliz, qe fu sa femme; ensi q’il se puse marier la ou il voudra; è ke il avera purchase de la curt de Roume dispensacion desey marier a si procheyne de lignage, comme est la filie le Rey a l’avaundite Aliz.

Dunk le Roy durra a lavaunt dit counte Johanne la filie a femme, en teu manere qe le cunte se demette de totes les terres e les tenementz, que il ad en Engleterre, e en Gales, e en Irlaund, en semblement oue le douarie sa mere; e put qe escheir ly purra.

Ensi q’il è le avauntdite Johane seyent ensemble feffez de totes les teres e les tenemenz avauntdiz, e lur heyrs qe de en sistrunt; e si il n’eyent eyr de lur cors, ke totes les teres e les tenemenz avauntdiz, tut enterement, remaynent a la avauntdite Johane a tot sa vie;

E, apres sun deces, returnent as dreyt heyrs le cunte; sauve deus mile

Page 1_629

marchees de terre, par renable estente en Engleterre, en luys covenables, dunt le Rey e la Roine se deverunt tenir apaez;

Des que les deus mile marchees de tere, le cunte vout e a asurre a ke le avauntdite Johane seyte feffe heritablement, ensi ke, apres le deces le cunte, ele en puisse fere tote sa volunte, come de son heritage, si ele ne ad enfaunt du cunte.

Mais sil eyent enfaunt ensemble, tut enterement remayne, le tut alur enfaunz, apres lur deces, ensi ke le avauntdite Johane ne les puse enloyner de ces enfaunz e des enfaunz le counte, si les unt ensemble.

Dirichef le cunte vout e graunte qe, kaunt q’il purchasera de cest hure en avaunt de teres e de tenemenz, seyt en atrys a lavauntdite Johanne a se heyrs, isse qe ele en puse fere sa volunte, en la manere q’est desusdit des avauntdit deus mille marchees de tere.

E a ces choses tenir e acomplyr solom se, qe avaunt est dit, le Rey ad fet jurer, en sa alme, par Otes de Grunchun chivaler: e le cunte la juree parsonaument sur seyntes evangeliz.

Fet a Dolinthelen, en Snaudon’, au moys de May, l’an du regne le Roy desusdit unzyme.

Page 1_631

A.D.1283

A mon treschier seigneur le Roi d’Engleterre, Esmon ses freres, si li plest, saluz & totes honors.

Sachez, sire, que je parlei au Roi de France, & le priai, endroit de la bosoigne de l’eslit de Bordeaus; & il respondi que il ne requert jamais por nul, quant il sont deus esliz; mes bien coveigne l’apostole.

Endreit de ma bosoigne de Provins, sachez, sire, que la chose est terminee en forme de peis; la quel peis je vos eusse mandee par escrit, mes je lei leisse por ce, que ele est bien longue: je l’envoi en escrit a madame ma mere, qui la vos mosterra bien, se il la vos plesoit veair.

Endroit de la bosoigne de Raulin de Kemller, & de Jehan de Vaus, sachez, sire, que je en parlei a lor amis, por avoir eut leur consail; & il loent que la bosoigne prengne onkore delai, & vaut meuz que ele soit mostree autrefoiz que ore, par bones resons; le quels il nos mosterront; por la quel chose la bosoigne n’est pas onkore mostree.

Sire, il vos sorvent ben, que je vos requis, par lettre, & par boche, que vos me vousissez prester mon sire Otes de Granzon, por aider mes bosoignes es quels je auroie mestier de son consail; & onkore vos pri, si vos plest, que vos le me prestez un poi de tens; li quels revendra a vos a vostre pleisir.

Et je vos pri que de ceste requeste, que je vos faz, me mandez vestre volente, par mon messager.

A Dieu soiez commande.

Donees a Paris, le jour de Sainte Margar’.

Page 1_646

A.D.1284

A son tres excellent seigneur Edovard, par la grasse de DIEU, Roi d’Engleterre, seigneur de Yllande, duc d’Aquitayn, Guis cuens de Flandres, & march’ de Namur’ ses foiaules, lui tout apparellies a toute se volente faire.

Chiers sires, je vous merchi kankes je puis, de vo bon saublanc ke vous feistes; & de vo courtois respons, ke vous desistes, sains nostre requeste, au seigneur de Fienes, quant il vous à parla de le bessongne, ke ie ai contre mon neveu de Hamnau; & de chau ke vous, a nostre requeste & a me prierre laiastes venir à mi le devantdit seign’ de Fienes.

Et, jastuche c’est ke on espoire & avoir respit entre mi, a men neveu devantdit (del quel ie ne sui mie encore certains) ke il dome restre jusques a cel Noel porcain s’il vous plaisait chiers sires, je volroie bien ke vous me laissiesies le devant signeur de Fienes, jusques a donc ke on peust veoir coment li chose se pendroit.

Et, se che ne vous plaist, remandesment vostre volente, car de lui renvoier & dautre chose faire pour vous, sui je tous pres de faire volunte; & nostre Sires vous vais.

Page 1_657

A.D.1285

Edward, par la grace de DEU, Rey de Angleterre, &c. e nus Alianore, &c. fesuns a saver a tuz, qui cestes lettres verront, ke, come conteks fust mus entre nostre seneschal de Pontieu, pur nus, e en nostre nun, contre hommes religius le abbe e le convent de Sent Giosse ou boys, del ordre de premostrer, en la curt nostre chier seignur, e nostre cosin le Rey de Fraunce, sur ceo que le devauntdit seneschaus disoyt ke la haute justice, en tut le conte de Pontieu, apartenoit a nus, e luy devauntdit religius abbez & covenz, en alaissent encontre, en disaunt q’il aveient tute manere de justise, haute e basse, en tuz lur lus e lur iretages, que sunt en Pontieu, a la parfin, par le conseil de bone gent, nus sumes accorde en cest e furme;

Ke tute basse justise demoerge a devauntdis religius, pur eus e pur lur eglise, en tuz lur leus e lur heritages, qui sunt en Pontieu; c’est a saver a Montegny, a Cigny, Biures, Kaisney, Colroy, Henstreval, e en tutes leur terres, e lur appendaunces:

E nus averuns tute la haute justice, excepte lestat ke demoert as devauntdit religius, e a lur eglise; e excepte ke si luy home ou luy hoste de cele eglise forfacent chose, que a haute justice apartenist, la ou il covenist fere execution de justise, nus, e nostre heir, ou ceus qui serrunt en Pontieu en nostre lui, fruns la execution du cors del homme, e de say maysun; e li heritage, e lui catel demorrent as devaunt dit religius e a lur eglise, que serrent trove sur lur terre e lur fees:

E si homme, ou hostes de la dite eglise, facent melle lan il enust plaie a ouverte, e nos gens de Pontieu les prendreient ou achesonneient, il les deyvent deliverer saunz delay, apres xl. jors, se haute justise ne i estoit, ou se il n’estoient acchesone de genz le Rey de Fraunche.

E n’est mie a oblier ke de denz les maners e les curz de la eglise devaunt dite, que hore sunt clos de murs ou de soif, en lu de mur, de fossez, ou de vaus, nus, e nostre heir, ou aucuns de par nus, n’auons poer de justicier, ne de overer de nule manere de justise; mes si cas se offroit, s’il, ke le ferrunt, demouerrerent en les lieus devauntdiz come en luis seins; c’est a saver ke nus ne nos gent pouns a jorner ceus dehors les lius avauntdiz.

E voluns, e otriuns ke totes les lettres, e le privilege, qe luy devauntdit religius e l’eglise unt de noz auncesurs de Pontieu, demoergent en lur force e en lur vertue, saunz amenuser de riens, ausint come il estoient avaunt par mi cel pais fesaunt; sauves les choses desuthdites a nus, e a nos heirs.

E pur tutes cestes choses fere en la manere, que eles sunt devisees, nus avons done as devaunt dit religius e a lur eglise viixxli. de Par’ pur achater heritage en Pontieu en terres gaynables, em bos ou en choses censables, sans fet entier, e les devons amortir; e ovek ceo que il pouent achater de lur deners vi. lieures de terre, les queles nus sumes tenus ensement de amortir par mi cel pais:

E queus heritages acchatez, tute la justise haute e basse demorrat a nus e a nos heirs.

E, pur ceo ke ceste seit ferme chose e estable, avuns fet mettre nos seaus a cestes presentes lettres.

Done a Westm’ le an de Grace MCCLXXXV. le quint jor de Jun’.

Page 1_663

A.D.1286

A tres haut & puissant segnor, mon trechier segnor, mon sire Edward, par la grace de DEU, Roi d’Angleterre, segnor d’Irlande, & duc d’Aquitayne, li siens liges Ames de Savoe, son service, honur & reverence.

Sire, mult grant merci de toz biens, & de toz honors, que fait m’avez & feroiz, vos plait; & nomeement de la grant peine, que vos portes par vos, & par les vostres, por l’estat de la terre de Savoe, & especialment por ma parsone.

Sire, de mon estat vos saura bien certifier mastre Jehanz de Lasci vestre clers, qui loialment & peniblement se travalle en les besoignnes toz jors.

Me comandez, comment a celi qui est toz vostres.

Don’ a Belois, le Vandredi saint devant Pasques.

Page 1_665

A.D.1286

Memorandum quod, die Mercurii, in septimanâ Pentecostes, anno regni Regis Edwardi decimo quarto, regni verò Philippi Regis Franciæ primo, apud Paris’ in camerâ juxta palatium Regis Franciæ, dominus Rex Edwardus fecit homagium suum domino Regi Franciæ sub hiis verbis; dicente tum, pro ipso Rege Angliæ, Bathonen’ & Wellen’ episcopo ista verba:

"Sire Roy de France, vers est que ascunes grosses demandes furent du Roy Henri, pere nostre seigneur le Roy d’Angleterre, faits vers Lowiz, jadis Roy de France, vostre aiel;

Sur queles demandes fust fait une pees entre eux;

Et par cele paes, l’avantdit Roy Henri fist homage a vostre dit aiel des terres, quil tient decea la meer, & des terres que l’avantdit Roy luy promist donner par mesme cele paes.

Et mon seigneur, que ci est, puis apres la mort son pere, de mesmes les terres fist homage a vostre pere le Roy Philipp, solonc la forme de mesme cele pees;

Et ja soit ce, sire, que mon seigneur, par raison, peust, sicome y lui est aviz a plusours de son conseil, debatre cel homage, par raison que la pees avantdite, ne lui est enterinee, & ascunes supprises sont faites par les terres qil tient, a grant damage de lui;

Nequideit, sire, il ne veut rien debatre a ore de cel homage, ausi que vous, com bon seigneur, lui facez la pees enterinier, & les supprises ostier & amendier;

Jeo devint vostre home des terres, que jeo tenuz de vous de cea la, solonc la forme de la pees, qe fu fait entre noz ancestres."

A.D.1286

Ph’ par la grace de DIEU, Roy de France, a touz ceux, qui verront cestes lettres, salutz.

Nous fesons a savoir que nous a nostre cher cousin & feal, Edward, par mesme cele grace, Roy d’Engleterre, seigneur d’Irelande, & dux d’Aquitaine, otroioms pour nous, & pour noz heirs, & pour noz successours, qe, s’il avient q’ome apelle, de lui, ou de ses seneschauz, ou de leur lieutenantz, qui ore sunt, ou apres seront, en toutes les terres q’il a, ou aura en Gascoigne, Agenoys, Caorsin, Perag’, Lemozin & en Xanctong, a nous ou a nostre court, par quele aschaison que ce soit, de mauvais jugement, ou defalte de droit, ou en quele autre manere, faite ou a faire, si de ceux apeaux par ascun enchaison choenit ou soient convencu en nostre court tant come y celui nostre cousin vuiera, lui, ne ses seneschaux, ne leur lieu tenanz, en peigne, ne en forfaiture, n’en amende, vers nous ne choecent.

Et si ascune chose par achaison de ce poet acrestre en aavenir a nous, ou a noz heirs, ou a noz successors, nous les quitoms, relessoms, & donoms a

Page 1_666

lui, tant come en nous est, pour nous, & pour noz heirs, e noz successors, a durer toute sa vie.

Et s’il avient q’ome apelle de lui, ou de ses senechals, ou de leur lieu tenanz, en quel cas que ce soit, e les appellaunz cheient; nous voloms que son droit lui soit sauf en forfaiture, & encourement des peygnes en toutes choses que de ce lui deverent avenir.

Encore, otroioms nous a nostre cher cousin que des apeaux, qui vendront en nostre court, de lui, ou de ses seneschals, ou de lour lieu tenanz, en quel cas que ce soit, que nous les appellaunz renvoieroms, & lour durroms espace de trois moys, del’ hoere, q’ils serront requis de celui qui aura appelle, de lour jugement amender, e de faire droit, si defaute y soit.

Et si n’el font dedens le temps devauntdit, si puissent les appellaunz adonques retorner à nostre court, & receiv droit en nostre court; & ces choses avoms nous otroiez saune autri droiture.

En tesmoignaunce de quele chose, nous avoms fet sealler ces lettres de nostre seal.

Done a Paris, l’an de grace MCC. quatrevintz & sys, en moys de Jugnet.

Page 1_720

A.D.1289

Come le noble prince, Erik, Roy de Norweye, e Margarete sa fille, dame, Reyne, heritere de Escoce, eusent par solempnes messages (c’est à saver sire Terri de Chaumps de Jeu, Pers Algod, & Guthorn de Aseleye) requis le noble prince, sire Edward Roy d’Engleterre, ke il meist eyde & conseyl, coment lavauntdyte Reyne sa nece, fust obeye, come dame, Reyne & heritere de Escoce desusdit, & ke ele puist ordiner, e joir ausi come autres Roys funt en lur reaumes;

Levantdyt Roy de Engleterre, pur le bien & la pees du reaume de Escoce, e pur l’estat de sa nece avauntdyte adrescer, envea ses lettres a gardeyns de Escoce, qe eus enveassent certaynes persones nomees, ke eusent poer, pur eus & pur les autres, de treter en forme qe fust al’ amendement du reaume de Escoce, & al’ adrescement del’ estat la Royne avauntdite.

Les queus gardeyns, a la requeste du dit Roy de Engleterre, envoyerent en la manere, quil furent requis, les honorables peres, le evesque de Seint Andre, e le evesque de Glascu, & les nobles bers sire Robert de Brus seygnur du Val de Anaunt, e sire Johan Comyn; le queus vindrent a Salesbure au moys de Seint Michel, procheinement passe.

Au queu leu le dit Roy de Engleterre envea les honorables peres, de Wircestre & Dureme evesques, & les nobles hommes sire Guillame de Valence de Pembrok, e Johan de Garenne, countes; le queus vindrent a meyme le leu de parly, pur treter entre les avauntdis messages du Roy de Norweye & de sa fille, e les avauntdiz nomes de Escoce, les quex, apres mulz de tretez e graunz debaz, s’asentirent en cel forme:

Que l’avauntdite dame, Royne, & heretere, veygne en reaume de Engleterre, ou de Escoce dedenz la Touz Seinz prochein avenir, quite & deliveree de tuit contracte de mariage & de esposaille; la quel chose les avauntdiz messages de Norweye ount promis en bone foy, taunt come en eus est, a purchacer dedens le terme avauntdyt, si ele ne eyt renable essoygne & alouable de cest partie.

Et si ad le Roy de Engleterre avauntdyt promys en bone fey qe, si la avauntdyte dame veigne, quite & delivre de tuz contracts de mariage & de esposaile, en sa meyn, ou en sa garde, ke quaunt le reaume de Escoce serra bien asseure, & en bone pees, issi qe ele i puisse seurement venir, & demorer, & il seit requis par la bone gent de Escoce il la enverra en le reaume de Escoce ausi quite & delivre de touz contractz des queus est desus parle, come il la receust.

Issi qe la bone gent de Escoce avant q’il la receyvent, facent bone surte & suffisaunte au Roy de Engleterre, q’il ne la marieront, fors par sun ordeynement, volente & sun consayl, & par l’asent du Roy de Norweye, sun pere.

Et ausi ceus de Escoce unt promis, en bone fey, pur eus, e pur les autres de Escoce, qe eus avaunt sun venir, aseurerent la terre: & seurte ly frunt q’ele puisse seurement venir en sun reaum, & seurement demorer, come verraye dame Royne e heritere; e qe de ceo frunt totes les seurtees qe les messages de Norweye dirunt k’il puissent fere & resenables seyent.

Et, si par aventure, aucon, ou aucons de gardeyns ou ministres du reaume de Escoce, fust ou fussent suspeciuns a eus, ou nun profitables a lur dame, k’il seyent remues, e autres du reaume de Escoce mis en lu de eus, taunt de fez com mester serra, a la conisaunce, e par l’acord des bones gentz de Escoce, & de Norweye, e de ceus qe le Roy de Engleterre i en verra: & si ceus de Escoce e de Norweye ne se puissent accord par le eyde e le conseyl de la gent le Roy de Engleterre, qe la chose se teyngne par la ou la gent le Roy de Engleterre s’acorderunt: e ceo seit a entendre ausi de tuz les debatz qe serrunt entre eus, endreit des choses qe tocherunt ladrescement del’ estat du reaume de Escoce: le quel estat du reaume il plest a parties, qe seit reporte au Roy de Engleterre, e au Roy de Norweye ausint.

E uncore se sunt accordez les parties, qe al my quareme, procheyn avenir, serunt la gent de Escoce a Rokeburg, & en les parties environ, e la gent qe le Roy de Engleterre i enverra, a la requeste de ceus de Escoce & de Norweye, serrunt a meme le jor, en les parties de Werk & de Karham.

Al quel jour ceus de Escoce unt promis en bone fey de affermer & a complir les choses avauntdites, ausi bien endroit des seurtes come des autres choses, qe touchent l’amendement du reaume de Escoce, & la presence de ceus qi le Roy de Engleterre i enverra al’ jor & au leu avaunt nomeez, issi q’il puissent veer qe cestes choses seient en bone forme accomplies.

E, en tesmoyngne des choses desus escrites, les avauntdiz procururs du Roy de Norweye, & les enveyez de Escoce, unt mis lur seaus a cest escrit, cyrographe en treis peces, d’ont les deus, en Fraunceys, demorrunt vers le Roy de Engleterre, & ceus de Escoce, la terce, translate en Latin, vers le procurors de Norweye.

Et, a la requeste des avauntdis procurs de Norweye, e des enveyees de Escoce, les evesques de Wircestre & de Dureme, & les countes de Penbrok & de Garenne, desus escriz, unt ausi mis lur seaus a cest escrit en tesmoygne des choses desus escrites.

Done a Salesbyre, le Dymayne, en la feste Seint Leonard, l’an de Grace MCCLXXXIX.

Page 1_730

A.D.1290

A tres noble prince Edward, par la grace de DEU, Roy de Engleterre, seiygnur de Yrlaund & duk de Aquitain.


Guillame, e Robert, par meme cele grace, de Seint Andreu & de Glosgu evesques.
Johan Comyn, &
James Seneschal de Escoce, gardeyns du Reaume de Escoce.
Mahen, evesque de Dunkeldin.
Archebaud, eveslc’ de Moref.
Henry, eveske de Abirdene.
Guillame, evesque de Dunblain.
Marc, evesque de Man.
Henry, evesque de Gauway.
Guillame, evesque de Brethin.
Allayn, evesque de Catenes.
Robert, evesque de Ros, &
Laurence, evesque de Ergaythil.


Contes,
Maliz, de Stratherne.
Patrick, de Dunbar.
Johan Comyn, de Buchan.
Donenald, de Mar.
Gilbert de Humfranvil, de Anegos.
Johan, de Asceles.
Gauter, de Meneteth.
Roberd de Brus, de Carrik.
Guillame, de Ros.
Maucoln, de Lonenaus.
Guillame, de Sotherland’ &
Johan’ de Catenes.


Abbes,
De Kelquou. De Balmorinauth.
De Menros. De Glenluce.
De Dunfermlin. De Kilwynum.
De Aberbrothok. De Incheafran.
De la Seinte Croys De Culros.
De Cambuslcinel. De Dundraynaver.
De Kupre. De Darwongvil.
De Driburgh. De Kinlos.
De Neubotil. De Deer.
De Passelay. De Ylecolunkile, &
De Iddeworth. De Gungeland.
De Londors.


Priours,
De Seint Andreu. De Wytherne.
De Coldingham, & De Rustinotkz.
De Leasmahagn. De May.
De Pluscardin. De Cononby.
De Beaulon. De Blantir,
De Hurward.

Barons,
Roberd de Brus, seygnur de Val de Anaunt.
Guillam de Moref.
Guillame de Soulys.
Alisaundre de Ergayl.
Alisaundre de Bayliol, de Kaners.
Geffray de Moubray.
Nichol’ de Graham.
Nichol’ de Lugir.
Inkeram de Bailiol.
Richard Siward.
Herbert de Maeswell.
David le Mariscal.
Ingeram de Gynes.


Barons, Thomas Randolph.
Guillame Comyn seygnur, de Kirketolauth.
Simon Fraser.
Renaud le Chen le pere.
Renaud le Chen le fitz.
Andreu de Moref.
Johannes de Soules.
Nichol de la Haye.
Guillame de la Haye.
Roberd de Cambron.
Guillame de Seincler.
Patrick de Grame.
Johannes de Estrivelin.
Johannes de Kalentir.
Johan de Malevile.
Johan le Seneschal.
Johan de Glenesk.
Alisaundre de Bonkyll.
Bertram de Cardenes.
Donenald le fit Can.
Magnus de Fetherich.
Roberd de Flemyng.
Guillam de Moref, de Drumsengard.
David de Betume.
Guillame de Duglas.
Alisaundre de Lyndeseye.
Alisaundre de Meneteth.
Alisaundre de Meners.
Guillame de Muhaut.
Thomas de Somervil.
Johan de Inchemartin.
Johan de Vaus.
Johan de Moref.
Mancoln de Ferendrauth’, &
Johan de Carniauth.
du realme de Escoce saluz, & totes honors.

Pur la vostre bone fame, & pur la droyture ke vous fetes si communement a tut, & pur le bon voysinage & le grant profit, que le reaume de Escoce a resceu de vous, & voustre pere, & de vous auncestres du tens cea en arere;

Sumes nus mut leez & joyus de ascones noveles, que mult de gent parlent, ke le apostoyll deust aver otree & fet dispensation, ke mariage se puist fere entre mun sire Edward, vostre fitz, & dame Margarete Reyne de Escoce, nostres treschere dame, nonostant procheynete de saunk; & prium vostre hautesee ke vous plese certifier nous de ceste chose.

Kar, si la despensacion graunte, vous seit graunte, nus des hore, ke le mariage de eus face, otreom e nostre acord, & nostre assent ydonom; & ke vous faces a nuz les choses, que nos messages, que nous enverrom a voustre parlement, vous mustrunt de par nus, que resonables serrunt.

Et, si ele seit a purchacer, nus, pur les grant biens e profit, que purrunt de cos avenir al’un e le autre reaume, mettrom volenters conseyl, ensemblement ovesque vous, coment ele seit purchace.

E, pur ceste chose, e autres, ke tuchent l’estat du reaume de Escoce, sur queux nous aurom mester de aver seurte de vous; nous avauntdit gardeyns, evesques, countes, abbez, priurs, e barons, envoioms a vous, a Londres, a voustre parlement de Pasch prochein avenir, de bone gent du reaume de Escoce, pur nus, & pur eus, & pur tote la commune de Escoce.

Et, en tesmoignance de avauntdites choses, nous, gardeyns du reaume, prelats, countes, e barons avauntditz, en nom de nous, & de tote la commune, la seel comun, que nus usom en Escoce, en nom de nostre dame avauntdyte, auvom fet mettre a ceste lettre.

Done a Briggeham, le Vendredy procheyn apres la feste Seint Gregorie, le an de nostre Seygnur MCCLXXXIX.

Page 1_731

A.D.1290

A tres noble prince, Sire Eyrik, par la grace de DEU, Roy de Norway, Guillam e Robert, par meme cele grace, de Seint Andreu e de Glasgu eveskes, Johan Comyn, & James senescal de Escoce, gardains du reaume de Escoce, e tote la commune de meyme cel reaume, salut & totes honours.

Come nus feumes certayns ke vous seets desirous del’ honur, & del’ profist de nostre dame, vostre fille, & de tut le reaume de Escoce, par encheson de ly: e le apostoylle ad grante, & fete dispensacion, solom ceo ke communement est parle en diverses partys de mound, ke le fitz & le heyr le Roy de Engleterre pusse nostre dame, vostre fille, en femme prendre, nin ostaunt procheynette de saunk;

Nous, par commun assunt de tut le reaums de Escoce, e pur le grant profist del’ un & del’ autre reaume, ke le mariage se face, si issint seit, avums uniement acorde, e communement assentu.

Pur la queu chose nus priums & requerums vostre hautessee, ke il vous pleyse issuit ordiner, e ceste bosoyne adrescer endroit de vous, ke meyme cele vostre fille dame puysse en Engleterre venir a plus toust ke estre purra;

Issuit ke, a plus tart, seit en meyme la terre avaunt la Tut Seynt procheyn avenir, si com, de sa venue, est acorde, devaunt l’avaunt dyt Roys de Engleterre, entre nous & vos messages, ke iloekes vyndrunt de par vus.

Et taunt en facet, sire, si vous plest, ke nous vous saums le plus tenu a tou jurs; ke, si il avenoyt ke vous ceste chose ne feisset, il nus convendroit, en ceste chose, prendre le meillour conseyl ke DEUS nus dorra pur le estat du reaume, & la bone gent de la terre.

En tesmonage de les avauntdite choses nus, gardeyns du reaume, & la commune avantdyt, en nom de nous le seal commun, que nous usom en Escoce, en nom de nostre dame avaundyt, avum fet mettre a ceste lettre.

Donne a Brigham, le Vendredy procheyn apres la feste Seynt Gregorie, le an de nostre Seygnur MCCLXXXIX.

A.D.1290

Johan, par la grace de DEU, duk de Louth’, de Brabant, & de Lembrouch, a tous ceaus ke ceste presente lettres verrunt & orrent, salut & conoistre verite.

Cum nos avoms fet estendre & asseiner sis mille livrees de terre a Tornoys, a nostre terre de Brabant, a oes dame Margarete fille a troy noble Roy d’Engleterre, compayne Johan nostre eisne fitz.

Et totes celes estentes & assenemens eoms liure a Roger de Tillamestone chivaler, & a Williame de Charlton, messages au Roy d’Engleterre, attornez le dit Joan & la dite dame Margarete sa compayne;

A lur sustenaunce, si ke il les ayent, & les tienent tote la vie, meme cele dame Margarete sa compayne:

Et pus ly Roys, de sa grace, & de sa bone volunte, nous ad graunte ke nus eoms les issues & les levees devauntdyt tenement; de la feste de la Nativite nostre Seynur, le an de l’Incarnation MCC. quatre vint & dis, a mesme la feste a troys ans procheyns suivantz plenement complis, si meimes celi Roys, avaunt cel terme, ne voet aler a la Terre Seynte;

Et, s’il aveyngne ke cely Roys devauntdyt, devant le terme de treys auntz acomplis, enprengne le dyt veage, nus promettoms en bone fay ke, si tost com il avera la mer d’Engleterre passe, deintz le terme avauntdit; ke nous tot les tenement, les assenement contenutz, a dyt Johan & a la dyte dame Margarete, pour lur sustenaunce, saunt delay rendruns:

A ceo nus mettouns en bone fay ke taunt, com les tenementz demorrunt en nostre mayn, ke nus les garderuns & sauveroums, sauntz destruction, sauntz wast; sauve a nus les issues, & les levees, en les estentes contenutz, del terme desusdyt.

Et les rendruns a chef du terme, ou dens le terme, si le Roy avant passe, si com desus est dyt; en autre si bon estat, com nus les receymes, quitement entirement, sauntz nul contredyt, a dit Johan & a la dite dame Margarete, ou a lur atturnetz; sauve a nus les issues, & les levees, si com desus est dit.

Et, ke touts ceste choses soyent fermes, certaynes & estables, nous avoms fet saelier ceste presente lettres de nostre seal.

Donne l’an de Grace MCC. quatre vins & dis, le Mardy devant le jour de Pasch.

Page 1_734

A.D.1290

Johan, par la grace DIEU, duk de Lother’ de Brabant & de Lembourgh, a tous ceaus, &c. saluz, & connoistre verite.

Nous fesons a savoir a touz, que come piecea feut porpale & graunte mariages, entre Johan nostre aisne fiz, & dame Margarete fille au tresnoble Roy d’Engleterre;

Ou entre nos pusnez enfauntz, si DIEU feist son comaundement de eaus, avaunt qu’il feussent esposez;

Si com plus pleinement est contenu en nostre escrit de ceo fait & seale.

E nous, duk, eussoms graunte trois mil’ livres de terre, a Tour’ a assigner en dowaire a la devauntdite dame Margarete;

Les queus iii. mil’ livrees de terre lui avoms assigne en certeins lieus, & par certeins estendors, sicom il piert par unes autres lettres sealees de nostre seal, & des estendors del assignement des deavauntdites trois mil’ livrees de terre;

E lui eussoms graunté outro mil’ livrees de terre a Tour’ a assigner, quaunt il seroient esposez, solom ceo quil est contenu en nostre escrit devaundit.

Nous, regardauntz le estat & la noblee de dame Margarete devauntdite, grauntoms & promettoms en bone foi, por nous, & por nos heirs, qe nous, si tost com li mariages, de nostre devauntdit fiz Johan, & de la devauntdite dame Margarete, serra accompliz;

Assigneroms & feroms estendre a la devauntdit dame Margarete, par leals estendors, assignez par le Roy devauntdit & par nous, outre les trois mile livrees de terre devauntdites, qi lui sont ja assignez en certeins lieus, & par certeins entendors, sicom devaunt est dit, autre trois mil’ livrees de terre, en lieus covenables en la dusche de Brabant, & au plus pres que om porra des lieus de premer assignement, contees dedens ceste somme des derreines trois mil’ livrees de terre, qi nous avioms devaunt graunte a assigner, qi uncore ne sont estendues;

Ense quele eit par tot orendroit vi. mil’ livrees de terre au Tour’ en dowaire.

Des queles vi. mil’ livrees de terre nous voloms & grauntoms, que les devauntdites Johan nostre fiz, e la devauntdite dame Margarete, soient meintenaunt seisiz, & pregnent les esplez & les issues, por lor sustenaunce, si tost com il plerra au Roy d’Engleterre devauntdit, e que sur ceo nous avoms receu ses lettres overtes, & les tiegnent, & les eient totes lor vies & tote la nostre vie.

E qe la dite dame Margarete les teigne, quel avienture que aveigne de Johan nostre fitz, tote sa vie.

Derechief, nous avoms promis, en bone foi, qe nous, en accressement del dowaire la devauntdite dame Margarete, feroms assigner & estendre par leaus estendors, esluz par la devaundit Roi e par nous, deus mil’ livrees de terre, au Tour’ en lieus covenables; si qele eit, apres nos jours, & les jours Johan nostre fitz devauntdit, viii. mil’ livrees de terre au Tour’ par tot en dowaire (sauves a nous, tote nostre vie, les issues & les levees des dites deus mil’ livrees de terre, derrains nommees, e les devauntdite iii. mil’ livrees de terre, qele deit avoir apres nostre deces, & apres le deces Johan nostre fiz) nous grauntoms & promettoms faire assigner & estendre par deus hommes, esluz de par le Roi d’Engleterre, & deus de par nous, en lieus covenables, sicom desus est dit, entre ci & le noel procheinement avenir; cest asavoir l’an del’Incarnation nostre Seignur MCCXC.

E totes choses devauntdites leaument tenir & accomplir, nous avoms promis, en bone foi, & jure sur seintes Ewangeles, & a ceo nous obligoms nous & nos heirs, par ces lettres overtes, sealees de nostre seal, & des seaus des nobles hommes, nos chiers feables, Godefroi de Brabant seignor d’Arstot & de Virson nostre chier frere, Ernout seignor de Walehain & Florens, Bertrand seignor de Berlai nostre cosin; les queus, ovesk nous, ont jures sur Seintes Ewangeles de tenir totes les covenauntes desus nomees taunt q’en eaus est.

Ceo ceste feut don a Loundres, l’an del’Incarnation nostre Seignor MCC. quatre vignt & dis, le Dimenche apres la feste Seint Pierre, & Seint Poul Apostle.

E fait asavoir, qe mesmes tele lettre est faite, de mot en mot, ensealee du seal le devauntdit counte Rasse de Gaure seignor de Lidekirk & de Breda, Johan seignor de Kuk, Ernout seignor de Vysce, Johan Bertrant seignor de Graminis, Ernout seignor de Walham, Gerard de Wesemale, seignor de Berhen, Ernout seignor de Wesemale, Gerard seignor de Rotheleir, & Robert seignor de Dask, les queus, &c. sicom avaunt, & si est ele dublee.

Page 1_737

A.D.1290

A touz ceus, qi cestre lettre verront ou orront, Robert par la grace de DEU, evesqe de Glasgeu, è Johan Comyn, gardeyns du reaume de Escoce: e Aleyn, par meime la grace de DEU, evesqe de Chatenes; solempnes messages & procurors des autres gardeyns e des evesques, abbes, priors, countes & barons de tote la commune de Escoce, saluz en DEU.

Come les honorables peres en DEU, Antoyne de Dureme & Rauf de Kardoil, par la grace de DEU, evesques: e les nobles hommes Johan de Garenne, e Henry de Nichole countes: sire Guilliame de Vescy; & mestre Henry de Newerk, den de l’eglise de Everwyk, especiaus procurors & solempnes messages le noble prince sire Edward, par la grace de DEU, Roy de Engleterre, pur acuns perils e suspecons, que il avoint entendu.

Nous eussent, depar meymes le Roy de Engleterre, demaunde la garde de chasteus, e des fortelesces du reaume de Escoce; e de cele demaunde departir ne voloyent, saunz conseillier lur seygnor le Roy avauntdyt:

Page 1_738

Nous, sur ceo, e autres choses venimes a la presence meyme le Roy de Engleterre avauntdyt; qui, sur celes choses conseyl e deliberacion euwe, a nostre requeste, nous graunta cele chose delaer dekes a la venue nostre dame, qe serra a la Toutz Seyntz procheyn avenir, ou devant, si DEU plest.

Pur la quel chose nous procurors e messages avauntdiz, ovek aucuns des gardeyns de chateus de Escoce (cest asaver sire Guilliame de Seint Cler’, Patrik de Graham, e Johan de Soules) qe iloqe vindrent, oue nous, en non de avauntdis gardeins, evesques, abbes, priors, countes & barons, e tote la commune du reaume de Escoce, grauntoms, volouns, è fermement prometoms ke, quel houre que la dame veigne en Engleterre, ou en Escose, quite & delivre de tot mariage, estre celui que nous avons otrie;

Nous iceus chasteus & fortelesces rendrons, & ferons rendre a la avauntdite nostre dame, e a noble ber sire Edward fitz al avauntdyt Roy de Engleterre; e, de cel heure, en avaunt, les obeyroms ensemble, com a seigneur e dame, en ceste chose, e totes autres que al avantdyt reaume apendent; de cel heure, qe il serront venuz en Escoce, & averont fet, par eus, ou par autres dedenz le reaume, serement, de quel age qil seient, en lu du solom les leys, e les custumes de la terre de Escoce.

Ne a nul autre mariage ne assentiroms, ne a autre seigneur ne obeyerons, tant q’il viveront, s’il ne seit par l’assent e la volente le Roy de Engleterre, e sire Edward son fiz.

E, si la dame ne veigne en Engleterre, ou en Escoce, entre cy e la Tut Seynz procheyn avenir, nous voloms, e promettoms, pur nous & pur touz les autres du reaume de Escoce, qe touz les gardeyns des chasteus, è de fortelesces de meymes le reaume, seyent adonqe obligez par serement, e par escrit, de garder, e de sauver iceus chasteus, e fortelesces al oes, e en nom nostre dame avantdite, & sire Edward, fiz & heir le avauntdit Roy de Engleterre.

E, si nuls des gardeyns de chasteus e de fortelsces seit ou seyent renablement supecenou a eus ou a nous, il serront remuetz, tant de foys come mester serra, par commun conseil du Roy de Engleterre, e de bone gent de Escoce; e as autres du reaume, nient suspeceiuns, souz bone seurte baillez.

Meyme la chose grantoms, otrioms, è promettoms des gardeyns, e des autres ministres du reaume.

En tesmoygne de cestes choses avauntdytes nous, procurors, e messages, e gardeyns des chasteus avant nometz, pur nous, e pur tote la commune reame de Escoce, avons mys nos seaus a cest escrit.

Fet e done a Norhampton, le Lundy prochein apres la feste Seint Bartholomeu; c’est asavoyr le quint kalend’ de Septembr’ l’an de Grace MCCXC.

Page 1_739

A.D.1290

Edward, &c. à noble home Johan, par meime cele grace, duk de Loth’ de Braban’, e de Lemburgh, saluz e chers amistez.

Nus vus enveoms, pur nus, & Johan vostre fiz e le nostre, & Margarete sa femme nostre fille e la vostre, noz chers e feals, Williame de Carleton clerk, & mon sire Roger de Tilmanston chivaler, nos attornez.

A estendre les cinqe mille liverez de terre, qe sunt à assigner a dis Johan & Margarete, e a receivre le assignement, e la seisine de meimes celes terres, ovek les trois mile livrez de terre, qe lour sount assignez, avant ces houres, solom les couvenaunces fez entre vous e nous.

E vous promettoms certeinement, qe quaunt il averunt cel assignement, e cele seisine receu, e la certeinte de ceo a nus reporte, que nus vus garderons de damage, solom la purparlaunce, qe fust entre vus e Edmond nostre chere frere.

E vous prioms cherement qe vous voillez travailer si peinblement entour cestes bosoignes, qe les choses se facent, sicom eles furent purparleez issi, qe nos messages nus puissent reporter bones noveles de vostre diligence.

Estre ceo, sire, voilez crere ceo, qe les avantdiz nos attornez vus dirrunt de par nus, en droit de la bosoigne de Lemburgh.

Don’ a Torpel, le viii. jour de Septembre, l’an del’ Incarnation nostre Seigneur MCCXC.

A.D.1290

Edward, &c. a touz ceus qi cestes lettres verrunt è orrunt, saluz.

Sachez qe nus avoms establi, pur nus, & pur Johan, fiz a noble home, Johan, par mesme la grace de DEU, duk de Loth’ de Braban, e de Lemburgh, e nostre fiz, e Margarete sa femme nostre fille, nos chiers e feals William de Carleton clerk, & moun sire Roger de Tilmanson chivaler, nos attornez;

A estendre les cink mile liverez de terre, que sunt a assigner a diz Johan & Margarete, & a receivre le assignment, e la seisine de meymes celes terres, ovek les trois mile liverez de terre, qe lur sunt assignez avant ces heures, solom les covenaunces, fez entre nus & le avantdit duk.

E tenums ferme e estable quant, qe les diz attornez ferunt, en dreit de cele besoigne.

En tesmoignaunce de ceste chose avoms fet nos lettres patentes.

Don’ com desus.

A.D.1290

A touz ceaus, qi ces præsentes lettres verront & orront, Johan de Brebant, fiz a noble homme Johan, par la grace de DIEU, duk de Lother’ de Brabant & Lemburgh’ & Margarete sa femme, fille au noble prince sire Edward, par meismes la grace, Roi d’Engleterre, saluz en nostre Seignor.

Sachiez qe nous avoms establi nos chiers amez, sire Williame de Carleton clerk, & mon sire Roger de Tilmanston chivaler, nos attornez;

A receivre, en nostre nom, la seisine de 6000 livrees de terre, les queus nostre chier pierre avauntdit nous deit liverer, solon les covenaunces, faites par entre les avauntditz nos pierres.

E avoms ferm & estable quaunt, qe les ditz Williame & Roger feront, endroit de cestes bosoignes, en nostre nom.

En tesmoignaunce des queles choses avoms faites cestes lettres patentes ensealees du seal le avauntdit Johan; e, en la nom la avauntdite Margarete (poor ceo que son seal n’est mie conu) avoms prie estre mis le seal la noble dame Alianore, reigne d’Engleterre, compaigne nostre seignor le Roi avauntdit.

Don’ a Torpel, le viii. jour de Septembre, l’an del’Incarnation nostre Seignor MCCXC.

Page 1_742

A.D.1290

A tous ceus, ke cestes lettres orrount ou verrunt, Gilbert de Clar, counte de Gloucestre e de Hertford, salutz.

Come nostre seygnur le Rey, par sa grace, me eyt volu doner dame Johane sa filie a femme; jo, por totes doutes e suspicion de mal ouster, ay jure sur seynz;

En la presence,
Johan, par la grace de Deu, erceveske de Canterbiry,
Robert eveske de Baa e de Welles,
Johan eveske de Wyncestre,
Auntoyne eveske de Durame,
Peres eveske de Egecestre,
Godefrey eveske de Wirecestre,
Sire Williame de Valence, uncle le Rey,
Sire Emon frere le Rey,
Sire Henri de Lacy counte de Nichole,
Sire Otes de Grauntson,
Sire Williame de Brecuse,
Sire Johan de Seynt Johan,
Mestre William de Lue,
E. Johan de Berewyk,

Ke, si il aveneit (ke DEU defende) ke DEU feist son comaundement de nostre seygnur le Rey, moy vivaunt; jo bone fey porteray a mun seygnur Edward son fiz, come a mun seygnur lige, e ses dreyt de son reaume garderay.

Ou, si DEU feyst sun comaundement de meymes cely sire Edward, saunz heyr de sun cors engendrè, vivaunt autre fetz mon seygnur le Rey avauntdyt; jo a meymes celuy fitz, è as heyrs de sun cors, engendretz, si les eyt, bone fey porteray, come a mun seygnur, e ausi come al autre:

E, si aventure aveneyt, ke DEU fist sun comandement de nostre seygnur le Rey, e de ses fitz, issi ke il n’eussent heyr de lur cors, vivante dame Alianor, eynee filie mon seygnur le Rey avauntdit; jo a meymes cel Alianore, è as heyrs de son cors engendretz, bone fey porterey, ne en nule manere, ne par force, ne par engyn, lur dreyt ne desturberay, ke ele, ne ses heyrs, se ele les eyt, ne eyunt le reaume d’Engletere, e la tere de Irlaunde, solum le ordeynement nostre seygnur le Rey avauntdyt; le quel ordeynement est tel, ceo est asaver;

Ke nostre seygnur le Rey voyt è ordeyne ke, sire Edward, sun fitz, ou autre fitz, ke il avera, morgent sauns heyr de lur cors engendre; dunk apres la mort le Rey avauntdit, le reaume d’Engleterre, e la tere de Irlaunde demurge a dame Alianore, sa filie eyne, è as heyrs de sun cors engendretz;

E, si meymes cele dame Alinor murge saunz eyr de sun cors engendre; dunkes le reaume, e la tere avauntdite demurgent a dame Johan, filie le Rey avauntdyt, è as heyrs de sun cors engendretz.

E, si meymes cele dame Johane murge saunz eyr de sun cors engendrè, demurge le reaume, e la tere d’Irlaunde avauntdit a sa plus procheyne seur; è issi de filie en filie, è de eyr en eyr, si come avauntdit est des avauntditz, dame Alinor, e dame Johane;

E, a cestes choses leaument tenir e garder, jo me sutmet a la jurisdiction e la destresce de l’apostoylede Roume, e de la eglise de Rome: ea a la jurisdiction e destres ce de erceveskes de Cantarbiry, e de Everwik: e de tutz les prelatz d’Engleterre, ke en tens serrunt; e a la destresce è jurisdiction de checun de eus par sey.

E en testmoynaunce de cestes choses, jo ay mis a ceste lettre mon seel, e a ma requeste,
Le honourable Pere Johan, par la grace de Deu, erceveske de Cantarbiry,
Roberd eveske de Baa e de Welles,
Johan eveske de Wynecestre,
Auntoyne eveske de Dureme,
Peris eveske de Egecestre,
E. Godefrey eveske de Wyrecestre,
a cestes lettres unt mis lur seeus.

Done a Aumbresbyrie le Lundy procheyn devaunt la feste Seynt Alphege, le an du regne le Rey Edward avauntdit dis e uttyme.

Page 1_755

A.D.1291

Edward, par la grace de DEU, Rey d’Engleterre, seignur de Yrlande, & duk de Gyenne, a touz ceauz, qe cestes lettres verront ou orront, saluz en DEU.

Sachies qe, come les haus hommes de Escoce, & une partie de la communaute de meisme le reaume, a nostre requeste, seient venuz a Norham, a tretier de aucunes bosoignes, qe touchent le reaume devauntdit;

Nous volons & grantons, qe ceste lor venue, a tretier ou nous, de ca l’ewe de Tuede, ne puisse torner en prejudice e eaus, ne nuli du reaume, por autre foiz venir a tretier, de ca l’ewe devauntdite, par encheson de ceste venue, taunt come le tretyz dura.

En tesmoignage de la queu chose, nous avons fet fere ceste nostre lettre patente.

Done a Norham le derein jour de Moi, le an de nostre regne xix.

A.D.1291

A touz qi ceste lettre verront ou orrount, Florence counte de Holand, Robert de Brus seignor du Val d’Anaunt, Johan de Baillol seignor de Gaweye, Johan de Hastinges seignor de Bergeveny, Johan Comyn seignor de Badenough, Patrik de Dumbar counte de la Marche, Johan de Vescy por son pere, Nichols de Soules, & Willame de Ros, saluz en DIEU.

Come nous entendoms avoir droit en realme d’Escoce, e cel droit moustier, chalenger, & averrer devaunt celui, qi pluis de poer, juridiccion, & reson eust de trier nostre droit;

E le noble prince, sire Edward, par la grace de DIEU, Roy d’Engleterre, nous eyt enfourmez, par bones & suffisauntes resons, qe a lui apent, & avoir doit la soverayne seignorie du reaume de Escoce, & la conissaunce de oir, trier, & terminer nostre droit;

Nous, de nostre propre volunte, saunz nule manere de force ou destresce, voloms, otrioms & grauntoms de receyure droit devaunt lui, com soverayn seignor de la terre.

E voloms ia le menis, & promettoms qe nous averoms, & tendroms ferm & estable son fete, qe lui en portera le realme, a qi droit le durra devaunt lui.

En tesmoinge de cest chose nous avoms mys nos seals a cest escrit.

Fet & done a Norham, le Mardy prochein apres la Assenssion, l’an de Grace MCCXCI.

Sub sigillis singulis competitorum pendentibus à filis sericis intextis, rubei viridique coloris: viridi colore tinguntur omnia. Nota, quod primum à sinistrâ desideratur sigillum.

A.D.1291

A touz iceus qe ceste presente lettre verront ou orront, Florence cunte de Hoillaund, Roberd de Brus seignor du Val d’Anaunt, Johan de Baylloil seignor de Gaweye, Johan de Hastinges seignor de Bergeveny, Johan Comyn seignor de Badenough, Patrik de Dumbar cunte de la March, Johan de Vescy pur soen pere, Nichol de Soules, è Willame de Ros, saluz en DIEU.

Come nous eyoms otrie e grante, de nostre bone volunte e comun assent, saunz nule distresce, a noble prince, sire Edward, par la grace de DEU, Roy d’Engleterre, qe il com soverein seignor de la terre de Escoce, peusse oier, trier, e terminer noz chalenges, e noz demaundes, qe nous entendoms mustrer, e averrer por nostre dreit en realme de Escoce; e dreit receivre devaunt li, com soverein seigneur de la tere:

Promettaunz ia le menis qe soen fet averoms ferm e estable, e qe il en portera le realme a qi dreit le durra devaunt li.

Mes, por ceo, qe le avauntdit Rey d’Engleterre ne poet teu manere de conuissaunce fere, ne acomplir, saunz jugement: ne jugement ne deit estre saunz execucion: ne execucion ne poet il fere duement, saunz la possession e seisine de meymes la tere, e des chasteus;

Nous volums, otrioms, è grantoms qe il, com soverein seignor, à parfere les choses avauntdites, eit la seisine de tote la terre, e des chasteals de Escoce, taunt qe dreit seit fet e parfourm as demaundaunz;

En teu manere qe, avaunt ceo, q’il eit la seysine avauntdit, face bone seurte e suffisaunte as demaundaunz, e as gardeins, e a la comune du realme de Escoce, a fere la reversion, de meymes le realme, e des chasteus, od tute la realte, dignite, seignorie, franchises, custumes, dreitures, leys, usages, e possessions, e tutes maneres des aportenaunces, en meymes le estat, qe il esteient, quant la seisine li fu baillee a liveree a celi, qe le dreit en portera par jugement de la realte (sauve au Rey d’Engleterre le homage de celi, qe serra Rey issi) qe la reversion seit fete dedenz les deus mois, apres le jour qe le dreit serra trie e aferme.

E qe les issues de meymes la terre, en le men tens resceves, seient sauvement mis en despos, e ben gardeez, par la main de chaumberleyn de Escoce, qe ore est, e de celi qe serra assigne a li, depar le Rey d’Engleterre, e desouz lour seals; sauve renable sustenaunce de la terre, e des chasteus, e de ministres du realme.

En temoingne de ces choses avauntdites, nous avoms mis noz seals en cest escrit;

Fet & done a Norham, le Mekerdy apres la Assencion, l’an de Grace MCC. nonaunte primerein.

Sub competitorum sigillis pendentibus à caudis pergam’—colore viridi tinguntur omnia. Notandum verò quod primum desideratur sigillum à sinistrá.

Page 1_756

A.D.1291

Edward, &c. a tous ceauz que cestes presentes lettres verront ou orront, saluz en DIEU.

Sachez que, come li nobles homs, sire Johan duc de Loth’, de Brabant, & de Lemburgh’ eit fet estendre, e assener six mille livereez de terre, a Turnoys, en sa terre de Brabant, aloes Johan son aisne fiz, e Margarete nostre fille, sa compaingne;

E totes celes estentes e assenemens eit livere a Roger de Tylemaneston, e a Williame de Carleton, nos messages, e atornes le dit Johan e la dite Margarete sa compaingne, a lor sustenaunce, qil les eint, e les teignent tote la vie, meisme cele Margarete nostre fille.

Nous a dit dus de Loth’, de Brabant, & de Lemburch, por lui aleger e descharger de ses dettes, de nostre bone volente, grantons, tant come en nous est, ke il eit les issues, e les profits, de devantditz tenemens, de la feste del Nativite nostre Seignur, l’an del’ Incarnation MCCXC. jusques a meisme la fest de treys auns procheyns suians pleinement complis, si nous avant celi terme ne aillons a la Terre Seinte.

E, si il aveigne ke nus devant le terme de treis ans acomplis, enprengons le dit vaiage de la Tere Seinte, le devantdit duc, ausitot come nus averoms la mer de Engleterre passe, dedeins la terme devantdit, deit tous les tenemens e les assenemens desusdis au dit Johan, e la dite Margarete sa compaigne, pur leur sustenance, sauns delei, returner, e rendre.

E deit le dit duc tant, come les ditz tenemens demoerent en sa meyn, garder les, e sauver saunz destruction, e sauns wast, e les rendra au chef de terme, ou dedenz le terme, si nous avant passuns, si come desuz est dit en autre, si bon estat come il les resceust, quitement enterement, saunz nul contredit, al dit Johan e a Margarete sa compaigne, ou a lor attornes:

Savi a li les issues e les profits, si come desus est dit.

En tesmoinage de ces choses avons fet fere cestes nos lettres patents.

Done a, Norham, vii. jour de Juyn.

A.D.1291

Conue chose sont a touz, qi cestes lettres verront, e orront;

Qe come sire Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seignur d’Irlaunde, e duk de Guyene, ayt demande la sovereyne seignrie del reaume d’Escoce, qe reconue e grantee lui est par Florence conte de Holande, Robert de Brus seigneur du Val d’Anand, Johan de Bailoll, Johan de Hastinges, & Patrik de Dumbar conte de la Marche, Johan Comyn, Johan de Vesci en non Guyllam de Vescy son pere, Guillam de Ros, Nicholas de Soules;

Qui l’avantdit reaume demandent come lor droit, e lor heritage;

E mesmes celui Roi eyt demande de Gilbert de Humfranville, conte de Anegos les chasteus de Dundee, e de Forfar, qil ad en garde, qe a lui apent come a chief seignur:

E respondu fu, par mesmes celui Gilbert, qe les avauntditz chasteus a lui en nul manere ne rendroit desi, come il ne les ad pas eu de par le Roi, mes par la comune del reaume d’Escoce.

Mes en la presence l’avantdit Roi, a Norham, le Joedy prochein devant la feste Seint Barnabe l’apostle, l’an de Grace millyme ducent nonantisme primer, par assent des gardeyns del reaume d’Escoce, au Roi, come a un de demaundurs, e les autres avauntditz demaundurs, l’avantdit Gilbert ad les chasteus avant nomez, come le droit e le heritage un de eus, livre e baille, par loi comandement, e loi requeste, solom le serment q’il ad fet, à plus prochein du saunk, qui par droit deyt heritier l’avantdit.

Roi, e touz les autres demaundurs avant nomez por eus, e por lor heirs, jointement touz, e cheskun severament por lui, grauntent, e par cest escrit fermement se obligent, de lor bone volunte, saunz nulle manere de destresce qe lavauntdit Gilbert, e ses heirs, par ascheson de ceo, q’il ad les chasteus avant nomez renduz e baillez, en la forme avantdit, nul mal damage, ne poerte encourgent, en nul tens avenir;

Mes de cel fet le Roi, e les avantditz demandurs, sont tenuz a garantir, e defendre lavantdit Gilbert, e ses heirs, si come il est avantdit, encontre totes gentz a touz jours, ne par le Roi, ne les autres avantdit demandurs, ne par nul de eus, ne par lor heirs, en nul tens, ne soit chalange, ne greve par acheson del rendre avantdit.

En tesmoigne de ceste chose le Roi, e les autres demandurs avant nomez e les gardeyns, a cestes lettres unt mys lor seaus.

Don’ a Norham, le dezime jour del moys de Juyn, lan de Grace avantdit.

Sigillis à filis sericis.

A.D.1291

Edward, par la grace de DIEU, Roy d’Engleterre, seignor d’Irland, & duke de Guyenne, a touz ceaus qi ceste lettre verront ou orront, saluz.

Come les nobles & hautz hommes, Florenz counte de Holland, Robert de Bruys seignor du Val de Anaund, Johan de Balilol seignor de Gaweye, Johan de Hastinges, seignor de Bergeveny, Johan Comyn seignor de Badenagh, Patriks de Dumbar counte de la Marche, Johan de Vescy por son pere, Nichole de Soules, & Guillam de Ros.

Demandaunts droit en reaume d’Escoce, par commune assente de Willielm’ & Robert, par la grace de DIEU, de Seint Andrew & de Glasgen evesques: Johan Comyn, & James seneschal d’Escoce, gardiens du reaume d’Escoce; & par les bones gentz de mesmes le reaume, qui presentz furent;

Nous eent ottruyz la soveraine seignorie du dit reaume d’Escoce, & assentu de droit receivre devaunt nous, comme devaunt soverain seignure;

Nous voloms & grauntoms per ceste presente lettre, qe droit lor soit fait dedenz le reaume d’Escoce & ne mye allore, taunt q’il y eit Roy d’Escoce.

En tesmoigne de ceste chose avauntdite nous avons fait mettre nostre seal à cest escrit, fet & done à Norham, le xii. jour du mois de Juyn, l’an de Grace MCCXCI.

Page 1_760

A.D.1292

A tous ceaus, qui ceste presente lettre verront ou orront, Robert de Baa & de Welles, Antoyne de Dureme, Willam de Ely, Willam de Seint Andreu, Robert de Glasgeu, & Henric’ de Warden, par la suffrance de DIEU, evesques; Johan counte de Boghan, Donenald counte de Mar, Johan Comyn seignor de Badenagh, & James seneschal d’Escoce, saluz en DIEU.

Sache votre universete que, come entre diverses parties, demaundauntz le reaume d’Escoce, par divers droits, & diverses reesons, feut mewe question devaunt le tresnoble prince, mon sire Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, & soverain seignor d’Escoce, & l’avauntdit Roi eust fait sa lettre en la maneire qe suit en cestes paroles.

Edward, par la grace de DIEU, Roy d’Engleterre, seignor d’Irland, & duk de Guyenne, a tous ceaus, qi ceste lettre verront ou orront, saluz.

Come les nobles & hautz hommes Florenz counte de Holland, &c. prout de dat’ xii. Jun’ anno MCCXCI. usque hæc verba, viz.

Nous, regardaunts qe la grace, & la courteysie, qe le devauntdit Roi

Page 1_761

d’Angleterre, soverain seignor d’Escoce fist, especiaument en tel fait, a la communeaute d’Escoce, ne lui deit tourner auterfois a prejudice, ne a ses heirs;

Fesoms asavoir a touz, qe ne le dit Roi, ne nous n’entendomes onques, ne onquore n’entendoms qu autrefois, en semblable cas, ou en autre, ne puisse faire en son reaume d’Engleterre ceo, q’il devera, & a lui apendrai, comme soverain seignor du dit reaume d’Escoce, & ses heirs, Roys d’Engleterre, ausint apres lui.

En tesmoigne de ceste chose, avons fait mettre nos seaus a ceste presente lettre.

Fete & donee a Berewiks sur Twed, le Juedy prochein apres la feste Seint Piere & Seint Paul, l’an de Grace MCCXCII. & l’an del regne du dit Roy vintyme.

Sigillum desideratur

.

Roboratur hisce tribus sigillis cereis viridis coloris, pendentibus à cauda pergam’,

Sigillum episcopi Bath’ & Well’.

Sigillum episcopi Glasguen’.

Sigillum Jac’ Senesch’ Scot’.

A.D.1292

A touz ceaus, qi cestes lettres verront ou orront, Alisaundre de Ergaithil, seignur de Lorne, saluz en DIEU.

Sachez nous, le jour de la feste de la Translacion seint Thomas le Martir, lan de grace millyme deusentyme nonauntyme secund, a Berewyk sur Twede, en la presence nostre seignour, mon sire Edward, par la grace de DEU, Roy de Engleterre, e soverein seignur du reaume d’Escoce, par ceste presente lettre, avoir grauntes, e sur seints Ewangeles avoir juree, e a nostre seignour le Roy avauntdyt fermement estre obligeez.

Qe nous leaument, en qaunqe nostre poer se estent, sauveroms, garderoms, e meintendroms la pees du reaume d’Escoce, e especiaument la pees des Ylles, e des terres forreines, dever noz parties.

E qe toutz contents, debatz, e demaundes de terres e de tenementz, chateaus, e de tote mainere des trespas, mutz, ou a movoir entre nous, e Alisaundre des Isles, fiuz Anegus, fiuz Donenald cesserount, e en quiete reposerount, entre cy e le parlement, establi a Berewyk par le dyt nostre seignour le Roy, a la quinzeme apres la sein Michel, prochein avenyr, e duraunt le dyt parlement.

En quel il lyst a nous seure noz pleintes devaunt le devauntdit nostre seignur le Roy, e son counseil, solom les leys, e les usages du reaume d’Escoce; ensint qe les pleintes, de une part, e de autre, soient adunk en meisme l’estat, qil furent le jour qe cestre lettre fu fete.

E qe nous dever le devauntdit Alisaundre des ylles, ne froms, ne procuroms estre fet mal, ne damage a luy, ne a soens.

Voloms ensement, e grauntoms qe nous ne rescetteroms en nule maniere, ne sustendroms nul mesfesour, ne nul autre, qe justicer ne se voille par la commune ley de la terre; e nomement Roulaund le fiuz Alien, e Donekan le fiuz Dugald, si il ne voillent estre obeisaunt al avauntdit nostre seignour le Roy, e venir a sa pees.

E, si il seent trouez desobeisauntz, nous grauntoms, e promettoms, qe nous, od tot nostre poer, en aide a sire Johan Comyn, e a sire James seneschal d’Escoce, deus de gardeins du reaume, leveroms, e aideroms, e les pursuiroms en totes les manieres, qe meismes ceaus gardeins ordenerount, e purverount, jesques a taunt qil soient pris, ou eient le reaume voide; mes que alowe nous seit ceo, qe nous feroms outre nostre deu servise.

E leaument promettoms que nos, en totes choses, qe touchent la pees, e la garde du reaume d’Escoce, e des avauntditz ylles, e terres forreines, as avauntditz gardeins serroms entendauntz, responauntz, e obeisauntz.

E, si il aveigne qe nous encountre nul des articles, avaunt nomez, denz le tens avauntdyt, fesoms ou veignoms, e de ceo seioms ateynt; nous nous obligeoms, par ceste lettre, al avauntdyt nostre seignur le Roy, a perte de vie, e de membre, de terre, e de tenement, e de tutz noz biens, a sa volunte; e qe encountre ceo nule ley, ne coustume, valoir nous puisse.

En tesmoigne de cestes choses, a ceste presente lettre avoms feit mettre nostre seal.

Don’ a Berewyk sur Twede, le jour de la feste de la Translacionn Seint Thomas le Martir, l’an du regne nostre seignur le Roy avauntdit vyntyme.

Sub sigillo proprio.

A.D.1292

A touz ceaus, qi ceste lettre verront ou orront, Alisaundre des Isles fiuz Anegus fiuz Donenald, saluz en DIEU, sachez nous le jour, &c. ut supra. Don, &c.

Sub sigillo proprio.

A.D.1292

A touz ceaus, qe ceste lettre verront ou orront, Anegous le fiz Donenald des Isles, e Alexandre son eysne fiz, saluz en DIEU.

Sache vostre universite nous le jour, &c. Don’, &c.

Sub sigillo uno, avulso altero.

Page 1_781

A.D.1292

Ceo oez, vous mon seigneur Edward, Rey d’Engleterre, soverein seigneur du reaume de Escoce, qe ie Johan de Baillol, Rey de Escoce, vous fas feaute du reaume de Escoce, le quel ie tiens, e cleim tenir de vous: qe ie vous serrai feaus e leaus, e fey e laute vous porterai de vie, e de membre, e de terrien honeur contre totens gens, que porront vivere e morir: e leaument conostrai, e leaument vous frai les services, a vous deus du reaume de Escoce avantdit;

Ensi me eide DIEUS, e ces Seintes Ewangiles.

A.D.1292

A tous ceaus, qe cest escryt verront ou orront, Johan, par la grace de DEU, Rey de Escoce, saluz en DEU.

Sache vostre universite moi avoir fait e jure feaute a mon seigneur lige, mon sire Edward, par meisme la grace, Rey d’Engleterre, sovereign seigneur du reaume de Escoce, a Norham, le Joedy, en la feste Seint Emon le Rey e martyr, le an del Incarnation nostre Seigneur, myl ducent e nonante secund, e du regne le dit mon seigneur le Rey Edward vyntime finant, e le vyntime un comenceant;

En la presence des honourable peres,
Willame e Robert de Seint Andreu e de Glasgu, evesques.
De Johan conte de Boughan.
Williame conte de Ros.
Patryk conte de la March.
Wautier conte de Meneteth.
James seneschal de Escoce.
Alexandre de Ergeyl.
Alexandre de Baillol seigneur de Caverez.
Patryk de Graham, e
De Willame de Seint Cler.
En les paroles souz escrytes.

Ceo oez vous, mon seigneur Edward, Rey d’Engleterre, soverein seigneur du reaume de Escoce, qe ie Johan de Baillol, Rey de Escoce,

Page 1_782

vous fas feaute, du reaume de Escoce, lequel ie tiens e cleim tenir de vous, qe ie vous serrai feal e leal, e fey e laute vous porterai de vie, e de membre, e de terrein honeur, contre totes gens qe porunt vivere e morir:

E leaument connoistrai, e leaument vous frai les services, a vous deus, du reaume de Escoce avantdit; ensi me eide DEUS e ces Seintes Ewangiles.

En tesmoigne de ceste chose, ie ai mis a cest escryt mon seal, du quel ie ai use jusqes en ca, por ce qe ie n’avoi encore autre seal fait, desouz title e noun de Rey.

Ensemblemen, en tesmoignance de la feaute avantdite, les evesqes, contes, e barons, e autres nobles, desuz nomes, ont mys lor sealz a cest present escryt.

Don’ a Norham, le jour e le an avantditz.

A.D.1292

Mon seigneur, mon sire Edward, Rey d’Engleterre, sovereign seigneur du reaume de Escoce, ie Johan de Baillol, Rey de Escoce, devien vostre homme lige de tot le reaume de Escoce ove les aportenances, e a qant qe il y apent: le quel je tieng, e dei de dreit, e cleim, por moi, e mes heyrs, Reys de Escoce, tenir heritablement de vous, e de voz heyrs, Reys d’Engleterre: e fey e leaute porterai a vous, e a voz heyrs, Reys d’Engleterre, de vie e de membre, e de terrien honeur, contre tote gent qe porunt vivere e morir.

A.D.1292

A tous ceaus, qui cest escryt verront ou orront, Johan de Baillol, par la grace de DEU, Rey de Escoce, saluz en DEU.

Sache vostre universite moi avoir fet homage au tresnoble prince, mon seigneur lige, mon sire Edward, par meisme la grace, Rey d’Engleterre, soverein seigneur du reaume de Escoce, au Noveau Chastel sor Tyne en Engleterre, le jour de la feste Seint Estefne, lendemain de Noel, le an del Incarnacion nostre Signeur, millysme deucentysme nonantysme secund, e du regne le dit mon seingnur le Rey Edward vyntysme premer.

En la presence
Des honeurables peres
Johan ercevesque de Dyvelyn;
Antoyne de Dureme, e
Johan de Carduil, evesqes;
Henry de Lascy conte de Nicole,
Johan de Garenne conte de Surreye;
Iohan de Seint Iohan,
Robert de Typetot,

Page 1_783


Nicolas de Segrave,
Willame de Leyburne,
Bryan le fiz Aleyn,
Gilbert de Thorntone,
Roger le Brabanzon,
Robert Malet,
Robert de Hertford, chevaliers;
Johan de Langeton, chanceller d’Engleterre;
Hue de Cressyngeham,
Johan Woughan;
Mestre Johan Lovel, e
Wautier de Langetone, du reaume d’Engleterre;


E en la presence
Des honeurables peres Willame e Robert de S. Andreu, e de Glasgu, evesqes;
Johan abbe de Gedeworthe,
Johan conte de Boughan,
Patryk conte de la Marche,
Gilbert de Umfranville conte de Aneguz,
Johan conte de Atheyillis;
Johan Comin,
Alixandre de Baillol,
Thomas Randulf,
Geffrey de Montbray,
Patryk de Graham,
Willame de Seint Cler,
Rychard Syward,
Yngelram de Umfranville,
Andreu de Moreve,
Thomas Randul le Fyz David de Torthorald,
Michel de Wymes,
Richard Fraser,
Andreu Fraser,
Alixandre de Bonikyl, e
Johan de Strivelyn, de nostre reaume de Escoce, en les paroles souz escrites.

Mon seignur, mon sire Edward, Rey d’Engleterre, soverein seigneur du reaume de Escoce, ie Johan de Baillol, Rey de Escoce, devien vostre homme lige, de tot le reaume de Escoce, ove les aportenances, e a qant qe il y apent, le quel ie tient, e dei de dreit, e cleim por moi, e mes heyrs, Reys de Escoce, tenir heritablement de vous, e de voz heyrs, Reys d’Engleterre: e fey, e leaute portera a vous, e a voz heyrs, Reys d’Engleterre, de vie, e de membre, e de terrien honour, contre totes gens qe porunt vivere e morir.

En tesmoigne de ceste chose, je ai fet mettre mon seal a cest escryt.

En semblement, en tesmoignance del homage avantdit, le ercevesque, evesqes, contes, barons, clers, e autres nobles d’Engleterre, a ma priere;

Ove les evesques, abbe, contes, barons, e autres nobles de Escoce, desuz nomes, a meisme le escryt ont fet mettre lor seaus.

Done a Noveau Chastel sor Tyne, en Engletierre, le jour, e le an avantditz.

Page 1_784

A.D.1292

A tous ceaus qe cestes presentes lettres verront ou orront, Jahan de Baillol, par la grace de DIEU, Rey de Escoce, saluz en DEU.

Come nostre seigneur, sire Edward, Rey de Engleterre, soverein seigneur du reaume de Escoce, par la reson de sa sovereine seigneurie, eit tenu le avantdit reaume de Escoce en sa main, tant que il eust fait dreit a ceaus qe dreit demandeient en la reaume avantdit: e aucuns covenances, promesses, e obligations feist as demandans, e as gardeins, e as proudes hommes du reaume, aussi bien de la restitucion fere du reaume e des chasteaus, come des autres choses, dont il aviet fet ses escrite, e certeines peynes mises, sicome fu contenu en meismes les escrytz:

E puis, en sa presence, par jugement de sa court, nous eit le reaume ajuge, e la seisine du reaume e des chasteaus, oue totes autres choses, livere, ausi pleinement e entierement, come il esteit tenus par ses covenances, obligations, e promesses.

Nous, por nous, e por tous noz heyrs, e por tous ceaus, en qi mains le reaume deveigne en tens avenir, qi qe il onqes seient, quitoms le avantdit nostre seigneur le Roy d’Engleterre, e ses heyrs, a tous jors pardurablement, de totes maneres de covenances, promesses, e des obligacions, e peynes, par la reson des covenances, promesses, e obligacions, a nous, ou a la bone gent du reaume avantdit faites, qe touchent le reaume avantdit en les choses du reaume.

E, si nul escryt, quelque il seit, qe touche cestes choses avantdites, seit en aucuns tens, desore en avant, trove, voloms e grantons, por nous, e por noz heyrs, que il seit de nule value ne force: issi que il ne puisse a lui, ne a ses heyrs, Reys d’Engleterre nuire: ne a nous, ne a noz heyrs, Reys de Escoce, ne a ceaus, qe le reaume de Escoce tendront, qi qe il onqes seint, valer, ne lieu tenir en nul tens.

Encore promettoms, por nous, e por tous noz heyrs, Roys de Escoce, e por tous ceaus, qe le reaume de Escoce, tendront, qi qe il onqes seint, que nous totes les choses, que il feseit du dit reaume, ou des choses du dit reaume, par la reson de la sovereine seigneuire, tant come ce reaume fu en sa mien, ratefioms, è afermoms, è avoms ferm è estable a tous jours, por nous, è por tous noz heyrs, è por tous ceaus, qe le reaume tendront.

Estre ceo, voloms e grantoms, por nous, e por noz heyrs, e por tous ceaus qe le dit reaume de Escoce apres nous tendront, qe escryt ou escrytz, fait ou faitz, par le devantdit nostre seigneur le Rey d’Engleterre a Norhamptone le xxviii. jour de Aoust, le an de son regne xviii. as gardeins, evesqes, abbes, & tote la clergie: contes, barons, è a toute la communaute du reaume de Escoce, de une porparlance de un mariage, faire entre le fiz le devantdit nostre seigneur le Roy d’Engleterre, e la fille la Reyne de Norwege, dame e Reyne de Escoce (qi heyr nous sumes) contenants autres divers articles concessions, promesses, affermemens e ratifiemens, touchans le estat, leys, dreytz, franchises, coustumes, severances, divisions, è quitances de subjections, de l’avantdit reaume de Escoce, e des enhabitans meisme le reaume, en quel lieu e en quel tens qe il seint, de ci en avant, en nostre garde, ou en autrui troves, seint casses, veins, è nule fermete ne force ne eient en nul tens; mes de tot en tot, seient, desore en avant, anientys, e por nulz tenus.

E de toutes celes concessionis, promesses, affermemens, ratefiemens, e de toutes autres choses, par queuque nom elles seint nomees, ou especefieez, en le escryt, ou escrytz avant nomes, le devantdit nostre seigneur le Rey, e ses heyrs por nous, e por noz heyrs, e por tous ceaus, qe apres nous le reaume de Escoce tendront, de tot en tot, quitoms par ceste presente lettre.

En tesmoigne de ceste chose, a cest present escryt nostre seal, ensemblement ou les sealz des honeurables peres,
Willame evesqe de Seint Andreu,
Robert evesqe de Glasgu,
Johan conte de Boughan,
Patryk conte de la Marche,
Gilbert conte de Aneguz,
Johan conte de Atheilles,
Johan Comyn,
Alexandre de Baillol,
Geffrey de Montbray,
Patryk de Graham,
Williame de Seint Cler, e
Thomas Randulf,
avoms fet mettre.

Done a Noveau Chastel sor Tyne, en Engleterre, le secund jour de moys de Jenuer: le an del Incarnacion nostre Seignour, myllysme ducentysme nonantysme secund: e du regne nostre seigneur le Rey Edward avantdit, vyntysme premer, e du nostre premer.

Ego Johannes Erturi de Cadamo, apostolicæ sedis auctoritate notarius publicus, præmissis, quæ acta fuerunt prout superius continetur, omnibus præsens interfui; & ut adhibeatur eisdem, de cætero, plena fides, rogatus propriâ manu scripsi, & mei singni annotatione in hanc publicam formam redegi.

Hic finis est Magni Rotuli Scotiæ.

Page 1_785

A.D.1293

Edward, par la grace de DEU, Roy d’Engleterre, seignur de Irlaund, duk de Gwyene, e suvereyn seygnur du reame de Escose, a tuz ceaus, qi ceste lettre verront ou orront, saluz.

Com nous eussom en aukun tens, ceo est asaver a Norham, le douzime jour du moys de Jun, l’an de Grace MCCXCI. fet as demaundaunz le realme de Escose nostre escrit;

A liverer la seisine de mesme ceal realme a celi, a qi i serreit ajuge, en nostre curt, devaunt nous;

Ovekes autres articles, en mesme le escrit contenuz, les qels nous avoms pleynement furniz:

E, entre les qels, un article est contenu en cestes paroles souz escrites:

"Ne nostre entencion, ne volunte n’est qe, qele oere qe le Rey de Escoce seit mort, e eit heir apparaunt saunz contredit, de qel age k’il seit, e qe nul ne demaunde dreit en realme fors qe cely; qi nous Roy d’Engleterre, ne nos heirs, pussoms garde ne mariage demaunder, ne possession du realme de Escoce, fors que soulement le homage de ceal reaume, e ceo qe al homage appent, e la sovereyne seignurie, e ceo qe a la sovereyne seignurie apent: e, si aukun, ou aukuns autres seit, ou soynt, qi demaunde, ou demaundent dreit en realme d’Escoce avauntdit, qe nous, e nos heirs eoms la seisine, e la possession de cea realme, e des chasteus, e la conisaunce de fere dreit as demaundaunz, sicome nous avoms ore endreit, e sicome sovereyn seignur deit aver du realme tenu de ly:"

Nous, icest article veu e regarde en le escrit avauntdit, qe par nous est rendu, par ceste nostre presente lettre tesmoignons qe il fut tiel.

Donee al Noef Chastel sur Tyne, le quart jour de Jeonever, l’an de nostre realme vint unime.

Page 1_793

A.D.1294

Esmon, filz du Roy Henri d’Engleterre, a son chier cousin mon sire Johan de Seint Johan chevaler, tenant en la duchie de Guyenne, le lieu de nostre treschere seigneur & frere, mon seigneur Edward, par la grace de DIEU, Roy d’Engleterre, seignur d’Irland, & due de Guyenn’ & a sire Johan de Havering chevaler, seneschall de la dite duchie, & a tous les autres seneschaus du dist nostre seigneur le Roy & duc, es parties & es terres de la mesme duchie, saluz.

Sachiez que nous avons receheu, & veu les lettres overtes du dit nostre seigneur le Roy, en la forme que s’ensuit:

Edward, par la grace de DIEU, Roy d’Engleterre, seignur d’Irland, & due de Guyenne, a touz ceux qui cestes presentes lettres verront & orront, saluz.

Come Esmon nostre chier frere, nous ais fait assaver, que pleintes sont venues, que nostre seneschal, & autres de noz gentz de Gascoigne, aient fait pluseurs desobeisaunces, & pleuseurs trespas a nostre treschier seigneur

Page 1_794

& cosin le Roy de France, & a ses ministres, la quel chose nous displet molt.

Nous, veilantz & desirantz que les choses soient adrescees & amendees a son honeur & a sa volentee, a cestes c]hoses faire & complir;

Donons & ottroions plenier poer a nostre frere avandist per cestes presentes lettres.

Et sur ceo mandons & commandons a nostre seneschall, nos ministres, & nous autres gentz de la dite duchie, que es choses desusdites soient obeissantz a nostre frere avantdit, & a son mandement, aussint come a nous mesmes.

En tesmoign de quel chose nous avons fait fere cestes lettres overtes, sealees de nostre seel.

Don’ a Cantirbir’, le primer jour del moys de Jener, l’an de Grace MCCXCIII.

Par auctorite & par la vertue des queles lettres, nous vous mandoms & commandoms que vous, & chascun de vous, a celui, ou a ceaux, qui pur le tresnoble prince, mon seignur Philipp, par la dite grace, Roi de France, vendront es parties de la dite duchie, pur prendre & avoir la sessine de doumeines & des jostices, ou meien, & sans meien, del dit nostre seignour le Roy & duc, es cites, & es chasteux, & es villes de la dite duchie, & avont & monstront, per lettres overtes del dit nostre seigneur le Roy de France, mandement a ce faire;

Et a ceaux, qui per eaux seront mis a gardier & tenir la dite seisine, obeissez, & faites obeir per toutz les bailliffs, provosts, chastellaines, e meires des citees e des villees, & par les autres souzmis de la dite duchiee de Guyenne;

Et ce faites en toutes maneres, come vos amez le profit, e le honor del dist nostre seigneur le Rey d’Engleterre.

Don’ a Paris’, lendemain de la Chandeleur, en l’an de nostre Seigneur MCCXCIII.

A.D.1294

Esmon, filz du Roy Henri d’Engleterre, a son chier cousin, monsire Johan de Saint Johan ehivaler, tenant en la duchee d’Acquitaine le lieu de nostre treschere seigneur & frere Edward, par la grace de DIEU, Roy d’Engleterre, seigneur d’Irland, & duc d’Aquitaine, saluz.

Les lettres overtes du dit nostre seigneur & frere nous avons receves, & entendues en ceste forme:

Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seigneur d’Irland, & due de Guyenne, a touz ceaux qui cestes presentes lettres verront ou orront, saluz.

Come Esmon, nostre chere frere, nous ait fait a savoir, que pleintes sont venues, qe nostre seneschal, e autres de nos genz de Gascoigne, eent fait plusors desobeisaunces, & plusours trespas a nostre treschere seigneur & cousin le Roi de France, & a ces ministres, la quel chose nous displet molt.

Nous, veillantz & desirantz que les choses soient adrescees & amendees a son honeur & a sa volente, a cestes chose faire & acomplir;

Donos & ottroions plein poer a nostre frere avantdit par cestes presentes lettres,

Et seur ce maundons & comandons a nostre seneschal, noz ministres, & a noz autres gentz de la dite duchee, que, ces choses desus dites soient obeissantz a nostre frere avantdit, & a son mandement ausint come a nous mesmes.

En tesmoigne de queu nous avoms fet fere cestes lettres patentes seales de nostre seal.

Done a Cantirbir’, le primer jour du mois de Jenuer, l’an de Grace MCCXCIII.

Et come li dit nostre sires Rois de France vuelle avoir en son arest, & en sa prison de la gent du dicte nostre seigneur le Roi d’Engleterre jusques a vint;

Et nous, par le poeir a nous donee es dites lettres, li aions promis que nous les ferons avoir;

Nous vous mandons & commandons estreitement si chere, come vous amez le bien du dit nostre seigneur & duc;

Que vous faites tant qee tuit cil, que li conestables vous nomers, des seneschaux, baillis, & prevestz, sergentz, & autres officiaus du dit nostre seigneur Roi & duc, jusques a vint, aillent en l’arrest, e en la prison du dit seigneur Roi de France, e la ou li dit conestables comandera, & ce ne lessiez en nule manere.

Don’ a Paris, ...... de la Chandeleur, en l’an de nostre Seigneur MCCXCIII.

Come moltz de traitiz eussent este entre le Roy de France & son conseil d’une part, e moy de par mon seigneur le Roi d’Engleterre, mon treschere seigneur & frere, d’autre: des quieux traitementz nous ne nous peumes accorder, avant qe la Royne Marie e la Royne Johanne ne prierent que joe repreisse les traitiz ovec elles; & jeo, ovec monsire Hugh de Ver, e maistre Johan de Lacy, repreismes les traitz ovec les dites Roynes apres molt de paroles, accordames entre elles & nous en tiel maner, c’est assavoir;

Que pour ceo, que le Roy de Fraunce se teneit a mal paiez d’auscunes desobeisaunces, que les gentz mon seigneur le Roi d’Engleterre lui deussent avoir faites en Gascoigne;

Que hom liurast as gentz le Roi de France, q’il lu envoirent, c’est assavoir Saintes, e Thalamond, e Turon, & Pumirol, & Penne, e Montflaukin, & l’autre terre lui devoit .... liurer.

Qu’il lu meist, par les lieus, un home ou deus; mas que la force demorast devers les gentz mon seigneur le Roy d’Engleterre.

Et que des gentz mon seigneur il preist en hostage tant come a li plerreit.

Et ces choses assomes, è ces obeissaunces faites, le Roi de Fraunce devoit faire repeler une somonse, qu’il avoit publieè en la Sale de Parys.

Et devoit rendre les avauntdiz chasteux, e les avauntdiz prisons, à la priere, è a la requeste des deux Roines desusdites.

Et devoit doner conduyt a mon seignur le Roy d’Angleterre, par ses lettres, e par gentz de son conseil, tiel come nous deviseroms, pur venir a Amyens a jour qui estoit accorde.

Et, quant cestes choses furent ensi acordees entre les dites Reynes è nous, nous demandoms seurte de choses desusdites.

E eles nous respondront, que eles se voleient conceillier seur l’escrit, e seur la seurte un jour ou deux.

E nous sortames, en feumes tout liez; car nous pensames qe eles ne se poeient conseillier, forsque au Roy, e a son conseil.

Achief de deux jours reporterent l’escrit, e disoient que l’escrit leur plensoit bien, e que eles ne voleint reins mettre, ne hostier:

E nous demanderent, quele seurte nous voliens avoir;

E nous leur deismes, que nous volions que l’escrit feust endente entre eles e nous; e que l’escrit, que nous averiens, feust merchiez de la maine la Royne Johanne; e celui, que eles duevient, feust merchiez de ma maine: e que eles nous fianssassent, par la foye de leur corps, a tenir les choses desusdites, s’il pleust a mon seigneur le Roi d’Engleterre.

E eles nous prierent respit jusques au matin.

E lendemaine fu lescrit endente, è merchiez, & leur fiaunces donnees en nostre maine, e nous envoiasmes monsire Hue de Ver, è maystre Johanne de Lacy, a mon seignur le Roy d’Engleterre, pur mustrier lui les choses desusdites.

E mon seignur le Roy d’Engleterre, pur la pees de la Cristiente, e pur la hast dou voiage d’outre mer, graunta toutes cestes choses, & veult encore, pur l’oneur le Roi de France sauver, e pur paier ceaux de son conseil, e pur tenier plus secrees les privees covenances, que une lettre, overte general, feust fait, que hom rendist au Roi de France toute la terre de Gascoigne a sa volunte.

E nous, qui ne nous teniens mie asseur des choses dessusdites, vouliens que le Roy de France nous asseurast les choses dessusdites de sa bouche.

Lequele vint en un chambre, ou moy, la Royne ma famme, monsire Hue de Ver, & maistre Johan de Lacy estoiens, e mena ove li le duc de Borgoine, e nous promist, sicome il estoit loiaux Roys, que il nous tendreit toutes cestes choses desusdites, en la presence des avant nomez, & repela la dite somonse a meismes leure, & puis la fist repeler par l’evesque d’Orliens en pleine sale, sicome elle fust fait.

Et tantost, apres cestes choses faites, envoiasmes nous mestre Johan de Lacy en Gascoigne, pur rendre as gentz le Roy de France la seisine de la terre, en la fourme desusdite.

Et le Roy y envoia le constable de France pur receiver la;

Lequele ne la veult en nulle manere receiver fors solonc la terre generale;

Toutes voies noz gentz ne voleient escraier countre lui, pour ceo q’il penserent qe ce serroit bien amende, solonc les covenaunces que furent faites;

A lui liurerent la terre aussi generalment come la ...... parloit;

Et puis lui liurerent des gentz de la terre en hostage, tiez & tants come conestable vouleit.

Quant cestes choses furent faites, nous venismes a le deux Roignes que eles priassent au Roi, que il nous donast conduct, pur mon seigneur le Roi, q’il rendust la terre & les prisons sicome il auvoit en covenane.

Et le dit Roi moi fist dire, en secreit, en la presence la dite dame Johanne, que joe ne fusse grevez de la dure respounce, que moi serroit fait devant ditz consaillers; pour ce que, apres le partir des ascuns de eux, que furunt contrairez en fait avantdit, il freit garder & acompler tout ceo que fuit ordenez.

Et puis moi fit estre responduz, devant seusditz conseillers, q’il ne rendreit pas la dite saisine.

Et puis a moi, demorant, pur meilour respouns avoir, finalment fust respondue, par les evesqes d’Orliens & de Tornay, que le Roy ne changeroit riens du dit respounse; & pour ce nul profist serroit plus longement luy sevre pur cele busoigne.

Et puis le Roy de France, trois mois & demy & plus, apres le jour a quele mon dit seigneur estoit somons, entra sa chambre, ou les causes des parlementz soleient estre pledez, & fit mon dit seigneur estre appellez a proclamation publique en sale, en tart eure, & de sa custume:

Et les gentz moun dit seigneur oians la dite proclamation, & venauns devant le Roi, molt sa merveilerent de ce, qe le Roi les manda respoundre as articles, contenus en la dite somounse;

Et disoient q’ils n’entendront pas que la dite busoigne serroit termine par play, mes par l’amiable traitiz susdist; pur ce que, solonc le dit traitis, la dite somonse fust repelee;

Par cele enchaison les sages, que furent venuz, pour mon dit seigneur, a son droit defendre en dite bussoigne, furent partes de la dite court;

E les ditz gentz prierent q’ils poent consailler tan qe a landemaine, & parler ove moi, & ove autres du consail mon dit seigneur, lors estoiauns en mesme la cure;

Et ce delaie ne poient avoir, que unqes mes fust veu estre niee, a riche ne, a poure, ja soit que la cause fusse petite.

Page 1_795

A.D.1294

Phelippe, par la grace de DIEU, Roy de France, nos faisons a savoir a tous, que mariage est parle, traite è acorde entre tres noble prince Edward, par la dite grace, Roy d’Angleterre, seigneur d’Irlande, e duc d’Aquitaine d’une part; e dame Margarite nostre chiere seur d’autres, selonc les covenances qui s’ensuient.

I. C’est a savoir que, s’il avient que la dite Margarite ait filh masle d’icely Roy d’Angleterre, icely filh, e li heyrs, descendens de son cors, e tuit li descendent des ditz descendens, de loiau mariage, soient de fieus ou de filles, auront tous jours en heritage, apres le deces du dit Roy d’Angleterre, la duchee de Aquitaine, e ses apurtenances.

II. E celi filh masle, e ses hoyrs de li descendent, è li descendentz des dits descendentz, soient de fieuz ou de filles, de loiau mariage, qui auront la dite duchee, seront tenus doner a chascune des filles, qui istront dudit Roy d’Angleterre e de la dite Margarite, a se marier, quarante mil livres de Tournois en deniers, pour terre, è pour toutes chouses, se li dis Roys ne avoit asseurees de mariage en sa vie; en tele maniere, que les dites filles se tiennent apayees, chascune des dictes quarante mil livres en deniers, a eles marier, pour terre, è pour toutes choses; è que eles, en aucune cas, ne puissent riens plus demander, ni avoir en la terre, ni en l’heritage de ladite duchee;

Sauf loyale escheute, s’il avenoit, que ja a DIEU ne plaise, que le Roy d’Angleterre mourust sans autres descendentz de li, ou descendentz des descendentz.

III. E est traite e acorde au devauntdit cas, au quel i aura filh, ou hoyrs, masles ou femelles, descendens du dit filh, de loiau mariage, qui li dit filh, e tuit filh, qui seroit de li descendentz, de loyau mariage, e seront duc de la dite duchee, a la requeste du Roy d’Angleterre, qui adonc sera, seront tenus de faire, e feront en la dite duchee serement, une foiz, a chascune muance chascune Roy d’Angleterre, è de chascun duc d’Aquitaine, que il aideront au dit Roy d’Angleterre, aus guerres e aus besoignes, que il aura, par rayson de son royaume, e de ses seigniories, dedans le royaume, ou dehors, de avenant secours de gens d’armes, è de nes, è d’autres vaisseaux de Baionne, avec la garniture, que mestier y aura, es costages, è gages avenant dudit Roy d’Angleterre;

Mais que ce ne soit contre le Roy de France, dedans ses terres, ne dehors ne contre home de ses royaumes, ne dedans ses royaumes;

E en tele maniere que, s’il avenoit que, au tans, au quel li Roys d’Angleterre requerroit, ou feroit requerre le dit duc dou dit secours, ou de la dite ayde, que li Roys de France eust mestier dou service, e dou secours du dit duc, es besoignes ees guerres, que si meisme Roys auroit par rayson de ses royaumes, dedans e dehors, e requit le dit due, que li aidast; que lors le dit duc fust excuse de fere le dit secours audit Roy d’Angleterre, jusques a tant que il eust ayde icele foiz le Roy de France.

IV. Et outre ce le dit duc, e ses hoyrs seront tenu de jurer au dit serement, qe ils ne feront alliance contre le Roy d’Angleterre, ne ses hoyrs Roys d’Angleterre, ne contre eus ne seront en nul cas, quant as besoignes e as guerres, que li dits Roy d’Angleterre auront, ou pourront avoir, pour rayson de leur royaume, e de leurs terres, e de leurs seignories, dedenz e dehors.

Sauvees e exceptes les besoignes e les guerres, que li Roys de France aura pour rayson de ses royaumes, e de ses terres, dedans e dehors.

V. E nous e nos hoirs Rois de France seront tenu de destreindre le dit duc, e ses heirs, ducs d’Aquitaine, a ferre le dit serement en la maniere dessus dite, a la requeste dou Roy d’Angleterre, qui lors sera, ou de son mandement.

VI. E s’il avenoit que li dit fiuz masles, qui auroit, ou deuroit avoir la dite duchee, selonc l’ordonance desus dite, mourust sans hoyr descendent de son cors, de loiau mariage;

Ou, se il avoit hoyr ou hoyrs descendentz de son cors, e tus li dit hoyrs, e toute la issue, de masles e de femeles, descendens dudit filh, de loiau mariage, morussent en aucun tans;

La dite duchee, avecques ses apartenances, retourne a celi, ou a cele, qui adonc sera hoyrs du royaume d’Angleterre, sans grief, e sans outrageus amenuissementz de la dite duchee;

Combien qe celi hoyrs d’Angleterre, qui lors sera, soit en longtain degre de lignage, de la persone dou duc, ou de la duchesse d’Aquitaine, de la descendue dou dit filh masle, dont la dite duchee deuvra retourner au Roy d’Angleterre, qui lors sera, selonc la forme desus dite, sauf nostre droyt royal en cas de forfaiture, se ele avenoit.

VII. E s’il avenoit que la dite Margarite eit fille ou fille dudit Roy d’Angleterre, e que ele n’en eit nul filh masle, que chascune des dites filles eit, a li marier quarante mil livrees de Tournois noirs en deniers, pour terre, e pour toutes chouses sur la dite duchee, se li dit Roy ne les avoit asseurees de mariage en sa vie;

E que les dites filles, ne aucunes d’eles ne puissent aucune autre chouse demander, ni avoir par succession, ne par escheutte, ne en aucune autre maniere en la dite duchee, ne en ses appartenances;

Qui, en ce cas, apres le deces dou dit Roy d’Angleterre, demure aus hoyrs masles, ou femeles Roys d’Angleterre, come parrie de France.

VIII. Derechef il est traite e acorde, que ladite Marguerite, apres le mariage doudit Roy d’Angleterre e de la dit Margarite fait e accomply, aura en doaire, apres le deces du dit Roy d’Angleterre, quinze mil livres de Tournois noirs, tant seulement chascun an a sa vie, sur la dite duchee, si ainsy avient qu’ele eit dudit Roy d’Angleterre filh masle, ou que il ne demourast hoyr masle de celi filh, qui survive le meisme Roy d’Angleterre.

IX. E si ainsy estoit qu’ele ne eit filh masle dudit Roy d’Angleterre, ne que il demeurast hoyrs masles de ce, li filh qui le meisme Roy survequist, e que ele eit filh eu filles, ou que ele ne eit filh ne fille, ele aura en doaire, apres le deces dudit Roy d’Angleterre, vingt mil livres de Tournois, sans plus, chascun an a sa vie, sur la dite duche.

X. Pour lequel doaire ele aura toute la terre, que le dit Roy d’Angleterre a en Xaintonge, e la terre de la isle de Oleron, e les chasteaus e Chastellenies de Blanchefon, è de Sainct Machayre, selonc que les dites terres seront prises a droyte valour de chacun an; e le remaignant ele aura sur les peages de Bordeaus, ou de Marmande, ou sur ambedeux.

XI. E, outre ce, la dite Margarite, apres le deces doudit Roy d’Angleterre tant, sans plus; come ele demoura sans baron, aura la garde, la tutele, e le bailh doudit filh masle, quant a la dite duchee, sans plus, jusques a tant que le ditz fiuz masle soit de quinze ans accomplis.

XII. E, se il avenoit que DIEU sist son commandement de celi filh masle, apres le deces dou meisme filh, e dou Roy d’Angleterre, la dite Margarite aura, par meisme maniere, la garde, la tutele, e la bailh del hoyr masle ou femelle, descendent dou dit filh masle, par loiau mariage, qui devra avoir la dite duchee, selonc la forme desus dite; jusques a tant que li ditz hoyrs, qui devra avoir la dite duchee, selonc la forme desus dite, soit de quinze ans accomplis.

XIII. E, durant le dit bailh, e cas desusdit, e en chacun d’eus, la dite Margarite aura, par rayson de la dite garde, e de la dite tutele, e du dit bailh, touz les fruitz, e toutez les yssues de la dite duchee, en tele maniere que en ce soit contenu son doaire, durant le dit bailh: e que ele soit tenue de faire au Roy d’Angleterre, qui adonc sera, le serement desusdit, pour le tans du dit bailh, e que, des dits fruitz e yssues, ele face e complice les despens, de garder e de soustenir les chasteus, e les forteresses, e les maisons du domaine de la dite duchee; e les despens de mener, é de maintenir touz les pleytz de la dite duchee; e de payer toutes les autres charges, queles queles soient, les queles aviendront e seront a faire par rayson dou tans dou dit bailh; sauf e excepte qu’ele ne soit tenue des quarante mil livres desus dites, les queles doivent estre donnees a chascune des files, dou dit mariage, a eles marier, selonc que il est desus dit: e que, finy le dit bailh, en la maniere desus dite, ele ne puisse demander rien, par nule costume, ni par nul usage d’aucun royaume, ne d’aucune terre, fors tant seulement le dit doayre a sa vie, selonc le cas, qui aviendra de filh ou de fille, e come il est desus plainement ordonne.

XIV. E nos, pour grace, e pour favor dou dit mariage, e des dites covenances, e conseil, e pleniere deliberation sur les choses, qui s’ensuient, de nostre certaine science, par autorite de nostre plenier pooir royal, octoroyns e donnons, de nostre especiale grace, au dit Roy d’Angleterre, a toute sa vie, au dit filh masle, qui istra de li e de la dite Margarite, e a touz les hoyrs, qui descendront dou cors dou dit filh, de loyau mariage, e qui seront duc d’Aquitaine, selonc les covenances desus dites, tout le droyt de propriete, e de saysine, que nous devons avoir, en aucuns maniere, en la garde, en la obeissance, e en la souverenete, sans meicin, de toutes les eglises cathedraus, e autres eglises, reguliers e seculiers, collegiees e non collegiees, soit chef ou membre, e de persones, de possessions, e de autre chouse de sainte eglise, les queles eglises, persones, possessions, e autres chouses de saint eglise, sont, e seront dedens les termes, ou dedens les bornes de la duchee d’Aquitaine desus dite: e specialement des eglises cathedraus e non cathedraus, religieuses e seculieres, collegiees e non collegiees, des citez, des eveschez, e des provinces de Bordeaus e de Aux: e des persones, des biens, e des chouses de sainte eglise, qui sont, e seront ez dites citez, eveschez, e provinces, dedens les termes, e dedens les bornes de la seignorie; e des fiez, e des rerefiez de la dite duchee d’Aquitaine;

Exceptees celes, aus queles les Roys de France, ou aucun d’eus ont octroye par chartres, ou par lettres souffisans, que ils ne les mettront hors de leur main.

XV. E de celes meismes, qui seront trouvees privilegiees, de tel privilege si li dit Roy d’Angleterre, ou suy hoyr desus dit, i cuidont avoir rayson, ou par ce que eles ayent autres fois obei a luy, ou en autre maniere, nos, a la requeste du Roy d’Angleterre, ou de son mandement, en ferons savoir de plain, e sans delay, la verite; e lour en ferons droyt, tout de plain, e sans delay, si hastivement come nous pourrions selonc la qualite de la besoigne;

Sauf e retenu a nous, & nos hoyrs Roys de France, le ressort de la court du dit duc, a la nostre, e l’autre soverinete royal, tele come nous l’avons sur les autres pers de France, e sour leurs sougies;

E exceptees, de cet nostre octroye e don, les eglises des troys citez e eveschies, c’est a savoir, de Lymoges, de Caercin, e de Perigorc; es queles nous ne entendoms, par ce nostre octroy, doner ni octroyer nul nouvel droyt au dit Roy d’Angleterre, duc d’Aquitaine, ne a ses hoyrs desus dits;

Mais, se il a droyt en autre maniere, bien lui soit sauf; e de ce nous li ferons avoir son droyt, tout de plain sans delay, si hastivement come nous pourrons, selonc la qualite de la bosoigne.

XVI. E encore, par la grace, e pour la favour dit mariage, e des dites convenances, ottroions nos, e donons, de nostre especiale grace, au dit Roy d’Angleterre, a toute sa vie, e au dit filh masle, e a tous ces hoyrs desus dits, dues d’Aquitaine, que tout cil, de queleque condition ou estat que ils soient, qui apeleront, de la court doudit duc, de mauvais ou faus jugement, ou de deffaut de droyt, ou en outre maniere a nous, ou a nostre court, l’apeau pendant, ne seront exempt de la jurisdiction, ni de l’obeissance dudit duc, ne de ses seneschaus, ne de ses autres bailiffs;

Page 1_796

Fors, sans plus, e tant seulement, en la cause, ou en la querele principal, e ez chouses dependantes de cele cause, ou quels principal, en la quele apeaus aura este faitz de la court doudit duc a la nostre, soit que la terre de la dite duchee, dont si apeaus seront faitz a nos ou a nostre court, se gouverns par droit escrit, ou par costume.

XVII. E en cele meisme maniere, pour la grace, e pour la favor desus dites, nous octroions, e donnons, de nostre especial grace, au dit Roy d’Angleterre, a toute sa vie, e au dit filh masle, & a touz ses hoyrs desus dits, que en queleque maniere le dit duc d’Aquitaine, ou leur lieutenant, ou leur seneschal, ou aucun leur autre souzsenechal, cheent, ou soient convaincus en nostre court, en l’instance de qui que ce soit, ou de queleque condition ou estat que il soit, sur cas de apeau fait a nous, ou a nostre court, de mauvais, ou faus, ou iniq jugement; ou de defaute de droit, ou d’aucun autre apel des terres de la dite duchee, qui sont governees par costumez, que il pour ce n’en cheent, ne puissent encheoir envers nous, ne envers nos hoyrs, Roys de France, en aucune forfeiture d’aucun droit de heritage perpetuelement, ni a aucuns tans;

Mais que li ditz ducs, quand tel cas avendra, soit punis, tant come a nous apartendra, en tant come vaudront li fruit d’un an de cele chouse principal, qui aura este mise en pleit a la court dou dit duc, ou de son seneschal, ou d’aucun son souzsenechal, ou d’aucun autre sont souzmis, e du quel pleit li apeaus aura este faitz ou pursuitz a nostre court, selonc se que lu dite valoue des ditz fruitz d’un an, au maundement de nous, ou de nos hoyrs, Roys de France, sera trouvee par la verite de sis bons homes, jurez de ces parties ou la chouse principal sera, sans autre solempnite de enqueste.

XVIII. E se li pleitz principaus, qui sera, ou aura este en la court doudit duc, ou de ses souzmis, des terres de la dite duchee, qui sont governees par costumes, soit de choses meuebles, ou soi mouventz, ou de dettes:

Que, si en tel cas, le dit duc, ou son seneschal, ou son souz seneschal; chee, ou soit convaincu en nostre court de apel fait a la meisme cour que il soit puniz en la disieme partie de la value de la querele principal, en la quele, ou de la queli apeaus aura este faitz, ou poursuit de la court dou dit duc a la nostre.

XIX. E se li pleitz principaus, qui sera, ou aurra este en la court dou dit duc, ou de ses souzmis, des terres de la dite duchee, qui sont gouvernees par costumes; dou quel, ou u quel pleitz apeaus aura este faitz a nous, ou a nostre cour, ne soie mie de meuebles, ne de dettes, ne de chouses de heritages, qui ayent ou facent fruitz; eins soit de droitures, ou de servitutes, ou de autres chouses, les queles legierement ne poent estre estimees;

En tel cas li ditz ducs Aquitaine, quant il, ou son seneschal, ou souzseneschal cherra en nostre court de apel, fait de sa court a la nostre, soit punis en deniers a l’arbitre, e a la taxatio de nous, de nostre court, e de nos hoyrs Roys de France.

XX. E, par semblable maniere, quant il avendra que li souzmis dou dit duc, ou aucun autre, de quele que condicion ou estat que il soient, auront apele, ou diront qu’il auront apele a nostre court dou dit duc d’Aquitanie, ou de son seneschal, ou de son souzseneschal, ez terres de la dite duchee, qui sont governees par costumes, e il cherront de leur apel par jugement de nostre court, e ne poursuiront l’apel qu’il auront fait a nous, ou a nostre court;

Que les ditz ducs d’Aquitaine les puisse punir, selonc les manieres dessus dites, c’est a savoir;

En la valour des fruitz d’un de la chouse qui aura este mise en pleit principal, selonc ce que a son mandement, ou de son seneschal sera trovee la veritez, par sis bons homes, jurez de ces parties.

E en la disieme partie de la querele principal, quant ele sera de meueble ou de dettes;

E a son arbitre, ou de son seneschal, ou de son souzseneschal, quant la querele principal sera de chouses qui legierement ne poent estre estimees, selonc ce qu’il est plus pleinerement dit par desus, en l’article dou punissement du duc d’Aquitaine, en tant quant a nous afiert.

XXI. E quant aucuns des dits apelans seront nostres souzmis, e ne seront mie souzmis dou dit duc d’Aquitaine;

Nous feroms, en ce cas, le dit duc joir de son droit, quant a la droiture de la dite amende dou dit apel;

XXII. E quant le dit apel auront este fait, e poursui a la nostre court de la court dou dit duc, ez terres, ou des terres de la dite duchee, qui sont governees par droit escrit;

Nous voulons & octroions que, quant au punissement du dit duc, envers nous, e nos hoyrs;

E des souzmis dou dit duc envers le meisme duc;

Soit gardez li droitz escritz.

XXIII. E ces trois articles desus dits, c’est a savoir, de la garde, de la obeissance, e de souverainete des eglises; e des persones, e des chouses de sainte eglise, e de la exemption des forfaitures, e des amendes des apeauz;

Nous octroyons e danons, par meisme maniere, a Edvard, filh qui ore est du dit Roy d’Angleterre, a toute la vie dou meisme filh, se il avenoit que la dite duchee d’Aquitaine, apres la mort dou dit Roy son pere, li demourast, ou li retournast, selonc les cas desus devisez e acordez.

XXIV. E cest ottroy, è dou des dits trois articles, en la maniere desus dite, nous faisons;

Non contrestant que l’om deist, ou peust dire que les costumes, li usages, ou li droits de nous, ou de nostre court, e des terres de la dite duche, fuissent tout autre divers ou contraire ez troys articles desus ditz.

XXV. E, en tele maniere, que apres le deces du dit Roy d’Angleterre, e de Edward son filh, e de toute la descendue dou devant dit filh masle, qui istra dou dit Roy e de la dite Margarite, qui ja ne aviegne:

Ce nostre octroy e don des troys articles desusdit tourne a nient, e ne eit point de valour, quant au tans apres suivant;

E que, de ileques en avant, nous e nostre successour, Roys de France, puissions user, e esploitier es ditz troys articles tout nostre droit contre le duc d’Aquitaine qui adonc sera;

Save e retenue a dit Roy d’Angleterre, e a tous ses successeurs, ducs d’Aquitaine, tout le droit, e toute la rayson, qui li dits Roys, ey su successeur, duc d’Aquitaine, per de France, par rayson de la dite duchee, ont, ou pouvent avoir, si come li dits Roys, e ducs diont, par droit comun, ou en autre maniere ez troys articles desus dits, quant a propriete, ou quant a saysine;

Au quel droit du dit duc nous volons que nul prejudice ne soit faitz, par ce que le dit Roy d’Angleterre, pour soy, e pour ses successeurs, ducs d’Aquitaine, en la maniere desus dite, prend de nous en don, de nostre grace especiale, l’ottroy e don des trois articles desusdits, c’est a savoir des gardes de la obeissance, e de la soverente des eglises, de la exemption, e de la maniere dou punissement des apelans.

XXVI. Derechef, pour la grace, e pour la favor desusdites, nos, pour nous, e pour nos hoyrs, Roys de France, octroyons e promettons que nous ne souffirirons, e, a la requeste dou Roy de Angleterre, qui ore est, e qui de cy en avant sera, deffendrons e ferons, que nul, de nos royaumes, n’aille a armes contre le Roy d’Angleterre, en aucune de ses terres; se n’estoit pour apert contentz qui fust entre le Roy d’Angleterre e nous, ou noz hoyrs Roys de France, ce que ja DIEX ne vueille.

XXVII. E nos voulons, que si ez chouses devant dites soyent aucunes chouses troubles ou douteuses, que eles soyent entendues e esclaircies, selon bone foy, en nostre presence, e des plus grande de nostre conseil.

E nous, pour nous, e pour tous nos hoyrs Roys de France, promettons que nous garderons, e tiendrons, e ferons tenir les covenances ces chouses toutes, e sengles desus dites; les queles nous voulons de nostre certaine science, que ayent valour e fermete, e ne puissent estre enfraintes par defait de solempnite, de droit, ou de costume, ne en aucune autre maniere.

E pour plus grande fermete nous y mettons nostre autorite e nostre decret.

En tesmoin de ce nous avons fait seller ces lettres de nostre seel.

Ce fut fait a Paris, en lan nostre Seigneur mil deux cents quatre vingts, treize; au mois de Fevrier.

Page 1_797

A.D.1294

Edward, par la grace de DIEU, Roy d’Engleterre, seigneur d’Irlande, & duc d’Aquitaine, a ses feauz & leauz, Henry de Lacy conte de Nicole, tenant son leu en Gascoigne, & a Johan de Saint Johan, son seneschal en celes parties, salut.

Sachez que luy nobles homme, le conte Flandre, marchis de Namur, nostre chier amys, a la requeste des marchands & des mariners de Espaigne, e de Portugal, nous ad prie & requis qe, pour le profist de nos, & de luy, & de nos terres;

Vousissons donner sauf conduit a eus, en alant, venant, & demorant, & marchandant par nostre roialme, a durer jusque a la quinzieme de la saint Michel procheint venant:

Car il prieroit au Rois d’Espaigne & de Portugal, q’il autiel conduit donassent as gentz de nostre roialme & de nos terres:

Et, pour ceo, que nous savons bien, que ceo seroit profitable chose, que pees se feist entre les noz, & les gentz de celes parties:

Nous vous mandoms que vous apelees a vos ceus de Bayone, leur monstrer ceste chose:

Et puis envoiez as Roys avantditz d’Espaigne & de Portugal, pour sauer moun s’il le voillent aussint; & s’il le voillent, facent autieles lettres, pour nos gentz, come nous avoms grante, pour les lour.

Les queles lettres nous avoms envoies au dit conte de Flandre, par l’evesque de Cestr’ notre tresorer, & les queles doivent demorer en la main le conte de Flandre, ou du dit tresorer jusques a tant que hom sache si ceo soit la volunte des avantdiz Roys:

La quele seuwe, & leurs lettres euwes sur ceo, nous voloms que vos facez crier la triwe de ceus d’Espaigne & de Portugal, pour eus & pour leur biens, & pour leur merchandises, a durer al terme avantdit:

E adonk voloms que nos lettres desusdites soient baillees as marchandz d’Espaigne & de Portugal.

Nous vous enveoms le transcript de la lettre, laquele nous avoms faite as marchandz d’Espagne & de Portugal; pour ceo que vous peussez saver quelle lettre vous devez aver des avantditz Roys, pour nos gentz.

Donees a Seint Auban, le xvii. jour de Feverer, anno, &c.

Page 1_798

A.D.1294

Le Roy salve tote gent. Come li nobles hom Henri, counte de Bar, eyt dowe nostre chere fille Alianore, countasse de Bar, sa compaigne, de son chastel de Bar, e de la chastellerie, e de totes les aportenaunces;

De Seint Mihiel, Keure, e de la chastellerie de Eymunyhiel, e de les aportenaunces;

De Mousuns, de la ville du Pount, de Toron, e de les chastelleries ove les aportenaunces;

De Briey, Censey, e de les chastelleries ove les apurtenaunces;

De Sachenay, Broanues, e de la chastellerie de Sachenay ove les aportenaunces, entierement sans riens retenir:

E ensement nous eyt graunte, e asseure qe, si trove seyt, par leal estente, laquele nous feroms faire par nos genz, qe nous hi enviroms a ceo faire, qi les terres, avaunt nomees, ne vaillent 15,000 livres de Turneys par an, qe de tant de terre, come faudra de cele summe, en leu covenable, nous feffera la hu nos genz avant nomees verront qe mieuz seyt a faire, selonc ceo qe plus pleinement est contenu en la lettre le counte avantdit.

Nous, a les choses avantdites parfaire en nostre noun, e a totes les choses acomplir si com avantdit est, avoms assigne nos chiers & leals, Guy Ferre, mestre Jehan Lovel, Eustache de Hacche, & Oubern de Espadyngton; ensi qe els touz, ou treis, ou les deus, qi seront present, les choses avantdites facent, solonc ceo q’il verront qe mieuz seit afaire en la fourme avauntdite.

En tesmoignance de cestes choses nous avoms fait faire cestes nos lettres patentes.

Done a Cantebir’, le xv. jour d’Auril.

A.D.1294

Le Roy salve tote gent. Sachiez qe nous avioms assignez, e establi nos chiers e nos leals, Guy Ferr, e mestre Johan Lovel, a receivre, en nostre noun, la seisine de terres, chastels, chastelleries, e villes, ove totes les appurtenaunces, de quels li noble hom Henri, counte de Bar nous feffera; ensi qi les deus, ou le un de eaus, qi serra present, la seisine receivent en nostre noun.

E qe eaus, ou un de eaus, mettent baillifs & gardeyns a meismes celes terres, chastells, chastelleries, & villes garder en nostre noun, e a nous respondre des issues, e des levees de meismes celes terres, chastels, chastelleries, e villes, solonc ceo q’il verront qi mieuz seyt a faire pur nous.

Par quoy nous prioms e maundoms a touz les soutzims des terres, chastels, chastelleries, e villes, qi ensi nous serront baillez par le feffement del counte avauntdit, qe a meismes cels Guy & mestre Johan, ou al un de eaus, e a cels, qi par eaus deus, ou par un de eaus a celes terres, chastels chastelleries e viles garder serront assignez, entendaunz seyent, e respoignaunz en la fourme avauntdite.

En tesmoygnance de cestes choses, &c.

Done a Cantirber, le xv. jour d’Auril.

Page 1_800

A.D.1294

A treshaut & trespuissant prince, son tres chier & tres ame seigneur & cousin, se illi plait, Edovart, par la grace de DIEU, Roy d’Engleterre, seigneur d’Irlande, & duc d’Aquitaine, Blanche, jadis fille du Roy de France, salut & vraie amour, & tant come elle puet d’amour & de reverence.

Treschier sire cousin, je aie grant devotion au convent des freres meneurs de Paris: & les diz freres, aient a fere aus executeurs de frere Johan de Peschan, jadis arcevesque de Cantorbire pour aucunes choses, qu’il doivent avoir de li;

Je vous pri, tant come je puis, que vous les diz freres veilliez aidier, a leur beson, en tele maniere, tres douz sires, que il diz convent sente que ma priere li ait valu envers vous.

Li douz JEHU vous gart, l’ame & le cors, en bone prosperite, par sa bonte.

Donne a Poissy, le vendredi apres les huitienes de Pasques.

A.D.1294

A de primes, prie le Rey de Escoce au Rey de Engleterre, ke y ly voyle grace fere de soun relef, de la terre, ke fu a sa mere en Escoce.

A cest article respond le Rey en ceste manere: ke yl at trovee, e ceos roilles, par enqueste fete, ke le relef des terres le Roy de Escoce, ke furent a sa mere en Escoce, amounte 3289 l. 14 s.

Dount le Roy de Engleterre at relessee au Rey de Escoce 3000 l. e del remanant ly at yl graunte termes a paer, par an xl l. jeke taunt ke ceste dette seyt parpaee: ceo est a saver la moyte a la feste Seyn Michel, e l’autre moyte a la Paske: la primer terme comensaunt a la feste Seyn Michel, ke vendre prochyn.

La secund article est, ke le Rey de Escoce prie au Rey de Engleterre, ke yly voyle grace fere des arrerages, e des dettes du reaume de Escoce, ke ne sount pas assignez.

A ceo respond le Rey de Engleterre; qe yl at assingnee le avauntditz arrerages è dettes a plusoms gens, issi ke ren ne est remys, a ceo ke yl entent; e, sy ren seyt remys, ceo est mout peu.

Le tierz article est, ke yl prie au Rey de Engleterre, ke yl voyle fere alower les tayles, ke yl at de la dette, ke ly est demaundee a le eschekere de Loundres, e les brefs ke furent emieez, par le Rey Henry, a sire Johan de Balyol, soun pere, taunt com yl fu vescounte de Notingham; des queles yl ne peut aver alouance a le eschekere, saunz les allouances de la chauncelerye: e prie le Rey ke la dette seyt puree; e, quant ele serra puree, ke ele seyt estalee.

A ceo respound le Rey de Engleterre; e dit ke totes choses, ke fusent alowables, fusent alowez:

E, sour ceo, maunda le Rey sire Willame de Hameltone a la eschekere, pour sourveer celes bosoyoes, e pur fere alower quant ke yl veyt, ke fut alowiable par resoun, ausi ben des brefs cum des tayles; e quant la dettee serra puree, ke yl feyst asaver a luy la certeyne sume, e sour ceo yl dirreyt sa voluntee.

E sire Williame y ala, a les comaundemenz le Re, a la chekere, & sercha les roules en presence le seneschal de Federingeye, e revynt au Roy, e nuncia ke la dette trouee e pouree de voyr, amounta a m......

Lequele dette le Rey at estalee en ceste manere, ke la dette seyt

Page 1_801

paee, par an 40 l. a les termes avant nomez, jeke taunt ke l’avant dite dette seyt parpaee.

Le quart article est, ke meme le Rey de Escoce prie au Rey de Engleterre, ke le debat entre la terre de Haudene e Barham, seyt terminee par les leys e les usages de la Marche, &c.

A ceo respound le Rey de Engleterre, e dit; ke yl entend ke cel debat at este autrefet manyee; e cet, ke fest fu a cel ovre, est enroule; dount yl fra voer cees roules: esquant yl avera veu ceos roules, yl fra a saver au Rey de Escoce sa voluntee.

Le quint article est, ke le Rey de Escoce prie au Rey de Engleterre, ke yl y feyt aver le transescrit de acountes, renduz a Birewik, e a Rokesburg.

A ceo respound le Rey; e commanda a sire Wauter de Langetone, son tresorer, ke yl ne feyt aver le transescrit:

E sire Wauter dit ke yl ne furent pas de tout escrit; mes a plus tost, qe yl serroyent escritz, yl nous delivereyt.

Pour que nous avom lesse pour rescyvere le transecrist sire Huge de Evere, e Johan seneschal de Foderingeye; e, a plus tost, ke yl seyent deliveres a eus, yl onnerunt a vestre hautesse.

Endroyt de la somounse Johan le Mazoun; le Rey respoundi ke Johan est mort, e ke accyoun est nule.

In hujus rei testimonium nos Alexander de Balliol, camerarius Scotiæ, & Hugo de Ever, milites, qui istis responsionibus interfuimus præsentes, huic cedulæ sigilla nostra apposuimus.

Dat’ London’, die Jovis in octav’ Ascensionis Domini, anno Gratiæ, millesimo ducentesimo nonagesimo tertio.

Sub sigillis prædict’ Alexand’ de Balliolo, et Hug’ de Ever, rubei coloris, pendentibus à caudis pergam’.

Page 1_807

A.D.1294

Nos messages dirrount au Roy de France, nostre seigneur le Roy d’Engleterre, seignur d’Irlande, & ducs d’Aquitaigne, vous fist homage sur condicion; c’est asavoir solonc fourme de la pees, fait entre voz auncestres & les soens, laquele vous ne lui avez tenuz:

Et d’autre part, pur les conteks & riotes, q’ount este entre voz genz & les soens, apeser, secretz tratiz, que ount este entre vous & lui, par monsire Edmound soun frere, sicome bien vous doit souvenir; en les queux traitiz estoiet certeins covenantz, lex queux ne lui sount gardez en nul point, tout soit q’il vous a fait obeisaunce outre la fourme de ce traitz:

Et pui, sire, si vous ad fait deux foiz requere, par l’avantdit soun frere; & la tierce foiz par ascun des paers de Fraunce, & par autres grantz seigneurs de vostre roialme; que sa terre de la duchee d’Aquitaine lui fust rendue, & sa gent, que sount en vestre arrest, deliveree: des queux riens ne lui avez fait.

Parount y lui semble que vous ne lui tenez pas pur vestre homme, ne il n’entent estre.

Page 1_808

A.D.1294

Edward, &c. a noble hom, Johan, par mesme la grace, ducs de Lother, Braybant & de Leynburg, sun chier fiux, saluz.

Nous vous prioms que les xxii. M. li. d’esterling, les queux nous enveasmes, n’adguers oveque vous, en la flote en vos partyes: e les queux nous avoms ordene pur faire paements as gentz de Sauvoye, e de Burgoyne, e de celes partyes, pur ayder a nostre guerre contre le Roy de France;

Facez liverer a ceux, ou a celi, qi les voudra demander depar nostre cosyn, le ...... conte de Sauvoye; e qi sur ceo vous porteront, ou portera ses lettres overtes.

En tesmoigne de ceste chose, nous vous enveoms cestes nos lettres overtes.

Donees a Portesmue le xiii. jour d’Aust.

A.D.1294

Edward, &c. a son chier clerk, Robert de Segre, saluz. Nous vous mandoms qe les xxii. M. li. d’esterling, les queux nous vous feismes bailler, pur faire paer as gents a armes de Sauvoye, de Burgoigne, e de celes parties, pur ayder a nostre guerre contre le Roy de France.

Facez liverer a ceux, ou a celui, qi les voudra demaunder depar nostre cousyn, le conte de Sauvoye: e qi sur ceo porteront, ou portera ses lettres overtes.

E qe vous mesmes aillez jusqes au conte, pur ver mon qe les paement, e les choses se facent en la manere, qe feut devisee, selonc la forme contenue en roule endente, le quel mon sire Leewys ad.

E fetes, en totes choses, ceo qe le conte vous commandera, e ceo ne lessetz.

En tesmoigne, &c.

Donees, &c. ut supra.

Page 1_820

A.D.1295

Fait a remembrer q’il est acovenu e acordei, entre le Roy Edward d’Engleterre d’une part, e Johan duk de Lother de Brabant, e de Lembourch d’autre part, sur sa demeure, ove le dit Roy, en sa guere contre le Roy de France, en la forme que s’ensuit, c’est assavoir.

I. Que meisme le duk doit servir au dit Roy d’Engleterre, contre le dit Roy de France, ove deus mile homes a chyval, armeis de fer, par demi an, pur cent e sessante mile livres de Turnois noirs pur totes choses: sauve les chevaus d’armes, les quels devient estre rendu, en quel manere q’il soient perduz apres ceo qil serront prisez, e le dit Roy d’Engleterre doit envoier la pur les faire priser.

II. E si le dit duk, ou nul de ses gentz desusdiz soient pris, li devantdit Roys d’Engleterre les reindera par prisons, ou par pees, ou en àutre manere, sicome il porra bonement.

III. E doit commencier le demi an si tost, come le dit duk se partira de son pays, en alaunt vers la dite gerre, par le mandement le dit Roy d’Engleterre.

IV. E si tost come il serra ensi departis de son pays, s’il avenoit ke li Roy d’Engleterre le contremandast, li soit alloue renablement sons despens, sicome serra assentu entre le dit Roy d’Engleterre e le devantdit duk; ou par deus proud omes, assignez depar eus deus.

V. E dovient estres paiez les devantdiz deniers au termes, qe serront accordiez a Londre entre le dit duk, e ses gentz d’une part, e le evesque de Ely, e le evesque de Baa, tresorer le dit Roy d’Engleterre, e Gautier de Langeton d’autre part.

VI. E, si pees y avenoit, par aucune aventure, entre les dis Roys, mesme le Roy d’Engleterre allovera au dit duk des deniers, quil aura ensy receuz, ce quil verra qe face afaire pur les mises quil en aura faites, par l’ordenement de deus prod omes avantdiz.

VII. E, a toutez ces choses faire, li dit duk oblige lui, e totes ses terres, e tous ses biens, a la destresce del eglise de Rome, e du Roy de Alemaigne, qui en tens serra.

VIII. E, estre ceo, il adjure, corporal serment, sur seintes Ewangiles, a toutes ces choses gardier, e tenir en touz poinz, en la forme avantdite.

En tesmoignance des choses avantdites, le ditz Roy e le dus ont mis lour seaus a cest escrit endente.

Don a Lammays, en l’Isle de Anglesey, le xxiii. jour du mois d’Auril, l’an de Grace mil, deuz cens, nonante quint.

A.D.1295

A touz ceux, qui cestes lettres verront ou orront, Walerain, sires de Montjoye e de Faukemont, saluz en DIEU.

Sachez nous estre demorez ove le noble prince, Edward Roy d’Engleterre, pur la value de trois centz livres de Torneis noirs en esterlinges; les queuz il nous ad grante, par ses lettres overtes, a receivre par an, a son escheker de Westmonsteir, a tote nostre vie.

E sur ceo li avoms fait homage e foiaute, pur li loiaument servir a nostre poer, e consailler.

En tesmoignance des queux choses nous avoms mis nostre seal a cest escrit.

Don a Lammays, en l’Isle de Angleseye, le xxiv. jour du moys d’Averil, l’an de Grace mil ducentz nonant quint.

A.D.1295

A touz ceux, qi cestes lettres verront ou orront, Johan sires de Cuck, saluz en DIEU.

Sachez nous estre demorez ove le noble prince, Edward Roy d’Engleterre, pur la value de deus cent livres de Torneis noirs en esterlinges; les queux il nous ad grante, par ses lettres overtes, a receivre par an, a son escheker de Westmonstier, a tote nostre vie.

E sur ceo lui avoms fait homage e foiaute, pur li loiaument servir a nostre poer, e consailler.

En tesmoignance de queux choses, nous avoms mis nostre seal a cest escrit.

Done a Lammays, en l’Isle de Angleseye, le xxvi. jour du moys d’Averil, l’an de Grace mill ducentz nonant quint.

Page 1_822

A.D.1295

A touz ceuz, qi cestes lettres verront, Johan, par la grace de DIEU, Roi d’Escoce, saluz en nostre Seigneur.

Sache vostre universite qe nous feisoms & ordenoms, par cestes presentes lettres, noz foiaux & loiaux, les honourables peeres, William de Seint Andreu, & Mathu de Dunkeldyn evesqes: & Johan de Soules, & Ingeram de Umframvill, chivalers;

Noz attornes, procuratours, & messages especials de tretir, ordener, faire, & perfaire totes, & chescunes beusoignes touchantz en quecunque manere nous, Edward nostre esne fiuz, & heir nostre roiaume, & les gentz de nostre roiaume, ou ke ce soit, en roiaume de France, ou quicunque persones, clerks ou lays, de quele condition ou estate quil soient.

Donantz a eux touz, treis, ou deux ne euz, generall, frank, & plenier poer de obliger nous, & nostre fiuz avantdit, nostre roiaume, & les gentz de nostre roiaume;

Et de jurer, en l’alme de nous, de nostre fiuz, & de gentz de nostre roiaume;

Et de faire & perfaite totes les choses & chescune de eles, qe a les avantditz tretiz, & ordenances, & beusoignes serront necessaires ou covenables;

Et a faire, & perfaire totes autres choses, qe nous, nostre fiuz, & les gentz de nostre roiaume peussoms faire, si nous feusseioms presents.

Eantz ferme & estable quant que par les ditz quatre, treis, ou deux, de eux, serra fait, ou procure en les choses avantdites, ou aucune de eles.

En tesmoignance de queu chose nous avoms fait mettre nostre seal a ceste presentz lettres.

Don a Estrivelyn, le iii. non’ de Juyl MCCXCV. & de nostre regne tiers.

En tesmoignance de totes les choses avandites, nous avoms fait mettre nostre seal a cestes presentes lettres.

L’an de nostre Seigneur MCCXCV.

Page 1_823

A.D.1295

A tresexcellent prince, son seignour, & amy, se li plest, sire Phelip, par la grace de DIEU, noble Roy de France, Johan, par la mesme grace, Roy d’Escose, saluz en nostre Seignour.

Sache vostre roiale hautesse qe nous feisoms, & ordeinoms, par cestes presentes lettres, nos foialx & loialz, les honourables peeres, William de Seint Andreu, & Mathu de Dunkeldyn, evesqes: & Johan de Soules, & Ingeram de Umframvill, chivalers; nos attornes, procuratours & messages especials;

A treter ad vous, se vous plest, sur espusailles & mariage, a faire entre tresnoble damoiselle vostre nyece, ou cousyn, & Edward nostre fieuz esne & heir:

Donantz a eux generall, franc, & plenier poer, & mandement especial, de faire, & perfaire les espousailles & le mariage avantditz, si avant come la nature de tieu manere de contract sueffre espousailles & mariage estre faitz & parfaitz entre absentz par procuratours, a ce especiaument assignez:

Et a totes les autres choses, & chescunes de eles faire, qui a les ditz contractz, ou covenances apertienent, ou porront en nule manere apartenir, & sanz les queux les ditz contractz, ou covenances ne porront covenablement estre espleitez:

Eantz ferme & estable quant que nos ditz procuratours & messages, touz, ou tris, ou deux de eux, feront en les choses avantdites, ou en aucunes de eles.

En tesmoignance de queu chose, nous avoms fait mettre nostre seal a cestes presentes lettres.

Don a Estrivelyn, le iii. non’ Juyl’, l’an de nostre Seignour MCCXCV. & de nostre regne tiers.

Page 1_831

A.D.1295

A touz ceux, qi cestes presentes lettres verront, Charles fiuz au Roi de France, conte de Valeys d’Alencon, de Chartres, & de Aungeo, saluz en nostre seignor.

Sache vostre universite qe come trete, covenante & acorde soit entre les tresexcellent prince, nostre treschier seignour & frere, sire Philip, par la grace de DIEU, noble Roy de France, & les honourables peres.

Sires William de Seint Andreu, & Matheu de Dunkeldyne evesques: & Johan de Soules, & Ingeram de Umframville, chivalers;

Les messages & procuratours le haut prince sire Johan, par la grace de DIEU, noble Roi d’Escose, a ce especiaument faitz, en le noun mesme cely Roi, de marriage faire entre l’esne fiux mesne cely Roi d’Escose, qi, par expresse convenance faite, surra son heir du roialme d’Escose, & de ses autres terres, & nostre esnee fille, niece nostre seignour le Roi de France avantdit.

A queu Roi, en noun de mesme celi son fiuz, deyvent estre donez, en mariage oue la dite fille, 25,000 liveres de Turnois petitz.

E le dit Roi d’Escose est tenuz a doner & assignir a sa dite fille, en dowair, MD. liveres d’annuele rente, d’esterlings, des queux il li asseura M. liveres d’esterlings en terres, ou jurisdictions & ou totes maneres de justices, (qui n’apertenent mye a la roiale corone) en les lieux desouz escriptz:

Cestassavoir de Baillol, de Dampetre, de Helicourt, de Hernoy en roiaume de France; de Lanark, de Cado, de Milldisley, de Cunyngham, & de Hadyngtone, & en le chastel de Donde, en roiaume d’Escoce, oue les apurtenances de mesmes les lieux.

Issint qi, si meismes les lieux, en les queux le dower seit estre assigne, sicome est avantdit, passent la somme des dites M. liveres per an’, qui serra sourplus, outre tele somme, remeigne au Roi d’Escoce.

E, si rien faille de cele somme, meisme cely Roi soit tenuz de la parfourmir entierment de ses autres rentes, & il li assignera de rescevre les autres D. liveres d’esterlings en burse.

Ou, si l’avantdit nostre seignour le Roy de France mieuz voudra, il li assignera de receivre ausi bien les dites M. liveres, cum les autres D. liveres en burse, en certeins & suffizantz lieux, d’an en an, a deux termes; e li asseura bien de cell dower aver, & receivre apres le mariage fait, & apres la mort le dit fiuz, si longement come ele viura.

E fait, & expressement covenante est, en le treitis del’mariage avantdit, si par avienture, le fiuz & la fille avantditz, apres le mariage fait, voudreient departir du dit Roy d’Escose, ils averont frauchement le dower avantdit, en la vie mesme celi Roy.

Nous les treitiz & les covenances avantdites, eantz ferm & estables, selonc les maneres & les covenances desus escritez, les looms, voloms, & approvoms expressement; promittantz que nous paieroms les dites 25,000 lieveres de Turnois, entierement au dit Roy d’Escose, en noun de son dit fiuz, ou à mesme cely son fiuz, ou à mandement de eux, ou de l’un de eux, sitost come nostre dite fille serra venue al age, qe ele puisse estre marriee, & le dit dowair li soit assigne, sicome est avantdit.

E a ce nous obligeoms especiaument nous, nos heirs, & noz successours, terres, & touz noz biens, & de noz heirs, & de noz successours, moebles & noun moebles, presentz & avenir.

En tesmoignance de queu chose nous avoms fait mettre nostre seal a cestes present lettres.

Don a Paris, le xxiii. jour d’October, l’an de nostre Seignour MCCXCV.

Page 1_833

A.D.1295

Edward, par la grace de DIEU, Rey d’Engleterre, seigneur d’Irlaunde, e duc de Guyenne, a ses chiers & feals, les barons d’Engleterre & de Gascoigne, e au meyre, e as jures de Bayone, e as autres gentilz homes, que sont pur luy en les parties de Bayone, saluz.

Nous receumes voz lettres, sealles de vos sealz, que vous nus enveiastes, e diligeaument entendimes ceo qe par celes nous signifiastes.

E sachiez qe, avaunt cele heure, eymes e bien entendimes les malz, les meschiefs, e les defautes, que vous avez en suefert e endure, pur nous, en celes parties, qe mout nous poisa.

E mout vous mercions, tant chierment, come nous pooms, de ceo, qe si suffraument, e deboneirement les avez suffert e endure.

E vous fesoms a savoir qe nous mesmes (qe en semblable cas & estat estoioms) ne vous mesmes onqes en obly; mes le tens, e les rioteus estat, en le quel nous estioms, ne nous suffri pas mettre tant avant conseil en vos bosoignes (que sont les noz propres) come par aventure mestier esteit, e come nous desirames de tut nostre queor.

D’endreit de envoier Esmon nostre frere, ove grant compaigne des gentz a armes, en les parties de Gascoigne, dount voz lettres firent mention: sachiez qe bien avant qe celes lettres nous vindrent, avoyoms ordene & aparaille de luy & de totes les autres choses contenues en vos dites lettres: ensi qe le dit nostre frere fu prest au passage, e rien ne atendi qe convenablete de tens, solom ceo qe vous sauerez a la venue du seigneur de Bleyne, un de vos messages.

E sachiez, pur voir, qe au dit nostre frere, come il estoit tot prest e aparaille de passer, sorvint une sorvenue de maladie, pur qui son passage est uncore destorbe, sicome le dit seigneur de Bleyne vous savera bien dire.

E, si tost come il serra en bon estat, nous le envoierons a vous en celes parties.

E mesme le pouer, qe il avoit de nous en la dite dusche, avoms done au counte de Nicole, quant a ore.

E eiez l’avantdit seigneur de Bleyne escuse de sa longe demoere; car nous le retenimes jesqe a la confection de ceste lettre, mout contre sa volente.

Done a Westmonster, le i. jour de Decembre.

Page 1_834

A.D.1295

Au Roy d’Alemayne Edward, &c. saluz. Sachez, sire, que a le request des Evesques d’Alban’ & de Penestr’ cardinaux & messages du sete l’apostoille, envenoms a Chambrey nostre uncle de Valence, prelatz, & autres grantz gentz de nostre roiaume, issint qu’il y serront, se DIEU plest, a troys semayns apres cest Noel, pur treiter, devant les ditz cardinauz, de pees & de trues, par entre vous & nous d’une part, & le Roy de France d’autre.

A queu tretiz le dit Roy est assentuz endroit soi, a ce que les ditz cardinaux nous ont mande par lour lettres & par lour messages, & si come il le vous ont fast a savoir ausint, a ce que nous entendoms.

E, pur ce que nous n’en feroms riens sans vous, vous prioms que vous envoietz vos messages, ove plein poer, issint qu’il y soyent au jour avantdit pur treiter, ensemblement ove les noz, des busoines susdites, selonc ce que entre eux verront que soit al profit, & al honeur de vous, & de nous ausint.

E vous feisoms a savoir, que mesme ceste chose vous avoms senestez par une autres lettres; les quelles nous baillames as messages de les ditz cardinaux, quant il estoient a nous, pur porter a lour seignurages; issint qu’il les veus feissent venir au plus tost qu’il peussent.

Page 1_839

A.D.1296

A touz ceaux qui cestes lettres verront ou orront, Johan le seneschal, frere mon’ James seneschal d’Escoce, saluz.

Par ce que nous sumez venus a la foi, & al amiste du tresnoble prince nostre chier seigneur Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seigneur d’Irland, & duc de Aquitaine;

Nous promettoms pur nous, & pur nos heirs, sur peine de cors & de avoir, & sur quant que nous peussoms encoure, que nous serroms en s’ayde, & li serviroms bien & loiaument contre totes gentz qui purront vivre & morir, nomeement contre Johan de Baillol, qui feut Roi d’Escoce, & contre touz ses aydeurs, & ses fauteurs en roiaume d’Escoce, & ailleurs, totes les foiz que nous serroms requis, ou garniz de par nostre seigneur le Roi d’Engleterre avantdit, ou par ses heirs.

E que nous leur damage ne saveroms que nous vel destorbeoms a tot nostre poer, & le leur faceoms a savoir.

E, a cestes choses tenir & garder, obligeoms nous, & nos heirs, & touz nos biens; & outre ce avoms jurez sur Seintes Ewangeiles.

En testimoniance de queu chose nous avoms fait faire cestes lettres overtes sealees de nostre seal.

Don’ a Rokesburgh, le quinzime jour de May, l’an du regne nostre seigneur le Roy d’Engleterre avantdit vintisme quart.

Page 1_840

A.D.1296

Au Roy d’Alemaine, saluz. Venant ore de novel, a nostre presence, le honorable pere, e nostre chier amy, sire B. par la grace de DIEU, evesk de Alban’ cardinal de la seinte eglise de Rome, mist graunt diligence e peine, e par especiales prieres de par le apostoille, e la sue, nous requist ententivement qe a reformemen de treues, e de pes vousisons encliner nostre corage.

E qe, avant totes autres choses, vousissons otrier aukune suffrance de fetz de gere, taunt que sus les choses avantdites peust aver plener tretiz entre ceus, qi la bosoigne touche;

Monstranz les grauntz damages, e les divers perils, en quels tut le mounde est; nomeement pur noz gentz, qi sont en gere ore en dreit, en Gascoigne d’une part, e les gentz le Rey le France de autre.

E sur ceo nous, regardauntz les ditz perils, e soveinantz de la suffrance, qe autrefiez au dit cardinal, e a le evesqe de Penestr’ son compaignon en ceste bosoigne, otriames en la presence de aukunes de vos gentz, sicome nous entendons qi vous bien savez.

Pur l’onur de la dite eglise de Rome, la quele a vous e a nous, sicome vous poez ver, porra estre en ceste bosoigne mout profitable; avons grante au dit cardinal de Alban’ q’il, e son compaignon avantdit, peussent fere la dite suffrance, a durer desk a Noel.

E ausi auons done poer a nos chiers e feaus, monsire A. conte de Sauveye nostre cosin, O. de Granzon’e G. de Langeton nostre tresorer, ou a deus de eus, de treter e afermer, ensemblement e voz messages, qui vous i enverrez, treus entre vous e nous e nos valitors de une part, e le dit Roy de France e ses valitors de autre, en la fourme e condicion qe vous plerra assentir.

E l’avantdite souffrance auons nous plus legerement graunte, pur les necessites qi nous ovons entendu qi vous auez en aucune des voz parties, e nous ausy en les parties de Escoce, ou nous sumes ore.

E, pur ceo qe le dit cardinal de Alban’ nous ad prie, qe nous vous prions qe vous enveez voz gentz al jour de la treue, le quel il, e son compaignon avantdit vous frount asaver, vous prions qi vous i les envees, issi qi eus, e nos gentz, i peusent estre ensemble, e overer de un conseil, e de un acord:

Pur quei sus ceo nous maundez vostre volente, e vostre bon estat, les qels nous desirons touz jours asaver.

Don, &c. a Rokesburgh en Escose, le xvi. jour de May.

Page 1_841

A.D.1296

Johan, par lagrace de DIEU, Rey de Escoce, a touz ceaus, qui ceste lettres verront ouorront, saluz.

Cume nous, par mauvoys consail e faus, epar nostre simplesce, eions grevousement offendu, e courece nostre seignorEdward, par la grace de DIEU, Roy de Engleterre, seignor de Hirlaunde, e ducde Aquitaine, en moult des choses; ceo est asaver;

Nous, estaunt e demoraunt a safoy, e en son homage, de fere aliaunce au Roy de Fraunce contre li, quiadonk estoit, e encore est son einemy:

E a fere mariage, ove la fielle son frere,sire Charles:

E por nostre seignor grever, e le Rey deFraunce eider a tot nostre poer, par gere, e en autres maners:

E puis, par nostre mauvoys consail avantdit, defier nostre seignor

Page 1_842

leRey d’Engleterre, & nous metre hors de son homage, e sa foy, par le homage rendre:

E ausi noz gens enveer en sa tered’Engleterre, por fere arsons, pries prendre, homicides fere, e autresdamages plusors:

E la tere de Escoce, la quele est de sonfie, de genz armes, e en viles, chasteus, e aillors mettre e establir, porla terre defendre contre li, e por son fie li deforcer;

Por les queu choses e trespasdesusdiz, nostre seignor le Rey d’Engleterre avantdit est en la terred’Escoce entre, e a force la, ad prise, e conqise, non ostant le poer quenous avions mis contre li;

La quele chose il pout fere de droit, comseignor de son fie, puis que nous luy avions le homage rendu, e fet leschoses avantdites.

Por la quele chose nous, estant en nostreplen poer, e nostre fraunche volente, luy avous rendu la tere de Escoce, etote la gent, oue touz leur homages.

En tesmoigne de queu chose, nous avons fetfere cestes noz lettres overtes. Donees a Kyncardyn le secund jour de Jul’l’an de nostre regne quart.

Sub sigillo magno albi coloris pendente àcaudâ pergam.

A.D.1296

In nomine Domini, Amen. Anno à Nativitateejusdem MCCXCVI. Indictione nonâ, mensis Julii die decimo quinto, inpræsentiâ mei, notarii infrascripti, & testium subscriptorum, ad hocvocatorum specialiter & rogatorum;

Discretus vir, magister Willielmus Comyn, præpositus ecclesiæ Sanctæ Mariæ civitatis Sancti Andreæ.
Una cum nobilibus viris, dominis, Normanno de Leghelyn.
Alexandro de Lambreton.
Johanne de Glennesk.
Johanne de Strivelin de Moravia.
Patricio de Eggiluyne.
Johanne de Garviagh.
Willielmo de Cluniaco.
Thom’ dicto le Usser, militibus.

Non vi nec metu coactus, ut dicebat, set spontaneâ suâ voluntate, ad fidem & voluntatem domini Edwardi, DEI gratiâ, Regis Angliæ illustris, veniens, confœderationes, contractus, conventiones, & pacta, quocumque nomine censeantur, si quæ unquam, suo nomine vel consensu, clam vel palam, cumque domino Philippo, eâdem gratiâ Rege Francorum, vel sibi adhærentibus, initæ extitissent, quantum in ipso fuit, & ipsum contingebant, vel contingere poterant quovismodo;

Revocavit, cassavit, irritavit, & etiam annullavit, cassas, irritas, & nullas esse nuntiavit organo vocis suæ: & eisdem, vi, formæ & effectui earumdem cum omni commodo quod exinde sibi poterit provenire, expressè renuntiavit;

Et, tactis sacrosanctis & osculatis DEI Evangeliis, fidelitatem fecit domino Regi Angliæ memorato, & super fidelitate suâ, sibi factâ, suas patentes fecit literas, sub nomine suo conceptas, veri sui sigilli impressione pendente consignatas:

Quarum literarum in omnibus & per omnia tenor est talis.

A touz ceaus, qui cestes lettres verront ou orront, Williame Comyn, provost del eglise de Seint Andreu, saluz.

Pur ceo que jeo fu venuz, a la foi, e a la volunte du tresnoble prince, mon chier seigneur, sire Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seigneur d’Irland, e ducs d’Aquitaigne.

Jeo promet pur moy, e pur mes heirs, sur peine de cors e de avoir, e

Page 1_843

sur quant que nous poussons encoure, qe nous luy servirons, bien e leaument,contre totes gentz, qe purront vivre & morir, totes les foiz qe nous serroms requis, ou garniz de par notre seigneur le Roi d’Engleterre avantdit, ou parses heirs:

E qe nous leur damage ne sauroms, qe nous vel destorberons a tot nôtre poer, e le leur faceoms a savoir.

E, a cestes choses tenir e garder, jeo oblige moy, e mes heirs, e touz mes biens;

E, outre ceo, ai jeo jurez sur seintes evangeiles.

En tesmoignance de queu chose jeo ay fait faire cestes lettres overtes, sealées de mon seal.

Done Abirden, le quinzime jour de Juyl, l’an du regne nôstre seigneur le Roy d’Engleterre avantdit, vintisme quart.

Act’ apud Abirden’, anno, indictione, mense & die prænotatis;

Præsentibus,
Venerabili in Christo patre, domino Antonio, Dei gratid, episcopo Dunolmensi; ac
Nobilibus viris, dominis Johanne Wak’.
Johanne de Hastynges,
Petro Corbet,
Briano filio Alani, &
Roberto de Hylton, militibus;
Testibus ad hoc vocatis specialiter & rogatis, cum aliis quampluribus.

Et ego Andreas, quondam Guilielmi de Tang’ clericus Eborum diocesis, sacrosanctæ sedis apostolicæ publicus auctoritate notarius, qui præmissis, unà cum dictis testibus, interfui, eâque sic fieri vidi & audivi, rogatus super hiis præsens confeci publicum instrumentum, & in publicam formam redactum signo meo consueto signavi, in fidem & testimonium præmissorum.

A.D.1296

In nomine Domini, Amen. Anno à nativitate ejusdem millesimo ducentesimo nonagesimo sexto, indictione nonâ, mensis Julii die vicesimo sexto, venerabilis in CHRISTO pater, dominus Robertus, permissione divinâ, Glascuensis episcopus, ad fidem, voluntatem & pacem nobilissimi principis, domini Edwardi, DEI gratiâ, illustris Regis Angliæ existens, confæderationes, contractus, conventiones, & pacta, quocumque nomine censeantur, si quæ unquam, suo nomine vel consensu, tacito vel expresso, cum domino Philippo, DEI gratiâ, Rege Francorum, contra dictum Regem Angliæ qualitercunque initæ, extitissent, quatenus in se fuit, & ipsum contingebant, in præsentiâ mei, notarii infrascripti, & testium subscriptorum, ad hoc vocatorum specialiter & rogatorum;

Revocavit penitus & annullavit, & eisdem, vi, formæ & effectui earumdem, quatenus de facto processerunt, cum omni commodo quod exindè sibi poterit quomodolibet provenire, spontè, purè renuntiavit & absolutè, expressè, organo vocis suæ:

Et inspectis sacrosanctis & osculatis DEI evangeliis, in formâ subscriptâ, fidelitatem fecit domino Regi Angliæ memorato, & super fidelitate suâ, sic factâ, & corporalis vinculo juramenti roboratâ, suas patentes fecit literas, sub nomine suo conceptas, suique sigilli impressione pendente signatas;

Quarum in omnibus, & per omnia tenor est talis.

A touz ceux, qui cestes presentes lettres verront ou orront, Robert, par la souffrance DIEU, evesqe de Glasgu, saluz.

Pur ce que nous sumes venuz a la foi & la volunte du tresnoble ...... prince, nôtre cheri seigneur, Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seigneur d’Irland, & ducs d’Aquitaine;

Nous promettoms pur nous, & pur nos successours, sur peine de corps & de avoir, e sur quant que nous puissons encoure, que nous li servirons, bien & loiaument, contre totes gentz, qui porront vivre & morir, totes les foiz que nous serrons requis, ou garniz de par nôtre seigneur le Roi d’Engleterre avantdit, ou par seis heirs:

Et lour damage nule part ne saurons, que nous vel desturberons a tot nôtre poer, & le lour faceoms assavoir.

Et que nous ne serrons en aide, ne en consail, ou chose soit parlee, acordee, ne compasse, qui puisse torner a damage, ne a peril de eaux, ne du roiaume d’Engleterre avantdit.

Et, a cestes choses tenir & garder, obligeons nous, & noz successours, & touz nos biens, en quant que nous puissons jammes forfaire.

Et, outre ce, avons jurez sur seintes evangeiles.

En tesmoignance de queu chose nous avons fait faire cestes lettres overtes, sealees de nôtre seal.

Don’ a Elgyn, en Morref, le vint & sisme jour de Juyl, l’an du regne nôtre seigneur le Roy d’Engleterre avantdit, vint & quart.

Act’ apud Elgyn in Moreina, anno, indictione, mense, & die prænotatis.

Præsentibus,
Venerabili in Christo patre, domino Antonio, permissione divina, Dunelmensi episcopo; ac
Nobilibus viris, dominis Johanne de Hastinges,
Johanne Wake,
Petro Corbet,
Hoberto de Hilton, &
Willielmo Sampson, baronibus;
testibus ad hæc vocatis specialiter & rogatis, cum aliis quampluribus.

Page 1_844

A.D.1296

A touz ceus, qe cestes lettres verront & orront, Roberd evesk de Glascon Henri vesk de Abirden Thomas eveske de Candide Case, saluz.

Por ce qe nous sumes venuz a la foi & a la voluntey du tresnoble prince, nostre cher seignur, syre Edward, par la grace de DEU, Rey d’Engleterre, seigneur d’Irlaunde, e duk de Aquitaigne;

Nous promettoms pur nous, e pur nos successours, sur peine de cors, e de avoyr, & sur quan qe nous possuns encoure, que nous li servirons, bien & leaument, contre totes gens, qe porrent vivre & morir, totes leys foys qe nous serrons requis, e garnys de par nôtre seigneur le Roy d’Engleterre avantdit, ou par seis eyrs:

E qe nous lour damage ne saverons, que nous vel destourbons a tut nostre poer, & le luy faceons asavoir.

E, a cestes choses tenyr e gardyr, nous obligons nous, & nos successours e tuz nos bens.

E outre ce, avons jurey sur seyntes Ewangeyles.

Estre ceo nous tous, & checoun de nous pour sey, avons feyt feyaute a nostre seigneur le Roy avantdit en cestes paroles.

Je seray feal e leal, e foy, e leate porteray au Roy Edward, Roy d’Engleterre, e a ses heyrs, devie, e de membres, & de terrein honour, contre totes gens qe porrunt vivre ou morir:

E jamays pur nuly armes ne porteray, ne conseyl, ne eyde, ne serray contre luy, ne contre ses heyrs, en nul cas que peut avenir:

E leaument reconusteray, e leaument fray les services, qe apartenent as tenemens qe je cleym tenyr de ly;

Si Deu me eyde e les seyns.

En tesmoignance de queus choses, nous avoms fet feyre cestes lettres overtes, sealeas de nos seaus.

Donnees a Berewyk sur Twede le vint utime jour de Aust, l’an du regne nostre seigneur le Rey d’Engleterre avantdit, vintime quart.

A.D.1296

A touz ceaus qui cestes lettres verront ou orront, William de Lampreton chaunceler de Glasgu, saluz. Pur ceo que jeo suy venuz a la foi, e a la volunte du tresnoble prince e mon chier seignor, sire Edward, par la grace DIEU, Roi d’Engleterre, seignor d’Irland, e ducs d’Aquitaine;

Jeo promet sur peine de cors, è de avoir, è sur quant qe jeo puys encoure, qe jeo li serviroi, bien e leaument, &c. ut in superiore.

Page 1_850

A.D.1297

Nous Guys, cuens de Flandres, & marchis de Namure, faisons savoir a tous, & volons ke tout sachent;

Ke pour cheu, ke aucunes personnes, de haut estat, & de grande poisance, ne reswardent mie, si come il deveroient, a raison, mais a lour volentei, en le fianchie de leur pooir: & raisons doit estre souveraine de touz.

Et chascuns, come grans k’il soit, n’ait mie a des pooir, par lui, de che contrester nature humanie, ke entre le gent, a fait & ordenei une liguie, ensegne bien a faire alliances, & acquerre amys, pour estre poiscant de deffendre violenses & injuries, & de maintenir droiture.

Chascuns seit, & voirs est qe haus prinches & poisscans Philippes, Roys de Franche (ou cui homage nous avons festei come pers de Franche) par sa volentei, sanz raison, & sanz nostre deserte, nos a greveis, & dur porteis, & entrepris sour nostre honour, & sour le nostre, le quell il estoit tenus, par le raison de la feautai, a la quele il nos reschuit jadis, de rewardir, & nous maintenir par raison, & en loialtei.

Et nos a defalt de droit, & en moult d’autres manieres s’est meffais vers nous, encontre DIU, & encontre justiche.

Et, pour che, k’il, ki tant est de sa volentei, & poiscans, & fors, & ne reconoist nul souverain, nos a mis en tiele necessitei, k’il convient ke nous guerrons, & pourchasons amis encontre lui.

Nous avons fait, & faisons entre nous de une part, par le conseil de nos prelas, de nos barons, de nos amis, & de nos gens, & entre treshaut & tresnoble prinche, no chier seigneur, Edward, par la grasse de DIU, Roy d’Engleterre, seignur d’Yrland, & duc d’Aquitaine, d’autre part, par le conseil de ses prelas, de ses contes, de ses barons, & de ses gens, de nostre commune & bone volente, & de nostre commun assens, de une part & d’autre, alliances & couvenences en la maniere ki s’ensuit,

Les queles alliances & convenences nous volons en bone foi, ke elles durent, de sore en avant, a tous jours perpetuelment pour nous, conte de Flandres, & Roy d’Engleterre desus nomeis, & pour nos hoirs, aussi contes de Flandres, & Roys d’Engleterre; chest a savoir.

Ke nous Guys, cuens de Flandres desus nomeis, avons conuent & promis pour nous, & pour noz hoirs, contes de Flandres, au dit Roy d’Engleterre, pour lui, & pour ses hoirs, Roys d’Engleterre, ke s’ensi estoit ke li Roys de Franche, ou ses hoirs Roys de Franche, venist, a ost bannie, sour le Roy d’Engleterre, ki ore est, ou sur ses hoirs, Roys d’Engleterre: ou envoiast de par lui aisi grant forche sour le dit Roy d’Engleterre, ou ses hoirs Roys d’Engleterre ke souffrir, ne defendre ne se peuscent; nous, le dit Roy d’Engleterre ou ses hoirs Roys d’Engleterre, aider devons, & aiderons contre le dit Roy de Franche, & ses hoirs Roys de Franche, & encontre tous leur aydans, de tout nostre poir, loiatment & en bone foy, a tous nos alloyes, en la maneire ki ensuit: chest a savoir;

Ke as gens, ke nous i envoierons, nous ferons trouver, a nos constenghes, passages de Mer, restor de chevaus & gages, ensi toutes voies ke li dis Roys d’Engleterre, & si dit hoir Roi d’Engleterre (s’il avoient defaute de vitaille) leur seroient avoir en le terre avenament, pour lour deniers, pour che k’l seroient en estrange pays.

Et li Roys d’Engleterre, & si hoir Roy d’Engleterre, nos dovent ausi aydier, & nos hoirs contes de Flandres, en la maniere contenue en la terre ke nous avons de lui.

Et est a savoir ke nous, durant la guerre, ke nos chiers sires, li Roys d’Engleterre desus diz, a orendroit au dit Roy de Franche, promettons & devons commenchier guerre au dit Roy de Franche, dedens les deus mois ke li dis Roys d’Engleterre le nos avera mandei.

Et sachent tout ke tout nostre enfant, & tout nostre allyet, doivent estre, toute cheste guerre de ore durant, en cheste alliance.

Derechief, nous volons ke tout sachent ke nous, ne nostre hoir, conte de Flandres, de cheste guerre, ke li dis Roys d’Engleterre a orendroit au desus dit Roy de Fraunche, ne de autre, ki avenir puist, a nul jour, don dit Roy d’Engleterre & a ses hoirs Roys d’Engleterre au desus dit Roy de Franche, & a ses hoirs Roys de Franche: & don dit Roy de Fraunche, & de les hoirs Roys de Franche a nous, ou a nos hoirs contes de Flandres; pais ne trives, ne soufrance ne poons, ne devons faire, ne ne ferons, sanz le assens, le otroy, & le consens dont dit Roy d’Engleterre, & de ses hoirs Roys d’Engleterre:

Et non plus ne doivent faire le dis Roys d’Engleterre, ne si hoird’Engleterre desus dit, ne de ceste guerre, ne de nulle autre, sans

Page 1_851

l’assens, le otroy, & le consens de nous, & de nostre hoir conte de Flandres desusdit.

Ne nus, ne nos autres enfans ne puer de doet faire pais, truves, ne soufrance, au desusdit Roy de Franche, ne a son hoir Roy de Franche, durant cheste guerre, ke li desus nomeis Roys d’Engleterre a orendroit a lui, sans l’assens, otroy, & consens dou dit Roy d’Engleterre, & de son hoir Roy d’Engleterre.

Et, se cheste dite guerre estoit finie, ensi ke pais en fust faite, & aucune autre guerre soursist en apres entres le desusdit Roy de Franche, & son hoir Roy de Franche & le desunomei Roy d’Engleterre, & son hoir Roy d’Engleterre, & entre le dit Roy de Franche, & son dit hoir Roy de France, & nous, & nostre hoir conte de Flandres, & nostre enfant le conte de Flandres, ne seront, mie fuscent encontre ne desusnomei chier seignor le Roy d’Engleterre, & son hoir Roy d’Engleterre; nous, ne nos hoirs cuens de Flandres, ne li dis Roys d’Engleterre, ne ses hoirs Roys d’Engleterre, ne seriemes, tant come il fuscent contrarie a nous, & a lui, aydant, & eaus ne consellant en nulle maniere, ne les recepteriemes nullement.

Et soit conneue chose a touz, ke les alliances, ke nous pour nous, & pour nos hoirs contes de Flandres, & li desusnomeis Roys d’Engleterre pour lui, & pour ses dis hoirs Roy d’Engleterre, avons faites, ne puent jamais, a nul jour, pour rien ki aviegne, ne avenir puist, estre defaites: ne par commandement, ne pourkach de apostole, ne de autruz: ne pour chose ki soit impetree, ne otroye, ne ke ou paist jamais, a nul jor, impetrer de apostole, ne de autruz, ne ke ou puist otroyer, ne pur occasion nulle, quele ke elle soit ne puist estre; se nous ambedoi, & nostre desusdit hoir conte de Flandres, & Roy d’Engleterre, ni mettons nostre commun accord & assens, & nou dit hoir le leur.

Et s’il avenoit ensi ke commandements & pourkars en sust fais, & aucune otruoysons avenist, quele ke elle fust ki deust a che mouvoir, si nen devons nous de rien user, ne ne userons, se nous ambedoi, de nostre commun accord, ni assenstons, & nostre desusdit hoir.

Toutes ches chozes, desus devisees & dittes, & cascune de elles, avons nous en conuent loialment pour nous, & pour nos desus diz hoirs, contes de Flandres, a tenir, à implir, en bone foi, au desusnomei no chier signor le Roy d’Engleterre pour lui, & pour ses desusdis hoirs, Roys d’Engleterre, & par le sagrement fait en nostre ame, & en nostre non, & par nostre commandement, sour les sains evangiles, touchez corporelment, par procureurs ke nous, pour chou faire, pour nous, & pour nos hoirs contes de Flandres, & en nostre non mesmes; chest a savoir, nobles homes, nos chiers & foiables, Henri seignor de Blanmont, & Jehan seignor de Kue, chivalers, l’avons promis & fianchie; & che, ke par eus en a estei promis, jurei, fianchie, & fait, come fait en nostre non & pour neus, l’avons greei, & approuei, & le greons, & approuens.

Et avoec tout che, le promettons a faire tenir & a emplir, sanz venir, ne faire jamais rien encontre, ne par nous, ne par autre, ne en tout, ne en aucune partie.

Et quant a che nous obligons au si desusnomei Roi d’Engleterre, & a ses dis hoirs, tout le nostre entirement, & nos hoirs, contes de Flandres, perpetuelment a tous jors, & tout le leur.

Et, per le meyme fairement, foy, & covenence, nous, quant a toutes ches chozes entirement, & cascune de elles, avons renunchiet, & renunchons a toutes les chozes, par les queles les chozes, ki sunt contenues en ches lettres, porroient, en tout, & en aucune partie, estre defaites, empaechies, & delayes.

Et volons ke cheste renunciation vaille en tous poins, & en tous cas, tout ensement, ke ce expressement, & specialment fuscent mis avant.

Et renunchons aussi au droit ki vint, ke generaus renunciations ne doit valor.

Et, pour chou ke toutes ches chozes soient plus seures, & tenues, & wardees mius, & plus fermement, nous, en non de souvenanche & de tesmognage, avons ches præsentes lettres fait saeler de nostre seel:

Et mandons a nos chiers & ames fius, Robert nostre ainsnei fil, & nostre plus apparunt hoir de le contei de Flandres, Williame de Flandres, Philippe Flandres, Jehan de Namur, & Guyot, & volons kil, en tesmognage de lor consel, assens, & consens, sour toutes les chozes desus dittes, de tant ke elles les touchent, & pueent touchier, cascun, en droit lui, & en sa personne, selonc les devises, ordenances, & parolles maintenues & contenues en cheste lettre, mittent a cheste ditte lettre leur seaus avoec le nostre;

Et kils ses greent & appruevent de tant, ke elles touchent a eaus, & a cascun d’eaus, en se persone, si comme dit est.

Et nous, ainsnes fius au conte de Flandres desusnomei, Robers Adnoes d’Arras, sires de Bethune, & de Tenremonde, Williammes de Flandres, Philippes de Flandres, Jehans de Namur, & Guyros desusdit, eau mandment, & a le volentei de haut a noble homme, no treschier & tresamei signor & pere, en tesmognage de nostre consell, assens, & consens, sour toutes les chozes desus dittes: & ke nous les greons, & approuvons, & les tenrons fermement de tant ke elles nos touchent, & pueent touchier; cascun endroit lui, & en sa persone, selonc les devises, ordenances, & paroles maintenues & contenues en chestre lettre, avons (avoec le seel no treschier & tresamei signur & pere G. conte de Flandres, & marchis de Namur devant nomei) fait mettre nos seaus a ches presentes lettres; faites & donnees a Winendale, l’endemain de le Thyphane, l’an de Grasse mill’ deus cens, quatre vins, & sayze.

Sub quinque sigillis, pendentibus à filis sericis crocei coloris.

A.D.1297

Nous Guys, cuens de Flandres, & marchis de Namur, faisons savoirs a tous;

Ke de deus seaus de nos deus fius Williemme de Flandres & philippe, ki falent a le lettres, ke nous avons donnee a treshaut & noble prinche, no chier signeur Edward, par la grace de DIEU, Roy d’Engleterre, signeur d’Yrlande, & due d’Aquitaine, sour le alliance, ke nous avoms faite, a lui liquel si falent pourche, kil n’estoient mie en nostre paiys de Flandres, a l’eure ke le ditte lettre su faite & deliurree;

Nous devons, & avons en convent a faire mettre, a mettre les ferons, en bone foy, es luis, a la ditte lettre, & il sunt demourei a mettre.

Et nous envoierons, a no chier signeur, le Roy d’Engleterre desus nommei, une autre lettre, en ches meymes paroles, saelee de nostre sael, & de ses seaus de nos chacune fius entirement, cheste a savoir, Robert nostre ainsnei filz, Williamme de Flandres, Philippe de Flandres, Jehan de Namur, & Guyot.

Et, de che ke li desus dis Roys a volu avoir, de nos barons, de nos homes, & de nos bones villes, lettres sour le ditte alliance, saelee de leur seaus; nous avons promis, & promettons en bone foi, ke nous a che kil les ait travellerons, & metterons paine loialment & en bone foy.

En tesmognage de queles chozes desus dittes, nous avons fait mettre a ches presentes lettre no sale, faites & donees a Winendale, l’endemein de le Typhane, l’an de Grasse mil, deus cens, quatre vins, & saysze.

Sigil’ Flandr’.

A.D.1297

Nous Guys, cuens de Flandres, & marchis de Namur, faisons savoir a tous;

Ke nous, des tous les debas, demandes, quereles, & de toutes autres chozes, ke nous estiemes demandant, & demander poyemes, en quelcunque maniere ke che fust, a noble homme, & de bone memore, Florent jadis conte de Hollande, & de Zelande, & signor de Frisland, & de tous contens, ke nous aviomes a lui:

Et ke nous orendroit a no chier neveu Jehan, conte de Hollande, & de Zelande, signor de Frisland, son fil, demandons, & poons demander;

Nos sommes mis, & mettons sour treshaut & noble prinche, nostre chier signeur, Edward, par la grasse de DIU, Roy d’Engleterre, signeur d’Irland, & duc d’Aquitaine:

Ensi kil, oyzes nos demandes, & nos raisons, & veuwes nos lettres, puist dire & ordener, ensi ke bon li samblera (soit de faire bone pais tout sus; soit de faire triwes & soufrances) ensi come il i parre entendre & faire por le mius.

Et tout che, ke par le desus nomei Roy en sera fait, ordenei, & dit (soit de pais: soit de triwes: soit de soufranche:) nous le tenrons ferme & estable, sans aler encontre ne par nous, ne par autres.

Et a chou nos obligomes nous, & nos biens, & tous le biens de nostre terre, par le tesmoin de ches presentes lettres, seeles de nostre seel; ki faites furent, & donnees a Winendale, l’an de grasse mill, deus cens, quatre vins, & saysze.

Page 1_852

A.D.1297

Nous Edward, par la grace de DIEU, Roy d’Engleterre, sires d’Irlaunde, & dues d’Aquitaine, fesoms savoir a tous;

Qe nous, qui desiroms, e voloms l’amur e la pees entre nous, e noz heirs: Rois d’Engleterre, e ceus de nostre reaume d’Engleterre, e de tut nostre poer, e touz les noz de une part: e haut hom e noble Guy conte de Flandres, e marchis de Namur, e ses heires contes de Flandres, e ceus de sa terre, e de tout son poer, e les soens d’autre part:

E qe marchandise courre, e soit demenee, e communautez de touz biens soit maintenue entre eus;

Nous voloms qe de nostre terre d’Engleterre, d’Irlande, d’Escoce, e de Gales, e de tout nostre poer entierement, laines e autres marchaundises puissent, d’ore enavant, estre achatees, e acquisees en nos terres avantdites, e menees en Flandres, e aillours en son poer, sauvement e pesiblement.

E qe ceus de Flandres les puissent achater en noz devantdites terres, e en tut nostre poer, ausi fraunchement, e ausi delivrement, come Lombard, ou autre Marchand: e q’il i aient ausi graunt avauntage, come Lombard, ou autre Marchand, soient Engleys, ou autre qui q’il soient.

En apres nous commandoms desort en droit, a toute nostre gent, de nostre reaume d’Engleterre, d’Irlande, d’Escoce, & de tout nostre poer entierment, qe nul ne mefface, ne face gref, ne moleste as merchaundz de la contee de Flandres, ne a nul autre del dit contee, ne du poer du dit conte.

E qe paisiblement les laissent joir de cest otroi, qui nous lour avoms fait a touz jours.

En tesmoignance des avantdites choses nous avoms set faire cestes nos lettres overtes, selees de nostre seal.

Doneez a Gypewyz, lendemaine de la Tyffeyne, l’an de nostre Seignur mil, deus centz, quatervintz, e sesze.

A.D.1297

Nous Edward, par la grace de DIEU, Roys d’Engleterre, sires d’Irlaunde, & ducs d’Acquitaine, fesoms a savour a touz;

Qe, pur ceo qe nous desiroms e voloms l’amur, e la pees entre nous, e ceus de nostre reaume d’Engleterre e de tut nostre autre poer, e de touz les noz d’une part: e haut hom e noble Guy conte de Flandres, e marchiz de Namur, e ceus de sa terre, e de tut son poer d’autre part:

E aucunes prises e arestes aient este faite des uns sour les autres, d’une part e d’autre, pur encheson de nostre guerre ke nous ore avoms al Roy de France, dunt il se sont tenuz mal apaez;

Nous avoms promis, e promettoms al dit conte, pur li, & pur les soens, qe les prises e les arestz, fetz en noz terres d’Engleterre, d’Irlaund, e de Gales, e es ports de nos dites terres, qe hom purra savoir qe cyl de nostre terre ont fair sur cels des terres, e du poer le dit conte, qe a nostre main, ou a nostre profit, ou as mains, ou al profit de nos gentz, sont venuz (hors mis ceo qe nos par lettres, ou par commandement en donames) nous feroms rendre a cels de la terre le dit conte.

E tout en autre cele manere l’ad le dit conte, pur ly, e pur cels de sa terre, promis a nous, pur nous, e per cels de nostre terre; sauve ceo qe tenuz n’est mie des prises e arestz, qe les gentz le Roy de France ont fait sur nos gentz, en la terre de Flandres, si aucuns n’en sunt venuz al profit le conte, ou al profist de ses gentz.

E de ceo, qe arestee fust devaunt la guerre desusdite, otrioms nous, e voloms qe droiture soit fait d’une part, e d’autre.

E tut ceo doit estre fait en bone foy, & loialment, si tost come hom purra apres ceste guerre finie.

E pur nul fait, qe ait este faite devaunt ces heures, riens ne doit estre arestez en l’une terre ne en l’autre; mes desore endroit nous voloms qe noz terres, e les terres al conte de Flandres, soient communes, pur fraunchement aler, venir, demorer, e marchander, sanz arest, ne autre enpechement nul.

En tesmoignance des avantdites choses nous avoms fait fere cestes nos lettres overtes, selees de nostre seel.

Doneez a Gypewyz lendemaine de la Tyffeyne, l’an de nostre Seigneur mil deus centz quatre vyntz e sesze.

A.D.1297

Nous Edward, par la grace de DIEU, Roy, &c. fesoms a savoir a touz;

Qe come covenances e aliances soient faites, entre nous d’une part, e pur noz heires Roys d’Engleterre: e noble hom Guy conte de Flandres, e marchiz de Namur, purly, e pur ses heires, contes de Flandres, d’autre part; encontre le Roy de France, e encontre ses heires, Roys de France, e leur aidantz; les queles perent certeinement par lettres, sur ceo faites, qe nous ly avoms donees, seles de nostre seel:

Nous, pur ceo, qe le conte de Flandres peust mieux, e plus seurement enprendre au Roy de France guerre, e meintenir les fel del emprise de si grant guerre plus covenablement, e ly tenir en bon estat, ly avoms done, e donoms trois centz mile livres de Turnois noirs (sanz amenuser de rien pur celes covenaunces, e aliaunces, contenues en les lettres desusdites) a prendre, a receivre par ses gentz, en la manere qe ci apres est escrit, cest asavoir;

Sis mile livres de la monee, qe nous li avoms fait delivrer par la main de ses gentz, al treszime jour de Noel, qe fust lan de Grace mil deus centz quatrevintz, e sesze:

E dedenz la chaundeleure, apres procheinement venant, nous ly feroms delivrer vint e quatre mile livres, de la dite monoye.

E les autres deus centz mile livres nous ly otrioms aprendre, e len assenoms a la covenance, e a ceo qe promis est e covenancie du mariage, e pur le mariage qe covenance est a faire entre Edward nostre fiuz e heir, Phelippe file au dit conte.

Ou, ci cely mariage ne se fesoit, nous voloms q’il les pregne de la covenance du mariage, qe nous entendoms a faire, e qe hom ferra de nostre fiuz devantdit, e de Isabelle fille au dit conte; si ensi aviegne qe le mariage, de no dit fiuz, e de Phelippe desusdite, ne aviegne mie.

E, a ceo faire entierment, a tenir fermement avoms nous oblige, e obligeoms au dit conte, e ses heirs contes de Flandres, tout le nostre entierment, e nostre heir Roy d’Engleterre, e li soen ausint par tut.

E, quant a tut ceo, nous avoms renuncie, pur nous, e pur no dit heir, e desore endroit renuncioms, a totes les choses entierment par queles nous purriemes venir encuntre ses covenaunces, soit en tut, ou en aucune partie.

En tesmoignance e confirmance de queles choses, nous avoms fait mettre a ceste present lettre nostre seal.

Ceo fu fait, e donee a Gypewyz, l’endemayne de la Tyffyne, l’an de nostre Seigneur mil deux centz quatre vyntz & sesze.

A.D.1297

Nous Edward, par la grace, &c. fesoms a savoir a touz;

Qe jadis nous fesimes a noble hom Guy conte de Flandres, e marchis de Namur, covenances de faire mariage entre Edward nostre chere fiuz, e Phelippe fille au dit conte, par covenances, qe sont contenues es lettres qe sour ceo sont faites.

E pur ceo qe haute prince e puissantz, ly Roy de France, ad mis, e met empechement, e qe nous avioms, desiroms, e voloms l’alliance, e l’amur de nous, e de noz, au dit conte e a siens:

Nous avoms promis, e promettoms au dit conte loiaument, e en bone foi, par le serement, fait en nostre alme, e en nostre noun, e par nostre commandement, e en nostre presence, sur les seints ewangeles, touchiez corporelment par procureurs, qi nous pur ceo faire, pur nous, e en nostre noun, mesmes; cest asavoir, honurables peres en DIEU, Antoyne, par le grace de DIEU, evesqe de Dureaume, Wautier, par mesme la grace, evesqe de Cestre, e monsieur Hue le Despenser:

Le dit serement, sicome fait pur nous, e en nostre noun, greantz, e approuantz, qe si le dit mariage n’aloit avant, ensi qe covenancietz est, entre nostre dit fiuz, e Phelippe devant nomee, par l’empechement due Roy de France devantdit, ou par la mort de la dite Phelippe, ou par occasion quele qe ele avenist.

Nous procureroms, pourchaceroms, e feroms qe mariage se fera entre nostredit fiuz, e Isabelle fille au dit conte de Flandres, a teles obli

Page 1_853

gations, e teles covenances, qe faites sont du mariage, de nostre fiuz e Phelippe desusditz.

E de ceo purchaceroms nous, en bone foy, avesque le conte devantdit, ou feroms purchacier dispensation, si mestiers en est, e tiele qe i coviendra;

Ne n’empaecheroms par nous, ne par autrui, ne empaecher ne feroms ne ne consentiroms absolution encontre ces choses, ne autre empaechement d’apostoille ne d’autrui.

E, si impetre fust, ou done, nous ne useroms mie, ne ne suffreroms qe hom en use.

E, a tout ceo faire, e a empler, nous obligeoms tout le nostre, e nostre heir Roy d’Engleterre, e tut le soen entierment.

E renuncioms, quant a ceo, pur nous, e pur nostre dit heir, a toutes les choses entierment, par les queles nous, ou noz heirs desusdits purreimes venir encontre ses covenaunces, soit en tout, ou en aucune partie.

E, pur seurte, e tesmoignance de ces choses, avoms nous ces presentes lettres fait seleer de nostre seal.

Qe faites furent, e donees a Gypwyz, l’endemain de la Typheyne, l’an de nostre Seignour mil deux centz quatre vintz & sesze.

A.D.1297

A touz ceux qui cestes presentes lettres verront, Johan cuens de Holland & de Zeland, sires de Frisland, saluz.

Nous feisoms a savoir a touz, qui nous, en la presence de noz amez & feaux
Mons’ Terry de Brederode, Messages pur Kenmerland.
Mons’ Willame de Egemound,
Mons’ Johan de Renesse,
Mons’ Henr’ Bufful,
Mons’ Nicol Persyn,
Mons’ Gerard de Egemound, Messages pur North Holland.
Mons’ Cristian de Raphurst, chevalers;
Mons’ Henry Chastelein de Leiden,
Simon de Bentham,
Sire Piers le Rous,
Sire Hue de Ropere,
Sire Hue de Cornhous, prestres;
Johan de Telyng,
Johan Nortyngh’,
Baudewyn Persyn,
Nicol Persyn,
Willam de Oestgeste,
Johan del Dortogh,
Cristian de Sweton,
Willam del Ven,
Splynter de Rammeswale, Messages pur Durdreight.
Johan le fiz Geffrei de Rammeswale,
Mense le Fryson,
Isebrond del Made,
Johan Overforde,
Copenon del Made,
Isebrond le fiz Hue le Rous,
Oger le Neven Kaleward, esquiers;
Johan de Striene,
Tylman le Fryson,
Johan Malegys,
Johan de Penlic,
Fays Trudeson, Burgeis de Durdreight.
Frezeri Gylesnewe,
Nocol le fiz Clay,
Johan le fiz Clay, Burgeis & messages pur Middelburgh.
Willam Marlyn,
Willam Henry Tadeson, Burgeis & messages pur Arlhem.
William Menseson,
Gerrard Doede, Burges & messages pur Leyden.
Arnulph Soete,
Hue de Rode, & Burgeis & messages pur Delf.
Jakes Fyncote,
avoms promis & graunte au tresnoble prince monsire Edward, par la grace de DIEU, Roy d’Engleterre, seigneur d’Yrland, & ducs d’Aquitaine, qe de trestouz les contens, quereles, descordz, crimes, e trespas, de quele qe manere, ou condicion quil soient, ou feussent entre nous, &, de noble remembraunce .... nostre peere, e noz autres auncestres, e nos suggetz, aliez, aerdantz, valitours, & amis, jointement, ou severaument, d’une part:

Et le noble homme Johan duk de Brebant, e, de haute remembrance, .... son peere, e ses autres ancestres e leurs suggetz, aliez, aerdantz, valitours & amys, ensemble, ou departeement, d’autre;

Nous, pur nous, & pur nos heyrs, haut & bas, du tot nous sumes mis a la volente au dit, & al ordenacion du dit Roy d’Engleterre.

E avoms volu & ottroye qe li meismes Roys d’Engleterre eit, & nous luy avoms done, plein poer de faire pees, treue, e suffrance entre nous e le dit duk de Brebant, e entre nos suggetz, aliez, aerdantz, valitours, & amis, e les suens.

E avoms promis & graunte, que l’avauntdite pees, true, ou suffrance, ou autre acorde, ou ordenance qui le devantdit Roy fera, dira, ou ordenera sur les avauntditz contens, quereles, descordz, crimes, ou autres trespaz queux quil soient, ou jadys feussent, ou en quele qe manere il eent este faitz, d’une part ou d’autre, nous tendroms, garderoms loiaument & fermement, & feroms garder & tenir a touz noz suggetz, aliez, aerdantz, valitours & amis.

E sur ce, e pur ce tenir garder, e acomplir en la fourme desusdite, nous avoms oblige a la destresce de la court de Rome, & du Roy d’Alemayne, e du dit Roy d’Engleterre, & de ses heirs Roys d’Engleterre, e du counte de Flandres, e de chescun de eux, nous, e nos heirs, e touz nos biens, e toutz les biens de nos suthmis, moebles e noun moebles, presentz e a venir; en tieu manere qe la dite court de Rome, par sentence d’excommunement es persons de nous, & de nos heirs, & de nos suggetz, aliez, aerdantz, valitours, & amys & de entredit nos terres, & de nos heirs, & es terres de nos suggetz, aliez, aerdantz, valitours, & amys: les queles sentences d’excommunement & de enterdit, soient, a la requeste du dit Roy d’Engleterre, ou de ses heirs Roys d’Engleterre, dones & getteez, sanz nul citation, exception, monition, & sanz debat & delay.

E le devantdit Roys d’Engleterre, e ses heirs Roys d’Engleterre, e le Roy d’Alemayne, e le cuens de Flandres, & chescun de eux, a la request du dit Roy d’Engleterre, ou de ses heirs Roys d’Engleterre, par la prise, seisine, & tenance de nous, e de nos heirs, e nos suggetz, aliez, aerdantz, valitours, & amys: & de nos terres, & de terres de noz heirs, & nos suggetz, aliez, aerdantz, valitours e amys, peussent distreindre nous e nos heirs, & nos suggetz, aliez, aerdantz, valitours, & amys, a tenir, garder, e acomplir totes les avantdites choses, e chescune de eles, en la forme avauntdite.

E avoms juree sur Seintes Ewangeyles, corporaument toches, qe totes les avantdites choses, e chescune d’elles, en la fourme desusdite, nous tendroms, garderoms, e acompliroms loiaument & fermement, e encountre ne vendroms ne assaeroms de venir en nule manere.

En tesmoignance des avauntdites choses, nous avoms ceste lettres sealees de nostre seal.

Done a Gypewyz, le oytyme jour du mois de Janeuoyr, l’an de nostre Seigneur mil deus centz quatre vintz & sesze.

A.D.1297

Nous Guis, cuens de Flandre & march’ de Namur, faisons savoir a tous,

Ke nous nobles homes, nos chiers & foiaules Henri seigneur de Blaumont, & Johan de Cuc, chevaliers; & Jakene de Donze, preuost de l’eglise de nostre Dame de Bruges, nostre clerc & rechedeur de Flandre; & chascun de aus pour le tout;

Avons fait, & faisons nos procureurs, ou nos messages especials, & leur donnons plain pooir de faire pour nous, & en nostre nom, pour nous, pour nos hoirs, & pur les nosteres;

A treshaut prince & noble Eduart, par le grace de DIU, Roy d’Engletiere, duc d’Aquitanie, & signeur de Yrlande, pour lui, pour ses hoirs, & pour les siens, ou a ceaus, ou celui, qui, quant a chou seront, ou sera, en sen liu, & pour rechevoir de lui, ou de aus;

Alliances, covenances, promesses, obligacious de persone, & de biens, & loiens, & sairemens, & fois, & tout chou ki a tiel besongne appertenra, & poira appertenir;

Et pour faire tout chun ke nous faire poirrens, & deveriens, se en nostre propre persone, nous fussiens present, en tous cas, en tous poins, qui requirent poir & mandement, soit general, soit especial.

Et expressement nous leur donnons poir & mandement de jurer, & de faire sairement, & foi fianchier, en l’ame de nous, pour nos, pour nos heirs; & pour les nos, toutes les fois, & sur toutes les choses, ke mestiers sera.

Et prometons a tenir ferm & estaule, tout ce ke par eaus, ou par les deus de eaus, sera fait, & dit, quant a ces choses.

En teismongnage de la quel chose, nous auons ces presentes lettres saeles de no saiel.

Qui furent faites le Merquedi apres le jour de le Typhane, en l’an de Grace mil deus cens quatre vins, & seze.

Sigil’ Flandr’ cera flava vinculo membran

Page 1_854

A.D.1297

A touz ceux, qui cestes presentes lettres verront, Johan cuens de Holland & Zelande, & sires de Frisland, saluz.

Nous fesoms a savoir a touz, que nous avoms promis, & graunte au noble prince Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seigneur d’Irelaund, & ducs d’Acquitaine, qe iceux;

Que monsire Renaud Ferre chivaler, & mestre Richard de Havering clerk, nous nomeront de par le dit Roi & les nouns des quiexs il nous baudront en escrit, quant nous seroms venuz en nostre pais, pour estre nostres conseillers;

Nous receuroms, & retendroms de nostre conseil: & a toutes nos bosoignes, que nous auroms a faire, les appelleroms a nostre conseil: & le conseil, q’il nous dorront, nous creiroms, & acompliroms, a nostre poer, en totes choses: e solonc celi conseil nous oureroms; e de lour conseil ne departiroms, ne encontre reins ne feroms, en nulle manere, tant come il plerra au dit Roi d’Engleterre.

E ce avoms nous jure a faire sur les seintes Ewangeles, corporelment touchiez.

E en testmoignance de ce, nous avoms ces lettres seeles de nostre seel.

Done a Herewyz, le dis & setyme jour de Janeuoir, l’an de nostre Seigneur, mil deus centz quatre vintz & sesze.

Page 1_855

A.D.1297

A touz iceux qui cestes presentes lettres verront ou orront, Johan conte de Holland & de Zeland, & seigneur de Frisland, salutz.

Sachez nous aver receu du noble prince Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seigneur d’Irland, & ducs d’Aquitaigne, par le mein Wautier de Bruges, nostre clerk:

Cink mile, sis centz, & quarante livres, de Turneis noyrs;

Sur le paiement de la summe, que le dit Roi graunta es covenances, fetes entre li &, de noble remembrance, .... nostre pere, sur le mariage de nous, & de sa fille, nostre chere compaigne.

E voloms e grantoms que les avantdites cynk mile, sis centz, & quarante livres, soient allouees en la dite summe, que le dit Roi graunta, sicome est susdit.

En testmoignance de ce, avoms fet faire cestes nos lettres overtes, seelees de nostre sel.

Donees a Herewyz le xviii. jour du mois de Janouoir, l’an de nostre Seigneur mil deus centz, quatre vintz e sesze.

A.D.1297

Roy a touz ceuz, qui cestes presentes lettres verront, saluz.

Sachez que nous avoms establi, pour nous, & pur nostre chere fille Elizabeth, femme du noble home Johan, conte de Holland & de Zeland, & seignour de Frisland, nos chiers e feals, Renaud Ferrers chivaler, & mestre Richard de Havering clerk;

Nos procuratours & attornez a prendre, & receivre l’assignement de oyt mile livrees, a Turneis noys, de terre & de rente:

Les queles oyt mile liverees sont a assigner a la dite nostre fille, pour son dovayre, par les covenances, fetes entre nous &, de noble remembrance, Florenz peere du dit conte, sur le mariage du mesme le conte & de la dite nostre fille:

Et a requerre, & veer que les dites oyt mile livrees soient estendues, assises, & assignes parfitement & entierement, e bons leus, e covenables, solom les dites covenances:

Et a receivre les avantditz estente, & assignement, e la seisine des terres, des viles, & des autres leus, qi ensi serront estendues, assises, ou assignees:

E a prendre, & receivre serementz, feautez, & autres deners, rentes, & services, e totes maneres de profitz, qi, par reson de la dite estente, ou du dit assignement, seront deutz, ou deuront estre fetz a la dite nostre fille:

E a fere totes autres choses, que peussent torner au profit de mesme nostre fille, es avantdites choses;

E auroms pur ferme, e pour estable, quant que les avantditz, chevaler è clerk, feront en cestes bosoignes.

E en tesmoignance de cestes choses nous avoms fet faire cestes noz lettres overtes, seelees de nostre seal, & du seal de la dite nostre fille, du quel ele use encore.

Dones a Herewyz, le vyntyme jour de Janeuoire, l’en de grace mill deus centz quatre vintz & sesze.

A.D.1297

Fait a savoir que monsieur Renaud Ferrer, & mestre Richard de Haveringes (le queux le Roi enveit en Holland pur le doayre ma dame Elizabeth sa fille, contesse de Holland) devient demander, depar le dit Roi, & depar la dite contesse, en noun du devantdit doayre;

Le maner de la Haye, & touz les autres maners, & totes les autres terres, qui meismes le conte ad entre la Muese & le Zype (ove totes les appurtenances) jusqes a la somme de viii M. liverees de terre par an, de noirs Turnois; si les manoirs & les autres desusdites terres amontent, par an, a tant de somme:

E, si noun, ce, qui en faudra, soit parfait, & acompli de la custume de Lemmnesfrend, ou dautre covenable chose, selonc la discretion des avantditz, Renaud & Richard, quant il serront venuz en pays.

C’est escrit est devisez en quatre parties:

Des queles une demoert devers le Roy:

L’autre au conte:

La tierce en chancellerie:

Et la quarte fait, baillee as avantditz, Renaud & Richard, le vintisme jour de Janeuoir, l’an de Grace myl deus centz, quatre vintz & sesze.

Page 1_856

A.D.1297

Nous Henris, sires de Blaumont, & Jehans sires de Kuc, chevalier, faisons savoir a tous, ke nous les lettres de haut & noble homme Guy conte de Flandres, & marchis de Namur, no chier seigneur, recheumes, les parolles, ki ensuivent, contenans.

Nous Guys, cuens de Flandres, & marchis de Namur, faisons savoir a tous, ke nous nobles hommes, nos chiers & foiables, Henri seigneur de Blaumont, & Jehan de Cuc, chivalers: & Jakeme de Donze, provost de elglyse de nostre Dame de Bruges, &c. prout supra de datâ ix. Januarii, p. 853. usque hæc verba.

Par le vertu de quelles lettres nous, Henris & Jehans desus nomei, procureur de par le devant dit conte;

Jurames le jour de le Candeler, l’an mille deus cens quatre vins, & seze;

En le capelle de nostre dame de Wasenghem, sour les sains Evangiles, de nous corporelment touchies:

Et fianchames en l’ame de no chier seigneur le conte devant dit, pour lui, & en son non, & pour ses hoirs contes des Flandres, ke totes les choses, & chascune de elles, contenues es lettres no chier seigneur le conte devantdit (ke treshaut princes & tresnobles Edwars, par la grasse de DIEU, Rois d’Engleterre, a de lui) sur aliances, faites entre eaus, pour eaus, & pour lour hoirs, Roys d’Engleterre & contes de Flandres;

Les queles lettres furent en le ditte capelle, & a jour devant dit, en le presense du Roy devantdit, & de nous, & de pleseurs prelas, barons & chivalers, & autres bones gens luites de point in point;

Ke nos chiers sires li cuens de Flandres, & si hoir conte de Flandres, tenront, & aempliront toutes les chozes, & chascune de elles, contenues es lettres, de li devantdits treshaus princes, le Roys d’Engleterre & le no seigneur le conte devantdit, sour les alliances devantdites.

Et, en tesmognage de che, nous avons ches presentes lettres selees de nos seaus.

Les quelles lettres furent faites & donnes ou lui, ou jour, & en l’an desus dis.

A.D.1297

Nous Edvars, par la grasse de DIEU, Roys d’Engletierre, sires d’Irlande, & ducs d’Acquitanie, faisons savoir a tous;

Ke nous sour les alliances, ke faites avons, en bone foi, pour durer a tous jours, pour nos, & pour nous hoirs Roys d’Engletierre;

A noble home Guy conte de Flandre, & marchis de Namure, pour lui, & pour ses hoirs contes de Flandre;

Et dont nous avous done au devantdit conte nous lettres ouviertes, saielees de nostre saiel;

Es queles lettres il est contenut ke me sire, Hue li Despensier, & me sire Wauter de Beauchamp, seneschal de nostre hostel, sunt noz procureur, & kil en l’alme de nous, pour nous, & e nostre noun, & pour nous hoirs Roys d’Engletierre, par nostre commandement, & en nostre presence;

Jurerent sour les sainctes Ewangiles, touchies corporeulment d’aus;

Et fianchierent, ke nous toutes les choses ordenees, devisees, & contenues, es dites lettres, ke li devantdis nobles hom, cuens de Flandres, a de nous sour les alliances devantdites, & cascune de lis, es dites lettres continues, tenriemes, & aempleriens, sans venir encontre, par nous, ne par autriu, en tout, ne en aucune partie.

Nous, ki de usage avons, ke nous en propre persone ne jurons mie, recognissons, ke les devantdis me sire Hue, & me sire Wautier, feisemes nous procureurs;

Et leur donames pooir, & mandement de jurer en l’alme de nous, pour nous, & pour nous hoirs, Roys d’Engleterre, & en nostre noun, toutes les choses, & cascune de les contenues es dites lettres des alliances devantdites, ke li devantdits cuens de Flandres a de nous, si come deseuze est dit:

Et recognissons ke li devantdit me sire Hue, & me sire Waute, nostre procureur, de nostre mandement, & en nostre presence jurerent, sour les sainctes Ewangiles, corporeulment d’aus touchies;

Et fiancierent, en li capiele de nostre dame a Wasingehem, pour nous, & pour nous hoirs, Rois d’Engletiere, ke nous toutes les choses, & cascune d’eles continues es dites lettres, ke li dis cuens de Flandres a de nous sour les alliances devantdites, tenriens, & aempleriens, sans venir encontre par nous, ne par autrui, en tout, ne en aucune partie.

Et le devantdit sairement, & fiance, fais de nous procureurs devantdis, nous, ki present i estiemes, desimes ke de no comaundement fait estoient.

Et ke nous les loaumes, greaumes, & approaumes, si come fais pour nous, & pour nous hoirs, Roys d’Engleterre: & en nostre noun.

Et encore le dissons, ke de me comandement, & en no presence, li levantdit sairement, & fiance furent fait, en le capiele devantdite;

Et les loons, greons, & approvons, pour nous & pour nous hoirs, Roys d’Engletierre, & l’avons en covent a tenir & aemplir, pour nous, & pour nous hoirs, Roys d’Engleterre sans venir encontre, par nous, ne par autrui, en tout, ne en aucune partie, par le tiesmoignes de ces presentes lettres saielees de nostre saiel;

Ki furent faites & donnees a Wasinghem, le jour de le Candeler, en l’an de Grasse mil deus cens quatre vins, & sesze, & de nostre regne vintisme quint.

lang="LA">Sigil’ cerâ albâ, ligulû membran’.

A.D.1297

Nous, Antones de Dunolme, Wauter de Cestre, par la grace de DIEU, evesqes, e Hue le Despenser chevaler, fasoms a savoir a touz;

Qe sour les covenances, faites sour le mariage, qe se doit faire, e fera;

Entre mon seignur Edward, fiuz a treshaut prince e noble, no trescher seignur Edward, par la grace de DIEU, Roy d’Engleterre, seignur d’Irland, e duc d’Aquitaine;

E damoiselle Phelippe, fille au noble home Guy, conte de Flandres, e marchis de Namur.

Ou de damoiselle Isabelle, sorour a la dite damoiselle Phelippe;

S’ensi estoit qe de damoiselle Phelippe li mariage ne peust avenir, fust par l’empecement de Roy de France, qui par divers lieus le tient, ou qe elle morust devant ceo qe ly mariages se fesist, ou par autre encheson, quele que ele fust; sicom il est pleinement contenue es lettres de covenaunces sur ceo faites;

Nous, a qui ly Roys, nos chiers sires desusnome, pur ceo qe en sa propre persone nad mie use a jurer, commanda & poer dona de jurer en l’alme de ly, e fiancer totes les choses, e chascune d’eles, contenues es lettres des covenances du mariage devantdit;

Avoms jurre en l’alme de nostre chere seignour le Roy devantdit, e fiancie: jurames e fianceames, en la presence de li, qe toutes les choses, e chascune de les, contenues es dites convenaunces, il tenroit, e aempliroit, sanz venir encuntre, en tut, ne aucune partie, par li, ne par autrui.

E, en tesmoignance de ceo, nous avoms cestes lettres presentes selees de noz seaus.

Les queles furent faites e donees a Walsingham, le Mardy apres la Chandeleure, l’an de nostre Seignur mil deux centz quatre vintz & sesze.

A.D.1297

Nous, Hue le Despenser, e Wauter de Beaucamp, fesoms savoir a touz;

Qe treshaut e tresnoble prince, nostre chere sires, messires Edward, par la grace de DIEU, Roy d’Engleterre, sires d’Irland, e ducs d’Aquitaine, nous establi, e fist en la chapele de Walsingham le jour de la Chandeleure, en l’an mil deuz centz, quatre vinz, & seize, ses procureurs;

E nous dona poer e commandement de jurer en l’alme de li, e fiauncer, sur totes les choses contenues es lettres, quil ad donees a noble home le conte de Flandres, sour les aliaunces, faites entre eaus, pur eaus, e pour lour heirs, Roys d’Engleterre, e contes de Flandres:

Les queles lettres furent as desus nomez jour e lieu:

En la presence de nostre chere seignur le Roy d’Engleterre desusnome, e de nous, e de plusours autres bones gentz, prelatz, chevalers, e autres desusdit lieu;

Jurames sur les seintes Evangelies, touchiez de nous deus corporelment, e fiancames, en l’alme de ly, pur ly, en son noun, e pur ses heires, Roys d’Engleterre, qu’il, e si dit heir, Roy d’Engleterre, tendrunt, aempleront totes les choses, e chescun deles, ensi come eles sont devisees, ordenees, e contenues es lettres faites sour les dites aliances.

E, en tesmoignage de ceo, nous avoms mis noz seales a cestes presentes lettres.

Faites e donees a desusdit lieu, en lan, e au jour, desus nomes.

Page 1_860

A.D.1297

Edward, par la grace de DIEU, Roy d’Engleterre, seigneur d’Irland, & ducs d’Aquitaine, a ses feaus e leaus Henry de Lacy conte de Nicole, tenant son leu en Gascoigne, e a Johan de Seint Johan, son seneschal en celes parties, saluz.

Sachez qe luy nobles home, le conte de Flandres, marchis de Namur, nostre chier amys, a la request des marchandz, e des mariners de Espaigne e de Portugal;

Nous ad prie & requis, qe, pour le profist de nous, e de luy, e de nos terres, vousissoms doner sauf conduit a eus, en alant, venant, & demorant, & marchandant par nostre roialme;

A durer jesqes a la quinzeine de la Seint Michel prochein venant; car il priereit au Rois d’Espaine & de Portugal, q’il autiel conduit donassent as gentz de nostre roialme, e de nos terres.

E, pour ceo, qe nous savoms bien, que ceo serroit profitable chose, qe pees se feist entre les nos e les gentz de celes parties;

Nous vous mandoms, qe vous apelees a vous ceus de Bayon & lour monstrez ceste chose.

E puis envoiez as Roys avanditz d’Espayne e de Portugal, pour saver moun s’il le voillent aussint: e, s’il le voillent, facent autieles lettres pour nos gentz, come nous avoms grante pour les lour:

Les queles lettres nous avoms envoies au dit conte de Flandres, par l’evesque de Cestre nostre tresorer.

E les queles devient demorer en la main le conte de Flandres, ou du dit tresorer, jesqes a tant qe hom sache si ceo soit la volunte des avantditz Roys:

La quele seuwe, e leurs lettres euwes sur ceo, nous voloms qe vous facez crier la triwe de ceus d’Espaigne, e de Portugal, pour eus, e pur leur biens, e pur leur marchandises, a durer al terme avantdit:

E adonk voloms nous qe nos lettres desusdites soient baillees as marchandz d’Espaigne e de Portugal:

Nous vous enveoms le transcript de la lettre, la quele nous avoms faite as marchandz d’Espaigne e de Portugal, pur ceo qe vous peussez saver quele lettre vous devez aver des avantditz Roys pour noz gentz.

Donees a Seint Auban, le xvii. jour de Feverer, anno, &c. xxv.

Page 1_861

A.D.1297

Philippe, par la grace de DIEU, Roy de France, a tous ceux qui ces presentes lettres verront, salut.

Comme souffrance ou abstinence de guerre soit accordé & faicte entre nous, pour nous, pour nos hoirs, pour nos hommes, soubmis, alliez, & aydans, d’une part; & le Roy d’Angleterre pour luy, pour ses hommes, sousmis, alliez & aydans, d’autre; laquelle souffrance doit durer jusques a lendemain de la Tiphanie prochaine a venir, & d’illuecques jusques a un an apres; & ayt esté acorde en l’ordonnance de la dicte souffrance, que tous li prisonniers de chacune lesdites parties, de quelle condition ou estat, haut ou bas, grand ou petit, il soient, ostagie au dict a la cognoissance, & a la volonté de deux chevaliers, c’est asscavoir de nostre amé & feal Simon de Meleun, chevalier, mareschal de France, lequel nous avons esleu & establi a ce pour nostre partie, & Geoffroy de Gienville, chevalier, lequel lidit Roy de Angleterre i a mis pour la soue partie, si comme ses choses sont plus plainement contenues en nos lettres, & du dict Roy d’Angleterre faictes sur ce:

Nous establissons & envoyons especiamment nos amez freres, Geoffroy de Ablines, & Odet de Sens, de l’ordre des freres Prescheurs, & frere Pierre de Laudosies, & Robert de Progue, de l’ordre des freres Mineurs, porteurs de ces lettres, a requerre de par nous, & en nom di nous, que la souffrance ou l’abstinence dessusdicte soit tenue & gardee au haut prince Jean Roy d’Ecosse, & as prelatz, barons, chevaliers, & autres nobles, communitéz, & universitéz, de villes, & as habitans du royaume d’Ecosse, de quelle condition ou estat qu’il soient, lesquels sont de piesa & les tenons pour nos alliez & aydans, si comme il appert par les lettres faictes sur ce: & a demander encores & requerir, que li dit Roye d’Ecosse, & les autres du royaume pris par la partie dudict Roy d’Angleterre, de quelle condition ou estat, haut au bas, grand ou petit, il soient, soit ostage selon la forme de l’accord, & de l’ordonnance dessusdict, & a demander & requerir que ces choses dessusdicts, & en la garde des ports, & en touttes autres choses la souffrance, l’accord, & l’ordonnance dessusdict soient tenues, gardez, & accomplis; & a faire toutes choses qui necessaires seront en ces besognes, desquelles choses requerre & faire en la maniere dessusdicte, nous leur donnons plenier povoir & especial commandement par ces presentes lettres, scellees de nostre scel.

Faictes & données a S. German en Laye, le Mardy apres les Brandons, l’an de Grace mil deux cents quatre vingt & dix sept.

A.D.1297

Sachent touz, qe le secund Vendredi de Quaresme, cest a savoir le uityme jour de Marz, l’an de nostre Seigneur mil deus centz quatre vintz & sesyze, a Bruges, en la presence de nous Guy, conte de Flandres, & marchis de Namur, & del honorable pere Wauter, par la grace de DIEU, evesqe de Chestre & tresorer d’Engleterre, & sire Johan de Berewik clerk, messagiers de treshaut & noble prince le Roy d’Engleterre, & mon seigneur Willame de Leyburne amiral de la mer du dit Roy d’Engleterre;

Furent ordenees, & acordees, pur durer a touz jours, les choses ki esuent, entre les mestres & mariners d’Engleterre, Bayone, & de Flandres, qui covenablement y poent estre pur euz, & pur tous les autres, de l’une terre & de l’autre, & du commun assent de eux, pur garder la pees & l’amour, & pur greigner seurte de eux, & des marchands, & des autres persones des devantdites terres.

I. Premerement, est ordene & acorde, que toutes les nefs d’Engleterre, & de Bayone, & du poer d’Engleterre, alantz vers le parties de Flandres, aient le signal des armes du Roy d’Engleterre: & toutes les nefs de Flandres, & du poer du conte de Flandres, alantz par mer, aient le signal des armes du conte de Flandres, & ovesque lettres patentes, sealees du commun seal de la vile, d’ont la nef sera, tesmoignauntz qe la dite nef est de tiele ville, du poer du conte de Flandres; & ce est ordene pur ce, qe les enemys d’Engleterre & de Flandres ne les peussent desceivre enpreignant, & contrefaisans le signal du conte.

II. Derechief est ordone & acorde, qe si un du poer du Roy d’Engleterre tue aucun, ou aucuns du poer du conte de Flandre, ou leur face roberie & autre trespas: ou si ceux du poer du dit conte, tuent de ceux d’Engleterre & de Bayonne, ou du poer du Roy d’Engleterre, ou leur fachent roberie, ou autre trespas; qe justice & amende soit faite en tieu manere, qe celi, qui serra atteynt qil avera fait mort, preigne mort; & qui avera coupe membre, ou tolu membre, si perde ausi membre, & des auters trespas droiture soit faite, selonc les custumes du lieu ou le trespas serra faite:

III. Et fait a savoir qe pur mort, ne pur roberie, ne pur autres trespas, qui serront faitz de l’une partie ne de l’autre: ne pur ce qe la justice, l’emende de cele mort, ou de cele roberie, ou autre trespas soit delaye longement a faire; l’alliance, ne la pees, ne l’amour ne la communautes des uns as autres, ne de l’une terre a l’autre, ne doit estre, ne serra changie, amenusie, ne tourblee de rien; mais de la dite mort, ou roberie, ou autre trespas, soit justice, & amende pursewe par ceux, a qui la choze pertendra, & faite le plus tost, qe hom porra, en bone manere.

E, en tesmoignace des dites choses, nous G. cuens de Flandres avantditz, avons cestes presentes lettres, sealees de nostre seal.

Donnees a Bruges, l’an & le jour avantditz.

Dors’.—Cest un escrit endente, dont la une partie demoert sealee du seal le conte de Flandres deners le Roy, & l’autre partie sealee du seal le Roy deners le dit conte demorante. E fait a remembrer que l’escrit souz le seal le conte feust baille a monsieur Johan Sauvage a Gillingham le xxv. jour de Marz pur faire crier sur la marine meisme l’escrit.

Page 1_862

A.D.1297

Nous Guys cuens de Flandres, e marchis de Namur, fesom savoirs a toutz;

Que nous, que voloms entirement, e sans feintise, garner, tenir, e complir l’aliance, e les covenances, sur la mesme aliance fetes entre le tresnoble prince, notz chier seingneur Edward, par la grasse de DEU, Roy d’Engleterre, seingneour d’Irlande, e duc d’Aquiteine dune part, e nous d’autre, contenes en nostre lettre, seel de nostre seel pendant,

Avoms promis, e promettom au dit nostre seigneur Roi que nous procurerom e travailerom, a nostre pouoir, loiaument, en bone foy, que li baroun, le gentilhomme, e les communes de notz bones vyles, de nostres counte de Flandres;

La dite aliance, e totes le couenences en la dites aliance contenues, approueront, greanteront, e promettront que il les garderont, & eideront a garder, a lur pouoir, en bone foi, e par lur serment.

E sur ce doront lor lettres ouertes, seeles de lour seaus, oueque la tenor de la ditte aliance.

En tesmoinance des que les choses nous avoms feit mettre en ces presentes lettres nostre seel.

Qi faites fuerent, e donees a l’Ille en Flandres, en l’an de Grace mil deus cens quatre vinz e seze, le vigile de Pasques flories.

Sigil’ Flandr’ Lemnisco membran’.

A.D.1297

Nous Guys, cuens de Flandres, & marchis de Namure, faisons savoir a tous, & volons qe tout sachent:

Qe pour chou qe aucunes persones, de haut estat, & de grande poiscanche, ne reswardent mie, sicom il deveroint, a raison, mais a lor volente, en la fianche de lor pooir, & reasons doit estres sovuerain de tous.

Et chascuns, comme grans k’il soit, n’ait mie a des pooir, par lui, de contrescer nature humane, qui entre la gent a fait & ordene une liguie, enseigne bien a faire allianches, & acquere amis, pour estre puissant de defendre violences & injuries, & de maintenir droiture.

Chascuns set, & voirs est qe haus prinches & poisans, Phelippes Rois de Franche, en cui homage nous avoms este, come pers de Franche, par sa volente, & sans raison, & sans nostre deserte;

Nos a greves, & dur portes, & entrepris sour nostre honeur, & sour le nostre, le quell il estoit tenus, par la reason de la feaute, a la quele il nos rechut jadis, des warrandir, & nous maintenir, par raison & en loiance.

Et nous a defailli de droit, & en moult d’autres manieres fest, meffais viers nous, encountre DIU & encountre justiche.

Et, pour chou, qu’il, qui tant est de sa volente, & poiscans, & fors, & ne reconust nul soverain, nous a mis en cele necessite, quil covient qe nous queroms & pourcharons amis, encontre lui;

Nous avons fait, & faisons entre nous d’une part, par le consel de nos prelats, de nos barons, & de nos amis, & de nos gents, & entre treshaut & tresnoble prinche, no chier seigneur, Eduward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seignur d’Yrland, & duc d’Acquitaine, de autre part, par le consel de ses prelats, & de ses barons, & de ses gens, de nostre commune & bone volente, & de nostre commun assent, de une part & d’autre, allianches, & covenanches, en la manere qui ensuit, les quelles allianches & covenanches, nous velons en bone foi ke elles durent, desore en avant, a tous jours, perpetuelment, pur nous conte de Flandres, & Roi d’Engleterre desusnomes, & pour nos heirs, ausi contes de Flandres, & Rois d’Engleterre.

C’est assavoir nous, Guis cuens de Flandres desusnomes, avons en couvent, & pour nous, & pour nous heirs contes de Flandres, au dit Roi d’Engleterre, pour lui & pour les heirs Rois d’Engleterre qe s’ensi estoit, qe si Rois de Franche, ou ses heirs Roys de Franche, venist, a ost bannie, sur le Roi d’Engleterre, qui or est, sur ses heirs Rois d’Engleterre, ou envoiast, de par lui, a si grant forche sur le dit Roi d’Engleterre, ou sour ses heirs Rois d’Engleterre, qe souffrir, ne defendre ne se puiscent.

Nous, le dit Roy d’Engleterre, & ses heirs Rois d’Engleterre, aider devons, & aiderons contre le dit Roi de Franche, & ses heirs Rois de Franche, & encontre tous les aidans, de tout nostre pooir, loiaument, & en bone foi, a tous nos alies, en la manere qui ensuit:

Chest a savoir, qe as gens, qe nous i envoierons, nous ferons trouver, a nos coustenghes, passages de mer, restor de chevaus, & gages: ensi toutes voies qe li dis Rois d’Engleterre, & si dit hoir d’Engleterre, sil avoient defaute de vitaille, lor ferint avoir en lor terre avenaument, pour lour deniers, pour che qu’il seront en estrange pais.

Et li Rois d’Engleterre, & si hoir Roi d’Engleterre, nous douient ausi aidier, & nos hoirs, contes de Flandres, en la manere contenue, en la lettre que nous avoms de lui.

Et est a savoir qe nous, durant la guerre, que nos chiers sires, li Rois d’Engleterre susdis, a orendroit au dit Roi de France, prometons, & deuoms commencher guerre au dit Roi de Franche, dedens les deus mois qe li dis Rois d’Engleterre le nous ara mande.

Et sachent tuit, qe tuit nostre enfant, & tuit nostre alies, douient estre, toute cheste guerre de ore durant, en ceste alianche.

Derechief nous volons, qe tout sachent, qe nous, ne nostre hoir, conte de Flandres, de ceste guerre, que li dis Rois d’Engleterre a orendroit au desus dit Roi de Franche, ne de autre, qui advenir puist a nul jour, dou dit Roi d’Engleterre, ou de ses hoirs Rois d’Engleterre, au desusdit Roi de Franche, ou a ses hoirs Rois de Franche, ou d’ou dit Roi de Franche ou de ses hoirs Rois de Franche, a nous, ou a nos heirs de contes Flandres, pais ne truiwes, ne souffranche, ne poons, ne deuons faire, ne ne feroms, sans l’assens, l’otroi, & le consens, du dit Roi d’Engleterre, ou de ses hoirs Rois d’Engleterre.

Et non plus ne le douient faire li desusdis nos chiers sires li Rois d’Engleterre, e ne si hoir Roi d’Engleterre desusdit, ne de ceste guerre, ne de nulle autre, qui advenir puist, sans l’assens, l’outroi, & le consens, de nous, ou de nostre hoir, conte de Flandre desusdit.

Ne nul de nos autres enfans ne puet, ne ne doit faire pais, triuwes, ne souffranche, au desusdit Roi de Franche, ne a son hoir Roi de Franche duront cheste guerre, que li desusnomes Rois d’Engleterre a orendroit a lui, sans l’assens, l’otroi, & consens du dit Roi d’Engleterre, ou de son hoir Roi d’Engleterre.

Et, se cheste dite guerre estoit finie, ensi qe pais en fust faite, & aucune autre guerre soursist en apres, entre desusdit Roi de Franche, ou son hoir Roi de Franche, & li desousnoumes Rois d’Engleterre, ou son hoir Roi d’Engleterre: ou entre le dit Roi de Franche, ou son dit hoir Roi de Franche, & nous, ou nostre hoir conte de Flandres, & nostre enfant, qui de conte Flandres ne seront, mie fuistent encontre nous, ou encontre le desusnome no chier seigneur le Roi d’Engleterre, ou son hoir Roi d’Engleterre.

Nous, ne nos hoirs, cuens de Flandres, ne le dis Rois d’Engleterre, ne ses hoirs, Rois d’Engleterre, ne seriens (tant com il feussent contrarie a nous, ou a lui) aidant a eus, ne consillant en nule manere, ne ne les recettenens nulement.

Et soit connue chose a tous, qe les alianches, qe nous, pour nous, nos dis hoirs, contes de Flandres: & li desusnomes Rois d’Engleterre, pur lui, & pour ses dis hoirs, Rois d’Engleterre, avoms faites, ne pureent jamais a nul jour, pour rien qui adviegne, ne qui advenir puist, estre deffaites, ne par commandement: ne par pourchach d’Apostoile: ne d’autrui: ne pour chose qui soit impetrei, ne otroie, ne que on puist jamais, a nul jour, impetrer d’Apostole, ne d’autrui: ne que on puist otroir; ne pour occasiun nulle (quelle que elle esoit) ne puist estre, se nos ambedoi, ou nostre desusdit hoir conte de Flandres, & Roi d’Engleterre, ni metons nostre comun acord & assens, ou nostre dit hoir, le leur.

Et s’il avenoit ensi qe commandemens, ou pourcachs, en fust fais, ou aucune occasions advenist (quelle qe elle fust) qui deust a chou mannoir, si ne deuons nous de riens user, ne ne userons, se nous ambedoi, de nostre comun acord, ni ascentons, ou nostre desusdit hoir.

Toutes ches choses desus devisees, & dites, & chascune de elles, avoms en convent loiaument, pour nous, & pour nos desus dis hoirs, contes de Flandres, a tenir, & a emplir en bone foi, au desusnomme no chier seigneur d’Engleterre, pour lui, & pour ses desusdis hoirs Rois d’Engleterre.

Set avons nous, sour les sains Ewangiles, touches corporoument, fianchie, promis, & jure toutes les choses duvant dites, & chascune de elles, a tenir, & a acomplir, en bone foi, au desusdit Roi d’Engleterre, & a ses hoirs, Rois d’Engleterre, sans venir, ne faire jamais riens encontre, ne en tout, ne en aucune partie.

Et, quand a chou, nous obligons ausi au desusnome Roi d’Engleterre, & a ses hoirs, Rois d’Engleterre, tout le nostre entirement, & nos hoirs, contes de Flandres, perpetuelment, a tous jours, & tout le leur.

Et, par le meesme serement, foi, & couvenanche, nous, quant a toutes ches choses entierement, & chascune de elles, avons renounchie, & renounchons, a toutes les choses, par les queles, les choses, qui sont contenues en ches lettres, poroient en tout, ou en aucune partie, estre deffaites, empechies, ou delayes.

Et volons ke, cheste renunciations, relese, en tous cas, & en tous point, tout ausement, qe se expressement, & especiaument fuistent mis avant.

Et renunchoms ausi au droit, qui voet qe generaus renunciacions ne doit valor.

Et pour cheu, qe toutes ches choses, & chascune d’elles soient plus seures, & tenues, & wardees mieuls, & plus fermement, nous Guis, cuens de Flandres, & marchis de Namur, Robiers, Guillaumes, Jehans, & Guyes, fils au dit conte devantnome, en non de souvenanche, & de thiesmongnage avoms ches presentes lettres fait seeler de notre seez.

Les queles lettres furent faites, & donnees a l’Ille l’an de Grace mil deus cens quatreems & sese; le vigile de Pasques flories.

Sigill’ Flandr’ cera flava, filis sericis crocei coloris.

Page 1_863

A.D.1297

Nous Guis, cuens de Flandres & marchis de Namur, faisons savoir a touts,

Qe coume allianches & couvenches soient faites entre treshaut & tresnoble prince, no chier seigneur Eduward, par la grace de DIEU, Roy d’Engleterre, seigneur de Yrlande, & duc d’Aquitaine d’une part, & nous d’autre part, qui continues sont en nos lettres, qui ensi coumenchent;

Nous, Guis, cuens de Flandres & marchis de Namur, faisons savoir a tous, & volons qe tout sachent,

Qe pour che qe aucunes persones, de haut estat & de grande poisanche, ne rewardent mie, si com il deveroient, a raison; mais a leur volente, & en le fianche de leur poir & raisons, doit estre souveraine de tous.

Et chascuns, come grans queil soit, n’ait mie a des pooir par lui, de contrestier nature humane, qui entre la gent a fait, & ordene une liguie, ensegne bien a faire allianches, & acquerre amis, pour estre poiscant de deffendre violences & injuries, & de maintenir droiture.

Caschuns set, & voirs est qe haus prinches & poiscans, Philippes Rois de Franche, en cui homage nous avons este, come pers de Franche, par sa volente, & sans raisons, & sans nostre deserte;

Nos a greues, & dur portes, & entrepris sour nostre honneur, & sour le nostre, & c.

Et finent ensi les dittes lettres par devant de date;

Et pour che, qe toutes ches chozes, & chascune d’elles soient plus seures, & tenues, & wardees mieuls, & plus fermement, nous Guis, cuens de Flandres & marchis de Namur, Robiers, Guilliaumes, Jehans, & Guyes, fils au dit conte devantnome, en non de souvenanche, & de thiesmognage, avons ches presentes lettres fait seeler de nos seaus;

Les quelles furent faites, & donnees a l’Ille en Flandres:

Et est la dite celle, l’an de Gracie mil deus cens quatre vins, & seze, le vigille de Pasques flories.

Ac quels choses Robiers, Williaumes, Jehans, & Guyes, no fils, se sont obligie, & as dites lettres ont mis leur seaus avoec le nostre.

Nous promettons loiaument a faire, & pourcachier qe Phelippes nos fils (qui or est en estraignes terres) de quele eure qe nous le porons avoir par deviers nous, se obligera as alianches, & as couvenches desus dites garder, tenir, & acomplir: & i mettera le sairement de son cors, en autel fourme coume si frere devaunt noume lont faite: & en donra du dit Roy, sour toute la teneur de le allianche, ses lettres ouivertes, seeles de son seel.

En thiesmognage de la quel chose, nous avons chez lettres seeles de nostre seel.

Qui furent donnees a l’Ille, l’an de Grace mil deux cens quatre vins & seze, le vigille de Pasques flories.

A.D.1297

Edward, &c. au noble home, & son chier amy, monsire Guy, conte de Flandres, & marchis de Namour, saluz.

Come nostre chier & ame, Pieres de Artikelunge, cytein de Baione, & mestre de la nef Seint Piere, de meisme la vile, n’adgueres, apres l’alliance faite entre vous & nous, passast par meer, oue sa dite nef, chargee de diverses marchandises, en alant vers Gascoigne par nostre commandement;

Survindrent aucunes gentz de Espaigne, oue leur nefs, hors de Flandres, & l’asaillirent, tuerent grant partie de ses gentz, & sa nef, ove les biens, & les merchandises, qui leinz furent trouez a cele houre, pristrent, & amenerent a force, a grant damage du dit Pieres, & de nos autres bones gentz, a qui les biens & les marchandises furent.

Et contre la forme de la true, qui nous eumes avant ottroiee, par vostre requeste, par entre les noz & ceux de Espaigne: & contre la deffence, qui vous mesmes leur aviez sur ce faite, avant q’il partirent de vostre poer, a ce qe vous avoms entendu.

Et, pur ce qe nous sumes tenuz de garder de damage le devauntdit Pier & de faire amende a li & as autres, qil y perdirent, sicome est avantdit: &, d’autre part, pur ce qe le fet feut fait contre vostre deffense, & contre la true avantdite, la quele nous grantames par vostre priere;

Nous vous prioms especiaument pur le dit mestre, & pur les autres ausint, que des biens de ceux de Espaigne, qui sont arestez en vostre terre, leur faciez faire restitution & amende de leur damages, & de leur pertes avantdites, en la meilleure manere qe vous porrez, & au plus tost que vous porrez.

E tant en voillez faire pur l’amour de nous, qe nous vous en peussoms loer, & que nos dites gentz se peussent tenir apaez par reson de ce, qui vous en aurez fait:

E de ceste chose avoms nous receu si suffisante proeve, qe nous nous entenoms apaez, la quele nous n’eussiens ja acceptee, si nous ne tenissiens que ele feut assez bone, pur ce nomement que la chose nous touche en tant, que nous sumes tenuz de les engarder de damage.

Donees a Forde, le primer jour de Averil, l’an de nostre regne vintisme quint

A.D.1297

Edward, &c. au noble home, & son chier amy, monsire Guy, conte de Flandres, & marchis de Namour, saluz.

Come nostre chier & ame, Pieres de Artikelunge, cytein de Baione, & mestre de la nef Seint Piere, de meisme la vile, n’adgueres, apres l’alliance faite entre vous & nous, passast par meer, oue sa dite nef, chargee de diverses marchandises, en alant vers Gascoigne par nostre commandement;

Survindrent aucunes gentz de Espaigne, oue leur nefs, hors de Flandres, & l’asaillirent, tuerent grant partie de ses gentz, & sa nef, ove les biens, & les merchandises, qui leinz furent trouez a cele houre, pristrent, & amenerent a force, a grant damage du dit Pieres, & de nos autres bones gentz, a qui les biens & les marchandises furent.

Et contre la forme de la true, qui nous eumes avant ottroiee, par vostre requeste, par entre les noz & ceux de Espaigne: & contre la deffence, qui vous mesmes leur aviez sur ce faite, avant q’il partirent de vostre poer, a ce qe vous avoms entendu.

Et, pur ce qe nous sumes tenuz de garder de damage le devauntdit Pier & de faire amende a li & as autres, qil y perdirent, sicome est avantdit: &, d’autre part, pur ce qe le fet feut fait contre vostre deffense, & contre la true avantdite, la quele nous grantames par vostre priere;

Nous vous prioms especiaument pur le dit mestre, & pur les autres ausint, que des biens de ceux de Espaigne, qui sont arestez en vostre terre, leur faciez faire restitution & amende de leur damages, & de leur pertes avantdites, en la meilleure manere qe vous porrez, & au plus tost que vous porrez.

E tant en voillez faire pur l’amour de nous, qe nous vous en peussoms loer, & que nos dites gentz se peussent tenir apaez par reson de ce, qui vous en aurez fait:

E de ceste chose avoms nous receu si suffisante proeve, qe nous nous entenoms apaez, la quele nous n’eussiens ja acceptee, si nous ne tenissiens que ele feut assez bone, pur ce nomement que la chose nous touche en tant, que nous sumes tenuz de les engarder de damage.

Donees a Forde, le primer jour de Averil, l’an de nostre regne vintisme quint.

A.D.1297

Edward, &c. au noble home, &c. monsire Guy, conte de Flandres, &c.

Come nostre chier & ame, Nicholas de Murtynges, citien de Baione, & mestre de la nef Seint Nicholas, de meisme la ville, n’adgueres, apres l’alliance faite entre vous & nous, passast par meer, oue sa dite nef, chargee de seel, & de cire, & autres diverses marchandises, en venant de Gascoigne vers Engleterre;

Sur vindrent aucunes, gentz de Espaigne, ove leur nefs, hors de Flandres, & l’asaillerent, &c. prout in superiore.

Donees a Elstington, le septime jour de Averil, &c.

Page 1_864

A.D.1297

Roy, au noble homme, e soen chier ami, monsire G. conte de Flandres, & marchiz de Namur, saluz e cheres amistez.

Nous avoms bien entendu ce que monsire Johan de Gaure, e monsire Gerard de Verbois, vos chevaliers (que nous porterent vostre lettre de creaunce) nous ount dit de par vous par mesme cele creaunce, endroit des bosoignes qe vous touchent, les queles nous tenoms noz propres, les queles il nous mustrerent sagement e aviseement.

E sur coe avons dit a eux ce, qe nous poums faire en les dites beso ignes, quant a ore; sicom a vous porrunt dire plus pleinement de buche.

E molt nous peise de coe, qe nous ne poems, a ore, plus avant fere en cestes choses.

E plus eussoms ceste chose hastes, si nous peussoms en bone manere.

Donees a Lym, le xiv. jour de May.

A.D.1297

Roy, a la contasse de Flandres, saluz. Dame, nous receumes vos lettres, les queles monsire Johan de Gaure, e monsire Gerard de Verboys, chevalers vostre seigneur, nous porterent de par vous:

Par les queles nous avoms entendu, entre les autres choses, en celes lettres contenues, que vous avez grant desir de oir bones noveles: de quoi nous vous mercioms cherment:

E vous fesoms a savoir, que nous estoioms en bone sauntee, quant ceste lettre fut faite, DIEU merci; la quele chose nous desiroms mult saver de vous:

E vous prioms, qe vostre bon estat nous voillez faire saver totes les foiz, qe vous averez a coe covenablete.

E, endreit de ceo, que vous nous avez prie, qe nous pensoms del estat des bosoignes vostre seigneur, les queles nous tenoms noz propres, e les queles les chivalers avantdits nus unt mustre bien e sagement;

Sachez, dame, qe nous mittroms la peine, qe nous porroms, de celes bosoignes avancier; e du plus pris nous prendroms, pur tant qe vous nous en avez prie.

Car piecea n’esteimes prie de dame pur nule bosoigne avaunt ore.

Donnees a Lym, le xiv. jour de Maii, &c.

Page 1_865

A.D.1297

A treshaut & tresnoble prince, A. par la grace de DIEU, Roy de Romeyns, touz jours cressant, nostre treschere amy; Edward, par mesme la grace, &c. saluz & treschieres amisteez.

Sire, il est ensi, que le Roi de France fet somondre tot son poer pur venir, en propre persone, od grant effortz, sur le conte de Flandres, proscheinement, en beiance de sousprendre li & sa terre, a ce que nous avoms entendu par certein mandement, & par certeines gentz.

E, pur ce que l’aliance, que est entre nous & le dit conte, est tiele, que nous ne li devoms faillir a tieu busoigne:

Nous feisoms somondre les gentz de armes de nostre roialme, pur estre a nous a Londre, od chyvaus & armes, le Dyminge, prechein apres les oytaves de la nativite seint Johan le Baptiste, proscheinement avenir, prestz, & apparaillez de passer, ovesque nous meismes, au plus tost que nous purroms, apres le jour avantdit.

E, pur ce que le damage du conte, si nul ly aveneit (que ja DIEU ne voille) serreit bien nostre, & de touz nos amys ausynt; des queux nous vous tenoms soverein & principal;

Nous prioms chierement, & requeroms vostre hautesce & vostre amiste (de quei nous nous fioms molt) que vous voillez ordeiner, & tant faire, que le devantdit conte soit ayde covenablement par vos gentz, qui plus procheins sont as marches de sa terre, & qui mieuz & plus eseement y puissent venir; & entendre tant que nous y puissoms mettre autre conseil; car nous meismes y bioms passer; en propre persone, au terme avantdit.

E vous priomes derechief, que vous apruechiez vos marches, devers les parties de Flandres, od le poer qui vous porrez bonement avoir, issint que vous y soiez entour cel termyne, si que nous peussoms parler ensemble pur nous entreayder, & pur estre plus fort contre la malice & le poer de nostre commun enemy.

E que, endementiers, voillez ayder au dit conte en la manere avantdite.

E sur ce & sur les autres choses, qui vous pleirront devers nous, nous voillez mander vostre volunte par le porteur de ces lettres.

Nostre Sire vous eit en sa garde.

Donees a Warham, le xvii. jour de May, l’an de nostre regne vintisme quint.

Page 1_866

A.D.1297

A tous ceux, qi cestes lettres verront ou orront, Simon Fraser chivaler, saluz.

Come nostre cher seigneur Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seigneur d’Irland, e duc d’Aquitaine (en qi hostel jeo su demorez, a sa volente, sicome jeo li promis, e jurai sur seint Ewangiles) me eyt attroye, de sa grace, d’aler en Escoce por mei apparailler, por li servir, solom mon poer, en ceste guerre, q’il ad au Roi de France;

Jeo graunt e promette leaument, par ces presentes lettres, que jeo mettrai mon leau poer de li servir, a sa volente, en la guerre avantdite, sicome a mon seigneur lige.

E, sil avenoit, par acune aventure, que jeo ne le face mie, que jeo retornerai en l’ostre nostre seigneur le Roi avauntdit, saunz nul delay, por demorer y, en meisme la forme que jeo fu demorez avaunt ces oures, par mon serment avauntdit.

E, a totes ces choses fere, e furnir en tous poinz, jeo oblige ma persone, ma femme, e mes enfantz, e quiconqui jay, e aver porrai, a la volente mon seigneur le Roy avauntdit.

E, outre ce, monsire Richard Fraser, mon cosyn, l’ad empris, e meinpris, en la presence nostre dit seigneur, ensemblement ovek moi sur autiel obligement, come jeo me su cy obligez, sicome avaunt est dit.

Si avoms mis nos seals a cest escrit en tesmoignance de totes les choses avauntdites.

Donees a Brembre, le xxviii. jour de Maii, l’an du regne nostre seigneur le Rei avauntdit vintisme quint.

Sub sigil’ suis.

A.D.1297

A treshaut & tresnoble prince, A. par la grace de DIEU, Roy de Romeyns, touz jours cressant, nostre treschier amy, Edward, &c. saluz & treschieres amistiez.

Sire, autre foiz vous feismes savoir, par nos lettres, qui furent faites a Warham, le dis e septisme jour de May, prescheinement passez, coment le Roy de France fist somondre tot son poer, pur venir en propre persone, ove grant effortz, sur le conte de Flandres, en biance de sousprendre li & sa terre, a ce que nous eumes entendu par certein mandement, & par certeines gentz ausint.

E, pur ce que l’alliance, qui est entre nous & le dit conte, est tiele, que nous ne li devoms faillir a tieu busoigne;

Nous feismes tantost somondre les gentz d’armes de nostre roialme, pur estre a nous a Londre, od chyvaus & armes, le Dymeinge, prechein apres les oytaves de la nativite seint Johan le Baptistre, precheinement avenir, prestz & apparaillez de passer, ovesque nous meismes, au plus tost quel nous porriems, apres le jour avantdit.

Nous sur ce veantz que le damage du dit conte, si nul li aveneit, serreit bien nostre, & de touz nos amys ausint; des queux nous vous tenoms soverein & principal;

Vous priames que vous vousissez ordeiner, & tant faire, que le devantdit cont feust aidez covenablement par vos gentz, qui sont plus precheins as marches de sa terre, & qui mieuz & plus eseement y puissent venir; & entendre tant que nous y peussiens mettre autre consail.

E vous requeismes ausint, que vous aprochissez vos marches devers les parties de Flandres, ove le poer qui vous peussez bonement avoir, issint qe vous y fuissez entour ceu termyne, si que nous pussiens parler ensemble pur nous entreayder, & pur estre plus fortz contre la malice & le poer de nostre commun enemy; e que, endementiers, voussissez aider au dit conte en la manere avantdite.

Puis, sir, nous reseumes vos lettres, a Canterbir’, le jour de la Pentecoust, precheinement passez; par les queles nous avoms entendu que il vous semblerit bon, que nous venissiens ensemble pur partreter des besoignes qui vous & nous avoms emprisez contre le dit Roy de France:

E, sur ce, nous avez avisez, que nous venissiens en la terre le conte de Holland nostre fiuz, pur partreter les dites busoignes:

Et que, sur ce par hastife message, vous feissiens resavoir nostre volunte, & quant vous nous deussez encountrer:

E, outre ce, vous nous avez avisez en ceste manere, que ia soit ce que le hastive espleit de la busoigne demande, que nous y veignoms meintenant sanz armes, en propre persone;

Que bon serroit totes voies, que nous nous apparaillissoms ensi aderere nous od nostre chivalerie, & od nos autres necessaires, q’il ne covenist mie quere plus longe demoere en l’execution des busoignes avantdites:

Nous eves sur totes ces choses deliberation & avisement, semble a nous, & a ceux de nostre conseil, qui furent pres de nous quant vos dites lettres nous vindrent, que nostre aler la outre sanz nos gentz, ne lour aler sanz le nostre, ne serroit mie si profitables ne si covenable come d’aler ensemble droit en Flandres, ove les choses que mestier nous auront.

Car certeine chose est que l’aler en Holland, & puis de Holland en

Page 1_867

Brabant, & de illoeks en Flandres, serroit molt long & trop envoyons purnous, & pur les noz, & pur les choses q’il covendra mener ovesque nous, purgentz, e pur chivaus ausint:

E purroit avenir que, par tant se delayereit, le fait de nostre busoigne a peril & a damage de vous, & de nous, & de nos amys celes parties.

Ne les portz, ne les arivages de Holland, ne sont mie si bons, ne si conuz de nos mariners, come ceux de Flandres;

D’ont nous vous feisoms savoir ore, sicome autre foiz le feismes par noz lettres desusdites, que nous serroms, si DIEU plest, a Londre, le Dymeinge prechein apres les Oytaves avantdites, pur receivre y les gentz, qui passeront ovesque nous, sicome est avantdit.

Apres queu jour nous nous hasteroms vers le port, ou nous nous mettroms en meer, & de illoeks en avant, tant come nous porroms:

E, si DIEU plest, nous & les noz serroms si apparailles, q’il ne covendra attrendre riens, forsque le tens, del houre, qui nous serroms venuz au port avantdit.

E vous prioms qe contre ceu termyne, voillez venir, le plus efforcement que vous porrez, vers les parties de Flandres, issint que, apres ce que nous serroms venus par dela, puissoms parler ovesque vous, & vous ovesque nous, pur araer les dites busoignes, & pur faire tant ce qui DIEUS enseignera a vous & a nous:

Et que vous soiez totes foiz si prest & si apparaillez en totes choses que, apres ce que nous averoms parlez ensemble, peussoms aler avant en la dite busoigne, pur accomplir vostre purpos & le nostre, od l’ayde de DIEU, solom ce q’il semblera a vous, a nous, & a nos amys d’une part & d’autre, que mieux soit a faire.

E, endroit du mariage de nous, dont vous nous avez escritz, vous feisoms a savoir, que, quant nous parleroms a vous, nous vous bioms dire sur ce nostre volunte plus pleinement, que nous ne vous porriens ore mander par lettre.

E sachiez, sire, que nous avoms fait lire ces lettres devant vostre vallet, si qu’il le vous peusse dire, sicome nous les vous mandoms.

Nostre Sire vous eyt en sa garde.

Don’ a Canterbir, le quart jour de Juyn.

A.D.1297

A treshaut, &c. A. &c. Roy de Romeyns, touz jours cressant, &c. Edward, &c.

Pur ce que nostre fiuz, le conte de Bar, ad comence la guerre sur le Roy de France, & plus avant ad fait que nul de nos autres amys celes parties; par quei il est plus charge de nos enemys, que nul autre.

Prioms vostre hautesce & requeroms chierement, que le dit conte voillez aider de voz gentz, qui plus pres li sont, & qui mieuz y poent entendre, en tieu manere q’il se peusse meintenir contre nostre commun enemy, tant que nous y puissoms mettre autre consail.

Issint que ce soit al honeur de vous & de nous, & au profit du conte avantdit.

Don’ a Canterbir, le quart jour de Juyn.

A.D.1297

Roy, &c. a noble homme, & son chier amy, Guy conte de Flandres, & marchys de Namur, saluz & chieres amistez. Nous vous primos, que vous voillez crere a noble homme, monsieur Johan Bar, nostre chier amy, de ce qil vous priere, requerra, & dirra da par nous. E tant envoillez faire, que nous vous puissoms savoir bon gre, & que nous nous puissoms tenir apaiez.

Don’ a Canterbire, le quart jour de Juyn.

A.D.1297

Roy, &c. au noble homme e son cher amy, monsieur Guy, conte de Flandres, &c.

Come contenu soyt en les covenaunces de l’alliance faite entre vous & nous, que vous devez faire avoir avenaument, en vostre terre, as gentz qi nous y enverrons, pour vous ayder, vitaille pur leur deners, s’il en aveyent defaute, pur coe q’il serront en estraunge pays:

Vous prioms, pur coe que nous y bioms avenir, al ayde de DIEU, que vostre terre facez garnir de vitaille, en tieu manere que nous, e nos gentz, quant nous, e eux y vendroms, puissoms avoyr pur vous du nostre coe qui mester nous serra.

Don’ a Canterbir, le quint jour de Juyn, l’an, &c. xxv.

A.D.1297

A touz ceus qi cestes presentes lettres verront ou orront, Alisaundre comyn de Boghan, saluz.

Come nostre cher seygnur sire Edward, par la grace de DEU, Roy d’Engleterre, seygnur d’Yrlaunde, & duc de Aquitayne, par ky comandement joe suy demore de cea Trente, a sa volente, si come joe luy promis e juray sur soyntes Ewangoiles, me eyt otrie, de sa grace, de aler en Escoce pur moy apariller, &c. prout supra de dat’ xxviii. Maii, usquæ hæc verba, viz.

E, estre ceo, joe l’ay jure, sur syntes Ewangiles, e mys mun sel a cest escrit en tesmoignaunce de totes les choses avauntdites.

Donez a Loundres, le syme jour de June, l’an du regne le Roy Edward avantdit vinteynkime.

Sub sigillo suo.

A touz ceux qui cestes presentes lettres verront ou orront, David de Breghyn, saluz.

Come nostre chier seigneur Edward, &c.

Don’ a Maghefeld, le trentisme jour de May, l’an du regne nostre seigneur le Roy avantdit vintisme quint.

Sub sigillo suo.

A.D.1297

A touz ceaux qi cestes presentes lettres verront ou orront, Johan Comyn counte de Boghan, & conestable de Escoce, saluz.

Come nostre chier seigneur Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seigneur de Irlaunde, & ducs d’Aquitaigne, par qi comaundement nous sumes demorez de cea Trente, a sa volente, sicome nous li promismes & jurasmes sur seintes Ewangiles, nous eit otriez, de sa grace, de aler en Escoce por nous, &c. prout in superiore.

Donees a Loundres, le sime jour de Juyn, l’an du regne nostre seigneur le Roi Edward avauntdit vintisme quint.

Sigillo avulso.

Page 1_868

A.D.1297

A touz ceux, qui cestes lettres verront ou orront, William Biset, fiuz & heir Robert Byset, qui mort est, saluz.

Come mon chier seigneur Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seigneur d’Irland, & ducs d’Aquitain, en qui garde je suy demore ja une piece, eyt, de sa speciale grace, reten mon homage & ma feaute, & sur ce me eit rendu les terres & les tenementz, qui je cleym tenir de li en Engleterre, & en Escoce ausint.

En tieu manere totes voies que je aille desmeyntenant entre mes amys, pur moy apparailler, & pur li servir ove chevaux & armes, selonc mon poer, en ceste guerre, quil ad au Roi de France;

Je grant & promet loiaument, par ces presentes lettres, qui je mettray tot mon loial poer, de me apparailler si en haste come je porray, & de li servir, a sa voluntee, en la guerre avantdite, sicome a monseigneur lige.

E qui ensi apparaillez je passeray ovesque li meismes, quant il passera, ou autre foiz, quele heure que li pleise.

E, a totes ces choses faire & fournir, en touz poyntz, je oblige ma persone, & quant qui j’ay & aver porram, a la volunte monseigneur le Roi avantdit.

Et, outre ce, je li ay jurez, sur seyntz Euvangiles, & mys mon seal a cest escrit, en tesmoignance de totes ces choses avantdites.

Don’ a Canterbire le disme jour de Juyn, l’an du regne mon seigneur le Roy d’Engleterre avantdit vintisme quint.

lang="LA">Sub sigillo suo.

A touz ceux qui cestes lettres verront ou orront, Richard Lovel, fiuz & heir Hughe Lovel qui mort est, saluz. Come mon cher seigneur Edward, &c.

Don’ a Canterbire le dysme jour de Juyn, l’an du regne mon seigneur le Roy d’Engleterre avantdit vintisme quint.

lang="LA">Sub sigillo suo.

A.D.1297

Roy, &c. a mesme celi conte, salnz, & treschieres amitez.

Nous avoms entendu, par vos lettres, qui vous nous enveastes, que le Roy de France est entrez en vostre terre, ou il ad fait damages e grevances, & uncore est en feisant; dunt molt nous poise.

E vous feisoms a savoir que, a meismes le jour, qui nous vous mandames par vos propres messages, devient nos gentz venir a nous a Lundres.

E, quant il serrunt venuz, nous bioms, al ayde de DIEU, aler vers la mer, ou nous feisoms apparailler nostre navie, pur passer vers vous au plus tost que nous porroms, selonc le temps qui DIEUX nous dorra.

E, endreit du prest, dont vous nous avetz requis, nous vous enveoms par Johan de Berewyk, nostre clerk, selonc ceo que l’evesk de Cestre & li vous dirrunt.

Et le dit Johan se partira de Londres le Meskredi, prechein apres le quinzeine de feste seint Johan.

Donees a Westmonstr’, le tierz jour de Juyl, l’an de nostre regne vintisme quint.

A.D.1297

A tutz ceus, qi ceste lettre verrunt ou orront, Robert de Brus counte de Carrik, James seneschal de Escoce, Alisaundre de Lindesaie, Johan frere le seneschal, e William de Douglas, salutz en JEHU CRIST.

Coneve chose seit a vous tutz, qe com nous ensemblement oue la comune de nos pais, esteioms leves encountre nostre seingnur, mon sire Edward, par la grace de DIEUX, Roys de Engleterre, seingnur de Irelaunde, & dux de Gwyene: e, encountre sa pees eioms en sa seingnurie en sa terre de Escose, e de Gauweie, fait arsons, homecides, & divers roberies e ... estre fait par nous, e par les nos:

Nous, pur nous, e pur tuz ceaus, qi de nous furent adhers, de la dita comune, a ceo fayre, estre tenuz, e sousmis a la volente nostre seingnur le Roys avauntdit, a fayre les amendes, haut e bas, a sa volente, des ditz homecides, arsons & roberies:

Sauve a nous les pointz contenuz en un escrit, le quel nous avons de mon sire Henri de Percy, a mon sire Robert de Clifforth, cheventeins de l’ost au noble Rey de Engleterre, es parties de Escoce.

En tesmoinaunce de queu choses, a cest escrit avoms mis nos seaus.

Escrit a sire Willaume, le noemme jour du mois de Juyl, en le an del regne le Reys Edward vintime quint.

Sub quatuor sigillis rub’ pendent’ à caudis pergam.

A.D.1297

A tutz ceaus, qi ceste lettre verrunt ou orrunt, Robert, par la grace de DIEUX, evesque de Glasgu, Jeames seneschal d’Escoce, & Alisaundre de Lindeseie, salutz en JEHU CRIST.

Com, neadgwerres, se fust monsire Robert de Brus counte de Carrik, oue autres grauntz seingnurs de nos parties, legerement levez encountre nostre seingnurs mon sire Edward, par la grace ce DIEUX, Reys de Engleterre, seingneur de Irlaund, & dux de Gwyene:

E, puys apres, se seit le dit mon sire Robert de Brus counte de Carrik rendu a la pees nostre seingnur le Reys avauntdit, sur aucune fourme, purparlee entre luy e ses aliez, & mon sire Henri de Percy, e mon sire Robert de Clifforth, par nostre seingnur le Reis es parties avaunt dites de Escoce enveez.

Nous, pur le dit mon sire Robert de Brus counte de Carrik, devenoms meinpreneurs, sur pein de pardre vie & membre, terres, chateus, & quant, que nous avoms, qe il, desore en avaunt, se portera bien & loiaument vers nostre seingneur le Reys de Engleterre avauntdit; e james countre luy, ne ses heirs, ne se, levera;

Issint enteins, qe quele heure, qe le dit mon sire Robert de Brus counte de Carrik liure Margerie sa fille, en noun de ostage, as avantditz mon sire Henri & Robert, par cestes choses avauntdites esseurer & affermer; qe nous desdonk de ceste meinprise seroms quites e desliez, cest escrit d’enapres nient a valer.

En tesmoignaunce de queu chose nous avoms mis nos seaus.

Done a Irewin, le noemine jour de Juyl, en le an del regne le Reys Edward vintime quint.

Sigillis tribus avulsis.

Page 1_869

A.D.1297

Edward, &c. a noble homme, & son treschier amy, Guy conte de Flandres & marchis de Namour, saluz & treschieres amistiez.

Sire, quant vous à nous envoiastes monsieur Johan de Gaure, & monsieur Gerard de Verboys, vos messages, nous vous feismes asavoir par eus, que nous serrioms a Londres le Dymeinge, prochein apres les oitaves de la feste de Seint Johan le Baptistre, prochein passe. Et que de illoeqes nous irrioms, od lez gentz d’armes de nostre roiaume, par passer a plus tost que nous purrioms.

E sachiez, sire, que aukes avant cel jour, nous venimes a Londres; mes, pur grantz busoignes, qui nous eumes illoekes araer de establissement de noz terres, & pur aucuns pelrinages, & pur assez des autres grantz choses, qui nous eumes a faire (sicome nostre ame vallet William Clout vous porra dire) nous ne peumes partir de illoeques, pur aler vers la meer, jesqes a ice Meskerdy le darrein jour de Juyl.

A queu jour nous meusmes de Londres, pur aler vers le port, ou nous passeroms; & ne demorroms nuyt la, ou nous demorroms, autre tant que nous veignoms a la meer.

Et la troveroms, si DIEU plest, noz gentz darmes, & les autres choses qui mestier nous serrount pur nostre passage, si prestz, que des adonks nous ne auroms que attendre forsque la volunte de DIEU, & temps covenable, e de illoeqes nous hasteroms de venir a vons, tant come nous porroms.

Dont nous vous prioms, que vous, nous eyez pur escusez de ceste longe demoere: e que vous soiez de bon confort, e confortez lez bones gentz de vos parties.

Car nous bioms, en ceste nostre commune busoigne, prendre ovesque vous le bien & le meschief, qui DIEUS y vodra envoier; e autiele fyn come vous y prendrez.

E molt sumes, & avoms este a meseise de cuer, des damages qi vous avez eu, & soffert par nos enemys, e par les voz.

E nous esperoms que DIEUS y mettra bon conseil, e par temps, sir, vous, qi de long temps nouz avez conu, savez bien que nous avoms este lentz & parcoons; mes desoreenavant nous serroms si prestz de vous ayder, & de nostre commune busoigne porsuire, que vous ny troverez lentete ne paresce, al ayde de DIEU.

E nous vous prioms, que vous eiez vostre messager pour escusez, de sa demoere ovesque nous, a ceste foiz, car nous l’avoms retenuz jesqes a ore, pur ce qel vous seust plus certeinement dire coment nous nous hastoms vers vos parties.

A DIEU, qi vous garde.

Don’ a Eltham, le secund jour d’Augst.

Page 1_870

A.D.1297

Edward, &c. a noble dame e sa bien amee, Isabelle contesse de Flandres, saluz & chieres amistiez.

Dame, quant vostre seigneur le conte nous envoyamonsir Johan de Gaure & monsir Gerard de Verboys, ses messages, nous ly feimes a savoir par eus que nous serriens a Londres le Dymeinge prochein apres les oytaves de la feste de Seint Johan le Baptistre, prochein passe; e que de illoeqes nous irriens, od les gentz d’armes de nostre roialme, &c. prout in superiore, comiti Flandriæ usque hæc verba.

Dount nous vous prioms, que vous nous eyez pur escusez de ceste longe demoere: & que vous soiez de bon confort, & confortez vostre seigneur le conte, & les autres bonnes gentz de vos parties, &c. prout supra comiti, usque hæc verba;

E nous espeiroms que DIEUS y mettra bon conseil & par temps. & tunc,

A DIEU qui vous eit en sa garde.

Done a Eltham, le secound jour d’Augst.

A.D.1297

Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seigneur d’Irlande, & ducs d’Aquitaine, a touz ceux qui cestes lettres verront & orront saluz.

Sachent touz que, come li nobles homes,
Johan de Chalon cuen d’Aussorre & sires de Rochefort,
Renaudz de Burgoigne cuens de Mont Beliard,
Johan de Chalon sires d’Arlay,
Johan de Burgoigne,
Johan de Mont Beliard sires de Mountfaucon,
Gautiers de Mountfaucon,
Thebaudz sires de Noef-Chastel,
Eymons de Mont Beliard sires de Montron,
Aymes sires de Faucoigin,
Estiephnes d’Oyselier sires de Ville Nove,
Piers de Geneville sires de Marnay,
Imbertz sires de Clerevaus,
Johan d’Oyselier sires de Flagy,
Wauchiers sires de Chasteau Vilein,
Odes sires de Montferrant,
Guilleaumes sires de Cocondray,
Estiephnes sires d’Oyselier,
Johan sires de Jou,
Guilleaumes & Girardz seigneurs d’Arguel.

I. Eient promis, & jurez a nous, & a nos messages, qu’il, pur avoir nostre ayde en deniers a defendre leur droyt contre le Roy de France, aideront en bone foi nous & nos aydantz de la guerre, qui nous & nos aydantz avoms, & auroms contre le dit Roy de France, & contre ses heirs.

II. E que les ditz nobles contre le meisme Roy de France, & contre ses aideours & fautours, ferount & continuerount guerre vive & aperte en conte de Burgoigne, e es lieus veisins, tant come la guerre, qui nous avoms contre le dit Roy de France, durra: & jusqes a tant que pees finale en soit fait;

Sicome la dite promesse, & les autres covenances sont plus plenerement contenues es letteres, faites des covenances avantdites.

III. Est a savoir que nous promettoms as ditz nobles, que nous a eux, & a leur heirs, ou a leur mandement, en ayde de despens, qu’il feront pur faire, & pur continuer la dite guerre, selonc ce qu’il est contenue es dites covenances, dorroms & paieroms, a la quinzeine de la procheine fest seint Michel;

Ou, si empeschement y avenist, denz dis semeynes apres, a Bruysseles en Brabant, trente mile livres de Turnoys, noyrs petitz, ou la valour en autres monoyes (c’est a savoir pur cest primer an, qui comencea le primer jour du moys de Juyn, procheinement passe) outre les autres trente mille livres de la meisme monoye; les queles li procureours des ditz nobles, pur la dite ayde de leur despens, par reison de cest primer an desus dit, ount ia eu, & receu en deniers, contez de nostre tresourer, paiant & deliverant en lieu, & en noun de nous, par la cause desusdite.

IV. E chescun an apres, trente mile livres de la dite monoie de Turnoys, ou la valour en autres monoies; c’est a savoir;

Quinze mile livres le primer jour du moys de Juyn:

Et quinze mile livres le primer jour du moys de Decembre:

Ou, si empeschement y avenist, denz dis semeynes apres chescun des ditz termes, selonc ce q’il est ordene es dites covenances.

V. E ceste ayde leur feroms tant come durra la dite nostre guerre: & les ditz nobles feront & continueront la leur guerre desusdite; & nous garderont les dites covenances.

VI. E, s’il avenist, par aucun cas contreire, ce qi ia DIEU ne voille, que les ditz paiementz, ou aucuns de eux ne peussent estre faitz en dit lieu de Bruisseles; nous promettoms as ditz nobles, que les ditz paiementz serront faitz en Flandres a Gaunt, ou a Bruges.

VII. Ou, si par aucun cas, avenist que les ditz paiementz ne peussent estre faitz sauvement a Gaunt, ou a Bruges; qil serront faitz, en bone foy, en autre lieu de la la mer: c’est a savoir en la terre du conte de Flandres, ou du duk du Brebant, ou du conte de Holland, ou en autre lieu prechein, de la la mer, la ou la seignurie de la terre serra de nostre amistie.

VIII. E, s’il avenist, par aucun cas, que les ditz paiementz, ou aucun de ceux, par defaute de nous, ou de nos gentz, ne feussent faitz en aucun des ditz termes; c’est a savoir, a la dite quinzeine de seint Michiel, ou au primer jour du mois de Juyn, ou au primer jour du mois de Decembre:

E les procureours, ou les attornes des ditz nobles, apres les ditz termes, ou aucun de ceux, demourassent en lieu, ou les paiementz devront estre faitz, par attendre les ditz paiementz;

Nous promettoms as ditz nobles, que nous paieroms as ditz attornez les despens, qu’il feront, reinables, par reison de la dite demoere de paiement.

IX. E promettoms plus as ditz nobles, pur eux, & pur leur heirs, que, s’il avient que nous feisoms pees, ou true, ou suffrance du guerre, ovesque le dit Roy de France, ou ovesque son heir, que nous mettroms les ditz nobles en la dite pees, true, ou suffrance.

X. E, as choses desusdites gardir, tenir, & complir en bone foi, obligeoms as ditz nobles, & a leur heirs, nos, & nos heirs, & nos biens.

XI. E, pur plus grant fermete des dites choses, avoms fait jurer, en nostre alme, par monsieur Guy de Warrewyk, & monsieur Nicholas de Audeley; nos chevaliers, que les choses desusdites, totes & sengles, garderoms & compliroms en bone foi.

E, en tesmoignance de ce, nous avoms fait faire cestes nos lettres overtes, sealees de nostre seal.

Done a Eltham, le secund jour d’Augst, l’an de nostre regne xxv.

Et fuit dupplicata.

A.D.1297

Roy a son chier cosyn e foial, A. conte de Sauvoye, saluz.

Nous entendoms que vous savez bien, coment le Roy de France entra piece, cea ove grant effortz, en la terre le conte de Flandres, ou il est uncore fesant grantz damages au dit conte, & a son pais; de quei nous sumes en grant anguisse de cuer.

Par quei nous y aloms, ove les gentz d’armes de nostre roiaume, e meusmes de Loundres en alant vers le port, ou nous nous mettroms en meer, icest Meskerdi le darrein jour de Juyl, e hastoms cele part quanque nous pooms.

Car nous ne demorroms nuyt, ou nous demorroms, autre tant que nous soioms venuz au port avantdit, e desa donque passeroms a plus tost que DIEUS nous dorra temps covenable, e bioms ariver droit en Flandres.

E, pur ce q’il serroit bien mestier de remuer du pais le Roy de France, & son poer, pur les grantz mauls quil ont faitz, e font uncore, de jour en autre, au dit conte, qui est nostre alliez, e a qui nous ne devoms faillir; la queu chose ne se purroit faire sanz grant force:

Si semble il a nous, q’il serroit bon que nous amys se treisissent cele part ove leur poer, si qil y feussent entour cele houre que nous y vendroms, ou le plus tost apres quil peussent;

E que nous parlissiens a eux, & eus a nous, pur mettre tieu consail en la busoigne, come il sembleroit a euz, & a nous, que bon feust pur nostre commune honeur, & pur rescure le conte & son pays des anguisses, & de suffreites dont il sont chargez, & ont este ja grant piece.

Pur la queu chose, nous vous prioms que vous vous voillez trere, sanz delai, vers les parties de Flandres, le plus efforcement que vous porrez, en bone manere; e que vous nous faciez savoir, le plus en haste que vous porrez, ce qui vous en biez faire: e a queu termyne vous y entendez estre: ensemblement le poer qui vous y biez amener.

Don’ a Eltham, le ii. jour d’Augst.

Page 1_871

A.D.1297

Roy a noble homme, & son chier fuiz Johan, par meisme la grace, duc de Brebant, saluz.

Quant le conte de Flandres envoia a nous monsieur Johan de Gaure, & monsieur Gerard de Verboys, ses messages, nous ly feysmes a savoir par eus, que nous serriens a Londres le Dymeinge, prechein apres les oytaves de la feste de seint Johan le Baptistre, prechein passe: e que de illoeques nous irriens, ove les gentz d’armes de nostre roiaume, pur passer au plus tost que nous porriens.

E sachez que akes, avant cel jour, nous venimes a Londre: mes pur grantz busoignes, &c. prout supra in litterâ de eadem datâ comiti Flandriæ, usque hæc verba, viz.

E molt sumes, & avoms este a meseise de cuer, des damages qui l’avant dit conte & vous avez eu, & soffertz, par nos enemys, & par les voz; mes nous espeiroms que DIEUS y mettra bon conseil, & par temps: e entendoms que vous y mettrez ausint de vostre part.

Done a Eltham, le secound jour d’Augst.

A.D.1297

Eodem modo, mutatis mutandis, scribitur infrascriptis:


A monsieur Wauter de Jgham:
A monsieur Walram, sire de Montjoie & de Faukemount:
A monsieur Henr’ sire de Baunkmount:
A monsieur Johan, sir de Cuyk:
A monsieur Rate, sires de Gaure:
Au conte del Mark:
A monsieur Robert de Betoyne, conte de Nyters:
A monsieur William de Flandres:
A Johan de Namur fuis le conte de Flandres.

A.D.1297

Roy a son foial & loial, monsieur Ottes de Grantson, saluz.

Come autrefoiz vous eumes mande, par nos lettres, que vous vous treissiez vers les parties de Flandres; si que vous y feussiez quant nous y serreins venuz.

Vous feisoms a savoir que nous aloms vers la mer, ou nous devoms passer, de jour en autre, tant come nous pooms:

E, si tost, come nous serroms venuz au port, nous & nos gentz serroms, si DIEU plest, si prestz de quant qui mestier nous est, que nous n’attendroms, ne attendre covendra fors que la volunte de DIEU & temps covenable, par quei nous serroms en Flandres bien par temps od l’ayde de DIEU.

E vous mandoms, que vous veignez ylveques, au plus tost que vous porrez, en bone manere, si que nous vous y truefsoms a nostre venue, s’ensi n’estoit totes voies, que vouz veissez que vostre estre, par ailleurs, nous peust estre plus profitables, & plus grant lieu tenir, que la ou nous serroms.

Donne a Eltham, le secund jour d’Augst.

A.D.1297

Roy, &c. A son foial & loial, Clay de Cachche, saluz.

Pur ce que nous vendroms, si DIEU plest, precheinent vers les parties de Flandres;

Vous prioms chierement, come celi qui estes de nostre hostel, & de qi nous nous fioms molt, que vous vous apparaillez desorendroit de venir a nous es dites parties, ove chevaux e armes, le plus efforcement que vous porrez, au plus tost que vous peussez savoir que nous seioms passez la; queu chose serra hastivement ove l’ayde de DIEU.

E ce en nulle manere ne soit lesse.

Don’ a Eltham, le secund jour d’Augst.

Page 1_872

A.D.1297

Pur ceo qe le Roy desire touz jours la pees, e la quiete, e le bon estat de tutes les gentz de sun roiaume: & nomement que, apres sun passage (q’il bye ore faire al honur de DEU, & pur recoverir sun dreit heritage, dunt il est, par grant fraude, deceu par le Roi de France, e pur le honur e le commun profit de sun reaume) tutes encheisouns, par queles la dite pees ou quiete pussent estre en nule maniere trobleez, soient du tut hostes:

Kar acunes gentz purroient dire e fere entendre au puple aucunes paroles noun verroies, des queles le meisme puple purroit estre mu de eux porter envers lur seigneur lige, autrement qe faire ne dussent:

Come en droit de ceo, qe le conte de Hereford, e le conte mareschal se aloyngerent n’adguers de lui; ou endroit de autres choses.

Lui Rois sur ceo, & sur l’estat de lui, e de sun reaume, e coment les busoygnes du reaume sunt alees a une piece, fait asavoir, e voet qe tuz en sachent la verite, la quele s’enseut:

N’adguers, quaunt graunt partie de gentz d’armes d’Engleterre, les uns par priere, les autres par somounse du Roy, vindrent a Lundres; le Roi voillant purveer a la deliveraunce de meisme les gentz: & a aleggaunce de lur despens, e de lur deseses;

Maunda au ditz contes, com a conestable, e mareschal d’Engleterre, qu’il venissent a luy, a certeyn jour, pur ordiner la deliveraunce des dites gentz:

Au queu jour le conte de Hereford, e monsieur Jehan de Segrave, qui escusa le conte mareschal par maladie, vindrent au Roi; e, en lur presence, e, par lur assent, fust ordine qu’il feissent crier, par my la citee de Lundres;

Qe tutes les gentz, qe estoient iloques venuz par somons, ou par priere, feussent lendemayn a Seint Poul, devaunt les ditz conestable e mareschal,pur savoir e mettre en remembraunce coment, e de cumbien, chescun de euxvoloyt servir, ou eyder le Roi en cest veyage de la

Page 1_873

outre: e lur dist le Roi qe, solonc la dite ordinaunce, la quele lur fust balle en escrit, il feissent faire la dite crie.

E eux, receu le dit comaundement, e la dite bille, s’en alerent.

Pus, mesme le jour a la nuyter, les ditz contes envoyerent au Roy, par monsieur Jehan Esturmi chivaler, une bille, escrit en ceste forme;

Pur ceo, chier sire, qe vus mandastes au mareschall par le conestable, par une bille, quil feist crier, par my la vile de Lundres, qe tuz iceux, qe sunt venuz par vostre somounse, ou par priere, fussent demayn devaunt eux, a Seint Poul, a houre de prime: e qu’il feissent mettre en roule, combien des chivaus des uns e des autres; e ceo vous faissent a savoir:

Vous prient, vostre conestable, e vostre mareschal, qe ceste chose vousissez commaunder a autre de vostre hostel.

E pur ceo, sire, qe vus bien savez qe eux sunt cy venux par vostre priere, e ne mye par somonse, s’il ceo faissent, il entroyent en lur office pur service fere; par quoy il vus prient que vus les voillez commaunder a autre.

E le Roi, resceu la dite bille, e eu conseil sur ceo, (pur ceo qu’l luy sembla qu’il avoyent meyns avysement maunde, e ne voloyt mye qu’il en fussent suspris) enveya a eux.


Monsire Geffrey de Genevill.
Monsire Thomas de Berkeleye,
Monsire Johan Tregoz, le constable de la Tour, le gardeyn de Lundres,
Monsire Roger Brabazon,
Monsire Willame de Bereford,

Pur eux meuz aviser sur ceo, e qu’il purvessent, en tieu manere, qu’il ne fussent chose qe peust turner en prejudice du Roi, ne de lur estat demeyne:

E, si autrement ne se vousissent aviser, qe lors lur fust demaunde s’il avoueynt la dite bille, e les paroles iloqes continues; les queles il avouerent tut outre.

E quant ceste avouement fust reporte au Roi, il, eu sur ceo conseyl,
Mist en lu, Du conte de Hereford conestable,
Monsire Thomas de Berkelye.
E en lu, Du conte mareschal,
Monsire Geffrey de Genevill.

Pur ceo de les ditz contes avoient requis que le Roy commaundast a autres, sicome il est contenu en la dite bille;

Sur ceo s’en aloygnerent les contes du Roy e de sa curt.

E, cest apres ceo, le ercevesk de Caunterbur’ & plusours eveskes d’Engleterre vindrent au Roy & luy prierent quil peussent parler as ditz contes & le Roy lur graunta, par quoy le dit ercevesk e les autres prelatz prierent as ditz countes, q’il lur faissent a savoir ou il lur plerroit devenir pur parler a eux.

E les contes lur remaunderent, par lur lettres, quil serroient, a Waltham, le Vendredi, lendemayne de la feste de seint Jak:

Au queu jour les ditz ercevesk, e eveskes vindrent a Waltham:

E les ditz contes ne vindrent mye; mes enveyerent iloeqes monsieur Roberd le fiz Roger, monsieur Johan de Segrave, chivaliers, qui discreint, de par les contes, quil ny purroyent venir adunk par aucunes resuns.

E pus (a la priere des ditz prelatz, e des ditz chevalers, qui vindrent au Roy, a Seynt Auban, le demayng procheynement suant) le Roy graunta sauf conduyt as ditz contes: e enbaylla ses lettres a ditz chivalers, contenentz suffisent terme, denz le quel les ditz contes peussent sauvement, e sur sun conduyt, venir au Roy, e demorer, e returner.

E, ovesques celes lettres, se departirent les ditz chevalers du Roy a cele foiz.

Mes unques puis les contes au Roy ne vindrent, ne enveyerent; ne uncore ne venent, ne enveyent.

Que le Roy sache ore puit estre, qe aucunes gentz unt fait entendant au pueple, qe les contes mustrerent au Roy certeins articles, pur le commun profit du pueple, e du reaume, e qe le Roy les deveit aver refuse, e estundit tut outre;

De quey le Roy ne seit rejeus: kar riens ne lui mustrerent, ne ne firent mustrer; ne ne seit pur quey il se retrestrent: entz entendi, de jour en jour, qu’il venissent a lui.

Entre les queus articles contenu est, a coe qe hom dist, de acunes grevaunces, que le Roy ad fait en son reaume, les queles il coneyt bien, com des eydes qu’il ad demaund soventfoez de ses gentz.

La quele chose lui ad convenu fere par encheison des guerres, qui lui unt este menes en Gascoyne, en Gales, e en Escoce, & ayllurs:

Des queles il ne poeyt lui, ne son reaume defendre, saunz eyde de ses bones gentz.

Dunt il lu poyse mult, qu’il les ad taunt grevez, e taunt travaillez.

E leur prie qu’il lui envoyllent avoir pur excuse, com celui que ad les choses mises, ne my e pur achater terres, ne tenementz, ne chasteus, ne viles; mes pur defendre lui, e eux meismes, e tut le reaume.

E, si DIEU luy doynt ames returner du veyage, qu’il fait, ceo il voet bien que tuz sachent q’il ad volente, e graunt desir del amender bonement, a la volente de DIEU, e au gre de sun peuple, taunt avant cum il devera.

E, s’il avenist q’il ne returnast mye, il bye ordener que son heir le fera, ausi com sil messmes returnast de ceo que fera amender; car il seit bien que nul n’est taunt tenuz au reaume ne deamer les gentz de sa terre com il meismes. D’autre part puys qu’il ont ensuis de passer la outre, pur eyder le conte de Flandres, qui est son aliez.

E nomement pur mettre, en la busoygne de lui, e de sun reaume, tele fin com DIEU vodra.

Kar meuz vaut de mettre fyn en la busoygne au plus tost qe hom purra, qe de languyr ensi longement.

Les graunt seygneurs, qui n’adguers furent a Londres ove lui;

Pur ceo qe il verent bien qil ne poait, ne ne puit si graunt chose pursuier, ne maintenir du soin: e qe le veyage est si hastif, pur le graunt peril, en quey, les amys le Roy de dela, sont:

Par les queus, s’il pardissent, le reaume purrait cheyir en graunt peril apres, qui DIEU defende:

E, pur aver le conferment de la graunt chartre des fraunchises d’Engleterre, e de la chartre de la forest, le queu confermement le Roy leur ad graunte bonement;

Si li graunterent un commun doun cele, com lui est mult bosoygnable ou poynt de ore.

Dunt il prie a tutes les bones gentz, e a tut le puple de son reaume, qui unques ne lui faillerent, qe cest doun ne leur envoye mye.

E puis qu’il veient bien quil ne esparnye son cors, ne ceo qe il ad, pur alleger eux, e ly, de grauntz suffreytes, quil unt suffert, e suffrent uncore, a graunt meschief, de jour en autre:

E puis quil seyvent ausint qe la bosoygne est plus graunde, quele ne estoit unqes mes a nul jour:

E pur ceo que, par cest aler, avendra, si DIEU plest, bone pees e pardurable, par unt chescun se deit meyns tenir agrevez de ceste doun, e par quay il purrount estre le plus tost delivers des angusses, e de travaus, quil unt, e unt eu avant ceste houre:

E, si nuls feissent entendauntz, avaunt le pays, que le Roy eust refuse articles, ou autre chose contre le commun profit du reaume, pur son pueple houir e destrure, qu’il eust autrement onere envers les contes, qe en la manere desusdite;

Il prie qe hom ne lui crey mye: kar ceo est le droit processe e tute la verite, coment les choses sunt ales deskes a ore.

E se avise chescun, coment graunt descord ad este autre foiz en cest roiaume, par iceles paroles, entre le seigneur e ses gentz, de une part e d’autre, e les damages qe en sunt avenuz.

E, si hom trust, ore cestes autrement, que eles ne sunt; purroit avenir qe ryote ensurdroit, la quele serroit plus perillouse, e plus greve, que n’estoit unqes nies nule en ceste terre.

E sunt escumengez tuz iceux, qui troblent la pees de cest reaume, en quele manere que ceo soit:

E tuz iceus, qui as turbeurs, en argent, ou en chivaus, ou en armes, ou autrement, douvent, ou funt eyde, ou favour privement ou apertement, de quelque condition ou estat qu’il soyent.

De la quele sentence d’escumenge nuls ne puyt estre asouz, sauntz especial comaundment de l’apostoyl, forsqe en article de mort; si come pert par une bulle, qe le Roy ad du temps la Pape Clement; la quele graunt partie des prelatz, e des autres grauntz seigneurs, de ceste terre, unt bien entenduz: par quey il est mestier que chescun s’en gard.

E pri le Roy tutes les bones gentz, de son reaume, que pur ceo, qu’il, al honur de DIEU, e de lui, e de eux, e du reaume, e pur pardurable pees, e pur mettre en bon estat son reaume, ad enpris cest veyage a fere; e il ad graunt afiance, que les bones priers, de ses bones gentz, lui purrunt mult eider, e valer a mettre ceste busoygne a bone fyn;

Quil voillent prier e fere prier ententivement pur lui, e pur ceux, qui ovesk lui vunt.

En tesmoigne, &c.

Donez a Odymere, le xii. jour de Aust.

Auteles lettres sount envoies a touz les viscontes de Engleterre.

A.D.1297

A treshaut & tresnoble prince, A. par la grace de DIEU, Roy de Romeins, touz jours cressant; Edward, &c. saluz, & treschieres amistiez.

Sire, nous vous feismes autre foiz savoir, par noz lettres, coment nous passeriens vers les parties de dela, ove les gentz d’armes de nostre roiaume, au plus tost que nous porriens apres le Dymeinge, prochein apres les oytaves de la seint Johan le Baptistre, procheinement passe.

E puis avoms este tant empeschez de moltz de grantz busoignes, qui nous avoms eves a faire par decea, que nous ne peumes venir au port, ou nostre passage se deyt faire, jesqes a la veille seint Laurentz;

A queu jour nous y venismes, e sumes illueqes en hastant le passage de nous, e de noz gentz, de jour en autre, tant come nous pooms.

E serroms, si DIEU plest, bien tost, tot prestz, & apparaillez de mover vers les parties de dela pur nostre commune busoigne avancer, ce que nous porroms, par l’ayde de DIEU & de vous, & par l’ayde & le consail de noz autres amys.

Dont nous vous prioms que de la demoere, qui nous avoms ja faite, la quele par avienture vous semble longe, come si fait ele a nous ausint, ne vous desploise mie.

Car, puis que nous sumes au port de nostre passage, nous entendoms d’avoir si tost espleitez totes les choses, qui mestier nous auront, que nous serroms par temps en la terre de dela, si DIEU plest.

Pur quoi nous vous prioms derechief, que vous hastez les busoignes endroit vous; car devers vous les hasteroms nous quanque nous porroms, si que nous peussoms avoir viste consail a oeverer sur nostre commune busoigne.

Nostre Seigneur vous eit en sa garde.

Don’ a Wynchelse, le xiii. jour d’Augst.

Page 1_874

A.D.1297

Roy, au conte de Flandres, saluz. Sire, nous vous avoms bien mande, avant ces houres, coment nous avoms este empeschez de moltz de busoignes, par quei nostre demoere par decea ad este plus longe, que nous ne quidioms.

Mais ore sumes nous, la DIEU merci, au port, ou nostre passage se deyt faire, & venismes ylueqes la veille seint Laurentz: & feisoms haster totes les choses, qui mestier nous ont pur le passage tant, come nous pooms; sicome le porteur de ces lettres vous saura dire.

Evendroms, si DIEU plest, procheinement en voz parties, pur receivre y tieu fin, & tiele avienture, come il plerra a nostre seigneur que vous preignez.

Car nous ne bions departir d’illueqes, en nule manere, tant que nostre commune busoigne soit en tiel estat, que DIEU & nos amis s’en peussent tenir appaez.

Dont nous vous prioms que vous soiez totes foiz de bon confort, & que vous confortez vos amis, & les bones gentz, de vos parties, en totes les bones maneres que vous porrez; e que vous eiez fiance en DIEU, e en la droiture qui vous avez.

E nous semble que vous & eux endevez estre bien confortez, puis que ayde & confort vous sont aprochantz, la DIEU mercie, en moltz de parties.

E, pur ce que vous avez tant de foiz, & en moltz de maneres haste nostre passage, de quei nous avoms este molt chargez, ne vous en merveillez mie si nous veignoms, par avienture, a meins de compaigne que nous ne voudriens.

Car sachez, si nous eussiens en plus grant leisir d’assembler nos gentz, selonc leur eeses, nous en eussiens plus menez ovesque nous.

Ne mie pur ce, nous avoms ordenez que ceux, qi ne vendront mie pur passer ovesque nous, meismes veignent apres, au plus tost que home porra lour passage apparailler & faire.

Don’ a Wynch’, le xiii. jour d’Augst.

A.D.1297

Roy, &c. a la noble dame, e sa bien amee dame, Isabelle cuntesse de Flandres, saluz, e cheres amistez. Dame, nous avoms bien mande a vostre seygnur le cunte de Flandres, e a vous aussint, avant ces heures, coment nous avoms este empeschez de moltz de bosoignes, par quei nostre demoere par decea ad este plus longe, que nous ne quidoms.

Mes ore sumes nous, la DIEU mercis, au port, &c. prout in litterâ supra ad comitem.

A.D.1297

Roi, as totes les bones gentz de la communaute de la ville de Bruges en Flandres, saluz.

Nous avoms bien mande a vostre seigneur le conte, & a vous aussint, avant ces heures, coment nous avoms este empeschez de moltz de bosoignes, par quei nostre demoere par decea ad este plus longe, qe nous ne quidioms.

Mes ore sumes nous, la DIEU merci, au port, &c. prout supra in litterâ comiti.

Autieles lettres sunt escrites as les bones gentz de les communautez,


De Dowaye, De Cassel,
Del Ysle, De Dudam,
De Ypre, De Poperinges, &
De Neuport, De Gaunt.

Item, mutatis mutandis sub eodem tenore,


Au duc de Brebant,
Au sire de Faukemont,
Au sire de Blaunkmont,
Au sire de Cuyk,
Au sire de Gaile,
Au conte de Mark,
Au sire Wauterer de Juliam,
Au sire William de Flandres,
E a John de Namur.
Item au conte de Nyneruau.

Page 1_875

A.D.1297

Edward, &c. a monsieur Adam de Welles, e au viscunte de Nichole, saluz.

Nous, aparcenantz qe troveurs de novelles, par les queux descord purroit surdre entre nous, nos prelatz, nos contes, nos barons, e nos autres grantz gentz, s’afforcent a la subversion de nostre roiaume, e a la desturbaunce de nostre pees, nient meyns qe ceux, qui s’afforcent d’assailler nous, e nostre roiaume, par mortele enemiste, e par force d’armes; ne voillantz teu manere de malice passer saunz estre refrenee.

Assignoms vous pur enquere, e serchier, en totes les maneres, qe vous peussez, pluis diligeaument, queux mesfeseours e desturbours de nostre pees conteront novelles e destraxiens en la fourme avantdite:

Ou qi desturberont, ou voudront, ou procuront desturber l’execution de noz maundementz:

Ou qui durront sentences de escumenge:

Ou feront monitions, ou les sentences donees, ou monitions faites, priveement au apertement, pronuncieront:

Ou voudront puplier contre nos ministres e nos sugges, ou contre queux autres, q’il seient aerdantz a nous, e a nostre foi, qi feront execution de nos maundementz, pur le profist de nostre roiaume:

Ou contre persones de seynte englise, qui se mettent en nostre protection, pur sauver, e defendre eux, e lur eglises:

Ou qi feront rien, ou voudront faire par art, ou par engyn;

Par quei la peisiblete de la pees, e du roiaume seit desturbee, e l’execution de nos mandementz (qui nous eoms commaundez pur le pru du roiaume, e de tot nostre people) soit arerie, ou empeschie en nule manere.

E pur ceo vous maundoms qe touz ceux, de quel estat, ou condition q’il soient, qui des choses avantdites, ou d’aucune de eles troeffez copables, preignez, e en nostre prison sauvement gardez, taunt que vous eneez autre maundement de nous.

E voloms qe, si vous ambedeux ny peussez entendre, adonk l’autre de vous, qi serra pluis pres des parties, ou nules des choses avantdites avendront, face reddement, e sanz delay, execution de cestes bosoignes, en la fourme avantdite.

E fait a remembrer, qe les chivalers, e les vicontes, desous escritz, sont assignez, en autres fourmes, desus escrites, en les conteez desouz escritz, cest a savoir.


Aleyn Plokenet, e le visconte de Somerset e Dorset, en memes les counteez.
Bueges de Knovill, e le visconte de Salopshire e de Stafford, en memes les counteez.
Johan Tregoz, e le visconte de Hereford, en meme la countee.
Thomas de Berkele, les viscontes de Gloucestre e de Wyrcestre, en meme les conteez.
Johan de Segrave, e le visconte de War’ e de Leycestre, en mesmes les counteez.
Robert Fiz Pain, e le visconte de Wilteshire, en meme le contee.
Rauf Pipard, e le visconte de Bedeford & de Buks, en memes les conteez.
Johan Lovel, e le visconte de Oxenford & de Berks, en memes les conteez.
Thomas de Furnivall, e le visconte de Derb’ en memes la countee.
Johan le Bretun, e le visconte de Midlesex, en meme la countee.
Robert de Tateshale, e le visconte de Norf: e de Suffolk, en mesmes les counteez.
Johan Engayne, e le visconte de Northampton, & de Roteland, en memes les counteez.
Henry Tregoz, e le visconte de Surr’ e de Sussex, en mesmes les counteez.
Robert Fitz Roger, e le visconte de Essex & de Hertford, en memes les counteez.
Reynald de Argentein, e le visconte de Cantebrig’ e de Huntindon, en memes les counteez.
William de Leyburne, e le visconte de Kent, en meme le countee.
Henry Tieys, e le visconte de Suthampton, en meme le countee.
Geoffrey de Caunvill, e les viscontes Cornewyalle e de Deveneshire, en memes les counteez.
Johan de Lancastre, e le visconte de Lancastre, en meme la countee.
Reynaud de Grey, en la countee de Cestre, ove les quatre cantredz.
Johan de Havering, en Norwales.
William de Brehuse, & Wauter de Pederton, in Westwales.

Fet a remember, qe les avauntdiz chivaliers e viscountes frount les choses sus escrites, solome les articles qe s’ensiwent,

Ordene est qe les baneretz e les viscontes, qui sont a ceo assignez en les counteez preignent plegges de gentz lays, tieus qui seyent suffisauntz pour les sommes recevues.

E qe les clerks, qui plegges lais ne poent trover, baillent en le poer le viscont, de lur chateus taunt, com le graunt qu’il frount amontera jekes a taunt q’il eent paiez.

E seit la chose demande e prise en ceste fourme pur la defense de eus memes, e de lur eglises, e pur le comun profist du reaume, e pur la protection aver; cest a saver de chescun prelate, ou parsone de eglise, ou clerk benefice al amuntaunce du double del eyde qe chescum fist darrein au Roi, pur taunt que la busoigne est ore dassez greignure qe adonk ne fu.

E facent les baneretz e les viscountes enrouler les sommes recevues, e chescun y noun e les nouns de plegges, ou de la seurte qe serra prise issint qe cel roule soit livere al eschekier, pur les deners fere lever.

E facent les baneretz e les viscontes, a chescun clerk qi avera recevu en la fourme avantdite bille seale de lur seaus au chaunceller, pur la protexion le Roi, e pur les autres briefs qui lour covendront.

A.D.1297

Roi, as barons, as chivalers, & as touz les autres gentilz homes de Gascoigne, demorantz en nostre servise celes parties, saluz.

Nous vous mandasmes, n’adgueres, quant nous enveiames derrayn en Gascoigne deniers, e vivres pur la sustenance de vous, e de noz autre bones gentz, qi per nous sont celes parties, que nous vous enverriens plus procheygnement, par mestre Reymon de Pyne, & par Loup Burgoyn, les queux nous receiumes pur oek en nous parties.

E sachez que bien tost apres nous vindrent ceux noveles, q’il nous couvenyt enprendre d’aler la outre, ove les gentz d’armes de nostre royalme, pur ayder a nos aliez de dela, e pur mettre tieu consail en la bosoigne, que nous avoms a faire contre le Roy de France, come il plerra a nostre Seignur.

Par quoy nous avoms serche totes les voyes, qe nous avoms peu, coment nous peussoms chevir de deniers, e des autres choses, que mester nous ont pur cest passage; e en trovoms si pou de chevisance, quil semble a nostre conseil de decea, que nous mettoms nous e nostre bosoigne en grant condicion de passer en poynt d’ore.

Mais le grant desir, qe nous avoms de alleger vous, e nous, e nostre royaume, des grantz suffreites, qe vous avez endurez, ia grant piece (de quoy nous sumes & grant mesese de cuer) nous fait enprendre a faire icest voiage od tiel avienture come DIEU vodra.

Par quo nous ne vous feisoms mie orendreit ce que nous prevusmes autre foiz par nostre mandement; de quoy nous vous prioms chierement que, par cestes resons, nous voillez tenir pur escusez, car nous non pooms autre chose faire quant à ore.

E voillez de ce que vous avez conforter vous, e les autres bones gentz

Page 1_876

qi sont en nostre servise es parties ou vous estes, en totes les bones manieres que vous porrez, pur l’amur de nous, sicome vous avez fait ll avant ces heures; de quei nous vous looms molt, e vous mercioms tant come nous savoms & pooms.

E vous feisoms a saver, que nous ne sperniroms corps, ne avoyr, ne riens que nous porroms purchacer, que nous ne mettoms entour l’espleyt de nostre bosoigne.

Et esperoms que DIEUX y mettra tieu consil, denz brief temps, que ce serra al honeur de luy, e de nous, e de vous, e de tot nostre roiaume.

E sachez que nous menoms la outre, ouesque nous, le dit mestre Reymon, e par luy, ou par autre certeyn message, vous bioms par temps mander dyloeqes, si DIEU plest, bones noveles.

Don’ a Wynchelse, le xxi. jour d’Augst, l’an de nostre regne vintisme quint.

Et tripplicatur.

A.D.1297

Roy, as barons, e as chivaliers, e a tuz les autres gentils homes d’Engleterre, demoerantz en nostre service es parties de Gascoigne, saluz.

Pur ceo que aucunes gentz nous ount dit, qi li ad aucuns de vous, que ne biens demorer outre la seint Michel procheinment avenir;

Vous prioms, e chargoms en le foy, que vous nous devoez, e sicome nous nous fioms de vous, que vous ne partez du pais, e nule manere, tant que nous sachoms la fyn de nostre bosoigne, pur quoy nous aloms la outre, ne tant que vous e veez autre maundement de nous, si ensi avenoist que le counte de Nichole, nostre lieutenant en Gascoigne, vous donast le conge par aucune graunt acheson.

Car, si la bosoigne, que vous avez si bien, e si honeurablement meintenue cea en arieres feust gueppie en l’estat que est ore, nous la tendreins a pardue, ou au meyns en grant condition de perdre pur tuz jours, ove quant qui nous y avoms mys.

La queu chose nous savoms bien que vous harriez molt, e vous y avez mustre bon semblaunt, come ceux qui bien se sont portez; de quoi nous vous sumes molt tenuz, e vous en mercioms tant cum nous savoms, è pooms.

E, si DIEU nous doint vie & sante, nous y averoms bon regard, e en penseroms en tieu manere que vous vous en tendrez apaeez.

E, pus que nous passeoms la outre, sicom est avantdit, vous savez bien, si ceux, qi de par le Roy de France sont devers les parties, ou vous estes, seussent que vous departissetz du pays, en l’estat que les bosoignes sont, uncore qil irroyent, par avienture, la ou le Roy de France serroyt, pur luy ayder e faire plus fort contre nous, e ensy serriens nous & nos amys plus chargiez es parties ou nous serriens.

Dont nous vous prioms derechief, que vous voillez bonement demoerer es parties, ou vous estes, tan que DIEUX eit ordene sa volente de nostre bosoigne devers nous; de la quele nous esperoms que vous orrez; ove l’aide de DIEU, bone novelle: bien tost apres ce que nous serroms venuz la outre.

Donnees a Wynchelse, le xxi. jour d’Augst, l’an de nostre regne vintisme quint.

Et tripplicatur.

A.D.1297

A toutz ceux, que ceste lettre verront e orront, Johan conte de Athele, Alisaundre de Meygners, Johan de Inchemartyn, saluz en DEU pardurable.

Sachiez nous aver meinpris,
Sire Laurence de Strobology,
Sire Willame Olyfard,
Sire Henry de Inchemartyn,
Sire Willame de Morreue,
Sire Edmond de Ramysheye,
Sire Johan de Camburnon,
Sire Williame de la Haye,
Sire Wauter de Berkeleye, chivalers.
Simond de Hiskendy,
Johan de Irland,
Johan de Strabolgy,
Roberd de Mountour,
William Bron,
David de Cambernon,
Gregor’ Mak Enkerd,
Wauter d’Alith,
Thomas d’Alith,
Nichole d’Irlowenan,
Malis de Loggy,
Wauter de Burchergax,
Robert de Inchethor,
John Buterwan,
Michel Lescot, e
Andreu de Strugartenay, valetz.

Sur terres, tenementz, & quant que nous avoms, qe eaux serront feaux e loiaus a nostre seigneur le Roy d’Engleterre, e ausi en haste, come eus en nule manere fere le pount, saunz delai, a li vendront en le reaume de Fraunce, ou par ayllours, ou plus tost trover le purront; e leal ayde lui feront en son ost, & par ailiurs en sun ost, ou leu lur enjoindra depar le Roy avantdist.

E, en tesmoigne de ceste chose, sur cestre lettre patent avons mis noz seaus.

Done a Winchelse, le jovedy en le jour de utavs nostre Dame la Virgine, l’an de nostre seigneur le Roy avauntdit vintisme quint.

Page 1_878

A.D.1297

Edward, par la grace de DIEU, Roy d’Engleterre, seigneur d’Irlaunde & ducs d’Aquitaine, a tous ceux, qui cestes lettres verrount, saluz.

Nous faisoms assavoir, que nous, de la guerre, move entre le Roy Fraunce & ses alliez d’une part, & nous & noz alliez d’autre part, tant pour la duchee d’Aquitaine, come del le counte de Flaundres, & d’ascuns autres alliez a nous;

Avoms pris, de comun assentement, souffraunce de guerre; c’est assavoir du roialme a roiaume, de terre a terre, de gent a gent, par meer, & par terre, en tiele manere, que tous marchantz de tote manere de gentz, soient du counte de Flaundres, ou d’aillours de nostre poer, ou de noz alliez, puissent aler, venir, demorer, & merchaunder, sauvement & seuremet, d’une roaume a autre, & des uns as autres, la souffraunce durant.

Et tendroms nous, & noz alliez, & le dit Roy, & les soens, tout ce que nous & lui tenioms au jour de la confection de cestes lettres, durant la souffraunce.

Et durra ceste souffraunce, quant a la duchee d’Aquitaine, jusques a la Typhaine proscheinement avenir, & quant as autres terres, jusqes les octabes de la procheine feste Seint Andreu taunt seulement.

Page 1_879

La quele souffraunce nous d’une part, & le dit Roy d’autre, devoms faire savoir a noz forens alliez, & subgiz, en la terre d’Aquitaine, & es autres lointismes terres, dedens le Dymanche, devant la feste de Tous Seintz proscheine: & de la terre de Flaundres, dedens ce proschein Samadi.

C’est assavoir que le Roy d’Alemaigne, poet ceste souffrance roumpre, si lui plest, en tieu manere toutes voies, que elle durra quinze jours apres ce, que lui diz Roys d’Alemaigne l’ara fait asavoir al evesque de Tournay, ou a soun official de Tournay.

Les noz alliez sount tiels,
Le Roy d’Alemaigne,
Le counte de Flaundres,
Le counte de Sauvoye,
Le counte de Bar,
Le duc de Brabant,
Le count de Hoylaunde,
Le count de Mountbeliard,
Johan de Chalon seignur d’Erlay,
Johan de Bourgoigne,
Johan seignur de Monfaucon.
Water soun frere seignur de Noef-chastel,
Le seignur d’Ossiler,
Le seignur de Faucon.
Le seignur de Joru,
Le seignur de Cotendrai,
Symond de Montebeliard seignur de Motron,
Estevene d’Ossilier seignur de Vile Nove,
Et plusours autres de Burgoyne,
D’Alemaigne,
De Brabant,
De Flaundres,
De Hoylaunde,
De Gascoigne,
D’Arragoun,
& d’aillours, des queus nous ne savoms les nons a present.

La quele souffraunce nostre ame & foiaux, Wauter de Beauchamp chevalier & seneschal de nostre ostel, au quel nous avoms donee sur ce plein poer de jurer en nostre alme, pour nous, & pur nostre noun, a garder loiaument, & en bone foy & entirement, en la manere, & en la fourmee devant dites.

C’est assavoir que, si ascuns damages estoien faiz, durant la dite souffrance, nous sumus tenus de les faire amender.

En tesmoignance des queles choses, nous avoms fait mettre nostre seal a cestes presentes lettres.

Donez a Fines Seint Banoun sur le Lys, le jour de la feste seint Denys, en l’an de Grace mil & quatre vintz xvii.

Semblable lettre est faite sur le seal le Roy de Fraunce;

Frospris que celes paroles, soient du counte de Flaundres, ou d’aillours de nostre poer, ou de noz alliez, &c.

Frospris y celes paroles, & des uns & autres, & ses alliez sount autres, cestasavoir le cuens de Lucemburgh, le cuens de Henaud, le Daufyn Vyenne, Godefrey de Brabant.

A.D.1297

Universis, præsentes litteras inspecturis, miseratione divinâ, Thomas, archiepiscopus Eboracensis, Angliæ primas, & Antonius, Dunelmensis episcopus, salutem in Domino sempiternam.

Noveritis nos vidisse & diligentiùs inspexisse quasdam litteras magnifici principis, domini Philippi, Regis Francorum, & venerabilium patrum dominorum,
W. Ambianensis, & Petri Altisiodorensis, episcoporum, ac nobilium virorum, Johannis comitis Britanniæ,
Guidonis de Castellione comitis sancti Pauli botitularii Franciæ, &
Radulphi de Claro-Monte domini de Nigella & constabularii Franciæ, procuratorum dicti Regis.

Super sufferentiâ, abstinentiâ, sive treugis, inter Regem eundem, & serenissimum dominum nostrum, Edwardum, DEI gratiâ, Regem Angliæ, dominum Hiberniæ, & ducem Acquitanniæ illustrem, initis, dudum factas;

Veris sigillis ipsorum, Regis, episcoporum, comitum, & constabularii sigillatas, non vitiatas, non cancellatas, nec in aliquâ sui parte abolitas, seu corruptas, tenorem & formam, quæ sequitur, continentes.

Phelip, par la grace de DIEU, Roi de France, a touz ceux, qui ces presentes lettres verront, salut.

Nous fesoms assavoir que nous, de la guerre, meve entre nous e nos aliez d’une part, e le Roi d’Engleterre e ses aliez, d’autre, tant pur la duche d’Aquitaigne, qe de la contee de Flandres, e de aucuns autres lieus;

Avoms pris, de comun assentement, souffrance de guerre; c’estassavoir, de roiaume a roiaume, de terre a terre, de gent a gent, per mer, e par terre, en tiele manere, qe touz marchanz, e tote manere de gent, puissent aler, venir, demorer, e marchaunder, sauvement & seurement, de une roiaume a autre, la souffrance durant.

Et tendrons nous, e noz aliez, e ly dit Rois, e y syen, tout ceo que nous e il tenions au jour de la confection de ces lettres, durant la dite souffrance.

Et dura cete souffrance, quant a la duchie d’Aquitaigne, jusques a la Tiphanie procheinement avenir; e quant as autres terres, jusques as octaues de la procheine feste Saint Andri tant seulement.

La quele souffrance nous d’une part, e li dit Rois d’autre, devoms fere savoir a noz feaux aliez, e seugiez, en la terre d’Aquitaigne, e as autres lointaignes terres, dedens le Dimenche, devant la feste de Touz Saintz procheine: e en la terre de Flandres, dedens ceo prochein Samadi.

E est assavoir, qe li Rois d’Alemaigne peut la dite souffrance rompre, si il ly plest, en tiel manere totes voies, qe ele durra quinze jours apres ceo que, li dit Rois d’Alemaigne l’avera fet savoir e nostre ame & feal l’evesque de Tournay, ou a son official a Tournay.

Les nouns de noz aliez sont tiens,
Li cuens de Lucemberg’,
Li cuens de Henaut,
Le dauphine de Vienne.
Godefray de Brabant,
Et plusurs autres, de Gascoigne e de Flandres, & de autres lieus, des queus nous ne sauoms le nouns a present.

La quele souffrance nostre amez e feaux R. de Cler Mont, sire de Neele, conestable de France, au quel nous avoms sur ceo done plain pouair de jurer e nostre ame, pur nous, e en nostre noun, a jure a garder loiaument, en bone foi, e enterivement, en la maniere & en la fourme devantdites.

E est assavoir qe, se aucuns damages estoient fetz, durant la dite souffrance, nous sumes tenuz de les fere amender en bone foi e covenablement.

En tesmoign de la quele chose, nous avoms fet mettre nostre seel a ces presentes lettres,

Donees a Fines Saint Banon’ sur le Lis, le jour de la feste Saint Denis, en l’an de Grace mil deux centz quatre vintz e dis e sept.

A.D.1297

Edward, par la grace de DIEU, Roy d’Engleterre, &c. a Edward nostre cher fiuz, tenant nostre leu en Engleterre, & son consail, saluz.

Sachez qe, al honeur de DIEU, pur le comun profit de la Christiente, e pur escheure les maus, perils e damages, que de jour en jour aveignent, e porront avenir, de la guerre, en esperance d’avoir pees covenable;

Avoms de la guerre, meuve entre nous & nos alliez de une part, & le Roy de France e les soens d’autre, grante e fet soffrance, solonc la fourme, qe nous vous enveone enclose, desuz nostre seal.

E pur ceo vous mandoms, e fermement enjoynoms qe vous avantdite soffrance gardez e facez garder en tounz poynz, par tout nostre royaume, en nostre poer, par terre, e par mer: e fermement comander, qe rien encontre ne soit fet:

E nomement le plus pur ceo, qe, si rien estoit fet encontre la dite sofferance, nous serrioums tenuz (sicome dis est) de faire l’amender, e oveske ceo la dite sofferance garder.

Don’ desouz nostre privie seal, a Gant, le xv. jour de Octobre, l’an de nostre regne vintisme quintisme.

Page 1_880

A.D.1297

Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seygneur d’Irlande e ducs d’Aquitaine a toutz ceux qui cestes presentes lettres verrount ou orrount, salutz.

Sachiez, nous al honeur de DIEU e de seinte eglise, e a profist de tout nostre roiaume, avoir graunte, pur nous & pur nos heyrs, ke la graunt Chartre des Fraunchises, e la Chatre de la Foreste, les queles feurent faites par commun asent de tout le roiaume, en le temps le Roi Hanry, nostre pere, soient tenues en touz leur pointz saunz nul blemissement.

E volums ke meismes celes Chartres desouz nostre seal soient envieez a nos justices ausi bien de la forest cume as autres, e a touz les viscountes des counteez, e a toutz nos autres ministres, e a toutes nos cyteez par my la terre, ensemblement ove noz brefs, en les quieux serra countenu kil facent les avauntdites Chartres puplier, e ke il facent dire au pueple ke nous les avums grauntees, de tenir les, en toutz leur pointz, e a nos justices, viscountes e maires, e autres ministres, qui la loy de la terre desoutz nous & par nous ount a guier, meismes les Chartres en toutz lur pointz en pledz devaunt eaux, e en jugementz, les facent alower; cest a savoir la Graunt Chartre des Fraunchises cume loi commune, e la Chartre de la Forest, solunc lasise de la forest, al amendement de nostre pueple.

E volums ke si nuls jugementz soient donez desore mes, encountre les pointz des chartres avauntdites, par justices e par nos autres ministres qui countre les pointz des chartres tienent pledz devaunt eaux, soient defez, e pur nyent tenuz.

E volums ke meismes celes chartres desoutz nostre seal soient envieez as eglises cathedrales parmi nostre roiaume e la demoergent, e soient deus fiez par an lues devaunt le poeple.

E ke arceeveesques, evesques doingnent sentences de graunt escummeng’, countre touz ceaux qui countre les avantdites chartres vendrount ou en fait ou en ayde, ou en counsal, ou nul poynt enfreindrent ou encountre vendrount. E ke celes sentences soient denunciez e pupliez deux foyz par an par les avauntditz prelats.

E si meismes les prelas, evesqz, ou nul deux, soient necgligentz a la denunciaciun susdite faire, par les arceeveesques de Caunterbire e de Everwyk, qui pur temps serrount, sicume covyent soient repris e destreintz a meismes cele denunciacun fere, en la fourme avauntdite.

E pur coe ke aukuns gentz de nostre roiaume se doutent que les aides e les mises les queles il nous unt faitz avaunt ces houres pur nos guerres, e autres busoignes, de leur graunt e de leur bone volente, en quele manere qe fez soient, peussent tourner en servage a eux, e a leur heyrs, par coe qil serroient autrefoytz trovez en roulle, e ausint prises que unt este faites par my le roiaume par nos ministres en nostre noun; avums graunte pur nous e pur nos heyrs que mes teles aydes mises ne prises ne trerroms a coustume par nule chose qe soit fayte, ou ke par roulle, ou en autre manere pust estre trovee.

E ausint avuns graunte pur nous e pur nos heyrs, as arceevesques, evesques, abbees, priours, e as autre gentz de seint eglise, e as countes e barouns, e a toute la communaute de la terre, que mes pur nule busoigne tieu manere des aydes mises ne prises de nostre roiaume, ne prendrums fors ke par commun assent de tout le roiaume, e a commun profist de meismes le roiaume, sauve les auncienes aydes e prises dues e acoustumees.

E pur coe ke tout le plus de la communaute del roiaume se sentent durement grevez, de la male toute des leynes, cest asaver de chescun sac de leyne quarante tous e nous unt prie ke nous les vousissums relesser; nous a leur priere le avums pleinement relesse.

E avums graunte que cele ne autre mes ne prendroms sauntz leur commun assent e lur bone volente, sauve a nous e a nos heyrs la coustume des leynes peaux e quirs avaunt grauntez par la communaute du roiaume avauntdit.

En tesmoinaunce des quieuz choses nous avums fait faire cestes noz lettres overtes.

Donees a Gaunt, le quint jour de Novembre l’an de nostre regne, vintisme quieent.

Page 1_881

A.D.1297

A touz ceus, qui verront ces presentes lettres, nous Guilliames, par la souffrance nostre Seigneur, evesques d’Amiens, & Pierres evesques d’Ancourre, Johan cuens de Bretaigne, Guis de Chastellion cuens de Saint Pol boteiller de Fraunce, Raous de Clermont sires de Neesle & conestables de France, salut.

Nous faisons savoir a touz, qe come nous euissions plein poair e especial maundement de treshaut & trespuissant prince, nostre cher seignur, mon seignur Phelip, par la grace de DIEU, Roi de France, qe nous puissions esloigner la souffrance ou l’abstinence, prise & eue, entre lui, ses aidantz & aliez d’une part, & le Roi d’Angleterre, ses aidantz & ses aliez d’autre, sur la guerre, move entre eus, sicome il est contenu es lettres pendantz du dit nostre seigneur le Roi, des quelx la fourme s’ensuit;

Philippus, DEI gratiâ, Franciæ Rex, universis præsentes litteras inspecturis, salutem.

Notum facimus quod nos, de expertâ fidelitate & circumspectâ industriâ dilectorum & fidelium nostrorum, G. Ambianensis, & P. Antisiodorensis, episcoporum: ac Johannis Britanniæ, & Guidonis Sancti Pauli comitum: & Radulphi de Claro Monte constabularii Franciæ; certis indiciis confidentes:

Prorogandi sufferentiam, abstinentiam, seu treugas, inter nos ex parte unâ, ac .... Regem Angliæ ex alterâ, ac nostros & ipsius fautores, confœderatos & valitores, initas, super guerrâ, motâ hinc & indè, usque ad quod tempus voluerint, prout sibi videbitur expedire;

Ipsis, vel quatuor, aut tribus ex eis, si omnes non concurrerint in hâc parte, plenam, tenore præsentium, committimus potestatem:

Volentes ratum & firmum habere quicquid per ipsos, aut quatuor, vel tres ex ipsis, ut præmittitur, actum, seu factum, pro nobis, & nomine nostro, fuerit in præmissis.

Actum Gisorc’, die sextâ Novembris, anno Domini millesimo, ducentesimo, nonagesimo, septimo.

Nous, plusurs traitiz eus par plusours foiz, ovesque les gentz du dit Roi d’Engleterre, c’est assavoir mon seigneur Guilliame arcevesque de Divelyn, mon seigneur Antoine evesque de Dureisme: mon seigneur Amez conte de Sauvoie: mon seigneur Haymart de Valence, & mon seigneur Othe de Grauncon, chivalers (envoiez especialment a ceo depar le devantdit Roi d’Angleterre) ou non dou devantdit nostre seigneur le Roi, & par la vertu du dit pouair & maundement;

Avons accorde, & accordons, de commun assentement de nous, & des devantdites gentz le Roi d’Engleterre, qe la souffrance, ou l’abstinence de guerre, qui estoient prises entre eus; c’est assavoir.

De la duche d’Aquitaigne jusques a l’Epiphanie.

Et quant a le conte de Flandres, & as autres terres, jusques a l’uictaive la saint Andrier procheine;

Soient esloignees, & continuees jusques a Quaresme-pernant prochein avenir; cest assavoir de roiaumes a roiaumes, de terres a terres, de gent a gent, par mer, & par terre, en tiel maniere;

Qe touz marchanz, & tote manere de gent, soient du roaume de France, ou d’ailleurs de poair du Roi nostre seigneur, ou de ses aidantz, de ses aliez, ou de ses homes.

Soient du roiaume d’Engleterre, de la contee de Flandres, ou d’ailleurs, du poair le Roi d’Engleterre, de ses aidantz, & de ses aliez, ou de ses hommes;

Porront aler, venir, marchander, estre & demorer, sauvement & seurement, par mer, & par terre, eus & totes leur choses, de roiaumes a roiaumes, de terres a terres, la dite souffrance durant.

Et tenront li devantdit Roi, leur aidant, alie, & home, ceo qil tienent, & tenoient au jour qe la dite souffrance fu prise.

Et promettoms, en bone foi, qe nous ferrons, & procurerons qe nostre sires li Rois graiera & ratifiera les loignement de la suffrance desusdite; & dorra poair a aucune persone, ou a pluseurs, de jurer en s’ame, dedenz l’iuctaine de la saint Andrier prochein avenir, de garder, & tenir la dite suffrance, ou abstinence en la manere q’il est deseurdit.

Et fu acorde, de commun assentement, qe dui chivaler soient pris;

Uns depar le Roy nostre seigneur, par luy, par ses aliez par ses aidantz, & par ses hommes;

Et uns autres depar le Roi d’Engleterre, par lui, par ses aliez, par ses aidantz, & par ses hommes;

Qi averont poair de faire amender & adrescer, s’il ad riens meffait, ne mespris d’une part, ne d’autre, puis qe la dite souffrance, ou abstinence fu prise primerement, jusques ele soit faillie.

Les nouns des aliez nostre seigneur le Roy sont tielx,


Li cuens de Luicemburt,
Li cuens de Henaut,
Le Dauphins de Viaine,
Mes sires Godefrai de Brabant,
Et pluseurs autre Gascoigne, & de Flandres,
& d’autres lieus, des quielx nous ne savons les nons a present.

En tesmoign des choses deseurdites, nous avoms fait mettre nos seaus en ces presentes lettres.

Don a Groslin l’abaie, pres de Curtray, en Flandres, le vint & treseisme jour de mois de Novembre, l’an de Grace mil deus cenz quatrevinz & dis & sept’.

A.D.1297

A TOUS ceux, qui cestes presentes lettres verront, nous Guilliame ercevesque de Divelyn, Antoyn evesque Dureme, Amez conte Savoie, Amer de Valence, & Otoez de Grauntson, saluz.

Nous feisoms savoir a touz, qe come nous eussions plein poer & especial mandement de tresnoble prince, nostre treschier seigneur Edward, par la grace de DIEU, Roy d’Engleterre, seigneur d’Irland, Ducs d’Aquitain, qe nous peussiens esloigner la suffrance, ou l’abstinence, prise & eue entre li, ses aidantz, & alliez d’une part, & le Roy de Fraunce ses aidantz & ses allies d’autre, sur la guerre, meve entre eux, sicome il est contenu es lettres pendantz du dit nostre seigneur le Roy; des queles la fourme s’ensuit:

Edwardus, DEI gratiâ, Rex Angliæ, &c. universis præsentes literas inspecturis, salutem.

Notum facimus, quòd de expertâ fidelitate & circumspectâ industriâ dilectorum & fidelium nostrorum W. Dublinensis archiepiscopi, A. Dunolmensis episcopi, Amadei comitis Sabaudiæ, Audomari de Valencia, & Ottonis de Grandisono, certis indiciis confidentes:

Prorogandi sufferentiam, seu abstinentiam, inter nos ex parte unâ, & Regem Franciæ ex alterâ, ac nostros & ipsius, fautores, confœderatos, valitores, initas, super guerrâ, mota hinc & indè, usque ad quod tempus voluerint, prout sibi videbitur expedire, ipsis, vel quatuor aut tribus ex eis, si omnes non concurrerint in hâc parte, plenam, tenore præsentium, committimus potestatem:

Page 1_882

Volentes ratum & firmum habere, quicquid per ipsos, aut quatuor, vel tres ex ipsis, ut præmittitur, actum, seu factum, pro nobis, & nomine nostro, fuerit in præmissis.

Dat’ apud Gandavum, xxiii. die Novembris, anno Domini MCCXCVII.

Nous, plusours treiteiz euz, par plusours foiz, ovesqe les gentz du dit Roy de France, c’est assavoir, Guilliame evesque de Amyens, Pieres evesque d’Antourr, Johan conte de Bretaigne, Guido Chastillon conte de Seint Pool botiller de Fraunce, Rauf de Clermont sire de Nele & conestable de France, chivaliers, envoiez especiaument a ce de par le devantdit Roy de France, en noun de devantdit nostre seigneur le Roy, & par la vertu du dit poer & mandement;

Avoms accorde, & accordoms, de commun assentment de nous, & de devantditz gentz le Roy de France, qe les suffrance, ou l’abstinence de guerre, qui estoient prisez entre eux; c’est assavoir;

De la Duchee d’Aquitaine, jusques a la Tiphani;

Et quant a la conte de Flaundres, & as autres terres, jusques as octaves de la fest Seint Andreu prochein;

Soient esloignes, & continuees jusqes a Quaresmes prenant prochein avenir; cest assavoir, de royaumes a royaumes, de terres a terres, de gent a gent, par mer, & par terre, en tieu manere;

Que touz merchandz, e tote manere de gent;

Soient du royaume de France, ou d’aillours, du poer le Roy de France, ou de ses aidantz, de ses allies, ou de ses hommes;

Soient du roiaume d’Engleterre, de la conte de Flandres, ou d’aillours, du poer le Roy d’Engleterre, de ses aidantz, de ses alliez, ou de ses hommes;

Porront aler, venir, marchander, estre & demorer, sauvement & seurement, par mer, & par terre, eux & totes leur choses, de roiaumes a roiaumes, de terres a terres, la dite suffrance durante.

E tiendront les devantditz Roys, leur aidantz, allies, & hommes ce qu’il tienent, & tenoient au jour qe la dite suffrance fut prise.

E promettoms, en bone foy, qe nous feroms, & procureroms, que nostre sire le Roy graera, & ratifiera l’esloignement de la suffrance desusdite: & dorra poer a aucune persone, ou a plusours, de jurer en s’alme dedens les octaves de la seint Andreu prochein avenir, de garder, & tenir la dite suffrance, ou abstinence, en la manere qu’il est desusdit.

E fu accorde, de commun assentement, qe deux chivalers serront pris;

Un de par nostre seigneur le Roy, pur li, pur ses allies, pur ses aidantz, e pur ses hommes;

En un autre de part le Roy de France, pur li, pur ses allies, pur ces aidantz & pur ses hommes;

Qui averont poer de faire amender & adresser, s’il y’ad rien meffait, ne mespris d’une part ne d’autre, quis qe la dite suffrance, ou abstinence fu prise primerement, jusques elle soit faillie.

Les nouns des allies nostre seignour le Roy sont tieux.


Le Roi d’Alemaigne,
Le conte de Flandres,
Le conte de Sauvie,
Le conte de Bar,
Le duc de Brabant,
Le conte de Hollande,
Le conte de Montbeliard,
Johan de Chalon,
Seigneur d’Arley,
Johan de Burgoigne,
Johan seigneur de Montfaucon,
Gautier son frere,
Le seigneur de Noef Chastel,
Le seigneur d’Oiselier,
Le seigneur de Fauconby,
Le seigneur de Jour,
le seigneur de Cokendary,
Simon Montbeliard seigneur de Moutron,
Estiephne d’Oiselier seigneur de Ville Noeve.
Et plusours autres de Burgoigne,
D’Alemaigne,
De Brabant,
De Hollande,
De Gascoigne,
D’Aragon,

& d’ailleurs; des queux nous ne savoms les nouns a present.

En tesmoign des choses desusdites, nous avoms fait mettre nos seaux a ses presentes lettre.

Don’ a Grolingues Abbaie, pres de Curtray, en Flandres, le vint & treseisme jour du mois de Novembre, l’an de Grace MCCXCVII.

Page 1_885

A.D.1298

Guillaumes arcevesques de Dublin, Anthoines evesques de Dureine, Ames coens de Sauvoye, Aymars de Valence, & Ottes de Grandeson, chevaliers nostre seigneur le Roy d’Engleterre, envoy a Tournay ou plenier povoir de faire traities, paix, compositions, convenances, de tous les discords, & de toutes les guerres meuz & meuës entre le devantdit nostre seigneur le Roy d’Angleterre, ses hommes, ses aydans, & ses alliez d’une part; & le Roy de France, ses hommes, ses aydans, & ses alliez d’autre; a tous ceux qui verront ces presentes lettres, salut.

Sachent tuit que nos pleuseurs traittez eus sur les guerres & discords devantdits, avecques reverend peres Giles arcevesque de Narbonne, G. d’Amiens, & P. d’Auxerre, evesques; R. de Burgogne, & Jean de Bretagne, ducs; G. comte de S. Pol, R. conestable de France, & Pierre Flotte, chevaliers du Roy de France, envoyes a Tournay de par le devantdit Roy de France, ou plain pouvoir de faire traittez, paix, compositions, & convenances pour luy, pour ses hommes, ses aydans, & pour ses alliez, sur les guerres & discords devantdits, a la parfin pour aucuns empeschemens qui cheoient, ou cheoir pouvoient au tracité lequel pouvient estre mieux osté par nostre S. pere l’apoistoile, que par nul autre, & pour moul d’autres causes raisonnables, avons voulu, octroyé & accordé & promis, ou nom dou devantdit nostre seigneur le Roy d’Angleterre, que li devantdit nostre sire li Roy envoira messagers grands & convenables, selon la grandeur de la besoigne, a la cour de Rome, ou plain povoir de faire traictiez, paix, convenances, compositions; & brioment que’ il puissent autant faire, comme il feroit se il estoit present, sur les guerres & discords dessusdit, & seront a la cour de Rome, en la presence dou devantdit Pape, li di message au mois de Pasques au plus tard, & promettens que nos ces choses ferons ratifier a nostre seigneur le Roy d’Angleterre devantdit: & en tesmoing de ces choses nous avoms mis nos sceaulx a ces presentes lettres.

Donnes a Tournay, le Mercredi devant la Chandaleur, en l’an de Grace mil deux cens quatre vingt & dix sept.

A.D.1298

Phelip, par la grace de DIEU, Roy de France, a touz ceus, qui ces presentes lettres verront, salut’.

Come nous euissions envoie a Tournay noz amez & feaux,
Gile arcevesque de Narbone,
Guilliame evesque d’Amiens,
Pierre evesque d’Auxerre,
Robert ducs de Burgoigne,
Johan ducs de Bretaigne,
Gui conte de Saint Pol botiller,
Raoul de Clermont, sires de Neesle conestables de France,
Et Pierres Flote sires de Reule nostre chivaler,

Ou plainer poair de traiter: de faire pais: d’acordier de triues: ou suffrance de guerre doner & otroier; & de faire totes autres choses, tout ausi come si nous i fuissons present, sur les discordz, & seur les guerres, meuez & meues entre nos & noz aliez d’une part, & li Roi d’Engleterre & sez aliez d’autre part:

E o poair de jurer, en nostre ame, a garder ceo qu’il ordeneroient & acorderoient sus les descordz, guerres, triues, & souffrances desusdites, & seur totes les choses apertenantz a ceo;

Il, pour la vertu & l’auctorite du dit poair, ou non de nous, pur nous, pur nos oirs, & pur nos hommes, sugjez, aliez & aidantz, ont done & ottroie suffraunce, ou abstinence de guerre as messages du dit ...... Roi d’Engleterre, envoiez au Tournay pur les choses deseusdites, en non du dit Roy d’Engleterre, pur luy, pur ses oirs, & pur ses homes, aliez, subjez, & aidanz:

Et fait autres covenances, acortz & ordenances, contenues es lettres, seeles de seaus des ditz nos messages; des queles lettres la tenur s’ensuit en ceste forme:


Giles arcevesque de Narbone.
Guilliames evesque d’Amiens,
Pierres evesque d’Aucerre,
Roberz duc de Burgoingne,
Johans ducs de Bretaingne,
Guis cuens de Saint Pol boteiller,
Et Raouls de Cleremont, sires de Neesle constables de France,
Et Pierres Flote, chivalers nostre seigneur le Roi de France,

Envoies a Tournay, ou pleiner poair de faire trieues, pais, composition, covenances, tout ausi come li Rois feist, s’il feust presentz, de tous les discordz, & de totes les guerres, meuz & meues entre li devantdit nostre seigneur le Roi, ses homes, ses aidantz & sez aliez d’une part, & le Roi d’Engleterre, ses hommes, ses aidantz, & ses aliez d’autre;

A touz ceus, qui verront ces presentes lettres, salut’.

Sachiez tuit qe nous, par auctorite du dit poiair, a nous done par le dit nostre seigneur le Roi, en non de luy pur li, & pur ses oirs, & pur ses aidantz, soumis, aliez, & hommes, seur les dites guerres, donons, ottroions, promettons a reverenz pieres,
Guilliame arcevesque de Divelyn,
Antoine evesque de Duresme,
Amez conte de Sauvoye,
Aymart de Valence, &
Othe de Gransson, chivaler du dit Roy d’Engleterre,
Envoiez a Tournay par le meismes Roy d’Engleterre, ou plainer poair de faire traitiz, & covenances, pur le dit Roi d’Engleterre, sur les guerres desusdites, en non de meismes Roi d’Engleterre, & au meismes Roi, pur li, & pur ses oirs, pur ses aidantz, aliez, hommes & subjez, souffrance, abstinence, & apaisement, des ores jusques a l’endemain de l’Apparition prochein avenir, & d’iluesques jusqes a lendemain de l’Apparition apres, en un an entirement; cest assavoir de roiaumes a roiaumes, de terres a terres, de gentz a gentz, par mer, & par terre, en tiel manere:

Qe touz merchanz, & totes autres gentz, clerk & lai, de quele condition ou estat quil soient, du roiaume d’Engleterre, & des autres terres du Roi d’Engleterre, & de toutes les terres de ses aliez, aidantz, hommes, & subjez du dit Roi d’Engleterre, peussent sauvement & seurement, par mer & par terre, aler, venir, demorer, & marchaunder totes manieres de marchandises:

Et en tote autre manere user, communer, & esploiter en roiaume de Fraunce, & en toutes autres terres, & seignories du dit Roi de France, & des hommes, subjez, aliez, & aidantz, droit fesant, & droit pernant solom les custumes des pais, & des lieus:

Et d’ilueques leur merchandises, & totes maneres de meubles, qui non este pris par le dit Roi de France, par autres, ou autre de sa partie, jusques aujourdui, porter & mener la il leur plerra, saunz nul empeschement, tant come la dite soufrance durra;

En tiele manere, qe li ditz Rois d’Engleterre, si homme, soumis, aidant, & alie, tendront ceo qu’il tiennent, & tenoient au jour qe cete suffrance fu prise;

Et volons & accordons, en bone foi en non du dit Roi de France, qe, durant la dite souffrance ou abstinence de guerre, li diz Rois de France, si alie, homme & aidant, ne soutraront, ne osteront au dit Roi d’Engleterre, ou a ses hommes, subjez, aliez, ou aidantz, viles, chasteus, terres, possessions, homes, subjez, aliez ne aidantz:

Ne ne feront, apertement, ou celeement, covenaunce, traitie, ou autre chose, pur coi ce se face; ou se puisse faire, durant la dite souffrance, ou apres, par reison de chose faite ou purparle dedenz la souffrance:

Et si aucun, par leur volunte, volient faire contre ceo; le Roi de France, si homme, alie, subjet, & aidant ne les receiveroient, ne retendroient.

Et, si il avenoit que l’en fait encontre, par aucune aventure, qe DEX ne vuille, li Rois de France mettroit & retorneroit, ou feroit mettre & retorner en estat, ceo qui averoit este fait encontre, dedenz quarrante jours, puis qe il, ou ceus, qui pur lui serront assignez, es marches ou ceo avendra, en serront requis:

Et s’il avenoit qe li Rois de France, si home, alie, subjet, & aidant, ou ceus qui pur li meismes Roi serroient es dites marches, ne le fesoient: ou ceus, qui averoient fait encontre, ne se meissent en l’estat, ou il estoient devant; le Roi d’Engleterre, si homme, alie, subjet, & aidant les porront destreindre a ceo faire, senz faire contra la dite souffrance; & li diz Rois, si homme, alie, subjet, & aidant ne leur porront doner aide, ne confort contre luy, ou ses hommes, aliez, subjez, & aidantz, coment qe ceo soit:

Et, se aucuns, ou aucun de la partie au ...... Roi d’Engleterre, ou li meismes forfeissent au Roi de France, ou a ses hommes, subjez, aliez, ou aidantz, durant la dite souffrance, sur les choses desus ordenees & dites, ou aucune de les; par ceo ne se deffra, ne rompra la suffrance desusdite.

Ne li Roi de France, ne si homme, alie, subjet & aidant, ne gaigeront sur le dit Roi d’Engleterre, ou sur ses hommes, subjez, aliez, & aidanz: &, si li .... Rois de France, ou si homme, subjet, alie, & aidant, faisoient encontre; ce, qui averoit este forfait, par eus, ou par aucun de eus, feront amender & tourner en estat, durant la dite souffrance, ou apres, s’il n’avoit este amende la dite souffrance durant.

Et avecques ceo nous volons, & accordons qe les primeres souffrances, faites & acordees, demeurent en leur force, e en leur poer, en la manere qe eles furent faites & otroies.

Page 1_886

Et li Roi d’Engleterre, si home, alie, subjet, & aidant, tendront ceo qu’il tenoient ou temps, qe la primere souffrance pot estre signefiee es lieus, ou les choses estoient.

Item, nous auons acorde, qe tuit li prisonner, deca & dela, soient ostaige au dit, a la conoissance, & a la volonte de deus chevalers, des quielx li..... Rois de France i mettra un, & li..... Rois d’Engleterre l’autre:

Et jurront ces deus chevalers, que il les ostageront, ben & loiaument, selonc les condicions des persones; & le feront au plus hastivement quil pourront.

Et doit durer li hostaigementz jusques a quinze jours devant la faute de la dite souffrance, se pais ne se fesoit.

Item, nous auons accorde, & accordons qe li Rois de France, pur luy, pur ces homes, aliez, subjez, & aidanz, mettra certaines persones avecques ceus qe li Roi d’Engleterre i mettra, au tant d’une part come d’autre, a faire garder la dite souffrance, en la maniere qu’il est desusdit; & a faire amendier tout de plain & senz delay, se aucunes entreprisez, mesprises, ou forfait estoient fait, durant la dite souffrance:

Et jurront les dites persones qe il le feront, ben & loiaument, a lour poer; & qe a plus tost qil porront, il jugeront & accorderont les amendes & les enterprises, qui avenront durant la dite souffrance:

Et ceus, qi li Rois de France mettra depar sei, averont plein poer, par ses lettres, de ceo faire, & de mettre, & faire mettre a execution ce qe ferra a mettra; &, se il ne le fesoient, li Rois de France, si homme, alie, subjet, & aidant, serront tenu don faire.

Et nous,
Robert ducs de Burgoingne,
Johans ducs de Bretaigne,
Guis cuens de Saint Pol boteiller,
Et Raoul de Clermont sire de Neesle conestable de France, & Pieres Flote,
desus nome, establi procureour de par le Roi de France nostre seigneur, en l’ame dou devantdit Roi de France nostre seigneur, avons jure q’il gardera, & fera garder la souffrance ou abstinence de guerre, & totes les covenances, conditions, & articles desusditz, bien & loiaument, a ses homes, alietz, subiez, & aidantz, en la manere q’il est desusdit.

Entendons, pur les aliez le Roi de France nostre seigneur, ceus qui autre foitz ont este nome es lettres de autres souffrances, qui ont este prises pur le dit Roi nostre seigneur, ou en non de lui & touz ceus autres aliez, ia soit ceo qe ne feussent mie nome.

Et en tesmoignage de ces choses nous auons fait mettre nos seaus en ses presentes lettres.

Don’ a Tornay en l’abbeie de Saint Martyn, le Mardy devant la Purification nostre Dame, l’an Grace mil deus cenz quatre vinz, & dis & sept.

La quele souffrance ou abstinence de guerre, & les covenances, acorz & ordenances, & totes les autres choses, es dites lettres contenues, volons, loons, approuons, ratefions & confermons: & par la tenur de ces presentes lettres de novel ottroions, & renovelons, & promettons, pur nous, & pur nos oirs, qe nous les garderons, & feroms garder & acomplir, en totes les choses & soingles, es dites lettres contenues, sicom il est dit desus.

En tesmoignag de ces choses, nous auons fait mettre nostre seal en ces presentes lettres.

Don’ a Tornay, a l’Abaie de Saint Martin, le vendredi auant la feste de la Purification nostre Dame, l’an de Grace mil deus cenz quatre vinz dis & sept.

A.D.1298

Phelip, par la grace de DIEU, Roys de France, a touz ceus, qui ces lettres verront, salut.

Sachent tuit qe, ia soit ceo qe es lettres de la souffrance de guerre, faites entre nous & luy Roys d’Engleterre, soit contenu,

"Que totes manieres de gentz, du roiaume & de terres du Roi d’Engleterre, & de ses homes, soumis & aliez, e aidantz, peussent aler, venir, & demorer, sauvement & seurement, en nostre roiaume de France, e es autres terres nostres, e de nos sumis, aliez, & aidantz, fesant droit & pernant droit selonc les custumes des lieus;"

Nostre entention est, e fu acorde es tretiz de la dite suffrance, que, par acheson des dites paroles "fesant droit, e pernant droit solonc les custumes des lieus," nule persone ne puisse estre acheisonee, ou empesche, en cors, ou en biens durant la dite suffrance, de chose, ne pur chose, qe en aucune manere eit este fait par le dit Roi, ses hommes, sumis, alietz, ou aidantz, durant la guerre entre nous e le dit Roi.

En tesmoignage de ces choses, nous avoms fet mettre nostre seal a ces presentes lettres.

Don’ a Parys, le Mardy apres les octaves de la Purification nostre Dame, l’an de Grace, mil deus centz quatre vintz e dis e sept.

Page 1_888

A.D.1298

Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seigneur d’Irland, & duc d’Aquitann, a touz ceux, qui ces lettres verront, saluz.

Sachent tuit, que come li noble home,
Renaud de Burgoyne, cuens de Montbeliard,
Johan de Chalun sire d’Arlay,
Johan de Burgoyne, sires de Montfaucon,
Johan de Montbeliard,
Gautier de Montfaucon,
Thebald sires de Noef Chastel,
Simon de Montbeliard, sires de Montron,
Johan sires de Faucony,
Estiephne d’Oiselier sires de Vile Noeve,
Pierres de Genvill sires de Monay,
Hymbertus sire de Clerenaus,
Johan d’Oiselier, sires de Flag,
Wauter sires de Chastenvileyne,
Oedes sires de Montferrand,
Guillame sires Cocondrai,
Estiephne sires de Vorseher,
Johan sires de Jou, &
Gerard sires d’Arguel,
du countee de Burgoigne,

Nous aient promis & jure, quil, pur avoir nostre aid en deniers a defendre lor droit, contre le Roy de France, aideront en bon foi nous, & nos aidantz de la guerre, que nous & nos aidantz avoms, & aurems contre le Roi de France, & contre ses heirs.

Et que les ditz nobles contre le mesme Roy de France, & contre ses aidantz & fautours, feront & continueront guerre viue & aperte, en contee de Burgoigne, & es lieux veisins, tant come la guerre, que nous avoms contre le dit Roy de France, durra;

Et se continuera jusqes tant, que pees final en soit fait; sicome en la dite promesse, & les autres covenances, sont plus plenerement contenues, es lettres faites des covenances avantdites.

Est a savoir, que nous promettoms as ditz nobles hommes, que nous, a eux, & a lour heires, ou a leur mandement, en aide des dispens, qu’il feront, pour faire, & pour continuer la dite guerre, selonc ce qu’il est contenuz es dites covenances, outre la somme de seissante mil liures de Tornoys petytz, les queles il ont la eu, & receu de nostre donn, pour la dite guerre faire, & continuer pur cest an, qui finera le primer jour du mois de Juyn, dorroms & paeroms a Brussel en Brebant, chescun an apres, tant come la dite guerre durra, & se continuera, trent mil liures de la dite monoie, de Turnois petitz, ou la valour, en autres monoies;

Cest a savoir quinze mil livres le premer jour du moys de Juyn;

E quinze mil livres le premer jour du mois de Decembre;

Ou, si empeschment y avenist, denz dis simaines apres chescun des ditz termes, selons ce q’il est ordene es dites covenances:

E ceste aide lour feroms, tant come la dite nostre guerre durra, & se continuera.

E li ditz nobles feront & continueront lour guerre desusdites: & nous garderont les autres covenances desusdites.

E s’il avenist, par aucun cas contraire, ce qe DIEU ne vueille, que les ditz paiementz, ou ascun de eux, ne pussent estre faitz, en dit lieu de Brussell;

Nous promettoms as ditz nobles, que les ditz payment seront faitz en Flandres, a Gant, ou en autre lieu, decea la mer; cestassavoir en la terre du conte de Flandres, ou duk de Brabant, ou du conte de Hollande, ou en autre lieu prechein, de cea la mer; la, ou la seignorie de la terre sera de nostre amiste.

E s’il avenist par aucun cas, que les ditz paiementz, ou aucun de eux, par defaute de nous, ou de noz gentz, ne fussent faitz en aucun des ditz termes; cestassavoir;

Au primer jour du mois de Juyn;

Et au primer jour du moys de Decembre;

Et les procureurs, ou les attournes des ditz nobles, apres les ditz termes, ou aucun de ceux, demorassent en lieu, ou les paiementz deuront estre faitz, pur attendre les ditz paiementz;

Nous promettoms as ditz nobles, que nous paeroms as ditz attornes, les dispens, quil feront, renables, par la reson de la dite demoere.

E promettoms plus as ditz nobles, pur eux, & pur lour heirs, que, sil avient que nous feisoms pees, ou true, ou suffrance de guerre, ovesque le dit Roy de France, ou ovesqes son heir, que nous mettroms les ditz nobles, en la dite pees, true, ou suffrance.

E, as choses desusdites garder, tenir, & complir, en bone foi, obligeoms as ditz nobles, & a leur heirs, nous, & noz heires, & nos biens.

En tesmoignage, de ce, nous avoms fait mettre nostre seal, en ces presentes lettres.

Don’ a Erdenburgh’ in Flandres, le septisme jour de Marz, l’an de Grace mil deus centz quatre vintz, & dis, e sept’.

Page 1_889

A.D.1298

Le Roy a son ame & feal Johan de Warenne conte de Surreye, saluz.

Nous vous fesoms a savoir qe nous sumes venuz des parties de Flandres en nostre royaume d’Engleterre, & arrivames a Sandwyz le Vendredi prochein apres la feste Seint Gregorie, sein e sauf ove toute nostre compaigne, la DEU merci.

E moult vous mercioms del emprise de nostre bosoigne qe vous enpreistes d’aler sur nous enemis en celes parties, taunt qe nous estioms dela la mer, e vous prioms qe ceo qe vous avez bien comence, voillez continuer e mettre toutz jours en onere a vostre pouer; qar nous nous hasteroms de venir vers vous, tant come nous porroms, e avaunt nostre venir e en nostre venir mettroms tot le bon conseil qe nous purroms en la dite bosoigne, ensi qe al’eide DIEU, ele se prendra bien, sicome ele devera.

Cestes lettres vous enveioms severaument, come a chevetaine de ceaus, qi sont de par nous es parties ou vous estes; & vous envoioms unes autres lettres overtes de meisme la tenour, escrites generaument a touz les grantz seignurs de vostre compaignie, saunz nomer les persones, kar a celes foez qe nous vous envoiames lettres par Roberd Achard nostre chivaler: nous y envoiames aucunes por bailler a certeines persones, qe ne y furent mie, dont nous vous prioms qe a ceaus qe serront pres de vous, quant cestes lettres vous vendront, facez bailler les lettres generales de par en tiel lu e en tiel manere come vous verrez qe mieuz soit.

Donees a Cantebyr’, le xvii. jour de Marz.

Page 1_890

A.D.1298

In nomine Domini nostri JESU CHRISTI, Amen. Anno Incarnationis ejusdem MCC. nonagesimo octavo. Indictione undecimâ, pontificatûs sanctissimi patris, domini nostri universalis, domini Bonifacii Papæ octavi, anno quarto, mensis Aprilis die tertio intrantis, omnibus hoc præsens publicum instrumentum visuris & audituris, pateat evidenter: quod cum nuper religiosi viri, fratres Gaufridus de Ablines de prædicatorum, & Petrus de Landosies de minorum ordinibus, constituti & missi à serenissimo principe & domino, Philippo, DEI gratiâ, Rege Francorum illustre, prout per patentes litteras ipsius domini Regis, sigillo sano & integro munitas, evidentius apparebit, quarum tenor talis est.

Philippe, par la grace de DIEU, Roy de France, a tous ceux qui ces presentes lettres verront, salut. Comme souffrance ou abstinence de guerre, &c.

Serenissimo principi, domino Eduuardo, DEI gratiâ, Regi Angliæ illustri, quædam juxta præscriptarum litterarum tenorem pro ipso domino Rege Franciæ significassent, & notificassent in scriptis quæ dedissent, in modum qui sequitur.

A vostre hautesse. Nous freres Geioffroy d’Ablines de l’ordre des freres prescheurs, frere Pierre de Laudosies de l’ordre des freres meneurs, envoyez de par nostre seigneur le Roy de France, signiffions & faisons asscavoir ces choses ensuivans.

Premierement, que nostre sire li diz Roys est volontiers & en bonne volente & ferme propos de tenir, & faire tenir, garder, & faire garder, la suffrance ou abstinence prise sur la guerre meue entre li & vous; selon ce qui est contenu ez lettres faictes sur ladicte suouffrance a vous & a vos hoirs, hommes, alliez, & aydans, soit Roy d’Alemagne, ou comte de Bar, ou autres alliez.

Item, que nostre sire li diz Rois a faire crier a ban commun, & en autre maniere parquoy hom le peu mieux scavoir, la dicte suffrance en la maniere distinctement, es lieux plus solemnes de son royaume, la ou vos gens peuvent plus gaigner en habitans, ou en reparans, & es marches qui fuissent plus perilleuses, a vous & a vous hommes, souzmis, sougiez, aydans & alliez.

Item, que nostre sire li diz Roy a demande & commande ja plusieurs fois a monsieur Simon de Meleun, qui est establi de par li pur taxer les ostages, pour ostagier les pris d’une part & d’autre, que hastivement, totes choses laissiez, entende a cette besogne, & s’emerveillent aucun de ce que monsieur G. de Gienville ne se hasteit plus de ces ostages taxer.

Item, que ez marches, & ez terres la ou on pourroit plus doubter que en mespreist ou forfaict, contre la teneur de la souffrance, il admis & establis ses gens pour amander les forfaicts se ils advenoient, laquelle chose DIEU ne vueille suffrir.

Item, que li Rois, li royaumes, li prelatz, tant comme a eux appartient, li prince, baron, chevalier, & autres nobles, communitez & universitez des villes d’Ecosse, soient alliez, aydans, & obligez a nostre seigneur li Roy de France de pieca, & qu’il soit isint nous quidons que vous en soyez certain par aucunes lettres que vous avez, ou autres pour vous faictes sur l’alliance devantdicte; & si vous ne le scavez, nous vous offrons a en faire foy tantos par lettres suffisamment.

Ces choses signifiees, nous vous faisons nos demandes & nos requestes de par nostre seigneur le Roy de France.

Premierement, tost soit & que nostre sire le dict Roy ne quide mie que vous vouliez la souffrance briser en riens, ne que dans vous requirons nous de par li que vous la faictes tenir & garder, teigniez & gardiez a li, & a ses hers, hommes, soubzmis, aydanz, sugez & alliez, par vous, vos alliez, suivis, & sugez.

Item, que vous fassiez crier a ban commun, & distinctement, par les solemnes villes, chasteux, & citez, & especiallement en la garde des Cinq Ports & de plus, se plus en y a, la souffrance; & la maniere comment elle est faicte & escripte; & comment elle doibt estre tenue & gardee par toi, vostre royaume, totes vos terres, & de vos alliez, aydans, hommes, soubzmis & sugets.

Item, que vous mandez par vos lettres pendans a monsieur Geoffroy de Gienville, que hastivement, & totes enchesons laissiez, entende ouecques monsieur Simon de Meleun a taxer les ostages pur les prix d’une partie & d’autre deliverer: car nostre sire li Roys de France est desirans de suens avoir, & volenterins de vos delivrer, quoi qu’on vous ait donne a entendre.

Item, que es marches, & terres & pays, ou on se pourroit plus doubter de

Page 1_891

mesprison & ailleurs, vous establissiez vos gens; & si establis sont que vous leur mandez par vos lettres, que loyaument, & hastivement, & sans delay, entendent à amander les forfaicts si nul en y avenoit, & en tielle maniere, que par leur defaute il n’en conveigne pas avoir recours a vous.

Item, que la souffrance ou abstinence de guerre soit tenue e gardee a noble prince Jean le Roy d’Ecosse, au royaume, as prelats, princes, barons, chevaliers, & autres nobles, communitez & universitez, & habitans del royaume d’Ecosse, qui sont de pieca, alliez, & aidans a nostre seigneur le Roy de France & a son royaume.

Item, que li dis Jehan Roy d’Ecosse, & les autres pris, de quelque estat qu’ils soient, haut ou bas, grand or petit, pris & tenus de par vous, soient deliverer par les ostages, qui sont ou seront taxez a la volonte & a la cognoissance des deux chevalliers.

Quibus sic significatis, insinuatis, intimatis, & in scriptis domino Regi Angliæ supradicto traditis, habitâ per ipsum dominum Regem Angliæ per plures dies super iis deliberatione, ut voluerat, respondit in modum qui sequitur.

QUOD quicquid continebatur in litteris sufferentiæ, paratus erat integraliter observare, & observari facere; & jam erant ipsæ sufferentiæ per solemniores villas & Quinque Portus Angliæ proclamatæ. Et etiam scripserat domino Gaufrido de Gienvilla militi, festinando eum, quantum poterat, quod eos qui tenebantur per eum capti, taxaret. Et insuper atornatos eligeret, quibus dederat in mandatis, quod celeriter ad regni sui confines accederent, & si quid contra prædictas sufferentias fore factum invenirent, id sine tarditate facerent emendari, ita quod propter hoc non oporteret ad eum haberi recursum. Et si aliquid de contentis in sufferentiis esset aliqualiter obmissum, paratus erat quod esset scrupulum vel obmissum, integraliter adimplere. Si verò aliqua essent obmissa, ostendatis, & nos parati sumus adimplere.

Super requisitione autem factâ de Rege, regno, prælatis, baronibus, principibus, militibus, communitatibus & universitatibus Scotiæ, respondit: quod hujusmodi requisitio sibi erat nova, extranea, & admirabilis, cum nec in primis, nec in secundis sufferentiis, facta fuisset mentio aliqua de eisdem; & cum ista requisitio sit sibi nova, extranea & admirabilis, maximi ponderis, maximæque reputationis, sibi videatur, ideo magnâ indiget discussione & diuturnâ deliberatione, ad quas, personis & litteris à se distantibus, quibus poterat plenius certiorari, faciendas, indigebat.

Quarè ut clarius & efficacius requisitioni supradictæ satisfaciat, habitâ diligenti deliberatione, & competenti discussione, quamcitius bono modo poterit, per suos speciales nuntios domino Regi Franciæ respondebit, & talem responsionem super iis facere proponit, quod meritò de jure sibi sufficere poterit & debebit.

Acta fuerunt præscripta London’ in hospitiis reverendi patris, domini, DEI gratiâ, archiepiscopi Eboracen’; præsentibus reverendis patribus, dominis, Antonio Dublinen’ Richardo London’ & Gualtero Cestren’ DEI gratiâ, episcopis; nobilibus viris, Thoma & Henrico filiis quondam domini Edmundi, ejusdem Regis Angliæ fratris; Johanne de Barro, Aymarro de Vallentia & Hugone Dispen’ militibus, testibus ad hoc vocatis specialiter & rogatis.

Page 1_892

A.D.1298

Nous,
Renaud counte de Monbeliard,
Johan de Chalon seigneur d’Arly,
Johan de Monbeliard seigneur de Monfaucon,
Symon de Monbeliard seigneur de Montron,
Johan de Vyenne seigneur de Mirebel en la Montayne,
Estevene de Motronn seigneur de Villenove,
Johan de Motondray seigneur de Flagy,
Pierre de Jomguill seigneur de Marnay,
Wauter de Comercy seigneur de Chastelvilain,
Hunbert seigneur de Clerevaux,
Gerard seigneur d’Argnell,
Ode seigneur de Montferand,
William seigneur de Corcondray, chivaliers;
Estevene seigneur de Montany, &
Johan seigneur de Juyl, esquiers de l’evesque de Besanson.

Faisoms savoir a tous, qui cest publique instrument verront, qui nous fesoms, establioms & ordeinoms, jointement & severalment, nostre ame noble homme, seigneur Gauter de Montfaucon, chivalier de le avantdit evesche de Besanson, portour de ceste presente lettres, verray & loyal procureur, ambassor, menour des bosoignes, & message especial, en totes noz bosoignes, & causes movees, & a mover, tant pur nous, come encontre nous, countre quicunques persoines, & de l’esglise, chapitles, colleges, universitez & communitez; & especialment encontre le tresnoble & treshaut prince, Phelip Roy de France, & ses procureurs, ambassours, menours des bosoignes, & messages especials, devant le seint pere en DIEU, nostre seigneur, sire Boniface, de la saint esglise de Rome, & de la universele esglise, souverein evesqe; & devant les cardinaux du se d’apostoile, delegatz, & souz delegatz de l’esglise de Rome, & devant tous autres juges de l’eglise, & seculers ordinaires, arbitres, arbitrors, amiables composours; & devant trestouz autres, de quicunque noun quils soient nomez;

Et donons, jointment & severaument, plein & general, & franc poer, & especial mandement de empetrer & contredire, de demander par nous, & de nous deffendre, de excepter & proposer, de declarrer & de plee comencer, & de jurer, en noz alme, de calumpnie & de verite dire, & de faire tout autre manere de serement, qui puist estre requis, en toutes causes, & de poser, & de respondre as posicions, & de mener & mettre avant tesmoings & instrumentz:

Et de dire contre les testimoings, & de reprover, casser, & anyntir les instrumentz, de la partie contraire, & de oyer sentences, interloquitoires & diffinitives, & de appeler de lors, & de chascun gref, & de pursuire les appeaux & de eaux renoveler, & de empetrer, sy mester est, le benefice de nostre absolucion;

Et de compromettre, & le compromis afforcer, par serement, ou par peine de faire composicion, transaction, appesement de pees & de concorde;

Et de traiter de meisme la pees & concorde, ovesqe les procureurs, messages, ambassatours de devantdit Roy de France, devant le dit seigneur soverein evesqe, & devant chascun autre desuz nome:

Et la meisme pees & concorde faire, & reformer, & terminer en due fin, & de faire contract, lettres, ou instrumens, sur chascune fourme;

Et de faire, en nostre noun, promesse, & stipulacion;

Et de nous souzmettre & obliger, & chascun de nous, sur cestes choses, sur chascune jurisdiction espirituaute & temporalte, & de faire, en nostre noun, pur nous, totes maneres de supplicacions a la sainctete de meisme l’apostoille, & de elles pursure;

Et de debatre & contrester, si ascunes soient faites noun duement contre nous, ou ascun de nous, & de elles reprover, & de substituer, & establir un, ou deux procureurs, en lieu de soy, qui eit, ou eient semblable poer, auxbien come si yci en fust fait especiale mencion;

Et de eaux repeler totes foiz q’il lui plerra, & lui semblera, qui bon soit, durant totevoie le present procuracion, en sa fource;

Et generalment de faire totes les choses, & chascune de elles, les queles serront a faire, entour les avantdites choses, & chascune de elles;

Et ont promis, chascun de eux, pur le tout, par solempne stipulacion, qui en fu faite a moy, notayre desouz escript, come a persoine publique, & en lieu, & en noun, & a lo’eps des trestouz ceuz, des queux il appertient, ou purra apertinir;

Avoir purdurablement, ferm & estable, tout quant que par le dit nostre procureur, sonn substitut, ou substituz, serra fait, dit, ou purchace es avantdites choses, & en chascune de elles; & paier la chose juggee, ove ses covenables clauses:

Et pur ce qe totes les avantdites choses, & chascune de elles, devierent fermes & estables, nous avoms prie, & fait escrire cest present publik instrument, par la main Bartholomei de Gy, clerk de Besanson, publiqe notaire, par l’autorite de l’apostoil, & seigne de son signal acustume.

Et ce sachent per la tanour de cest present instrument toux ceux, as queux il apertinut, ou purra apertener.

Ce fu fait en champs ou finage de Morre, sus Belanson, le xx. jour du moys d’Averil, l’an del Incarnation de nostre Seigneur, mil deus centz quatre vintz & dyshuit; l’an quart ou pontificat du dit seigneur Boniface Pape uytime: endicien unsime.

Presens sages hommes,


Sire Johan de Vercelles professor en ley escripte,
Pierre de Turnoais clerc de Besanson,
Hugh de Blaqueraux clerc,
Sire Johan de Ville, chivaliers de la deocise de Bersanzon,
Tesmoignes a ce appellez.

Et jeo, Bartolomy de Gy, clerc de Besanzon, publique notaire, par auctorite de l’apostoille, apele & prie per les avan ditz chivaliers & esquiers fu present a l’ordinacion, establisement, & promesse avantdites: & fitz la

Page 1_893

stipulation, sicome il est desusdit: & ay de ma mayn escript cest publiqe instrument, & publie, & signee de mon signe escoustume.

Cest compromis ou submission fu fait a Rome, a saint pere, en paleys du Pape, en sa chambre, & en sa presence.

Presens les reverons peres,


Seigneurs par la grace Dieu, G. de Sabin’ & M. de Portz, & de Seint Ruffine evesques cardinaux,
Et l’ercevesqe Idrotyn,
Franceys evesqe de Spolet,
Et Guill’ evesqe Glandeteuse.

Testmoings, a ce appellez & priez.

E jeo, Nycolas Nouel de Vik, publique notoyre, par l’autorite de l’apostoile fu present, en les avantdites choses, & totes ces choses, sicome il est desuz dist, par le mandement du devantdist seigneur apostoille, & priez par le devantdit seigneur Gautier, aij escriptes & publiees, & signees de mon signe escustume.

Page 1_898

A.D.1298

In Nomine Domini, Amen. Anno ejusdem millesimo, ducentesimo, nonagesimo octavo, indictione undecimâ, mense Augusti die xix. Pontificatûs sanctissimi patris & domini nostri, domini Bonifacii Papæ VIII. anno quarto, in præsentiâ nostrum Caeni Phili de Sto Nicasio, Corisopitens’ dioc’, & Jacobi dicti Grassi de Vertellis, clericorum, notariorum publicorum; ac venerabilium testium infra scriptorum ad hoc vocatorum & rogatorum, coram inclito principe, domino Edwardo, DEI gratiâ, Angliæ Rege; præsentibus reverendo in CHRISTO patre, domino, eâdem gratiâ, Dubelivens’ episcopo, & quibusdam comitibus, baronibus, & quibusdam aliis consiliariis dicti Regis personaliter constituti: viri venerabiles & discreti magister Guillielmus de Belleforti, Johannes de Foresta, & Clemens de Sainaco, clerici excellentissimi principis domini Philippi, DEI gratiâ, Regis Francorum illustris, ac speciales ambassiatores seu nuntii ejusdem, specialiter deputati ad infra scripta exequenda, prout per litteras patentes de cerâ albâ, sigillo domini Franciæ Regis sigillatas, plenè & evidenter apparet; quarum litterarum principium tale est.

"Nous Philippe, par la grace de DIEU, Roy de France, faisons asscavoir a tous, que comme souffrance ou abstinence de guerre soit accordée & faicte entre nous, pour nous, pour nos hoirs, pour nos hommes, soubmis, alliez & aydans d’une part; & le Roy d’Angleterre, pour luy, pour ses hoirs, pour ses hommes, soubsmis, alliéz & aydans d’autre, de royaume aus royaumes, par mer & par terre; laquelle souffrance doibt durer jusques a lendemain de la Tiffanie prochaine a venir, & d’illecques jusques a un an apres, & ait esté accordé en l’ordonnance de ladicte suffrance que tous les prix de chascune desdictes parties, &c. (& sic terminantur).

Asquelles choses fere & requerre nous donnons a eux trois, & a deux d’eux, se li trois n’i estoient, plain pooir & especial mandement par ces presentes lettres scellées de nostre seel. Données a Chaalis, le Jeudi apres la feste de la Nativité S. Jehan Baptiste, l’an de Grace mil deux cents quatre vingt & dix huit."

QUÆ siquidem litteræ lectæ fuerunt publicè de verbo ad verbum, coram dicto domino Rege Angliæ, & consiliariis suis, & aliis adstantibus ibidem, per quendam clericum & obsequialem suum, de mandato dicti domini Regis retentæ.

Quibus lectis vir venerabilis & discretus magister Clemens, ambassiator seu nuntius præfatus, viceque sua ac collegarum suorum prædictorum hoc idem expressè volentium & consentientium, nec non domini Franciæ Regis nomine, & pro ipso coram dicto domino Rege Angliæ, & consiliariis ejusdem; responsiones, rationes & requestas fecit, proposuit & legit in scriptis, prout in duobus rotulis simul consutis plenè continetur, quorum tenor talis est:

Ce sont les responses, & les raisons, & les requestes du Roy de France au Roy d’Angleterre, par maistre Guillaume de Beaufort, J. de Forest, & Clement de Saux, ses clercs, touchant la souffrance prise entre les dicts Rois, & afferans aucunes raisons & requestes proposeés por ledict Roy d’Angleterre par maistre Jehan Louvel & maistre Jehan Sclueston, messagers envoyez de par le Roy d’Angleterre. Premierement a ce que lesdicts messagers du Roy d’Angleterre dirent & proposerent que vous, sire, aviez boune volonté & ferme propos de tenir & de faire tenir, de garder & de faire garder la souffrance & l’abstinence prise sur la guerre meue entre nous & li, solon ce qu’il est contenu ez lettres faictes sur ladicte suffrance, a vous, & vos hoirs, hommes, alliez & aydans;

Disons, sire, que nostre sire li Roy de France a bon propos, & ferme volonté de garder, & faire garder ladicte souffrance, en la maniere qui est contenu ez lettres sur ce faictes, & moult li desplairoit si le contrariers avenoit ce que ja navignez.

Item, por ce que se soit plus fermement gardé & tenu, & que nul ne se puisse escusier par ignorance, il a faict asçavoir ez leus ou il debvoit, & ensi comme il debvoit, selon ce qu’il est contenu en la souffrance, que ladicte souffrance en la maniere que elle est prise, accordée & commandée a fermement tenir & garder, & eust est elle gardè par tout son pouir, & comme que vous dictes que vous l’aviez faict sçavoir, & qu’elle a esté bien gardée, toutes vois elle n’a pas esté bien gardée, si comme il appert par les cas que nous vous dirons.

QUIBUS prospositis, requisitis & lectis, providus vir magister Johannes de Foresta, coambassator prædictus, vice & nomine suo, & collegarum suorum in hâc parte consentientium, ac domini Regis Franciæ, & pro ipso quasdam malefactiones, seu quædam acceptata per submissos, adhærentes, & confœderatos dicti Regis Angliæ contra dominum Regem Franciæ & sibi submissos, adhærentes & confœderates suos; & contra treugam seu sufferentiam inter ipsos Franciæ & Angliæ Reges, ad invicem initam & concordatam, ut dicitur perpetratum, factum & commissum. Proposuit oretenus in Gallico coram dicto domino Rege Angliæ, sub hâc formâ:

Premierement le conte de Savoye allié du Roy d’Angleterre, par luy, par sa gent, & de son commandement & en son nom, de son gré, & de sa volontè, a dommagié le daufin de Vienne, allié de nostre sire li Roys de France & ses gens audict daufin, depuis la souffrance, prise, peuplié, & scellée, de six mil livres Tournois, ou environ.

Item Jehan Jacques de Bayonne, aydant au Roy d’Angleterre, depuis la souffrance & le peuplement de la souffrance, a prise une nef de la Barre de Cerise, souzmise a nostre sire le Roy de France, en mer, chargée & fretée de deux cens tonneaux de vin, ou environ.

Item, Roger Chanterel de Pontaudonner, bourjois & souzmis nostre sire le Roy de France, avoit freté une nef chargée de six vingt tonneaux de vin, ou environ, depuis la souffrance sceüe & pueplée; laquelle nef, & lidiz tonneaux de vin les Anglois ont prise & emmené, & en ont faict leur vouloir.

Item Pierre Ascorgii & ses compagnons, souzmis nostre sire ly Roys de France, mirent en une nef, laquelle est appellée Saincte Croix de Kemptourentin, & en estoit le maistre de la nef, Guillaume le Borgne, cent douze tonneaux de vin, & trois pipes liquez vins; & la nef Martin de Carado Ernaut Sancii, & plusieurs Anglois prirent, & emmenerent puis l’astenance sceue & puebliée, & encores siennent.

Item Michel Laors, Jacques de Porra, Gilles de Sainte Adegunde, Guillaume Ledicet, Jean Boncefaut, G. Laugardin, G. Boissio, Jacques le Fol, souzmis de nostre sire le Roy de France de Sainct Omer, chargerent une nef de laine, & d’autres marchandizes, & depuis ladicte souffrance sceue & puebliée, les Anglois l’ont prise & tollue; & a esté trovée au Neuf Chastel sou Tine, & une partie des merchandizes.

QUIBUS benè & eliganter propositis, narratis, & denunciatis, supradictus magister Clemens, mandatum sibi injunctum explere satagens, fideliter & devotè continuendo dicta dicendis, rotulos illos prædictos perlegere reincepit, & perlegit responsiones nostras, & requestas in ipsis rotulis contentas explicitè & districtè coram dicto Rege Angliæ, nomine quo supra faciendo, & etiam prout decuit requirendo in hunc modum:

Item, li Rois nostre sire, a plusieurs fois mandé & commandé, & par lettres a monseigneur Simon de Melun, esleu de par li a faire les taxations, & les deliverances des prisons que il les faict, en faict faire, selon l’accord faict en ladicte suffrance, ne n’est miheres Simon en nul deffaut, mes de vostre partie, sauve vostre reverence, en ce y a plusieurs deffautz; que le Roy d’Ecosse & ses fils, plusieurs autres d’Ecosse, qui sont des alliez nostre seigneur le Rois, & estoient devant l’astinence, ne peuvent estre eux par ostagement, & si ont esté bien requis, & aucuns autres, qui ont esté requis a ostagié, & ne sont pas delivrez, si comme en Champagne monsieur Gui de Sailly, & plusieurs autres.

Item, que li Rois nostre sire, a commandé a tous ces ministres, & a tous ses officiaux, s’il advenoit aucun meffaict, que ja n’advienne, que il le fassent addresser & amander selon la souffrance, & l’ordenance; & li Roy nostre sire tient pour bien ce que li Roy d’Angleterre la ausins faict, si comme il a escript: mes elle a esté mal gardée, ne ne seroiz a qui recourer pour les maufesons adrecier.

Item, que le Roy nostre sire, a mises & establies certaines personnes dignes de foys, par tous les lieux perilleux, ou la ou permis pourroit avenir, ce que ja n’aveigne, por amander, & faire adrecier tous meffaiz, & malefaçons que avenir porroient.

Item, sire, comme de par nostre seigneur le Roy de France, vous ayez esté requis que la souffrance, & l’astinence fut tenue & gardée en la persone monseigneur Jehan de Bailleul Roy d’Ecosse, aux prelatz, barons, chevaliers, & autres nobles, communitez, universitez, & habitans audict royaume d’Ecosse; que ledict Roys d’Ecosse, & li autres pris dudict royaume, de quelconques estat qu’il soient, fussent deliverez par les ostages, qui seroient taxès a la cognoissance de deux chevaliers qui a ce faire sont establis, comme cil qui estoient alliez audict nostre seigneur le Roy de France; & vous par vosdicts messages ayez faict assçavoir a nostre seigneur le Roy, que ladicte terre d’Ecosse, avant le temps de la premiere souffrance accordée & affermée, & adonc, & tousiours puis, & fu, & est en proprieté, & en possessions, en vostre tenance; & adonc fustes, & encor estes saisis des hommages, & de faute de prelatz, comtes, barons & chevaliers, & autres nobles, communitez & universitez, audict royaume d’Ecosse, pourquoy ils dissoient de par nous que il ne povient, ne debvoient estre comprins en ladicte souffrance:

Disons nous que ce ne suffit mie, que il estoit chose notoire, & sceue communement, au temps de ladicte souffrance ou abstinence, que lidiz Roys, barons, chevaliers, & autres nobles, communitez & universitez de villes, & les autres habitants dudict royaume d’Ecosse, estoient alliez, & sont encores a nostre seigneur le Roys, si comme il appert par les lettres authentiques, & informations publiques faictes sur ce: & a ce que vous dictes, qu’il avoit renuncié, ne suffisoit mie, si comme il est contenu plainement en un autre article qui s’ensuit.

ITEM, a ce que vostre dit message dirent, que au temps du traitement des souffrances, li Roys nostre sire ne tient mie les Escoz pour ses alliez ou aydans, & que il ne leur feit mie sçavoir la suffrance de dans le temps limité:

Disons nous que elle estoit communement sceu, que il ne convenoit pas faire scauoir, ne ne convenoit mie ses alliez nommer, ne nul part en la souffrance il n’appert que nul en fust nommés; & si aucun y avoit esté

Page 1_899

nommé, si dit li accord de la souffrance, que nomme & tout autre allié, jacoit que il n’eussent pas esté nommé, devoient estre en la souffrance; & se la souffrance estoit entendu seulement des nommés, pour voie doncques seroit mise en la souffrance, de la clause que non mie seulement, li nommé, mais tous li autres alliéz non nommés seront mis en la souffrance; & si li Rois nostre sire n’avoit oves faict sçavoir aux Escoz la souffrance dans le temps que vostre message dient, tout soit ce que il en feist bien ce qu’il dit. Quer si tost comme il so que vous vous appareilliez d’aller contre les Escoz, il envoya a vous ses messages, pour vous requerre que vous leur gardissiez la souffrance dessusdite, ne il n’avoit point de temps limité dedans lequel ce vous deust estre signifié, ne pour ce ne seroit il, que il ne demorassent alliéz au Rois; ne de ce ne vous poez plaindre, comme nuls dommages ne soient venus a vous, ne a vos alliez.

ITEM, a ce que vostredict messagier, dirent, que en generalité des parolles contenues en ladicte souffrance, ne debvoient estre entendus Rois du royaume se ils ne sont expressement nommés; & comme aucun de meneur estat fussent especiaument nommé, & la generalité ne peut comprendre ceux de plus grand estat;

Disons nous que Roys & royaumes peuvent estre comprins en generalité de parole, mesmement de paix ou de souffrance; & comme ladicte souffrance face mention que elle se prend de royaumes a royaumes, & de personnes a personnes, de quelconques conditions ou estat que ils soient, & li habitans du royaume, & empres vous ne tenez mie ledict Jehan pour Roy d’Ecosse, pourquoy vous ne pouviez dire qu’il ne puisse estre comprins dessouz la cause generale.

ITEM, ce que vostre message dient encores qu’en la souffrance en avoit bien desnommés, & que semblans debvoit n’estoit mie que li Rois nostre sire, & cil que pour li traittoient, eussent oublié le nom du Roy d’Ecosse, ne des autres Escoz se il fuissent ses alliez;

Disons nous, si comme dessus est dict, que il ne convenoit mie, ne n’estoit necessité d’y nommer par la clause qui s’ensuit, que li nommé, & li a nommér, fuissent tint en la souffrance, ne aussins ne fu nommé li Rois de Norre, qui estoit allié nostre seigneur le Roy, & plusieurs autres que len nommeroit, si len voyoit que mestier fust:

ITEM, ce que vostre message dient, que cil qui firent l’alliance pour le Roy d’Ecosse n’auvoient pouvoir ne mandement de fere:

Disons nous que si avoient, ne vous ne devez ce dire, comme il appert par les instrumens que vostredict messagier apporterent, que l’alliance par les envoiez par ledict Roys d’Ecosse, & des autres faictes a nostre seigneur li Roys de France, ils sient ferme & estable, & en furent lettres faictes, & scellées du scel li Roys d’Ecosse, & des prelatz, comtes, barons, & autres notables communitez & universitez de villes, qui nous furent monstrées, & encores les monstrera len, se mestier est.

ITEM, ce que vostre gens dirent encores, que ces alliances ne tenoient mie ledict Roy d’Ecosse, demeurant a vostre hommage, comme elles fuissent contre seurement vous:

Disons nous, sire, que se li Roy d’Ecosse estoit ou nons, & en vostre hommage, nous ne scavons; mes l’alliance qui fuit faicte pour nostre proffit, & se li Roy d’Ecosse, & li autres s’estoient meffaicts, en faisant lesdictes alliances, ceque nous ne creons mie n’estre, pour ce qu’il ne soit de nos alliéz, & qu’il ne doie estre comprins en la souffrance, & ceux qui estoient en l’hommage nostre seigneur, comme Guy de Dampierre, & le comte de Bar, ont faict alliance a vous.

ITEM, a ce que vos gens dient, que si li Escoz avoient oncques faictes nulles alliances a nostre seigneur li Rois de France, que elle s’estoient deffaictes eux estans en leur plain povoir;

Disons nous que quant au Roy d’Ecosse, & aux autres emprisonnés, il appert notoirement, que si il rappellerent oncques riens, il le firent par force, & par paour de prison; parquoy il ne doibt valloir, & quant a ceux qui n’estoient en prison, si aucuns y en avoit, si appert il que il le firent pour souffisant de droict qui poveit cheoir en homme constant, & se le renonciations tenoient quant a eux, si ne peuvent elles tenir quant a nostre sire li Roys en qui faveur les alliances furent prises; & si aucun, comme Patric comte de Dunbar, & Gilbert comte d’Anagos, & leurs enfans vindrent enpuis en vostre hommage, & en vostre obeissance de leur volonté, nostre seigneur le Roy ne se mesle.

ITEM, a ce que vostre messagier requierent les prix que nostre sire li Roys tient parmi la sureté de religieux que il apportoient:

Disons nous, sire, que li Roys est tousiours prest d’en deslivrer par seureté souffisant; mes la seureté qui fu apportée ne peut, ne ne doibt souffire, ne valloir de droict, & ne autres par encores deslivrer li Roys d’Ecosse ne les autres pris au penultiesme article response. Se vous voulez garder la souffrance, li Roys nostre sire veut que ceque vous teniez au jour de la souffrance vous demeure. Au dernier article response. Se vous voulez garder la souffrance, li Roy nostre sire la vous gardera en toutes choses.

ITEM, a ce que vos messagier dirent, que gens & personnes avoient esté nommés de meneur estat en la premiere souffrance:

Disons nous que aussy personnes de greigneur estat furent nommés ou de semblable estat, comme le Roy d’Alemagne.

SANE prædictis omnibus responsis, rationibus, responsionibus & requestis, ut supra legitur, lectis & propositis, omnibusque & singulis quæ natura & qualitas ambassationis hujusmodi, virtute litterarum prædictarum, ipsis nunciis, ut præmittitur, concessarum, gestis, & competenter eidem regi denunciatis, & ab eodem diligenter ascultatis; vir venerabilis & discretus, magister Johannes de Beveslid, ipsius Regis Angliæ clericus & obsequialis, de mandato dicti Regis ibidem præsentis, & pro ipso concessu dictorum nuntiorum & voluntate interveniente, copiam rotulorum ipsorum, seu responsionum, rationum, & requestarum prædictarum, de quibus collationem diligentem, unà cum magistro Johanne prædicto, fecimus ad rotulos quos præfatus magister Clemens tenebat, & dum legeret eosdem coram Rege memorato.

Quibus actis, Angliæ Rex præfatus, consilio prius habito, duxit respondendum prædictis nuntiis domini Regis Franciæ per antedictum Dublinens’ episcopum in modum qui sequitur: ipso videlicet Rege Angliæ præsente & consentiente.

ET primò, quod treugam seu sufferentiam de guerrâ penitus observare volebat, & quantum in se erat, facere observari, secundum quod in illâ treugâ seu sufferentiâ continetur.

Secundariò verò, quod malefactiones, seu attemptata, per magistrum Johannem de Foresta, ut præmittitur, ore tenus proponit & denunciat, petiit in scriptis redigi, & eorum copiam per ipsos nuntios venerabili & discreto viro, domino Johanni de Berohic clerico suo, ejusdem Regis nomine, & pro ipso tradi voluit, & ea, quantum in se esset, faceret emendari.

Tertiò quoque & ultimo responsum extitit per episcopum memoratum, quod ipse dominus Rex super aliis in dictis responsionibus, rationibus & requestis, contentis, & aliis dictam ambassationem tangentibus, per ambassatores, seu suos nuncios proprios, domino Regi Franciæ respondebit.

Actum in castris seu tentoriis dicti Regi Angliæ, prope castrum Puellarum in Scotia, quod vulgariter nuncupatur Edenbourg, præsentibus, ut prætactum est, domino episcopo Dublinen’, & nobilis viris, dominis;


Aymaro de Vallencia,
Henrico comite Leycestren’,
Thomæ fratre suo,
G. Gloverniæ,
Marescallo de Hereford, &
Johanne de Britannia, baronibus;
Johanne de Barro milite;
Magistro Thoma de Foresta, &
Gulielmo de Fanquerellis domicello Roth’ dioc’;

& quibusdam aliis, testibus ad hoc vocati & rogatis.

A.D.1298

Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seigneur d’Irland, & ducs d’Aquitain, a son feal & loial, Rogier Bygod, counte de Norf’ & mareschall d’Engleterre.

Pur ceo qe nous beoms estre, al eide de DIEU, a Cardoil la veille de la Pentecost prochein avenir, pur aler avant en la busoigne d’Escoce, sur les enemys de la corone, & du roiaume d’Engleterre, & pur leur desobeissaunce & leur malice refreindre, qe à autre chose ne entendent, qe abesser la dite corone, & l’estat du dit roiaume d’Engleterre, a leur poer.

E aussint pur mettre nos feaux & leaux, ceux as queux nous avoms terres dones, & durroms en les parties d’Escoce, en seisine, & en estat de leur terres;

Et outre ceo faire ceo qe DIEU nous enseignera;

Nòus vous prioms especiaument, e en la foi, e en la ligance, qe vous estes tenuz a nous, & a la corone d’Engleterre, fermement enjoignoms, qe, au dit terme de la veille de Pentecost, soiez a nous a Cardoil, as chevas & armes, le plus afforceement qe vous purrez, pur aler avaunt en la dite busoigne, selonc ceo q’il serra ordene par nous, & par les bones gentz, qui serront ove nous a cele heure.

E ceo, sicom vous amez le honeur & le profist de nous, & du dit nostre roiaume, e le vostre propre, en nule manere ne lessez.

Donez a Staynwagg, le xxvi. jour de Septembr’, l’an de nostre regne vintesisisme.

Auteles lettres sont maundez as countes, barons, & chivalers suthescritz, cest asaver,


A Johan de Garenne conte de Surr’,
A Edmond conte de Cornwail,
A Rauf de Mahermer conte de Glouc’,
A Henr’ de Lacy conte de Nichole,
A Humfrey de Bohun conte de Heref’,
Comit’ A Richard fiz Aleyn conte de Arundell’,
A Guy de Beauchamp conte de Warr’,
A Thom’ conte de Lancastr’,
A Roberd de Ver conte de Oxenford,
A Gilberd de Umframvill conte de Anegos,
A.... conte Patrick.
A Henr’ de Lancast’.
A Aymer de Valence.
A Humfray de Bouhun.
A Johan de Ferers.
A Henr’ de Percy.
A Johan Wak.
Robert le fiz Wauter.
Baron’ A Hughe le Despenser.
A Willame le Latimer.
A Roberd de Clifford.
A Roberd de Mohaut.
A Johan de Hastinges.
A Johan de la Mare.
A Johan de Ryveres.
A Johan de Mohun.

Page 1_900


A Peres de Mauley.
A Roberd le fiz Payn.
A Hughe de Curtenay.
A Thom’ de Furnivall’.
A Hughe Bardulf.
A Roberd de Tonny.
A Nichole de Audithele.
A Thom’ de Berkele.
A Willame de Breous’.
A Pieres Corbett.
A Willame Martyn.
A Thom’ de Multon’.
A Johan de Grey.
A Johan Abadam.
A Phelip de Kyme.
A Johan de Segrave.
Baron’ A Roberd le fiz Roger.
A Hughe de Veer.
A Wauter de Faucumberge.
A Johan Giffard de Brymeffeld.
A Wauter de Beauchamp.
A Peres de Chauvent.
A Rauf Basset.
A Roger la Ware.
A Johan Paynel.
A Alisaundre de Baillol.
A Hughe Pointz.
A Nichole de Moyguill.
A Roger de Mortimer.
A Williame de Richre.
A Reynaud de Grey.
A Johan de Hudeleston.
A Wauter de Mouncy. A Robert la Warde,
A Roberd Descales. A Johan Lovel.
A Adam de Welle. A Aleyn la Souche.
A William de Cauntelo. A Henry Tyeis.
A Johan Engayne. A Nicholas de Segrave.
A Johan de Cantelo. A Bryayn le fiz Aleyn.
A Gilbert Pecche. A Emond de Mortimer.
A Johan de Clavering. A Hugh de Mortimer.
A Eustace de Hacche. A Fuk le fiz Waryn.
A William de Leyburn. A Johan le fiz Reynaud.
A Johan de Beauchamp de A Gefrey de Cammvill.
Somerset. A William le Vavasour.
A William de Graunzon. A Robert de Hylton.
A Richard Syward. A William Sampson.
A Simon Fresel. A William de Ferrers.
A Phelip Darcy. A Rauf de Grendon.
A Johan Lestraunge. A William de Morle.
A Johan del Isle. A Elys de Daubeny.
A Johan de Suleye. A Emond de Estafford.
A Simon de Montacu. A Rauf le fiz William.
A Thom’ le Latimer. A Bonges de Knovile.
A William le Latimer le fiuz. A Thomas de la Rochei.
A Wauter de Teye. A Thebaud de Verdon le
A Wauter de Huntercumbe. Pere.
A Aleyn Plukenet. A Thebaud de Verdon le fiuz.
A Emon de Hastinges. A Johan de Greystock.
A Johan de Lancastre. A William Tuchet.
A Robert de Tateshale. A Henry Pynkeny.
A Rauf Pypard. A Andr’ de Estle.
A Johan de Seint Johan le fiuz. A Johan de Ingeham.
A Johan de Mueles.

A.D.1298

Nous Edward, par la grace de DIEU, Roy d’Engleterre, seigneur d’Irlaund, & ducs d’Aquitaigne, fesoms savoir a toutz;

Qe come suffrance, ou abstinence de guerre seit acorde, e faite entre nous, pur nos, nous heirs, pur nos homes, suzmis, allietz, e aidauntz d’une part; & le Roy de France, pur ly ses heirs, ses homes, suzmis, allietz, e aidauntz d’autre part;

La quele suffrance comencea le jour de Seint Denys, l’an de Grace mil deux centz quatrevintz, e dis e septs, e doit durer, par aloignance & continuance, jusques a lendemein de la Typhayne, desore prochein avenir: e d’iloqes jusqes a un an apres:

E eit este acordetz, entre les autres choses, en l’ordinance de la dite suffrance, qe nous, nos heirs, nos homes, suzmis, allietz, e eidauntz, tendroms ceo qe nous tenoms, & teneioms au jour qe la suffrance fut pris:

E qe ly Roy de France, ses heirs, ses homes, suzmis, allietz e aidantz, ne sustrerront, ne ne osteront a nous, nos heires, nos homes, suggetz, alliez, ou aidauntz, viles, chasteux, terres, possessions, homes, suggetz, alliez, ne aidantz; ne ne frount apertement ne seleement covenance, ne treitiz, ou autre chose, pur quei ceo se face, ou se puisse faire, durant la dite suffrance.

E eit este ausi acordetz en l’ordinance de la dite suffrance, qe tutz les priz, de chescun de dites parties, soient ostagiez au dit, e a la conisance de deus chivalers, c’est a savoir;

De nostre feal & bien ame monsire Geffrey de Geneuill chavalier, li quel dous avoms establitz a ceo;

E Simon de Meleun, li quel li dist Roy de France ad mis;

Sicom ses choses sont plus pleinement contenues en nos lettres, e du dist Roy de France, sur ceo faites, e seelees de nos seaus.

E nous eoms ja pecea requis, e fait requere au dit Roy de France, par nos amez clerks, mestres Johan Lovel, & Johan de Selvestone, les queux nous estabilimes, & envoiaumes a ceo especiaument, qe il toutz les nos, pris par sa partie, fest ostagier, e deliverer de prison;

E qe il les avantditz pointz, e tutz autres, de la suffrance, l’acorde & l’ordinance desusdistes, tenist e gardast, feit tenir & garder a nous, nos heires, homes, sugetz, allietz e aidantz.

Et pur ceo qe nos requestes desusdites n’ont pas este uncore mis a effect, sicome il piert par fest notorie, e par aucunes responses e resons du dit Roy de France, que mestres Guilliame de Beaufort, Johan de Fort, & Clement de Sani, ses messages, nous ount reporte de par luy.

Nous enveioms, e establissoms especialment nostre foial e loial, monsire Geffray de Geneuile chivaler, e nos amez clerks, mestre Johan Lovel, & Thomas de Logore, a respoundre a aucunes propositions & requestes, qe les devantditz mestres, Guilliame, Johan, & Clement, messages du dist Roy de France, nous ount fait depar lui; e a requerre encore de par nous, qi li dist Roy de France aucunes entreprises, mesprises, e forfaitz, qe ount este faitz puis la dist suffrance acorde, a nos; nos homes, susmiz, alliez & aidantz, par ly, ses homes, susmiz, alliez e aidantz, face de plain, & saunz delay amender, e adresser, selonk la forme de la dite suffrance.

E qe tutes les pris de nostre partie soient ostagiez, & deliveres selonk la forme de l’acorde e de l’ordinance desusdit.

E qe les autres covenances, e tutz les pointz, & les articles contenus en l’acorde & l’ordinance de la dite suffrance, soient, tenuz, gardez, e acomplitz a nous, nos heirs, nos homes, suggetz, allietz & aidantz.

Et a faire tutes autres choses, qe serront covenables e profitables, en ces bosoignes, pur nous, nos heires, nos homes, suggetz, allietz e aidantz.

As queles choses, faire, proposer, & requere, nous donums a eux trois, ou a deux de eux, si les treys ny esteyent, plein poer, e especial maundement, par ces nos lettres overtes, seelees de nostre seal.

Dones a Dureme, le ix. jour de Novembre, l’an de nostre regne vint & sisime.

Page 1_901

A.D.1298

Le Rey ad ordene qe sire Thomas de Furnivall voit en les contees de Notingham & de Derb’, de eslire, trier, ordener & asseer gentz d’armes en meismes les contez, ausi bien a chival come a pie, de toutz ceus qui sont de age d’entre vint anns e seissaunte; ensi qe chescun qe eyt xxx. liverees de terre, seit mis a un chival covert, e de seisaunte liverees, a deus chivaux covertz, e se vers mount de chescune xxx. liveree de terre, a un chival covert. E s’il eit plus avant qe xxx. liveree de terre e ne mie seisaunte, qe en ceo qe il avera entre les xxx. livereez, seit joint e mis a un autre qe serra de meisme la condicion.

E de ceus qui averont meins de trente liveree de terre en aval, jusqes a seisaunte soudes, e de ceus qe ont seisaunte soudees, e de seisaunte soudees, en amount, soient enjoingnz e mis as autres qe serront de meisme l’estat de si qe il seient a xxx. liverees, e adunkes soient assis a un chival covert; ensi qe chescune trente liveree de terre, ausi de greindres come de meindres, face un chival covert.

E face le dit sire Thomas mettre en roulle les nouns de touz ceaus qi serront assis as chivaux covertz, e le noumbre des chivaux par eus severeaument de chescun wapentakel, e ausi les nouns de gent a pe par eus. E ausitost come il avera ce fet, distinctement e apertement de ce certifie le Rey.

Don’ a Noef Chastel sur Tyne, le xxv. jour de Novembre.

A.D.1298

Edward, par la grace de DIEU, &c. a toutz nos ministres e feaus des contees de Cumberland, Westmerland, Lancastre, du val de Anaud, e des totes les autres marches de celes parties jusques as boundes del conte de Rokesburg, saluz.

Sachiez qe nous, desirantz mettre tut le aide e le consail qe nous porroms a la salvacion de nostre reaume e de nostre poeple, e de eaux garder & defendre de mal & de damage qe avenir lur puist par cas, par les Escotz nos rebelz, e enemis a nous e a tut le dit nostre reaume, e fioms de la loiaute, e del avisement nostre ame e feal Roberd de Clifford; lui avoms assigne e establi chevetaigne e nostre liutenant en les contes e les pays avantditz, des denz franchises e de hors, sur totes les gentz d’armes, e de chose qe touche fet de armes, de gent a chival e a pee, qe terres e tenementz ou autres biens eient, ou tienent en mesmes les contees: ensi, qe quant il les fra a savoir ou garnir, seient dedenz les oyt jours apres son garnissement, sanz nule maniere de delai, ou de excusacion, bien atire e apparaile a lui a Cardoyl, a fere ce qe il leur dirra e chargera de chose qe touche la garde e le defens de nostre reaume, e a grevance de nos enemis.

Pour quei nous vous mandoms, ferment enjoignantz, en la fai qe vous nous devez, e sur qe vous nous poez forfaire, qe au dit Roberd, e a ses maundementz soiez ausi entendantz e obeissantz, come a nostre liu tenant, en choses avantdites, sicome dit est, e come vous ferriez a nous mesmes a totes les foitz qe vous serrez de par lui requis ou garni; car nous li donoms par ces presentes lettres, plenir poer e especial maundement a destreindre e punir tutz ceaus qe il entrovera contraires, desobeissantz, ou rebels a cestui nostre maundement, e a faire si avant en ceste busoigne en choses susdites come si nous mesmes i fussoms.

En tesmoignance des queus choses nous avoms fait faire cestes nos lettres overtes.

Donees a Noef Chastel sur Tyne, le xxv. jour de Novembr’, l’an de nostre regne xxvii.

E mande est par lettres patentes a tutz les bones gentz du val de Anaud, e de totes les autres marches de celes parties jusqes as bundes del conte de Rokesburgh, qe come le Rey, pur la salvacion de son reaume e de son poeple, e de eus garder e defendre de mal e de damage qe avenir leur puist par cas, par les Escotz, rebels e enemis au Rey, e tot le dit roiaume, eit assigne e estable son ame e feal Roberd de Clifford cheventaigne e lieu tenant le Rey en les dites terres, ut supra; q’il al dit Roberd seient conseillant, aidant, entendant e fesaunt diligeaument, pleinment, e peinblement ce qe le dit Roberd sur ceste busoigne leur dirra e comandera de par le Rey, a totes les foitz qe bosoigne serra. E ceo ne leissent sur quant qe eus au Rey purront forfaire.

Donees a Noef Chastel, ut supra.

Le Rey au viscunte de Westmerland, saluz. Come pur la salvacion de nostre reaume, e de nostre poeple, &c. usque ibi, e a grevance de nos enemis, sicome est plus pleinement contenu en sa commission, dont nous vous envoioms le transescrit enclos de deinz ceste lettre; vous comandoms, fermement enjoignantz, qe vous al dit Roberd soiez conseillant, aidant, entendant, e fesant diligeaument, pleinement, e peinblement, ceo qe il sur ceste bosoigne, vous dirra e comander de par nous, a totes les foitz qe bosoigne serra. E ceo ne lessez sur quant qe vous nouz poez forfaire.

Donees ut supra.

En mesme la manere mande est al viscunte de Lancastr’. Donees ut supra.

Eodem modo mandatum est ministris, &c. de comitatu Northumbr’ de intendendo Waltero de Huntercumbe.

Eodem modo mandatum est ministris, &c. de comitatibus Notingham & Derb’, de intendendo Thomæ de Furnivall.

Eodem modo mandatum est ministris, &c. de comitatu Eborum, de intendendo Radulpho filio Willielmi.

Et mandatum est ministris, &c. de intendendo Willielmo le Latimer seniori, tanquam capitaneo in comitatibus Notingham, Derby, Eborum, & Northumbr’.

Page 1_902

A.D.1299

Edward, &c. a chiers & foiaux, evesques, abbez, priours, contes, barons, chevaliers, chasteleyns, esquiers, citeyns, burgeys, & a toute la communeaute des viles, des terres, & des lieus, qui nous tenons en Gascoigne, en quelque manere, de quel estat, ou condition qu’il sovent, clers & lays, as queux cestes lettres vendront, salutz.

Come le Roi de France & nous, nous soiens compromis, haut & bas, simplement & purement, & tant com nous poons, en le tresseintisme pere, sire Bonifaz, par la purveance de DIEU, Pape oytisme, come en privee persone, & Benoit Gaytan, sur toutes les guerres & descordes, qui furent, & sont, ou purroient estre entre le dit Roi & nous, par quelque acheison:

Et le dit Papes, par la vertu du dit compromis, eyt dit, looz, arbitrez, & diffinez, qe totes les terres, vassaux, biens, & autres choses, que nous tenioms en roiaume de France, le jour qe meisme le dit feut pronunciez, feussent deslors en bone foi, & saunz nule fraude, simplement & purement, mises & assignees en la mayn du dit Pape, & son poer:

Et qe li Rois de France le fait ausint de ceo qe a luy en apartient:

Et qe li dit Pape tenist, en noun du dit Roi de France, les choses, qui de sa partie, & en son noun serroient assignees, au dit Pape:

Et ausint, en noun de nous, les choses, qui de par nous luy serroient assignees, selonc ceo quil est plus plenierement contenuz en l’instrument publik, fait sur meisme le compromis, & sicome la forme de meisme le dit purporte:

E come le dit Roi de France soit assentuz & acordez, qe ce chose se face tant come a luy en affiert:

Nous, pur honur & pur reverence du dit Pape, & pur pees, & pur profit de tote la Cristeinte, & pur apruecher au voiage d’outre mer, vueillantz le bon acomplissement de ceste busoigne, tant come en nous est;

Avoms ja mys & assignez, en la mayn & en le poer de l’onurable pere, R.; evesque de Vycence, message du dit Pape, totes les terres, vassaux, biens, & autres choses, qui nous tenioms en royaume de France, le jour que la dite pronunciation feust faite, a receyvre, & a tenir en noun, & en la mayn du devantdit Pape, come de privee persone, & Benoit Gaytan

Page 1_903

solonc la tenur, & la fourme de meisme la pronunciation, & en la maniere qe meisme la Pape ad dit, loez, arbitrez, & diffinez, & dirra, loera, arbitera, & diffinera.

Por la queu chose nous vous prions & requerons, mandons & comandons, chargeoms & fermement enjoignoms, si avant come nous pooms, par la foi & la loiaute, que vous nous deuez, qe vous, come ceux qui nous, per force de meisme le compromis, & par la fourme de la pronunciation avantdit, avoms mys & assignez en la mayn, & en le poer du devantdit Pape, ove touz les chasteaux, fortelettes, citez, burghs, viles & autres lieus, vassaux, terres, possessions, biens, homages, foiautez, & totes manieres de devoirs, & d’autres choses qeles que eles soient, qui a nous y appartient par reson de vous, & des lieux, & des terres susdites, soiez del houre, qe vous aurez ces lettres receues, obeissantz entendantz sairementz de foiautez & homages faisantz, & en totes choses responantz au dit evesque, ou a son mandement, en noun du devantdit Pape, come a nous meismes:

Les queux sairementz de foiautes, & des homages, faitz au dit evesque, ou son mandement, come desus est dit: & des sairementz, des foiautez & des homages, en quoi vous nous estes tenuz, vous quitoms & assoilloms solonc la tenur & la fourme de la pronunciation avantdite, & sicome nos amez & foiaux,


Mestre Gerard de Vyppenys, ercediakne de Richemond,
Amanu de la Bret,
Guilliame de Leyburne,
Pointz sires de Chastilon,
Guy Ferre nostre lieutenant en Gascoigne, chevaliers;
Mestre Remond Arnaud de la Rame, clerk;

Ou les quatre, ou les trois de eux, si plus ny puissent estre, vous dirront plus pleinement de par nous, come ceux a quieux nous avons, sur ceo, tote nostre volunte dit.

En tesmoignance de queu chose, nous vous envoioms cestes nos lettres ouertes, sealees de nostre seal, qui furent faites & donees a Westmonstier, le vintisme secund jour du moys d’Averil: l’an de Grace mil deux centz quatre vintz & dis & noef: & de nostre regne vint & septisme.

A.D.1299

Nous Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seignur d’Irlaunde, e ducs d’Aquitaigne, faisons savoir a touz ceaux, qui ces presentes lettres verront ou orront;

Qe come les honeurables peres, Guillames jadis ercevesque de Diuelyn, e Johan evesque de Wyncestre: & les nobles e hautz hommes, Amez count de Sauuoye: Othes de Grauntzon, Hugue de Veer, chivaliers; nos messages & procurours, aiantz de nous plein poer & especial maundement, par noz lettres ouertes, saielles de nostre saiel, de compromettre;

Et compromys soient pur nous, & pur noz heires, en la persone dou tresaintisme pere, sire Bonefaz, par la porvoiance de DIEU, Pape huitisme, come en privee persone, & Benoit Gaytan, sur totes les guerres, descordes, pletz, contecs, causes, questions, damages, & injures, petitions, & demands reialles, & personeles, & mellees, qui furent, & sont, ou porront estre, entre le Roi de France e nous, par queuque achaison; sicome en noz lettres avauntdites, & en l’instrument publik, fait sur meisme le compromys, plus pleinerement est contenu.

Le quiel compromis nous agreons, acceptons, ratefions, approvoms, & tenons a bon.

E sur ceo le avantdit Pape, par la vertu de meisme le compromis, ait dit, loe, arbitre, & diffine qe totes les terres, vassaux, & biens, & autres choses, qe nous teniens en roiaume de France, le jour que meisme le dit fu pronunciez, fuissent deslors, en bone foi, & saunz nule fraude, simplement & purement, mises & assignees en la mayn, & en le poer du dit Pape:

Et qe li Roi de France le feist ausint, de ceo que a li en appartient:

Et qe le dit Pape tenist, en noun du dit Roi, les ditz choses, qui de sa partie, en son noun serroient assignees a meisme le Pape:

Et ausint, en noun de nous, les choses, qui de par nous li serroient assignees.

E, sour qe tot, meisme le Pape ait voulu, loe, & arbitre deslors, que ce, par aventure, li dit Rois de France & nous puissens, de meismes les terres & biens, acorder entre nous, que ce en, quoi nous accordriens, feust perpetuement, & saunz enfreinte, garde se come la dite pronunciation plus pleinement porporte.

E, apres ces choses, le devantdit Pape, aiant a cuer la dite busoigne, & desirant le bon, & le hastif esploit de la meisme busoigne, nous ait, par ses lettres bullees, maunde qu’il envoi, pur ceste busoigne, l’onurable pere, R. evesque de Vycence, por nous enfourmer plus pleinement sur les avantdites choses, solonc la teneur du mandement, qu’il li a fait de bouche:

Li quiel evesque, a ce que nostre ame cosin, Amez counte de Sauvoye; monsieur Johan de Bar: & nostre ame chevalier, monsieur Othes de Grauntzon; nous ont fait a savoir, est ia venuz en France, & ha cez busoignes parlez au consail le Roi de France d’une part, e as ditz, count, Johan, e Othes, qui sont de nostre conseil, les quieux y furent depar nous d’autre.

E sur ce, par eux touz, de commun assentement, apres moltz de traitementz, soit accorde, en la presence de meisme l’evesque, que le Roi de France & nous, totes les choses desusdites, selonc la forme des compromis, fatz d’une part & d’autre, & se come eles sont contenues en la pronunciation avantdite, commission, ou disposition, quel que le soit faite, ou a faire a persone, viue ou mort, par ses lettres bullees, mettons en la main; e en la poer de meisme l’evesque a receiure, e a tenir, en noun, e en la mayn du devantdit Pape, selonc la tenour & la fourme de la dite pronunciation, & en la maniere que li meisme Pape ad dit, loe, arbitre & diffine: & dirra, loera, arbitrera, & diffinera: ou en autre maniere, par ses lettres bullees, ad ordene, ou ordenera.

Nous, pur honur, & pur reverence du dit Pape, & pur pees, & pur profit de toute la Christientee, & pur aprochier au voyage d’outre mer, vueillantz le bon acomplissement de ceste busoigne, tant come en nous est;

Donons pleiner poer, & especial mandement, par ces presentes lettres, a noz amez & foiaux;


Maistre Girard de Vippeins, ercedeakne de Richemund,
Amaneu de la Brett,
Guillem de Leyburne,
Poinz sire de Chastillion,
Guy Ferre nostre lieutenant en Gascoigne, chevaliers; &
A maistre Reymon Arnaud de la Rame, clerk.

Et as cinque, & as quatre, e as trois, si plus ni puissent estre, de mettre & d’assigner de parole ou de droit, & de fait, & de bone foi, & saunz fraude, simplement & purement, tant come en nous est, en la mayn & en le poer du dit evesque de Vycence, totes les terres, vassaux, biens & autres choses, que nous teniens en roiaume de France, le jour que la dite pronunciation fu faite:

A receiure & a tenir, e noun, & en la mayne du devantdit Pape, come de privee persone, & Benoit Gaytan, selonc la tenur, & la fourme de la mesme pronunciation, & en la manere qe mesme le Pape ad dit, loe, arbitre, & diffine: & dirra, loera arbitrera, & diffinera; ou ad ordene, ou ausi come li plerra a ordiner, ausi come desus est dit.

E volons, e promettons qe nous aurons firm & estable tout, quantque par les avantditz, ercediakne, Amaneu, Guyllem, Pountz, Guy, & Reymon, ou par les cinque, ou les quatre, ou les trois de eux, en la fourme desusdite, serra faite en ceste busoigne.

Sur la quele busoigne approuer, tenir, garder, & acomplir, nous obligons nous, & nos heirs, & touz noz biens, par ces presentes lettres, saillees de nostre seal, que furent faites, & donees a Westmostier le vintisme secund jour du moys d’Averil: l’an de Grace mil deux centz quatrevintz dys & neuf: & de nostre regne vint & septisme.

Ceste lettre desus escrite est dublee, mot por mot, saunz rien changiez, sauve qe, en la tierce lettre, souz meisme les paroles escrit, y ad variaunce en tant, que la, ou il dit es autres deux, a persone viue ou mort, la dit il, a quelque persone qu’il soit.

E tout le remenant, mot por mot, se contient, come est contenu en les autre deus lettres.

Page 1_905

A.D.1299

Edward, &c. a nostre lieutenant en Gascoigne, e a touz nos autres baillifs, officiaux, foiaux & subjetz, de celes parties, saluz.

Nous volons, e, par la tenour de cestes presentes lettres, vous comandoms, qe vous toutes, e chascune persones, que venerables pere, Raynanz evesque de Vycence, une foiz, ou pluseurs, en ses lettres voudra nomer, soient ou del roiaume de France, ou de autres terres, de quelque dignete, estat, ou condition q’il soient, quant il vendront, passeront, demorront, e irront par celes parties, bonement, curtoisement, e fraunchement les receues, e honurement e benignement les tractez, e seurement les conduissez.

Don’ a Canterbir’, le xxiii. jour de Mai, l’an de nostre regne vint & septisme.

Semblables lettres sont faites as justices, viscuntes, conestables, bailiffs, e a tous les autres officiaux du roiaume d’Engleterre.

A.D.1299

Edward, &c. a noz amez & feaux, maistre Gerard Vyppeins ercediakne de Richemund, Amaneu de la Brett, Guyllem de Leyburne, Pointz sire de Chatillon, Guy Ferre nostre lieutenant en Gascoigne, chevaliers, & a maistre Reymon Arnold de la Rame clerke, saluz.

Nous voloms, &, par la tenour de ces presentes lettres, vous commandoms, que vous, ou li cinque, ou li quatre, ou li trois de vous, si plus ni poez estre, baillez, deliverez & assignetz de parole, ou de droit, & de fait, en bon foi, & saunz fraude, simplement & purement, en la mayn, & en le poer del evesque de Vycence, ou de son comandement;

Totes les terres, vassaux, biens & autres choses, que nous tenons, ou autres par nous, en les parties de Gascoigne, a receivre, & a tenir, en noun, & en la mayn du treseintisme pere, sire Boniface, par la porvoiance de DIEU, Pape oytisme, come en privee persone, & Benoit Gaytan.

E volons qe cil meisme evesque puisse celes meismes terres, vassaux, & biens, bailler & liverer a persone, ou a persones, des quieux li devantdit Pape ad volu, maunde ou ordene; ou voudra, mandera, ou ordenera par ses lettres bullees.

Don’ a Cantrebyr’, le xxiii. jour de May, l’an de nostre regne vint & septisme.

A.D.1299

Le Roi as honourables peres, J. de Wyncestr’ & S. de Salebur’ evesques: e a ses ametz & feaux, Amadeu de Sauvoie, Henry de Lacy de Nichole, e Guy de Beaucamp de Warwyk countes: Aymer de Valence, Otez, de Grauntzon, Geffrey de Geneuill, & Johan de Bar, chevalers, salutz.

Come nous vous eoms commys e assignetz, pur treter, devant le honourable pere R. evesque de Vicente, message le Apostoille, sus les busoignes, nous e le Roi de Fraunce touchantz, sicom en le poer, qe vous en avetz, est plus pleinement contenu:

E nostre volunte soit, qe nous chieres e foiaux, sire Gerard de Vyspeins arcediakne de Richemund, e monsieur Amaneu de la Brette, soient a vous acompaignetz a cel tretiz faire, solonc la tenur de vostre poer avantdit:

Vous maundoms qe vous les avantditz arcediakne e Amaneu, quant il vendront a vous, a compaignons receutz quant a ceo.

Don’ a Dovorre, le quin jour de June.

Page 1_906

A.D.1299

Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Angleterre, seigneur d’Irland, & dux d’Aquitaine, a tous ceaux, qui cestes presentes verront ou orront, saluz.

Sachiez que nouz faisons, ordenons, & establisons nostre ame & feal, Robert de Boroughst’ nostre conestable de Dovure, nostre certeine procureur:

Et lui donons plenir pooir, par cez presentes, de baillier, & delivrer, en nostre nom, a Wissant Johan de Bailloel, au reverent pere Raynaut, par la grace de DIEU, evesqe de Vicence, message l’Apostoille, en la fourme que s’ensuit; cest a savoir.

Qui le diz Apostoilles puisse dire & ordoner tant seulement de la persone le dit Jehan, & des terres, les queles meisme celui Jehan ont jadis en Angleterre, si come il plaira, a la bone volunte du dit Apostoille, en mesme la maniere, que nous porriens dire, se meisme celui Johan demorast verst nous personaument en Angleterre; sauve a nous, & a nos heirs Rois d’Angleterre, le royaume d’Escoce, les hommes, & les inhabitantz, & toutes les apertenances de meisme le roiaume.

En tesmoigne des queux choses, nous avons fet fere cestes nos lettres ouvertes.

Donees a Canterbir, le quatorizme jour de Juignet, l’an de nostre regne vint & septisme.

A.D.1299

A touz ceus, qui ces presentes lettres verront ou orront, R. par la souffrance de DIEU, evesques de Vincence, messages de par nostre tres seint pere, & seigneur, mon seigneur Boniface, par la purveaunce divine, souveraine evesque, envoyez es parties deeza les monz, pur la besoigne de la pais, pronuncie par celui nostre seigneur & seint pere, entre tres nobles Roys de France & d’Angleterre, salut en nostre Seigneur.

Comme li diz nostre seint pere & sires:

Qui mout de poynes, vigiles, & dyvers travauz chascun jour suffre, par ce que li puobles Cristiens vive en tranquillite & en bone pes, tristez & dolauz dez periz, domages, & escandels, & de la grand destructions, qui en ceste mond estoyent pur les guerres & conteuz, que li enemis de pais avoit seme entre les diz Roys;

Por eus accorder & mettre en bone pes, aet mout travallie;

Et, apres mout de travaus, que il a por ce sostenu, par la vertu du compromis fet en li, come en privee persone, & come en mon seigneur Beneit Gaytan, aet pronuncie eza en arreres, que pes ferme & stable soit a touz jours entre les diz Roys:

Et, pur ce que ceste pes soit pluis ferme, plusseurs ordenances, par la vertue du dit compromis, aet fetes, & pronuncies; les queles dovient estre acomplies per les diz Roys, selonc ce qu’il est plus pleinerement contenu es letters de la dite pronunciation:

Et, por aucunes des ordenances de susdites metre a execution deue, nous aet envoyez aus dictes parties a la perfin presenz perdevant nous, que de par le dit nostre seigneur le Pape, avioms requis, sur ce, les devantdiz Roys;


Reverent peres, Giles arcevesques de Narbone,
Pierres evesques d’Auceurre,
Robert duc de Burgoigne,
Guy conte de Seint Pol,
Pierre Flote sire de Revel, &
Pierre de Belle Perche chanoyne de Bourges,
de procureurs du devant dit Roy de France:
Et, reverent pere, Johan de Wincestre,
Simonz de Salesbirs, evesques:
Ame de Savoye,
Henris de Nichole,
Guys de Warewyk, contes;
Aymars de Valance,
Othes de Grantzon,
Joffrois de Jonivile,
Jehan de Bar, chevalers:
procureurs du devantdit Roy d’Angleterre:
Et Henris coens de Nichole, procureur de mon seigneur Eduart, fil du dit Roy d’Engleterr

En nom de lour seigneurs desusdiz, & comme procureurs d’yceus, ont acorde, ordene, & fet les acors, ordenances, covenances fetz, & les choses ci desoz escriptz:

Les queles, li prelat procureurs promittrent en bone foi;

Et tuit li autre procureurs desusdit, d’une part & d’autre, promittrent & jurarent, sur les seins Evaungiles, es amis de leur dis seigneurs, come procureurs dyceus leurs diz seigneurs, accompler, tenir, & garder fermement.

Et est asavoir que la teneurs dez diz acorz, ordenances, covenances fez, & choses, est ceux, comme par la reformation de la pes, des guerres, & des descorz, qui estoyent mouz entre le Roy de France d’une part, & le Roy d’Angleterre d’autre, soit pronuncie per nostre pere le Pape, que mariages se face du dit Roy d’Engleterre, & de madame Marguerite seur du dit Roy de France, a doayre de quinze mil livres de Torn’ petiz; le quel doayre doit estre assigne & assis ou royaume d’Engleterre, en lieus covenables & soffianz, qui doyvent estre monstrez & accordez devant ce que li mariages le perface:

En tele manere toute foiz que, se li devantditz Roys d’Angleterre, a, ou aura terre ou royaume de France, jusques a la value de la moyte du dit doayre, li diz Roys de France aura, panera, & recevra la dite moyte du dit doayre, pur la ditte dame, & en nom de li en la ditte terre, que li diz Roys d’Angleterre, a ou aura ou dit royaume de France, per resnable assize de terre, en quittent, & en delaissant l’assignation, que auroit estre faite en Angleterre, jusqes a cele quantite de la dite moytie.

Item, il est accorde & promis, par les procureurs du dit Roy d’Angleterre, que li diz Roys d’Angleterre penra la dite dame a espouse, & a feme par parolles de present.

Et est ausint dit, promis, & acorde par les procureurs du devantdit Roy de France, que li diz Roys de France fera & procurra que la dite dame, sa seur, penra le dit Roy d’Engleterre a espous, & a seigneur, par paroles de present, non contretent l’empeschement de lygnage, qui est ostez par la dispensation du dit Pape.

Derechief, il est pronuncie par le dit Pape, por pluis grant fermete de la dicte pes, que mesire Edduars, fiz du dit Roy d’Angleterre, penra madame Isabelle, fille du dit Roy de France, a espouse, & a feme, si tost qu’ele vanra a age de faire mariage, ou dedanz les quatre mois, apres ce qu’il en aura estee requis depar le dit Roy de France, au doayre de dix & wyt mile livres de Tornois petiz; le quel doayre doit estre assiz & assignez en lieus covenables & soffisanz ou royaume d’Angleterre, qui doyvent estre mostrez & acordez devant que li mariages se perface:

En tele manere que, si li Roys d’Angleterre & ses fiz devantdiz, ou l’un d’aus, ont, ou auront, terre ou royaume de France, jusque a la value de la moyte du dit doayre, li Roys de France, pur sa dite fille, & en nom de li, aura, penra & receura la dite moite, en la ditte terre, qu’il ont, ou qu’il auront ou royaume de France, per resnable assise de terre, en quittant, & en delaissant l’assignation, que auroit estre fait en Angleterre, jusques a la quantitie de la dicte moyte.

Et est accorde que li diz Roys d’Angleterre, & ses fiz devantdit, se obligeront, ses heirs, a ce faire par leur serementz.

Et li diz Roys de France promettra per serement, fet en s’ame, que il sa fille devantdit donra, a espouse & a feme, au dit mons’ Edd’ fil du dit Roy d’Angleterre, si tost come ele venra au dit aage, & dedanz quatre mois, puis quil en sera requis depar le dit Roy d’Angleterre, ou son fil desusdit:

Et pur ce faire d’une part & d’autre, & pur pluis fermement garder, sont myses certeynes poynes, contenues en la dite pronunciation.

Et est encores pronuncie, qe ce soit ferme per autres poynes, des queles s’acorderoyent les parties.

Acorde est entre les diz procureurs des diz Roys, especialment per les procureurs du dit Roy d’Angleterre, & de son fil devantdit, que li diz Roys d’Angleterre, & li diz ses fiz, & chascun d’aus, feront deshore les choses desusdites, contenues en la dite pronunciacion, non contrestent l’empeschement de lygnage, qui est ostez par la dispensation du Pape; les queux choses li dys Roys d’Angleterre, & ses fiz, & chascuns d’aus doyvent faire & jurer.

Et fut encore acorde, par les diz procureurs des diz Roy d’Angleterre, & de son fiz, que li diz Roys d’Angleterre, & ses diz fiz, promettront, voudront, & consentiront: & leur procurors devantdit, come procurors de leur seigneurs, promistrent, voudront & consentirent deshore, que s’il demoroit, par le pere, & le fil desusdiz, ou par l’un d’aus, que li diz mariages ne se feist, puis que la dit fille serra venue au dit aage, ou de danz les quatre moys apres ce quel en seront requis depar le Roy de France, tout le droit qu’il ont, ou auront ou l’un d’ous, en queuscunque terres quil ont, ou qui lour peuent obvenir, ou a l’un d’aus; & toutes les terres & quecunque droit que li dit pere & fiz, ou l’un d’aus, ont ou auront ou royaume de France, soyent, par cest meyme fet, commys au dit Roy de France:

Et que les homes, & li vassal des dites terres, soyent asout de touz homages, feautez, liens, & obligations es queus il seroyent tenuz au dit pere & fil, ou a l’un d’aus, ou porroyent estre tenue de queucunque cause se fust:

Et que li dit vassall, & toutes universitez & communautez des dictes villes & terres, au pluis tost qu’il avaura eus, ou eles estre ou povoir, & en la seignurie des diz pere & fil, ou d’un d’aus, de quelconqe cause ce soit, prometront & jurront quil au Roy de France & a ses successours, ou dit cas come a leur seigneur, seins meen, se erdront, obeyront, & entendront;

Et en ce, le Roy de France, contre le dit pere & fil, & les leur, ou dit cas, ayderont; ne obeyront en riens, aus diz pere & fil, ne ne les aideront en quelque manere que ce soit.

Et li diz Roys d’Angleterre, & ses fiz, ou l’un d’aus, si tost que il, ou autri, pur eus, ou par l’un d’aus seront, en seissine d’aucune terre ou royaume de France, ainsint com il, ou autri pur eux serront en seissine de chascun ville, ou de chascune chastellaine, serront tenue de commander, & commanderont en bone foy, a la request des gens le Roy de France, aus diz vaussauz, universitez, communautez, & sougiez, que il facent les diz sayrement, & toutes les choses desusdites; &, quant il l’auront commande, li dit Roys, & fiz, en seront quitte & delivre, & de plus ne les porra en purfeure quant a cest case.

Et se li dit vassal, universitiez, communautez, & sougiz, puis que li diz Roys & ses fiz, ou aucuns d’aus, ou autres por eus, qui de ce auront puoir & commandement soffisant, leur auroyent fait le commandement, perloygnoyent ou delayoent des choses desusdites, pur ce ne sera mie delaee, perloignie, ne empeschie la delivrance des terres, que l’on deurroit baillier, ou delivrer au dit Roy d’Angleterre, ou a son fil, ou a ler gens per la pronunciation du Pape, ou per l’acort des parties.

Page 1_907

Derechief, il est acorde par les diz procureurs, especialment par les diz procureours du dit Roy de France, que li diz Roy de France dezhors, fera les choses desusdites, contenues en la dite pronunciation, pur sa fille devantdite, & madame Johanna Royne de France & Navarre sa compaigne, promettra por seyrement, fait en s’ame que ele donra & baillera sa dicte fille, tant comme ill appertient, ou porra apertenir a li, a espouse, & a feme a mons’ Edd’ fils du dit Roy d’Angleterre, quant ele vanra audit age, dedanz le dit temps, apres la requeste desusdit, & porchacera que ce soit fait, en bone foi, a son puoir.

Encores est acorde per les procurers du dit Roy de France, que li diz Roys de France prometra solempnement, voudra & consentira en bone foi: & li dit procurers du dit Roy de France, come procurors de leur dit seigneur, & en nom de li, promittrent, voldrent & consentirent dehore, que s’il demoroit per la dit Roy de France, ou per sa dicte fille, puis qu’ele vanra au dit aage, dedans quatre moys apres, puis que li diz Roys de France en sera requis depar le dit Roy d’Angleterre, ou par son dit fil, que ly Roys de France donra & paiera, en nom de poyne, cent mil’ livres desore au dit Roy d’Angleterre, ou a son fil; &, quant a ce, obligera touz ses biens: & deshores, les diz procurors du dit Roy de France les ont obligiez.

Derichief, il est acorde par les diz procuror des diz Roys, que certeines barons du royaume d’Angleterre, cestassavoir,


Johan de Garenne,
Thomas de Lenquastre, contes, &
Henr’ de Lanquastre chivaler, frere du dit Thomas;

& certeines barons du royaume de Fraunce, cest assavoir,


Charles de Valois,
Loys de Eureux, &
Robert d’Artoys, contes:

Promettront & jurront que il purchaceront, en bone foi, que les diz mariages sei perfacent, selonc la pronunciation du dit Pape.

Et est asavoir que toutes les poynes desusdictes, avec les autres, contenues en la dicte pronunciation, sont otrees par les procurors des diz Roys, & du fil du dit Roy d’Angleterre, non contrestanz les droiz qui defendont poyne estre myse en convenance, ou en affermement de mariage; as queuz droiz le dit procurers, come procurors de leurs diz seigneurs, renunciarent expressement, de certeine scyence, especialment, quant li diz Pape a ostez les diz droiz, en la dit pronunciation, quant as espousailles & au dit marriage, sicome il est pluis plenerement contenue en la dit pronuntiation.

Derechief, il est acorde entre les diz procureurs des diz Roys, que li prison, d’une part & d’autre, soient obstagez, selonc la forme de la souffrance, jadis accordee entre les diz Roys.

Et la persone monsieur Johan de Baylluel soit mise tantos ou puoir du dit Pape, & baillee & livree deshore a Wyssent, en la mayn de reverent pere monseigneur Roynaut, par la grace de DIEU, evesque de Vincence, message du dit Pape, a tenir la ou il voura, ou nom du Pape; & que sera ordene per le dit Pape du dit Johan de Bailleul, tenra en la persone Edd’ fil de celi Joh’ de Bailleul; se autre chose endementres n’estoit ordenee & acordee par les dys Roys de France & d’Angleterre, quant il seront ensamble.

Et se li diz Pape ne pronunchoit, durant la dicte souffrance, des choses qu’il doit pronuncier entre les dys Roys de France & d’Angleterre, li dit prison obstagez returneront, selonc la forme de l’ostagement, es prisons ou il estoyent devant.

Et se li Pape pronunce des choses desusdictes avant la faute de la dit souffrance, li dit ostagement torneront a plene delivrance, quant as prisons solement, qui ont este pris par la guerre, move entre les dys Roys de France & d’Angleterre, par lachaysson de lour propre desbat.

Derechef il est acorde entre les diz procurors, que la dit pronunciation & l’ordenance du Pape, quant as damages, & quant as autres choses, contenues en ycele, soit tenue, gardee & acomplie d’une part, & d’autre en tout & em partie.

Derechief il est acorde par les diz procurors, des diz Roys, que li diz evesques de Vincence passera en Angleterre, & avecque li aucun de la gent le Roy de France, & signifiera au dit Roy d’Angleterre, & a son fiz, les choses desusdites & acordees; les queux li Roy d’Angleterre & ses fiz desus dit son tenu de ratifier, greer, de promettre, & de jurer, selonc ce q’il est desusdit.

Et receura li diz evesques, en la presence de la dite gent, du Roy de France, come message du Pape, ou nom & au profit du dit Roy de France, de madame Margaret seur, & de madame Isabelle fille devantdictes, les grement, ratifiement, promesses, seyremunz, & tous les autres choses desusdictes.

Et dira & promettra, en bone foi, en la presence de la dite gent du dit Roy de France, que de ci en avant il sera bons amys, & loyaus au dit Roy de France, & a son heir Roy de France; & ne fera nene porchacera, ne consentira mal ne damage au dit Roy de France, ne a son heir Roy de France, ne a ses hommes, subgez, ou a ses terres; san ce que se li diz Pape ne metoit a fin les descorz, qui sont entre les dyz Roys de France & d’Engleterre sur aucums heritages, & leurs condicions, & ce que apertient, ou puet apertenir a y ceus heritages, dont il est sur le Pape; ou autrement n’estoit acorde, per assentment des dictes parties, li diz Roys d’Angleterre porra pursuir & porchacier son droit, en la maniere, qui la samblera bon.

Et en cele meyme manere, & par ces meysmes paroles desusdictes, dira, prometra, ratifiera, greera, & fera jurer, en s’ame, li diz Roys de France, au dit evesque de Vincence, ou retorn d’Engleterre, en la presence de la gent du dit Roy d’Angleterre; san ce que, se li diz Pape ne mettoit a fin les descorz qui sont entre les diz Roys de France & d’Angleterre sur aucuns heritages, & leurs conditions, & ce que appertient, ou peut apertenir a y ceus heritages, dont il est sur le Pape, ou autrement n’estoit acorde, per assentement des dites parties, li dys Roys de France porra pursuir, & purchacer son droit, en la maniere qu’il samblera bon.

Derechief receura li diz evesques de Vincence les dits promesses, que la dicte Royne de France doit faire, & le dit seyrement, qu’ele doit faire faire en s’ame.

En tesmoign des queux choses, nous avons mis nostre seel en ces presentes lettres.

Et nous, devantditz procureurs du Roy de France, & procureurs du Roy d’Angleterre desusdit, & je, devantdiz procureur de monseigneur Edduart, fil du dit Roy d’Angleterre, qui les choses desusditz avons accordees & consenties, volues, ordeine, promises, & jures, come procureur, & es ames de noz devantdiz seigneurs, avons mis noz seauz, en ces presentes lettres, avec le seel de reverent pere R. per la grace de DIEU, evesque de Vincence, message envoye, quant a ce, de par nostre tresseint seigneur & pere avantdit;

En tesmoigne des choses desusdites.

Don’ a Mostreuel’ sur la Mer, le Venredy devant la fest Seint Johan Baptist, l’an de Grace mil deux centz, quatre vinz & dix & noef.

Page 1_908

A.D.1299

Edward, par la grace de DEU, Roy d’Engleterre, seigneur d Irland, e ducs d’Aquitaine, e Edward sun filz, fasoms sauoir, a touz, presenz e avenir, qui ces lettres verront & orront, que come les procureurs de excellent prince Philippe, par celi mesme grace, Roy de France, nostre trescher cosyn, d’une part, e noz procureurs d’autre, ayent este faiz, en la presence de honorable pere Renaud, par mesme la grace, evesque de Vincence, envoie, de nostre pere l’Apostolle, es parties deca les monz por ce, aucun acorz, covenauncez, e ordenances contenues plus pleinement es lettres, seeles du seel du dit evesque, e des seaux des ditz procureurs, dont la forme s’ensieut.

A touz ceus qui ces presentes lettres verront ou orront, Renaud, par la suffrance de DIEU, evesque de Vincence, messages, &c. prout supra de dat’ mense Junii, usquæ ad hæc verba, viz.

Nous, e chascun de nous, por bien de pees, toutes les choses desus escrites, e chacun d’iceles en tant, come eles touchent nous, e chascun de nous;

Ratifioms, agreoms, disoms, promettoms, & juroms; e ratifie, agree, dit, promis, & jure avoms, en la manere qe eles sont acordees.

E, encore, noz amez e loiaux, Johan de Garenne, Thomas de Lancastre, contes, & Henri de Lancastre chivaler, ont promis e jure, en nostre presence, que il pochaceront, en bone foy, que les ditz mariages se parfacent, selonc la pronunciation de l’Apostole.

Les queles ratifiement, agreement, promesses, & serementz, li dit evesque, come message du dit Pape, en la presence de honorable pere J. par la grace de DIEU, evesque de Cartasson, monseignur Jaqe de Chastellon seigneur de Leuse e de Coonde, monseigneur Pere de Beleperche chanoine de Bourges, envoiez pur ce par le Rey de France en ces parties, receut, en nom e au profit du dit Roy de France, Margarete sa soer, Isabelle sa fille devantdites.

E, come il soit contenue es lettres desus escrites, qe nous devoms dire e promettre certeines choses d’amistez en la presence du dit evesque de Vincence, e des gentz du Roy de France.

Nous, en la presence de mesme ceux avoms dit e promis cele mesmes choses, ensi come eles sont contenues, e desus escrites especialment.

En tesmoigne des queles choses nous, devantditz Reys d’Engleterre, e Edward ses filz, por tant come il touche chascun de nous, avoms mis nos seaus a ces presentes lettres.

Donees a Cantirbire, le quaterzisme jour de Juil, l’an de nostre regne xxvii.

Page 1_909

A.D.1299

A tous ceaux qui cez lettres verront ou orrount, Raynauz, par la souffrance de DIEU, evesques de Vicence, messages nostre seigneur l’Apostoille, saluz en DIEU, pardurable.

Nous faizons savoir a votre universite, que venant a Wissant, en roiaume de France, a nostre presance, monsieur Robers de Borouhsth’ chevaliers, conestables de Douors, & procureur du tres noble prince & Roi d’Angleterre, establiz en ceste fourme:

"EDWARD, par la grace, &c. ut ante, de dat’ 14 Junii, usque hæc verba.

EN nom de DIEU, Amen. Comme sire Jehan de Balluel, qui est ici presens par devant vous, reverent pere, evesquede Vicence, message de nostre seigneur l’Apostoille, pour mout de trespas & traysons, inhumeynement de mostrez & de fez par lui, a tres grant prince son souverein seigneur, seinz moyen, sire Edwart, par la grace de DIEU, Roi d’Angleterre, encontre son homage, & le devoir de sa feaute;

Purement, par son grè, & sainz condicion, souzmeist de tout a la volunte de dit ...... Roi le roiaume d’Escoce, du quel il estoit jadis Rois, & tout le droit qu’il avoit en cel, ou a cel, & au peuple de meisme le roiaume, & a ce touz ses biens; sauue tant soulement a lui vie, & membre, & non emprisonnement.

Et que puis il, par son agreable corage, & per sa franche volunte, purement & sainz condicion, se rendist a son seigneur avantdit, Roi d’Angleterre, & le dit roiaume d’Escoce, oue les hommes & ses autres droytures & appurtenances universeles, & sa royale dignite, & son roiale honeur, & outre ce toutes ses terres, & toutes ses possessions, oue touz ses meuebles & non muebles, & soi movanz, si comme il part per un instrument publique fet de ce, a la requeste du dit Jehan de Bailluel.

Je Robers de Borouhsth, procureur du devant dit Roi d’Angleterre, per commandement de lui, & comme procureur, bail & assigne, l’avant dit

Page 1_910

Jehan present a vous, sire Raynaut, evesque de Vicence, message nostre seigneur l’Apostoille, pour la devocion, reverence & honeur du tres seint pere nostre seigneur l’Apostoille, & de la seinte eglise de Rome, es manieres & es condicions que s’ensuient, c’est a savoir.

Que nostre seigneur l’Apostoille puisse dire & ordener tant seulement de la persone le mesme Jehan, & de terres, les queles meisme celi Jehan out jadis en Angleterre, si comme il plaira a la bone volunte de nostre seigneur l’Apostoille, en meisme la maniere, que mon seigneur li Rois d’Angleterre porroit dire, si meisme celui Jehan demoroit vers lui personelment en Angleterre, e insint que ce que li diz nostre seigneur l’Apostoille dira ou ordenera de terres, que meisme celui Jehan out jadis en Angleterre, tendra en la persone de Edward filz meisme celui Jehan, si autre chose, endementers, n’estoit ordenee & accordee sur ce per entre le ...... Roi de France & mon seigneur le Roi avantdit, quant il seront ensemble; sauue a mon seigneur le ...... Roi d’Angleterre, & a ses heirs Rois d’Angleterre, le roiaume d’Escoce, les homme, les inhabitantz, & toutes les appertenances de meisme le roiaume;

Cest a savoir & entendre, que notre seigneur l’Apostoille ne puisse ordener, ne dire du devant dit roiaume d’Escoce, des hommes, des inhabitantz, des appertenances de meisme le roiaume, pour le devant dit Jehan de Bailleul, ne pour ses hours, qui sont, ou qui porroient estre, ne pour nul de ses appertenauz, per queucunque cause que ce soit.

Et nous devant dit evesque, le desus dit Jehan de Bailleul, a nous baillie, avons ainsi receu en lieu, & en nom de nostre seigneur l’Apostoille.

En tesmoign de queus choses, nous avons mis nostre seel a cez presentes lettres.

Donees a Wincent, le Sabbedi devant feste nostre dame la Magdalene; au quel jour nous receimes le devant Jehan de Bailluel, en la maniere desus dite per le procureur devant dit.

L’an de nostre Seigneur mil deux centz quatre vintz, diz & noef.

Page 1_911

A.D.1299

Ph’ par la grace de DIEU, Roys de France, a tous ceus, qui ces presentes lettres verront, salut.

Savoir faisons que, come entre nos procureurs d’une part, & les procureurs de tres noble prince Eddwart, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, nostre treschier cousin, d’autre, aient este faitz, en la presence de honourable pere R. par cele mesmes grace, evesque de Vicente, envoie de nostre pere l’Apostle es parties de ca les mons pour ce, aucuns acorz, covenances, & ordenances, contenuz pluz plainement es lettres, seeles du seel du dit evesque & de seaux des ditz procureurs, dont la fourme s’ensient;

A touz ceus, &c. ut supra de dat’ mense Junii & tunc sic.

NOUS pour bien de pes, toutes les choses dessus escrites & chascune d’iceles, en tant come eles nous touchent;

Ratefions, agreons, disons, prometons, fesons jurer en nostre ame, per nostre ame & feal chivaler, P. Flote seigneur de Reuel, & ratifie, agre, dit promis, & fet jure en nostre ame le dit chivaler, avons en la manere quele sont acordees.

Et, encore, noz chieres & feaux freres, Challes de Vallois, & Loeys de Eureus, contes, ont promis, & jure en nostre presence que il pourchaceront, en bone foy, que les dis mariages se perfacent, selonc la pronunciation de l’Apostoille:

Lesqueux ratifiement, agreement, promesses, & seremenz, li diz evesques, come messages du dit Pape, en la presence de Jehan evesque de Wyncestre, Ame conte de Savoie, Gerrat archediacre de Richemont, & Johan de Barr chivaler, envoiez pur ce depar le Roy d’Engleterre en ces parties, receut ou non, & au profit du dit Roy d’Angleterre, & de Edwart son fil;

Et, come il soit contenue es dites lettres dessuz escrites, que nous devons dire & promestre certaines choses d’amistez en la presence du dit evesque de Vicence, & des genz du Roi d’Angleterre;

Nous en la presence de ceus mesmes, avons dit, & promis celes mesmes choses, ainsi come elses sunt contenues & dessus escrites especialment.

En tesmoing de la quel chose, nous avons mis nostre seel en ces presentes lettres.

Que fu fait en l’abbaie de laumosne de Cysteaux, lunde le jour de fest le invencion saint Estene, en l’an de Grace mill’ deux cenz quatrevins & dis & neuf, ou mois d’Aoust.

Page 1_924

A.D.1300

A tous ceauxs qui cestes lettres verront ou orrount, Roberd, par la grace de DIEU, eveske de Glasgu, salus en nostre Seigneur.

Saches qe nous, ne mie par destresce, mes par notre bone e agreable volente, reconessoyns mon seigneur Edward, Roy d’Engleterre, nostre verray seigneur & Roy, & nous estre son homme foyal, & a ly, come en Roy & seigneur, la foyaute, ke nous ly feysmes avant ces oures, renovelons en ceste forme;

JE ROBERD, par la grace de DIEU, eveske de Glasgu, serray foyal e leays a mon seigneur Edward, Roy d’Engleterre, e a se heyr Roys d’Engleterre, de vie & de membres, & de terrien honour, contre totes gens qe poent vyvere & morir:

Et le profit & l’onour de luy, & de ses heyrs, & de son reaume, feray & leaument procuray en totes choses:

Et les enemys de luy & de ses heyrs, & de son reaume, feray & leaument procuray en totes choses:

Et les enemys de luy & de sens, qui qu’il soyent, despriseray & greveray a tut mon poer, si avant cum mon estat le demaunde e porra soffrir;

Si m’eide DIEUS, & ly seintes Evangiles.

Et cest serment avons nous fet sur le cors nostre Seigneur, & la Croys Neyt, & la Blake Rode de Escoce, en la presence


De le honurable pere en Dieu Johan eveske de Kardoyl,
Le abbe de Holicolthan; &
De nobles hommes Monsieur Johan de Bretaigne,
Monsieur Johan de Bar,
Monsieur Huge de Yeer,
Monsieur Robert de Clifford,
Monsieur Gauter de Beauchaump,
Monsieur Williaum de Graunsoun,
Monsieur Johan Botecourte,
Monsieur Symoun de Mountagu,
Monsieur Johan de Bayres, & de
Meistre Piere de Monsiag’,
messages dou Roy de France.
Et en la presence de
Frere Gauter de Wynterbourn, confessour notre seigneur le
Roy d’Engleterre avantdit, &
Frere Ingeram, confessour madame le Reyne d’Engleterre,
& plusours autres.

En temignaunce de queu chose nous avons mis notre seal a cez presens lettres.

Donees en l’abbie de Holmcoltham, le setime jour du moys de Octobre, l’an de l’Incarnacion nôtre Seigneur mil & trescens, & du regne nôtre Seigneur d’Engleterre avantdit vint & ouctisme.

A.D.1300

A touz ceus qui ces lettres verront ou orront, Edward, par la grace de DEU, Roy d’Engleterre, seignur d’Irland, & ducs d’Aquitaigne, saluz en DIEU.

Sachez que, come tresnoble prince, nostre cher & ame cosin & frere, Philip, par la grace de DIEU, Roi de France, eit envoie a nous, par letters de creaunce, seales de son seal, ses ames & foiaux, mestre Pieres de Mouncey chanoigne d’Aungiers clerk, & monsire Johan de Barres dist Piau de Chat chivaler;

Et qe nous les creussiens de ceo qu’il nous diroyent de par le dit Roy, sicom est contenuz es dites lettres, qu’il nous baillerent de par li;

E li desusdites mestre Piere e monsire Johan, par leur creaunce, nous eyent requis, de par meisme celi Roy, qe nous a celes gentz d’Escoce, a qui nous avoms guerre, donissions treue, nous a la priere, e a la requeste de mesme le Roy de France;

Voillantz obeir en celle partie, ia soiet ceo q’il nous greve, avoms done la treue, e ottroie le soeffrance, come a ami & amiable compositour: & non come a alliez a ceus d’Escoce, mais come a celi qui de riens ne se tent aliez a eaux: sicome les avantditz mestre Piere e monsire Johan nous unt dist depar li: & com a non aliez nous unt requis qe nous la donissiens: que autrement ne la eussiens mie donee, ne grantee, s’il se tenist de riens alliez a eaux.

E por cela dite treue avoms done, e soffrance promis a tenir e garder as gentz d’Escoce, as persones, a lour aidauntz, & a lour alliez, a lour biens, e a lour choses, de nous, e de nos aidauntz, & de noz alliez, jusques au jour de la Pentecoste, procheinement avenir, en tieu manere;

Qe chescun tendra ce quil tent, e porra edefier, efforcier, laborer, cotiver, & fere ce qu’il li plerra, ou ce qu’il tent, durant la dite treue.

E qe chescune, d’une part & d’autre, porra aler, e venir, e marchander seurement, par mer, e par terre, d’une pays a d’autre, e la ou li plerra, selonc les leis & les usages des pays.

Issint, totes voyes, qu’il ne porront mettre, ne porter en Engleterre, ne en Irland, ne nule part aillours, en nostre poair, moneye fors tiele come y

Page 1_925

court, si ceo ne seit a nostre chaunge, ou si ensi n’est qu’il ne la voillent mettre, ne emploier en nostre poair.

Ne ne porront enporter, hors de nostre poair, la monoye que y court, ne bon argent, sur la forfeture qe en est avant ordene.

E que nul mespreigne, ne mefface les uns vers les autres, jusqes au dit jour de la Pentecost.

Et ceste treue e ceste soffrance, en la manere, qe desus est devisee, nous promettoms a garder bien & leaument, & firmement a tenir de nous, e de noz, e par nous, e par les noz, e par mer, e par terre, jusques au dit jour de la Pentecost.

Et, por ces choses firmement garder & tenir, avoms fet jurer, en l’alme de nous, monsire Gautier de Beauchamp nostre seneschal.

En tesmoignance de totes ces choses leaument garder, tenir e acomplir, nous avoms fet faire cestes lettres overtes, seallees de nostre seal.

Donees a Dumfrees, le xxx. jour du moys de Octobre, l’an de nostre regne vint e octisme.

A.D.1300

Edward, par la grace de DIEU, Roy d’Engleterre, seigneur d’Irland, & ducs d’Aquitaine, a nostre feal & loial Patrik de Dumbar, conte de la Marche, saluz.

Come le tresnoble prince, nostre chier cousin & frere, Phelip, par la grace de DIEU, Roi de France, nous eit especialment requis par ses lettres, & par ses messages, qe nous a celes gentz d’Escose, a qui nous avoms guerre, donissiens true & suffrance, come a ceux a qui il ne se tient de nous aliez (sicome ses ditz messages nous ont dit depar li) & come a noun aliez nouz ont requis qui cele triue lour donissiens.

Et nous a meisme celi Roi, come a amy & amiable compositour, & ne mie come a aliez a ceux d’Escoce, eoms true, ottroiee, & suffrance promise a tenir, & a garder as gentz d’Escoce, as persones, a leur aliez, a leur biens, & a leur choses, de nous, & de nos aliez jusques au jour de la Pentecost procheinement avenir, en tieu manere;

QUE chascun tendra ce qu’il tient, &c. prout supra, usque hæc verba, viz.

Vous mandoms que as gentz d’Escoce, en leur parsones, ne en leur biens, de l’oure que vous aurez cestes lettres receves, ne facez mal, moleste, ne nule manere de damage, contre le purport de la dite true, & choses qu’il tendront quant cestes lettres vous vendront:

Ne ne sueffrez qu’il entrent en les choses, dont vous serrez en seisine, a l’oure que meismes ces lettres vous vendront:

E la dite true facez tenir & garder fermoment en touz les avantditz pointz, tant come en vous est:

Et que chascun teigne ce qu’il tient le jour qe cestes lettres vous vendront:

Et facez ausint assavoir, & crier par vestre poer, & devers les parties, ou vous estes, qe la dite true soit tenue & gardee, sicome est avantdit, sanz riens venir encontre, ou en riens blemir jusque au jour de la Pentecost avantdit.

Done souz nostre privee seal, a Dumfres le .... l’an de nostre regne vint & otysme.

Consimiles litteræ mittuntur,


Simoni Fraser gardiano forestæ de Selscirk,
Roberto de Manleye domino de Drilton,
Jo’ Bourdon vicecom’ Berewici super Twedam.

Dat’ a Dumfres, xxx. Octobre.

A.D.1300

A touz ceaux, qi ceste lettre verront, ou orront, Piere de Mouncy chanoigne de Aungers, clerk de tres noble prince Phe’ par la grace de DIEU, Roy de France, & Johan des Barres dit Pian du Chat, chivaler de celuy mesmes seigneur, salutz.

Nous fesoms saver a touz, e especialment as nobles hommes;

Monsieur Johan de Saynt Johan chivaler, establi, mis & ordene en la marche d’Escoce, par deviers Galeway, de par le tresnoble & treshaut prince Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre;

Et a monsieur Adam Gordon chivaler, establi, mis & ordene en cel marche, par deviers Escoce, de Galeway, de par les governours roiaume d’Escoce;

Qe nous, de par nôtre seigneur le Roi de France, & de son commandement, avoms requis a treshaut & tresnoble prince Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, qu’il vousit true doner & otroyer as gentz du roiaume d’Escoce, a leur aydantz, & a leur alliez:

Li quieux l’ad donee & ottroye, par mesmes nôtre requeste en la manere, qe s’ensuyt.

A touz ceaux, &c. prout in littera Regis, dat’ a Dumfres, xxx. Octobris usque hæc verba, viz.

Pur la quiele chose nous, Piere de Moncy clerk, & Johan des Barres dit Pian du Chat, desusditz, a vous, monsieur Johan des Saynt Johan, establi en vostre marche, & a vous monsieur Adam de Gurdon, establi en la vostre marche, chivaliers desusnomez, vous priums & requirums;

Qe vous, par vous, ou par autres, establiez, par vous, es ditz lieus, si issent est qe entre ne peuissez, voillez de touz descords, injuris, violence, que purront estre fetz, tant deseisins des terres, quant des mellez, contantz, & autres choses, qe avenir purront, durant la dite treve, a penere, conustre, deliverer, ordener, declarer, corriger, & punir maufetour chescun, en sa marche, solone ce qe vous verrez que bon serra; si en fetez tant de cestes choses, que le Roi de France se tiene apaye, e les parties vous peussent lover.

Donez a Everwyk, sur nos seals: l’an de Grace myl & troyz centz: Lundy apres la Touz Sayntz.

Sigillo à cauda pergamen’.

Page 1_937

A.D.1301

Traictie est & accorde, e assurez, entre les gens de noble prince Ph. par la grace DIEU, Roi de France, cest assavoir,


Le conte de Saint Pol,
Le conte de Dreves,
Mons’ H. de Bouville, &
Mons’ P. Flot’ cheval’ d’iceli Roi, d’une part;

Et les messages de noble prince E. par celle mimes grace, Roi d’Engleterre, cest assavoir,


L’evesque de Cestre,
Le conte de Nicole,
L’arcediacne de Richmont, &
Jehan de Berwic’ chanonine d’Everwic, d’autre;

Que come aucuns traictiez de pais eussent, ja pieca, este eus entre les gens le Roi de France, & les gens le Roi d’Engleterre;

Et, a ceque al traictie venseissent plus legierement a effect, le dis Rois de France, eust des lors envoi au dit Roi d’Angleterre ses messages;

Cest assavoir, l’abbe de Compeign, monsieur Aubert de Hangest, & mestre P. de Flavign;

Par les quiex il fist requerre le dit Roi d’Angleterre, si comme il avoit fait autrefoiz par pluseurs autres messages & lettres especiaus, que des guerres, des molestacions, & des griefs, que il fesoit a noble prince J. Roi d’Escoce, & as Escoz, alliez, & confederez du dit Roi de France, il se souffreist & cessast;

Et la dite voie pourparlee, au traictie de pais desusdit, n’est pas lours este poursoie pour aucuns certains empeschemenz;

Et le dit Roi d’Angleterre ait novellement envoiez ses solennes messages dessus nommes au dit Roi de France, pour la poursuite de dit traictie de pais;

Traictie est & acorde entre les gens, du devauntdit Roi de France, & les gens le Roi d’Angleterre desusdiz, que les messages de l’un, & de l’autre, Roi de France & d’Angleterre, sasembleront a Mousteroul a la quinzaimie de Pasques, prochainne avenir, pour le dit traictie de pais poursuivre & mettre a fin, a l’aide de celi qui est faiseur & actour de pais:

Et pour ce que le dit traictie requiert proces & aucun alloignement de tens, trieve est prise, & acordee, entre le dit Roi de France, pour li; & por le dit Roi d’Escoce, pour les Escoz, & pour ses autres alliez; & le dit Roi d’Angleterre, pour li, & pour ses alliez, des manitenent jusques a la feste Seint Andr’ qui sera l’an de Grace mil trois cens & deus, le jour d’icelle feste enclos en la dite trieve.

Les condicions & les declaracions qui furent mises en l’autre trieve, prise a Turnay, entre les diz Rois de France & d’Angleterre, si comme elles sont contenues en lettres faites sur ce, eues pour mises & prour expresses en ceste presente trieve, tant comme elles sont ou pount faire, a la seurte & a la fermete, & a la declaracion de la garde de ceste trieve.

Ce excepte que entendu ne doit mie estre, que li count de Bar & les Burgoignons, qui sont venuz a pais au dit Roi de France, Guii jadis count de Flandres, es des enfanz, soient tenuz pour alliez du dit Roi d’Angleterre;

Et sauf ce que li Rois de France tendra en sa main les terres, & les choses immuebles, prises seur les Escoz, si comme il est a dessous escrit.

Item, il est acorde, que les terres, possessions, rentes, heritages, & toutes les choses immubles, que le Roi d’Angleterre ou autre de sa part ont pris, ou occupe sur le Roi d’Escoce, ou sur les Escoz depuis que les messages le Roi de France dessus nommez vindrent a li: ou seront prises avaunt la ratification de cest present traictie, faite par le dit Roi d’Angleterre, seront en la main du Roi de France, jusques a la Touz Sainz prochainne avenir.

Les queles terres, c est assavoir, celles, que le diz Rois d’Angleterre, & le conte de Nicole tiennent, il ont desorendroit mises par parole en la main du dit Roi de France, & les i metront par fait dedanz la quinzainne de la chandeleur prochainne avenir: & les autres terres, tenues par autres, dedanz celi meines terme.

Item, il est acorde que les chastiax, les forteresces, les justices, les seigneuries & les governnemenz des dites terres, li devant dit Rois de France fera tenir, & garder en sa main, durant la dite trieve, par le duc de Burgoigne, ou par celi, ou ceus que il establira pour li a ce, qui ne soient souppeconneus notoirement, sil en voet, ou poet prendre la cure, ou la garde: ou par le conte d’Aubermarle, on par celi, ou ceus que il mettra pour lui qe ne soit ou ne soient suspecionous notoirement, se li dux ne s’en voloit, ou ne pour entremettre.

Et les terres gaaignables desus dites, pourra faire li Rois de France baillier a garignier & a coutiver par quelconque genz li plaira, & les fruiz, les rentez, les issues, & les proufiz des dites terres, tant guaignables, comme autres, li dit Rois de France pourra retenir a soi ou donner a qui li plaira, & en faire du tout sa volente durant le tens que il les doit tenir.

Sauf & excepte que li menuz peupples du pais gaigneurs de terres, que sont en leur propres heritages, que il avoient avant que les diz messages du Roi de France venseissent ou Roi d’Angleterre, d’eritage ou a certain tens, selonc la coustume, du pais ne seront pas ostez.

Et li rendront ceus, qui tiennent les terres a gaignier, a tens, a certainne pension, celle pension par le dit tens que il doit tenir les dites terres.

Les queles choses tant terres gaaignables, come chastiaz, seigneuries, justices, forteresces, & toutes les autres choses, qui seront mises en la main le Roi de France par ceste reson, en la manire quelles i seront mises; il promet en bonne foi pour li, & pour ses heirs, au dit Roi d’Angleterre, pour li, & pour ses heirs, que il rendra entirement, & remettra, en la main du dit Roi d’Angleterre, ou de ses heirs, ou de ceus que il establira, ou establiront pour eus a ce, dedenz la feste de Touz Sainz prochainne avenir, se effet que ja n’avieigne, ne s’ensuivoit du traictie desusdit, & si pees n’estoit fait dedenz le dit terme.

Et devoient le diz Rois d’Angleterre & son filz aisne donner ayde a garder de force, ceus, qui seront establiz, as gardes des dites terres, & leur donra & fera donner seur & sauf conduit, li dit Rois d’Angleterre, par tout son provoir apres la trieve faillie, si pees, que ja n’avieigne, ne s’ensuivoit du dit traictie, a se partir o toutes leur choses des dites terres, & a retourner en leur lieus.

Et, a bien li diz Rois de France fait retenue, que savve soit a li, & au dit Roi d’Escoce, & as Escoz, ses alliez, la poursuite des choses dessusdites, & des autres que le diz Rois d’Angleterre a pris ou occupe seur eus, puis la dite premiere trieve, & des seurprises & des dammages qui ont este faiz par li, ou par sa partie au Roi de France, & es Escoz dessusdiz, ou as autres aliez du dit Roi de France, duranz leur trievez:

Et, comme les diz messages du Roi d’Angleterre facent retenue, que savve soit a celi Roi sa poursuite des soupprises, occupacions, & autres dommages que il dient, que il ont este faiz par le dit Roi de France, ou par les soens, durant la trieve devantdite:

Il plaist bien as gens le Roi de France, en non de li, que se aucuns dommages ont este faiz au dit Roi d’Angleterre, ou as siens, par le Roi France, on par les siens, durant la trieve, que il soient ramendez, & radreciez selonc la fourme de la trieve, ou souffrance.

Et toutes foiz veut & promet le diz Rois de France, que les dites terres, chastiax, seignories, forteresces, & toutes les choses, qui seront mises en sa main pour ceste cause, soient rendues & rebaillees entierement au dit Roi d’Angleterre, ou a ses heirs, ou a ceus que il establira, ou establiront pour eus a ce, si comme déssus est dit, dedenz le jour de la Touz Sainz devantdit (non contrestant article, ou protestacion contenue en ses lettres, ou autre chose qui avenir puisse) se pais ne se faisoit, si comme dessus est dit.

Et toutes les choses desusdites, & chascune d’icelles, si come elles sont dessus devisees, les gens le Roi de France dessuz diz tenront, gardiront, & accompliront tant comme en eus est, & procurront que li diz Rois de France, les tenra, gardera, & acomplira, fermement, & loiaument, & de ce envoiera ses lettres ouvertes, au dit Roi d’Angleterre contenenz les paroles desusdites.

Et est assavoir que ja soit ce, que les genz le Roi de France appellant touz jourz I. Roi d’Escoce, & dient que li, & les Escoz sont alliez du dit Roi de France, les messages le Roi d’Angleterre manitiennent touz jourz le contraire, & l’appellant I. de Baill’ & dient que il n’est pas Roi d’Escoce, ne li, ne les Escoz ne sont pas alliez du dit Roi de France.

Dones a Linliscu, xxvi. jour de Janevor.

A.D.1301

Ph’ par la grace de DIEU, Rois de France, a tous ceus, qui ces presentes lettres viront, salut.

Sachent tous que comme aucuns traictiez aient este eus entre nos gens, pour nous, & en nostre non, d’une part, & les messages le Roi d’Angleterre, nostre treschier cousin, pour li, & en son non, d’autre parte, en la maniere qui s’ensuit;

Traictie est & acorde a Asnieres, &c. prout prius in ipso tractatu usque hæc verba, viz.

Nous les traicties desusdiz, & toutes les choses ci desus escrites, si come elles sont dessus expressees & devisees, voulons, loons, agreeons, & approuvons, & prometons, en bonne foi, les tenir, garder, & acomplir fermement, & loialment, tant comme en nous est.

En tesmoing des quelles choses nous avouns fait seeler ces presentes lettres de nostre seel, faites & donn’ a Saint Benoist sur Loire, le jour de Novel’, l’an de Grace mil trois cenz & un.

Sub sigillo magno.

Page 1_938

A.D.1302

Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seignur d’Irland, due d’Acquitaigne, a toutz ceux, qe ces presentes lettres verront, salutz.

Sachent toutz, qe come acuns treitiz eent este euz entre nos messages, pur nous, & en nostre noun, d’une part, e les gentz le Roi de Fraunce, nostre trescher cousin, pur lui, e en son noun, d’autre part, en la manere qe s’ensuit;

Treitiz est & accordez e assurez, &c. ut supra in tractatu dat’ mense Decembris, usque ad hæc verba, viz.

Nous les treitz desusditz, e totes les choses ci desus escrites, sicome eles sont desus expresses e devisees, voloms, looms, agreoms, & approvoms, & promettoms, en bone foi, les tenir, garder & accompler fermement, e loiaument, taunt come en nous est.

Donnees a Linliscu, le xxvi. jour de Janevor, l’an de Grace MCCCI. e l’an de nostre regne trentisme.

Page 1_940

A.D.1302

Le Roi a touz ceus, qui ces lettres verront, salutz. Sachent touz qe, come en la suffrance ou abstinence;

Accordee & faite, entre nous, pur nous, e pur nos heirs, nos homes, souzmis, alliez, & aidauntz d’une part;

Et le Roi de France, por lui, & por ses heirs ses homes, souzmiz, alliez, & aidantz d’autre;

Sur les descordz & guerres, que estoient entre nous, nos homes, souzmis, alliez & aidantz d’une part, & le dit Roy de France, ses homes, souzmis, allietz, & aidantz d’autre;

Eit este ordene & accorde qe nous emenderoms, ou feroms emender les entreprises, trespas, & les forfetz, que par nous, ou par aucun de nos homes, souzmis, allietz, e aidantz seroient fetz contre la suffrance ou abstinence desusdite; si ensi avenoit qe aucuns en feussent fetz.

Et qe nous mettroms certeines persones por fere garder la dite suffrance, & por fere emender, tout de plein, & saunz delai, ove ceus qi le dit Roi de France, i mettroit, les entreprises, trespas, & les forfaitz qe seroient fait, countre la dite suffrance, par nous, ou par aucun de nostre partie desusdite, sicome il est plus pleinement contenu en nostre lettre, faite sur la dite suffrance.

Nous, a ces entreprises, trespas, & forfaitz taxer, declarer, juger, & fere emender, & mettre a execution les emendes quant a la partie de nous, e de nos desusditz, es parties de Gascoigne, & es lius voisins;

Mettonis Pierres de Villenove chevaler, oveques celui a qui le dit Roi de France ad commis, ou commettra sur ces, & semblables choses de sa partie, son poer;

Et voloms & mandoms q’il, solounc la forme de la suffrance desusdite, jure qe bien e loiaument, & si hastivement, come il porra, en bone manere taxera, & jugera, oveques celuy, a qui le dit Roi de France ad commis, ou commettra, sur ces choses, son poer, les emendes des dites enterprises, trespas & forfaitz; e les serra mettre a execution, quant a la partie de nous, & de nos desusditz.

Et voloms, & mandoms a touz nos homes, souzmis, alliez, & aidauntz, que a ceo, qe les ditz Pierres, e celui, a qui le dit Roy de France ad commis, ou commettra, sur ces choses, son poer, come desus est dit, taxeront, jugeront, & declareront accordeement ensemble, par leur lettres, sur les emendes des dites entreprises, trespas & forfaitz, obeissent, & entendent, du tout, au dit Pierres: car nous averoms ferm e estable ceo qe il en taxeront, jugeront & declareront acordeement, par lour lettres; & promettoms que nous les feroms garder & accomplir.

En tesmoignance des queus choses nous avoms fait fere cestes nos lettres overtes, seallees de nostre seal.

Donees a Chattham, le xii. jour de Juin.

Page 1_942

A.D.1302

Le Roi a touz ses baillifs & foiauz, as queus cestes presents vendront, saluz.

Sachez nous avoir resceu, en nostre sauf & seure conduit, des gentz d’Escoce, jesqes au noumbre de sys persones, les queus mestre Johan del Hospital clerk, & Gobert de Heleuille chivaler, ou le un de eaus, messages le noble prince, monsieur Philippe, par la grace de DIEU, Roi de France, nostre treschier cosin, voddront, ou vodroit nomer, ou eslire, en alant & venant, demorant & retornant parmi nostre reaume, ove lur meignee, chevaus, herneys, & leur autre biens.

Pur quoi nous vous mandoms & comandoms, que les dites persones, jesqes au dit noumbre, en alant, venant, demorant, & retournant parmi nostre reaume, ove leur meisnee, chevaus, herneys, & leur autres biens, ausi come desus est dit, meyntenez, & defendez.

Page 1_943

E ne facez, ne soeferez que leur soit fait moleste, injure, damage, grevaunce, ne desturbance.

E, si rien leur soit fait, tant come en vous est, sanz delai, lur facez redrescer.

E, si par cas aviegne, qe aucuns des dites persones seignurs, ou de lur meignee, demorast malade, nous voloms qe le terme de la demeore seit contenue entre le dit conduit; de si q’il seient gariz & peussent retourner en leur pais.

En testmoignance de queus choses, nous avoms fet fere cestes nos lettres overtes, durantes jesques as uitaves de la feste Seint Martyn, prochein avenir.

Donez a Westmoster, le xv. jour d’Aust.

Page 1_944

A.D.1302

Le Roi a touz countes, barons, chevalers, clers, esquiers, seneschaus, baillifs, provotz, servauntz, e a tot le commun de la conte de Baar, saluz.

Pur ceo qe nous avoms entendu, par le Guellars de Ermoyses, la mort nostre cher fiuz Henry, jadys conte de Baar, dont nous sumes molt ennoyes;

E, par mesmes celle Guellars, avoms entendu qe vous, a nul ne voletz obeir sanz nostre commaundement, pur le serement qe vous feistes qe le mariage se fist entre le dit conte & Alianore nostre fille;

Vous fesoms asavoir qe nous avoms requis, par nos lettres, nos chers e ametz.


Thebaud de Baar, tresorer del eglise d’ Everwyk,
Thebaud ercedekne de la R....en l’eglise de Verdun,
Pierres de Beffreymont seigneur de Belenyevill,
Geffrey le Nevill dit le Roinsters, chevalers.

As queus le dit conte, quant il parti du par, bailla la garde de sa terre;

Que eus la dite terre veillent en avant garder al oes, & au profit des enfantz;

Par quoi nous vous prioms, e mandoms tant come en nous est, que, noun contre estant le serement avantdit, as avantditz, Thebaud, Thebaud, Pierres, e Geffrey, come as gardeins de la dite terre, en noun des enfantz, vealletz estre obeissantz e entendantz, e les foitz, e les servietz, tieus come doner e fere les devetz a ditz enfantz, e as gardeins donez e facetz sicome fere les deveretz par reson.

En tesmoigne de queu chose nous avoms fet fere cestes nos lettres overtes.

Don’ a Westmonster, le xiii. jour d’Octobre, l’an de nostre regne trestisme.

Page 1_946

A.D.1302

A tres excellent prince, nostre tres cher seigneur & bon amy, & nostre esperance .... DIEU, Philippes, par la grace de DIEU, Roy de France, Jehan de Bailleul Roy d’Ecosse, salut & accroissement d’onneur & de tous biens a son desir.

Pourceque nous savons de certain, & avons veu & conneu par effect, que vous nous avez esté & estes bons sires & aidans, & avez eu, & avez enquore nos besoignes a cuer; & avons esperance que vous aurez toujours en temps a venir; il nous plaist, voulons & nous consentons, que nos dictes besoignes, especiaument celles que nous avons contre le Roy d’Angleterre, vous poursuivez, ou faictes poursuivre, en la maniere que bon vous semblera; ou ensemble avecque vos besoignes que vous avez contre iceli Roy, ou devisement, en poursuivant & metant a fin premierement les vostres, se il vous semble que bon, ou par paes, ou par trieve ou abstinence, en tele maniere que se vous mettez premierement les vostres besoignes a fin, il vous plaise poursuivre continuelment la nostre, & mettre fin en la maniere que vous pourrez bonnement.

DIEU vous dont bonne vie & longue.

Donné a Bailleul le jour de feste St Clement, l’an de Grace mil CCC. & deux.

Sub sigillo ceræ viridæ.

A.D.1302

A toutz ceus, qi ces presentes lettres verront ou orront;


Amez de Sauvoie, &
Henri de Nicole, countes;
Aymar de Valence,
Otes de Grantson,
Amaneu de le Bret, chevalers:
Guilliame de Grenefeud deen de Cicestre, e
Robert de Pykering chanoigne d’Everwyk,

messages & procureurs nostre seigneur le Roi d’Engleterre, seigneur d’Irland, & ducs d’Aquitaigne, salutz.

Nous fesoms a savoir, que come entre tresexcellent prince, Phelippe, par la grace de DIEU, Roi de France, d’une part, e nostre treschier seigneur Edward, par cele meisme grace, Roi d’Engleterre d’autre, ait este pronuncie, par le Pape, ferme e pardurable pees, sur les descordez e guerres, qe estoient mues entre eus; e soit encores accorder entre iceus Rois de aucuns heritages, e leur condicions, e ceo qi appertient, e put appertenir a iceus heritages.

E, li devantdit, nostre sires le Roi d’Engleterre, nous eit envoie novelement a Amyens, ove les messages du dit Roi de France, pur treter e acorder de iceus heritages: e de leur condicions: e de ceo qi apertient, ou peut apertenir a iceus heritages: e de tout ceo, qe demoert a acorder entre les ditz Rois:

Nous, a ceo qe le dit tretiz, a l’ayde de celui qi est fesour de pees, veigne plus legierement a fin desiree, e bone acord s’enpuisse ensuire, al honour de DIEU, e au profit de tote Christiente;

Avoms volu, ottrie, e accorde: volums, ottroioms, e acordoms, en noun de nostre seigneur le Roi d’Engleterre, e pur lui, qe la dite pees, pronuncie par le Pape, entre les ditz Rois, soit fermement tenue e gardee, jusques a la Pasche prochein avenir.

E feroms, en noun de nostre seigneur le Roi d’Engleterre, sanz delai, defendre destroitement e generaument, sur corps & sur avoir, qe nul, de ses terres, e de sa seigneurie, ne mefface, ne par mere, ne par terre, au dit Roi de France, a ses hommes, ses subjetz, ne a ses terres, jusques au dit terme de Pasche.

E, si l’en fesoit, dedenz le dit terme, contre la dite defense, le dit nostre seigneur le Roi d’Engleterre le fera redrescer, amender, e remener, e mettre en estat deu, hastivement, e de plain, sanz delai.

En tiele manere qe, si dedenz le dit terme, l’en se delaissoit, & desportoit du tout du dit traitie, e celi traitie rumpoit, li devantdit terme, mis a Pasches, serroit en pur nul; e durroit tant solement jusques a un mois, apres ceo qe l’une partie averoit rumpu, e l’autre overtement, e par overtes paroles le traitie avantdit, e dit par expresses paroles, qe ele ne vodra plus pursure le traite desusdit, encors s’en departiroit du tout.

E s’il avenoit, qe Dieu ne voille, qe le descord, qi demoert entre les ditz Rois, sur les ditz heritages, e leur condicions, e ceo qi apertient, ou peut apertenir a iceus heritages, n’estoit acorde, par l’assentement des parties, ou autrement, dedenz le dit terme; qe nostre seigneur le Roi d’Engleterre puisse pursuir, e purchacer son droit, en la manere q’il li semblera bon.

E ceo present ottroi, e promesse, e les dites defenses, nous feroms en bone foi ratifier, & agreer, e approver, tenir, e garder firmement e loiaument, par nostre seigneur le Roi d’Engleterre.

En tesmoignance de queu chose, nous avoms fet faire cestes nos lettres overtes selees de nos seaus.

Donees a Ameyns, le vint & cinkeme jour de Novembre, l’an de Grace mil treiscentz e deus.

Page 1_947

A.D.1303

Le Roi a toutz ceus, qi ces presentes lettres verront, salutz.

Sachetz nous aver veu, e regarde, e entendu les lettres nos foiaux & loiaux;


Amez de Sauvoie, &
Henri de Nicole, countes;
Aymar de Valence,
Otes de Grantson,
Amaneu de le Bret, chevalers;
Guilliame de Grenefeud deen de Cicestre, &
Robert de Pykering, chanoigne d’Everwyk;

contenantz la furme que s’ensuit.

A toutz ceus, qi ces presentes lettres verront ou orront, Amez de Sauvoie, &c. prout supra in tractatu usq’ hæc verba, viz.

E nous Edward, Roi d’Angleterre avantdit, le dit ottroi, promesse, el es dites defenses, ratefiom, agreom & approvom, tendrom e garderom fermement e loiaument.

En tesmoigne de cestes choses, avoms fet mettre nostre seal a ceste present lettre.

Don’ a Odyham, le x. jour de Janevoir.

Page 1_949

A.D.1303

A touz ceaus, qui cestes lettres verront u orront, Robert, par la suffrance de DIEU, eveske de Glasgu, saluz en notre Seigneur.

Com notre seigneur Edward, Roy d’Engleterre, seigneur de Irlaunde, & duk de Aquitagn’ eyt receou de moy serment de fiaute en due maniere:

Et, sur ceo, de sa grace especiale, my eyt rendue la temporaute, & tutes les choses, apartenauntes a la dite eveschee, de tenyr de luy & de ces heyrs Roys d’Engleterre, par les servises de ceo dues & acustumees;

Jes reconoys, & fas asavoir a vostre universite, qe la dite temperaute, oue totes les choses, qe i appendent, jeo ay receou de la meyn & du bayl mon seigneur le Roi avant dit, cum de celuy qe ce teng, & est mon seigneur lyge, & droiturel Roy, & seigneur de tote la terre de Escoce:

Et cleym a tenyr la dite temperaute; oue les apurtenaunce, de luy, & de ses heyrs, Roys d’Engleterre, par les services de ceo deus & acoustumes, sicum est avantdit.

En temogniaunce de queu choses jeo ay fayt faire chestes lettres overtees, selees de mon seel.

Donees a Chambus Ryneth, le quint jour du moys de Marz, l’an de Grace mil & trois cenz & trois.

Page 1_950

A.D.1303

Le Roi a touz ceus, qi cestes presentes lettres verront ou orront, salutz.

Sachez nous aver regarde, e entendu les lettres de nos ametz & feaus, Amez counte de Sauvoie, Henri de Lacy counte de Nicole, e Otes de Grauntson chevaler, en la forme que s’enseut.

A tous ceaus qui cestes presentes lettres verront ou orront, Amez counte de Sauvoie, Henri counte de Nichole, e Otes de Grantsonn chivaler, messages e procureurs nostre trescher seigneur Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seigneur d’Irland, & duc d’Acquitaine, salutz.

Nous fesoms a saver qe nous, d’une part, e les messages e procureurs de excellent prince Phelip, par la grace de DIEU, Roi de Fraunce, d’autre,

Page 1_951

envoietz e deputetz des ditz Roys pur treiter de pees, sur les descordz qe demorent a apaiser entre eux;

Le terme, qe nous, e les autres messages, e procureurs des ditz Roys, d’une part e d’autre, preismes e acordasmes a Amyens, li queux deit durer jesqes a Pasches proscheines avenir;

Avoms purloignie, de commun acord, pur le profist de la busoigne, jesqes a la Pentecoste proschein ensuaunte, en la manere, e en la forme, sur les condicions, sur les covenaunces, & sur les promesses qui furent mises e acordez en traitie d’Amiens, sicome eles sont plus pleinement contenues es lettres faites sur ceo, selees de nos seals, e des autres messages & procureurs des ditz Rois.

E est acorde, de ca e dela, que l’en ne fera, mal, grief, ne damage, pendaunt le dit terme de Pentecoste, a ceus de Burdeus, ne a la ville, ne a leur choses, ne a leur suivanz, qui se sont tenuz ovek eus puis l’acord d’Amiens ne ausint a ceus, qui se sont tenutz de la partie du dit Roi de France, puis le dit acord:

E, s’il fesoient grief, mal, ou damage, l’en le fra amender de ca, e de la, e remettre en estat due.

E est ausint accorde que de maintenaunt, soient delivere prisons d’une part ou de autre.

E cest purloignement, en la manere desusdit, nous feroms en bone foi ratifier, agreer, & approver, tenir, e garder, firmement & loiaument, par nostre seigneur le Roi d’Engleterre desusnome.

En tesmoign de la quele chose, nous avoms ces presentes lettres faites seler de nos seals.

Don’ a Parys, le Lundy devant la feste de Seint Gregorie, l’an de Grace mil troiscentz e deus.

Nous Edward, Roi d’Engleterre avantdit, le dit purloignement, en la manere desusdite, ratifioms, agreoms, e approvoms, tendroms e garderoms firmement e loiaument.

En tesmoigne des queux choses, nous avoms fet fere cestes nos lettres overtes.

Don’ a Huntingdon, le xxii, jour de Marz, l’an de Grace mil treiscentz e deux, e de nostre regne trentisme primer.

Page 1_952

A.D.1303

I. A tous ceux qui ces lettres verront & orront, Johan, par la suffrance de DIEU, evesque de Wyncestre, Amez cuens de Sauvoie, Henri de Lacy cuens de Nicole, & Ottes de Grauntzon chevaler, messages & procureurs de treshaut prince Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seignor d’Irlaund, & duc d’Acquitaine, saluz en nostre Seignor.

Nous feisons a savoir que, come por la reformation de la pees entre le dit nostre seignor le Roi d’Engleterre d’une part, & tresexcellent prince Phelippe, par cele mesme grace, Roi de France d’autre part, sur les descordz, & les guerres, meves entre eux, nous, & autre certain message & procurour du dit nostre seignor le Roi d’Engleterre, feussiens plusours foiz, & en divers lieux assemblez, ovesque les messages & procurours du dit Roi de France en son noun & pur li d’autre part, en la busoigne de la reformacion de la pees desusdite;

Les queux traitiez, pur acuns certains empeschementz, n’estoient pas venuz a effect & a fyn desire:

A la par fin nostre sires le Rois d’Engleterre devantdit;

Considerant & regardant le cosinage & la prochienete du lignage qe est entre li & le Roi le France, & la grant affinite & l’alliance novelement faite entre eux par mariages; come celi que est ja fait entre li & la suer du dit Roy de France: & celi que se deit faire de son filz aisnez & la fille du dit Roy de France:

Et pur ce que l’alliance & l’amor de l’un & de l’autre soit plus ferme, & que li Rois de France soit a nostre seignor le Roi d’Engleterre plus obligez & tenuz, & meillors amis, & aidantz:

Et pur oster les maus & les escandes, que venent de la guerre; & pur le profit commun de tote Cristiente; & le bien & le prechein socours de la Terre Sainte:

Nous ha novellement envoiez & establi epeciaument, por pursuyre & mettre a fin le dit traitie, ovesque monseignor Loeys fils du Roy de France conte de Eureus, Robert de Borgoigne, & Johan de Bretaigne, ducs, & monsieur Pierre seignor de Chambly chevaler, & chamberlene le dit Roi de France, messages & procurours du dit Roi de France:

Entre les queux messages & procurours du dit Roi de France, pur li & en son noun, & nous, pur le dit nostre seignor le Roi d’Engleterre, & en noun de li.

Est faite desores & afferme certaine pleine, enterrine, & establee pees, a durer perpetualment a touz jors, por eux por lor heirs, & pur lor successors; & sont totes rauncures, injures, malluveillaunces, & haines delaisses, remises, & pardonees de tot, en tot, d’une part & d’autre.

II. Et est acorde, par ceste pees feisant, que li Roys de France deit

Page 1_953

rendre, de meintenant, & restituer, par parole, & par lettre, au dit nostre seignor le Roi d’Engleterre, ou a ses procurours, en noun de li, & as hommes, & soumis du dit nostre seignor le Roi d’Engleterre, & as siens, totes les citeez, chasteux, bourgs, villes, terres, rentes, fiedz, homages, obeissances, & seignories, & totes autres maneres de justices, de tenances, & de droitures, & d’autres choses noun movables, coment que eles soient nomes, que furent baillees au Roi de France, ou a ses gentz, en noun de li, par le devantdit nostre seignor le Roi d’Engleterre, ou par les siens: ou, qui ont este prises par le Roy de France, ou ses ministres, ou ses hommes, ou ses allies, en guerre, en la duchee d’Acquitaine en quelque manere que eles aient estre prises, ou occupees, ou autrement soient avenues, ou escheues au Roi de France, ou as siens, & qui a nostre seignor le Roy d’Engleterre, ou as siens devoient, ou poyent avenir, ou escheir; se ces terres de la duchee d’Aquitaine eussent demores en la main du dit nostre seignor le Roi d’Engleterre, ou des siens; c’est a savoir ce quil entient presentment en sa main; & des autres choses sera selonc la forme que s’ensuyt de cest present acord.

III. Item, les procurours & messages du dit nostre seignor le Roi d’Engleterre, a ce establi, en noun de li, & pur li, come pur duc d’Acquitaine, & pere de France, pur la dite duche, devient entrer desores en la foi & l’obeissance le Roi de France, pur les dites terres, purement, simplement, & sanz condicion; en feisant serment de feaute en l’alme du dit nostre seignor le Roy d’Engleterre:

Et auront li dit procurour de nostre seignor le Roy d’Engleterre, du Roi de France lettres de restitution, & de investiture des terres desusdites, selonc la forme de cest present acord:

Et les ditz messages devient doner lettres de la foiaute, faite au Roi de France selonc la forme de cest acord:

IV. Et, pur bailler & deliverer par fait les citez, chasteaus, villes, terres, & totes autres choses desusnomees pleinement & entierement, & pur oster toutz empeschementz que y purroyent estre, fust par privileges, ou par dons, que li Roys de France en eust fait, ou done en la terre, ou autrement, coment que s’ensuit.

Li Rois de France envoiera honurable pere en DU Piere, par la dite grace, evesque d’Anceure, monseignor Robert duc de Borgoigne, & deux, ou trois autres grantz hommes, bons & suffisantz, que li Rois de France nomera, dedenz la quinzeine de la Penchecouste procheine avenir; qi irront hastivement es parties du dit Duchie, & laboureront loiaument, en bone foi, a oster de tot en tot les ditz empeschementz:

Et par tot la, ou il les purront oster, & touts les lieux ou il n’aura point d’empeschement, il deliveront, & feront deliverer entierment, brievment, & sanz delay, au dit nostre seignor le Roy d’Engleterre, ou a sa gent pur li:

Et quiteront & absouderont, en noun du dit Roi de France, par especial poair & mandement, qu’il averont sur ceo, cites, chasteux, villes, & hommes, de quelconqe estat, dignite, ou condicion qu’il soient, des sermentz, foiautez, & homages, qu’il ont faitz au Roy de France, ou a ses gentz en noun de li:

Et leur commanderont q’il facent homages, foiautes & sermentz, & soient obeissant au dit nostre seignor le Roi d’Engleterre, & a ses heirs, come a leur droiturer seignor & ausint a ses hommes, a qui les terres serront rendues; sauve la sourainte du dit Roi de France.

V. Et se acun des privilegiees ne vueillent retourner au dit nostre seignor le Roi d’Engleterre, il mettront diligence & peine, & tot lor poair, loiaument & en bone foi, a ceo quil y returnent:

Et s’il ne poeit estre fait, li dit Roi de France fera bailler & deliverer en tenure, pur les ditz privilegiees, au dit nostre seigneur le Roi d’Engleterre, ou a ses gentz, pur li, es lieux covenables, casteux, villes, terres, fiedz, homages, rentes, & autres tenures meillors, & plus profitables, totes choses & condition regardees, si suffisaument, que tuit purront ver apertement, que li Rois de France ha volunte & desir de parfaire la deliverance, & de restablir, & deliverer au dit nostre seignor le Roy d’Engleterre ce que demurroit a deliverer par les ditz empeschementz: & qu’il n’averoient pas la grace le Roi de France si entierement, qil averoient ou retornant en la maine & l’obeissance le Roi d’Engleterre, pur le damage qu’il y averoit.

Les queles tenures li dit nostre seignor li Roys d’Engleterre, & ses heirs & successours averont & tendront paisiblement & pleinerement, od touz les profitz, jusque tant que li dit privilegez soient pleinement returnez a l’obeissance du dit nostre seignor le Roy d’Engleterre.

Et nientmeins le dit Roi de France, si heir, & si successour, serront tenuz a labourer & purchacer, en bone foi, au plus tost q’il purront, qe li devantdit privilegies retornent a la seignorie, & l’obeissance du dit nostre seignor le Roy d’Engleterre, de ses heirs, & de ses successours, sicome desus est dit.

Et apres ce que li dit privilegiez seront retornez en la main du dit nostre seignor le Roy d’Engleterre, ou de ses gentz, sicome desus est dit, les dites tenures, que seront bailleez depar le Roi de France a nostre seignor le Roy d’Engleterre, pur les ditz privilegiez, returneront, & devient retorner au dit Roi de France, & ses successours; c’est a savoir tot, pur tot partie, pur partie.

VI. Et est acorde que li Roys de France fera rendre, a ceux qi se sont tenuz de la partie le Roy d’Engleterre, ce q’il aura donez, ou autrement alienez, en quelque manere que ce soit, de lor heritages, & de lor terres, s’il ne puet autrement acorder a eux:

Et ausint fera il rendre, & delivrer les dons, & les autres choses, alienez, par li, ou en noun de li, ou demaine du duche d’Acquitaigne.

VII. Et ne se partiront les dites gentz du Roi de France, envoiez en la duche d’Acquitaine, du pais de la, jusque tant que les dites choses soient parfaites, & acompliez, pleinement & entierement, quant a la deliverance des terres, & au bail des tenures; sicome desus est dit.

VIII. Et y avera gentz, pur le dit nostre seignor le Roy d’Engleterre, a recevoir la deliverance de les dites terres; cest a savoir, nous, Amez de Savoie, Henry de Nicole, contes: & Ottes de Grantzon, chevaler; avantditz; qi laboureroms loiaument & en bone foi, tant come en nous serra, a oster les ditz empeschementz:

Et la, ou hom nous offera raison, selonc la forme de cest present acord, nous le prendrons, & receurons prestement, & sans delai, loiaument & en bone foi:

Et, se acune des dites persones, de l’une partie, ou de l’autre, estoit empeschez par mort, ou par maladie, li autre pur ce ne laissent mie a aler avant, a parfaire & accomplir les choses avantdites, en la maniere desusdite.

IX. Et jurerent li dit evesque d’Anceure, li duc de Burgoigne, & li autre que li dit Roys nomera, jureront en l’alme li dit Rois de France, par son especial mandement; & ausint ont jurez, en lor propres almes, sur les seintes Euuangeilles, que totes ces choses avantdites pleinement deliveront, assigneront, & parferont, en l’avantdite maniere, loiaument & en bone foi.

X. Et ausint jureront les gentz le dit nostre seignor le Roi d’Engleterre, en l’alme de celi nostre seignor le Roy d’Engletterre, & lor propres almes; cest a savoir, nous, Amez cuens de Savoie, Henri cuens de Nicole, & Ottes de Grantzon, chivaler, desusdit, que nous les dites choses totes & chascune parferons & acomplirons, en la maniere desusdite, loiaument & en bone foi.

XI. Item, il est acordez que les dites choses primerement acompliez, quant a la deliverance des terres, & au bail des tenures, sicome desus est dit, les Rois desusditz s’assembleront personaument a Amyens, a la feste de la Nativite nostre Dame, de Septembre prochein avenir, pur affermer, confermer, & jurer les choses desusdites:

Et lors fera li dit nostre sires, li Rois d’Engleterre, au Roi de France homage lige simplement, sans condicion, come ducs d’Acquitaigne & pers de France, pur la dite duche:

Et ne poet li dit nostre sires, li Rois d’Engleterre, delaier, ne delaisser a fere le dit homage, en la maniere desusdite, pur cas, por dit, ne por fait: ne pur chose que avenue soit, ne avenir puisse: ne ne se purra excuser q’il ne veigne lors personaument, pur excusation, ne pur empeschement, queux q’il soit; se nestoit par empeschement de maladie de son propre corps, loiaument & en bone foi; ou par empeschement de mer, ou per autre loial empeschement ou essoine, si apparant, & si notoire, que tuit veient qu’il ny eit fraude ne barat:

Et, si li ditz empeschementz avenoit (que ja n’aveigne) monsieur Edward son filz y serra tenuz avenir en propre persone, od plein & suffisant mandement & poair de faire la dite foiaute, en noun du dit nostre seignor le Roi d’Engleterre, & de faire, & de parfaire totes les autres choses desusdites, en noun de celi Roi, & come son procurour a ce establi suffisaument:

Et nient meins, le dit empeschement cessant, li ditz nostre seignor le Rois d’Engleterre sera tenuz, de venir personaument, le plus tost q’il purra bonement, de faire, parfaire, & accomplir totes les choses desusdites.

XII. Item, il est acorde que tout prison & ostage soient delivre & quite; & qe totes manieres des letteres & d’escritz obligatoires d’ostagementz, d’une part & d’autre; & totes autres lettres, tuchantz la rendue du duche d’Aquitaine, faite par le Roi d’Engleterre, en la main le Roi de France, soient rendues, celes, que purront estre trovez, & les autres anullees d’une parte & d’autre.

XIII. Item, est acorde que totes terres & rentes, prises, occupees, ou detenues, par achaison de la guerre des avantditz Rois, par le Roi de France, ou par les siens, des hommes & suggetz le Roi d’Engleterre, soit d’eglises, ou d’autres persones, soient desores, pleinement & entierment, rendues:

Et ausint les terres & les rentes, prises, occupees, ou detenues par le dit nostre seignur le Roi d’Engleterre, ou par les siens, des hommes & suggetz le Roi de France, soit d’eglises, ou d’autres persones, queles que elles soient, soient desores, pleinement & entierement, rendues a ceux a qui elles estoient avant.

XIV. Item, est acorde que ceux de la duche d’Acquitaine, que ont este de la partie le Roi de France en la guerre, reveignent en la bien vueillance, & a la grace nostre seignor le Roi d’Engleterre:

Et ausint que ceux du dit duche, qi ont este de la partie nostre seignor le Roi d’Engleterre en la guerre, reviegnent desores en la bien vueillaunce, & la grace du Roi de France.

XV. Derechief, il est acorde qe li Rois de France fera son profit des aques, des acrois, & des amendementz, q’il ha faitz en la terre, tant q’il l’ad tenue en sa main, en baillant au dit nostre seignor le Roy d’Engleterre, tenant de condicion suffisant; sauf ce que, d’oures, de maconnages, & d’amendementz, de edefices, restors, ne recompensations ne se fera.

XVI. Et, pur ce que totes maneres de descordz soient appeses, & que nulle manere de dissension ne demoerge, par raison de temps passez, entre les ditz Rois; accorde est que les pees ancienes, faites & eues entre les ditz Rois & leur ancessours, soient fermes & estables: & les avoms affermees, & confermees en noumz des ditz Rois deca & dela.

XVII. Derechief, est acorde que ceux, qi irront en duche d’Acquitaigne, pur les ditz Rois, decea & dela, sicome desus est dit, averont poair de purloigner, & aloyner, par commun acord, le dit terme de la Nativite nostre Dame (s’il veient que mestier soit, ou que le profit de la busoigne le requerre) a un autre terme, qu’il veront que bon sera.

XVIII. Les queux choses, & chascune de iceles, sicomes eles sont desus devisees & escrites, nous acordoms, voloms, agreoms, & promettoms, loiaument & en bone foi, come message & procurour du dit nostre seigneur le Roi d’Engleterre, pur li, & en noun de li, & por ses heirs & por ses successors, a eles garder, tenir, & acomplir, firmement & loiaument, a toutz

Page 1_954

jours; sanz venir encontre par quelconque raison ou cause en temps avenir.

XIX. Et que nous les feroms ratefier, & approver par nostre dit seignor le Roy d’Engleterre: & les jurer en s’alme; & de ce doner ses lettres overtes, contenantes totes les choses desusdites.

XX. Et de totes ces choses nous avoms fait & donez, en noun du dit nostre seignor le Roi d’Engleterre, & en l’alme de li, serment corporel, as seintes Euuangeilles, en la presence des ditz messages & procurours du dit Roi de France.

En tesmoigne de queu chose nous avoms fait mettre, en ces presentes lettres, nos propres seaux.

Done a Parys, le vintisme jor de May, l’an de Grace mil trois centz & trois.

A.D.1303

A toutz ceux, qi ces presentes lettres verront & orront, Looys fils du Roi de France, cuens de Eureux; Robert de Bourgoigne, & Jehan de Bretagne, dux; & Pierre sire de Chambli & chambellan nostre seigneur le Roi de France, establiz & envoiez especialment a ce, salut.

Nous fesoms asavoir, que come tresexcellent prince Ed’ par la grace DIEU, Roi d’Engleterre, considerant & regardant les biens & les profitz, qi vienent des accordz & de l’amistie des Rois, & des princes;

Aite depute & establi novelment monsier Ame counte de Sauvoie, Henri comte de Nicole, & Ottho de Grantson chevaler, ses messages & procureurs, pour traiter, pour lui, & pour ses hoirs, avec les procureurs & messages du dit Roi de France nostre seigneur, pour lui, pour ses hoirs, & pour ses successours, d’aliance & d’amistie, & faire entre iceus Rois, leur hoirs, & successours, & leur roiaumes, pour la paes, pour le profyt, & le bien de eus, de leur hoirs, & de leur successours, de leur reaumes, & de leur sougiez;

Entre nous, messages & procureurs du dit nostre seignur le Roi, en nom de li, pour ses hoirs & successours, d’une part, & les ditz messages & procureurs du dit Roi d’Angleterre, en nom de li, pour ses hoirs, & pour ses successors d’autre part, est faite traite & accorde en la manere que s’ensuit;

I. Premierement, il est accorde entre nous & les messages desus ditz, en nom des ditz Rois, qe iceus Rois soient l’un a l’autre desore en avant bons, vraes, & leaus amis, & aydanz contre toutz hommes (sauve l’eglise de Rome) en tele manere, que, se aucun, ou pluseur, qiconqes il fussent, voleint despointer, empeschier, ou troubler les ditz Rois es franchises, es libertes, es privileges, es droiz, es droitures, es coustumes de eux, & de leur reaumes, qe il serront bons & leaux amis, & aidanz contre toute homme, qi pust vivre & morir, a defendre, garder & maintenir les liberties les privileges, les drois, les droitures, & les coustumes desus dites;

Exceptez, pour le dit Roi de France, nostre seignur excellent prince, monsier Aubert Roi d’Alemaigne, & ses hoirs Rois d’Alemaine: & mesire Jehan conte de Henau en Henau;

Et exceptez, pour le dit Roi d’Engleterre, mesire Jehan duc de Brebant, & ses hoirs, descendanz de li, & de la fille du dit Roi d’Angleterre:

Et qe l’un ne serra en consail, ne en ayde, ou l’autre parde vie, membre, estat, ne honour temporel.

II. Item, accorde est qe les gentz & les marchanz de l’un roiaume pussent aler deliverment, & sanz empeschement, & merchander, & mener toutes manieres des biens & de marchandises, queles qe elles soient seurement & sauvement ou reaume de l’autre, en paiant les coustumes dues.

III. Item, accorde est que l’un ne receptera, ne soustendra, ne confortera, ne fera confert, ne ayde aus enemis de l’autre; ne ne souffera qe il aient confort, secours, ne ayde (soit de gent d’armes, ou de vitailles, ou d’autres choses, queles qe eles soient) de ses terres, ne de sun poair; mais defendra, sur peine de forfaiture de corps & d’avoir, & enpeschere a tout sun poair, loialment & en bone foi, qe les ditz enemis ne soient receptez, ne confortez es terres de sa seigneurie, ne de sun poair: ne que il en aient confort, secours, ne ayde (soit de gent d’armes, de chevaux, d’armeur) anzois les fera veuder dedens quarante jours apres ce qe il en serra requis.

IV. Item, est accorde qe, en chascun muement, ou renovelement de seigneurie, de sa ou de la, en la primere assemblee de chascune d’iceles, (tantost apres l’homage faict du duche d’Aquitaine, cette alliance sera renouvellee, affermee, confermee, & faite de nouvel, par ces mesmes paroles, entre les dits Roys; lequelles & chascuns d’icelles) si come eles sunt desus devises & escriptes, nous accordons, volons, agreons, & promettons, lealment & en bone foi, si come messages & procureurs du dit Roi de France, nostre seignur, pour li, & en nom de li, pour ses hoirs, & pour ses successors, les garder, tenir & acomplir, fermement & lealment, a toutz jours, senz venir encontre par quelqe raison, ou cause en temps avenir.

V. Et qe nous les ferons ratefier, agreer, & approver par nostre dit seigneur, le Roi de France, & les jurer en s’ame, & de ce doner ses lettres overtes, contenanz toutes les choses desus dites.

VI. Et de toutes ces choses nous avons fait, & donn, en nom de nostre seignur le Roi de France, & en l’alme de li, serment corporel, aus saintes Euvangeles, en la presence des ditz messages & procureurs du dit Roi d’Angleterre.

En tesmoign des queles choses nous avons fait mettre nos seaux au ces presentes lettres.

Don’ a Paris, le vintisme jour de Maii, en l’au de Grace mil trois centz & trois.

A.D.1303

A toutz ceux, qi ces presentes lettres verront & orront, Looys filz du Roi de France, cuens de Eureux; Robert de Burgoine, & Jehan de Bretaigne, dux; & Pierre sires de Chambli chevaler & chambellan nostre sire le Roi de France, messages & procureors du dit Roi a ce establiz, salut.

Nous fesoms asavoir qe il ait este pronuncie par le Pape, come par privee persone, & come Benoit Gaytan, par la vertu du compromis, fait en li, qe mariage se face de monsire Ed’ filz du Roi d’Angleterre, & de madame Isabel, fille du Roi de France nostre seignur devantdit, si tost come elle vendra en age de faire mariage, dedenz les quatre mois apres ce qil en ara este requis de par nostre dit seignur le Roi, o douaire de dis & vyt mille libres de Tornois petitz de rente, sur certeines condicions & peines, mises & ajoustes en la pronunciation desus dite, & es lettres faites sur ce:

Et, quant au dit mariage, il ait oste les enpeschementz qi i estoient, ou poaient estre, par raison de lignage, & ait dispense par auctorite d’Appoistoille:

Et, enpres la dite pronunciacion, aucuns traitiez aient este euz & faiz a Mostereul, entre les messages & procureurs des ditz Rois, conditions & peines mises & ajostes, quant a la fermete du dit mariage, si comes elles sunt plus pleinement contenues es lettres, faites sur ce:

Nous la pronunciation, les traitiez, & les accordz desusdiz, & chascun d’iceux, sur les peines, & sur les condicions dessus dites, come messages & procureurs du dit nostre seignur le Roi en nom de li, pour li, pour ses hoirs, & pour ses successors, & pour ma dame Isabel desusdite, ratifions, agreons, & approvoms, & promettons, en nom du dit nostre seignur le Roi, a les tenir, garder, & accomplir firmement, sur les peines desus dites.

Item, les ditz contes de Sauvoie & de Nicole, come messages & procureurs du dit monsieur Ed’ filz du dit Roi d’Angleterre, pour li, en nom de li, fiancerent presentement, en la presence du dit nostre seignur le Roi de France, & de haute dame madame Jehanne, par celle mesme grace, reine de France, mere de la dite madame Isabell, icele madame Isabel presente, & recevant: & ellee, presenz ses ditz parentz, & les ditz procureours, recevantz, fianza le dit monsieur Ed’ en la main de honorable pere Gile, par cele mesme grace, arcevesqe de Narbone, sur les peines, & sur les condicions desus dites.

En tesmoign de la quele chose, nous avons fait seeler ces lettres de noz seaux.

Don’ a Paris, le vintisme jour de May, en l’an de Grace mil trois centz & trois.

Page 1_955

A.D.1303

A tous ceulx qui ces presentes lettres verront & orront, Henri de Laci conte de Nicole, message & procureur de tres hault prince Eduuard, par la grace de DIEU, Roy d’Angleterre, seigneur d’Irlande & duc d’Aquitaine, salut.

Nous faisons a savoir que nous en nom du dict nostre seigneur le Roy d’Angleterre, en la rendue la restitution & l’investiture du duchié d’Acquitaine, que tres excellent prince Philippes, par cele meisme grace Roy de France, nous a faicte pour le dict nostre seigneur le Roy d’Angleterre, par especial pouair & mandement que nous avions a ce d’iceli nostre seignur le Roy d’Angleterre, l’avons faict pour li, comme pour duc d’Aquitaine & per de France pour le dict duchie serement de feauté a iceli Roy de France, purement & simplement, & sans condition.

En tesmoing de la quelle chose nous avons faict mettre nostre seel en ces presentes lettres.

Donné a Paris, le vintiesme jour de May, l’an de Grace mil trois cens & trois.

A.D.1303

A toutz ceux, qi ces presentes lettres verront & orront, Looys filz du Roi de France comte de Eureux; Robert de Bourgoigne, & Jehan de Bretaigne, ducs; & Pierre seigneur de Chambli chevalier & chambellan nostre seignur le Roi de France, messages & procureors du dit nostre seignur le Roi, salutz.

Nous faisoms asavoir qe, en la paes, faite entre nous, pour le dit nostre seigneur le Roi, & en nom de li, d’une part, & les messages & procurours de treshaut prince Edward, par la grace de DEU, Roi d’Angleterre, seignur d’Irlande, & duc d’Aquitaine, pour li, & en sun nom d’autre part, fu dit expressement & accorde d’une part & d’autre;

Qe li ditz Rois d’Angleterre recouverra les dettes, qui li estoient deues ou duchie d’Aquitaine, avant le temps de la guerre meue, de toutes persones, de quelcunque condicion ou estat que elles soient, de communes, & de universites, de villes, & soient sauves a iceli Roi d’Angleterre toutes actions, reeles & parsonelles, ou entremelles, & toutes manieres de obligations qe il a contre parsones, communes & universites quelles qe elles soient, quant as dites dettes pourchacier & recouvrer.

En tesmoign de la queu chose nous avons fait mettre noz seau en ces presentes lettres.

Don’ a Par’, le vintisme jour de May, l’an de Grace mil trois centz & trois.

A.D.1303

A toutz ceux, qi ces presentes lettres verront, Looys fils le Roi de France cuens de Eureux; Robers de Bourgoigne, & Jehans de Bretagne, dux; & Pierres sires de Chambli chivaler & chambellene nostre seigneur le Roi de France, massages & procureurs d’iceli nostre seigneur le Roi, salut.

Nous fesoms asavoir qe en traitie de pees, faite entre nous d’une part, & honurable pere Jehan, par la mesme grace evesque de Wincestre, Ame comte de Sauvoie, Henri comte de Nicole, & Ottho de Grantson chivaler, messages & procureurs de excellent prince Edward, par la dite grace, Roi d’Angleterre, seignur d’Irlande, & duc d’Aquitaine d’autre, en noms des ditz Rois, est ottroie & accorde;

Qe nuef cens livrees de rente, ou environ, qi demourent a asseoir de la somme de trois mille livrees, qi durent estre assenees, & assises au dit Roi d’Angleterre par une pais, faite jadis entre les ditz Rois, soient assises & assenees a mesme celi Roi d’Angleterre, ou a ses procureur en nom de li:

Et qe ceux, qi irront en Gascoigne, de par le dit nostre seigneur le Roi de France, facent le dit assenement, & la dite assise:

Et, sil avenoit, par aucun cas, qe ceux ne peussent a ce entendre, il establiront & mettront deus preudes hommes, qi feront la dite assise loialment, en lieus covenables par leur saierment; qui jurront q’il ne se partront de la terre, juques a tant que la dite assise soit parfaite:

E, pour ceste assise, se elle par aucun cas estoit delaie a faire, ne seroit pas delaie, la veue des Rois qu’elle ne se face, selom la fourme de la pees, si come il est contenu es lettres faites seur ce.

En tesmoign de la queu chose, nous avons fait mettre noz seauls en ces presentes lettres.

Faites & donn’ a Paris, les Mardi apres l’Ascension, l’an de Grace mil trois centz & trois.

Page 1_957

A.D.1303

Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seigneur d’Irland, & due d’Acquitaigne, a tous ceus, qi cestes lettres orront ou verront, saluz.

Come n’adgeres eussoms envoiez honurable piere en DIEU, Johan evesque de Wyncestre: & nos ameez & feals, Amez counte de Sauvoie, Henri de Lacy count de Nicole, nos cosins, & Ottes de Grauntzon chevaler, nos procurours & messages especials as parties de France; ove plener & suffisant poer de treter de reformation de pees, & de acord, & des choses, que a pees & a acord appendent, entre nous d’une part, & tresexcellent prince Phelipp, par mesme la grace, Roi de France d’autre part, sur toutz les discordz, guerres, contenz, controversies, causes, questions, damages, injuries, demaundes, & actions reales, & personales, & mixtes, qe furent, ou estre poaient entre nous, & le dit Roi de Fraunce par queconque acheison: & a tieu manere de traitiz acorder & affermer: & a fere en l’alme de nous tote manere de serment, qe mestier serreit en le dit traitiz; & a totes choses fere que a plenere pees & acord poaint apertenir, & qe nous frioms, ou purrioms fere si nous meismes fussoms presentz; sicome plus pleinement est contenu en noz lettres de poer, sur ceo fetes a nos ditz messages:

Et mesmes ceus nos messages, par la vertu & l’autorite du dit poer, en nostre noun, & pur nous & pur nos heirs d’une part, & monsieur Loys fiuz du Roy de France cuens de Eureus, monsieur Robert duc de Burgoigne, monsieur Johan duc de Bretaigne, & Pieres sires de Chaumbly chevaler & chaumberleyn le dit Roy de France, procurours & messages du dit Roy de France, au dit treitiz especiaument par li deputetz & envoietz, en noun du dit Roy, & pur li, & pur ses heirs d’autre part, sur les dites guerres, contenz, & descordz, eient fet & afferme par durable pees, & aucunes covenaunces & ordenaunces, entre nous le dit Roy de Fraunce aussi come il est contenu es lettres, des dites nos messages, en la forme qe s’ensuit;

A touz ceus, &c. prout in tractatu de dat’ xx. Maii, usque ad hæc verba, viz.

Nous Edward Roi d’Engleterre avantdit, al honeur de DIEU: pur pees & tranquillite de la Crestiente; & pur avancement de la busoigne de la Terre Seinte, les avantdites pees, acord covenaunces, & ordenaunces, & totes les autres choses, & chescune de les, entre les dits messages, d’une part & d’autre, acordees, faites & affirmees (sicome desus plus pleinement est contenuz) pur nous, & pur nos heirs, & pur nos successours, voloms, looms, ratefioms, agreoms & approvoms, & en l’alme de nous les avoms fait jurer a garder, & firmement tenir, & par ces presentes lettres confirmoms.

En tesmoignance de queu chose nous avoms fait faire cestes nos lettres overtes.

Don’ a la ville de Seint Johan, de Perth, en Escoce, la disme jour de Joignet, l’an de Grace mil trois centz & trois, & de nostre regne trentisme primer.

Iste tractatus ratificatur per Regem Franciæ mense Augusto, sub magno sigillo, cerâ viridi, filis sericis viridis rubeique coloris pendente.

Page 1_958

A.D.1303

Ph’ par la grace DIEU, Rois de France, a touz ceus, qui ces presentes lettres verront & orront, salutz.

Nous feson assavoir que come;

Entre noz amez & feaus, Loois nostre treschier frere, conte d’Eureux; Robert de Burgoigne, & Johan de Bretaigne, dux; & Pierre seignur de Chambli nostre chivaler & cambellan; nos messages & procureours, envoiez & establiz a ceo especialment de nous d’une part;

Et nobles hommes Ame conte de Savoie, Henri de Lacy conte de Nicola, e Otho de Grantsonn chivaler, messages & procureours de excellent prince, nostre trescher cosin, & nostre feel Edd’ par la grace DIEU, Roi d’Engleterre, seignur d’Irlaund, & duc d’Aquitann, envoiez & establiz d’iceli Roi especialment a ceo d’autre part;

Ait este novelement en fait, & acorde, & ferme, e en apres ratifie, agree, approuve & conferme de nous, & du dit Roy d’Engleterre, par lettres pendantz, seeles des seaus de l’un & de l’autre, traite de ferme aliance & d’amistie entre nous, por nous, por nos heirs, & por nos successeurs: & le dit Roy d’Engleterre, por lui, por ses heirs, & por ses successeurs, d’estre bons amys, & aidanz contre touz;

Sauve l’eglise de Rome, & excepte, por nostre parte, excellente prince Aubert d’Almaigne, & ses successeurs Rois d’Almaigne;

Si come il est plus pleinement contenu es lettres du dit treitie, seelees des seaus des ditz messages & procureours d’une part & d’autre.

Et es autres lettres de nous, & du dit Roy d’Engleterre, faites sur la confirmacion desus dite;

Se ne fu onques, ne n’est nostre entencion qe, si le dit Roy d’Almaigne, ou aucun de ses successours, vouloit faire novelete, ou movoir guerre au dit Roy d’Engleterre, en soen roaume ou en ses terres, en despointant, empeschant, ou troublant iceli Roy d’Engleterre, es franchises, es libertez, es privileges, es droiz, es droitures, & es coustumes de lui, & de son roiaume, qe en cest cas il fut excepte;

Enties serroiens, en cesti cas, nous, nos heirs, & nos successeurs, au dit Roi d’Engleterre, a ces hers, & a ces successors bons & loiaus amis, & aidanz contree iceli Roy d’Almaigne, & contre toutz autres, a defendre, garder & maintenir les franchises, les libertez, les privileges, les droitz, les droitures, & les coustumes desusdites, selon la forme de la dite aliance.

En tesmoigne de la quele chose, nous avoms fait ceeler ces lettres de nostre seal.

Donn’ a Loncchamp, le Semadi ou jour de feste Seint Barth’ Apostre, l’an de Grace mil troicentz & trois.

Page 1_959

A.D.1303

Ph’ par la grace DIEU, Rois de France, a touz ceus, qui ces presentes lettres verront, salut.

Come en la paes;

Faite entre nos messages & procureours por nous, & en noun de nous d’une part, & les messages & procureurs de excellent prince, nostre trescher cosin, & nostre feal Edward, par la grace DIEU, Roi d’Engleterre, seignur d’Irlaunde, & duc d’Aquitann, por lui, & en noun de lui d’autre part;

Soit acorde, qe toutes manieres des lettres, & d’escritz obligatores d’ostagement, d’une part & d’autre, & toutes outres lettres, touchanz le baill du duchie d’Aquitain, fait a nous, ou a nos gentz, de par le dit Roy d’Engleterre, soient annulles deca & dela;

Nous les dites lettres, & escritz des ditz hostagemens, que a nous, ou a noz genz furent livrez, ou bailliez par le dit Roy d’Engleterre, ou ses gentz, ou ses soumis, en quelque main que elles soient, anullons, irritons, & anientons desorendroit; & voulons que elles soient nulles, & de nulle valus, de tout temps.

En tesmoigne de la quele chose, nous avons fait mettre nostre seal en ces lettres.

Donn’ a Par’, le Mardi apres la feste seint Barth’ Apostre, l’an de Grace mil troiscenz & trois.

Page 1_963

A.D.1304

Edward, &c. a noble homme, monsire Phelipe, filz au conte de Flandres, conte de Thiette e de Laurech, as escuinnages, e as consalx des cink bones villes de Flandres, saluz.

Nous avoms vos lettres receues: par les quieles vous nous avetz priez, que nous vousissoms suffrir que les marchandz de Flandres puissent, de leur biens, paisiblement, e sanz empeschement marchander e nostre roiaume.

Mes, pur ceo que ceo serreit contre la forme de l’alliance, acordee, faite, e juree entre le Roi de France e nous, si nous grantissons que ses contraires, marchandz ou autres, repairassent dedenz nostre poer, sicome nous entendoms que vous ben sauetz.

Si ne pooms a vostre priere entendre quant a ores; totevoies, pur ceo que nous ne voliens mie q’il fuissent en nostre terre surpris de leur cors, ne de leur biens, si lor avoms suffert de marchander, e de faire lor profit si longement, come nous avoms peu, & uncore sueffroms souealx jusques a la Nativite de le seint Johan le Baptistre prochein avenir; e plus avant nous ne purrons, sanz venir apertement contre nostre serment, e nostre promesse, la quieu chose nous ne friens en nule manere, si come il en ont este garniz des piezca.

Mes bien voloms que vous sachetz, que entur ceo, que vous, e eux eussetz amor & paes au dit Roi de France, en aucune bone manere, nous travaillerions volontiers, e bonement y entendroms au plus tost, que nous veiroms lieux e temps.

Don’ a Estryvelyn, le viii. jour de Juyn, l’an de nostre regne xxxii.

Page 1_974

A.D.1305

Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Angleterre, seigneur d’Irlaund, & ducs d’Aquitanne, a touz ceux, qui ces presentes lettres verront ou orront, saluz.

A parpetuel memoire des choses souz escrites, par cestes presentes lettres vous fesoms assavoir que, come les gentz de notre terre d’Escoce, apres ce qu’il feurent en notre homage & ligeance, & liez a nous par serement de foiaute, & par escritz, & en autre manere, tant efforciblement come nous & notre consail saviens ordener & charger, se relevassent contre nous par mauveis consail, & meussent guerre, en fesant roberies, arsons, homicides, felonies, & plusors autres maux & damages, a lor poer, en notre ditte terre d’Escoce, & ausi en partie en Angleterre, contre lor homages, foiautez, & ligeances avantdittes:

Et puis plusors d’eux se revenissent a nôtre foi & a nôtre obeissance, & feussent receuz a nôtre pees, & a nôtre volunte, & des dareyns Johan Comyn seigneur de Badenagh chevalier, & les autres, qui a cel houre ove li tindrent, venissent ausi, & feussent receuz a nôtre pees, & a nôtre foi, en manere qui en droit de lour ranzons, & des amendes des trespas & d’outrages, soulement faitz a nous, & de l’establissement de la terre d’Escoce esteussent a nôtre ordenance & a nôtre volunte:

Nous ja soit qui les despitz, trespas, outrages, & desobeissances que les dites gentz de nôtre ditte terre d’Escoce nous ont faitz, soient si grantz & tant a chargez, par reison qu’il ne porroient a nul temps de ce faire suffisantz amendes, ne due satisfaction, si comme eux meismes sont bien reconissantz:

Et tot ne vueillons si come nous ne devoms, tieux despitz, trespas, outragez, & desobeissances suffrir a passer sanz aucun punissement; ne mie, por ce nous eant regard a ce, que les gentz de la ditte nôtre terre d’Escoce, se sont bien & loiaument portez vers nous, puis notre darrein partir de celes parties, & por l’esperance que nous avoms de lour bon port, & de lour bon servise en temps avenir, vueillantz a eux faire grace especiale, lour avoms grante, & grantoms, que sauvez lour soient vie & membre, & quites soient d’enprisoment & de desheritezon; sauvez totes voies a nous les terres, tenemenz, & les seignuries que Johan de Baillol, jadis Roi d’Escoce, dona & aliena de les demeines aportenantes a la roiaute d’Escoce, a faire de ceo notre plesir.

Et pardonoms & releissoms as gentz de l’avant dite notre terre d’Escoce, qui sont venuz, & receuz a notre pees, & a notre foi, trespas a nouz faitz, corrouz, rancour, & tote manere de mal vueillancee, que nous avioms vers eux; ensi totes voies qu’il soient tenuz a paer, ce qe par nous & notre consail est ordone, solonc notre dit & notre pronunciation qu s’ensuent en ceste fourme.

Adereprimes nous dioms & pronuncioms, que le susdit Johan Comyn, & les autres qui ove li vindrent a notre pees, & a notre foi, par mi les covenances que lour feurent grantez, paent, por ranzon, & por amendes des trespas par eux faitz, la value de lour terres, & de lor rentes de trois anz, al overaigne des noveux chasteux, que nous feisoms faire en la ditte terre d’Escoce, por seurte de meisme la terre, & sauvation la pees; ou à mettre en autre us, si come nous verroms que soit a faire:

Et avoms ausi pardonez, & pardonoms audit Johan Comyn, & a David de Graham l’exil, & la demoere, qu’il devoient faire & tenir hors d’Escoce, par mi les covenances avantdites.

Deriechief, solonc ce que par nous & nôtre consail est ordenez, dioms & pronuncions, que les gente d’Escoce qui vindrent a nôtre pees, & a nôtre foi, avant ce qe le dit Johan vint, & fu receu a la dite pees, paent la value de lour terres, & de lour rentes, de deus anz, en la fourme avantdite; sauve ceux qui porront moustrer, qu’l en devient estre quites par nôtre grant & fait especial.

Deriechief, nous dioms & pronuncions, que Adam de Gourdon chevalier, endroit de sa ranzon, & des amendes de trespas, soit de la condition Johan Comyn avantdit; c’est assavoir, a paer la value de ses terres, & de ses rentes, de troiz anz, en la manere desusdite.

Deriechief, nous dioms & pronuntioms qe Symon Fraser chevalier, en droit de ranzon, & des amendes de trespas, soit de meisme la condition; c’est assavoir, a paer la value de ses terres, & de ses rentes, de troiz anz, en la fourme que dite est.

Deriechief, nous dioms & pronuncioms, qe .... evesques, abbez, priours, & autres du clerge, de nôtre dite terre d’Escoce (sauve l’evesque de Glasgu) paent, por ranzon, & por amendes de trespas, en la dite fourme, la valour de lour terres, & de lour rentes, d’un an; sauve ceux qui porront moustrer, par fait especial, ou en autre manere qu’il en devient estre quites.

Et le dit evesque de Glasgu, endroit de sa ranzon, & des amendes de trespas, deit estre de la condition le dit Johan Comyn; c’est assavoir, a paer, en la fourme que dite est, la value de ses terres, & de ses rentes, de trois anz.

Et a mesme l’evesque avoms pardone l’exil, e la demoere, qu’il devoit faire & tenir hors d’Escoce, parmi les covenances, qe grantez li feurent, quant il vint darrainerement a nôtre pees, & a nostre foi.

Deriechief, quant a Ingelram d’Unfranvill, William de Baillol, & Johan Wychard, chevaliers, qui, poi de temps devant qe ces lettres furent faites, vindrent a nôtre pees, & a nôtre volunte, dioms & pronuntioms;

Qe le dit Ingelram pae en la dite fourme, por sa ranzon, & por amendes, de trespas la value de ses terres & de ses rentes de cink anz:

Et qe meisme ceux William de Baillol & Johan Wychard paent, par meisme la cheson, en la susdite fourme, la value de lour terres, & de lour rentes de quatre anz.

Derichief, dioms & pronuntioms, qe Hugh d’Ardrossan, Johan de Gurleye, Johan le Naper, & Johan Makilgoigny, qui sont de mesuage les avantditz, Ingelram, William, & Johan, qui a nôtre pees, & a nôtre volunte

Page 1_975

sont venuz, paent por lour ranzon, & por amendes de trespas, la value de lour terres, & de lour rentes de troiz anz.

Deriechief, endroit du temps, de la manere, & des termes du paement, qe se doit faire por les ranzons & amendes des trespas avant nomez, dioms, & pronuntioms, & voloms, qe notre lieu tenant en la dite nôtre terre d’Escoce, & nôtre chamberlein de meisme la terre, quant il seront illueqes venuz, facent estendre totes les terres de toutz ceuz, qui ranzan devient paer, en bone manere & resnable, solonc ce qe les terres vaudront al houre qu’il les estendront: & solonc celes estentes faites, soit, de cele houre en avant, comencez a faire lever ce, qe affera a chescun selonc sa condition & son estat.

C’est assavoir, que ceux qui en ranzon, & en amendes de trespas sont tenuz, par mi l’ordenance qe nous avoms faite, dite, & pronuncie en la fourme avantdite, paent par an, as termes usuelx celes parties, la moite de la value de lour terres, & de lour rentes, selonc les dites estentes: & ensi, de an en an, tant qe parpaiez soit ce que a eux appartient, selonc l’ordenance, & la pronuntiation avantdites; & l’autre moite de la value de lor terres, & de lor rentes, a eux remeigne por lour sustenance.

Et fait assavoir qe nôtre entention, ne nôtre volunte n’est mie, qe le dit, & la pronuntiation, qe nous avoms fait en la fourme susdite, s’estendent, ou puissent estre estenduz, ou entenduz en droit de celes persones d’Escoce, qui sont en nôtre prison; ne endroit des autres qui ne sont mie uncore venuz, ne receuz a nôtre pees, ne a nostre foi.

En tesmoignance des queux choses nous avoms fait faire cestes noz lettres overtes.

Don’ a Westmonst’, le quinzisme jour d’Octobr’, lan de nôtre regne trentisme tierz.

Sub magno sigillo cereo albicantis coloris, pendente a caudâ pergamen’.

Page 1_994

A.D.1306

Ces sont les nous de ceux, qui ont este contre le Roi en ceste guerre d’Escoce, meue par Robert de Brus, jadis conte de Carrik, en l’an du regne nostre seignor le Roi xxxiv. Les queux sont venuz a la pees, por ester a droit; & ordenez est q’il sount enveez en Engleterre, pour demorer en prison es chasteux dessouz nomez, en la manere dessouz escrite.

Alein, qi fu conte de Meneteth, soit liverez a monsieur Johan de Hastingges, por le mettre en sauve garde en Engleterre, ou a Bergeveny, ou ailors; issint qil respoigne de son corps, & q’il li truesse sa sustenance mesnement.

Item, l’Enfant, qi est heir de Mar, soit enveez a Bristend, & illueques demoerge en garde, en chastel de meisme le lieu; isint, totes voies, q’il puisse aler, en dit chastel, en gardyn, & aillors denz le clos; & que le conestable assigne acun fiable homme & suffisant, qi entende a la garde de li: & qi le conestable de meisme le chastel soit chargez de la garde du dit enfant, si q’il ne puisse eschaper en nule manere; mais q’il soit hors de fers, tant come il est di si tendre age.

Monsieur Patrick de Graham, Wauter de Russhi, & Richard de Nieutrobre, vadletz, soient enveez, par bon conduyt, a Londres, & livrez au conestable de la Tour illueques: & q’il les face garder en fers, en bon & seur lieu, denz meisme la Tour, si sauuement, & si seurement, come le conestable voudra respondre de eux, corps pour corps; & qil lor face trover lor sustenance mesnement.

Huge Lovel & William de Morreve, de Sanford, chevaliers, soient enveez, par bon conduyt, jusques a Windesore, & liverez au ...... conestable du chastel illueques: & q’il les face garder, en fers, en bon & seur lieu, denz meisme le chastel, si sauvement, & si seurement, come le conestable voudra respondre de eux, corps por corps; & q’il lor face trover lor sustenance mesnement.

Monsieur Wauter de Morreve soit liverez a monser Robert le fuiz Paegn, por le mesner, ou enveer au chastel de Corf, & mettre illueques, en acun seur lieu denz meisme le chastel: & q’il le baillie a tieux, qui le gardent illueques, si bien & si seurement, come il voudra respondre de li, corps por corps; & q’il li face trover sa sustenance mesnement.

Fait a remembrer des terres monsieur Gilbert de la Haye, pour monsieur Huge le Despenser.

Fait a remembrer, qi si tost, come monsieur Johan de Vaus, & monsieur Alixandre de Seton, serront retornez du voiage, ou il sont alez ovesque monsieur Johan de Moubray, vers les Isles, monsieur Aymer face seisir, en la meyn nostre seigneur le Roi le chastel de Drilton, & soit bien garniz & liverez au frere monsieur Johan de Kyngeston, pour garder tant que le Roi en eit autre chose ordenee; & totes les terres, & touz les tenementz, appertenantz au dit chastel, & touz les biens & chasteux, qui serront trovez en dit chastel; & les terres & tenementz avantditz, qi soient a meisme celi Johan, face ausint le dit monsieur Aymer meyntenant seysir en la meyn le Roi, & sauvement garder, tant qe le Roi en eit autre chose ordenee: & les terres, & les tenementz, & biens, & chateux de meisme

Page 1_995

celi Alexandre, soient seisiz en la meyn le Roi, & sauvement gardez; & les corps des ditz, monsieur Johan, & monsieur Alexandre, face le dit monsieur Aymer prendre & enveer au Roi.

Item David, filz & heir de celi qi fu .... conte de Asceles, soit receu, & envee au Roi, pour demorer en prison, a la volunte le Roi, s’il se vuelle rendre en tieu manere: & qe, del houre qu’il serra venuz au Roi, soit liverez au .... conte de Gloucestre pour le faire garder sauvement en Engleterre, & quil li face trover mesne sustenance.

Fait a remembrer, qi, quant la femme le conte de Carrik sera venue au Roi, ele soit envee a Brustewik, & qe ele eit tieu mesnee, & sa sustenance ordenee en la manere desouz escrite; cest asavoir;

Qe ele eit deux femmes du pays, ovesqe li; cest asaver, une damoisele & une femme por sa chambre, qi soient bien d’age, & nyent gayes, & qi eles soient, de bon & meur port; les queles soient entendantz, a li por li servir:

Et deux vadletz, qi soient ausint bien d’age, & avisez: de queux l’un soit un des vadletz le conte de Ulvestier, c’est asaver Johan de Benteley, ou autre qil mettra en lieu de li: & l’autre acun du pays qi soit por trencher devant li:

Et ausant eit ele un garzon a pee, por demorer en sa chambre, tiel qi soit sobre, & ne une riotous, por son lit faire, & por autres choses qe covendront por sa chambre:

Et, estre ce, ordenez est qeele eit un vadlet de mestier, qe soit de bon port, & avisez, por port ses cleifs, por panetrie, & botellerie, & un cu:

Et ele deit ausint aver trois leveriers, por aver son deduyt en la garrene illueques, & en les parcs, quant ele voudra:

Et qe ele eit de la veneison, & du peisson es pescheries, selenc ce qe mester li sera:

Et qe ele gisse en la plus bele maison du manoir a sa volunte:

Et, qe ele voit guyer es parcs, r’aillois entor le manoir, a sa volunte.

Et mandez soit, par lettres du prive seal le Roi, a Richard Oysel seneschal de Holderness, qil face trouer a la dite dame, por soi, & por sa dite mesnee, & por les autres choses, ce qe mestier lor sera, en convenable manere selonc l’ordeynement desusdit.

Ordenez est & mandez, par lettres du prive seal, au chamberlent d’Escoce, ou a son lieutenant, a Berewik sur Twed, qe en une des turelles, dedenz le chastel de meisme le lieu, en lieu qil veist qe a ce feust plus covenable, feist faire une kage de fort latiz, de fuist & barrez, & bien efforcez de ferrement; en la quele il feist mettre la contesse de Baghaun:

Et q’il la feist si bien, & si seurement garder en meisme le kage, qe ele ne puist issir en nule manere:

Et q’il feist assigner une femme, ou deux, de la dite ville de Berewik, Englesche, qe ne soit, ou ne soient en nule suspeczon; qe entende, ou entendent por servir la dite contesse, de manger, & de beiure, & d’autres choses, qi a li afferont, en tieu demoere:

Et q’il la face si bien & si estroitement garder en la kage, qe ele ne parle ad nulli, ne qe home ne femme, qi soit de la nation d’Escoce, ne nul autre, ne paroge ad li, fors tant soulement la femme, ou les femmes que li serra, en seront assignees, & ceux qi auront la garde de li:

Et que la kage soit ensi faite, qe la contesse y eit esement de chambre cortoise; mais qe ce soit si bien, & si seurement ordenez, qe paril ne aviegne en droit de la garde, de la dite contesse:

Et qe celi, qi aura la garde de li, en soit chargez de respoundre, corps pour corps, & q’il eit alloance des custages.

En meisme la manere ordenez est, qe Marie, suer a Robert de Brus, jadis conte de Carrik, soit envee a Rokesburgh, por garder illueques, en chastel, en un kage.

Item, Margerie, la fille Robert de Brus, soit liveree a monsieur Henri de Percy, por la mettre en Engleterre, en sauve garde; & ausint Cristinee, la soer le dit Robert, qi feut la femme Custefre de Seten, por estre mise en garde en Engleterre, en meisme la manere.

Alein, qi feut conte de Meneteth, soit liverez a monsieur Johan de Hastinges, por le mettre en sauve garde en Engleterre, &c.

Fait a remembrer qe le conte de Strathern, quant il sera venuz au Roi, soit enveez a Rouecestre, por le garder en la Tour illueques.

Johan conte d’Ascelles mesnez a Lond’ per monsieur Huge le Despenser.

Margiree, fille au conte de Carrik, liveree a monsieur H. de Percy.

Gaul’ de Morreue chevalier, soit enveez a Wyndesore, par le conte de Nicol’.

Huge Lovel chevalier, soiet enveez a Glocestre, par monsieur Johan Lovel.

Guilliam Lovell .... frere du dit Huge, soiet enveez a Notingham, par Wauter de Bedewynde.

William de Morreue de Sanford chevalier, soit enveez a Corf, par monsieur Guilliam de Montagu.

La femme monsieur William Wysman, soit envee a Rokesborgh por garder y en chastel, & soit liveree a monsieur R. de Manlay’ visc’ de Rokesborgh.

Monsieur Thom’ Randolf, soit liverez au conte de Nicole, por respondre de son cors garder illueques en chastel.

Le fuiz monsieur Simon Fraser, lequel monsieur David de Breghyn prist, soit liverez a monsieur Johan de Segrave, ou a monsieur Aymer de Valence; issint qil face garder a son perill, cor ce qe les terres monsieur Simon li sont donees.

Patrick de Graham chevalier d’Escosce, est enveez a l’evesqe de Cestre, &c. per vi. homes a cheval; si qu’il le mettre en sauve garde, en aucun chastcl en Engleterre.

A.D.1306

Pur la pees de la terre d’Escoce mieux asseurer & garder, acorde est par le Roi & soun conseil, que le gardein face faire crier, par toutes les citez, burgs, villes marchaundes, & par tout ou il verra qe seit afaire, & ausi le facent faire les justices errauntez en leur eires, qe toutz ceux qe ount este contre le Roy en ceste guerre, & qe ne sount point uncore venuz a sa pees, & autres qe ount fait, ou qe frount felonies, ou autres mesfets contre la pees le Rey, par quei il devient perdre vie ou membre, seient pris, queu part quil seient trovetz, par les gentz des paiis ou il serrount conversauntz, repairaunts ou demorauntz, si prendre les purrount; & si ce noun, qe eux maintenant liefgent sus eux hu & cri a corn & a bouche, & les pursuent le plus forciblement quil purrount de vile en vile, de paiis en paiis, & de countee en countee, tancque eux se rendrent a la pees le Rei de ester a dreit, ou taunt quil seient pris vifs ou morts:

E ceux qe nel frount en la fourme desusdite & de ce seient atteintz, perdent toutz lur chateux, & lor corps seint pris, a demorer en prisoun a la volentee le Rey:

Page 1_996

E pur ce qe tieux mesfesours ne purrount gueres durer sauntz estre reteitez des gentz des paiis; acorde est qe le gardein face enquerre des recettours de tieu manere des gentz; & de ceux qe de ce serrount atteintz, face faire juise sicome il appent.

Acorde est ensement par le Rey & soun conseil, qe toutz ceux qe furent a la mort monsieur Johan Comyn, seient trieues & penduz; e toutz ceux qe conseil ou assent donerent, & ceux q’apres le fait les recetterent de lur bon gre, sachauntz la dite felonie estre faite, eient meisme le jugement.

E qe toutz ceux qe sount pris, ou qe serrount pris, a force en ceste guerre d’Escoce contre le Rey, seient penduz, ou les testes coupez; e leur recettours eient meisme le jugement.

E qe toutz ceux qe ount este contre le Rey en meisme la guerre en nul temps auxi bien devaunt la bataille de Metfeu, come en la bataille ou apres, & que se sount renduz de ester a dreit, ceux qe sount notoirs & perillous, seient mis & tenuz en prisoun, es lieux ou le Rey ordenera, de la queu prisoun nul ne seit delivers, tancqe le Rey en eit ordene sa volente.

E ceux qe de lour bone volente se denerent a la partie Robert de Brus, & ceux qe furent eidantz, conseillauntz, procurauntz, ou preschauntz le poeple d’Escoce de lever contre le Rey, & de ce seint atteintz, le quel quil seient, clerks ou autres, seient pris & detenuz en prisoun tancque le Rey en ordene sa volente.

E acorde est qe la povere commune d’Escoce, qe par force leverent contre le Rey en ceste guerre, passent par raunsoun, selonc ce qe le gardeyn verra qe seit afaire, & selonc ce qe leur trespas demaunde.

E pur ce qe le Rey voet, qe ces choses seient le plus auctorizetz, & le plus fermement tenuz & gardetz; a ceste ordenaunce ad fait mettre soun seal d’Escoce.

A.D.1306

Ordenez est qe les evesques de Seint Andreu & de Glasgu, & l’abbe de Scone soient liverez, par le visconte de Northumbre, a monsieur Guillam de Rithre, principalment ovesques ses gentz, & a dys autres homes a cheval, & a quarante homes de pee du conte de Northumbre:

Les queux recevereont les ditz evesques & abbe par endenture, a la quele le dit Guilliam & les autres homes a cheval mettront lor seaux, & se chargeront a respondre de meismes les evesques & abbe corps pour corps:

Et por les mener sauvement & seurement de Noef Chastel sur Tyne, tant qe au chastel de Notingham; & en meisme le chastel soient liveres au conestable, & gardez severalment, chescun par li, tant qe evesque de Cestre y viegne, por ordener coment il soient menez as chasteux, ou le Roi ad ordenez q’il demoergent.

Et le dit Guilliam, principal gardein, ensemblement oue un clerk, qui irra ovesques eux, por surveer qe le conduyt soit touz jours seur, & qe les ditz evesques & abbe soient bien gardez & veilles de jours & de nuytz, demorant en dit chastel de Notingham, sur la garde des ditz evesques, de Seint Andreu & de Glasgu, & du dit abbe, tant qe l’euesque de Cestre y soit venuz, & eit ordenez de les enveer as chasteux ou il demorront, si come est avantdit.

Et totes ces gentz, ove les ditz prisons, doyvent mener de Noef Chastel sur Tyne, icest Joedy lendemeyn de seint Laurencz, en alant vers Notingham par les jornees desouz escrites.

Et le dit Guilliam doit aver lettres overtes du prive seal, escrites as viscontes, & a touz autres ministres, & foiaux le Roi, pour estre entendantz, eidantz, & obessanx a li, a crestre lor conduyt, selonc ce q’il lor fera saver.

Et seront lettres faites a chescun conestables des chasteux, ou les ditz prisons serron herbergez, q’il reteynent denz les chasteux meismes les prisons, & les facent garder, selonc ce qe le dit William ordenera.

Et doyvent les ditz prisons estre si menez & gardez par voies, qe nul ne parouge a autre, de jour, ne de nuytz; ne qenul ne parouge a eux, forsque seulement lor gardeyns.

Ces sont les jornees, qi les ditz prisons tendront; cest asaver,


Le Joedy, lendemeyn de Seint Laurenz, de Noef Chastel sur Tyne, tant qe au chastel de Duresme:
Et le Vendredy de Duresme, tant qe a Northalverton:
Et le Samady de Northalverton, tant qe au chastel de Knaresburgh:
Et le Dymenche, de Knaresburgh, tant qe au chastel de Pontfreint:
Et le Lunde, de Pontfreint, tant qe au chastel de Tykehull:
Et le Merdey de Tykehull, tant qe au chastel de Neuwerk:
Et le Mesquerdy de Neuwerk, tant qe au chastel de Notingham.

Page 1_998

A.D.1306

Edward, &c. et ducs d’Aquitaigne, a touz ceus qui cestes presentes lettres orront ou verront, saluz.

Cum, avant le hure qe, par l’autorite & la vertu de la pronunciation, faite par le seint piere Boniface, dunk Pape de Rome, pur ben de pees & acord, entre le noble prince Phelip Roi de Frânce e nous, sur les descordz, guerres, e contenks, meux entre le dit Roi e nous, eussoms espose nostre chere compaigne, Margarete Roine d’Engleterre, soer le dit Roi de France;

Eussioms fermement promis & obligez nous, e noz heirs, par nos lettres patentes, de doner, enheriter, & assigner a les enfanz madles qui DIEUS enverroit entre nous, dis mile marches de terre e de rente, en nostre roiaume d’Engleterre, en lieus covenables & suffisantz; sicome en nos dites lettres, de ceo faitz, plus pleinement est contenu:

Et Dieus nous eit envoie puis, entre nous & nostre dite compaigne, nos trescher fiuz Thomas & Edmon, as queus nous ne avoms uncore de rien purveu, sicom nous sumes tenutz:

Nous, eiauntz regard a lour estat, avoms, par certeines resons, la dite summe encreuwe, & grantoms, promettoms, & fermement obligeoms nous, & Edward, nostre trescher fiuz & heir, sur nostre beneiceon, de doner, enheriter, & assigner, dedenz les deus annz procheins suantz apres la date de cestes lettres; cest assavoir;

A nostre dit fiuz Thomas dis mile marchees de terre & de rente:

Et a nostre dit fiuz Edmon, sept mile marchees de terre & de rente:

En lieux covenables & suffisantz, denz nostre dit roiaume, saunz nul delai; issint que eus eient en encres, outre nostre primere promesse & doun, sept mile marchees de terre e de rente, en la forme susdite; cest assavoir;

Que nous durroms, enheriteroms, & assigneroms a nostre dit fiuz Thomas, touz les chasteux, burgs, vills, honurs, manoirs, terres, rentes, & fraunchises, ove totes leur apurtenances, en Engleterre, Hirlaund, & Gales, les queus nostre feal & leal Roger Bigod, count de Norff’ & mareschal d’Engleterre, n’adgeires granta, rendi, relessa, & quite clama, par sa chartre a nous, & a nos heirs, a toutz jours: & les queus nous li avoms rebailletz a tenir a li, & a les heirs issantz de son cors, sicome nos lettres de ceo faites plus pleinement tesmoignent:

A aver & tenir les avantdiz chasteux, burgs, villes, honours, manoirs, terres, rentes, & fraunchises, ove fidz de chevalers, avoesons d’esglises, & totes les autres apurtenances, de nous, & de nos heirs, a nostre dit fiuz Thomas, & a les heirs issantz de son cors, apres la morte le dit counte (s’il moerge saunz heir de sei) ausi enterement & fraunchement, come le dit counte les tint le jour qil les nous rendi, & que nous les rebaillams a tenir en la forme susdite;

En la value de sis mile marchees de terre & de rente, en partie de la dite summe de dis mile marchees de terre & de rente & les quatre mile marchees de terre & de rente demorantz de mesme la summe en terres & rentes, ausiben en contees, come en autres terres & rentes, que maintenant sont, ou devendront en nostre main, par eschiete, purchaz ou en autre manere, en nostre dit roiaume en lieux covenables & suffisantz; a aver & tenir a nostre dit fiuz Thomas & as heirs issantz de son cors sicome il est avantdit.

Et a nostre dit fiuz Edmon les avantditz sept mile marchees de terre & de rente, en le remenant des susdites terres & rentes, demorantz en nostre main en la forme susdite, ausi been en contees, come en autres terres & rentes, en lieux covenables & suffisantz, denz nostre roiaume susdit, denz mesme le tens, sanz nul delai: a avoir, & tenir de nous, & de nos heirs, a nostre dit fiuz Edmon, & as heirs de son cors issantz, franchement, quitement, ben, & en pees, a touz jours.

En tesmoignance de queu chose nous leur avoms fet fere cestes nos lettres overtes, selees de nostre seel.

Don’ a Neuburgh en Tyndale, le trentisme primer jour de Aust, l’an de nostre regne trentisme quart.

A ces tesmoignes,


Monsire Robert de la Warde seneschal de nostre hostel,
Monsire Johan de Sulle nostre chaumberleyn,
Monsire Johan Hastang seneschal del’ hostel nostre dite compaigne,
Monsire Robert de Bures,
Monsire Robert de Haustede,
Monsire Johan de Douvedale,
Monsire Phelipe de Vernay, & autres.

A.D.1306

Le Roi a touz ceus, qi cestes presentes lettres orront ou verront, salutz.

Sachez nous estre tenu a nostre chere file Alianore en dis mile marz d’esterlinges, queus nous li avoms done a son mariage, & cink mile mars pur son atir;

A paier nostre fille susdite denz sept aunz, procheinement avenir apres la date de cestes lettres, & a trover a nostre dite fille sa sustenance honurable & suffisante, en totes choses, come son estat le demande, tant q’ele seit marie, & son estat en apres covenablement ordine come a lui afferra.

Et, a toutes les choses susdites fermement, ben, loiaument, e enterement, sanz nule defaute, garder, tenir, & acomplir, obligeoms nous, & Edward nostre cher fiuz & heir, sur nostre beneiceon, & nos executours, par la tenur de cestes nos lettres patentes, selees de nostre seal.

Don’ a Neuburgh’ en Tyndale, le xxxi. jour d’Aust, l’an de nostre regne trentisme quart.

Page 1_1000

A.D.1306

Edward, par la grace de DIEU, Roy d’Engleterre, seigneur d’Irlaunde, & ducs d’Aquitaine, a nostre chier clerk William de Hamelton, nostre chancellier, saluz.

Nous vous mandons que vous facez faire lettres, souz nostre grant seal, de priere, en bone & especiale forme, al nostre treschier pere le Pape;

Que, por le bien de pees, & por l’amour de nous, il pleise a la seintete, dispenser matremoine se puisse faire entre Duncan de Fyf, & Marie de Mont Hermer, noun contrestant qu’il se appertienont en degre de parente, ou d’affinite defenduz quant a contract de matremoyne;

Et facez faire autres lettres, de priere, a sire Pierres de Columpne cardenal; qu’il vueille avancer cele busoigne, devers nostre dit pere le Pape, en la meilleure manere, qu’il porra por l’amour de nous.

Et meismes les lettres, ensi faites, facez liverer au portour de cestes presentes porter avant, selonc ce que li est enjoignt.

Don’ souz nostre prive seal a Lanrecost, le xii. jour d’Octobr’, l’an de nostre regne xxxiv.

Page 1_1001

A.D.1306

In nomine Domini, Amen. Anno à Nativitate ejusdem millesimo trecentesimo sexto, indictione quintâ, mense Octobris, die vicesimâ tertiâ constitutus coram venerabili in CHRISTO patre, domino W. DEI gratiâ, Conventriensi & Lichfeldensi episcopo, nobilissimi principis domini nostri, domini E. eâdem gratiâ, illustris Regis Angliæ thesaurario, cum aliis de consilio ipsius domini Regis, tam militibus, quàm clericis quampluribus;

Nobilis vir dominus Jacobus, dictus senescallus Scotiæ, in præsentiâ mei infrascripti notarii & testium subscriptorum, ad hæc vocatorum specialiter & rogatorum, fidelitatem domino Regi prædicto, pro omnibus terris suis, fecit in subscriptâ formâ; fidelitatemque suam prædictam, in omnibus suis articulis & particulis, super Corpus CHRISTI consecratum, & duas cruces sanctas (scilicet la CROIX NEYTZ, & la BLAKE RODE) aliasque reliquias sanctas, firmavit corporalis vinculo juramenti.

Et super fidelitate, sic factâ, suas patentes fecit litteras, sub nomine suo conceptas, suique sigilli impressione munitas; quarum litterarum, in omnibus & per omnia, tenor est talis;

A toutz ceuz, qi ces lettres verront ou orront, James seneschal d’Escoce, saluz en DIEU.

Come pieza, por tresgrant trespas & mesprises, qe nous eumes faitz, en plusors maneres, contre nostre seigneur lige mon seigneur Ed’ par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seigneur d’Irland, & ducs d’Aquitaine, contre l’omage & la foiaute qi nous li avions faitz, e contre nostre ligance;

Nous nous fussoms renduz & soutzmis haut & bas, & du tout, corps, terres & tenementz, e quant qi nous avions, ou aver porriens, a la volente de nostre dit Seigneur;

Et il nos eyt puis, de sa grace especiale, renduz les terres & tenementz avantditz, qi nous teniens en Escoce;

Par quei nous li avons ore de novel fait homage & serment de foiaute;

Nous, esteans quites e delivres, e en nostre plein poair, promettoms loialment, e en bone foi, qe nous de ci en avant, por toutz jours, seroms foialz e loialz a nostre dit seigneur le Roi d’Engleterre, & a ses heirs Rois d’Engleterre, e bon foi leur porteroms de vie, de membre, & de terrien honor, contre totes gentz qi porront vivre & morir:

Et qe contre eux ne serroms, en nul temps, pur chose, qe puisse avenir, ne en ayde, ne en consail: ne serroms ou chose soit parlee, ordanee, compassee, ou faite qe pusse torner a deshonor, ou a damage de eux; ou, si nous le sachoms, qe nous le destorberoms a tout nostre poair, & le lor feroms asaver sanz delay.

Et a toutes les choses desusdites fermement tenir en toutz poyntz, nous avoms jurez sur le corps Dieu, & sur saintes Ewangilles, & sur la CROIZ NEYTZ, & sur la BLAKE RODE d’Escoce, & sur plusors autres reliques;

Et, outre ce, as ditz homage & serment en toutz poyntz fermement tenir & garder, nous obligeons nostre corps, nos heires, totes nos terres, & toutz nos tenementz, & quantqe nous avoms, ou aver porroms, haut & bas, & du tot a la volonte de nostre dit seigneur le Roi e de ses heires.

Et voloms e grantoms, por nous, e pur nos heirs, s’il aviegne, ce qi DIEU ne vuille, qe nous, ou nos heirs soiems james de guerre contre nostre dit seigneur le Roi, ou ses heires, ou en aide, ou en conseil de nul de leur enemis privieement, ou apertement, qe noz corps, nos terres, & nos tenementz, & quant qi nous averons, ou aver porrons, soient de sa donqe forfaitz a nostre dit seigneur le Roi, & a ses heirs en tieu manere, qe nous, ne noz heires, ni pussons james rien de droit clamer, ne chalenger en nul temps.

Estre ce, nous voloms & grantons pour nous, & por nos heirs, s’il aviegne qe nous soioms en nul temps des en avant contre nostre dit seigneur le Roi, ou ses heirs, sicome est avantdit, qe ercevesques, evesques, e quicunque autres prelatz d’Engleterre & d’Escoce, tantz & tieuz come il plerra a nostre dit seigneur le Roi d’Engleterre, ou a ses heirs Rois d’Engleterre, sanz tote manere de congnisance de cause, & sanz monition, ou nulle manere de garnissement, & sanz tote manere de contradit de nulli pussent doner sentence d’escumenge, sur nous, e sur nos heirs; & nos escumenger, & mettre hors de commune de toutz Crestiens, e totes nos terres mettre a enterdit.

En tesmoignance de queux choses nous avons mis nostre seal a ces lettres.

Donee en la prioure des chanoignes de Lanrecost, le xxiii. jour du mois d’Octobris, l’an de Grace mil treiscent & sys; & du regne nostre seigneur le Roi avantdit trentisme quart.

Quibus sic factis, idem dominus Jacobus die prædicto, ad præsentiam domini Regis Angliæ supradicti, domini sui, accedens, eidem domino Regi pro jam dictis terris suis in Scotia, in præsentiâ mei notarii & testium subscriptorum, homagium fecit in formâ debitâ, ac etiam consuetâ:

Et, ad majorem præmissorum evidentiam & cautelam, præfatus dominus Jacobus senescallus sigillum suum apposuit huic publico instrumento.

Acta in prioratu de Lanrecost, Carleolen’ dioc’ anno, indictione, & die prædictis.

Præsentibus nobilibus viris,


Dominis Adamaro de Valentia,
Johanne de Hastings,
Johanne Botecurte,
Roberto de la Warde,
Johanne de Suleia, baronibus;
Johanne Hastings, &
Johanne de Dounedale, militibus;
Necnon dominis,
Johanne de Sandalia,
Willielmo de Bevercote,
Roberto de Cotingham, &
Johanne de Wintonia, clericis;

& aliis in multitudine copiosâ, testibus ad hoc vocatis specialiter & rogatis.

Et ego Johannes, dictus Bouhs de Londoniis, domini Papæ auctoritate notarius publicus (qui præmissis, unà cum dictis testibus, interfui, eaque sic fieri vidi & audivi) rogatus super hiis, præsens confeci publicum instrumentum, & in publicam formam redegi, meoque signo consueto signavi, in testimonium præmissorum.

Et ego Andreas, quondam Gulielmi de Tang, clericus Ebor’ dioc’ sacrosanctæ sedis apostolicæ publicus auctoritate notarius (qui præmissis unà cum dicto magistro Johanne notario & testibus suprascriptis interfui, eaque sic fieri vidi & audivi) in testem rogatus me subscripsi, & signum meum apposui consuetum, in fidem & testimonium præmissorum.

Page 1_1007

A.D.1307

Edward, par la grace de DIEU, Roy d’Engleterre, seigneur d’Irlaunde, & ducs d’Aquitaine, a nostre chier clerk, William de Hamelton, nostre chauncellier, saluz.

Nous vous enveoms, denz ces lettres, une note, escrite en Franceis, d’unes lettres, que nous voloms enveer a nostre chier pere le Pape:

Et vous mandoms que meisme la note facez translater en Latyn, en bone & covenable forme, & sealer de noster grant seal, & liverer as porteurs de ces lettres, por les porter avant a nostre pere avantdit.

Don’ souz nostre prive seal a Lanrecost, le iii. jour de Janeuer, l’an de nostre regne xxxv.

A.D.1307

Au Pape par le Roy. Tresseint pere, nous avons bien entenduz par voz lettres (les queles vous nous enveastes par les porteurs de cestes) coment vous avez enveez vers nous sire Pierres l’Espaignol cardenal, & monsieur Amanen seigneur de Lebret, pur aucunes busoignes touchantz le commun profit de la Christiente, & l’estat de nostre roiaume.

Et faisons savoir a vostre seintete, que, grant temps avant que vos dites lettres nous vindrent, aviens nous enveez a vous noz lettres pur meismes les busoignes; les queux lettres nous entendons, que vous soient despiecea venues.

Et mercions cherement a vostre seintete de ce, que vous nous enveez tieux messages, qui nous ont este, & sont si especiaux:

Et meesment du dit cardenal, le quel nous entendons qui doit especialment amer Edward nostre chier filz, qui est du sank d’Espaigne; de quel pais meisme le cardenal est.

Par quoi, tresseint pere, nous sumes molt leez de la venue de voz ditz messages.

Page 1_1008

A.D.1307

Edward, par la grace de Dieu, Roi d’Engleterre, seigneur d’Irelaunde et ducs d’Aquitaine, a touz noz foialx et loialx prelatz, contes, barons, procurours, et autres qui sont venuz a Cardoill par nostre somonse pour estre illueques a nostre parlement a ces oytaves de la seint Hilleyre, saluz.

Nous feisoms assaver a vous toutz nous enveoms a Cardoill noz foialx et loialx Wauter, par meisme la grace, evesque de Cestre nostre tresorier, et Henry de Lacy conte de Nicole nostre chier cousyn, pour monstrer a vous aucunes bosoignes touchantz nous et nostre roialme, quant a la jornee de y cestz Vendredi, Samedi et Dimegne; et por treiter ovesque vous, et vous dire nostre volunte sur meismes les busoignes, sicomme nous lour avoms enchargez; et vous mandoms qe as ditz evesque et conte, de ce qil vous endirront de par nous, creez fiablement, et si avant comme vous ferriez a nous meisme, si nous y feussiens en propre persone.

Don souz nostre prive seal a Lanrecost, le xix. jour de Janevoir, l’an de nostre regne xxxv.

Page 1_1009

A.D.1307

I. E bien & loiaument consaillerez le Roy, solunc vostre seu & vostre poair.

II. E qe bien & loiaument son consail celerez.

III. E que vous ne encuserez autre de chose, qu’il dirra au consail.

IV. E qe vostre peyne, eide, & consail, a tot vostre poair, dorrez & metterez as droitures le Roy, & de la corone garder & maintenir, sauver, & repeller par la ou vous purrez, sancz tort fair.

V. E la, ou vous saverez les choses de la corone, & les droitz le Roy concelez, ou a tort alienez, ou soustretz, qe vous le frez saver au Roy.

VI. E qe le corone acrestrez a vostre poair, & en loaile manere.

VII. E qe vous ne serrez en lieu, ne a consail ou le Roi se descresse de chose, qe a la corone appent, si ce ne ceit chose qe vous conveigne faire.

VIII. E qe vous ne l’errez pur nully, pur amur, ne haour, pur bon gre, ne pur mauveis gre, qe vous ne facez faire a chescun, de quel estat ou condition qu’il soit, droiture & reison, solunc vostre poair, & a vostre escient; & qe de nully rien ne prendrez pur tort faire, ne droit delaier.

IX. E qe en jugement ou droiture faire, la ou vous serrez assignez, vous n’esparnierez nully pur hautesce, ne pur poverte, ne pur richesce, qe droit ne soit fait.

X. E si vous eez fait alliaunce a seignurage, ou a autre, par quey vous ne peussez cestes choses faire ou tenir sauntz cele alliaunce enfreindre, qe vous le dirrez, ou frez saver au Roy.

XI. E qe desormes alliance de serment ne freitz a nulli, sauntz conge le Roy.

XII. E qe rein ne prendrez de doun de nully pur pled, ne pur autre chose qu’il eit a faire devant vous, si ceo ne soit manger, & beivre a la journee.

R. Londoniensis episcopus, quem Rex vult esse de consilio Regis, præstitit sacramentum, in pleno parliamento Regis apud Karl’ die Jovis in crastino Conversionis sancti Pauli, anno regni Regis E’ xxxv. secundum articulos sacramenti contentos in hâc cedulâ.

Page 1_1010

A.D.1307

Fet a remembrer, que le dimeine, le xxvi. jour de Feverer a Lanrecost, nostre seignur le Roi ordena e comanda, par acunes resons, que maintenant, apres les treis simeines, apres le prochein torneiment, que serra ore a la quinzeme de Pasqe prochein avenir:

Monsieur Piers de Gavaston seit prest a passer la mer, a Dovre, vers Gascoigne, e demoerge y sanz revenir par decea, tant que au repel nostre seignur le Roi avantdit, & par son conge.

E, a cele ordinance tenir, sanz venir encontre en nul point, le dit monsieur Piers fit serement au jour, e au leu desusditz, sur le Cors DIEU, sur la Croiz Neit, & sur les autres reliques nostre seignur le Roi.

E, outre ceo, monsieur Edward prince de Gales, fiz nostre seignur le Roi, fit le serment sur le Cors DIEU, e sur les autres reliques, qil ne receitreit ne retendroit pres de li, ne ovesqe li le dit monsire Pieres, contre l’ordenance avantdite, sanz repel, ou sanz conge de nostre seignur le Roi, sicom est avantdit.

Et, par comandement du dit nostre seignur le Roi, feust ordenez, que le dit monsieur Piers eit par an, en aide de ses d’espens, tant come il demorra es parties de dela, a la volente & au repel nostre seignur le Roi, sicom est avantdit, cent mars d’esterlings, ou la value des chipoteis, a resceivre des issues de la terre de Gascoigne.

E doit le primer an comencer le jour apres ceo q’il serra passe la mer, a Dovre, jusques a Whitsand, pur aler en Gascoine, a demorer y solonc la dite ordenance.

Et deit prendre la dite summe a la volente le Roi, e tant que le Roi eit fet enquere ceo que le dit monsire Piers ad par decea e par dela, e des profitz qu’il ad eu puis qil vint en Engleterre.

Issint que, quant la chose serra ben enquise, e qe le Roi en soit pleinement avise, qu’il puissse ordener d’arcrestrer, ou d’amenuser l’estat du dit monsire Piers, selonc ceo que plerra au Roi, e qil verra qe bon soit.

Page 1_1013

A.D.1307

Edward, par la grace de DIEU, Roy d’Engleterre, seigneur d’Irelande, & ducs d’Aquitaine, al honorable pere en Dieu R’ par la meisme grace, evesque de Londres, nostre chancellier, saluz.

Come Johanne, nostre chiere fille, que fu contesse de Gloucestre, soit a DIEU commandee.

Vous mandons que, par lettres de nostre grant seal, facez mander, en bone forme & covenable, a touz prelatz, ausi bien ercevesque & evesques, come a abbez & priours, & as chapitres des eglises cathedrales, & collegieles, & as universites, & as freres des ordres de precheurs, & de meneurs, & as autres religious de nostre roialme;

Qil facent faire exequies, & chanter messes sollempnement, & autres privees messes, & autres oreisons; en priant especialment pour l’ame de nostre fille avantdite.

Et meismes les lettres facez liverer a nostre chier clerk, William de Thorntost, por enveer as lieux, as queux elles serront escrites; sicome nous li avons mandez par noz lettres.

Don’ souz nostre prive seal a Cardroill, le primer jour de Averill, l’an de nostre regne xxxv.

Page 1_1015

A.D.1307

Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seigneur d’Irlaunde & ducs d’Aquitaine al honurable pere en DIEU, R. par la meisme grace, evesque de Londres, nostre chancellier, saluz.

Come l’onurable pere en DIEU, l’evesque de Nicole, & le chapitre de l’eglise de meisme le lieu, soient enpurchaceant, devers nostre pere le Pape, le canonizement de seint Robert Grosseteste, jadis evesque de Nicole:

Nous, eantz la busoigne du dit canonizement molt a cuer, & desirantz q’ele se face al honur de DIEU, & de seinte eglise, & du dit corps seint ausint;

Vous mandoms que vous facez faire lettres, de nostre grant seal, en bone forme & especiale, a nostre dit pere le Pape, enpriant a grant devocion, come il affiert, pur tien corps seint, pur qui DIEU ad monstre grantz miracles, qu’il vueille le canonizement du dit corps seint granter & faire.

Et facez ausint faire autres lettres, de nostre dit seal, en bone forme & especiale, depar nous a sire Reymon del Gout, neveuz nostre dit pere le Pape: a sire Pierres l’Espaynol: & a sire Thomas de Jorz; cardenaux de la seinte eglise de Rome;

Enpriant que, a la busoigne du dit canonizement avancer & exploiter, il mettent tote l’aide & le bon consail quil porront, pur l’onur de DIEU, de seinte eglise, & du dit corps seint, & ausint pur amour de nous;

Les queles lettres facez faire, & deliverer a celi, qui la busoigne suyra devers vous, au plus tost que vous porrez, en bone manere.

Don’ souz nostre prive seal a Cardoill, le vi. jour de May, l’an de nostre regne xxxv.

Page 1_1015

Page 2_3

Volume 2

A.D.1307


Au conte de Garenne.
Au conte d'Anegos.
Au monsieur Johan de Moubray seigneur del Isle de Axeholme.
A monsieur William de Roos de Hamelak.
A monsieur Roger de Gray.
A monsieur Henr' de Gray.
A monsieur Rauf' Basset de Drayton.
A monsieur Adam de Well'.
A monsieur Johan de Wylughby.
A monsieur Johan de Cherleton.
A monsieur William la Zousche de Haryngworth.
A monsieur Henr' de Ferers.
A monsieur Piers de Mountford.
A monsieur Thomas de Hastang.
A monsieur Henr' Huse.
A monsieur Johan de Cobham.
A monsieur Thomas de Brewes.
A monsieur Johan Kyriel.
A monsieur Johan de Segrave.

Come le tresnoble prince, sire Edward, qui estoit n’adgueres Roi d’Engleterre, soit à DEU comande: è nostre seignur, sire Edward, son fiuz, & son heir, soit ja Roi d’Engleterre par descente de heritage;

Nous vous mandoms, & comandoms de par nostre dit seigneur le Roi, qui ore est, qui DEU gard, qe sa pees soit tenue & gardee par son roialme, & tot son poer.

Et defendoms à totes gentz, depar luy, que nul ne face chose, que encontre sa pees soit, sur la forfeture & le peril que i apent.

Page 2_4

A.D.1307

Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seigneur d’Irlaunde, & ducs d’Aquitaine, à tous ceux, qui cestes lettres verront, ou orront, saluz.

Nous feisons savoir à vous touz, que de nostre grace especiale avoms done, & donoms par ces lettres, poiar à nostre chier cousin & foial, monsire Aymer de Valence, nostre gardein d’Escoce, de receivre à nostre foi, & à nostre pees, touz ceux d’Escoce, qui sont uncore noz rebels & de nostre enemistez, & qui se voudront rendre à nostre pees, por ester à droit, & eux aquiter, en noster court, qu’il ne sont mie coupables de la mort monsire Johan Comyn; & qu’il ne furent mie conseillantz, ne assentantz au compassement de ceste darreine guerre d’Escoce.

Et voloms & grantons que ceux, qui en ceste manere se rendront à nostre pees, & se porront aquiter, sicomme est avantdit, eient vie & membre, & quietes soient d’enprisonment.

En tesmoignance de queu chose, nous avoms fait faire cestes noz lettres overtes, à durer jesques à la chaundelour precheinement avenir.

Don’ souz nostre prive seal à Commenok, le xxviii. jour d’August, l’an de nostre regne premer.

Page 2_7

A.D.1307

Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seigneur d’Irlaunde, & ducs d’Aquitainne, as tresorer & chaumberleins de notre escheker, saluz.

Nous vous mandoms que vous facez acompter od le porter de cestes, procurateur l’onerable piere en DIEU Neapoleon cardinal de la seinte Eglise de Rome, des arrerages de l’annuele empension de cynquante marcs, q’il prist de notre trescheir seigneur & pere, que DIEUX assoill.

Et de ceo que serra trove que duz lui est, lui facez faire paiement, ou assignement covenable, dont il purra estre prestement paiez.

Don’ souz notre prive seal, a Nicole, le xxviii. jour de Sept’, l’an de notre regne primer.

Page 2_11

A.D.1307

Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seigneur d’Irland, & ducs d’Aquitaine, à touz ceux, que cestes presentes lettres verront, ou orront, saluz.

Nous vous fesoms savoir que nous establissoms, e avoms establiz nostre cher & foial, monsire Richard de Rokesle, nostre seneschal & gardein de nostre terre de Pontif & de Monstroill, ove les aportenances;

Et lui donoms plein poer & especial mandement de requere, de demander, de defendre les causes, les resons, & la droiture aportenantz à nostre contèe de Pontif, ove les aportenances, pardevant touz juges, & contre totes persones, à totes jornees assignees & assigner:

De ventes otroier & affirmer quant mestier serra:

De prendre feautes en lieu è en noun de nous:

De reliefs receivre, de jurer en l’alme de nous, si mestiers est:

De compromettre, de pacifier, d’assentir, de repliker, de opposer & de respondre:

De baillifs & de serjauntz metre en nostre terre desusdite; & de eux oster, quant il verra que mestier serra:

De mettre visconte à Montstroill:

De noz viscontes, & noz autres terres, & rentes baillier, & liverer à ferme, à nostre profit:

De establir lieutenant en son lieu; qui semblable è autiel poer eit que le dit monsire Richard es choses desusdites:

Et de faire procureours en parlementz, en assises, en provostes, & en totes autres courtz.

Et quelcumque chose le dit seneschall, ou li establiz en son lieu, avera dit, fait, ou procure por nous, & en nostre noun, en gardant nostre dite terre de Pontif & de Montstroill, ove les aportenances, & en demandant, en requerant, & en defendant les droitures d’icele, sicome desus est dit, nous avoms è averoms ferm & estable.

E mandoms, è commandoms à touz noz souzmis, de la dite terre & contee, que au dit monsire Richard, en les choses desusdites, soient obeissantz & entendantz.

En tesmoignance de quieu chose nous avoms fait faire cestes noz lettres overtes.

Donees a Berkhamstede, le primer jour de Novembre, l’an de nostre regne primer.

Page 2_25

A.D.1307

A treshaut tresexcellent & tresnoble prince, nostre treschire seigneur & pere, Ph’ par la grace de DIEU, Roi de Fraunce, Edward, par la meisme grace Roi d’Engleterre, &c. salutz & touz honeurs.

Sire, nous avoms receu vos lettres de creaunce, les queles vous nous enveiastes par monsire Mahy de Trie le Juvene, & monsire Maingot du Merk, voz chivaliers, porteours de cestes: & avoms bien entendu ce que les ditz chevaliers nous unt dit par leur creaunce, & requis de par vous; cest à savoir, que, come vous;

Sire, eiez volu, par certeines acchesons, que la venue de vous & de nous à Boloigne, soit esloigne jusqes au dimenge la veille Seint Vincent, issint que vous, sire, & nous i veignoms meismes le Dimenge: & que le fait, de la feste & des esposailles, se face le Mekerdi prechein suivant; que nous voloms agreer & assentir à cele esloignaunce:

Et fesoms savoir à vestre seigneurie que, par les acchesons avant touchees, nous assentoms bien à cele esloignaunce, & serroms, alaide de DIEU, à Boloigne le dit dimenge, à certein entendement que le fait, de le feste & des esposailles, se face le Mekerdi prechein suivant, saunz greneur delai.

Treschier sire, nostre Seignur vous eit en sa gard.

Don’ a Cantebir’, le xxx. jour de Decembre.

Page 2_30

A.D.1308

A toutz ceux, qi ces presentes lettres verront & orront;

Amez cuens de Savoie,

Henri cuens de Nicole, &

Ottes de Grantson, chivalier,

messages & procureurs de tresexcellent prince Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seignor d’Irland, & due d’Acquitaine, establi & envoiez especiaument a ceo, salutz.

Nous feisons à savoir que;

Come tresexcellent prince Philip, par cele mesme grace, Roi de France, &c. prout tom. i. de dat’ Paris’, xx. Maii, an. 1303. pag. 952.

Don’ a Paris, le vintisme jour de May, l’an de grace mill trois centz, & trois.

Et nous Philip, Roi de Fraunce, desusdit, toute la tenour des dites lettres pleinement entenduz & considere, & eue diligente deliberation sur toutes les choses desusescrites, contenues es dites letres, volooms, looms, ratefioms, approvoms, & confermoms de certeine science:

Et totes & chescune de celes choses innovoms par cestes presentes lettres, & promettoms pur nous, pur nos heires, & pur nos successours, Rois de France, totes è chescune des choses desusdites accomplir, tenir, & garder, à touz jours, loiaument & firmement; sanz james venir encontre par nous, ou par autre.

Et ceo avoms nous promis, & prometoms expressement, loiaument, è en bone foi, & per serment, fait sur ceo en l’alme de nous, è en nostre presence, par nostre amez & feal Johan counte de Dreues, present, è eant de nous sur ceo expressement plein poer, & especial maundement.

Et est uncore assavoir, que nostre cher & feal filz Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seignur d’Irland, è duc d’Acquitaine devant nometz, nous ad fait personalment homage, solonc les formes des pees, è des acordz, faitz par messages, ou procureurs, ou autrement, entre nous, è nos devantiers Rois de France, è nostre trescher cosin Edward jadis Roi d’Engleterre, seigneur d’Irland, è duc d’Aquitaine, piere du dit Edward Roi d’Engleterre nostre fiuz, è les seons predecessours Rois d’Engleterre, seignurs d’Irlaund, è ducs d’Acquitaine.

Et nous fit uncore le dit Edward, nostre filz, Roi d’Engleterre, homage pur la counté de Pontif, tout ne fust il rien de celi homage de Puntif contenuz, ne mention faite es dites pees è accordz.

En tesmoignance des queles choses, nous avoms fait mettre nostre seal à cestes presentes lettres.

Don’ a Boloign, le derreiner jour de Janevoir, l’an de grace mill’ ccc. & sept.

Page 2_36

A.D.1308

Sire, volez vous graunter, è garder, &, par vostre serment, confermer au poeple d’Engleterre les leys, & les custumes, à eux grauntees par les auntiens Rois d’Engleterre, voz predecessours droitures & devotz a DIEU; & nomement les lois, les custumes, & les fraunchises, grantez au clerge, è au poeple par le glorieus Roi seint Edward, vostre predecessour?

Respons.— Jeo les grante & promette.

Sire, garderez vous à DIEU, & seinte eglise, & au clerge, & au poeple paes, & acord en DIEU entierment, solonc vostre poer?

Respons.— Jeo les garderai.

Sire, freez vous faire, en touz voz jugementz, ovele & droit justice & discretion, en misericorde & verite, à vostre poer?

Respons.— Jeo le frai.

Sire, graunte vous à tenir & garder les loys & les custumes droitureles, les quiels la communaute de vostre roiaume aura esleu, & les defendrez & afforcerez, al honour de DIEU, à vostre poer?

Respons.— Jeo les graunte & promette.

Page 2_31

A.D.1308

Ph’, par la grace de DIEU, Roy de France, à haut & puissant prince, nostre tres chier ame & feal fil, Eduvart, par cele mesme grace, Roy d’Engleterre, salut, & ovesques bonne amour, acroissement de touz biens & honeurs.

Tres chier fiz, nous envoions vers vous nostre tres chier frere Charle conte de Valoys, & noz amez & fealx, Guy conte de Saint Pol, & Angarran de Maregny, nostre chevalier & chamberlain, pour vostre courounement, & de nostre tres chiere & amee fille, Ysabel Royne d’Engleterre, votre famme;

Aux quieux nous avons chargiee, & ouvertee toute nostre entention d’aucunes choses qui grandement touchent nostre honeur & le vostre; si come il vous diront de par nous plus plainement de bouche.

Si vous prions que en iceles choses vous leur ajoutez foi, & que pour vostre honeur vous mettez les besoignes à effet.

Doun’ à Neuf Marchie, le Vendredi enpres la Chandeleur.

Dors.— A haut & puissant prince, nostre tres chier ame & feal fil’ E. par la grace de Dieu, Roy d’Engleterre.

Page 2_39

A.D.1308

Edward, par la grace de DIEU, &c. d’Aquitaine, counte de Pontif e de Mustroill, a touz ceus, qui ces lettres verront ou orront, salutz.

Sachetz que nous avoms establi, e mis en nostre lieu nostre cher e feal, Richard de Rokesle, nostre seneschal de Puntif, e fet nostre leal procureour pur prendre, e receivre les serment, e les feautez des maieurs, des eskivins, e des communes des bones villes de la dit countè; cestasaver,

De Abbevill, Rue, Waben, Mareskeneter, Crotoi, Cressy, Seint Gioce, Mustroill, Areins, Arguel, Port & Tankeel:

E de fere a eus serment, pour nous, e en nostre noun, tiel come nous sumes tenu a faire, e que nos auncestres, countes de Puntif, leur ont fet cea en arere: de jurer en lalme de nous, en ceo fesaunt; e de totes autres choses, touchantes les foiautez, e les sermentz desusditz, fere e dire que nous purrioms fere e dire, si nous mesmes estiom present.

E tout ceo, que nostre dit procureur fra e dirra es choses desusdites, nous promettoms a aver firm e estable.

En tesmoignance de ceste chose, nous li avoms fet fere cestes nos lettres pattentes.

Don’ l’an de Grace MCCCVII. le xviii. jour de Marz.

Page 2_44

A.D.1308

Le Roi a touz ceaus, qi cestes lettres verront ou orront, salutz.

Nous vous feisoms savoir que, entre ci, & le jour, que monsire Pieres de Gavaston doit vueder nostre roiaume, cest assavoir lendemaine de la feste de la Nativite Seint Johan le Baptistre, precheinement avenir;

Nous ne feroms nule maniere de chose, ne ne souffroms estre fait, tant come en nous est, par quei la vuedance de meisme celi Pieres soit desturbee, ou delaee en nul point, q’elle ne soit parfaite selonc ce, que par prelatz, contes & barons de nostre dit roiaume, nous est conseillez, & par nous acordetz.

En tesmoignance de queu chose, nous avoms fait faire cestes nos lettres overtes.

Donees a Westmostier, le xviii. jour du moys de May.

Page 2_47

A.D.1308

Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Angleterre, seigneur d’Irland, ducs d’Aquitaine, & counte de Pountif e de Monstroill, a touz ceus qui cestes presentes lettres verront ou orront, saluz.

Nous vous fesmos asaver que nous establissoms, e avoms establi nostre cher & feal monsire Johan de Lamleye chevaler, e nostre cher clerk Nichole de Gayton, nos procureours, & nos attornetz en nostre dit counte de Pountif e Moinstroill ove les appurtenantz.

Donanz a eus, & a un de eus, plein poer e especial maundement, en nostre noun, de enquerre, de demaunder, e de defender les causes, les resons, e les drietures appurtenanz a nostre counte avantdit, par devaunt touz juges, e encontre totes persones, de appeler, e appeaux en nostre noun fetz de pursure; de compromettre, de pacifier, d’assentir, è de totes autres choses fere, que par verreis e leaus procureours è attornez puissent estre fetes.

E q’il puissent ensemblement mettre en lour noun autres, ou autre procureours, ou procureour qant mestier serra, qi autieu poer aient que li ditz Johan & Nichole es choses desusdites.

E qeconque chose les avantditz Johan & Nichole, ou un, procureours, ou procureur, par eus establiz, ou establi, averont dit, fet, ou procure en les choses avantnomees, nous avoms, e averoms ferme estable.

En tesmoignance de queu chose nous avoms fet fere cestes nos lettres overtes.

Don a Langeleie, le primer jour de Juin, l’an de nostre regne primer.

Page 2_62

A.D.1308

Sachent touz que ceste lettre verrount ou orrount, qe nous, Patric de Donbarre counte de la Marche, Robert de Thouny, Alisander de Abberneth’ e Henry de Saynclere, chevalers, avoms meynpris, e meynprenoms envers nostre seignur le Roi d’Engleterre, sur tere & tenement, & quant que nous puoms forfaire envers luy, pur Malis counte de Stratherne;

Qe bien & loialment se tendra a la foi nostre seignur le Roi, e qil demora en Engleterre, saunz aler es parties d’Escoce, ou nule part aillours hors d’Engleterre, si il ne seit par le cungie & la volente nostre seignur le Roi avantdit. En tesmoignance de queu chose, a ceste presente lettre avoms mis nos seals.

Escrites a Londres, le xviii. jour de Novembre, l’ane du regne nostre seignur le Roi Edward avantdit seconde.

Page 2_63

A.D.1308

Edward, &c. a touz ceux qui ceste lettre verront ou orront, salutz en DIEU.

Sachez qui, come tresnoble & tresexcellent prince, nostre trescher piere, Philip, par la grace de DIEU, Roi de Fraunce, eit envoie à nous nobles & haut homme, monseur Loys, son frere, counte d’Evereux nostre trescher uncle, & honurable piere Guy evesque de Sessons, par lettres de creaunce, par la quele il nous ont requis depar le dit Roi, que nous à celes gentz d’Escoce a qui nous avoms guerre, voisissienz doner trieue.

Nous, a la requeste de meismes celui Roi, come de nostre trescher piere & ami, e comme a celui que de riens ne se tient d’estre alyes as gentz d’Escoce, grantoms & donoms à noz foiaux & loiaux Robert de Umframvill counte de Anegous, Johan de Crombewell, Johan Wogan, & Johan de Benstede, plenir & franc poer & especial maundement, de treiter, en noun de nous, e pur nous ovesque les dites gentz d’Escoce, de trieue, ou de souffraunce prendre entre nous, nos homes, nos sumis, & nos aidauntz, d’une part; & eux, & lor aliez e aidantz, d’autre part; sor les guerres, dissensions, e discordes, que sont entre nous & eux:

Et de meisme cele trieue ou souffrance ottroier, doner, affermer, & de jurer, en nostre alme, de cele trieue ou soueffrance fermement garder & tenir;

Et de totes autres choses faire & complir qui a cele trieue ou soufferance serront bosoignables ou covenables, tot soit il, qu’il requergent especial maundement:

E nous averoms pur ferm e pur estable, quantqe les avantditz Robert, Johan, Johan, & Johan, ou les trois, ou les deux (dont le un soit un des avantdites Johan Wogan & Johan de Benstede) averont treite, ottreie, & ordene, fait & aferme, en noun de nous, e pur nous, pur nos homes, pur nos sumis, & pur nos aidauntz, sur les choses avantdites, e chescun de elles.

En tesmoign, &c.

Donees à Westmonster, le xxix. jor de Novembre.

Page 2_63

A.D.1308

Edward, &c. à touz ceux qui ces lettres verront ou orront, saluz en DIEU.

Come nous, a la requeste de tresnoble & treshonurable prince, nostre trescher piere, Philip par la grace de DIEU, Roi de France, eoms par noz lettres overtes, commis a noz foiaux & loiaux Robert de Umframvill counte d’Anegeus, Johan de Crombewell, Johan Wogan, & Johan de Benestede, plenir & franc poer de doner, e d’ottreier, en noun de nous trieue ou souffrance de guerre, a tenir à celles gentz d’Escoce, a qui nous avoms guerre, sicome es dites lettres plus plenierementes est contenuz;

Nous, a tot ce, donoms & commettoms a meismes ceux, counte Johan, Johan, & Johan, ou as trois, ou as deux de eaux (dont le un soit un des avantditz Johan Wogan & Johan Benstede) d’assigner, d’establir, & de faire jurer certeins persones de nous, suffisantz & covenables, por la dite trieue ou souffrance en touz pointz, tant come il appartient a notre partie, garder & faire tenir bien & loialment:

Et ensement pur deliverer les gentz d’Escoce, qui ont, ou averont este pris en temps des trieues, ou des souffraunces, acordees, avant ces horese, entre noz gentz d’une part, e ceux d’Escoce d’autre.

Et por amender lor trespas, & les entreprises, qui ont, ou averont este feites par les noz, dedenz cel temps, contre la forme de meismes les trieues.

Et nous, pour nous, & pur touz ceux de nostre partie, tendroms firm & estable quantque les avantditz counte, Johan, Johan, & Johan, ou les trois, ou les deux de eux, sicome est avantdit, averont ordenez & fait sor les choses avantdites, & chescun de elles.

En tesmoignaunce de queu chose, nous avoms fait faire cestes noz lettres overtes, sealees de nostre seal.

Donees a Westmoster, le xxix. jor de Novembre.

Page 2_64

A.D.1308

A tresnoble & tresexcellent prince & son trescher & tresame pere Philip, par la grace de DIEU, Roi de France, Edward, par la mesme grace, Roi d’Engleterre, seigneur d’Irlaunde, & ducs d’Aquitaine, saluz & cheres amistiez.

Sire, nous receumes vos lettres de creance, les queles vous nous envoiastes par le noble & haut home monsire Loys conte d’Eureus vostre frere, nostre trescher uncle, & l’onurable pere Guy evesque de Sessons.

E nous vous mercioms, sire, si de cuer come nous pooms, de ce q’il pleust a vostre hautesse de envoier a nous vostre dit frere, qui bien & diligeaument se est porte en les bosoignes dont il esteit charge, & de qui nous nous looms molt.

E en ce, e en autres choses veoms bien, qe vous avez nos busoignes molt a queor, sicome bon pere deit avoir les bosoignes de son fuiz.

E, sire, quant as choses, que les ditz conte & evesque nous ont dist & avisez, nous les avoms bien oi, e entendu, e y sumes acordes, sicome ils vous porront plus pleinement dire.

Don’a Weymoster, le primer jour de Decembre, l’an du nostre regne second.

Page 2_75

A.D.1309

Le Roi as touz ceux qui cestes lettres verront, salutz. Nous fesoms asaver a tous que nous donoms plein poer, par cestes lettres, a nos cheres & foiaux monsire Gilbert de Clare count de Gloucestre & de Hertford nostre chere neveu, monsire Henry de Lacy count de Nichole, monsire Johan de Bretaigne count de Richemund, nos cheres cousins, & monsire Edmond conte de Arundel, de asseurer, en tutes les covenables maneres q’il verront, que face afaire;

Nos cheres & foiaux monsire Thomas conte de Lancastre nostre chere cousin, monsire Aymar de Valence counte de Pembroke, monsire Humfray de Bohun count de Hereford’ & Essex’, & monsire Guy de Beauchamp count de Werrewyk, q’il puissent sauvement & seurement venir à nous à Kenynton, illoeques demorer, par parler od nous, & dilleoqes returner.

En tesmoignance de qeu chose avoms fet faire cestes nos lettres ouertes, a durer jusqes a cest Joedy prechein avenir.

Don’ a Kenynton, le xxiv. jour de May.

Page 2_79

A.D.1309

A tresexcellent & trespuissaunt prince, son trescher & tresamez pere, Ph’ par la grace de DIEU, noble Roy de France, Edward, par la meisme grace, &c. saluz & trescheres amistez.

Trescher sire, nous avoms bien entendu les lettres de creaunce, que vous nous enveastes par monsieur Mahen de Varennes vostre chevalier, portour de cestes, & ce que monsieur Mahen nous ad dit depar vous.

E de ce, sire, quil nous ad dit, par meisme la creaunce, que vous voudriez savoir si nous vousissiens prendre autre journee de la veue de vous & de nous.

Vous, sire, savez, par noz messages, qui estoient a vous plus tard que n’estoit le dit monsieur Mahen, que noz busoignes d’Escoce sont en tiel estat, que nous ne nous porroms bonement treire vers autres parties tantque autre consail y soit mys:

De quoi vous nous avez mandez par voz lettres, que vous nous en tenez pour excusez, dont nous vous mercioms cherement.

Et trescher sire & pere, nous vos prioms quil vous pleise tenir nous por excusez de ce, que le dit monsieur Mahen ad este taunt delaiez en attendant cest respons; car nous vous feroms precheinement saver l’encheson.

Trescher sire & pere, nostre seignur, par sa grace, vous doint bone vie & longe.

Don’ a Staumford’, le xxx. jour de Juyl.

Page 2_79

A.D.1309

A roy de France le Roy, saluz. Nous enveoms a vostre hautesce deus peire de lettres, encloses denz cestes, les queles monsieur Mahen de Varennes, vostre chyvaler, qui nous porta vos lettres, escrit de sa mein propre a sire Robert de Brus; dont l’une est escrite a lui, come au counte de Carryk; & l’autre aussint, come au Roi d’Escoce; sicome piert plus pleinement par meismes les lettres:

E cele lettre, qe est escrite au dit Robert, come a counte de Carrik, le dit Mahen envoia en une boiste overtement; & l’autre fist il cloustre en brael le portur de lettres avantdites.

A queu chose, sire, nous tenoms suspecionouse ausibien pur la manere del envoi, come pur les choses contenues en l’une de iceles lettres;

A quei, sire, si vous plest, voillez aver regard pur le honeur de vous & de nous.

Et, sire, par cest encheson, fust le dit monsieur Mahen delaye de nostre respouns aver as deraneres lettres, que vous nous envoiastes par lui.

Don’ a Staumford, le iii. jour du moys d’August.

Page 2_80

A.D.1309

Fait a remembrer qe, come deverses contekts e debatz eussent este muz entre les gentz le Roi d’Engleterre, d’une part, e les gentz le conte de Holand, Seland, & Frise d’autre, par la reson de diverses roberies, prisez & arestz faitz, sur mer & sur terre, d’une part & d’autre, a la fyn acorde est par le consail le dit Roy, en son parlement a Estaunford, qie comencea illoeques le Dymeynge precheyn aprez li Seint Jak, l’an de son regne tiercz, & monsieur Cristans de Raphurst chivaler, & messager le dit conte, illoeqes envoie od plein poer de treter, parler & apeiser, depar le dit conte ovesque autres du poer meisme le conte sur tutz les contektz & debatz qi estoient entre les gentz le dit Roi, e les gentz de la seignurie e del obeisance le dit conte, en tieu manere;

Que le dit monsieur Cristans e les autres messages du pays de Holand, Seland, & Frise, cest asaver, Tho’ Bonevent eskyuin de Burdreght, William Haykin burgeys de Middelburgh, Eynot le fiz William burgeys de Iryse, Heyn Adamson de Merland, & Clays sir Jacaobson de Brehill, feront seurte, tut a comencement, de faire gre a ceaus d’Engleterre, qi damages sont trovez clers & conuz, denz certeyn terme, entre eaus d’une part & d’autre acorde;

Cest asaver, a Wautier le Ken de Nicole, e a ses compaignons, de ixc & Liiij li. & a Richard Wake & Johan Wype de CCLix li.

Et le dit Roy d’Engleterre assignera monsieur Johan de Thorp & monsieur William de Cemesby, ses justices a oyer tutes les pleintes des gentz du poer le dit conte, qi des gentz le dit Roi se voudront pleindre & a hastiff dreit e amendes faire sur les dites pleintes.

E, en meisme la manere, le dit conte assignera certeins justices, denz son poer, a oyer les dites pleintes des gentz d’Engleterre, qi dez gentz le dit conte se vodront pleindre, & a hastif dreit & amendes faire a tieu manere de pleintes des gentz d’Engleterre.

E le dit conte fera doner sauf & seur conduit a touz les gentz d’Engleterre, qi denz son poer vodront venir, por leur pleintes suyre vers nul de ses gentz.

E, en autiele manere, fera le Roy d’Engleterre a les gentz du poer le dit conte.

E deyvent les gentz d’Engleterre, qe se vodront pleindre des gentz le dit conte, monstrier leur pleintes, & commencer leur sute devant les justices, qi le dit conte assignera, quele oure q’il vodront, entre cy e la chaundelour prochein avenir.

Et les gentz le dit conte, qi ausi se vodront pleindre des gentz d’Engleterre, devient monstrer leur pleintes, e leur sute comencier, quel oure q’il vodront, entre cy e la Paske, devant les justices qe le dit Roi assignera.

E est acorde qe les gentz du poer le dit conte, qe se vodront pleindre des gentz d’Engleterre de nule manere de roberie, prise, ou arest, devient monstrer leur pleintes devant les justices, qe le dit Roi assignera sicome est avantdit.

E par lez gentz d’Engleterre deit estre faite la pruve de celes pleintes, nomeement des biens pris des gentz le dit conte par les gentz d’Engleterre, e en Engleterre recettes, e ausint des biens par aillours recettes, si avant come la pruve se peusse faire par Engleys; e si, par cas, la pruve ne se peusse mie faire par Engleys, le dit Roy maundera au seigneur du lieu la, ou les biens furent pris, ou recettes, en priant qil enquerge, a certefie del fait, e le Roi, apres ceo qil en serra certefie, ou par temoignance soutz seal commun dascun communaltee, ou par pruve prise en due manere, en ferra droit.

E, en meisme la manere, serra fait des gentz d’Engleterre, se vodront pleindre des gentz du poer le dit conte, si la pruve de leur pleintes ne se puisse mye faire par les gentz de meisme cele poer, sicome est avantdit.

E devient les arestz, faitz dune part e dautre, por choses noun cleres, endemettiers cesser: e, si nul en soit fait, deit estre repelle; e devient endemettiers les marchands du poer le dit Roi, e les marchands du poer le dit conte sauvement & seurement venir, d’une part e d’autre, od leur biens & marchandes, & leur marchandies user seurment, santz desturbance ou empeschement.

Et, memorandum quod, virtute indenturæ prædictæ, directæ sunt litteræ ballivis & vic subscriptis in formd subscriptd.

Page 2_81

A.D.1309

Edward, par la grace de DIEU, Rois d’Engleterre, sires d’Irlande, & ducs d’Aquitayne, counte de Pont’ & de Monstroil, & Isabel sa compaigne, par meisme cele grace, Royne, dame, duchesse & compaigne, par meisme cele grace, Royne, dame, duchesse & contesse des liex devant nomez, a touz ceux que ces lettres verront ou orront, salutz.

Savoir fesoms a touz, que la pais & l’acord, fais sur les debaz & contencions, meuz entre nostre senesch’ de Pont’ por nous & en nostre noun, d’une part, & ceus qui se porterent por meire & por escheuins de la vile d’Abbevile, d’autre part: & entre les en seigneurs, & grant partie du commun & du pople de la dite ville, d’une part, & ceus que se portoient pur meire & por eschevins, d’autre part, en la forme & en la manere q’il est contenu es articles, fez & acordez par honurables hommes & sages, Reynaud vydame d’Amiens seigneur de Pinkegni, Will’ seigneur de Pois, Bernard seigneur de Moreil, & Johan del Ausnoi nostre seneschal de Pont, du consentement des dites parties, annexes a ces presentes lettres, seeles des seaus des dites parties, & de nostre seal, establi por nostre conte de Pontif, e du seel de la communaute d’Abbeville;

Volons, greons, otrions, loons, & approvons, &, par le teneur de ces presentes lettres, confermons, por nous, & pur nos hoirs, a touz jours, en tele maniere, que ce ne pust porter prejudice a nous, ne a nos hoirs, que les persones dessusdites se sont melle de la bosoigne dessusdite.

En testimoignage de la quele chose, nous avons ces lettres seelees de noz seaus.

Don’ a Staunford, le quint jour d’August.

[Triplicatur.]

Page 2_82

A.D.1309

Edward, par la grace de DIEU, &c. ut supra, salutz.

Savoir vous fesons que nous, por eider & por relever nostre vile d’Abbevile, en Pontif, de grandes obligacions & charges, es queles ele a este, & est encore, & por le commun profit de touz habitanz en icele;

Avons otrie a la dite ville l’assis des vins & des autres boires, a tenir & avoir, & a lever par les administreurs de la dite vile, ou par lor comant ou comans, par l’espace de x. anz continuex: e comencera le terme des diz anees le quinze jour du moys de Jeneur prochainement avenir.

En tesmoignance, &c. ut supra.

Don’ ut supra.

Page 2_88

A.D.1309

A cordez est que touz les Templers d’Engleterre soient mesnez en trois lieus, pur y estre examinez par les inquisitours, a ce assignez par l’apostille, & par les ordinaries; cest assaver:

Que ceux de la province de Canterbirs, soient mesnez partie a Londres, & partie a Nicole:

Et ceux de la province de Everwyk, soient mesnez touz a Everwyk;

Et que les ditz inquisitours & ordinaires aillent as ditz lieus, pur faire y lour enquestes, & lour examinations, selont ce que leur est enjoignt par le Pape.

E que le Rei mande, par ses lettres, as ditz ordinaries; cest assaver, lercevesque de Everwyk, & as evesques de Nicole & de Londres, que chescun d’eux, en sa cite, soit en propre persone a les enquestes prendre, & a les examinations faire des ditz Templers; & que ce ne leissent en nule manere:

Et que le Roy maunde aussint a ceux, qui averont les Templers en garde es ditz lieus, q’il les presentent, & facent venir devant meismes les inquisitours & ordenaires, totes les foiz q’il en serrent requis depar eux.

Page 2_103

A.D.1310

Le Roi a toutz ceux qui cestes lettres verront ou orront, salutz.

Come, por l’oneur & la dignitee de nostre coronne, eioms defendu a toutz qui a cest nostre parlement a Westmostier venir devient, que nul, sur forfeiture de quant qil porra forfaire devers nous, y veigne as chivaus, ne armes; mes que toutz y veignent en due manere, e si come il devient, & soleient en temps de nostre pere, por ceo qe nous asseuroms toutz de sauvemet venir, demorer & repairer.

Nous, de la loiaute, & del avisement de nos chiers & foials les countes de Gloucestr’, de Nichole, de Garenne, e de Rychemund, eantz plenere fiaunce, voloms que si nule medle sourde entre queux q’il soient, durant nostre dit parlement, que mesmes les contes les facent adrescer, & punir les trespassours, solonc ceo q’il verront que face a faire por nostre honeur sauver, & nostre pees gardier.

Et a ceo faire, les donoms plein poair, par cestes nos lettres patentes, seallees de nostre seel.

Donees a Westmostier, le septisme jour de Feverer, l’an de nostre regne tiercz.

Page 2_103

A.D.1310

Le Roi a son foial & loial Thomas counte de Lancastr’, son treschier cosin, salutz.

Come, por l’oneur & le dignite de nostre coronne, & selom l’usage de nostre roialme en cea en arere, nul, qui soit somonse de venir a nostre parlement, ne y devie venir as chivaus, ne armes, mes seurement & duement, en manere qil devient, & soleient venir en temps de nostre pere:

Par quei nous, eu sur ceo consail, defendoms a toutz, sur quant qil porront forfaire devers nous, que nul ne soit si hardi de venir a nostre parlement, qui nous avoms ja fait somondre a Westmostier, si come bien savetz, as chivaus, ne armes; mes q’il veignent en due manere, si come il devient, & soleient en temps du dit nostre pere, pur treiter & nous conseiller sur les busoignes que touchent nous, & l’amendement de l’estat de nostre roialme:

Car nous asseuroms toutz de sauvement venir, demorer, & repairer.

Et avoms sur ceo comande as nos chiers & foials, les countes de Gloucestr’, de Nicole, de Garenne, & de Richemund, por plus grant seurtee de touz ceux qi y vendront, q’il empreignent ceste busoigne, si que toutz y peussent sauvement & securement venir, demorer, & repairer.

Et, si par aventure auscuns, ou auscun y viegnent autrement que n’est susdit, avoms ordeine que les ditz countes soient en eide contre ceaux qui averont ensi trespasse, que les choses soient adrescees a nostre honeur; la quele chose meismes les countes ont empris;

Et voloms que si nule medle surde entre queux qil soient, durant nostre dit parlement, que les ditz countes le facent adrescer, & punir les trespassours, selom ceo q’il verront que face a faire: & sur ceo les avoms done plein poer.

En tesmoigne de quele chose, nous vous enveoms cestes nos lettres patentes.

Donees a Westmostier, le septisme jour de Febr’.

Autieles lettres furent maundez as countes sutz escritez, cest a savoir,

Al counte de Hereford.

Al counte de Pembrok.

Al counte de Warr’.

Page 2_104

A.D.1310

Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seigneur d’Irland, & ducs d’Aquitaine, a touz ceux qi cestes lettres verrount ou orrount, salutz en DIEU.

Sachetz que nous grantoms & donoms al honurable pere en DIEU William, par la meisme grace, evesque de Seint Andreu, & a nos feals & loials, Robert de Umframvill conte de Anegos, Johan le Fitz Marmaduc’, Johan Wychard, & as nos chers clers, William de Bevercote nostre chanceller, & Johan de Weston nostre chaumberleyn d’Escoce, e Alisaundre le Convers, sis, cinque, & quatre de eux, fraunk poer & special maundement de treiter, en noun de nous, & pur nous, ovesques les gentz d’Escoce, a qui nous avoms guerre, de trewe, ou de suffrance entre nous, nos homes, nos sutzmis, & nos aidantz d’une part, & eaux, & lour alietz & aidauntz d’autre part, sur les guerres, dissensions, & discordz, que sont entre nous, & ceux, selonc ce q’il verrount que meutz soit a faire al honur de nous & profit de nostre roialme:

De meisme celle triewe, ou suffraunce ottreier, doner, affermer, & de jurer, en nostre alme, de cele triewe ou suffraunce fermement garder & tenir, & de tutes autres choses faire & complir, qui a cele triewe, ou suffraunce serront bosoignables ou covenables, tot soit il qu’il requergent especial maundement:

E nous averoms pur ferme, e pur estable, quant que les avantditz evesque, conte, Johan, Johan, William, Johan, & Alisaundre, sis, cink, ou quatre d’eux averont treite, e ordene, fait & aferme, en noun de nous, & pur nous, pur nos homes, pur nos sutzyms, & pur nos aidauntz, sur les choses avantdites, & chescune de elles.

En temoignance des queux choses, nous avoms fait faire cestes nos lettres overtes.

Donees a Westmoster, le xvi. jour de Feverier, l’an de nostre regne tiercz.

Page 2_105

A.D.1310

Le Roi a touz ceux qui cestes lettres verront ou orront, saluz.

Come nous, al honur de DIEU, & por le bien de nous & de nostre roiaume, eoms grantez de nostre fraunche volunte, as prelatz, contes, & barons de nostre dit roiaume, qu’il puissent eslire certeines persones des prelatz, contes, & barons, & des autres, les queux il lour semblera suffisauntz d’apeller a eux, duraunt le temps de lour poair, (cest a saver, jusqes a la fest de Seint Michel precheine avenir, & de la dite feste en un an prechein suiant) pur ordener & establir l’estat de nostre hostel, & de nostre roiaume, solonc droit & reson.

Nous grantoms, par cestes noz lettres, a ceux qui deyvent estre esluz, queux qu’il soient, par les ditz prelatz, contes, & barons, plein poair de ordener l’estat de nostre hostel, & de nostre roiaume desusditz, en tieu manere que lour ordenances soient faites al honur de DIEU, & al honur e au profit de seinte eglise, & al honur de nous & a nostre profit, & au profit de nostre poeple, solonc droit & reson, & le serment que nous feismes a nostre coronnement.

Et voloms que les esluz, & touz ceux qui sont de nostre seignurie & de nostre ligeance, les ordenaunces que faites serront par les prelatz, contes, & barons qui a ce serront esluz, & autres par eux, a ce appelez, teignent & gardent en touz leur pointz, & qu’il se puissent a ce asseurer, lier, & entreiurer sanz chalenge de nous, ou de noz.

Et, si aventure aviegne que partie de eux, qui serront esluz pur les dites ordenances faire, soient destorbez par mort, ou par maladie, ou resnable encheson (que DIEU deffende) par quei il ne puissent les dites ordenances perfaire; que adonqes bien lyt a eux, qui serront presentz pur meismes les ordenances faire, d’aler avant en les dites ordenances, par eux, ou appeller autres a eux a celles ordenances faire, selonc ce qu’il verront que ce soit plus a honur de nous, & au profit de nous & de nostre poeple.

En tesmoignance de queu chose, nous avoms fait faire cestes noz lettres overtes.

Don’ a Westm’, le xvi. jour de Marz.

Et indè fiunt septem paria.

Page 2_109

A.D.1310

Le Roi a ses feaux & leaux baillifs e prodes hommes de la ville de Shorham, e des membres de mesme la ville, salutz.

Nous entendoms que vous, & les autres bones gentz de nostre roialme, sauetz ben coment Robert de Brus, nostre treitre e enemi, e ses alietz e fautours, ca en arere, e nomement durantz les triewes qe nous leur grantasmes ore, e autre foitz treitresment ont fet a nous e a noz feaux, totes maneres de maus e desceites q’il poaint, e uncore ne cessent de fere, de jour en autre, a lour poer, en desheritaunce de nous & de noz ditz feaux;

Par quei a refreindre, al eide de DIEU, la maveiste de noz ditz enemis, avoms ordene & biens destre, si DIEU plest, en la fest de la Nativite de nostre Dame prochein avenir, a Berewyk sur Twede, as chivaus e armes e tout le service que nous est deu, daler diloeqes contre noz ditz enemis, a queu chose faire avoms mester de eide de vostre navie.

E pur ceo vous prioms & requeroms, que en vostre dite ville, a voz costages, nous vuilletz eider de une nef de guere, bien eskippez des gens suffisauns & defensables, e des autres choses necessaires ben garnie, en eide de lespleit de nostre guerre avantdit, e la facetz enveer jesqes a Dyvelin en Irlaund, issint qe le y soit as octaves de l’Assumption nostre Dame prochein avenir au plus tart, prest e apparaille a conduire dilloeqes jesqes en Escoce nostre feal e loial monsire Richard de Burgh counte de Ulnestre, e autres noz feauz d’Irlaund, qi sunt a venir en nostre service es dites parties d’Escoce, e a demorer illoeques sur nos enemis, jesque la fest de Seint Michel prochein a venir, ensemblement ovesque nostre autre navie d’Engleterre, qe nous y enveoms, solonc ceo qe nostre cher clerk Elys Pugeys e nostre visconte de Sussex, les queus nous enveoms a vous par cest acheson, ou lun de eaux vous requerront, ou requerra de par nous, as queux vuelletz crere es choses avantdites.

E cestes choses a nostre priere, & sicome vous ametz lonur de nous e le profist de nostre roiaume, en nule manere ne l’effect, e ceo que vous en vodretz fere, de ceste nostre requeste, en cest grant haste, nous facetz saver par voz lettres patentes sanz delay; e voloms e grantoms que ce, que vous nous ferez a nostre requeste, ne curge a prejudice de vous, ne de vos heirs, ne ne seit tret en usage en temps a venir.

En tesmoignance, &c.

Donez a Westmostr’, le xviii. jour Juin.

Au tieles brefs furent maundez as portes susescrites; c’est a saver pur autant de navie:


A Portesmue, pur une nief,
A Sutht’ pur dieux niefs, Elys Pugeys & le visconte.
A Lymynton & Ermuth, pur une nief,
La Pole, pur une nief,
Warham, pur une nief,
Weymuth, pur une nief,
Melcombe, pur une nief,
Lyme, pur une nief, Robert de Halywell & le viconte.
Exmuth, Excestr’, pur une nief,
Tiengmuth, pur une nief,
Dertmuth, pur une nief,
Plymmuth, pur une nief,
Colecestre, pur une nief,
Herewiz, pur une nief, Thomas de Ultings serviens, & Th’ de Tynton clericus.
Gippewiz, pur deux niefs,
Donewiz, pur une nief,
Orford, pur une nief, Johannes de Peyton miles, & Johannes de Norton clericus.
Jernemuth, pur sis niefs,
Jernemuth petite, pur une nief,
Snyterle, pur une nief.
Burnham & Holkham, pur une nief.
Seint Botolf, pur une nief.
Lenne pur quatre niefs.
Grymesby, pur une nief.
Ravensere, pur une nief.
Hull, pur deux niefs.
Scardeburg, pur une nief.
Pavenseie pur une nief,
........ pur dieux niefs, Edwardus de Eborum & W. de Clyff.
Scardeburg’ pur une nief,
Hertelpole, pur une nief,
Nove Chastel sur Tyne, pur dieux niefs, Petrus le Draper & Robertus Tymper.
Neuby, pur une nief,
Gloucestr’ & Bristoll, pur deux niefs, Johannes de Norton, & .... Constabul’.
Sumers’ Bruggewalter, pur une nief, Idem Johannes & Nich’ de L....

Page 2_111

A.D.1310

Au Roi de France, &c. Treschier & tresamez sire & pere, nous sumes molt lez & joyous des bones noveles que nous avoms entenduz par vos messages, porturs de cestes lettres, de vostre bon estat, le quel DIEU, par sa grace, voille touz jours meyntenir.

Et avoms bien entenduz les autres choses que voz ditz messages nous ont dit de par vous, quant au desir que vous avez de la veue d’entre vous & nous; de quei nous vous mercioms si cherement, come nous pooms.

Et vous feisoms saver, trescher sire & pere, que si vous desirez molt la dite veue, nous la desirroms molt plus, si come faire doivoms, come chose dont nous serriens molt reconfortez, & par la quele nous entendoms certeinement & fiablement, que totes noz bosoignes se merroient plus honurablement & profitablement pur nous.

Et sachez, trescher sire & pere, que por le tresgrant desir que nous avoms eu de vous veer, si avoms avant ces houres plusors foiz grantez trieue & suffrance de guerre a les Escotz, qui se tienent de nostre enemiste, ja soit ce que ce fust a grant damage & deshonur de nous; &, par meisme la reson, grantasmes nous n’adgaires trieue a meismes les Escotz, a durer a certein temps ne mye uncore passez; issint que en meismes le temps nous peussens du mielz estre venuz vers vous, pur aver eu la veue desirree de vostre persone.

Mais pur ceo que les ditz Escotz, nos enemis, ne nous tienent nulle manere de trieue, ne foi, ne loiaute, pur serment q’il eent fet sur le corps DEU sacre, & sur partie de la seinte croiz, & autres reliques; ne pur seuree qil nous eient fait par escritz, ou en autre manere; einz, venantz, fausement & treterousement contre les ditz sermentz & seurtez durant meisme la trieue, tuent nos gentz, ausi bien d’Engleterre come d’Escoce, qui demoerent a nostre foi, & purparnent sur noz chasteauz, villes, & terres, a grant deshonur de nous.

Et les gentz d’Escoce qui se tienent a nostre foi, & noz feaux d’Engleterre demorant celes parties en nostre servise, nous ont fet certeinement entendants, que nous ne purroms en nule manere, mettre suffisant conseil en noz bosoignes meismes les parties, si nous ny ailloms en propre persone.

Si avoms empris dy aler personalment, & byoms estre a Berewyk sur Twede, que est en la marche d’Escoce, a la Nativite nostre Dame prechein avenir, al eyde de DIEU, d’illoeques alantz avant en la dite terre, mettre le bon conseil que nous porroms en noz bosoignes celes parties;

Et mettroms tote la poine que nous porroms de les chevir si que nous peussoms hastivement returner, & nous apperailler de venir vers vous, pur le tresgrant desir que nous avoms de vous veer, pur le ese de nostre cuer & pur le bien que en porra avenir.

E sachez, trescher sire & pere, que avant que voz ditz messages nous vyndrent, avioms nous ordenez d’enveer a vous nos messages, come a

Page 2_112

nostre trescher pere, de qui nous nous fioms entierment aver bon conseil & certein aide en totes les bosoignes que nous touchent, pur vous aver monstre & dit nostre dite emprise, & la cause d’icele, & pur nous excuser vers vous de ce que nous ne venoms vers vous a ore.

Et ja tardeis bioms nous enveer precheinement a vous noz ditz messages, pur aler d’illoeques en nostre duchee de Gyaigne, pur redrescer & faire amender, ensemblement od ascunes a ce assignez de par vous, les mesprisions que ont este faites, d’une part ou d’autre, en la dite duchee.

Et nous prioms, trescher sire & pere, que vous voillez ordener aucuns de voz qui a ce soient convenables pur y aler, ensemblement ove les noz, pur les busoignes avantdites, quant noz ditz messages vous vendront.

Trescher sire & pere, nostre Seignur vous garde.

Don’ a Westm’, le xviii. jour de Jul’.

Page 2_112

A.D.1310

Le Roi & la Reyne a tous chiaus qui ches lettres verront & orront, saluz.

Comme plusor contensions & debat aient este parchi devant entre nous & nostres anchisors, contes de Pontiu, d’une part, & nobles hommes les contes de Dreuwes, signor de Saint Walery, d’autre part (li quel debat sont contenu en une cedule annexee a ches presentes lettres, sealee de nostre seel de Pontiu) & traities de pais, acord, & amiable composition soient fait entre noble homme Robert conte de Dreuwe & signor de Seint Walery, d’une part, & nostre ame seneschal de Pontiu, pur nous & en nostre noun, d’autre part, en cele manere:

Que monsire Willaumes d’Esques chivaliers, & Nicholas de Gaytonne nostre clerk, limiteront, bouneront, & defrengeront les fines de Pontiu, & des fines de Seint Walery, par tout la, ou debat sont entre nous & le dit conte de nostres fief as fiens, & par tout ou il verront que il serra a fere, & appaiseront les contentions & debas desusditz.

Nous les dis traite, accord, & aimable composicion volons, greons, otrions, & approuvons en la manere dessus devisee.

E pur les choses dessus dites faire & parfaire, nous donnons as devant dites personnes auctorite, pooir, & mandement especial, tant comme en nous est, & que a nous poet, & doit apertenir:

Et tout chou, que les dites personnes feront, & aront fait es choses dessus dites, nous arons ferme & tenrons estable; soit pour nous ou contre nous.

En testmoing, &c.

Don’ a Norht’, le primer jour d’Aust, l’an de Grace MCCC & dis.

Page 2_112

A.D.1310

Le Roi e la Reyne a tous chiaus, &c. saluz. Comme traities de pais amiables soit fait entre nostre ame seneschal de Pontiu, pur nous & en nostre non d’une part, & religieuses personnes l’abbe & le covent de Loncvilers d’autre part, sour toutes manieres de contensions & debas qui sont & ont este el temps passe entre nous & nostres anciseurs, & eus & lor predecesseurs:

Par le quel traitie nostres dis senescaus por nous, & li dit religieus pour aus, soient assenti que deus preudes hommes, non soupechonne de l’une partie ne del autre, prinses & esleues (li uns par nostre dit seneschal pour nous, & li autres par les dis religieus pour aus) orront les raisons que nous ou nostres gens pour nous, & li dit religiex pour aus, voudront proposer & prouver.

Et verront nostres chartres, privileges, & munimens, & les lor aussi:

Et enquerront del fais & raisons proposes de chascune partie:

Et che que il auront veu & sewu, il reporteront ou envoieront, dessous lour seals, a nostre cher seignur & pere, le noble Roi de France, & il les fera jugier par aucunes persones covenables de son conseill, celes que li vodra prendre, en sa presence:

Nous le dit traitie, en la manire que il est acorde, & que il est dessus devise, volons, greons, otrions, & approvons:

Et donouns a deux dis prudes hommes plain pooir & auctorite de ceo faire, tant comme en nous est, & nous poet apartenir:

Et promettoms a tenir & avoir ferme & estable che, qui en serra jugie, soit pour nous ou contre nous.

En tesmoign, &c.

Don’ a Norht’, le primer jour d’Aust, l’an de Grace MCCC & dis.

Page 2_112

A.D.1310

Le Roi, &c. ut supra, saluz. Comme traities de pais amiables soit fait entre nostre senescal de Pontiu, pour nous & en nostre non, d’une part, & religieus personnes l’abbe & le covent de Valoiles, del ordre de Cisteaus, d’autre part, sour toutz maners de contensions & debas qui sont & ont este, el temps passe, entre nous & nostros anciseurs, & euls & lor predecesseurs: par le quel traitie nostre dis senescaux pur nous, & le dit religieus se soient assenti, que monsieur Johan de la Porte chivaliers, & mestre Willaumes de Benchyn clerk, & channones de l’eglise de nostre Dame d’Amiens, orront les raisons que nous, &c. prout in superiore.

Page 2_113

A.D.1310

Le Roi au viscounte de Everwyk, saluz. Come nadgeres nous, al honeur de DIEU, & pur le bien de nous & de nostre roialme, eussiens grante, de nostre fraunche voluntee, par noz lettres patentes, as prelatz, contes, & barons de nostre dit roialme, qil peussent eslire certeines persones de eux & des autres, les queux il leur semblera suffisaunz d’apeler a eux, durant le temps de leur poer (cest asaver desques a la feste de Seint Michel prochein avenir, e de la dite feste en un an prochein siwaunt) pur ordener e establir l’estat de nostre hostel, & de nostre roialme, solonc droit & reson:

Et eussons grantee par noz lettres avauntdites, a ceux qi deussent estre esluz, qi qil feussent, par les ditz prelatz, countes, & barons, plein poer d’ordiner l’estat de nostre hostel & de nostre roialme desusditz, en tiele manere que leur ordinaunces feussent faites a l’oneur de DIEUX, & a l’oneur & profist de seint eglise, e a l’oneur de nous & a nostre profit, & a profist de nostre poeple, solounc dreit & reson, & le serrement que nous feismes a nostre coronnement, si come en noz lettres desusdites plus pleinement est contenuz:

E les avauntditzs prelats, countes, & barons eient esleu certeines persones, par vertu de nostre grant avauntdit, a ordeiner l’estat de nostre hostel & de nostre roialme, en la fourme desusdite;

Les queux persones, en tiele manere esluz, n’adguerres a Loundr’ ount fait aucunes ordinaunces, en la fourme q’ensuyt:

EN PRIMES, est ordine que seinte eglise eit totes ses fraunchises si avaunt come ele doit avoir.

Derechief, ordeine est, que la pees le Roi soit fermement gardee par tut le roialme, issint que chescun puisse sauvement aler, venir, & demorer solom la ley e l’usage du roialme; e ke les gentz (qe sont esluz & assignez par le Roi, e par la communaute de la terre, pur l’ostel le Roi & l’estat du roialme ordener) demurgent en la ville de Loundres, pur les dites choses ordener e treter; ou il poent plus covenablement demorer, que par aillors, par diverses resouns, cest a saver, pur conseil des justices & des autres sages plus prestement avoer: e pur les remembrances de la chauncelerie, e dil eschekier, & autres avisementz plus prestement trover la que aillors: e sur ceo soit maunde, par le Roi, au maire, & as audremantz, e as viscountes de la dite cite, que eux la facent si sauvement garder, ke mal, ne damage, ne destorbance ne aveigne as ditz ordenours, ne a leurs, duraunt le temps de lor ordeinaunce.

Derechief, ordine est, pur les dettes le Roi aquiter, & son estat relever, e le plus honurablement meintenir, que nul doun de terre, ne de rente, ne de fraunchise, ne de eschete, ne de garde, ne mariage, ne baille se face a nul des ditz ordenours, duraunt le poer dil dit ordeinement: ne a nul autre, sanz conseill & assent des ditz ordenours, ou de la greivore partie de eux, ou sis de eux ou meius, mes totes les choses, des queux profit poet sourdre, soient enproez au profit le Roi, jesques que son estat soit avenantment releve, & autre chose soit sur ceo ordine al honur & profit du Roi.

Derechief, ordine est, que les custumes du roialme soient gardeez, & receues par gentz du roialme meismes, e non pas par aliens: e que les issues e les profitz de meisme les custumes, ensemblement ove totes autres issues e profitz, issauntz du roialme, des queux choses que ceo soient, entierment viegnent a l’escheker le Roi, e par le tresorer, e les chaumberleins soient liveres, pur l’ostel le Roy meyntenir, e aillors a son profist; issint que le Roi puisse vivere du soen; sanz prises fere autres que aunciens dues & acustumees, e totes autres cessent.

Derechief, ordine est, que tuz les marchauntz aliens, que unt receu les profitz des custumes du roialme, ou des autres choses, apurtenaunces au Roi, puis la mort le Roi Edward, piere nostre seignur le Roi, que hore est, soient arestuz ou tuz lour biens, ou quil soient troves, denz le poer le Roi d’Engleterre, jusque il eient rendu resnable accounte de quant q’il eient resceu des issues du roialme, denz le temps avantdit, devant le tresorer & les barons del escheker, e autres jointz a eux par les ditz ordeinours.

Derechief, ordine est, que la Grante Charte soit gardee en tuz ses pointz, en tieu manere que, s’il y eit en la dite Chartre nul point oscur ou dotif, soit declare par les ditz ordenours & autres, qil ve ront a eux a ceo apeler, quant il verront temps & hore, duraunt lor poer.

Nous eantz regard a nostre grant avantdit, voloms & grantoms que celes ordenances, en tant come eles se acordent au dreit & a reson, a la fourme de nostre dit grant, soient fermement gardees:

Save gardes, e mariages avant nomes, e custumes des leins, quirs, e peux lanutz; les queux nous voloms que seient en suffrance, tant que nous eioms sur ceo plus pleinement parle, & tretee ovesque les ordenours avant ditz; la queu chose nous ne poyoms fere, quant a ore pur nostre hastif aler vers Escoce, a refreindre la malice de noz enemis illoeques; qui de jour en autre, assegient noz chasteux & noz villes, & tuent nos gentz, noun contreesteance la sufferance a eux par nous grantee.

E pur ceo vous commaundoms, fermement enjonantz, que en citees, burghs, villes merchaundes, & autres leux, en vostre baillie, ou vous verrez qil soit a fere, facez crier, & puplier que nous voloms que les ordenances avantdites soient fermement gardees, & tenuees en la fourme avantdite; & vous meismes les gardez, e les facez par autres, deinz vestre baille, fermement estre gardez.

Et ceo en nulle manere ne lessetz.

Don’ a Norht’, le secund jour d’Aust.

Autieles lettres sont maundez a chescun viscounte d’Engleterre.

Page 2_114

A.D.1310

Le Roi au viscounte Deverwyk, salutem. Pur ceo que nous avons entendu que mont de manere de diverses moneies, ausibien d’or come d’argent, que ne sont mie del estandard de notre moneie, ne de notre coign, mais fausees, & dautri coign, sont portees en notre roiaume, & ont curs outre lor value, ausibien en chaunges entre marchauns, come en marchundises, & en autres choses a grant damage de nous, de nostre roiaume, & de notre poeple;

Avoms ordeinez & establiz, a countreestier les damages avauntditz, que nule tiele moneie d’or, ne d’argent, autre que de notre coign, eit cours en notre roiaume avantdit: e vous mandoms que vous facez crier parmy les cytees, burghs & viles, & ailleurs la ou vous verrez que soit afaire en votre baillie, que nule tiele monoie d’or ne d’argent, ait cours desorenavant, en eschanuges entre marchuntz estranges ne privez, en marchaundises, ne en autres choses en notre roiaume avantdit, seur forfaiture de perdre meismes cele monoie, en qui mayns de marchuntz q’ele soit trouvee: e voloms que les marchuntz estranges & privez, qui ount tele monoie autre que de notre estandard, & de notre coign en notre roiaume, portent la dite monoie a notre prochein eschaunge seur la forfaiture avantdite, e illoeques averont la value: e voloms ensement que en chescune citee, burgh & ville, & aillours par la ou vous verrez que face a faire, soient esluz deus prodes hommes e jurez de les choses susecrites enquerre e garder en touz lor pointz.

Don’ a Norht’, le secund jour d’Aust.

En meismes la manere est maunde a chescun viscounte d’Engleterre.

Page 2_115

A.D.1310

Le Roi al abbe de Ford, saluz. Nous avoms bien entenduz le respons que vous nous avez fait par voz lettres, a la requeste que nous vous feismes nadgeires, que vous nous voussissetz eyder de prest de voz vitailles pur notre voiage d’Escoce; & molt durement nous mervoillons de ce que vous vous excusez devers nous, en cesti notre grant busoign, que grossement touche l’onur & le profit de nous & de vous, & de tot notre roialme, par quoi nous vous prioms derechief, si especialment & si de cuer come nous pooms, que vous pensez le deshonur & le gref damage que noz enemis d’Escoce font à nous, & à noz bones gentz demorantz en notre servise, en celes parties, & la grant foison des vitailles qil nous covendra, pur la sustenance de nous & de notre host, pur revenger, al aide de DIEU, les despitz & damages avantditz:

Vous voilletz franchement & benyngement prest’ de voz vitailles, sicome nous vous priasmes nadgaires par noz autres lettres:

Et si par aventure, vous ne nous puissez prester tote la somme des bledz & brees, dont nous vous avoms requis de veuz grein, la voillez parfaire de novel, & ce an plus en haste que vous unques porretz, & totes celes vitailles, dont vous nous aidretz, voillez liverez à notre viscounte de Deveneshir’, issint quil les puisse faire venir hastivement à Berewyk sur Twede, sicome nous li avoms plus pleinement enjoignt par noz autres lettres, feisantz endenture entre vous & le dit viscounte, seale de vos seals, d’une part & d’autre, contenante la somme des vitailles que vous li averez liverez à notre oeps, & le pris diceles, selonc ceo que elles vaudront en pays à vendre, quant vous les li liverez:

Et nous par tesmoignance de cestes noz lettres, & de celes endentures, vous ferons aver noz lettres patentes, par les queles nous nous conoistroms estre tenuz à vous, en la somme du pris de meismes les choses à paier à la Pask proscheine avenir, de deniers que sont à lever de la disme, ou d’autres issues de notre roiaume.

Don’ a Wyghton’, le xviii. jour d’Aust.

En meismes la manere est al evesque de Saresbir’; al abbesse de Wylton’; al chapitre de Sarum; al prior de Ixworth; al prior de Hertlaund; al abbe de Seint Austyn de Bristul; al prior de Seint Oswald de Glouc’; al abbe de Kyngeswode; al parsone del eglise de Westbury; al parsone de l’eglise de Clyve.

Page 2_134

A.D.1311

Le Roi a ses foiaus & loiaus, le honurable pere Johan, par la meisme grace, evesque de Norwiz: monsieur Johan de Bretaigne counte de Richemond, nostre treschier cosin: monsieur Gui Ferre, & monsieur William Inge, chivalers, salutz.

Les articles, proposez contre nous, en la duschee de Guienne, par les gentz le Roi de France, les queus vous nous envoiastes, por conseil & avisement sur celes choses avoir, foismes liverer a bones gentz de nostre conseil, que mieutz le deivent conustre en tieu chose, por examiner, & nous aviser du meillor conseil, & defens por nous sur les choses avandites.

Et eus, apres grant deliberaction & traitiz euz sur les ditz articles, & autres remembrances que nous lui foismes bailler, nous respondirent, que eus ne nous poaint pas pleinement conseiller, s’il ne feussent conissantz des faitz, coment les bosoignes sont menetz devers vous, & des usages du pais.

Mes il nous ont dit, por le meillor conseil, q’il enseuent qant a ore, que nous faceoms requere le Roi de France, qil eu voille soeffrir, e mettre en suspens la conisance sur les articles avanditz, tant que a la veue de lui & de nous.

Par quei nous avoms ordeine d’envoier, en nostre message au Roi de France, certeines gentz de nostre conseil, clercs & chevalers, qui pleinement sont enformetz del consail, que nous avons par decea sur les choses avantdites.

E, pur ceo que nous voloms que noz ditz messages soient aussint enformetz, sur l’estat des dites busoignes devers vous, & del avisement & du conseil d’entre vous de nostre conseil celes parties, si q’il puissent la dite requeste plus seurement & plus aviseement faire, al honur de nous;

Vous mandons que aucuns devers vous, de pluis avisetz, & mieutz conisantz de l’estat des dites bosoignes, faicetz pleinement enformer de vostre conseil & avisement en celes bosoignes, & nomement queux choses le gentz le Roi de France font, & menent ore a par meismes contre nous, & noz ministres, & nos autres gents, en la dite duschee, autrement que ne soleit estre en temps de noz auncestres; e les envoiez jesqes a Parys, si qil y soient as oytaves de la Nativitee Seint Johan le Baptist prochein avenir (a queu jour noz ditz messages, qi vendront hors d’Engleterre, serront, al eide de DIEU) por enformer & aviser meismes noz messages sur tutes les choses avantdites, ensemblement od vostre conseil, & vostre avis, en meismes les choses: issint que, par l’acord, & l’avisement de nostre conseil, devers vous, & devers nous, puissent les bosoignes estre monstrees, & suies devers le Roi de France, si come mieutz serra au profit & al honur de nous.

D’autre part, vous nous envoiastes transecrit d’une commission, que meistre Bernard Pelet purchacea du dit Roi, a ceo que vous nous feistes savoir; la quele commission est mut prejudiciele a nous, & a l’estat de nostre dite duschee, a seo que semble a nostre conseil par decea, de quei nous sumes molt esmervaillietz & ennoietz; desi come, a vostre departir de nous, vous fust enjoignt de par nous, que vous, en nule manere, entreissetz en tiele consiance si avant, come vous la peussetz desturber, si vous ne voissetz nostre grant deshereteson, on vous feussetz autrement a ceo chace par force de ley; ne nostre entencion ne fust mie, que vous eussetz nule commission mustre, par quei les gentz le Roi de France puissent saver que nous vous eussons poair done, que vous puissetz si avant medler, & respondre d’auncienes choses passees, forsque soulement de choses faites puis la derreine pees faite a Parys:

Encea, e pur ceo, contre la dite commission, mettez d’entre vous tote la remedie & conseil que vous purretz, que nous euseoms garde de damage.

Estre ceo vous maundoms & chargeons, sur la foi, que vous nous devetz, que, si vous veetz nule centille de peril, qi nous puisse aver en la dite duschee, par voies maliciouses, de quei home se deit tuz jours aviser; que, en la pluis sotine & privee manere que vous porretz, si que noise ne se leve facetz, issuit garnir noz chasteus, citees, burghs, villes, autres fortelesces, que peril, damage, ne deshonur, que DIEU ne voille, ne y puissent avenir.

E de ceo, que vous averetz fait de tutes le choses avantnomees, nous certifietz, distinctement, & apartement, par voz lettres, a pluis en hast que vous purretz.

D’autre part vous mandons que, veues cestes lettres, hastivement sanz deslay, enveietz arere devers Engleterre, par le portur de cestes lettres, ou autre que puisse mieutz travailler, por encontrer noz ditz messages, avant qil veignent a Parys.

E les facetz garnir, par vos lettres, si mester est, q’il aillent au Roi de France, ou noun; qar nous pensoms bien que, par aventure les bosoignes purroient estre en tiel estat, que ceo serrait plus grant mal & damage a nous de faire le message, qe de lesser.

E aussint, pur ceo que nous avons entendu, que ceo concil general se tendra ore, a la Seint Michel, a Avinion: & il nous covent illoeques aver bones gentz & suffisantz de nostre consail, pour les bosoignes que touchent nous & nostre roiaume; vous mandons que vous nous certifietz, par vos lettres, & par le portur de cestes od tute la haste que purretz, si entre vous quatre, santz tote manere de damage, & des perils de nous & de noz, puissetz purchacer & ordeiner de mettre en respit les bosoignes, que vous avetz ore entre meyns, & venir a ceo concil avantdit. come noz messages, ensemblement ovesques auscuns autres grant seignurs, que nous enverroms illoeques de par nous.

Car nous entendons bien q’il y avera illoeques parle de l’estat de Gascoigne, auxi bien come d’autre terres; & nous entendons aussint, que nules gentz ne sont ore si bien enformetz de l’estat de nostre terre de Gascoigne, come d’entre vous.

Don’ Berewyk sur Twed, le vii. jour de May.

Page 2_155

A.D.1312

Le Roi a touz ceux, a qui cestes lettres vendront, ou orront, saluz.

Sachez que nous grantoms, & donoms a nous foials & loials, David [conte] de Asceles, Alisaudre de Abernythy, Adam de Gurdon, Gerard Salveyn, & a noz chers clers, meistre Robert de Pykeryng, & meistre Johan Fraunceys, chanons del eglise de Seint Piere d’Everwyk, cynk & quatre de eux (dont les deux soient les avantdiz Robert & Johan) plener & plein poer, & especial mandement, de treiter, en noun de nous, & por nous, ovesque les genz d’Escoce (a qui nous avoms guerre) de trewe, ou suffrance prendre entre nous, noz hommes, noz suzmis, & nos aidanz d’une part, & eus, & leur aliez, & aidanz d’autre part, sur les guerres, dissensions, & descords que sont entre nouz & eux, solom ce qil verront que mieuz soit a faire al honur de nous, & profit de nostre roialme:

Et de meismes cele trewe & suffraunce otrier, doner, affermer, & de jurer en nostre alme de celes trewe, ou suffraunce fermement garder & tenir:

Et de totes autres choses faire & accomplir, qi a celes trewe ou suffraunce serront bosoignables, ou covenables, tut soit il q’il requergent especial mandement;

E nous averoms pur ferm, & por estable, qanque les avantdiz, conte, Alisaundre, Adam, Gerard, Robert, & Johan, cynk, ou quatre de eux (dont les deux soient les avantdiz Robert & Johan) averont treite, & otrie, & ordeine, fait & afferme, en noun de nous, & por nous, & por noz hommes, & por noz suzmis, & por noz aidanz, sur les choses avantdites, & chescun de les.

En temoignaunce de queu chose nous avoms fait faire cestes noz lettres overtes.

Don’a Everwyk, le xxvi. jour de Janevoir.

[Dupplicatur.]

Page 2_171

A.D.1312

Vous jurez que bien & leaument servirez le Roi en l’office de visconte, e le prou le Roi freez en totes choses, que a vous appendent a faire, solom votre sen & votre poeir.

E ses dreitures e quantque a la corone appent, leaument garderez.

Ne ne assentiretz au descres, ne au concelement des dreitz, ne des franchises le Roi.

E par la, ou vous saverez les dreitz le Roi, ou de la corone seit en terres, ou en rentes, ou en franchises, ou en siwetes concelez ou sustretes, vostre loial peine mettrez de ceo reapeller; e, si vous ne le poetz faire, vous le dirretz au Roy, ou a ceux de son conseil, de qui vous seetz certein que eaux le dirront au Roi.

E les dettes le Roi, pur doun, ne pur favour respiteretz, par la ou vous les purretz, sanz tresgrant grevance des dettours, lever.

E que leaument, & a dreiture treiteretz le poeple de votre baillie, & a chescun freez dreit auxi bien, a poure, come a riche en ceo, que a vous appent a faire.

E que, pur doun, ne pur premesse, ne pur favour, ne pur haour, tort ne freetz a nuly, ne autre dreiture ne ne desturberez.

Et que leaument acquiterez a l’escheker la gent de qi vous averez rein resceu ces dettes le Roy.

Et que riens ne prenderetz, par quei le Roy perde, ou par quei dreiture seit desturbee, ou la dette le Roi deslaee.

Et que leaument freez retourner, & leaument siwre les brefs le Roi, a vostre sen & a vostre poer.

E que vous ne prendrez nul baillif en vostre service, pur qui vous ne voillez respoundre; e que vous freez voz baillifs faire autiel servient, come a eux apent.

Et que nul bref ne receiverez par vous, ne par les voz souz seal de justice, forsque en Eyre, ou autres justices assignez en meismes le contee, ou justice de Neugate.

Et que vous mettrez voz baillifs des plus leaux du pais.

Page 2_181

A.D.1312

Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seignur d’Irlaunde, ducs d’Aquitaine, & conte de Pontif & de Monstroill, a touz ceux, as queux cestes presentes lettres vendront, saluz.

Sachetz que nous avoms estabili, & estabilissons monsire Johan Lenfant chivalier, seneschal & garde de nostre terre & conte de Pontif & de Monstroil:

Et li donoms, & avoms done poair & maundement especial de justicer, user, & espleiter eu tuz cas, apurtenantz a seneschal & a garde de terre, de tenir plais & assises:

Destablir procuratours, totes les foiz qil verra que meistiers serra, put les quereles, causes & bosoignes pursuiyr, meintenir, & defendre; & de eux oster, & autres mettre a sa volunte;

Et de tutes autres choses faire & dire, que seneschal & garde de terre poet & deit faire, par la cause de son office.

En tesmoignaunce de quele chose, nous avoms bailliez ces lettres overtees aut dit monsire Johan, seales de nostre seal.

Don’ a Wyndes’, le v. jour de Octobr’, l’an de Grace MCCCXII.

Page 2_181

A.D.1312

Edward par la grace de DIEU Roy d’Engleterre, seignur d’Irlaund, & ducs d’Aquitann’, al honurable piere en DIEU W. par la meisme grace, esvesque de Wircestr’, salutz.

Come nous eoms mandez à notre cher e foial monsieur Esmon de Mauley, seneschal de notre hostel, quil vous face liverer notre grant seal, q’ad est ore une piece en sa garde de notre bail;

Vous mandoms que mesme notre seal retenez du dit monsieur Esmon, e le gardez bien e sauvement, fesant coe q’apent, a mesme la garde;

E facez entrer en roules de notre chancelerie queu jour vous averez receuz du dit monsieur Esmon le seal avaundit.

Don’ souz notre prive seal à Wyndes’, le quint jour de Octobre l’an de notre regne sisme.

Page 2_184

A.D.1312

Edward, &c. à touz ceux qui verront & orrount ces presentes lettres, salutz en notre Seignur.

Sachent tuit que pour ceo que nous savoms bien que nule chose n’est si certeine come la mort; ne meins certeine del hure q’ele deit venir, nous donoms & otreioms conge à notre treschere compaigne Isabelle par mesme la grace, reigne d’Engl, dame d’Irlaunde, & duchesse d’Aquitann’ q’ele puisse faire e ordeiner son testament, ou sa dereine volunte des biens temporels que Dieux ad done a nous e à lui; ensemble & pur icest testament ou dereine volunte, acomplir & mettre à execucioun par la main des executours, nous li donoms & otroions des maintenant touz les meubles qui sien sount & serrount; tote sa vessele d’or & d’argent, & touz ses joiaus en quecunque lieu q’il sount & serrount trove.

Et voloms e grantoms q’il seient vendu a adoner tantost apres son detes par ses executours pur poier e acomplir son dit testament ou dereine volunte.

Encore li donoms nous & grantoms tote la counte de Pontif, & de la terre de Moustroil, & totes les autres terres q’ele tient & tendra de notre doun, soit en roiaume d’Engl’, ou de France, ou ailour, ou que coe soit à lever, prendre, e espleiter par ices executours ou lour commandement, par trois aunz continuelment ensuanz tant tost saunz nul delai apres son detes apar accomplir icest testament ou dereine volunte touz les fruiz, rentes, droiz, & issues, queles q’eles seient des dites countez, e terres saunz nule chose excepter.

Et uncore de notre conge e especial otrei, nous voloms que la ou mieuz lui plerra ele puisse faire achater par ses ditz executours L. livereez de terre al Esterling, al quel nous lui amortisoms par la tenour de ces presentes lettres, pur fere & pur funder un hospital ou poveres genz serrount resceu, herberge e couchie pur le remeide de nos almes.

Et pur coe que totes les chose desus dites seient fermes e estables à touz jours, saunz jammes venir en countre par nous ne par autres queux qil seient, nous avoms fet seeler ces lettres overtes de notre grant seal.

Don’ a Wyndes’, le xx. jour du mois de Octobr’, l’an de Grace Mil. CCC. e xii. e de notre regne sisme.

Page 2_188

A.D.1312

Le Roi a touz ceux, qi cestes lettres verront, ou orront, saluz.

Sachez nos aver fait, ordene, & depute noz foials & loiaux, Williame de Dene chivaler, & Richard de Stury nostre burgeys de Salopesbir’, nos certeins atturnez & procurours, pur nous & pur noz suzmis, as queux la bosoigne touche:

Et les avoms donez, & donoms plein poer, & maundement especial, de treiter sur les proces, n’adgeres acorde a Wesmostier par endenture entre ceux de nostre consail d’une part, & les nobles hommes monsire Johan seignur de Fiens, & monsire Guilliam de Nyvell, chivalers & messages le nobles homme monsire Robert conte de Flaundres, d’autre part, sur le fait de Crasdun, & sur tuz autres trespas faitz as Engleis par Flemengs, & as Flemenks par Engleys; & de tutes autres demandes & quereles; d’une part, & d’autre, puys le temps que nous receumes le governement de nostre roiaume:

Et de assentir que les choses avantdites se preignent en effect, as certeyns jours & lieus, solom la fourme del endenture avantdite.

Et promettoms, en bone foi, a tenir, & a fere tenir ferm & estable, quant que par noz ditz procurours sera treite, ordeine, assentu & fait sur les dites choses, & en la fourme avantdite; ja soit ce q’ eles requergent especial mandement.

En temoign’ de queu chose, nous avons fait faire cestes noz lettres overtes.

Don’ a Wyndes’, le xxvi. jour de Novembre.

Page 2_191

A.D.1312

Ceo est le tretiz de la pees, sur ascunes rancours & irrours, que le Roy avoit conceu contre les countes de Lancastre, Hereford, & Warrewik, & ascuns autres barons, & aucuns autres gros hommes de son roialme, pur ascunes certeines enchesons; faitz & acordez, devaunt le honourable piere monsieur Ernaud, par la grace de DIEU, du titre de seinte Prisce, prestre cardinal, e monsieur Ernaud evesque de Peiters, enveiez en Engleterre par nostre seint piere la Pape: e devaunt monsieur Lowiz de Fraunce conte d’Eureux; e devant les countes de Gloucestr’ & de Rychemund; par le counte de Hereford, monsieur Robert de Clifford, e monsieur Johan Botetourte, envoiez a Londres, od suffisant poair a ceo faire, treiter, & acorder de par les ditz countez Lancastre & Warr’ & par monsieur le counte de Pembrok, e monsieur Hughe le Despenser, e monsieur Nichol de Segrave, deputez par le Roy, pur oir le dit tretiz, & reporter a li, en la manere que s’en suit:

Tout primerement, le dit counte e baron vendront devaunt le Roy, en sa grant sale a Westm’, e, ove grant humilite agenuz, le feront

Page 2_192

obeissaunce, & jurront, sil voet, que coe, qil ont fait (de quoi il entendent qil se teingne a mal paiez de eux) il nel ont mie fait pur despit de luy: e lui prierent humblement qil lur releisse sa grosseour, & sa rancour, e qil les resceive a sa bone voillaunce;

Et li rendront tout ce que ad este pris au Chastel Neof sur Tyne, ou aillours, pur l’occasion de monsieur Pieres de Gavaston, de qi quil feust; cest asaver, touz les joiaus, e touz les chevaux que sunt uncore en vie, & totes les autres choses, queux qil sont; le quel rendage se doit fait en la ville de Seint Auban, le jour de la Seint Hillere procheyn avenir.

Et, si ascuns des chivaus estoit mort, si rendront, il en le dit lieu, & au dit terme, les pris & la value des chivaus morz, qui ne se purroient trover:

Et doit illueques le Roy envoier, a la dite jornee, gentz pur les receivre, ove suffisant poair de doner lettres du Roy d’aquitaunce de coe qil resceiverent.

Item, Il est a saver, qu’il est parle & treite, que, en prechein parlement, que doit estre le tiers Dimenge de Quaresme prochein avenir, a Westm’ aut commencement du dit parlement, se doit faire la seurte pur les ditz countes, e barons, lour aydanz, lour mesuengs, e lur aliez, en la fourme que sen suit:

EDWARD, &c. a touz, &c. Sachent tuit que, pur certeynes e convenables enchesons, en nostre parlement a Westm’ tieu jour e tieu an, purvei est e grante par nous, & par ercevesques, evesques, abbez, priours, contes, barons, & la communaute de nostre roiaume, illueques, a nostre maundement assemblez, unyement assentuz & acordez, que nul, de quel estat ou condicion qil soit, en temps avenir, ne soit appellez, ne chalengez, pur l’acheson de la prise, la detenue, ne de la mort P. de Gavaston, ne pur mesme la mort, ne soit pris, n’emprisonez, empeschez, molestez, ne grevez, n’en jugement mesnez par nous, ne par autre a nostre suite, ne a suite d’autri, qui quil soit, en nostre court, ne nul part aillours:

Et voloms qe ce grant & concord soit ferm, & estable en touz ses pointz, & chescun de eux soit tenuz & gardez a perpetuite: et quil soit enroullez en nostre chauncellerie, nostre haut bank, comun baunk, & en nostre escheker; & de se soient faites lettres overtes souz nostre seal, & soient mandez a touz les contees de nostre roiaume, pur crier, publier, & tenir, & fermement garder a perpetuite:

Et tut cil, que nozlettres overtees voudront aver sur ses choses, veignent a nostre chauncelrie, & les eyent saunz rien payer.

En tesmoignance, &c.

La quele seurte, coment q’elle semblat assez suffisance, & a dessus ditz trois treteours pur les contes & barons, quant estoit de eux totes voies, come procuratours dez ditz contes de Lancastr’ & Warr’ il ne l’osereynt acordez tant qu’il en eussent plus a pleyn parlez as ditz contes.

Et, quant il en auront parlez a eux, il en deuront brevement rescrivre as dessudits cardinal & evesque, conte de Gloucestr’ & de Richemund’ & faire saver sur ce lour volunte.

Et, utre ceo, il est acordez que le Roi doit releisser & quiter as ditz contes & barons, & a lur aerdantz, menengs, & alliez, totes rancours, grossours & irrours, actions, obligacions, quereles & accusacions, neez par l’occasion de monsieur P. de Gavaston, en queu que manere qe ce soit, depuis quil prist sa chere compaigne Isabel Royne d’Engleterre; soit de la prise, la detenue, ou de la mort du dit P. ou d’entrees en villes, ou en chausteux, ou de sieges, ou de portement d’armees, ou de prise des persones, ou d’alliances, queles q’elles soient, ou en autre manere quele q’elle soit, que touche, ou eit regard a la persone, & au fait q’est avenuz du dit monsieur P. de Gavaston.

Item, Il s’acordent bien que, si la dite seurte plest as ditz contes & barons, & il ne voillent venir en lour propres persones en parlement, quil enverront procuratours, od suffisant poair, pur prendre, e consentir pur eux la dite seurte; e, uncore, od suffisant poair, de consentir a la seurte, que se doit faire en dit parlement, pur les aerdaunz, & receptaunz du dit P. de Gavaston, la quele seurte est trete & acorde en la manere que s’en suit:

Grante est qe nul, de quel estat, ou de quel condicion q’il seit, en nul temps avenir, seit chalenge, pris, ne enprisonez, enpechez molestez, ne grevez, ne en jugement mene par nous, ne par autres, a nostre suite, ne a suite de autri, qi quil soit en nostre court, ne nule part aillours, par encheson de revenir du dit P. en Engleterre, ne de eide, ne de meintenement aerdaunce ne de conseil, ne de rescet de li, ne de aliaunce faite a lui, ou pur lui, par escrit, ou autrement; ne pur encheson de demorer en sa compaignie, ne en service, en nul temps passe coe en areres; & deivent auxi li treteour ceo reporter as countes, a saver eut lour volunte.

Item, Li treteour acordent bien, que, en prochein parlement, se face purveaunce, par le Roi, e le comun assentement dez prelaz, countes, & barons, que en touz parlemenz, & traitemenz, e autres assemblemez, que se feront de ore en avaunt, en roialme d’Engleterre, a touz jours, que hom viene, sanz tote force, e sanz armes, bien e paisiblement, al honur du Roy, e a la pees de lui, & de seon roialme; e promistrent li trois treteours, q’il mettront tote la peine, qil porront, vers le dit countes de Lancastr’ e Warr’, que le dit procuratours, que vendront au parlement, pur le ditz seurtez, averont poair de eux consentir e acorder, en parlement, a la dite purveaunce, e lur semble bon q’ensi se face:

Et est bien a saver, que, au dit parlement, ne se feront nules autres choses, sur ke les ditz seurtez, e la dite purveaunce que nul viegne od armes devaunt que la obeisaunce soit fait; la quele faite, se treteront les autres choses du parlement si come reson serra.

Item, les ditz treteours promettent bien, que la dite reconciliacion feit, quant il sorront en plein parlement ovesque lur piers, il mettront tote la peine, qil porront, a coe, que le Roy eit covenable eide de tot son roialme pur sa guerre d’Escoce.

Item, pur ce que les ditz trois treteours se pleinent de ce, que, puis le conduit done a eux, & a lour aerdantz, li Roi avoit fait prendre en sa meyn plusours biens & terres, des queux monsieur Griffyn de la Pole estoit en seisine, sicome il disoit, en temps de conduit; il plest au Roi, que deux justices, nient suspecionous, soient envoiez, de par li, au lieu pur saver la verite de ce;

Et sil troevent, que le dit monsieur Griffyn eit este disseisi d’aucunes terres, depuis le dit conduit, dones au conte de Lancastr’, il l’en reseiserunt; &, ce fait, il appelleront les parties, & oies lour resons, il lour ferront droit hastivement, sur les choses contensiouses, par tiele ley come il y apprendra:

Et, uncore, si li dit monsieur Griffyn se voleit pleyndre d’aucun gref, force, ou violence, que hom li eust fait avant le dit conduit, li auditour l’orront, & li enferront reson.

Et, de ce, que monsieur Fouk Lestrange se pleint, que hom li ad fait gref, & desseisi, depuis le dit conduit; li ditz auditours appellez lez gentz le Roi, & le dit monsieur Fouk, & oies lor resons, il lour ferront droit dessicome desus est dit.

Item, Il plest au Roi, que les biens monsieur Henri de Perci, qui ont este pris en sa meyn, li soient recruez par plegges jusques au prechein parlement: les queux justices serront la, pur faire les choses dissusdites, dedens les vint jours de Noel.

Item, Il est trete & acorde, depar nostre seignur le Roi, que totes maners de gentz, du roiaume d’Engleterre, & d’aillours, qui ne sont de guerre au Roi, peussent aler sauf & seur par tout le roiaume avantdit, en sauf conduit, & en sauf garde du Roi, droit fesaunt & droit pernant, pur faire totes lour bosoignes, en tiele manere qu’il ne voisent a force, ne a armes:

Et durra ce conduit & cele seurte tant que a la Pentecoust prechein avenir:

Et de ce serront donees lettres, desouz le grant seal le Roi, as contes & barons, pur eux & lour aerdantz.

Le collacion de ceste endenture feust faite & lewe, l’an de Grace MCCCXII. le Meskerdy preschein devant Noel, en la chaumbre du cardenal, a Londres, en la presence,
Du dit cardenal,
De l’evesque de Poyters,
...... l’evesque de Wyrcestr’,
Le conte le Pembrok,
Monsieur Johan de Crombwell,
Maistre Gerard de Curton,
Maistre Richard Tibetot, clercs le Roy de France;
Maistre Reymund Sybyrayn,
Monsieur Guilliam de Chastel Noef, chevaler;
Maistre Roger de Northburgh,
Maistre Johan Walewyn, &
Michael de Meldon.

Et, en tesmoignance des choses desusdites, l’une partie de ceste endenture demoert devers le Roi, & l’autre partie est baillee a dessusditz maistre Johan & Michel, pur porter as contes & barons dessusditz.

Page 2_193

A.D.1313

Fet a remembrer, que nostre seigneur le Roi ad ordene & commaunde que sa chapele de Seint Edward, en le chastiel de Wyndesor’, soit gardee & servie en la manere que s’ensuit.

Primes, en le honour de DIEU, de nostre Dame, & de Seint Edward, pur li & pur ses auncestres, soient illoeques ordenez quatres chapeleins, que soient prodes hommes, & de bone condicion: dount un de eux serra chef chapelein de la chapele; & les autres trois secundaires.

Item, deux clers, que soient de bone condicioun, & bien chauntanz; & soient, en touz poinz, entendanz au chef chapelein, & a les autres, quant mester est, pur service de la chapele.

E chescun des avantditz chapeleins chaunte sa messe chescun jour, si grant cause ne le destourbe; issint quil y soient chescun jour, a tot le mayns, deux messes, par note, l’une de nostre Dame, & l’autre du jour, & autres deux de Requiem, pur les almes des auncestres nostre seignur le Roi E.

Preingne le chef chapelein x. mars par an, pur totes choses; & chescun des autres trois C. souz; & les deux clers, chescun de eux, L. souz, pur totes choses.

Et le chaunceler le Roi, qui quil soit, pur coe quil est chef de la chapele nostre seignur le Roi, face chescun an un tour illoeques, sil puit, par congie de nostre seignur le Roi, pur veer que la dite chapele soit servie des ornomentz, de libraire, & de chanterie, en la manere susdite, & face brefs de Liberate, que les ditz ministres soient serviz de lour soldz, a deux termes del an, si comme est avant ordene.

Et, si nul des avantditz vi. ministres soit a DIEU commaunde, ou ouste par certeynes echesons, que le chaunceler mette un autre, que soit suffisaunt.

Et soit ceste chose enroullee, & bien garde, tan que nostre seignur le Roi eit autre chose ordenez.

Page 2_203

A.D.1313

Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seignur d’Irlande, & ducs d’Aquitaine, a touz ceux, que cestes lettres verront, ou orrunt, salutz.

Sachez nous avoir resceu, par les meins del honurable piere en DIEU, Wautier evesque de Wirecestr’ & Johan de Sandale, lui tenaunz de noz chaunceler e tresorer, par nostre mandement, & en nostre noun recevaunz de Thomas counte de Lancastre, Guy counte de Warrewik, Henri de Percy, & Robert de Clifford (par les meyns Humfrei de Bohun counte de Hereford & de Essex) e le dit Robert de Clifford, & Johan Buteturte deliveraunz les joiaus, chevaux, e les autres choses desuz escrites; cest asavoir,


Un hanap’ d’argent d’orre, enamaille sur un trepir, ove covercle enamaille e les armes d’Engleterre, e de Fraunce, en le pee, qi poisent sis livres dis & oit souz quatre deniers; e vaut quatre foiz le pois:
Item, quinze fermaux d’or, de divers pris; cest asavoir un qi poise sis souz oit deners; pris de vint mars:
Item, un fermaille, que poisse quatorze deniers:
Item, un autre fermaille, que poise quatre souz quatre deniers; pris de vint livres:
Item, un autre fermaille, que poise quatre souz dis deners; pris de vint livres:
Item, un autre fermaille, que poise deux souz sept deners; pris de quarrant souz:
Item, un autre fermaille, que poise treis souz un dener; pris de dis livres:
Item, un autre fermaille, que poise neof deniers maille ferl’:
Item, un autre fermaille, que poise deux souz dis deners ferl’:
Item, un autre fermaille, que poise trezze soutz; pris de trente livres:
Item, un autre fermaille, que poise sis deners; pris de sept souz, sis deners:
Item, un autre fermaille, que poise dis deners; pris de dozze souz, sis deners:
Item, un autre fermaille, que poise vint treis deners ferl:
Item, un autre fermaille; pris de deus souz:
Item, un autre fermaille, que poise deux deners: pris de deus souz sis deniers:
Item, un autre fermaille, que poise deux deners:
Item, en un autre clucet dozze fermeaux d’or; cest asaver une nouche d’or, ove un camaeu blank:
Item, un fermaille d’or, que poise quatre deners; e done au Roy, que ore est, par sire Johan de Leek:
Item, un autre fermaille done au Roi par madame Isabelle, la seor; que poise eit deners:
Item, un autre fermaille, du doun Edmon counte de Cornewaile a madame Isabell, la seor; que poise quatre deners:
Item, un autre fermaille, done au Roi as bones estremes, l’an vint e secund, a Langele:
Item, un autre fermaille, de doun madame la Roine:
Item, un autre fermaille, du doun la Roine:
Item, un autre fermaille. du doun madame la Roine, la miere:
Item, quatre fermeaux, sanz bille, e nient prisez, od perie:
Item, un autre fermaille d’or, enamaille, sanz bille, & nient prise:
Item, en un autre clucet trois fermeaux d’or; cest asavoir un, que poise sept deners, done par la duchesse de Brabant:
Item, un autre fermaille, du doun le prior del hospital; que poise cink deners:
Item, un autre fermaille, nient prise ne poise, & un anel; done a sire Aufour par sire Williame de Salmes:
Item, une nouche d’or od deux amiraudes, deux rubiz, deux saphirs, & unze margeries, od un camaen en mi lui; que poise cink souz sis deners maille, del deins la Reigne d’Alemaigne:
Item, un joial d’or, od neof amiraudes, e neof gernettes, od un camaeu blank en milieu, enamaille d’autre part; nient prise ne poisse:
Item, un fermaille d’or, od deuz admiraudes, deux rubiz, quatre margeries, & un saphir en milieu; pris de cent, sessant livres de Turneis:
Item, une nouche d’or, de diverse perie; pris de cent livres de Turneis:
Item, une nouche d’or, od quatre amiraudes, cink rubiz, quatre margeries; pris de sis vint livres de Turneis:
Item, une nouche d’or, de diverse perie; pris de cinquant livres de Turneis:
Item, une autre tiele nouche d’or; pris, aussint, de cinquant livres de Turneis:
Item, une nouche d’or, de viel oueraigne; que poise deux souz, sis deners, maille:
Item, un joial d’or, od petites amiraudes, od un camaeu neir en milieu, resceu del evesque de Baa & de Welles:
Item, une croice d’or, od deux rubiz baleis, trois saphirs, quatre margeries; que poisent trois souz, neof deners; pris de quatre mars:
Item, en mesme l’estrene, sept rubiz gros, & un rubi baleis, deux petiz rubitz, dis petites amiraudes, en aneaux d’or, desoutz un baston:
Item, une grosse garnette, e un saphir petit sur mesme le baston; lesqueles sont du viel tresor le Roi, sicome piert par une bille pendaunte par mesme le baston:
Item, un grant anel au feur de pontifical, od quatre baleis:
Item, sis rubiz en aneaux, sur un autre baston, de mesme le tresor:
Item, sur un autre baston, trois rubiz, un amiraude; un peridot, un topas de mesme le tresor:
Item, sur un autre baston, deux rubiz, deux saphirs, un gernette, un cristal; dout les cink furent liverez par executores des evesqes, e le sisme par la fille Leulyn prince de Gales, billettez e prises, touz a dis mars:
Item, sur un autre baston, cink rubiz beaux; que sont prisez a sessant trois livres, sicome piert par les billes:
Item, sur un autre baston, deux saphirs: dount l’un fust a l’esveque de Baa, a l’autre al abbe de Albyndon:
Item, sur un autre baston, oit diamanz; dont les cink sont grant, e les trois petiz:
Item, sur un autre baston, oit amiraudes; dount l’une fust done par Thomas ercevesque d’Everwik:
Item, sur un autre baston, sept aneux, faitz au feur des seaus, du viel tresor:
Item, sur un autre baston, dis diamanz, de mesme le tresor:
Item, sur un autre baston, deux rubiz, cink saphirs, un diamant, un camaeu; que furent donez par divers evesqes e abbes, de mesme le tresor, sicome piert par les billes:
Item, sur un autre baston, quatre rubiz, un anel gemmeu, od un rubi, une amiraude, un baleis, e un diamant de mesme le tresor:
Item, sur un autre baston, un saphir cressant od une esteille, feite des amiraudes dedeinz:
Item, un anel, od un rubie; e un autre anel od une amiraude, e un rubi:
Item, en un petit drapelet diverses pieres de divers colours; que furent resceuz, par la mayne sire Hughe de Notingham, de l’evesque de Baa, de viele tresor, l’an quinte:
Item, un anel d’or, od un saphir; le quel seint Dunstan forga de ses mayns:
Item, un amatistre en or, e un saphir, e un barel d’or, ove reliques:
Item, sept pieres enchasconez, dount nous ne savoms les nons, forque jaspre, & amatistre:
Item, un camaeu en or, de Israel:
Item, deux diamanz, deux amiraudes, un camaeu en anel d’or, e dedeinz une boiste d’argent enamaile:
Item, une boiste d’argent en d’orre, pur porter eynz un anel entour le col de un homme:
Item, une croiz d’or, ove diverses pieres; un tache d’or ove diverse pieres: deux aneaux a feur de seaux:
Item, un pot d’argent, od diverses pieres:
Item, sur un autre baston, deux saphirs; dount l’une fust al evesque Gilbert de Cicestre:
Item, un cofin, garni d’argent, en d’orre; en quel les susdites choses furent, sauve la coupe:
Item, une grant rubi hors d’or; que fust trove sur sire Piers de Gavaston, quant il fust pris; le pris de mille livres:
Item, un rubi en un anel d’or, que est apele la cerise, que fust au Roi:
Item, trois grantz rubiz en aneaus, une amiraude, un diamaund, de grant pris, en une boiste d’argent enamille; que fust troue sur le dit Pieres quant il fust pris:
Item, deux perides, l’un en argent, l’autre en or:
Item, deux seaux, un grant, e un petit; e an petit seal une clief pendaunte, un esterling plie, & un calcedoyne; lex queux furent trovez en la burse quant il fuit pris:
Item, en un cofre, lie de feer, une mirour d’argent enamaille; un pigne; un priket; que fust done au Roi, par la countesse de Bare, a Gant:
Item, une piere de coteaux enamaille; que furent done au Roi, par la duchesse de Brabant:
Item, une autre piere de conteaux enamaille:
Item, un grant pot pur amoigne d’argent, nient prise:
Item, quatre barils de Ivoir, garniz de laton, od les coffines:
Item, en autre coffre, un ceint d’argent, od eschuchons barrez d’argent, enamaille; qne poise quatre livres dis souz:
Item, une autre ceinture de soie, coverte des perles; pris de dis livres:
Item, dis pieces d’orfreis de tars, deux dras de tars, vermeaux d’iasprez:
Item, une cote armere, des armes sire Pieres:
Item, une autre ceinture de quir de lionn, harnesse d’or od camaeux; pris de cent sessant sis livres tresze souz quatre deners:
Item, un dragon d’or, od les eles enamaile; que poise sessant & cink souz dis deners od le cofin de quir:
Item, une coupe d’or, od le covercle; que poise sessant un souz, oite deners:
Item, un hanap d’or, od le covercle d’orre, enamaile sur un trepir d’orre; que poise cinquant neof souz deux deners:
Item, une coupe d’or, od le covercle d’or; que poise quaraunt souz, dis deners, od un touche pur assaer or:
Item, deux godets d’or, dount l’un ad covercle, que poise trent souz; e l’autre sanz covercle, que poise cink souz dis deners; od deux coffins de quir:
Item, une coupe d’or, enamaille od perie, que la Reigne Alianore devisa au Roi, qui ore est, od sa beniceon; que poise sessant dis & oit souz quatre deners:
Item, un saler d’or; que poise dis e sept souz dis deners, od un forel d’argent dedentz; que poise quatre souz sept deners:
Item, un hanap’ d’or plein, sanz pee, od le covercle d’or; que poise vint sis souz oit deners:
Item, une coupe d’or; que poise cinkaunte deux souz sis deners:
Item, duze quillers d’or; que poisent vint un souz, e une cas d’argent; que poise quinze souz quatre deners:
Item, un egle d’or, od rubiz, amiraudes, saphirs, margeries, od reliques, de dedenz, de seint Richard de Cicestr’ en un cas de quir:
Item, quinze quillers d’or, que poisent vint cink souz oit deners, od un cas d’argent; que poise unze souz & un autre cas de quir, pur mesmes ces:
Item, un coronal d’or od diverse perie; pris de cent mars:
Item, un chapelet d’argent, garnir de divers perie; pris de doze soutz:
Item, en un autre cofre, un grant pot d’argent, od trois peiz, pur chaufer eawe; que poise sis livres quinze soutz dis deners:
Item, une nef d’argent, en d’orre od qatre roefs, amaille par les costes; que poise sept livres, sesze soutz oyt deners:
Item, en un autre cofre, un grant esquel d’argent pur la moine; od un egle en le fouce derere, nient peise uncore, en un cas de quir lie de feer:
Item, en un autre cofre, un pot d’argent d’orre, enamaille; que poise sis livres sis soutz oyt deners & vaut dis neof livres:
Item, un hanap d’argent d’orre, od le covercle, & od un pe bas, & od un treper, enamaille des armes d’Engleterre & de Fraunce; e poisent, le hanap, e le covercle, quaraunte sis souz oit deners; e le treper peise, par sei, sept souz; e vaut, le dit hanap, e le covercle, e le treper, trois foiz le pois:
Item, un pot d’argent, enamaille de mesmes les armes; que poise cinquant souz & vaut sept livres dis souz:
Item, une boiste d’ivoyr, hernise d’argent, od quatre peez:
Item, un hanap de cristal, de veil tresor, od le pee d’argent, od escochons; que poisse deux mars:
Item, deux salers d’argent, ove les covercles d’argent; que poisent quaraunt souz:
Item, trois plates d’argent, por especierie; e poisent quatre livres:
Item, un hanap d’argent, saunz pee, od le covercle d’orre, enamaille, od un treper; que poise cent dis souz dis deners, & vaut le treble pois:
Item, une coupe d’argent d’orre, enamaille; que poise quatre livres quinze souz, e vaut le treble pois:
Item, un pot d’argent d’orre, enamaille pur ewe; que poise cinquant souz dis deners, e vaut double pois e demy:
Item, une coupe d’argent, de viel tresor, que fust al evesque Gilbert de Cicestre; que poise quarant trois souz quatre deners:
Item, une autre coupe d’argent blaunche; que poise vint oit souz:
Item, une autre coupe d’argent; que poise trent souz:
Item, une autre coupe d’argent, od le pomel enamaille des armes d’Engleterre; que poise quarante sept soutz trois deners:
Item, une coupe d’argent, que fust al ercevesqe Henry d’Everwik; que poise quarant sis souz oit deners de veil tresor:
Item, un godet d’argent pur ewe, od sis godetz dedeinz, e deux saliers od un covercle; que peisent quatre livres sis souz:
Item, sis quillers d’argent, que poisent sept souz, dedeinz le cofyn od les godetz:
Item, ut pot d’argent; que poise trente noefs souts:
Item, un encenser d’argent d’orre; que poise cinquante neef souz:
Item, une neef d’argent pur encens; que poise dis oit souz quatre deners:
Item, en un autre coffre, en un estrene, un aluer frette de perles, que fust done par la contesse de Flaundres au Roi que mort est, a Gant;
Item, une ceynture, hernisse d’ivoir, entaille od un aloer pendaunt, od un visage de Saracyn:
Item, une burse de drap d’or, ove deux pierres de Jerlm’ dedenz:
Item, en un autre coffre, un pot d’argent; que poise quatre livres:
Item, un autre pot d’argent; que poise sessant sesze souz oit deners:
Item, un autre pot d’argent; que poise sesante ditz souz:
Item, un autre pot d’argent; que poise sesante unze souz unze deners:
Item, un autre pot d’argent; que poise sis livres dis oit souz quatre deners:
Item, un autre pot d’argent: que poise sessant cink soutz:
Item, un autre pot d’argent pur ewe, que peise sessent cink souz:
Item, une plate d’argent, od le pee, por espicerie: que poise quarant souz:
Item, une peire de bascins d’argent, enamaile dedenz od escochons; que poisent noef livres cink souz:
Item, un autre peire de bascins d’argent d’orrez; que poisent sept livres tresze souz quatre deners:
Item, en un autre cofre, sis bacins d’argent, od escochons des armes le dit Pieres en le fonce: que poisent vint cink livres:
Item, noef chargeours d’argent; que poisent vint sis livres, tresze souz, quatre deners:
Item, deux plates d’argent pur fruit, des armes le Roy d’Engleterre; que poisent sessant dis oit souz quatre deners:
Item, cent esqueles d’argent, merchez d’un egle; que poisent cent vint & sis livres quinze souz deux deners:
Item, quaraunte oit saussers d’argent, de divers merches; que poisent sesze livres cink souz oit deners:
Item, en un autre coffre, trente sausers d’argent; que poisent neof livres quinze souz:
Item, dis sept hanaps d’argent, merchiez del egle avauntdit, que poisent unze livres cink souz oit deners:
Item, une peire des bascins d’argent, pur chapele; que poisent quatre livres:
Item, vint hanaps d’argent; que poisent vint mars:
Item, trente sis quillers d’argent, que poisent quarante sis souz oit deners, en un cas de quir:
Item, un pot d’argent pur ewe; que poise cinquant cink souz:
Item, un plate d’argent debrise; que poise vint sis souz;
Item, en un autre coffre, un pot d’argent; que poise sis livres dis souz dis deners:
Item, un autre pot d’argent; que poise quatre livres tresze souz quatre deners:
Item, un autre pot d’argent; que poise quatre livres sesze souz oit deners:
Item, un autre pot d’argent; que poise sessant cink souz:
Item, en un autre coffre, un pot d’argent pur ewe; que peise quatre mars:
Item, un mors d’argent, od quatre botons d’argent d’orrez, od deux lions pur chaqe de cuir:
Item, un remaneaunt de saunt vert:
Item, un veil seal entaille, e une perre de Calcedoine:
Item, trois chapelettes, de petit pris:
Item, trois furchesces d’argent, pur mangier poires:
Item, une lange de serpent en argent.
Item, une ceinture de fil d’argent blank:
Item, une autre ceinture barre d’argent & d’orre; que poise quarant trois souz:
Item, une autre petite ceinture de perles; pris de dix souz:
Item, un chapelet de Paris; pris de sis souz oit deners:
Item, une croice, od une cheyne d’argent; pris de quarant deners:
Item, une piere assise en or, od une blaunche croice, croise de lui mesmes:
Item, une ceynture, garnie d’argent, tissue, de in principio:
Item, en un autre coffre, un chesible simple; un chaliz d’argent d’orre; un tunicle; un dalmaticle; deux aubes; une chape de quir de Naak; un estole; deux fanons d’une seute:
Item, un autre chesible, tunicle, dalmaticle, dosser frontal de un drap de vert, poudre de oiseaus & de poissons d’or:
Item, en un autre coffre, une peire de plates enclouez & garniz d’argent, od quatre cheynes d’argent, coverz dun drap de velvet vermail besaunte d’or:
Item, deux peires de jambers de feer, ventz & noveauz:
Item, autres divers garnementz des armes le dit Pieres, ovek les alettes garniz & frettez de perles:
Item, en un sak, un bacenet burny od surcils:
Item, un mantel de velvet raie furre de Menenoir.
Item, vint cink pieces de draps de divers garnementz, & de divers colours:
Item, en autre saak, une perie de treppes des armes de dit Piers:
Item, un curtyn de cendal:
Item, deux cotes de velvet pur plates coverir:
Item, une houche pur palefrei des armes le Roy:
Item, quatre chemises, & trois brais de Gascoingne, orfresez:
Item, une veille banere des armes le dit Piers:
Item, en un autre coffre, deux bascins d’argent, od les eschochons des armes sire Edmin de Maulei; que poisent sept livres quatre souz, od un hanaper lie de feer:
Item, une coupe d’argent; que poise vint sept souz:
Item, un pot d’argent; que poise cinquant un souz deux deners:
Item, une autre coupe d’argent, od un pomel enamaille des armes de Fraunce & d’Engleterre; que poise quarant un souz deux deners:
Item, en un autre coffre, deux lavours d’argent; que poisent quatre livres neof souz sis deners, od deux cas de quir:
Item, deux potz d’argent pur ewe; un d’orre, & l’autre blank; que poisent trente trois souz quatre deners; od deux cas de quir:
Item, une coupe d’argent, que poise vint sis souz oit deners:
Item, en un autre coffre, tres esqueles d’argent; que poisent vint oit livres quatre souz dis deners:
Item, trent cink saussers d’argent; que poisent dis livres oit souz:
Item, vint un hanaps d’argent: que poisent dis livres vint deners:
Item, un pot d’argent; que poise cinquant deux souz:
Item, une coupe d’argent, od un pomel enamaille des armes d’Engleterre e de Fraunce; que poise trent trois souz quatre deners:
Item, dis oit quillers d’argent; que poisent dis oit souz:
Item, un saler d’argent; que poisse sesze souz:
Item, quarant un destres e coursers, & un palefrei:
Item, noef somers:
Item, duze chivaus charetters:
Item, deux charettes, od tut le herneis.

Les quex choses avauntdites, ensemblement od autres choses diverses que ne sont pas especifiez en cestes noz lettres, e sont contenues en une endenture de coe, faite entre les ditz evesque & Johan de Sandale d’une part, pur nous & en noun de noz recevaunz, & Johan de Herselarton chivaler, & Michel de Meldon en noun des avauntditz counte de Hereford, Robert de Clifford, & Johan de Buteturte, d’autre part, estoient prises n’adgerres par les avauntditz counte de Lancastr’ & de Warrewik, Henry & Robert, a Noef Chastel sur Tyne, & aillours, par l’enchesoun de Pieres de Gavaston:

De queux joiaux, chivaus, & totes autres choses, en cestes lettres, & en la dite endenture contenues, e par les avauntditz evesque & Johan de Sandale, par suffisaunt poair a eux par nous doneez, resceues, acquitoms, & acquiteroms, pur touz jours, par cestes noz lettres overtes . . . . . es avauntditz countes de Lancastr’ & de Warrewik, Henry & Robert, & touz lur allez & aerdaunz, & mesuengs contre totes gentz, qi rien y porront demaunder;

Et, si leur busoigne d’aver autre aquitaunce que ceste, des choses rendues en cestes lettres, & en la susdite endenture contenues, si voloms q’il l’eient solonc le treitz de coe fait.

Et auxi voloms que les choses, nient restitues, soient rendues, ou le pris, cest asavoir, le pris des chyvaux mortz, e d’autres choses gastez, perdues & nient restitues entre cy e le mi quaresme, forspris joiaux, si nules seient arere, les queux nous voloms que soient al dit terme rendues, & sur la livere eyent acquitaunce, solonc la forme de dit tretiz.

En tesmoinance des queles choses nous aoms fait faire cestes nos lettres overtes.

Don’a Wyndes’, le vint septime jour de Feverer.

Page 2_206

A.D.1313

Le Roy à touz ceux qi cestes lettres verront ou orront, saluz.

Sachetz nous avons veues & regardes unes lettres overtes, queles le nobles homs Johan jadis ducs de Lothr’, de Brabant’ & de Lemburgh fieuz à Johan ducs de meismes les duchez, fiz à notre chier piere sire Edward Jadis Roi d’Engleterre, sealees du seal le dit ducs, en la forme qi s’ensuit:

A TOUZ ceux qi cestes presentes lettres verront ou orront, nous Johan, par la grace de DIEU, ducs de Lothr’, de Brabant, & de Lemburgh’ feisoms à savoir, que nous avons donez & grantez, & par cestes presentes lettres donoms, grantoms & confermoms, pur nous & pur noz heirs à treshaut & trespuissant prince, notre trescher seignur E. par la grace de DIEU, Roy d’Engleterre, seignur d’Irlaunde & ducs d’Aquitaine, notre ville de Anwers le Chastel, nos villes de Lyere, de Herentals, & de Turnoit, od touz les apurtenaunces de ces lieus, touz tounnius, cens, rentes, terres, eawes, boys, prez, molins, fieds, homages, seignuries, justiceries, hautes & basses, droitures, & tutes autres choses, comment q’elles puissent estre appelles, en tieu point, & en tute autiele manere que noz auncestres les ont eu & tenuz, & nous les avoms & tenoms, aver & tenir pooms & tenoms en quecumque manere qe ce soit;

A avoir & à tenir au dit notre seignur le Roy & à ses heirs, & as ses assignez, & à ceux as quieux il voudra doner, ou assigner icelles villes, les apurtenaunces & tutes autres choses, si come desus sont escrites, fraunchement, paesiblement, entierement & heritablement a touz jours, sanz nul retenement;

Et desore nous establissoms & nous mettoms a aver, les dites villes, chasteu, cens, rentes, justiceries, seignuries, droitures, possessions, & toutes les autres choses desusdites, en lui & en noun du dit notre seignur le Roy.

Et mandoms & commandoms à touz nos hommes & à touz nos sousmis des lieus desusdiz q’il au devantdit notre seignur le Roy, & à ses aturnez, obeissent, entendent, & respondent & assiez facent entierement de tutes les choses desusnomees, come à lor seignur; e avoms jurez sor seinz evangeles corporeement touchez, que nous tutes les susdites choses & chescune d’elles fermement garderoms & garder feroms, & encontre ne vendroms en tout, ne en ascune partie par nous, ne par autre.

En tesmoignaunce des queux choses, nous avoms fait mattre notre seal à cestes presentes lettres, par ses tesmoigns,

Godefrei conte de Vienn’, seignur de Grymbergez.

Maleran seignur de Mounteny & de Faukemont.

Johan seignur de Cuk.

Gerard de Westmal, seignur de Bergh’.

Johan Bertrand de Belar.

Gerard seignur de Dyst.

Ernont seignur de Walehain Florenz.

Bertrando seignur de Berlar.

Gerard seneschall de Brabant, seignur de Noteleir.

Gile Bertaut seignur de Honebek, &

Henri seignur de Boutresem.

Donees l’an de Grace mill’ CC. quatrevinz dissiet en mois de Marz.

EN tesmoignaunce de quieu chose à ceste lettre avoms fait mettre notre seal.

Donees à Langele, le xxi. jour de Marz, l’an de Grace mill’ CCC. & dusze, & de notre regne sisme.

Page 2_215

A.D.1313

Le Roi a tuz ceux qi cestes lettres verront ou orront, salutz en DIEU.

Come nous, a la requeste de tresnoble & treshonurable prince, nostre trescher piere, Phelip, par la grace de DIEU, Roy de France, eoms, par noz lettres overtes, commis a noz foials & loiaux Robert de Umframvill conte d’Anegos, Johan de l’Isle, William de Bevercotes, nostre chauncellier, & meistre Johan de Weston, nostre chaumbrelein d’Escoce, plenir & franc poer de doner, & de ottrier en noun de nous, triewe, ou suffraunce, de guerre a tenir a celles gentz d’Escoce, a qi nous avoms guerre, si come es dites lettres plus pleinement est contenuz;

Nouz, a tut ce, donoms & commettoms a meismes ceux conte Johan, William, & Johan, ou a trois ou deux de eux, d’assigner, d’establir, & de faire jurier certeines persones de nous, suffisauntz & covenables, pur la dite triewe ou souffrance, en tuz pointz, tant come il apertient a nostre partie, garder & faire tenir bien & loiaument: e ensement pur deliverer les gentz d’Escoce, q’unt, ou averont este pris en temps de triewes, ou de suffraunces, acordees avant ces heures entre noz gentz d’une part, & ceux d’Escoce d’autre: & por amender lor trespas & les entreprises que unt, ou averont este faites par les noz, dedenz cel temps, contre la fourme de meisme les triewes.

Et nous, pur nous, & pur tuz ceux de nostre partie, tendroms ferm & estable quaunt que les avantdiz conte, Johan, William, & Johan, ou les trois, ou deux de eux, si come est avantdit, averont ordene & fait sur les choses avantdites, & chescun de elles.

En temoignaunce de queu chose, nous avoms fait faire cestes noz lettres overtees, seallees de nostre seal.

Don’ a Westmostier, le xvii. jour de May.

Page 2_215

A.D.1313

Le Roy a tuz ceux que cestes lettres verront ou orront, saluz en DIEU.

Sachez que, come tresnoble & tresexcellent prince, nostre treschier piere, Phelip, par la grace de DIEU, Roy de France, eit envoie a nous nobles & haut homme monsieur Lowys de Cleremund, monsieur William de Flote, & meistre Gerard de Corton, par lettres de creaunce, par la quele il nous unt requis, de par le dit Roy, que nous a celes gentz d’Escoce, a qi nous avoms guerre, vousissiens doner triewe:

Nous, a la requeste de meisme celi Roy, come de nostre trescher piere, & ausi come a celi que de rien se tient d’estre aliez as gentz d’Escoce, grantoms & donoms a noz foiaux & loiaux Robert de Umframvill conte d’Anegos, Johan del Isle, Williem de Bevercotes, nostre chauncellier, & meistre Johan de Weston, nostre chaumbrelein d’Escoce, plener & franc poer, & especial maundement, de treiter, en noun de nous, & pur nous, ovesque les dites gentz d’Escoce de triewe, ou de suffrance prendre entre nous, noz hummes, noz suzmis, & noz eidantz d’une part, & eux, & leur alietz & eidauntz, d’autre part, sur les guerres, dissensions, & descords que sont entre nous & eux: & de meismes celles triewe, ou suffrance ottreier, doner, affermer: & de jurer, en nostre alme, de celle triewe ou suffraunce fermement garder & tenir; & de tutes autres choses faire acomplir, que a celle triewe ou suffraunce serront bosoignables ou couvenables, tut soit il q’il requergent especial maundement:

Et nous averoms pur ferm & pur estable, quant que les avantditz conte, Johan, Williem, & Johan, ou les trois, ou deux, averont treite, ottreie, & ordene, fait, & afferme, en noun de nous, & pur nous, pur noz hommes, pur noz suzmis, & pur nos eidauntz, sur les choses ausi dites & chescun de elles.

En temoignaunce, &c.

Don’ ut supra.

Page 2_230

A.D.1313

Le Roy au visconte d’Everwik, salutz. Sachent tuit qe, pur certeines & covenables enchesons, en nostre parlement a Westm’, le Lundy prochein apres la feste de Seint Edward le Confessour, c’est asaver le quinzime jour de Octobre, l’an de nostre regne septime.

Purveu est & grante par nous, & par ercevesques, evesques, abbes, priours, contes, barons, & la communalte de nostre roiaume, illoeques a nostre maundement assemblez, uniement assentuz & acordetz qe nul, de quel estate, ou condicion qu’il soit, en temps avenir, ne soit appelez, ne challengez por l’acheson de la prise, la detenue, ne de la mort Piers de Gavaston: ne pur meismes la mort ne soit, pris, ne emprisonez, empeschez, molestez, ne grevez, n’en jugement menetz par nous, ne par autre a nostre suite, ne a suite ne a suite d’autri, qui qu’il soit, en nostre curt, ne nulle part aillours:

Et voloms qe ceo grant & concord soit ferm & estable en tuz ces poinz, & chescun d’eux soit tenuz & gardez a perpetuite:

E por coe vous commandoms, qe coe grant & concord facez en vostre counte crier, puplier, e tenir, & fermement garder a perpetuite, si come desus est dit.

Don a Westmonstier, le xvi. jour de Octobr’.

En mesme la manere est maunde a touz les viscountes d’Engleterre.

Et mande est as justices du bank, qe coe grant & concord facent, en le bank avauntdit, lire, enrouler, & fermement garder, a perpetuite, sicome desus est dit.

En meisme la manere mande est a sire Roger le Brabazon, & ses compaignons, justices a tenir les plez le Roy devaunt lui meismes, que coe grant & concord, en le bank le Roy, devaunt luy facent lire, enrouler, &c.

En mesmes la manere maunde est a lieutenant le tresorier, & as barons del eschekier; qe coe grant & concord facent lire, & enrouler en l’eschekier avantdit, &c.

Page 2_230

A.D.1313

Le Roi a touz ceux, qi cestes lettres veront ou orront, saluz.

Sachetz que nous avons relesse & quite a nostre ame cosin & foial, Thomas conte de Lancastr,’ & a ses aerdantz, meusengs, & aliez, toutes rancours, grossours, & irrours, actions, obligations, quereles, & accusations, neetz par l’ocasion de Pieres de Gavaston, en queque manere qe ce soit, depuis qe nos praismes nostre chiere compaigne Isabelle, Royne d’Engleterre; soit de la prise; la detenue; ou de la mort du dit Piers; ou de entreez en villes; ou en chasteaux; ou de seges; ou de portement de armes; ou de prise des persones; ou de alliances, queles qe le soient; ou en autre manere, quele qe le soit; qe touche ou eit regard a la persone & au fait, q’est avenu du dit Piers de Gavaston:

En tesmoignance de queu chosse nous avons fait faire cestes noz lettres overtees.

Don’ a Westmostier, le xvi. jour de October.

Autielles lettres de pardoun ont les souzescritz, de mot en mot; c’est asavoir,


Humfray de Bohun, conte de Johan Malebys.
Hereff’ & d’Essex. Adam de Elredby.
Guy de Beauchaump conte de Robert de Colevill de Erneclif.
Warrewyk. Richard de Lymesy.
Henry de Percy. Roger Monet.
Robert de Clyfford. Pieres de Lymesy.
Johan Boteturte. Geffrey de Upsale.
Robert de Holland. duppl’. Robert le Taillur.
Griffyth de la Pole. duppl’. Richard le Waleys.
Johan de Heselarton. Johan de Creppyng.
Alisaundre de Cave. Edmond de Dacre.
Thomas le fiz Johan de Hese- Madok de Kunston.
larton. Randolfe de Dacre.
Robert de Stepelton. Osbert de Clynton.
Jordan de Dalden. William de Bere.
Robert le conestable de Halsham. William la Zusche de Haring-
William du Lunde, & worth.
Thomas le fiz Phelip, le mares- Johan Chaumont.
chal de Milford. Pierres de Belegrave.
William Trussell. Henry de Munketon.
William de Dacre. Johan Bustard.
William de Holland. Robert de Watervill.
Fouke de Pennebrugge. Thomas la Zusche.
Richard le fiz Jon le fiz Johan de Munketon.
Marmeduk. David Duy ap Eynon
William de Silkesworth, & Griffith ap Oweyn ap David.
Robert son frere. Thomas Hord.
Hugh Wake. Thomas de Bekeryng.
William de Erghum le pere. Madok Vaughan.
Waiteer de Mongomery. Robert de Askeby.
Johan de Tours. Johan de Kirkeby.
Robert le fitz Rauf le fiz Laurence Gower.
William de Grymthorp. Richard de Whitefeld,
Richard de Sturteville. Matheu de Redeman.
Simond Warde. Roger de Cambrei.
Johan Clarel. Hugh de Louthre.
Robert Walkefare. David Abemon.
Peres de Maulay de Mulgreve. Johan Lengleys.
William de Kellesey. William de Witham.
Thomas de Manneby. Robert le conestable de Flames-
Herbert de Sutton. borgh.
Thomas de Whiteworth. Gilbert de Aton.
James de Torthorald. Robert de Seint Owayn.
Roger de Bronnolvesheved. Robert de la More.
Thomas de Maundevill. Johan Moryn.
Johan du Boys. Rauf de Grendon.
Johan de Wygeton. John Darel.
Johan de Penereth. Richard Darel.
Robert de Wolseley. Geffrei de Hothum.
Johan de Clyfford. William de Paston.
Johan de Bronnolvesheved. Robert de Creppingges.
William de Covenhale. William de Rudeston.
Roger de Pilkynton. Gilbert de Stapelton.
Henry de Morleye. Johan le fiz Robert de Bonyngton.
Adam de Hodeleston. Robert Danyel.
Henry du Lee. Thomas de Harpham.
Robert de Leyburn. Wautier le fiz Ingram de Bo.
Johan de Rosgil. nyngton.
Johan de Haverington. Richard de Thornhill.
Michael de Haverington. Johan de Stapelton.
Richard de Musgrave. Rauf de Rocheford.
Nichol de Leyburn. Nichol de Stapelton.
Nicholas de Vespont. William Darel.
William de Bradeshagh. Gilbert de Karthorp, &
Richard de Hodeleston. Jon de Karthorp.
Johan de Haverington’. Simon le Constable, &
Johan de Munteney. Thomas le Constable, de Holdor-
Rauf de Bikerstath. ness.
William de Chernock. Johan Marmyon le puysne.
Rauf de Grendon. Johan de Cotum.
Henry le fiz Hugh. Rauf de Beston.
Richard de Lathum. Geffra de Walcote.
Ingram de Umframvill. William le fiz Thomas.
Thomas de Munteney. Edmon Bard, & Wauter le fiz
Johan Tempest. Adam de Heslarton.
Johan le fiz Johan Gilibron. Madok de Kerwarton.
Edmon le fiz Edmon Trussel. Roger of the Okes.
Roger de Askham. Rauf de Sechevill.
Geffrey de Seint Quyntin. William de Blankmostier.
Johan de Gras. Heuri le Fiz Hugh.
Robert de Bonyngton. Thomas de Whiteworth.
Roger de Grymeston. Robert de Brantingthorp.
Phelip de Lyndeseie. Johan de Montgomery.
Johan de Sutton. Roger de Caumbray.
Edmon Darel. Johan Coagners.
Richard de Hodeleston. Alisaundre de Bergh.
Thomas de Sheffend. Eble Lestraunge.
Henry du Boys. Payn le fiz Waryn.
Roger de Somervill. Phelip de Smothetote.
Henry Faucomberge. Robert Lestraunge.
Robert Bertram de Bothale. Thomas de Kelcynwich.
Robert Banastr’. Griffith du Lee.
Miles de Stapelton. Meistre Johan ap Ada, clerc.
Johan de Grymston. Oweyn de Montgomery, clerc.
Marmeduk de Tweng Madok Vaghhan.
Robert de Say. Rauf le fiz William de
Madok ap Meyler. Grimpthorp.
Richard de Leylaund. Rauf le fiz Richard de Preston.
Richard de la Paneterie de John Moryn de Brompton.
Meleford. Aymary la Zusche.
William de Lodelowe. Richard de Perers.
Fouk le fiz Waryn Leysnetz. Robert le Gait.
Hamon Lestraunge. Nichole de Audele.
David ap Edenevet. Johan de Blakeburn.
Fouk Lestraunge. Henry de Percy.
Richard Loveday. Nichole de Hoton.
Johan le Fiz Waryn. Johan de Hoton & Gefrei de
Geffray de Gippewyz. Roseles
Nichol de Turvill. Gefrei Geliot.
William le Porter. Thomas de Pipe.
Henry de Lancastr’. Edmun Gacelyn.
Roger le Bray. Johan Cabergh.
William de Cantelou. William de Paris.
Nichol de Seint Mor. Robert de Wylughby.
Aleyn de Leaumes. Johan le Brun.
Simon de Drayton. Nichol de Hewik.
Johan de Lilleford. William Blaunkfrount.
Gilbert Talbot. Johan de Canucon.
Rogus Jascelyn. Johan de Wygenhale.
Howel le Waleys. Richard de Routhebiry.
William Tuchet. Robert de Bereford.
William le Blund. Johan de Barynton.
Wauter de Pauely. Nicole Fourbhes.
Johan de Asheby. Johan de Haute Ryne.
Adam de Skelton. Thomas Priour de Exnynge.
Phelip de Skenefrith. Madok Cam.
Johan Comyn. Rauf de Aldewincle.
Tebaud de Gayton. Hughe de Cuilly.
Phelip de Clannon. Simon de Bereford.
Simon le Barber. Johan de Say.
Thomas de Lench. Hugh Wake.
Johan de Nafford. Robert de Aldrinton.
Wauter de Cokeseie. Williame de Swanecote.
Thomas de Clynton. Henry de la Panetrie.
William de Sutton. Roger de Campes clerk.
Johan de Brocton. Johan de Beauchaump.
Adam de Herwynton clerc. William Danet.
William la Zusche. Robert de Witton.
Roger Blase de Spofford. Robert Dastyn.
Johan de Metheleye. Robert le fiz Pieres de Burgate.
Richard le fiz Richard de Preston. Rauf Fawel.
Randaulf le fiz Rauf. Johan de Stepelton.
William de Sondford. Johan le fiz Adam le Botiller.
Johan le fiz Thomas de Pikering. Griffith ap Meredith.
Wauter le Blund. Nicole de Cokerham barber.
Henry de Wyncestr’. Rauf de Kurclyngstoke.
Nichol de Cretingg Taborer. Geffrei Bode.
William de Walkynton. Eoun le filz William le filz Eoun
Johan de Mountfort. la Zusche
Johan Lasseles. Geffrei de Touny.
Robert de Whitefeld. Nicole Qateroms.
Thomas de Dokenhale. Thomas de Dranefeld.
Thomas le fiz Robert de Simond de la Roche.
Boulton. Johan de Yelande.
Reynald de Fokeram. Geffrei de Roseles.
William de Vessington. Michel de Meldon.
Johan de Mohun. Eustace le Ken.
Richard le Ken. Johan de Hasthorp.
Henry Darel & Johan Tonk. William de Fisheborn.
Gilbert de la Chaumbre. Elis le fiz Hugh de Stapelton.
Adam le Ferour. William Puncyn.
Henry de Fisheborn. Nichol Scot de Noef Chastel
William de Disworth. supra Tyne.
Johan de Say. Peres de Rabayn.
Robert de Colevill & Johan de Gilbert de Singelton.
Colevill. Laurence Gower.
Johan Hamelyn. Johan de Topclyne.
Phelip du Chastel. William le Botillier.
Johan de Oddyngeseles. Johan de Maundevill.
Johan Ward. Jordan de Maundevill.
Edmon de Bonyngton. Bartholomeu de Enefeld.
Simon de Maundevill. Johan de Bentelegh
Wauter de Maundevill. Robert Pecok.
Thomas Bacun. William de Nevill.
Richard Darel. Johan Anker.
Johan Crefk. Hugh de Baggeleie.
Richard de Mountchensy. Richard de Hodeleston.
William Symeon. Reinaud le Charetter de
William le Taillur de Gorham. Scardeburgh.
William de Fisheburn. Robert le Coronner de
Johan de Guldeford Paneter. Scardeburgh.
Henry de Percy de Warrum. Jornnerth ap Gruffud de
Thomas le fiz William Duraunt. Abgelen.
Phelip le Ken. Aleisaundre le Barber.
Johan de Faucomberge. Jenam ap Goronwe de
Adum de la Feune. Talhaeram.
Laurence de Seint Martyn. Phelip Hastang.
Wauter de Faucombridge. Thomas de Ardern.
Richard de Rivers. Robert de Shireborn.
Johan Lok de Scardeburgh. Roger de Swynnerton.
Michel Mymot. Roger de Longonore.
Robert de Anneby. William de Beston.
Johan de Faucomberge. Johan de Carleton.
Johan Godeshalve de Scarde- Richard Pounfract.
burgh. Richard de Donstes.
Henry de Adgaresleye. Edmon le Usher.
Robert le fiz Robert le Monner de William Boghum.
Scardeburgh. Robert de Prestbiry.
William de Sheffeud. William de la Botelerie.
Johan le fiz William de Leybrun. Robert Atte Halle.
Frere Hugh Skilhare. Andrew Horne.
Hugh de Memill. Johan Purchaz.
William le fiz Johan Ronyng de Richard de Cradel.
Holm. Wauter de Crokeseie.
Robert le Gounter. Walterus de Bredon.
Richard de Ripon. Edenenet ap Madoc.
Richard de Hilton. William Curteys.
Alein de Colhus. Nichol de Langeford.
Johan Mauloverer. Henry de Bradeborn.
Simon Sturmy. Jorimeoth ap Lywarth de
William de Kenilworth. Leweny.
Thomas de Waubergh. Lewelyn ap Bledyn de Lisikoet.
Johan le fiz Henry le Scot de Reynaud de Tikelworthin.
Noef Chastel supra Tyne. Johan de Rodum.
Meistre Johan le Botiler le Ken. Johan de Lilleborn.
Robert de Praiers. Thomas Haukyn.
Johan de Somers de Bygrave. Johan Paynel.
Gilbert Gategange. Johan Comyn.
Nichol de Cardoil. Robert Bistard.
Thomas de Manneby. Thomas de Umframvill.
Johan de Conyngesby. William Haukyn.
William de Burneton. Henry Blount.
Geffray de Dutton. Will’ Wodlace de Clixby.
Adam de Galleway. Johan de Arcy.
William de Prendergest. Johan de Gascelyn.
Thomas de Frysmarays. Johan de Pampeden.
Gilbert Fleming. Sampson Peytenyn.
William de Stapelton. Robert de Stretleie.
Robert de Holdene. Estevene de Belewe.
Johan de Swynnerton. Johan Merlyn.
Johan de Gildeford. Phelip de Peletost.
Johan le Harpour de Fangfosshe. Robert de Haliwell.
Johan le fiz Henry de Blakeburn. Thomas de Newmarche.
Thomas de Tunleie. Henry de Newton.
Ankeltin Salvayn. Johan de Ellerker.
Reynaud le Sauser. Geffrey Lewyn.
Reynaud Beket. Robert de Augerton.
Phelip de Wambergh. Nichol de Ellerker.
William de Faucomberge, Gilbert de Oggil.
Adam de Goushill. Robert le Ken.
Richard Sakevill. Adam le Rous.
Roger Inkpenne. Richard de Aketon,
Percevall Simeon. Johan de Garenn conte de Surr’.
Robert Ferbras. Johan Moriz.
Johan de Miners. Joh’ fitz Rich de Hywish.
Thomas de Chaumberleyn. Baudewyn le Aublastier.
Robert de Bulkelegh. Robert de Strelleie.

Page 2_232

A.D.1313

Le Roy au lieu tenant le tresorier, & as barons del eschekier, salutz.

Come n’adguaires, devant certeines persones, deputees a treter sur ascun debatz euz entre nous & ascun de grantz de nostre roiaume, entre autres choses feust acordez, qe en nostre prochein parlement, apres purveaunce, se feist par nous, & le commun assentement des prelatz, contes, & barons, qe en touz parlementz, tretementz, & autres assembleez, qe se ferront en roiaume d’Engleterre, a tuz jours, qe homme veigne sant tote force & saunz armes, bien, & peisiblement, al honur de nous, & a la pays de nous, & de nostre roiaume:

Et ja, en nostre prochein parlement a Westmostier, apres le ditz tretis, les prelatz, contes, barons, & la communalte de nostre roiaume, illoeques assemblez, en avisement de ceste bosoigne, nous aient dit que a nous apent, & devons, par nostre roiale seignurie, defendre portement d’armes, & tote autre force, contre nostre pais, a totes les foiz qe nous plerra; & punir ceux qe contre vendront, selone les leys & les usages de nostre roiaume:

E qe a ce sout il tenuz de nos aider, comme leur bon seignur, totes les foiz qe mester serra:

Vous mandons qe cestes choses facetz lire devant vous, en le dit eschekier & illoeques enrouler.

Don’ a Westm’, le xxx. jour d’Octobr’.

Et maunde est a sire Rogier le Brabanzon, & ses compaignons, justices a les pletz le Roy devant lui tenir assignetz, qe cestes choses facent lire devant eux & illoeques enrouler.

Et maunde est as justices du bank, qe cestes choses facent lire devant eux en dit bank, & illoeques enrouler.

Page 2_232

A.D.1313

Le Roy a toutz ceux qui cestes lettres verront ou orront, salutz.

Sachez qe, come n’adguerres eussoms acquite, par nos lettres overtes, nos amez & foials, Thomas conte de Lancastre, nostre chier cosin, Gui conte de Warr’, Henry de Percy, & Robert de Clyfford, pur eux & touz lur aliez, aerdanuz, & mesuengs, des jueux, chivals, & autres diverses choses, prises a Noef Chastel sur Tyne, & aillurs, par l’encheson de Pieres de Gavaston, & especifiees en nos lettres avauntdites, sicome en meismes nos lettres est pleinement contenu:

Nous, pur greinure seurete des avauntdiz contes, Henry & Robert, lur aliez, aerdanz, & mesuengs, en ceste partie, eux, & chescun de eux, de touz juaux, chivaus, & totes autres choses, queles q’eles fussent, qe estoient prises a Noef Chastel sur Tyne, & ailurs, par l’encheson du dit Peres, aquitoms, & aquitoms, pur touz jours, par cestes nos lettres overtes, contre totes genz qi rien y porront demander.

En tesmoinaunce de quel chose, nous avoms fet faire cestes nos lettres overtes.

Don’ a Westmostier, le quint jour de November’.

[Indè fiunt quinque paria.]

Page 2_233

A.D.1313

Le Roy a tuz ceux qi cestes lettres verront ou orront, salutz.

Sachetz q’en nostre parlement, comence a Westmostier le Dimeinch proschein apres la Seint Mathew l’Apostle, l’an de nostre regne septisme, por certeines & covenables enchesons;

Purveu est & grante par nous, & par les ercevesques, evesques, abbes, priours, contes, & barons, & par tote la communalte de nostre roiaume, illoeques a nostre maundement assembletz, uniement assentuz & acordetz, qi nul, de quel estate ou condicion quil soit, por la prise, ne l’arest des joiaux, chivaux, ou autres biens & chateux, queux q’il feussent, & a qi q’il feussent, noz ou d’autrui, a Noef Chastel sur Tyne, ou nulle part aillors, par encheson de Piers de Gavaston; ou du fait qe est avenuz de li; ne por entrees en villes, ne en chasteux; ne por seges des chasteux; ne por portement d’armes; ne por prises des persones; ne por aliaunces queles q’eles soient: ou en autre manere quele qele soit, qe touche ou eit regarde a la persone, ou au fait q’est avenu du dit Piers: ne soient appelletz., pris, ne arestez, emprisonez, molestez, ne gravetz, ne en jugement menetz par nous, ne par autre, a nostre suite, ne a suite d’autri, en nostre curt, ne nulle part aillors.

E ausint qe monsieur Griffith de la Pole, monsire Fouk Lestraunge, leur mesuengs, alliez, & aerdantz, por le sege du chastel de la Pole, ne por occision des gentz, ne por chevanches, qil fesoient, a force & armes, en les terres de Powys, de la Pole, & aillors, en celles parties, ne por prise des bestes, ne d’autre biens, queux qil feussent, & a qi qil feussent, ne por autres choses, illoeques faites contre nostre pees, ne soient appelletz, pris, ne arestez, emprisonez, molestez, ne grevetz, n’en jugement menetz par nous, ne par autre a nostre suite, ne a suite d’autri, en nostre curt, ne nulle part aillors:

E aussint qe monsire Johan de Cherleton, qi tint le dit chastel al temps du dit sege, ses mesuenges, allietz, & aerdantz pur chevanchees, q’il fesoient en les terres & parties avantdites, ne por occision des gentz, ne por prise des bestes, ne d’autre biens, queux qil feussent, ou a qi qil feussent, ne por autres choses, illoeques faites contre nostre pees, si comme avant est dit, ne soient appelletz, pris, ne arestez, emprisonez, molestez, ne grevez, ne en jugement menetz par nous, ne par autre, a nostre suite, ne a suite d’autri, in nostre curt, ne nule part aillors:

Et voloms qe les grantz & acords susditz soient ferms & estables en toutz leur poinz, & chescun de eux soit tenuz & gardez a perpetuite.

En tesmoignaunce de queu chose, nous avons fait faire cestes nos lettres overtes.

Don’ a Weysmostier, le sysme jour de Novembr’.

[Triplicatur.]

Page 2_233

A.D.1313

Edwarde, par le grace de DIEU, &c. as toutes ceux, que cestz lettres verront, ou orront, salutz.

Saches que, en nostre parlement, commence a Westmestre le Dimayn prochein la fest de Saint Mattheu l’apostel, en l’an de nostre reigne septisme, par certeins & covenables enchesons.

Purveu est & grante par nous, & par ercevesques. evesques, abbes, priours, countz, & barons, & la communaltie de nostre royalme, illoeques a nostre mandement assemblez, unement assentuz & acordez qe nul, de quel estat ou condicion que il soit, en nul temps, a venir, soit challenge, pris, imprisone, empeche, moleste, ne greve, ne a jugement mesne, par nous, ne par autres a nostre suite, ne a suit d’autry, que quil soit, en nostre court, ne nul parte aillours, par encheson de revenir de monsir Piers de Gaveston en Engliterre, ne d’eide, meintenaunce, adeidrunce, ne de conseyle, ne de resceyte de luy, ne d’aliaunce fait a luy, ou par luy, par escripte, ou autrement, ne pur encheson de demurer en sa compaignie, ne en service en nul temps passe ceo en arrere.

Et volons que cest grante & accorde soit ferme & estabile en toutz ses pointes, & chescun de euz soit tenus & gardes a perpetuite.

Et tesmoignaunce de quel chose, nous avons fait faire cestz nous lettres patentz.

Done a Westmester, le septiesme jour de Novembre, l’an de nostre regne septisme.

Page 2_241

A.D.1314

Fet a remember que, come en le parlement de tresexcellent prince Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seignur d’Irland, & ducs d’Aquitaign, que fuit a Estaunford, l’an de soen regne tiers, entre lui & ceux de son conseil illoeques d’une part, & les messages du noble seignur Guill’ conte de Holland, Seland, & de Fris’ d’autre part, illoeques envoiez par le dit conte, por peser divers contens & descordz, meutz entre les sugietz du dit Roi & de levandit conte, entre altres choses, fust acordez que les avanditz messages feroient seurte, en noun du dit conte, de faire gre, deinz certein temps, a les marchaundz du roiaume du dit Roi, qui dettes furent cleres & conues; cest asavoir, a Watier le Ken de Nicole, & a ses compaignons, de noef cent & cinkant quatre livres; & a Richard Wake, & Johan Wyp, de deus cent & cinkante & noef livres: sicome en une ordenance, sor ceo en le dit parlement fete, & en la chauncelerie du dit Roi enroullee, plus pleinement est contenuz.

Et puis lui dit conte se eust oblige, par soen escript, a Robert Elis de Grant Jernemuth, en une grant summe d’argent, a paier a mesme celui Robert a certeines termes, issi que celui Robert feist gree as ditz Watier, Rich’, & Johan, en noun du dit conte & de ses gentz avantditz, sicome asseroit.

Et lui dit conte, puis entendant que des biens des gentz de son poair venaunz en dit roiame, par divers arestz feust leuez, tanque a la summe contenue en la dite obligation, & non pas fet a ses du plein as ditz marchandz de la dette avantdite, eust envoiez en Engleterre a Westmostier ses messages, (cest asaver, Guilliam de Brawod & Johan de Turnay) a la presence du dit Roi, en l’an de son regne septisme, en priant que le dit Roi des biens, des marchaundz du dit conte, deinz le Roiaume avantdit, par la cheson avantdite, arestez depuis le dit parlement, tanque a la venue des ditz Guill’ & Joh’ messages, feist faire enqueste & resnable aconte;

Si, que quant le dit contes saveroit ce, que en feust resceu de sa gent par tieux arestz: & ceo, que en feust paiez as marchaundz, avantditz: & ceo, que leur demorreit a paier de la summe avantdite; adonques lui dit contes en froit gree a eaux de ceo qil en serroit tenuz de mesme la summe.

Et lui dit Roi, desirant bone pees entre ses sugietz & les sugietz du dit conte, adonques eust envoie, & assignez par sa commission, ses chers clers, Johan de Merton & Steph’ de Brawode, d’enquerre, en la presence des ditz messages, en le conte de Norff’ ou les ditz arestz se firent, de touz les arestz fetz puis le dit parlement, tanque a la venue des messages en Engleterre, sur les gentz du poiar du dit conte, par acheson de la dette avantdite:

Trove fu, devant les dites clers & messages, par loial enqueste, que, a la vill de Grant Jernemuth, furent arestz de divers gentz du poair du dit conte, par bref du dit Roi, l’an de soen regne quarte, en deners & en darrees, a la value de seisaunt & dis livres & dis & sept soudz; les queux deners & biens furent deliverez au dit Robert Elis par bref le Roi avantdit:

Et ensement trove fu, par mesmes cele enqueste, que en meins de divers gentz de meisme la ville de Gernemuth, hostes as gentz du dit conte, furent arestez deners par bref le Roi, en meisme l’an quart de son regne, a la summe de seisaunt & dis livres, sicomme piert plus pleinement par la dit enqueste sur coe pris; les queux seisaunte & dis livres encores demoerent en meins de meismes ceux hostes, nient levetz.

D’autre part, trove fu, devant les dites Joh’, Steph’, & messages, par bone enqueste, que a Lenn furent arestez par brief le Roi, l’an de soen regne quart, sur les gentz du poair du dit conte, par l’acheson avauntdite, biens prises a la value de cent unze livres & sept soudz; les queux furent livers, par brief le Roi, au dit Watier comme attorne le dit Robert.

D’autre part, trove fu par meismes l’enqueste, que le dit Watier ad resceu autre les ditz cent unze livres & sept soudz, de divers gentz du poair du dit conte, en darres & en deniers, a la summe de trente & cink livres & unze soudz:

Ensi est la summe de tut resceu & arestez a les dites villes de Jern & de Lenn, deus cent quatre vintz sept livres & quinze soudz; des queux le dit Watier, par sa reconissaunce en court, ad resceu du dit Robert & en soen noun, en partie de sa paie de noef cent & cinkaunte quatre livres avantditz, deus cent dis & sept livres & quinze soudz.

Et, pur ceo que seisaunte & dis livres sont arestez en meins de divers gentz de Jernemuth, & nient levez sicome est avantdit, la court, le Roi, & les ditz messages voelent que le dit Watier eit bref de faire lever cele summe de seisaunte & dis livres, & de resceivre les en partie de soule de sept cent trente & sis livres & cinke soudz, que demorent a paier a dit Watier de noef cent cinkante & quatre livres avantditz; si que adonques demoerent a paier au dit Watier sis cent seisaunte & sis livres & cink soudz.

Endroit de la paie des queux sis centz seisaunt & sis livres & cink soudz, acorde est par la court du dit Roi, par les ditz messages, & par le dit Watier, que meismes celui Watier soefre curtoisement, saunz arest faire, pur bone pees norir, & passera en propre persone, oue les ditz messages devers le dit conte; & lui, contes, em fra son gre bonement des sis cent seisaunte & sis livres & cink soudz avantditz, & des damages q’il en aurad resceu en cestes choses.

Et, s’il aveigne que le dit conte ne le face soit l’vandit Watier a resort, de aver son recoverir, come avant, sur le dit conte e ses gentz venaunts en le roialme d’Engleterre, des ditz sis cent seisaunt & sis livres & cink soudz, pleinement, oue ses damages.

Et sur ceo, soit le dit Watier, a son revenir, ou son attourne en cestes choses, creuz par leur serment fait en chauncelerie du dit Roi.

Ensement acorde est, que le dit Robert desores n’enport rien de profit parmi le obligacion avant nome: en dreit des dettes des ditz marchaundz, en dreit de la demaunde Richard Wake & Johan Wyp, de deus centz & cinkaunte & noef livres, por ce que meismes ceux Rich’ & Joh’ furent presentez a les dites enquestes prises, & ne fu point trouez par meismes celes enquestes, ne autrement, q’ il avoient riens resceu ne arestez pur la dite summe de deuz centz & cinkaunte & noef livres a eaux deues, ne que gre lour estoit fait de cele summe, ne de partie:

Si furent eaux suffisaument garniz & priez en noun des dites clers le Roi, & messages, de venir en la court du dit Roi, a resceivre la garde de mesme

Page 2_242

la court en les choses susdites, ensemblement ove le dit Watier, la queu chose il otroierent bonement a faire, & ne sont point venuz, ja soit que les dites messages soient moltz demorez en esgardant lour venue:

Acorde est par meisme la court, & par assent des dites messages, que les dites Richard & Johan soeffrent bonement, por bone pees norir, de seure ou faire areste, & quergent le dit conte, en lour propres persones, si ceo ne soit q’il voellent que le dit Watier face la sute pur eaux, pur la conissance que le conte en ad devers lui pur mesmes les choses, les quele il ad sui devers lui avant ces heures; & lui, contes, en fra lour gre bonement, si q’ il se tendront apaiez par reson.

Et s’il ne le face soient les dites Rich’ & Johan, a lour recoverir a la fourme que desus est ordine pur le dit Watier.

Cestes choses, desus escrites, sont acordez & assentiz par la court le dit Roi, & les messagez, & Watier avantditz, & sur ceo ceste endenture face le d’arrien jour de Jenevoir a Westmostier, en la chauncelerie le dit Roi, l’an de son regne septisme, & illoques enroulle; dont l’une partie est livre as ditz messages, & l’autre al dit Watier, en noun de lui, & de Rich’ & Joh’ avantdites.

Page 2_252

A.D.1314

A treshaut, trespuissant, & tresexcellent prince, monsiegnieur Eduart, par la grace de DIEU, Roy d’Engleterre, duc d’Acquitaigne, & seigneur d’Irland, Robert cuens de Flandr’ salus, reverense & honeur.

Sire, come nous aiens ad este prest & apprailles, & chon apparut par veure, de tenir & raempler, faire tenir & raempler, la pais, acorde, & poins parlee devant Lille, sour le quelle le ost s’en departi, & le guerre cessa intre treshaut, tresnoble, trespoissant, & tresexcellent prinche, nostre treschere & ame signeur, monsieur Philip, par la grace de DIEU, Roy de France, & nous, & encore sommes:

En le quelle il est contenue que nous devons sauver tout no herritage; & chou non contresteant li dessus dis nos trescheres sires, en tient grant partie; la quelle a recouvrer a nostre pooir nous ne poons laissier bonement:

Et nous volons, otrions, avons fait cryer, commander, & publier par tout no pays, que toutes maneres de marchantz de France, d’Engleterre, & autres, pussent & porront, seurement & sauvement, eaus, lour maismes, & leur biens, venir, demorer, marchander en no pais de Flandre, & retournir la il lour plerra, sans arest, ne empeschement nos, ne es personnes, ne es biens; & chou vous tenrons, & ferons tenir loiaument & en bone fei.

Et s’il soit acorde entre nous, nos gens, d’une part, & vo maieur, & vos marchans d’Engleterre d’autre, de tenir seurement & sauvement leur estaple de lains, & d’autres biens en no ville de Bruges;

Nous supplions a vestre roial mageste, q’il lui plaise, que en tiel maniere no marchaunt de Flandr’ qui ore sont en vostre roiaume, & qui i veurent, & pussent seurement & sauvement, a tous lour, maismes, & biens, demorer & marchander, & en Flandre paisiblement retourner, sans empechement, ne arest nul, ne es persones, ne es biens.

Et, s’il avenist, pur aucun ocoison, que ja n’avenra, se Dieu plaist, qu’el ne pleust a vo roial mageste d’ensi faire, & tenir, quil lui plaise, de tenir, & faire tenir les privileges & les franchises, que vo antecesseur & vous ont donne & otroiet, par lour lettres ouvertes, & les vos, a nos marchans de Flandre.

Et chou, q’il vous plairra a faire des choses desusdites voellies nous remander par voz lettres overtes.

Et nostre sires croisse vostre escar & honeur.

Donne a Bruges l’endemaine dou jor Seint Jaque & Saint Christopher, l’an de Grace MCCCXIV.

Page 2_254

A.D.1314

Le Roi a touz ses baillifs, & foiaux, & loiaux, a queux cestes presentes lettres vendront, salutz.

Sachez que, come sire Robert de Brus nous eit escrit, par ses lettres, que la chose du mounde q’il plus desir, ceo est q’il peust avoir entierement l’acord & l’amiste de nous:

Et nous eit requis que nous vueusissions crere frere Rauf de Chilton, portur de celes lettres, de ceo q’il nous dirroit de par li:

Et meismes celi frere Rauf, par sa creaunce, nous eit prie, de par le dit sire Robert, qui nous vueusissions doner noz lettres de saufe conduit a Neel Cambel, Roger de Kirkpatrik, Robert de Keth, & Gilbert de la Haye, chivalers, de venir vers nous, ou vers ceux qui nous a ce voudroms assigner, as jour & lieu covenables, por monstrer ascunes choses tuchantes la dite busoigne, & pur treiter sus yceles:

Et dist assint par meisme sa creance qui le dit sir Robert & ses gentz, en le meen temps surserront, devers nous & noz gentz, de tote maniere de fait de guerre & autres maus faire:

Nous, sur ce grauntoms as ditz chivalers, & a chescun d’eux, & a les gentz de lor mesnee qe vendront ovesqes eux, nostre sauf & seur conduit, en venant vers Duresme, d’estre la Dimaigne a treis semaines de la Saint Michel prochein avenir, pur treiter y sur la dite busoigne oue ceux qui nous enverroms, as jour & lieu avantditz, yloques demorant, & en retornant.

Et pur ce comandoms a vous touz e a chescun de vous, que as ditz chivalers, ne as gentz de leur mesnee, ne a nul de eus, en venant devers Duresme, pur la dite busoigne, yloques demorant, ne en retornant, ne facez, ne, tant come en vous est, par autres ne soeffretz estre fait mal, ne moleste, tort, grevance, ne desturbance en leur persones, chivaux, hernais, ne leur autres biens; &, si rien leur soit meffait, ce leur facez redrescer sanz delai.

En tesmoignance des queus choses nous avoms fet fere cestes nos lettres overtes, a durer tant q’ au jour de la Saint Martyn preschein avenir.

Don’ a Everwyk, le xviii. jour de Septembre, l’an de nostre regne utisme.

Page 2_255

A.D.1314

Le Roi a touz ceaux; qi cestes lettres verront, ou orront, salutz.

Sachez qui, come sire Robert de Brus nous eit escrit, par ses lettres, qe la chose du mounde, qil plus desire, ceo est q’il peust avoir entierement l’acord & l’amiste de nous:

Et nous eit requis, qe nous vousissoms veer coment peust estre;

Nous, regardantz qe, por tretitz avoir sur pees & acord, si est triwe, ou suffrance de guerre bosoignable;

Sur ceo grauntoms, & donoms a noz chiers & feaux, mestre Robert de Pikeryng deen del eglise Seint Piere d’Everwyk, monsieur Johan Boteturte, monsieur Richard fiz Marmeduk, monsieur Williame Inge, & monsier Johan de Bensted, chevalers, ou quatre, ou treis de eaux, plener & plein poer & especial maundement;

De treiter, en noun de nous, & por nous, oue le dit sire Robert, & les autres gentz d’Escoce, a qi nous avoms guerre, ou oue ceux, qi por euaux vendront, de triwe, ou suffrance prendre entre nous, nos hommes, noz suzmis, & noz aidantz d’une part, & eux, & lur alliez, & aidantz d’autre part, sur les guerres, dissensions, & descordz, qe sont entre nous & eux, solonc ce q’il verront qe mieuz soit a faire:

Et de mesmes celes triwe, ou suffrance otrier, doner, affermer, & de jurer en nostre alme de celes triwe, ou suffrance fermement garder & tenir;

Et de totes autres choses fere & acomplir, q’ a celes triwe, ou suffrance serront busoignables ou covenables, tut soit il qil requergent especial maundement.

Et nous averoms ferm & estable quant que les avantditz, deen, Johan, Richard, William, & Johan, ou quatre, ou trois de eaux averont treitie, & otreie, ordene fait, & aferme en noun de nous, ou por nous, & por noz hommes, & pur noz suzmis, & pur noz aidantz, sur les choses avandites, & chescun deles.

En tesmoignance de queu chose, nous avoms fet faire cestes noz lettres overtes.

Donez a Everwyk, le sisme jour d’Octobr’.

Page 2_255

A.D.1314

Le Roi a touz ceux, &c. Sachez qe, come, &c. usque ibi, qe meux soit a faire, & tunc sit, issint q’il nous certifient & avisent de la forme & la manere de l’acord, & la pees, qe serra parle & tretee, et qe nous eut peusoms faire, outre ceo, qe, par l’avisement & lacord de nostre barnage, verroms qe soit a faire. Et tesm’, &c.

Don’ ut supra.

Page 2_255

A.D.1314

Le Roi a touz ceux, &c. Sachez qe, come tres noble & tresexcellent prince, nostre trescher pere, Philip, par mesme la grace, Roi de Fraunce, nous eit requis, qui nous a sire Robert de Brus, & a les autres gentz d’Escoce, a qi nous avoms guerre, vossissomes doner trewe ou suffrance;

Nos, a la requeste de mesme celuy Roi, come de nostre trescher piere & ami, & come de celuy qi de rien ne se tient estre alliez al dit sire Robert, ne a lez gentz d’Escoce;

Grauntoms & donoms a nous feux & leux mestre Robert de Pikeryng, &c. ut supra usque ibi, plener & frank pouer, & especial mandement, de treter en noun de nous, & pur nous ovesque le dit sire Robert, & les autres gentz d’Escoce, ou ove ceux, qi pur eux vendront, &c. ut supra de verbo ad verbum.

Don’ ut supra.

Page 2_255

A.D.1314

Le Roi a toux ceux, &c. salutz. Sachez qe, come le tresnoble & tresexcellent prince, nostre trescher piere, Philipp, par mesme la grace, Roi de France, nous eit requis qe nous nous voessessoms encliner, & assentir a bone pees & acord faire entre nous d’une part, & sire Robert de Brus, & les autres gentz d’Escoce, a qui nous avoms guerre, d’autrepart;

Nous, a la request de mesme celuy Roi, come de nostre trescher pere & amy, & come de celuy qi de rien ne se tient estre alliez au dit sire Robert, ne a les gentz d’Escoce, & pur les perilz d’almes & de corps, & les damages, qe par guerres, & les biens & les profitz, qe par pees & acord entre cristiens avenent;

Grauntoms & donoms a nos chers & feux mestre Robert de Pykeryng, &c. ut supra usque ibi, qi pur eux vendront, & tunc sic, de ferme pees & d’acord, a durer a toux jours, entre nous, nos hommes, nous suzmis, & nous aidantz d’une part, & eux, & lor alliez, & lor aidantz d’autre part, sur les guerres, dissensions & descortz, qe sont entre nous & eux, solom ceo q’il verront qe meutz soit a faire.

Issint q’il nous certifient & avisent de la fourme & la manere de l’acord & la pees, que serra parle & tretee, & qe nous eut poussoms faire, outre ceo, qui, par l’avisement & l’acord de nostre barnage, verroms qe soit a faire.

Et tesm’, &c.

Don’ ut supra.

Page 2_256

A.D.1314

Le Roi a toux ses baillifs & feux, a quex, &c. saluz. Sachez qe, come nous eoms graunte de tretir de pees & de acord entre nous, & les gentz d’Escoce, as queux nous avoms guerre, nous prenoms en nostre sauf & sur conduit sis persones, prelatz, ou autres de la terre d’Escoce, & lor meigne mesurable, en venant deincz nostre poer, illoeques demurrant, & tretant sur la busoigne avantdite, & de illoeques returnant:

Et, pur ceo, comandoms a vous, & a chescun de vous, sur forfetur de quanque vous nous purrez forfaire, fermement enjoiniancz, q’a sis persones, prelatz, ou autres, de la dite terre d’Escoce, qi vendront deincz nostre poer, pur treter sur la dite bosoigne, illoeques demurrant, & en returnant, ne a lor meigne avandite, ne lor persones, chivaux, herneis, ne autres biens, ne facez, ne, tant come en vous est, par autres suffrez estre fait mal, molest, demage, destourbance, ne grevance: &, si rien lor soit meffet, ce lor facez redrescer sauncz delai.

En tesmoignance, &c. a durer tanq’ la feste de la Nativite nostre Seignur, preschein avenir.

Don’a Everwyk, le dizme jour October.

Page 2_266

A.D.1315

A treshaut, tresnoble, & tresexcellent prince monsieur Edwart, par la grace de DIEU, Roy d’Engleterre, seignieur d’Irland, & duc d’Acquitaigne, B. conte de Flandr’ appar a ses plaisirs.

Come vous, tresexcellens princes, avies donne seure & sauf conduit, par vostres lettres ouvertes, as marchants de nostre ville de Yppre; qu’il peussent seurment venir, aveuc leur marchandises & biens, en vestre terre demorer, & marchander la, & revenir paisuilment en no terre de Flandres:

Et, par le vertue de celuy conduit, Nichases le Sages, Daniel Vobrecht, Jehans Brand, Guilles Carlui, Jakenres Calf, Jakenres Bossard, & Gylles Witlam, marchans de no dite ville d’Ypre, firent mener viii. packes de dras jusques au port d’Orwelle.

Et la viendrent grand quantitie de vestres gens en une neef de la Rie de vestre ville, & les dis dras & autres biens roberent, tollirent & emenerent contre la volente des dis marchans, & de leur messages, & les persones prisent non contrestant quil monstroit, que sour le vestre condut il i furent venu, & i averent leur biens amenes; sicome autrefois, sire, avons escripte a la vestre roial majeste.

Et comme ces coses sunt notoires, & les dis biens ont este trouves en la ville de Rie avantdite, & les personnes coupables don dit fait, sicome il puit apparoir clerement, par le retour du baillif de la dite ville de Rie, retourne en la vestre chancellerie, sicome no dit marchant maintienent:

Et nous, sire, a la vestre royale majeste, & a vestre conseil avoms primere fois & secunde suppliet, par noz lettres, que don dit trespas & roberie vausifies faire nos dis marchans adrechier, qui pour ceo ont lonc tans vestre court pursuve, & il encore de riens ne soyent adrechier;

La trerche fois supplions a la dite vestre roiall mageste, & a vestre noble conseill, que vous voilliez a ceste fois si faire adrechier noz dis marchans, & leur faire restitution de leur biens, qui ensi leur furent robees & tollues, & sour vestre dit conduit, quil n’aient reson d’eux doloir.

Nostre sires maintienge vestre estat en honour, & en sainte.

Donees a Gand, le tresinze jour del mois d’Avril, l’an de Grace mil trois cenz & quinze.

Page 2_270

A.D.1315

A touz ceus qe ces lettres verront, Johan Plorebant, garde de la prevoste de Paris, salut.

Sachent tuit, que nous, l’an de Grace mil CCC. & quinze, le Merquedi apres la fest Seint Johan Baptiste, veismes les lettres nostre seigneur le Roi contentanz la fourme qui sensuit:

LUD’, DEI gratiâ, Francie & Navarre Rex, gentibus nostris in parliamento præsidentibus, Thomæ Petrag’ & Xancton’ senescallo, cæterisque justiciariis nostris, ad quos præsentes litteræ pervenerint, salutem:

Requestis, ex parte carissimi & fidelis nostri Edwardi, Regis Angl’ illustris & ducis Aquit’, nobis per ipsius gentes oblatis, diligenter attentis:

Mandamus vobis & præcipimus, quatenus gratiam remissionum, dudum, obtentu dicti fratris nostri, eidem, suisque officialibus, & subditis quibuslibet, per carissimum genitorem nostrum dum viveret, per litteras suas factam, pœnarum, multarum, emendarum, excessuum, & delictarum, in quibus inciderant erga ipsum dominum nostrum, & poterant incidere, teneatis, & teneri ac servari firmiter faciatis, secundum ipsarum formam & seriem litterarum:

Quicquid post, & contra remissiones hujusmodi factum fuerit per vos, & vestrûm quemlibet, prætextu avestilati, aut alio quoquo modo, ad statum debitum, prout ad vos & vestrûm quemlibet pertinuerit, revocantes, salvo jure quolibet alieno, secundum formam & tenorem dictarum litterarum in præmissis.

Dat Par’, xv. die Junii, anno Domini MCCC quintodecimo.

Et nous ce transcript avons seel du seel de provoste de Par’, l’an & le jour dessusdiz.

Page 2_270

A.D.1315

Loys, par la grace de DIEU, Roys de France & de Navarre, a haute prince, nostre trescher frere & feal, Ed’, par icele mesme grace, Roi d’Engleterre, & duc d’Aquitaine, salut & bone amur.

Comme, ou vivant de nostre trescher seigneur & pere, entre lui d’une part, & Robert adonc conte de Flandr’ & les Flamenc d’autre, eust este traitie & certein accort de pais, pur la quele tenir & garder fermement a touz jours, saunz jamais venir encontre, il obligent leur persones, & touz leur biens, souz quelcunque jurisdiction, & en quelconque lieu il porroient estre trove, sicome il est plus plainement contenue es lettres faites sus icele pais.

Et, apres ce, qar il ne tenoient, ne gardoient la dite pais, sicome il s’estoient oblige & tenu y estoient, ains venoient & faisoient encontre, le dit Robert, appelle souffisament, solonc la forme de la pais, en nostre court a Paris, en nostre palais, par devant les pers de France, ait este tenu, par le jugement des pers & de la court, garnie, sicome il appartenoit, pur defaillant du tout de tenir & de garder icele pais, sicome il si estoit obligiez, & y estoit tenuz, & de venir & faire encontre:

Et, avec ce, ait est pronuncie, par celui jugement, les forfaitures estre commises & encourues encontre lui.

Et encore, apres tout ce, li dit Robert, & tout le pays de Flandr’ avec lui, se soient mis notoirement en rebellion, & en guerre ouverte, contre nous & nostre royaume, sicome chascun set;

Nous, pur ces choses, leurs persones, & touz leurs biens avons exposez & abandonnes a toutes maneres de genz, qui les porrent trover, en quelque lieu que ce soit, pur estre sers & esclavez en leurs persones a touz jours, & leur biens a estre forfaiz a ceus, qui les pouront.

Pour ceo nous vous requeroms, sus la feaute & l’amour en coi vous este tenu a nous, & les aliances qui sont entre vous & nous, que les diz Flemenz, nos enemiz, avec touz leur biens, la ou il porront estre trouve, souz vos destroitz, faitez peure, & mettre par devers vous, sicome forfaiz a vous, sers & esclaves, a touz jours.

Et, que vous soiez miez enfourmez de toutes ces choses, nous vous envoions, avec ces lettres, les jugemenz & condempnacions, faites solempnement contre nos diz enemiz, si les faites publier par voz terres; si que vous ne s’en puist excuser par cause de ignorance.

Donn’ à Crecy, le xviii. jour de Juignet, l’an de Grace mil CCC & quinze.

Page 2_271

A.D.1315

Le Roi a touz nos ministres & foials de l’ewe Trente, tant qe as les parties de Rokesburgh, saluz.

Sachez que nouz, desirantz mettre tot l’aide & le conseil qe nous porroms, en la salvacion de nostre roiaume, & de nostre poeple, & de eux garder & defendre de mal & de damage q’ avenir lour poet par cas, par les Escotz, nos rebels & enemis a nous, & a tot le dit nostre roiaume:

Et fioms de la loiaute, & del avisement nostre chier cosyn & foial Aymar de Valence conte de Pembrok, lui avoms assigne & establi cheventaigne & nostre lieutenant en les dites parties, dedeinz fraunchises & de hors, sur totes les gentz d’armes & de chose qe touche fait d’armes, ausibien de gent a chival com a pe, qui terres, ou tenementz, ou autres biens eent ou tienent en les parties avantdites:

Ensi qe, quant il lour fra asavoir ou garnir, soient, dedeinz ouyt jours apres son garnisement, sanz nule manere de delay ou d’excusacion, bien atirez & apparaillez, a la ville de Noef Chastel sur Tyne, ou aillours, par la ou il serront garniz estre par le dit Aymar, a faire ceo q’il lour dirra & chargera de chose que touche la garde & le defens de nostre roiaume, & agreyaunce de nos enemis.

Purquoi nous vous mandoms, fermement enjoignantz, en la foi qe vous nous devez, & sur quant qe vous nous poetz forfaire, q’ au dit Aymar & a ses maundementz soietz ausi entendantz & obeissantz, come a nostre lieutenant en choses avantdites, sicom dit est, & come vous serrez a nous meismes, totes le foiez qe vouz serrez, de par lui, requis ou garni:

Car nous lui donoms, par ces presentes lettres, plener poair & especial maundement a destreindre, & punir, & de amercier, sullonc sa descrecion, touz ceux q’il trovera contraires desobeissantz ou rebells a cesti nostre maundement, & a faire si avant en ceste busoigne, en choses susdites, come si nous meismes i fuessoms.

Et voloms qe le dit conte, & ceux qi par ses lettres overtes a ceo serront assignez, peussent faire lever les amerciementz susdites, en tiele manere ensi en haste, com il lui semblera, q’il face a faire, sanz nule manere de desturbance ou de contredit:

Et qil poet meismes les amerciementz, & quant qe ensi serra levez de tieux copables, espleiter & mettre en nostre service, sicome il verra qe soit a faire a nostre honur, & por meillor esploit des nos busoignes.

En testmoignance, &c. A durer tantq’ a la feste de Touz Seintz prechein avenir.

Donees a Westmonster, le quint jour de Joil.

Page 2_274

A.D.1315

Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seignur d’Irlaund & ducs d’Aquitannie, as viscountes de Loundres, salutz.

Pur ceo que par trop outragieuses & desmesurables services des mees & viandes que les grantz de notre roialme eincz ses heures ount faitz & usez de faire, & uncore fount & usent en lor hostels; & de ceo q’ altres meindres gentz de mesme le roialme, as queux tieles choses ne appent pas demprendre, saflorcent de countrefaire les grantz emfeisauntz tieles outragies, outre ceo que lor estat demaunde; & ensement de ceo que moutz des gentz udifs par colour de menestralcie, messagerie, & altre encheisons feines, ount este & uncore sount receuz en altery hostels as mangeries, & de ceo ne se sount pas tenuz appaiez, sil ne eient este regardez largement des douns des seignurs des hostels, moltz des mals sount avenuz al dit roialme, & à empirement de bone saunte de corps des gentz, & à destruction des biens du roialme, & à graunt empirement & empovrisement de mesme le roialme:

Nous, voillauntz tieles outrages, emprises & udiveses restreindre, & les mals, qe de les porrunt avenir de tut oster, si avaunt come nous poms, par lassent & lavisement de notre consail, avoms ordeine, qe la forme qe sensuit, soit gardee & tenue sur les choses sutzescrites:

Primes, qe les grauntz seignurs du roialme ne facent servir lor hostels forsques des deus cours des chars, a quatre manere des chars, ceste assavoir, lun & lautre cours double saunz plus, fors pris les prelats, countes, barouns, & les altres plus grantz de la terre eient une entremesse d’une manere de charge a lor tables, si lor plest; & ausint facent servir lor hostels des jours de peisson de dieux cours, & quatre manere de peisson, saunz

Page 2_275

plus, ove une entremesse dune manere de peisson, si lor plest; & qi autrement le ferra, soit greveusement punie par nous:

Et ausint q’as hostels des prelatz, countes, & barouns, ne viegne au manger disour, sil ne eit menestralcie: & des menestralls nulls ni viegne, forsque trois ou quatre honurabls au plus a un jour, sil ne seient priez depar le seignur del hostel: & as hostels de meindres gentz, nul ne viegne sil ne soit prie, & qe ceux qi ensi vendrount, se tiegnent paiez de manger & boiver & de la curtasie qe le seignur del hostel les voudra faire de son bon gre, sauntz ceo qe rien demaundent:

Et si nul countreveigne ceste ordenance, a la primere fiez perde sa menestralcie, & à l’altre fiez forjurge son mostier, & mes ne soit resceu pur menestral en nuly hostel.

Ensement qe nul messager ne courour, viegne en nuly hostel au manger, sil ne port la male son seignur, ou eit certain message à faire al seignur del hostel: & des archiers & autres gentz udifs nul y viegne, sil ne soit prie depar le seignur;

Et defendoms sur notre greve forfaiture, qe nul les reteine à manger contre la forme de cest ordenement.

Et pur ceo vous comaundoms, fermement enjoignantz, qe les chose susdites facez publier, en cites, burges, villes marchandes, & autres lieus en votre baillif, ou vous verrez qe soit afaire, & fermement garder, sur les peines avauntdites.

Donez à Langele, le vi. jour Daust.

En tieu manere est maunde a touz les viscontes d’Engleterre.

Page 2_275

A.D.1315

Rex vicecomiti Leycestr’, salutem. Cum tempore celebris memorie, domini E. quondam Regis Anglie, patris nostri, pro conservacione pacis sue in regno suo, de communi consilio magnatum & procerum ejusdem regni, per predictum patrem nostrum in signum, ut arma pacem facerent, certa forma armorum subscripta, per incolas ejusdem regni observanda, apud Wynton’ ordinata fuisset; videlicet, quod;

Comaunde est, qe chescun homme eit en sa mesun armure pur la pees garder, soloum l’aunciene assise;

Cest asavoir, qe chescun homme entre quintz aunz & seisaunte soit asis & jure as armes, solom la quantite de lor terres & de lor chateux; cest asavoir, a quinz livere des terres, & chateux de quaraunte mars, hauber, chapel de feer, espee, cutel & chival;

A dis livere de terre, & chateux de vint mars, haubergoun, chapel, espee, & cutel;

A cent souze de terre parpoint, chapel de feer, espe & cutel;

A quarante souze de terre & de plus, jesque à cent souz, espee, ark, setes & cutel;

Et, qi meins ad de quaraunte soutze de terre, soit jure a faus gisarmes, coteux, & autres menens armes; qi meins ad de chateux de vint mars, espees, coteux, & autres mennes armes; & touz les autres qi aver pount, eient arcs, & setes hors de forestes; & dedenz forestes, arcs & piles; & qe venue des armes soit fete deux fiez par an:

Et, en chescun hundred & fraunchise seient esluz deux conestables a fere la venue des armes, & les conestables avantditz presentent devaunt les justices assignez, quant il vendrunt en pais les defautes, qil averount trovez de armure.

Ac jam, non solum pro pace inter incolas nostros regni predicti conservandâ, set eciam pro repulsione Scotorum inimicorum & rebellium nostrorum, qui ante hec tempora homicidia, depredationes, incendia & alia diversa facinora perpetrarunt; & jam civitatem nostram Karlioli hostiliter obsederunt, & alia dampna innumera in partibus illis inhumaniter perpetrarunt; ac pro aliis hujusmodi dampnis & gravaminibus exnunc evitandis & repellendis, arma & ipsorum usus & exercitium fidelibus & incolis regni nostri predicti, & pro nostro & corone nostre, honore & commodo, ac salvacione fidelium & incolarum predictorum, & repulsione dictorum inimicorum nostrorum, sint necessaria & eciam oportuna:

Nos, considerantes premissa racione suscepti regiminis regni nostri, nostris curiis principaliter insidere; advertentes eciam, quod in tam arduis, & tantâ necessitate, que neminem, qui sub eisdem comprehendi possit & debeat, excludit, in hiis que ad conservacionem corone & regie dignitatis nostre & repulsionem dictorum inimicorum & rebellium nostrorum pertinere poterunt, nullus quomodolibet debeat excusari;

Tibi precipimus, firmiter injungentes, quod in civitatibus, burgis, villis mercatoriis, & aliis locis publicis in ballivâ tuâ, ubi necessè fuerit, publicè facias proclamari & injungi districiùs ex parte nostrâ, quod omnes & singuli infra ballivam tuam conversantes & residentes, sub forisfacturâ omnium bonorum & catallorum suorum primâ vice; & si negligentes fuerint secundâ vice, sub penâ captionis terrarum & tenementorum suorum in manum nostram, ad voluntatem nostram retinend’, & incarcerationis corporum eorumdem ad arma se preparent, in formâ tempore dicti patris nostri, ut expressum est superiùs, ordinatâ: ita quod citra festum Sancti Michaelis proximò futurum, sint competenter in formâ prædictâ armati, ac exnunc prompti & parati, simul cum victualibus necessariis pro eis, per quadraginta dies suorum & aliorum de partibus suis sumptibus, providendis, ad proficiscendum contra inimicos & rebelles nostros supradictos, ad ipsorum maliciam, cum DEI adjutorio, repellandam & potenciùs reprimendam:

Et hoc, sicut nos & honorem nostrum diligitis, & indignacionem nostram vitare volueris, nullo modo omittas:

Mittemus autem quosdam fideles nostros ad supervidendum & inquirendum de gestu & facto vestris in hâ parte, quibus in premissis pareas & intendas, cum ab ipsis vel eorum aliquo super hoc ex parte nostrâ fueris premunitus.

T.R. apud Langele, viii. die Augusti.

Eodem modo scribitur singulis vicecomitibus citra Trentam.

T. ut supra.

Page 2_277

A.D.1315

Le Roi as viscountes de Londres, saluz. Pur ceo que, en les alliaunces, faites entre sire Ph’ nadgueres Roi de France, e nostre chier piere, que DIEUS assoile, pur eus, e pur leur heirs & leur successours (les queles alliaunces furent, e sont affermes d’une part & d’autre est contenu que l’un ne receptra, ne sustendra, ne confortra, ne fera comfort ne aide as enemis de l’autre, ne seoffra qil eient comfort, socours, ne eide, seit de gentz d’armes, ou de vitailles, ou d’autres choses, queles q’eles soient, de ses terres, ne de son poer;

Mes defendra, sur peine de forfeture de cors, e de avoir, e empeschera a tout son poer loiaument, en bone foi, que les ditz enemis ne soient receptez, ne confortez es terres de sa seignurie, ne de son poer, ne qu’el n’eient confort, socours, ne aide, seit de gentz d’armis, des chivaux, d’armure, des vitailles, ou d’autres choses, queles q’eles soient:

Et que l’un ne receptra les bannitz du roiaume l’autre, ne les seoffra a recepter en ses terres, ne en son poer; einz les fra voider dedenz qaraunte jours:

Et tresnoble prince, e nostre trescher frere, sire Lowys, a ore Roi de France, nous eit signifie que les genz de Flaundr’ sont ses enemis, e banniz de son roiaume:

Nous, voillaunte faire, en ceste partie, ceo que faire devoms solom la forme des alliaunces avauntdites, vous maundoms, fermement enjoignantz, que vous facetz crier e publier en nostre dite cite de Loundres, que toutz Flemengs, enemis, & banniz del dit Roi de France, sur forfetur de cors, e d’avoir, veudent nostre roiaume dedentz qaraunte jors apres la feste del Exaltacion de la Seinte Croitz prochein avenir:

E que nul de nostre roiaume, ne de nostre poer, sur la forfeture avauntdite, face a le Flemengs, enemis, e bannis del dit Roi de France, confort, socours, ne aide de gentz d’armes, chivaux, armure, vitailes, ne d’autres choses, queles qe les soient, contre la forme des alliances avantdites;

Et ceo ne lessez en nule manere:

Et n’est mie nostre entencion que cestes choses s’entendent as Flemengs, maries, e demorantz en nostre roiaume.

Don’ a Nicole, le primer jour de Septembr’.

Autieles lettres sont enveiez a chescun viscounte d’Engleterre.

Page 2_277

A.D.1315

A tresexcellent prince, e son trescher frere, sire Lowis, par la grace de DIEU, Roi de France e de Navarr’, Edward, par cele meisme grace, Roi d’Engleterre, seignur d’Irlond, & ducs d’Aquit’, salutz, oue encres de honur, e victoire de ses enemis.

Treschier frere, nous resceumes nadguerres vos lettres de requeste, que nous vous aidissons de nostre navie contre vos enemis de Flandre, sur quoi, sir, vous fesoms savoir, que nous avoms grant desir e volunte de faire, en totes choses, ceo que purra torner a honur e profit de vous, e a bon esploit de vos busoignes contre vos ditz enemis:

Mes, cher frere, vous savez ben, coment nous avoms este einz ces heures pressez par nos enemis d’Escoce; e puis sont il entre nostre terre d’Irlond, e il sont arsons, roberies, e touz les autres maus de guerre q’il pout; par quoi nous ordenasmes n’adgueres, par nostre conseil, avant que vostre guerre de Flandr’ se comenca, d’enveer tote la navie que nous purrions extrere vers les parties d’Irland, e ausint devers le est, pour grever nos enemis avantditz, e l’envaismes depiezca.

D’ont nous vous prioms, que vous nous teignez a excusez de ceo, que nous ne pooms furnir vostre requeste, a ore si pleinement come nous desirions, par les dites resons, que nous poise forment.

Ne pour quant nous avoms mande a nous amirails de nostre dite navie, d’une part e d’autre, q’il purchacent a vos ditz enemis tout le damage q’il saveront e purront.

Et ausint avoms mande & estreitement comande a nous feals e loiaux monsire Humfrei de Littlebury e monsire Johan de Sturmy, queus nous avioms assigne amiraus a cheventeins d’une partie de nostre navie, que nous avioms assigne pur grever nos ditz enemis, e pur garder la costere de la mer, que eus sanz delai voisent oue cele navie contre vos ditz enemis, solom ceo q’il vous plerra ordener, pur grever vos ditz enemis, sicome les noz, a tout lour poer.

Don’ a Dytton, le xviii. jour de Septembre.

Page 2_280

A.D.1315

Le Roy au visconte de Nichole, saluz, Come, en les alliances faites entre sire Philip, n’adgaires Roy de France & nostre chier pier, qi DIEUX assoile, pur eux & pur lor heires & lor successours (es queles alliances furent & sount affermez d’une part & d’autre) soit contenuz que l’un ne receptera, &c. prout supra, dat’ 1.Sept’, mutatis competenter mutandis, usque hæc verba: viz.

Et nous eioms ja entendu que auscuns des diz Flemmencs, enemis du dit Roy de France, sount, pus les xl jours passez, apres la dite feste de Seinte Croice, demorez, recettez, eidez, & cofortez en cites, burghs, & aillors deinz vostre baillie, contre nostre defens & nostre maundement, & la tenure de les dites alliances.

Nous, voillans, quant que en nous est, que les dites alliances soient gardez & tenuz en lur force, vouz mandoms, firmement enjoignantz, que pris ove vous deux chivalers de vostre baillie, aillez en propre persone as citees, bourghs, & aillors deinz vostre baillie, auxibien deinz franchise, come dehors, & par serment des bons & loiaux hommes (par les queux la verite purra mieux estre sue) facez diligeaument enquerre queux Flemmencs, enemis du dit Roi de France, sont demorez en vostre baillie, apres les diz xl. jours passez, & ou, en quele manere, & coment, & par qui, ou queux, il ont este recette, eidez, ou confortez.

Et touz les Flemmencs, enemis du dit Roy de France, que vous troverez deinz vostre baillie, auxi bien deinz franchises, come dehors, facez arester, ensemblement ove les biens, & sauvement, & saunz destraction des ditz biens garder, tanque vous en eiez autre maundement de nous:

Et des nouns de eux, & de la value de lor biens, facez entre vous & les ditz chivalers endenture, & des ditz nouns, & biens, & de lor recettours, & de tote vostre fet en ceste partie, souz vostre seal, & les seals des ditz chivalers, distinctement & apertement, nous certefiez saunz delai: retournant a nous ce bref.

Escrit a Clipston’, le ix. jour de Novembre.

En mesme la manere est escrit a touz les viscountz d’Engleterre.

Page 2_283

A.D.1316

A touz ceux, qui cestes lettres verront, ou orront,

Johan le fuiz Thomas seignieur Doffaly,

Richard de Clare,

Maurice le fuiz Thomas,

Thomas le fuiz Johan,

Johan le Poer,

Baron’ de Donnoille,

Arnald le Poer,

Moricz de Rocheford,

David de la Roche, &

Miles de la Roche, salutz en DIEU.

Come par mauvoyte d’aucunes gentz de loinz, compassauntz & purchasauntz damage & desheriteson a nostre seigneur monsieur Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seigneur d’Irlaunde, & ducs d’Aquitaine, & a ses heirs, & a nous, & a noz heires, les treytours nostre dit seigneur le Roi, & ses enemys d’Escoce soient entreez en la terre d’Irlaunde, a purprendre la dite terre sur nostre dit seigneur le Roi, & sur nous, & eient attrete devers eux touz les ireys d’Irlaunde, & graunde partie des grauntz seigneurs, & menes gentz Engleis de la dite terre, soient donez as ditz enemyz, nostre seigneur le Roi, & les noz, countre lour foie, & lour liegeaunce;

Nous, eiauntz regarde a la liegeaunce, foie, leaulte, & homage que nous devoms, & avoms fait a nostre dit seigneur le Roi, coment que nous veoms overtement nostre grant damage, aussibien en perte de noz gentz, terres, & chateux, come disheriteson nostre dit seigneur le Roi, pur nostre bone foie tenir & leaute vers nostre liege seigneur le Roi d’Engleterre avantdit, & a ses heirs;

Conoissoms, & loialement promettoms, par cestes lettres pur nous, & pur noz heires, que bien & loialement maintendroms, garderoms, & defenderoms, a tote nostre poer, totes les dreitures & les resons nostre dit seigneur le Roi, contre tote manere de gentz, qui porront vivre, ou morir; e nostre leale peine y mettrons a destrure les ditz enemys nostre seigneur le Roi, saunz nule manere de fraude, ou de feyntise; e a ce conoissoms chescun de nous estre jurez sur seintz evangel.

E, pur cestes choses meux asseurer, voloms & grauntoms, chescun de nous, que si nul de nous, que DIEU defende, soit trove en defaute, ou rien face qe peusse desturber nostre emprise susdite, le corps celui, q’ensi serra trove en defaute, terres & chateux soient forfaitz a la volunte le Roi.

E, pur affermer nostre dite emprise vers nostre dit seigneur le Roi, & pur nous meismes asseurer, chescun de nous, devers autre, avoms grante, sur noz serementz, rendre a nostre dit seigneur le Roi noz hostages, chescun pur lui, & pur son linage, des meillors que nous saveroms eslire entre nous, par commun assent; e mesmes les hostages mettre en chastell de d’Evelyn, ou aillors, ou il plerra a nostre dit seigneur le Roi, ou a son conseil; issint, totes voies, que noz ditz hostages soient bien & honestement gardez, & sustenuz a les custages le Roi, chescun solonc son estat.

En tesmoignance de queu chose, a cestes presentes lettres nous avoms mis noz seals.

Don’ a d’Ivelyn le Meskerdy prochein apres Purificacion Nostre Dame, l’an du regne le dit nostre seigneur le Roi Edward, fuiz le Roi Edward, neuisme.

Et memorandum quod ista littera tradita fuit, per dominum Rogerum de Northburgh, custodem garderobe domini Regis, apud Westm’, xvii. Aprilis, anno prædicto, domino Ade de Osgodeby, custodi rotulorum cancellariæ domini Regis, ad irrotulandum; et statim, post irrotulationem ejusdem, liberata fuit, per dominum Adam, præfato domino Rogero, per ipsum in garderobâ custodienda

.

Page 2_302

A.D.1316

Roi a toutz ses baillifs, foials & loials, a qui cestes presentes lettres, &c. salutz.

Sachez que, come sire Thomas Randolf, & sire Johan de Meneteth, chivalers d’Escoce, soiont a venir a nous, pur ascunes busoignes, si come nous avoms entendu;

Nous, voillantz purvoier a la seurte de eux, si come il affert, avoms pris en nostre sauf & seure conduit, & en nostre protection & defense especiale, les avantdites Thomas & Johan, & leur menengs, en venant a nous, demorrant, & de illoeques en Escoce returnant:

E pur ceo vous maundoms, sur forfeiture de quant que vous nous poiez forfaire, fermement enjoinantz, q’ a les avantditz Thomas & Johan, ou a leur menengs, en venant a nous, demorrant, ou de illoeques returnant, en leur persones, ou en lour biens, ne facez, ne ne suffretz, tant come en vous est, estre fait injure, moleste, damage, desturbance, ou grevance; einz les facez aver sauf & seure conduit, a totes les foitz, que sur ceo serrez requis par les avantditz Thomas & Johan, ou l’un de eux.

En tesmoignance de queu chose, nous avoms fait faire cestes noz letres overtes, a durer taneque a la feste de la Purificacion de nostre Dame procheyn avenir.

Don’ a Everwyk, le xxiii. jour de Novembr’.

Page 2_325

A.D.1317

A nostre seigneur le Roy demonstre la communaute de la ville de Bermeio pur Sey, e pur les autres villes du pouer de Viscaye, qe come il soyent sanz nuyll ...... du poer & jurisdiction de Madam Marie de Viscay; e se jugent par autre le qe les gens de Espaynhe, e vous ayes outroie, avant ces heures, marches contre les genz du reaume d’Espainne:

Pour la quele enchesun les gentz de Vermeio, e autres du poer de Viscaye, ont este damage a court, pour ceo q’il ne furent nuyll temps consenteront en nuyll forfet, que les genz du reaume de Espaigne feissent contre vous e tout vous genz; ainz ont este touz jours, au tempts de la guerre de Gascoinhe devert vous e vous genz, e ont ayde a vous genz de vitailhes e dautres chouses, solom lur poer, quant les gentz du royaume de Espaigne estoient contre vous & vos genz, en ayde du Roy de France:

Et de cestes choses, sire, vous poes bien acertener par les lettres, que le Roy de Espaigne e les gentz de vostre vile de Bayon vous ont enveye, sur ceste chose;

D’ont vous supplions les diz habitanz de Vermeio, pur eux e pour touz les autres du poer de Viscaye, que de vostre grace les vuilhez outrier par voz lettres patentes, que de ces heures en avant, por nuylh forfet que les genz de Espaigne fazent a nouz gens, ils ne lurs biens ne seyent gage, ne damage, si ne estoit, qe ceux memes de Viscaye fussent au damage faire a doner.

Page 2_331

A.D.1317

Rex omnibus, ad quos, &c. salutem. Sciatis quod, cum inter nos, &, dilectum & fidelem nostrum, Thomam de Multon, dominum de Egremond, quædam conventiones initæ sint in hunc modum.

CESTE endenture tesmoigne que, le xxv. jour de Maii, l’an du regne nostre seignur le Roi Edward, filz le Roi Edward, disme, accorde fust entre nostre dit seignur le Roi d’une part, & monsieur Thomas de Multon seignur de Egremond d’autre part, que mariage se fera entre Johan, einez filz & heir le dit monsieur Thomas, & Johane, la feile monsieur Piers de Gavaston, jadys counte de Cornewayll, si tost come les ditz enfauntz serrount venuz a age covenable, qil peussent estre marietz.

Et est assavoir que le dit monsieur Thomas ad grante de faire a nostre dit seignur le Roi tiele seurte par reconissance, come il meismes voudra deviser, quil nule terre, quil tient ore, ne que lui porra escheir par decente de heritage, par reversion, ou en autre manere, ne essoignera jammes de liu, en damage, ne en desheritance de son dit filz, ne de ses heirs.

Et doit le dit monsieur Thomas, de maintenant, assigner a la dite Johane, es lieus covenables & suffissantz, quatre centz marchees de terre, a tenir a terme de sa vie, en noun de douwaire, apres la mort le dit Johan, sil avenist, qui Dieu defende, quil se lessat morir vivant son piere.

Et deit aussint le dit monsieur Thomas trouer a son dit filz, a la dite Johane, & a leur engendrure, honurable sustenance en totes choses, sicome appent a leur estatz, qe le heure, quil pleise a nostre seignur le Roi, ou a les autres amis la dite Johanne, q’ ele demoerge devers le dit monsieur Thomas.

Et, por ceo mariage acomplir en la fourme avantdite, nostre seignur le Roi deit doner au dit monsieur Thomas mil livres en deniers, a paier a treis termes; c’est a savoir,

Cynk centz mares en main;

Cynk centz mark a la Nativite Seint Johan le Baptiste prochein avenir;

Et cynk centz marcs a la Seint Michel prochein suiant.

En tesmoignance de queu chose est fait ceste endenture, seale des seals nostre seignur le Roi, & du dit monsieur Thomas entrechaungeablement.

Done a Westmonster, le jour & l’an desusditz.

AC idem Thomas, juxta conventiones prædictas, in cancellariâ nostrâ, prædicto vicesimo quinto die Maii, recognoverit se debere nobis decem milia librarum, solvenda nobis in festo Sancti Michaelis proximò futuro;

Nos ipsius Thomæ securitati in hâc parte providere volentes, concedimus, pro nobis & hæredibus nostris, quod, si prædictus Thomas dictas conventiones, juxta indenturam prædictam, observaverit, quod dicta recognitio dictarum decem milium librarum pro nullo habeatur, set omni careat roboris firmitate:

Et, si contingat quod idem Thomas contra dictas conventiones, seu aliquam earumdem, seu contra tenorem indenturæ illius venerit, aut eas non observaverit, tunc dicta recognitio prædictarum decem milium librarum sui roboris in omnibus optineat firmitatem, & executioni debitæ demandetur.

In cujus, &c.

Teste Rege, apud Westm’, xxvi. sexto die Maii.

Per ipsum Regem.

Page 2_343

A.D.1317

Le Roi as baillifs, ministres, & touz ces feaux & leaux, as quex cestes presentes lettres vendrent, salutz.

Come, pur grosses bosoignes, touchauntes nous & nostre roialme, eoms ordine nostre parlement a tenir, a Nicole, a la quinzeine de Seint Hillair preschein avenir, por aver y conseil & avisement de noz prelatz, & de nostre cher cosin le counte de Lancastr’, & de noz autres grauntz, sur le bon estat & governement de nostre roialme, et sur ascunes mustraunces, a nous faites par, noz chiers & fealx, monsieur Aymer de Valence counte de Pembrok, & monsieur Humfrei de Bohun counte de Hereford & d’Essex, por bien de pees, & bon acord norir.

Eoms graunte qui touz les gentz le dit counte de Lancastr, & touz ceaux de sa mesne, & de sa retenance, & ses allieetz, & leur gentz, oue leur biens, peussent sauvement & seurement, par tot nostre roialme, & nostre poer, queu part qil voillent, aler & demorer; & que nul arest, par nule cause, fete avant la confection de ceste lettre, sur eux, ne sur leur biens, terres, ne tenementz par nous, ne par nul de noz ministres, soient faites, tanque a la quinzeine avantdite, n’en tot le temps durant le dit parlement; & qui totes choses, euz tochantes, endemetres remaignent en pees; mes que les choses, qui devient estre redresces en parlement, adonque soient redresces; et les choses, tochantes la commune ley, par la ley du roialme soient aillors redresces.

Et, si par aventure aveigne q’ ascun, ou ascuns de eux, ou leur biens, par enchesun de nule cause, sicome est susdit, soient arestutz, empeschez, molestez, ou grevez par nous, ou nul de noz ministres, voloms qui tieux arestz & attachementz, empeschementz & grevances, par les ditz countes de Pembrok & de Hereford, ou par l’un de eaux, ou par ceaux, ou celi, as queux, ou a qi les ditz countes, ou l’un de eux averont, ou avera a ce done poer par leur lettres, ou par les lettres l’un des eaux patentes, a les queux sur ce avoms done noz lettres patentes jointement & severalment, a desarester, & sanz delai eux, & leur biens, & leur terres deliverer issint que, dedeinz le susdit temps, nuls des gentz le dit counte da Lancastr, nes gentz de sa mesne, ne de sa retenance, ne nul de ses alliez, soient empeschez, arestuz, n’en quereles, molestez, ne grevez, durant le dit temps, encountre la forme subsite.

En tesmoignance de quele chose, &c.

Don’ a Everwyk, le xxvi. jour de Septembr’.

Per ipsum Regem.

[Duppl’.]

Page 2_357

A.D.1318

Edward par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seigneur d’Irlande, & ducs d’Aquitaigne, as baillifs, ministres, & touz ses feaux & leaux, as queux cestes presentes lettres vendront, saluz.

Sachez que, come le vintisme jour de Septembr’ drein passe, por groses bosoignes, touchauntes nous & nostre roialme, eussoms ordine nostre parlement a tenir a Nicole a la quinzeine de Seint Hillar’ drein passe, por aver y conseil & avisement de noz prelatz, & de nostre chere cosyn, le counte le Lancastre, & de noz autres grantz, sur le bon estat & government de nostre roialme, & sur acunes monstraunces, a nous faites par noz chers & foials, monsieur Aymer de Valence counte de Pembrok, & monsier Humfrei de Bohun counte de Hereford & d’Essex, por bien de pees & bone acord norir:

Et eussoms grauntez a totes les gentz le dit counte de Lancastre, & touz ceux de sa meisne, & de sa retenance, & ses allietz, & lur gentz, ove lur biens, puissent sauvement & seurement, par tot nostre roialme & nostre poer, queu part q’il vousissent, aler, & demorer:

Et que nul arest, par nule cause, faite avant le vintisme jour de Septembre avantdit, sur eux, ne sur lur biens, terres, ne tenementz, par nous, ne par nul de noz ministres, fuissent faites, tanque a la quinzeine avantdite, n’en tot le tenps durant le dit parlement:

Et que totes choses eux tochauntes, eu dementers remagnissent en pees; mes que les choses que devient estre redresces, en parlement a dunques fuissent redresces; & les choses touchantes la commune lei, par la lei du roialme fuissent aillors redresces:

E si par aventure aveignisse q’ ascun ou ascunes de eux, ou lur biens, par encheson de nule cause, sicome est susdit, feussent arestez, empeschez, molestez, ou grevez par nous ou nul de noz ministres, voississoms que tieuz arestz, & attachementz, & empeschementz, & grevances, par les ditz countes de Pembrok & de Hereford, ou par l’un de eux, ou par ceux ou celi as queux ou a qi les ditz countes, ou l’un de eux, euissent, ou eust a ce done poer par lur lettres, ou par les lettres l’un de eux patentes:

A les queux sur ce avioms done noz lettres patentes, jointement & severalment, a desarester, & sanz delai eux, & lur biens, & lur terres deliverer; issint que, dedeinz le susdit tenps, nul de gens le dit counte de Lancastr’, ne genz de sa meisne, ne de sa retenance, ne nul de sez alliez feussent empeschez, arestuz, ne quereles, molestez ne grevez, durant le dit tenps encountre la fourme susdite; sicome en noz lettres patentes de ce faites plus pleinement est contenuz:

Et puis, par certeines enchesons, eussoms eloignez le dit parlement, a tenir a mesme le lieu le primer Dimaign de quaresme prochein avenir; & ja, a la requeste des prelatz & del cleregie de nostre roialme, eoms esloignez uncore le dit parlement, a tenir a mesme le lieu, a lendemain de la Trinite prochein avenir:

Grantoms que totes les gentz le dit counte de Lancastr’, & touz ceux de sa meisne, & de sa retenance, & ses alliez, & lur genz, oue lur biens, puissent sauvement & seurement par tot nostre roialme & nostre poer, queu part qil voillent, aler, & demorer, & que nul arest, par nule cause, faite avant le dit vintisme jour de Septembr’, sur eux, ne sur lur biens, terres, ne tenemenz, par nous, ne par nul de noz ministres, soient faites, tantque le dit jour l’endemain de la Trinite, n’en tot le tenps durant le dit parlement:

Et que tutes choses eux tochantes, faites avant le dit vintisme jour de Septembre, en demettres remaignent en pees; mes que les choses que devient estre redresces, en parlement adonqes soient redresces; & les choses tochantes la commune lei, par la lei du roialme soient aillors redresces:

E si par aventure aveigne q’ ascun ou ascunes de eus, ou lur biens, par encheson de nule cause, sicome est susdit, soient arestuz, empeschez, molestez, ou grevez par nous, ou nul de noz ministres:

Voloms que tieux arestz & attachemenz, empechemenz & grevances, par les ditz countes de Pembrok & de Hereford, ou par l’un de eux, ou par ceux ou celi as queux ou a qui les ditz countes, ou l’un de eux, averont, ou avera a ce done poer, pur lur lettres, ou par les lettres l’un de eux, patentes, a les queux sur ce avoms done noz lettres patentes, jointement & severalment, a desarester, & sanz delai eux, & lur biens, & lur terres, deliverer, issint que, dedeinz le susdit tenps, nuls des gentz le dit counte de Lancastre, ne gentz de sa meisne, ne de sa retenance, ne nul de ses allietz, soient empeschez, arestuz, n’en quereles molestez, ne gravez, durant le dit tenps, encontre la forme susdite.

En tesmoignance de quele chose nous avoms fait faire cestes noz lettres overtes.

Done a Westmonster, le quart jour de Marz.

Per ipsum Regem.

Page 2_370

A.D.1318

Fait a remembrer, qui come n’adgaires certeins prelatz, countes, & barouns, de la volunte nostre seigneur le Roy, & assent des plusours grantz du roialme, & autres du conseil le Roi, lors esteaunts a Norhampton, fuissent alez devers le counte de Lancastr’, de parler & treter ovesques lui sur le profit & l’onur nostre seigneur le Roi, & de son roialme:

Et en la parlaunce, & tretiz, entre les ditz prelatz, countes & barouns, & le dit counte de Lancastr’, parle & trete fust q’ evesqes, countes, & barouns fuissent demorauntz devers nostre seigneur le Roi, por lui conseiller es bosoignes qui li touchereient tauntque en son prechein parlement:

Et de ceo, & d’autres choses endenture faite en la forme qui s’ensuit;

Cest endenture tesmoigne, coment les honurables pieres, l’ercevesqe de Dyvelyn, & les evesqes de Norwicz, Ely, & Cicestre, & les countes de Pembroch & Arundel, monsieur Roger de Mortimer, monsieur Johan Somery, sire Bartholomie de Badlesmere, monsieur Rauf Basset, & monsieur Johan Botetourt; de la volente & l’assent nostre dit seigneur le Roi, unt parle od le counte de Lancastr’ sur les choses, touchauntes le profit nostre seigneur le Roi, & du roialme, en la forme qui s’ensuit; cest asaver;

Qe les evesqes de Norwicz, Cicestre, Ely, Salesbury, Seint David, Kardoil, Hereford, & Wircestre; les countes de Pembrok, Richemund, Hereford, & Arundel; sire Hugh de Courteny, sire Roger de Mortimer, sire Johan de Segrave, sire Johan de Grey, & un dez banretz le counte de Lancastr’, q’il vodra nomer, por un quartier, demoergent pres de nostre seigneur le Roi, tauntque a prechein parlement; issint que deux des evesqes, un des countes, un des barouns, & un des banretz le dit counte de Lancastr’, au meins, demoergent pres du Roi adesseement:

Et que tutes choses, qe a charger facent, qe se porrount & deverount faire sanz parlement, se facent par lour assent; &, si autrement soient fait, soit tenuz por nient, & adresce en parlement par agard des piers, & totes choses covenables soient redresseez par eux:

Et au parlement soient esluz de eux, & des autres, qi devient demorer pres de nostre seigneur le Roi, par quarters, solonc ce q’il serrount esluz & assigne en parlement, a faire & conseiller nostre seigneur le Roi en la fourme avauntdite.

Et les susditz, prelatz, countes, & barouns, de la volente & l’assent nostre seigneur le Roi, unt en pris qe le Roi fra au dit counte de Lancastr’, & a ses gentz, & ses meignees, reles & acquitaunces de totes maneres de felonies & trespas, faitz countre sa pees, tauntque au jour de Seint Jak cest an:

Et qe les chartres de reles & acquitaunces soient simples, & sanz condicion; &, si meillur seurte pust estre trove por eux, au dit prechein parlement, soit fait a eux, & illuqes afferme devant nostre seigneur le Roi, & son barnage.

Et le avauntdit counte de Lancastr’, ad grante qil fra relees & acquitaunces a touz ceaux, qi devers nostre seigneur le Roi sount, qui demaunder le voudront, de ce q’ a lui apent, de trespas, fait a sa parsone, & ce si tost come cestes choses avant dites soient afermees, & ne fra seute de felonie vers nul d’eux, del houre q’il aurount ses lettres;

Sauve a counte de Lancastr’ totes les quereles, actions, & sutes, qil ad vers le counte de Garrenn’, & a toutz yceux qi furent assentauntz & aidauntz as felonies & trespas, qui le dit counte de Garrenn’ lui ad fait, countre la pees nostre seigneur le Roi:

Et q’ les ordinances soient tenuz & gardees, solonc se qe eles sount contenues souz le grant seal nostre seigneur le Roy:

Et qe cestes choses sutzdites se frount & tendront en toutz pointz, come avant est dit, unt leaument en pris, de la volente & l’assent nostre dit seigneur le Roi:


Les honurables pieres en Dieu, l’ercevesqes de Cauntrebur’ & de Dyvelyn,
Et les evesqes de Norwicz, Ely, Cicestre, Salesbur’, Cestre, Wincestre, Hereford, & Wircestre,
Et les countes Mareschal, Edmund son frere,
Et les countes de Pembrok, Richemund, Hereford, Ulvester, Arundel & Anegos,
Sire Roger de Mortimer,
Sire Johan de Somery,
Sire Johan de Hastingg,
Sire Johan de Segrave,
Sire Henr’ de Beaumount,
Sire Hugh le Despenser le fiuz,
Sire Johan de Grey,
Sire Richard de Grey,
Sire Bartholmie de Badlesmere,
Sire Robert de Mohaut,
Sire Rauf Basset,
Sire Wauter de Norwicz.

En tesmoignance de queu chose, les prelatz, countes, & barouns avantditz, unt mys lour seals al une partie de ceste endenture, & le dit counte de Lancastr’ al autre partie ad mis son seal.

Escritz a Leek, le ix. jour d’Augst, l’an du regne du dit Roi Edward duzisme.

Et ore, a comencement de cest y parlement, la dite endenture eit est lewe en presence de touz assembleez, a meisme le parlement, & totes choses, contenues en mesme l’endenture, par eux diligeaument regardeez, les prelatz, countes & barouns se assenterent, por le honur du Roi, & profit du lui, & de son roialme, de lui priere & requerer qe, pur les grosses busoignes, qe lui touchent, & avenent de jour en autre;

Lui pleise d’assenter q’ deux evesques, un counte, un baroun, &, a ceux, un baroun, ou banret du mesnage le dit counte de Lancastr’, por mesme le counte, en noun de lui, par les quartiers, soient adessement pres du Roi, entendantz a deliverer & conseiller, en due manere, sur totes busoignes chargeauntz, qe le Roi avera a faire, & qe se purrount, ou deverount deliverer sanz parlement, tauntque autrefoitz en parlement soit autrement ordeine;

Issint q’ riens, de ceux choses, ne soit delivers saunz le conseil & l’assent des prelatz, countes, & autres, q’ ensi demorreynt pres du Roi, solonc la fourme de la dite endenture; &, si teles choses autrement se feissent, fuissent tenuz por nules; sicome en mesme l’endenture est contenu; et, de cestes choses requistrent nostre seigneur le Roi:

Nostre seigneur le Roi entendue cele requeste, desiraunt estre conseille par totes les maneres, qi pount, & deyvent tourner al honur, & a profit de lui, & de son roialme, & eaunt regard a ce, qe au temps, q’il resceut le governement de son roialme, il trova sa terre d’Escoce de guerre contre lui; laquele guerre se ad puis en cea, contenue, & fait uncore: et, estre ce, puis son temps, ad guerre este muè contre lui en sa terre d’Irland, & plusurs autres enpeschementz avenuz la, & aillurs en sa seignurie, & oncore avenent; d’unt il lui semble qil ad bien busoigne, par celes enchesons, d’ avoir pres du liu plus grant, & plus suffissaunt conseil:

Se acord, & voet aver pres du lui prelatz, countes, & barouns de lui conseiller en la fourme avantdite, issint, totes foitz, q’ ses ministres ja le meins facent lur offices, solonc ce q’ faire deverount, solonc la lei & les usages du roialme.

Et come en la dite endenture soit contenue, qi les prelatz, countes, & barouns, en cele endenture nomez, de la volente & l’assent nostre seigneur le Roi, averent enpris, q’ le Roi freit al dit counte de Lancastr’, & a ses gentz, & a ses meignees, relees & acquitaunces de totes maneres de felonies & trespas, fait contre sa pees, tauntque al jour de Seint Jak cest an:

Et q’ les chartres des reles & acquietaunces fuissent simples & saunz condicion; &, si meillur seurte purreit estre trove por eux al prechein parlement, fust fait a eux, & illuqes aferme devant nostre seigneur le Roi, & son barnage:

Nostre seigneur le Roi, par assent des prelatz, countes, & barouns, & communautez de son roialme, en son dit parlement, granta de pardoner au dit counte, & a ses meignees, la suite de sa pees, & quantque a lui apendeit, par reson de sa sute, de tutes maneres de felonies & de trespas faitz contre sa pees, jesqes a septisme jour d’August drein passe, & de pardoun de utlagarie a ceaux, qi le demanundreient, si nule fust pronuncie en eux avant la faceon de lour chartres; & comaunda al avauntdit evesqe de Ely, adunques son chaunceller, qil de ce feist chartres, sountz son grant seal, simples & sanz condicion, pur le dit counte de Lancastr’, & por ceux qi le dit counte par ses lettres nomereit al dit chaunceller.

Item, Come en mesme l’endenture soit contenue, qe les ordinaunces soient tenuz & gardeez, solonc ce q’ eles sount contenues soutz le grant seal nostre seigneur le Roi;

Meisme nostre seigneur le Roi voet & graunt q’ eles soient tenues & gardees en la fourme avantdite; et qe tutes les choses susescrites soient enroullez en roulle de parlement, & de illoesqes envoie en sa chauncellerie, & illuesqes enroullez; & de illusqes, par bref de son grant seal, envoiz a les places del escheker, & de l’un baunk, & de l’autre, od comandement de entrouller les illoeqes, & a les tenir, & a garder en la fourme avantdite.

Page 2_392

A.D.1319

A treshaut & tres noble prince monsieur Edward, par la grace de DIEU, Roi d’Engleterre, seigneur d’Irelande, & duc d’Aquitain, nostre treschier & ame oncle Jehans, per icele mesmes grace, duc de Loth’, de Brabant & de Lembourgh, salus avoet plauceit d’amour.

Treschiere oncles, nous avons bien entendue vos lettres, que vous nous aveis envoies d’endrett de Robert le Brus, e de ses aidans & comganons, de griefs qil ont fait a vous, monsieur le Roi vostre pere & nostre tayon, cui DIUs fache merchi, es Escoce, & ausi en vostre roiame d’Engleterre, a vous; de queil griefs, damage, despit, & outrages, q’il vous ont fait & font, il nous amuue & poise de tout notre cuer, ensi que drois est.

D’autre part de ceo, que vous dites, que vostre anemis des Escots compairent en nostre pais en Brabant, & sont recheu de par aucunes gens de nostre pais; tres cheres oncles, de ceo ne savoms nous rient.

D’autre part de ceo, que vous dittes, que nos gens les aident & confortent contre vous & les vostres: et ausi q’il les parveient d’armures, de vittailles, & d’autres choses, & parmi leur marchandises; tres cheres oncles, de ceo fait nous ne savoms riens; et, s’ il le feisoient, ceo nous pesoint de bon cuer.

Et saches que nous avons fait commandeir sur ceo, & sur avoir, par le conseil communement de nostre pais, & de bones villes, que nul ne soit si hardis, en nostre pais, qui receiue ceaus des Escots, ne maine, ne fache meneir denrees ne marchandises, por eaus reconforteir contre vous, ne contre vos gens.

D’autre part saches que, cil d’Escoce ont fait trop grant en nostre pais, il en seroient aresteit & pris.

Et certeinement nous ne desirons avoir a vous, ne a vostres, fors que bon amour, & vous servir; quare nous en somes tenut & ore, & tousdis voloms nous estre apparaillet de faire vostre plaisir, a nostre poer.

Et vous prioms que vous ne voillegnue croir ceaus, que vous disent que vostre anemis devantdit soient per nos gens reconforteit; quare vous ne le trouvereis mie en viretetz.

Cheres oncles, & ore & tousdis nous voilles mandeir & comandeir vostre volenteit; le quele nous sommes apparillete de emplir a nostre pooir, que drois est: et dius vous wart.

Donn’ a Tonamag’, la nuit Seint Phillipe & Seint Jake.

Memorandum, quod litteræ originales missæ fuerunt ad curiam Romanam, per dominum J. de Nevill, mense Junii anno xii.

Page 2_412

A.D.1320

Edward, par la grac